6

Les Inséparables – Marie Nimier

Image

Bonjour,

Comme prévu voilà ma troisième critique : Les Inséparables de Marie Nimier.

Résumé : J’aimais la voix traînante de Léa, ses cheveux roux, son incroyable vitalité. Nous nous comblions, est-ce qu’on peut dire cela ? Se combler, comme deux pièces de puzzle qui s’ajusteraient parfaitement, mais ne viendraient pas de la même boîte. Que nous est-il arrivé ? Où sont passées les deux amies perchées sur le tabouret du photomaton, les petites filles amoureuses, les adolescentes en colère ? Il faudrait retourner dans la cabine, glisser une pièce dans la fente pour obtenir l’image vivante, la preuve tangible de cette force qui nous habitait. Au lieu de ça, un rideau se lève, et c’est Léa qui apparaît. Léa et son nouveau métier, rue Saint-Denis. Léa et ses bras troués.

Mon avis : J’ai eu un vrai coup de coeur pour Les Inséparables. J’aime beaucoup les histoires d’amitié, celle qu’on envie tous. Celle qu’on ne trouve que dans les livres. Ca m’fait rêver… Que voulez-vous, je suis une incorrigible rêveuse. Pour en revenir au livre c’est une histoire touchante, qui nous fait sourire de temps à autre et qui mêle aussi les drames de la vie, on y croise la mort, la drogue, la prostitution. Mais nous avons dans ce livre et grâce au style impacable de Marie Nimier une image de l’amitié qui est plus forte que tout, qui pourrait braver des tempêtes.

Ma note : 19/20

L’avez-vous lu ? Si oui, donnez moi votre avis.

 

Bisous, bisous

Satine’sbooks.

7

Zarbie Les yeux Verts – Joyce Carol Oates.

9782070446438_1_75

Bien l’bonsoir !

J’ai dévoré le livre d’Oates : Zarbie les yeux verts.

Résumé :Francesca est surnommée Franky mais aussi Zarbie les yeux verts, lorsque l’adolescente rebelle pointe sous la carapace. Elle habite à Seattle avec sa soeur Samantha et leur demi-frère Todd. Elle a tout pour être heureuse : un père riche et célèbre, une mère artiste et adorable, une somptueuse maison. Elle voue à son père Reid Pierson, un reporter sportif célèbre, une véritable vénération. Mais les apparences sont parfois trompeuses. Franky sent bien que quelque chose ne va pas.

Mon avis : Je reste dubitative. Mais le livre reste très bon. Et très facile à lire, je l’ai dévoré.
Je trouve que la situation initiale est trop connue et perd de son charme : la famille qui explose. Avec le fameux adage  » les apparences sont parfois trompeuses « .
Voilà, pour résumer ce petit livre, je dirai trop de banalité et de stéréotypes. L’ado un peu trop ailleurs que l’on surnomme Zarbie. Le divorce des parents n’a rien de surprenant. Ainsi que la réaction des parents et des enfants.

Mais malgré tous ces stéréotypes, j’ai trouvé que le livre ouvrait une nouvelle fenêtre sur ce genre de roman. Un vent de fraîcheur qui est propre à Oates. Je ne suis pas forcément très fan de l’histoire. Même si elle est bien écrite. Mais bon, je trouve qu’il se laisse lire.

Le style de l’auteur et le livre en lui même sont agréables, ce qui nous permet de faire de Zarbie les yeux verts une lecture assez courte.

Mon avis reste donc très mitigé sur ce roman. Je ne vais pas dire qu’il est plus négatif que positif mais c’est vraiment 50/50.

Ma note : 14/20

Bisous!

Satine.

18

Une place à prendre – JK Rowling.

CVT_Une-place-a-prendre_4220

Je parlerai donc de JK Rowling et plus particulièrement de son nouveau livre Une place à prendre ( The Casual Vacancy ). Talentueuse écrivaine. Elle a réussi à transporter la plupart des gens dans un monde magique, où l’on a pu se réfugier. Harry Potter reste l’explosion littéraire et cinématographique la plus marquante de ma génération pour moi, avec le Seigneur des Anneaux. Bien que les univers soient aux antipodes, comme Zola ou Christie, Rowling souligne elle aussi parfaitement les détails qui rendent le monde d’Harry fantastiquement merveilleux.

Résumé : Bienvenue à Pagford, petite bourgade anglaise paisible et charmante : ses maisons cossues, son ancienne abbaye, sa place de marché pittoresque… et son lourd fardeau de secrets. Car derrière cette façade idyllique, Pagford est en proie aux tourmentes les plus violentes, et les conflits font rage sur tous les fronts, à la faveur de la mort soudaine de son plus éminent notable. Entre nantis et pauvres, enfants et parents, maris et femmes, ce sont des années de rancunes, de rancœurs, de haines et de mensonges, jusqu’alors soigneusement dissimulés, qui vont éclater au grand jour et, à l’occasion d’une élection municipale en apparence anodine, faire basculer Pagford dans la tragédie. Attendue de tous, J.K. Rowling revient là où on ne l’attendait pas et signe, avec ce premier roman destiné à un public adulte, une fresque féroce et audacieuse, teintée d’humour noir et mettant en scène les grandes questions de notre temps.

Mon avis : The casual Vacancy est le premier livre qui nous montre une coupure nette entre les mondes littéraires différents de Rowling.

J’étais en Angleterre quand il est sorti, je n’ai pas pu attendre de rentrer chez moi pour l’acheter en Français. Je l’ai donc lu (assez rapidement) en anglais. 

Quand je suis rentrée chez moi avec pour le dévorer, j’étais assez dubitative. J’avais peur de me prendre une grosse claque dans la figure après avoir chouchouter et adorer La saga Harry Potter. Et puis au final, je me suis rendue compte qu’il n’était pas décevant !

Un policier qui se laisse lire. Je n’irai pas jusqu’à dire qu’elle détrône Doyle ou Christie mais il se laisse lire. Je sais que beaucoup d’entre vous pensent le contraire. Mais sincèrement, j’ai été surprise. Je m’attendais tellement à être déçue qu’au final … J’ai été agréablement surprise.

Un petit détail m’a fait sourire. Dans une interview qu’elle a donné JK Rowling a expressément dit « Il n’y a aucun ressemblance entre le monde d’Harry et celui que je vous présente. » D’entrée de jeu j’ai souri : les deux personnages principaux s’appellent Barry Et Mary. Un petit clin d’oeil que, je suppose, beaucoup de lecteurs ont pu apprécié !

Je note donc que les début de Rowling, dans un registre qui n’est pas forcément celui de départ pour elle, sont encourageant pour la suite. Va-t-elle continuer avec L’Appel du Coucou ? Nous verrons ça très vite! 🙂 

Je vous avoue que je suis quand même plus à l’aise avec Harry. Mais se sont des débuts prometteurs !

Quelques petits moments faiblards pour ma part dans le livre. Même s’il reste plus positif que négatif. J’ai aussi trouvé qu’il manquait un peu de suspens. Comme je le disais au dessus, il y a une coupure nette entre les oeuvre de Rowling mais ça fait du bien! Ca fait du bien de voir qu’elle est capable de faire des livres pour adultes. Son premier essai est quand même bon même ! Malgré les petits points négatifs.

Petit aparté : J’ai appris récemment qu’elle avait déjà écrit un autre roman policier sous un autre nom : Cuckoo’s Calling (« L’Appel du Coucou ») sous le pseudonyme Robert Galbraith. Qui est dans ma Wish List bien évidemment. Sortons de cette parenthèse pour chroniquer, comme il se doit the Casual Vacancy

Dans un communiqué de presse J.K Rowling nous explique que ça a été pour elle une libération d’avoir écrit sous le pseudonyme de Robert Galbraith. Elle n’a pas subi la pression qu’elle a subi avec The Casual Vacancy puisque personne ne l’attendait. Le livre a été acheté pour ce qu’il est et non pour l’auteur qui l’a écrit. 
Le livre a de bonnes critiques sur les blogs et dans les journaux littéraires. 
Alors mes amis, à vos Wish List pour découvrir ce que Mrs Rowling a pu nous écrire. Une chose est sûre, c’est qu’il a de meilleures critiques qu’une place à prendre.

J’ai donc retrouvé avec plaisir les mots de mon auteure préférée!

Ma note : 14/20

Satine