Dans la rue où vit celle que j’aime – Mary Higgins Clark

51YTpwgQEXL__SL500_

Bonsoir mes p’tits chouchou 🙂

Voici une nouvelle chronique d’un livre que j’ai achevé il y a deux jours : Dans la rue où vit celle que j’aime de Mary Higgins Clark. En fouillant dans la bibliothèque de ma mère j’y ai trouvé une bonne partie des livres de Clark alors je me suis laissée séduire par celui là.

Résumé : En 1891, des jeunes filles disparaissent mystérieusement. Mais lorsqu’un siècle plus tard, on découvre leurs squelettes ainsi que les cadavres de mortes plus récentes, la petite ville de Spring Lake, vieille station balnéaire chic de la côte atlantique, est tétanisée. Chacun semble avoir quelque chose à cacher. Le docteur, l’agent immobilier, le restaurateur… tous paraissent suspects. Mais sont-ils pour autant coupables ? Dans cette atmosphère d’angoisse grandissante, Emily Graham, une jeune avocate new-yorkaise, s’installe dans la maison de famille où, jadis, vécut Madeline, son ancêtre assassinée. Un homme observe ses faits et gestes. S’agit-il d’un tueur ? De mystérieux liens semblent le rattacher à toutes ces victimes du passé. Emily sera-t-elle sa prochaine cible ?

Mon Avis : Clark est une écrivaine connue et reconnue. Sa réputation n’est plus à faire, cependant, j’ai été quelques peu déçue par ce livre.

L’intrigue est bien trouvée mais elle tient en deux, trois chapitres grand maximum.
Elle change de point de vue à tous les chapitres ce qui nous donne l’impression de partir dans tous les sens, même si à la fin le crime est résolu. J’avais beaucoup de mal avec ça quand j’étais plus jeune, c’était certainement la raison pour laquelle j’avais laché les livres de M.H.C mais quelques années plus tard, c’est toujours le même problème : Un livre sur deux je suis déçue.

De plus, le livre est beaucoup trop gros pour l’intrigue qui, je le répète tient en quelques chapitres, elle exploite toutes les situations sans forcément en tirer le meilleur dans le sens où on aurait pu se passer de quelques chapitres. A la fin, je n’ai eu qu’une envie : que ça se termine.

Cependant je tiens à ajouter que le personnage principal, Emily est attachante dès le début du roman. Je crois que c’est le seul point positif que j’y ai trouvé.

D’habitude les petits chapitres aérés sont un super bon point pour moi. Mais ici, je n’avais pas assez d’informations. Je ne comprenais pas tout. Et c’était très frustrant.

Ma Note : 10/20

Bisous, bisous.

Satine

Publicités

4 réflexions sur “Dans la rue où vit celle que j’aime – Mary Higgins Clark

  1. j’adore!! Mais c’est vrai que j’ai aussi eu du mal avec les changements de points de vu!! Le pire c’est que c’est très perturbant vu qu’on sait que c’est le meurtrier mais on ne sait pas qui c’est…
    Franchement en ayant lu pas mal de ses oeuvre, c’est l’un des rares bouquins où ça arrive!!
    J’ai commencé avec 2 petites filles en bleu, encore un de ses rares bouquins qui n’a pas pour personnage une femme qui a réussi dans la vie (avocate, journaliste, agent immobilier, …) et depuis je n’ai plus lâché!!

    • Et pourtant l’histoire avait l’air superbe !
      Le résumé et le personnage principal sont vraiment bien.
      Mais j’ai trouvé ce changement de point de vue étrange et déplaisant, ça m’a gaché mon plaisir de retrouve MHC. Mais bon, un faux pas de temps en temps ça arrive !

      Tous les goûts sont dans la nature ! 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s