13

Il était une fois T2 : La belle et la bête – Eloisa James.

9782290058237Bonjour tout le monde,

Aujourd’hui je vais faire une petite chronique pour un livre que j’ai dévoré (encore une fois.) Il s’agit du tome 2 d’Eloisa James : La belle et la bête.

Résumé: Reclus dans son château, le comte de Marchant, serait, dit-on, victime d’un sortilège : nulle femme ne saurait éveiller son amour… Et si Linnet Thynne le pouvait ? La ravissante lady décide de rompre le charme. Or elle n’a pas idée du danger auquel elle s’expose à vouloir apprivoiser un tel homme…

Mon Avis: Après le tome 1, je ne pensais pas que j’allais plus apprécié le tome 2 mais si : Il est juste EXCELLENT.

Encore une parodie du conte que vous avez forcément reconnu : La belle et la bête.

Je me suis surprise à rire avec Piers, ses répliques acerbes m’ont fait rire. Ce qui reste surprenant c’est que j’arrive plus à me reconnaître dans les caractères des hommes que des femmes. J’avais eu la même sensation avec le prince Gabriel dans le tome 1. Un médecin claudiquant à la langue aiguisée voilà comment on peut qualifier Piers… Il n’est pas s’en me rappeler mon cher Grégory House.

Comme d’habitude, j’ai adoré le personnage principal féminin. J’ai su me retrouver dans le caractère de Linnet. Je trouve le couple Piers / Linnet incroyable. J’ai encore ri énormément.

Mis à part les personnages que j’ai trouvé gigantesques, je suis tombée sous le charme des lieux ! Nous sommes propulsé dans un univers magique.

En tout cas, j’ai passé un excellent moment en leur compagnie. Eloisa James a une plume magnifique et un humour littéraire excellent ! Je vous le conseille. Et vivement la sortie du tome 3 !

Ma note : 20/20

Bisous, bisous

Satine.

4

Dans la rue où vit celle que j’aime – Mary Higgins Clark

51YTpwgQEXL__SL500_

Bonsoir mes p’tits chouchou 🙂

Voici une nouvelle chronique d’un livre que j’ai achevé il y a deux jours : Dans la rue où vit celle que j’aime de Mary Higgins Clark. En fouillant dans la bibliothèque de ma mère j’y ai trouvé une bonne partie des livres de Clark alors je me suis laissée séduire par celui là.

Résumé : En 1891, des jeunes filles disparaissent mystérieusement. Mais lorsqu’un siècle plus tard, on découvre leurs squelettes ainsi que les cadavres de mortes plus récentes, la petite ville de Spring Lake, vieille station balnéaire chic de la côte atlantique, est tétanisée. Chacun semble avoir quelque chose à cacher. Le docteur, l’agent immobilier, le restaurateur… tous paraissent suspects. Mais sont-ils pour autant coupables ? Dans cette atmosphère d’angoisse grandissante, Emily Graham, une jeune avocate new-yorkaise, s’installe dans la maison de famille où, jadis, vécut Madeline, son ancêtre assassinée. Un homme observe ses faits et gestes. S’agit-il d’un tueur ? De mystérieux liens semblent le rattacher à toutes ces victimes du passé. Emily sera-t-elle sa prochaine cible ?

Mon Avis : Clark est une écrivaine connue et reconnue. Sa réputation n’est plus à faire, cependant, j’ai été quelques peu déçue par ce livre.

L’intrigue est bien trouvée mais elle tient en deux, trois chapitres grand maximum.
Elle change de point de vue à tous les chapitres ce qui nous donne l’impression de partir dans tous les sens, même si à la fin le crime est résolu. J’avais beaucoup de mal avec ça quand j’étais plus jeune, c’était certainement la raison pour laquelle j’avais laché les livres de M.H.C mais quelques années plus tard, c’est toujours le même problème : Un livre sur deux je suis déçue.

De plus, le livre est beaucoup trop gros pour l’intrigue qui, je le répète tient en quelques chapitres, elle exploite toutes les situations sans forcément en tirer le meilleur dans le sens où on aurait pu se passer de quelques chapitres. A la fin, je n’ai eu qu’une envie : que ça se termine.

Cependant je tiens à ajouter que le personnage principal, Emily est attachante dès le début du roman. Je crois que c’est le seul point positif que j’y ai trouvé.

D’habitude les petits chapitres aérés sont un super bon point pour moi. Mais ici, je n’avais pas assez d’informations. Je ne comprenais pas tout. Et c’était très frustrant.

Ma Note : 10/20

Bisous, bisous.

Satine

18

Il était une fois T1 : Au douzième coup de minuit – Eloisa James

minuit10

Résumé : Réduite au rang de servant depuis la mort de son père, Kate vit sous le joug de sa belle-mère Marianna. L’odieuse femme va bientôt marier sa fille, Victoria, à un éminent parti, mais avant tout, la future épouse doit-être présentée au prince Gabriel. Par un coup du sort, Victoria ne peut se rendre au château. C’est donc Kate qui est envoyée à sa place, déguisée en fiancée. Kate va rencontrer Gabriel, un prince aussi charmant qu’arrogant. Un prince pour qui son cœur vacille, mais que le destin s’acharne à lui dérober. Et si un baiser avait le pouvoir de tout changer ? Et si les contes de fées existaient ?

Mon Avis : J’ai totalement adoré ce livre !

Ayant une âme d’enfant, je n’ai pas pu résister à l’appel de ce livre ! 🙂 Cendrillon restera mon conte préféré.

Revu & corrigé par Eloisa James, ce livre est une perle.

On entre dans un monde totalement à part. Bien que le thème soit lancé on ne se soucie pas des ressemblances avec Cendrillon. Ce qui est très bien, on se souvient que les contes de fées sont en image de fond mais sans forcément avoir des choses farfelues.

Un grain de folie mais surtout d’humour, ce livre est fantastique. Les personnages sont des personnages haut en couleur! Tous très différents les uns des autres. Le personnage principal féminin est une femme qui a du caractère. Tout ce que j’aime!

Il y a de nombreuses émotions présentes dans ce livre. On passe du rire à la tristesse à la peur. Moi j’étais fébrile les gars! « Maaaaaais on va où là! » « Tu vas te réveiller beau prince, elle t’ A-I-M-E!!!! » .

Malgré une fin beaucoup trop rapide, je conseille ce livre à toutes les filles qui ont encore une âme d’enfant. Même aux autres d’ailleurs.

Ma Note : 20/20

16

Harry Potter T1 ,T2, T3, T4, T5, T6, T7 – J.K Rowling

Image

  • Tome 1 Harry Potter à l’école des sorciers.

Quatrième de couverture : Le jour de ses onze ans, Harry Potter, un orphelin élevé par un oncle et une tante qui le détestent, voit son existence bouleversée. Un géant vient le chercher pour l’emmener à Poudlard, la célèbre école de sorcellerie où une place l’attend depuis toujours. Voler sur des balais, jeter des sorts, combattre les Trolls : Harry Potter se révèle un sorcier vraiment doué. Mais quel mystère entoure donc sa naissance et qui est l’effroyable V…, le mage dont personne n’ose prononcer le nom ?

Mon avis : J.K Rowling a vécu de très bons moments avec ses personnages. Mais je ne sais pas si elle a vécu des aussi bons moments que moi. Harry Potter à l’école des sorciers est le premier « gros » roman que j’ai lu ( Quand on a 11 ans, Harry Potter à l’école des sorciers, c’est suuuuuper gros ! 😉 )

Nous rencontrons donc pour la première fois Harry Potter, le sorcier qui a survécu! Ainsi que beaucoup d’autres personnages. Je trouve d’ailleurs remarquable le panel de personnages que J.K Rowling nous propose tout au long de la saga. Mais pour un premier tome je trouve vraiment que c’est un bon début même si l’on ne connait pas forcément bien les personnages au bout du roman.

Le premier roman sert vraiment à poser le décor, l’intrigue et à se familiariser avec la saga. (Après avoir lu les sept livres, c’est ce que je ressens.) On commence à découvrir l’histoire d’Harry. En perçant quelques secrets au passage.
On y découvre un monde totalement délirant : la magie, les sorcières. Un vocabulaire sympathique : Moldu, Quidditch et je vous passe les noms de créatures assez étranges.

J’ai toujours eu des passages fétiches. Certains qui m’ont beaucoup fait rire. Mais ce qu’il y a de fantastique vraiment, c’est que la plume de J.K Rowling peut nous emmener très très loin: combien de fois j’ai eu l’impression de me trouver dans les couloirs de Poudlard …

Le premier livre n’est pas un des plus palpitants je vous l’accorde. De part les premiers pas de l’auteure et des personnages mais aussi du fait qu’on ne peut pas tout dévoiler dès le premier tome. Ce qui je trouve, nous laisse un goût de trop peu malgré une intrigue bien ficelée autour de la pierre philosophale!

Les aventures de notre trio d’enfer promettent d’être terribles après avoir lu le premier tome de la saga Harry Potter !

Même si l’on perd beaucoup en regardant le film, il faut aussi que je vous dise que je trouve que c’est une saga qui a été superbement retranscrite cinématographiquement parlant ! Je la trouve géniale. (Peut-être parce que je suis méga fan j’en sais rien, je ne suis peut-être pas objective, mais bon!)

Relu Revu et re-chroniqué dans le cadre du challenge de Margot’s readings : Harry Potter’s fan

Ma note : 15/20

always-art-chibi-cute-favim-com-660823

  • Tome 2 : Harry Potter et la chambre des Secrets. 

Quatrième de couverture : Une rentrée fracassante en voiture volante, une étrange malédiction qui s’abat sur les élèves, cette deuxième année à l’école des sorciers ne s’annonce pas de tout repos ! Entre les cours de potion magique, les matches de Quidditch et les combats de mauvais sorts, Harry Potter trouvera-t-il le temps de percer le mystère de la Chambre des Secrets ? Un livre magique pour sorciers confirmés.

Mon Avis : Un des livres que j’ai le moins apprécié ! Je ne sais pas vraiment pourquoi. Dans une saga il faut des livres que l’on adore et d’autres moins. Harry Potter et la chambre des secrets fait partie de ceux que j’apprécie le moins.
Il n’en reste pas moins agréable à la lecture mais je n’ai pas forcément ressentie les émotions que j’avais envie de ressentir.

Si l’on pose déjà le problème auquel devront se confronter les élèves et plus particulièrement Harry, Ron & Hermione, je ne suis pas particulièrement fan du gros serpent qui démoli tout sur son passage.

On rencontre de nouveaux personnages :  Lucius Malefoy : Le père de Drago Malefoy qui est encore plus mauvais que son fils. Gilderoy Lockhart le nouveau professeur de défenses contre les forces du mal totalement imbu de sa personne. Et qui m’a très vite gavé. Vous me direz que c’est son rôle et bien je vous assure qu’il le tient à merveille.  Pomona Chourave,la prof de botanique assez sympa. Et Dobby, mention spéciale à Dobby qui fait bien peur la première fois qu’on le rencontre à l’écran. (enfin, moi j’ai flippé !! J’étais jeune.. [et insouciante!]) Mais qui en fait est adorable. (Malgré sa vieille voix en français).

Je dois avouer que l’évolution des personnages commence déjà à se faire sentir. Si je ne me trompe pas ils ont entre 12 et 13 ans durant ce deuxième volet de la saga. La relation amicale entre Harry, Ron & Hermione prend son envol, celle entre Harry et Albus commence tout doucement. Les questions sur Voldemort commencent à être posées. L’intrigue prend aussi son envol. Ce qui est plutôt bien.

Ce qui m’a gêné c’est le fait que le livre et je l’ai aussi ressenti dans le film est assez sombre. Il ne faut pas oublié qu’avant tout ces livres sont destinés à des enfants/adolescents. Ok ok ! C’est pas la frousse du siècle mais bon, je trouve un peu perturbant de voir ça comme film du soir (pour un enfant! J’espère que vous le vivez mieux maintenant :))
C’est peut-être du à cette impression mais j’ai l’impression que la magie de Poudlard est un peu retombé en accentuant les noirceurs et les secrets du château.

Maintenant, plus à propos du film que du livre (puisque le challenge c’est de relire et de revoir un film par mois.) J’ai eu l’impression d’étouffer. Le réalisateur était Chris Colombus comme pour le premier Volet Harry Potter à l’école des sorciers. L’atmosphère m’a un peu gênée et étouffée. Mais bon, Je pense que c’est aussi du au livre.

Sinon l’intrigue est vraiment bien trouvée, l’héritier de Serpentard, Voldemort le lien avec Harry tout est minutieusement préparé et c’est vachement bien.

On pourra saluer une plume superbe. Comme d’habitude.

Relu Revu et re-chroniqué dans le cadre du challenge de Margot’s readings : Harry Potter’s fan

Ma note : 13/20

always-art-chibi-cute-favim-com-660823

  • Tome 3 : Harry Potter et le Prisonnier d’Azkaban. 

Quatrième de couverture: Le monde des gens ordinaires, les Moldus, comme celui des sorciers, est en émoi : Sirius Black, un dangereux criminel, s’est échappé de la forteresse d’Azkaban. Les redoutables gardiens de la prison assureront la sécurité du collège Poudlard, car le prisonnier évadé recherche Harry Potter. C’est donc sous bonne garde que le jeune sorcier fait sa troisième rentrée. Mais est-il vraiment à l’abri du danger qui le menace ?

Mon avis : Voici le livre et le film (les deux font la paire.) que j’ai le plus apprécié de la saga.
Qui dit changement de réalisateur dit changement d’atmosphère. Alfonso Cuaron a donné un peu de souffle à la saga d’une manière cinématographique. Le côté magique revient en force que ce soit du côté clair ou obscur de la force.

Parenthèse cinéma terminée je peux parler du livre.
Harry Potter et le prisonnier d’Azkaban est pour moi, le meilleur tome de cette saga. On rentre enfin dans le vif du sujet ! On en apprend plus sur les parents de Harry, de leurs amis et sur Voldemort.

Juste une petite question. Pourquoi Flitwick passe de professeur d’enchantement à chef d’orchestre aux cheveux et moustache noirs ? On nous prend pour des imbéciles .. Ou bien? Je sais bien qu’on est dans un univers magique et que notre chère J.K A tous les droits mais on aurait voulu une autre explication que « L’auteur ne le voyait pas comme ça dans les films. » (On s’en rend compte au bout de deux films en plus! Bravo !) Pardon. 🙂

1965389371_1

Coté personnage beaucoup font leur première apparition : Remus Lupin, le nouveau professeur de Défenses contre les forces du mal, mais aussi Le dangereux Sirius Black et le naïf Peter Pettigrew. Pattenrond, Croutard et les détraqueurs sont aussi  dans la place !

On attendait le moment ou les « gentils » allaient sortir de leur trou ! Et les voici les voilà, Remus Lupin le gentil loup garou prof et qui défend bec et ongles Harry. Ami de James et de Lily il aidera Harry à comprendre ce qui a bien pu se passer. Le passé de ses parents et l’attitude des détraqueurs à son contact.
Pour la première fois Harry va pouvoir poser des questions sur son passé et je pense que c’est un des points les plus importants de ce volet!

La relation qu’Harry vit et vivra encore un peu avec Sirius est la relation la plus adulte et paternelle qu’il pourra avoir. (profite mon garçon.) De plus, on peut encore se rendre compte que son amitié avec Ron & Hermione ne cesse de croître. Cette année est l’année des bouleversements. Ils grandissent (et c’est trop cool!)

Vous l’aurez compris, amour, amitié et trahisons sont au rendez vous dans cet opus. Délectable. Des amitiés se soudent, d’autres explosent. Des règlements de comptes et des bagarres ! J’ADORE- J’ADHERE!

Ce qui est sur c’est que ce troisième opus redonne une bouffée d’air à la saga. Le réalisateur Alfonso Cuaron a vraiment bien capté les émotions des personnages et à su retranscrire l’intensité du roman à travers sa petite caméra.

Régalez vous autant que moi.

Relu Revu et re-chroniqué dans le cadre du challenge de Margot’s readings : Harry Potter’s fan et aussi pour le challenge  » la littérature fait son cinéma  » chez Kabaret Kulturel

Challenge La littérature fait son cinéma 2013. (1) jpgalways-art-chibi-cute-favim-com-660823

Ma note : 20/20

  • Tome 4 : Harry Potter et la Coupe de Feu.

Quatrième de couverture : Après un horrible été chez les Dursley, Harry Potter entre en quatrième année au collège de Poudlard. A quatorze ans, il voudrait simplement être un jeune sorcier comme les autres, retrouver ses amis Ron et Hermione, assister avec eux à la Coupe du Monde: de Quidditch, apprendre de nouveaux sortilèges et essayer clos lotions inconnues. Une grande nouvelle l’attend à son arrivée : la tenue à Poudlard d’un tournoi de magie entre les plus célèbres écoles de sorcellerie. Déjà les spectaculaires délégations étrangères font leur entrée… Harry se réjouit. Trop vite. II va se trouver plongé au coeur des événements les plus dramatiques qu’il ait jamais eu à affronter. Envoûtant, drôle, bouleversant, ce quatrième tome est le pilier central clos aventures de Harry Potter.

Mon avis : Après la chambre des secrets, c’est le volet de la saga que j’aime le moins. Pourquoi … Je pense que c’est du au fait que j’ai ADORé le troisième tome. Donc forcément, mon engouement pour ce livre était un peu moins fort.

J’ai apprécié ce tome. Découvrir un peu plus d’ou venait Voldemort. Et c’est THE COME BACK du grand méchant. C’était assez intéressant à lire et à voir. (la première fois que je l’ai vu, j’ai eu un peu peur quand même hein!).
Voldemort est le méchant que j’adore détester. Il est vraiment cool. Même s’il n’a pas de nez. [ je fais la feinte pour vous permettre de ne pas vous taper la honte en la faisant par commentaire.. 😀 😀 ]

Ce qui m’a un peu ennuyé c’est que Harry est seul contre tous. Encore une fois. Et j’en ai un peu ma claque que se soit toujours lui.. Je sais, je sais, c’est THE BOY WHO LIVED (le garçon qui a survécu) mais faut quand même pas pousser..!

C’est le roman charnière qui nous fait passer des trois premiers tomes au trois derniers. En ayant la place fatidique du « livre de milieu de saga » Harry Potter et la coupe de feu est le livre qui nous fait passer du tatage (oui, ce mot existe..!) de terrain au moment où on fout les deux pieds dans le plat. Ou l’on fait des méga grosses découvertes sur tous les personnages.

Ce livre nous prouve aussi que les personnages évoluent et grandis beaucoup. Je trouve que Ron s’affirme. Ce qui n’est pas pour me déplaire. Hermione fidèle a elle même reste rayonnante et incroyablement talentueuse. Et Harry… Ben c’est Harry il porte toute la misère du monde sur son dos.

Ma note : 15/20

Relu Revu et re-chroniqué dans le cadre du challenge de Margot’s readings : Harry Potter’s fan et aussi pour le challenge  » la littérature fait son cinéma  » chez Kabaret Kulturel

Challenge La littérature fait son cinéma 2013. (1) jpg

always-art-chibi-cute-favim-com-660823

  • Tome 5 : Harry Potter et l’ordre du Phénix.

Quatrième de couverture : A quinze ans, Harry s’apprête à entrer en cinquième année à Poudlard. Et s’il est heureux de retrouver le monde des sorciers, il n’a jamais été aussi anxieux. L’adolescence, la perspective des examens importants en fin d’année et ces étranges cauchemars… Car Celui-Dont-On-Ne-Doit-Pas-Prononcer-Le-Nom est de retour et, plus que jamais, Harry sent peser sur lui une terrible menace. Une menace que le ministère de la Magie ne semble pas prendre au sérieux, contrairement à Dumbledore. Poudlard devient alors le terrain d’une véritable lutte de pouvoir. La résistance s’organise autour de Harry qui va devoir compter sur le courage et la fidélité de ses amis de toujours… D’une inventivité et d’une virtuosité rares, découvrez le cinquième tome de cette saga que son auteur a su hisser au rang de véritable phénomène littéraire.

Mon avis : C’est sans doute mon tome préféré après le troisième! Même si c’est UN PAVE, je l’ai relu assez rapidement. J’ai tout de suite replongé dans l’univers magique de Poudlard!

C’est la première année où Harry vit avec le retour de Voldemort. Le roman est plus noir, triste à l’image de Harry d’ailleurs. C’est le seul point négatif que j’ai pu trouver à ce tome : HARRY FAIT TOUT LE TEMPS LA GUEULE! Ca m’a un peu gavé ! J’adore Harry hein, c’est mon personnage préféré (ben ouais, on ne se r’fait pas les gars!)

C’est THE roman où Harry commence à douter, avoir peur et des tas d’émotions arrivent et chaboulent tout. Les disputes, les irritations BREF ENFIN DU FIGHT.

On a aussi le droit a un panel de personnages que l’on adore détester : Ombrage, Malefoy (qui commence enfin à prendre de l’ampleur et qui a été effacé dans la coupe de feu je trouve), Rogue fidèle au poste, Beatrix et forcément Voldemort.
Je trouve que c’est le roman où Harry Potter prend de l’ampleur. La saga entière grandit d’un seul coup et l’on se retrouve confronté aux menaces suprêmes qui planent sur le monde magique.

Au niveau du film je l’ai trouvé assez fidèle au livre. Malgré le fait que l’épisode de la fin (au ministère) soit un peu bâclé, je passe toujours un agréable moment en le regardant! 🙂

Challenge La littérature fait son cinéma 2013. (1) jpg

always-art-chibi-cute-favim-com-660823

Ma note : 17/20

  • Tome 6 : Harry Potter et le Prince de Sang Mêlé. 

Résumé : Dans un monde de plus en plus inquiétant, Harry se prépare à retrouver Ron et Hermione. Bientôt, ce sera la rentrée à Poudlard, avec les autres étudiants de sixième année. Mais pourquoi le professeur Dumbledore vient-il en personne chercher Harry chez les Dursley? Harry, Ron et Hermione entrent en sixième année à Poudlard où ils vont vivre leur dernière année avant la majorité qui est fixée, chez les sorciers, à l’âge de dix-sept ans. Des événements particulièrement marquants vont contribuer à faire passer Harry du statut d’adolescent à celui d’homme. Ce tome, sur fond de guerre contre un Voldemort plus puissant que jamais, se révèle plus sombre que les précédents. Secrets, alliances et trahisons conduisent aux événements les plus dramatiques qu’Harry ait eu à affronter.

Mon Avis: Sixième tome de la célèbre saga de notre petit sorcier, nous retrouvons notre monde des sorciers en émoi. Voldemort is back.
J’ai troué après cette énième relecture que c’est le tome le plus sombre que J.K Rowling a écrit. Maintenant que tout le monde est au courant du retour de Voldemort, l’ambiance ressentie est oppressante, étouffante et laisse planer le mystère.

Je trouve aussi que les personnages prennent de l’ampleur et rejoignent Harry dans « La cour des grands. » Leurs personnalités sont toutes (ou presque toutes) beaucoup plus approfondies. On apprécie encore plus les gentils quand ils gagnent et on adore détester les méchants.

Le voile se lève petit à petit sur l’histoire des parents de Harry et de sa propre histoire. De ce qui le lie à Voldemort. Beaucoup de nouveaux personnages comme Slughorn qui m’a exaspéré du début à la fin du roman. Je suis bien contente de ne pas avoir trop à faire à ce personnage dans le film.

Dans ce film justement je suis ravie de voir qu’il est à l’image du roman : sombre et mystérieux. De la tension partout CA VA EXPLOSER. Je suis aussi heureuse de retrouver une Emma Watson dans toute sa splendeur qui m’avait un peu manqué, enfin sa simplicité m’avait manqué depuis la Coupe de Feu. J’ai trouvé qu’elle avait un peu l’air d’une prétentieuse lors de La coupe de feu et l’ordre du phénix.

Le réalisateur a su rendre toutes les émotions que J. K. Rowling nous a transmise. Je pleure tout le temps à la fin du film.

En bref, une super histoire, des super personnages et des émotions incroyables! 🙂

Ma note : 17/20

Challenge La littérature fait son cinéma 2013. (1) jpg

always-art-chibi-cute-favim-com-660823

Ma note : 16/20

  • Tome 7 : Harry Potter et les reliques de la Mort. 

Résumé : Harry a été chargé d’une tâche sombre, dangereuse et qui semble impossible : retrouver et détruire les Horcruxes restants de Voldemort. Harry ne s’est jamais senti aussi seul, ni a-t-il jamais eu à faire à un futur aussi rempli d’ombres. Mais d’une façon ou d’une autre, Harry doit trouver en lui la force pour accomplir la tâche qu’on lui a donnée. Il doit quitter la chaleur, la sécurité et la compagnie du Terrier, et suivre sans peur ni hésitation le chemin inexorable qui s’étend devant lui ! Dans ce septième et dernier tome de la série Harry Potter, J.K. Rowling dévoile d’une façon spectaculaire les réponses aux nombreuses questions qui ont été posées depuis si longtemps. L’intrigue envoûtante et riche vous fera retenir votre souffle, et confirme que l’auteur est une grande écrivain, dont les livres seront lus, relus, et encore relus.

Mon avis : J’ai retrouvé, avec plaisir, pour la dernière fois, mon cher Harry.
Je pense que c’est l’un des meilleurs livres et d’un des meilleurs films de la saga (rare que j’apprécie autant un livre qu’un film!). Les reliques de la mort met un point final de manière sublime à une décénie de sorts et de magie!
Malgré de nombreuses pertes au niveau des personnages aussi bien physiquement que caractériellement, j’ai adoré ce dernier tome!

J’ai trouvé que l’on perdait un peu d’intensité sur certains personnages comme Voldemort qui pourtant est un personnage assez important dans la saga simplement parce que tout est focalisé sur Harry. (Normal me direz vous, mais j’ai trouvé dommage de ne pas voir plus ce qui pouvait se passer du côté de Voldemort).

Au niveau du film, j’ai trouvé dommage d’avoir zappé Dumbledore et son histoire. J’aurais voulu le voir dans sa jeunesse, et mieux comprendre ce que Harry ne savait pas de son ami. Même si dans le livre nous sommes pleinement satisfait sur ce point, j’ai trouvé que ces scènes manquaient au film.

Ici, c’est mon avis qui va toucher le doublage français. C’est de plus en plus dur pour moi de regarder des films étrangers dans la langue française par exemple, dans la deuxième partie du dernier film, une réplique a totalement décrédibilisé le personnage de Voldemort!

En bref, malgré quelques points négatifs, j’ai vu une explosion de sensations et d’émotions tout au long du film et du roman. J’ai adoré retrouver mes personnages préférés pour une dernière aventure!
Comme d’habitude, on peut compter sur JK Rowling pour nous faire rêver avec sa magnifique plume!

Ma note : 19/20

 

Challenge La littérature fait son cinéma 2013. (1) jpg

always-art-chibi-cute-favim-com-660823

Je remercie Margot’s reading pour avoir créée ce challenge! J’ai pris beaucoup de plaisir à le faire!

Satine.

9

Louis XIV T1&T2 – Max Gallo

2949479083_1_3

Historienne dans l’âme, j’aime particulièrement le XVIIème et le XVIIIème siècle en Europe et principalement en France & en Angleterre. C’est naturellement que je suis allée vers la Biographie de Louis XIV de Max Gallo.

Le tome 1 s’intitule : Le Roi Soleil et le tome 2 lui s’intitule L’hiver du grand roi.
Vous aurez compris qu’il s’agit dans le premier tome de la période du GRAND ROI, du prestige qui est bien souvent attribué à Louis XIV. Versailles et l’illumination du Roi sur son Etat, des victoires de guerre, des conquêtes du « Bon temps ». A contrario, le tome 2 parle lui du déclin du roi, des guerres perdues et de la maladie mais aussi bien souvent de la mort. « L’hiver » signifie une saison froide, ici on peut le comprendre comme la période froide du règne de Louis XIV mais on peut aussi l’associé à sa première signification: le froid, le gel et les mauvaises conditions qui font du peuple un peuple malade, froid et mécontent.

Résumé :

T1  » Le roi est mort, vive le roi ! » Ce matin de mai 1643, un nouveau soleil s’est levé sur le royaume de France.
Sous l’oeil aimant d’une mère rompue à la politique, un roi-enfant découvre la charge que son sang et Dieu lui-même lui destinaient. Il sait pertinemment le poids qu’il lui faudra porter. Très vite, la Fronde vient inaugurer un douloureux apprentissage. Son amour pour sa mère, Anne d’Autriche, son respect pour Mazarin, un père de substitution qu’il ne peut s’empêcher de mépriser, son goût pour l’art, le jeu, les femmes et la chasse, rythment une adolescence à nulle autre pareille.
Car, non content de devenir un homme, le jeune Louis doit incarner l’Etat, guider la France vers l’âge d’or qu’il lui a promis. Malgré les embûches, les blessures, les deuils, il lui faudra régner. Seul.

T2 Hiver 1683. Louis XIV a quarante-cinq ans. Il est au sommet de sa puissance, et le soleil de la vie décline. Et les courtisans grelottent dans le château de Versailles aux deux mille pièces qu’on ne réussit pas à chauffer. Mais qui oserait quitter la Cour, ne plus vivre dans la proximité du grand roi, même si inexorablement l’ombre envahit le château ? La prière et les messes ont remplacé les spectacles et les ballets. Mme de Maintenon, dévote et que le roi veuf a épousée secrètement, veille. La guerre, la chasse aux protestants, la maladie, la mort des proches, rendent la vie de Cour toujours austère, parfois sinistre. C’est l’hiver du grand roi. Et dans ce long crépuscule Louis XIV révèle un courage physique et moral qui fascine. Le roi ne se laisse ni affaiblir ni terrasser. Jusqu’aux dernières heures de sa vie, il lutte. Il gouverne. Le souverain jouisseur et séducteur des débuts du règne est devenu ce roi pieux qui songe à son Salut sans jamais renoncer à être le Grand Roi. Max Gallo nous donne ici à découvrir ce souverain terriblement humain.

Mon avis : Fan de biographie, j’ai dévoré celle de mon Roi préféré.

Max Gallo est un auteur plus que connus pour ses romans et autobiographies sur l’histoire. Il a une écriture souple et enivrante qui nous plonge directement au XVII ème siècle.

En lisant les lignes de ces deux tomes, j’ai appris énormément de choses sur Louis XIV que l’on décrit généralement dans les livres d’histoire comme quelqu’un de peu fréquentable. Un roi qui pense d’abord à lui. Alors qu’il est peut-être le plus humain des rois de France. Son prestige a marqué la France qui elle se souviendra toujours de Louis XIV comme le roi Soleil, le Soleil de la France.

Max Gallo fait preuve de fluidité qui permet de ne pas nous désintéresser du sujet mais aussi de beaucoup de précision dans ses propos. Je pense que c’est la biographie la plus précise que l’on pourra lire de Louis XIV.

Pour conclure, moi qui me laisse tenter que par quelques autobiographies, je suis ravie d’être tombée sur celle ci ! Riche en informations et très aérée, j’ai succombé (encore une fois) au prestige de la vie de Louis XIV.

Ma Note : 18/20

15

Le portrait de Dorian Gray – Oscar Wilde.

 dorian

Dans l’effervescence du concours, j’ai oublié de faire quelques chroniques. J’ai une petite heure devant moi, je vais essayer d’en faire le plus possible.

Je vous présente THE BOOK. Celui que je prendrai si ma maison prenait feu et il est top 1 des livres à prendre si je pars sur une île déserte: Le portrait de Dorian Gray d’Oscar Wilde qui est comme vous avez pu le deviner un de mes auteurs fétiches.

Résumé :

 » L’expression était d’une cruauté atroce. là, son âme même, émergeant de la toile, le dévisageait, et l’appelait à son tribunal. »

Devant son portrait, oeuvre d’un de ses amis, Dorian Gray, jeune homme d’une immense fortune et d’une exceptionnelle beauté, fait le voeux de rester tel qu’il est peint, tendis que son image vieillira à sa place. Exaucé par une intervention magique et fatale, Dorian cède alors à tout ses caprices et à toutes ses folies. Dans les quartiers élégants de Londres, et les bouges du port, sous le masque de sa beauté intacte, il mène une vie de débauche et de crime. Esthète, monstre, dandy, il a décidé de faire sa vie une oeuvre d’art. Une vie qui ressemble à celle d’Oscar Wilde, que la société victorienne lui fit payer en le condamnant aux travaux forcés..

Mon avis : Il y a des livres comme celui ci qui transperce l’âme et qui reste dans la tête quoi qu’il arrive. C’est un livre qui a beaucoup de valeur à mes yeux: mon tout premier livre en anglais.

 Tranchant de vérité en confrontant deux philosophies complètement différentes d’un coté l’épicurisme ( il s’agit de vivre l’instant présent sans se soucier du reste POUR ABRÉGER, l’épicurisme est une doctrine bien plus profonde que ça ) et de l’autre coté nous avons une philosophie bien plus terre à terre en pensant au lendemain et au respect de sa propre vie et celle des autres.
Pris entre deux feux, Dorian représente la beauté, l’innocence, la naïveté et l’indécision. En penchant vers l’épicurisme, Wilde nous décrit une lente descente aux enfers qui mène a une vie de débauche. Ou l’on est bien évidemment seul. Et qui fini, par tellement nous peser que la folie s’installe doucement en nous.

J’ai beaucoup aimé la descente « aux enfers » de Dorian. On voit se dérouler une vie normale qui finit par partir totalement en cacahuète. La beauté et l’ivresse de la jeunesse ne font pas tout.

En bref, j’ai adoré ce livre, un véritable coup de coeur. Je salue donc ici l’écriture de Wilde qui est parfaite! Une belle histoire et une grande leçon de vie.

Je vous conseille vivement ce livre. [ En VO il est vraiment facile à lire pour ceux que ça intéresse 😉 ]

Ma note : 20/20. Sans hésitation.

Bisous, bisous.

Sat’

12

La fille qui voulait être Jane Austen – Polly Shulman

lafillequivoulaitetrejaneausten

Gagné via un concours de chez Netherfield Park, j’ai pu lire la fille qui voulait être Jane Austen.

Résumé : Julie, quinze ans, est habituée aux lubies de sa meilleure amie Ashleigh, même
si, à cause d’elle, elle se retrouve parfois dans des situations improbables. Après le roi Arthur, la stratégie militaire ou le ballet, la dernière passion en date de cette éternelle enthousiaste : Jane Austen ! Ashleigh veut à tout prix trouver le M Darcy d’aujourd’hui en participant au bal d’une prestigieuse école de garçons. Et voici les deux inséparables vêtues de crinolines, en chasse pour dénicher le parfait héros austenien… mais attention à ne pas choisir le même (heureux) candidat !

Mon avis : J’ai apprécié la lecture de ce roman. L’écriture est d’une fraîcheur incroyable, la proximité des mots par rapport à notre génération rend le récit plus vivant. Ce roman jeune est un bon tremplin pour faire aimer les livres et Jane Austen aux jeunes.

Ma note : 14/20