6

Madame Bovary – Gustave Flaubert

Image

A l’occasion de deux challenges, je me suis lancée dans une lecture folle ! Celle de Madame Bovary de notre cher Gustave Flaubert.

Résumé : Madame Bovary Une jeune femme romanesque qui s’était construit un monde romantiquement rêvé tente d’échapper – dans un vertige grandissant – à l’ennui de sa province, à la médiocrité de son mariage et à la platitude de sa vie. Mais quand Flaubert publie Madame Bovary, en 1857, toute la nouveauté du roman réside dans le contraste entre un art si hautement accompli et la peinture d’un univers si ordinaire. « Ce n’était plus du roman comme l’avaient fait les plus grands », dira Maupassant : « C’était la vie elle-même apparue. On eût dit que les personnages se dressaient sous les yeux en tournant les pages, que les paysages se déroulaient avec leurs tristesses et leur gaieté, leurs odeurs, leur charme, que les objets aussi surgissaient devant le lecteur à mesure que les évoquait une puissance invisible, cachée on ne sait où. »

Mon avis : Le premier mot qui me vient à l’esprit c’est « ennui ». Moi qui adore la littérature « classique » j’ai été incroyablement déçue par cette lecture.

Les personnages sont tous aussi ennuyant et très peu attachant. J’ai eu mal au cœur pour Charles Bovary qui est peu être le seul personnage pour qui j’ai pu ressentir ça. Maltraité par sa femme, moralement parlant, elle ne voit en lui que l’ennui et l’idiotie alors qu’il fait tout pour la rendre heureuse. Charles est médecin, il est bon et généreux avec ses patients. Je trouve que ce personnage est le seul point « positif’ du livre. Il incarne le naturel, l’homme qui peut faire des erreurs mais qui est prêt à tout pour se racheter et faire de son petit monde une bulle de bonheur qui est bien trop souvent percé par sa femme.
La mère de Charles elle, endosse terriblement bien son rôle stéréotypé de belle-mère et aussi celui de mère. Elle ne cesse pas d’ennuyer sa belle-fille et fait bien évidemment dès qu’elle le peut l’éloge de son chéri d’enfant.
Même si le père de Emma Bovary est un homme gentil et reconnaissant envers Charles, je ne peux pas dire la même chose d’Emma. Ce personnage m’a agacé au plus au point ! Je sais que certains d’entre vous ont adoré moi ça n’est pas du tout passé. Elle est égoïste, se plaint de ce qu’elle n’a pas et rêve d’une vie meilleure alors qu’elle a quand même une vie relativement belle pour l’époque !

Flaubert est un grand auteur qui n’a jamais fait mon bonheur. Même si certains de ses livres sont passables pour moi. Madame Bovary reste très dur à lire. Il traite de beaucoup de sujets dans son roman : l’adultère, l’amour, la religion, l’argent et l’art.

Les descriptions ne sont pas sans nous rappeler la taille et la consistance de celles de notre cher bon vieux Zola. Même si j’aime beaucoup Zola et ses descriptions qui n’en finissent plus, ici, j’ai un peu souffert. J’étouffais avec toutes ces descriptions.

Nous avons a faire au récit de la désillusion totale d’une femme sur sa propre vie. Vivant dans ses livres, elle est amèrement déçue par sa vie. Elle reproche tout ce que son mari fait que se soit dans la vie ou pour la rendre heureuse. Entre égoïsme, amants et crises de nerfs, Emma est une femme corrompue, triste et dépressive.

Je pense que le livre aurait été meilleur pour moi si justement, son caractère n’avait pas été aussi lourd et ennuyant. Aucun trait de caractère ne me correspondait, j’ai eu beaucoup de mal à me mettre dans la peau du personnage enfin de tous les personnages. Ca doit être la raison pour laquelle j’ai eu du mal à lire et à me projeter dans l’histoire. Je n’y ai trouvé que peu d’intérêt.

Même si Flaubert nous décrit la vie d’une femme de son époque, je vous avouerai que je ne suis pas trop d’accord avec sa description. Je ne pense pas que toutes les femmes étaient comme elle, ou alors, elles étaient vraiment toutes malheureuses. De plus, je trouve que ce livre est bien trop stéréotypé !! Que ce soit au niveau des personnages ou de la tournure que prend le roman, j’ai l’impression d’avoir vécu ma lecture dans un tourbillon de stéréotypes.

C’est bien malheureux mais je n’ai pas beaucoup de choses positives à dire sur ce livre.
Vous l’avez certainement compris : je n’ai pas du tout apprécié Madame Bovary. Gardant espoir jusqu’au dernier mot de la dernière page que mon intérêt pour se livre fasse surface. Ce qui n’a pas été le cas.
Apparemment, j’ai pu lire sur d’autres blogs qu’avec cette oeuvre soit on adore, soit on déteste… Bon ben je partage l’avis des gens qui détestent bien que ce soit un mot fort, je vais plutôt dire qu’il n’était pas à mon goût et que je n’ai trouvé aucune raison de l’apprécier.

Ma note : 06/20  (je tiens à préciser que la notation des romans que je lis sont mes notes. Elles reflètent MON avis.)

Lu dans le cadre des challenges « les monstrueux de la PAL » et  » la bibliothèque classique de la dépêche »

ImageImage

14

Northanger Abbey – Jane Austen

Image

Bonjour mes p’tits clous

Une nouvelle chronique. Une lecture commune avec Pretty Lizzy !

Northanger abbey trainait depuis un petit mois dans ma bibliothèque. J’ai donc décidé de le lire pendant mes vacances.

Résumé :  La jeune Catherine Morland rencontre à Bath le captivant Henry Tilney qui l’invite à séjourner à l’abbaye de Northanger, propriété de son père. Une idylle se développe entre Catherine et Henry, et la confrontation de leurs points de vue sur l’histoire et le monde amène la jeune femme à gagner en maturité. Un roman d’apprentissage et un tableau des moeurs de la gentry de Bath.

Mon avis : J’ai eu un peu de mal à me mettre dans ma lecture… Je ne sais pas si c’était parce que je lisais sur la plage ou quoi mais les vingt premières pages ont été dures. Et puis … Et puis j’ai commencé a apprécié le personnage de Catherine ! Et celui de Monsieur Tilney ! J’ai lu le livre en quelques jours. Et j’ai vraiment apprécié.

Le personnage de Catherine est présentée d’une manière toute particulière ! En effet, dès les premières lignes Jane Austen nous parle de son héroïne qui est bien différente des autres, une héroïne qui est une fille décrite comme banale, pas plus belle qu’une autre, ni plus intelligente. Ce côté « normal » qu’Austen nous propose peut paraître un peu étrange, voire ennuyant. Mais après s’y être habitué, on y prend goût et l’on apprécie.

Nous avons un panel de personnages, qui sont bien différents. Isabelle, la jolie fille qui paraît brillante et tout savoir. Comme son frère Monsieur Thorpe. Eleanor qui incarne la pureté et l’amitié sincère. Et bien d’autres encore. Je dois vous avouer qu’Eleanor reste un personnage que j’apprécie beaucoup parce que je me suis retrouvée dans ce personnage, peut-être même plus que dans celui de Catherine.

Dans son roman, Madame Austen met en place la question du conflit des classes sociales mais aussi celui de la superficialité.
J’apprécie aussi les différents avis que Jane Austen nous donne tout au long du roman. Celui qui m’a le plus marqué est celui sur la question du roman !

Nous saluons donc une écriture magnifique et fluide ! Une légèreté sans pareille. Les prises de positions sont assez présentes. Celle qui me vient en tête tout de suite est la prise de position sur le roman qui m’a fait sourire. Pour ma part, c’est le roman le plus moderne que Madame Austen a pu écrire !

Je termine avec quelques questions pour Pretty Lizzy :

– Quel personnage t’a le plus marqué ? Celui qui t’as le plus déplu ?
– Est-ce que Northanger Abbey est un des romans de Jane Austen que tu préfères ? Si non, lequel est ton préféré ?
– Es-tu plus John Thorpe ? Ou Henry Tilney ?
– As-tu mis du temps à te mettre dans cette lecture, ou au contraire, a-t-elle été facile?

Les questions de Pretty Lizzy :

– Que penses-tu du parti pris de Catherine pour les romans? (lorsqu’elle dit que c’est le meilleur genre qui existe). Je suis plutôt d’accord. Le roman est le meilleur genre qui existe justement parce qu’on peut y trouver tous les genres.
– Qu’est-ce qui fait, selon toi, un bon roman?  Ce qui fait un bon roman, à mes yeux … Un style frais, qui se lit facilement. Un peu d’humour. Des personnages attachants et une trame qui nous tient en haleine jusqu’à la dernière page.
– Penses-tu que l’argent doive contribuer de manière évidente à l’union de deux jeunes gens? L’argent ne fait pas le bonheur comme dirait l’autre mais moi j’ajoute toujours qu’il y contribue. On ne peu pas vivre d’amour et d’eau fraîche. Donc, je dirai que l’argent est important. MAIS pas de manière évidente cela va de soi. J’entends par la qu’il ne faut pas non plus avoir une richesse a ne plus savoir qu’en faire. Mais c’est vrai qu’il est toujours mieux d’avoir un certain confort et ne pas être angoissé de ne pas savoir si l’on va avoir de quoi vivre le lendemain. J’ajouterai que les mariages d’argent m’écœurent.
– Appuies-tu le comportement d’Isabelle? Absolument pas! Ce personnage incarne tout ce que je déteste. La lâcheté, la superficialité. Elle fait ses coups en douce. Dès la première fois où j’ai lu son nom … J’ai pas pu la voir en peinture 😉
– Catherine craque totalement pour Northanger Abbey. Quelle demeure te ferais craquer, toi ? J’ai hésité à te poser la question! Ahah! J’aime beaucoup les grandes maisons victorienne. Là où il y a de la place pour tout le monde. Où les gens découvrent par eux mêmes les secrets de la maison. Une vieille maison à retaper, j’aimerai beaucoup. Sinon, je me vois bien habité dans un château, avec une grande bibliothèque, un grand jardin avec pleins d’arbres et un hamac. J’ai le même engouement pour les vieilles demeures ! J’aime beaucoup visiter les châteaux, les maisons d’auteurs connus. Celle de J.J Rousseau à Chambéry est magnifique d’ailleurs.

Merci pour tes questions ! 🙂

Ma note : 16/20

large

8

La ronde des saisons Tome 5 : Retrouvailles – Lisa Kleypas

Image

Voici la cinquième et dernière chronique pour la saga La ronde des saisons de Lisa Kleypas. Nous retrouvons ici nos laissées pour comptes dans Retrouvailles. Bien qu’elles soient toutes au second plan.

Résumé : Rafael Bowman, américain et débauché notoire, doit épouser lady Natalie, jeune fille de l’aristocratie britannique. Ainsi en a décidé son père. Faute de quoi, Rafe devra renoncer à toute responsabilité dans la société familiale et sera déshérité. Sauf que c’est de Hannah, la délicieuse demoiselle de compagnie de Natalie, qu’il tombe éperdument amoureux. Entre raison et sentiments, Rafe hésite. Heureusement, ses soeurs et leurs amies, les quatre incorrigibles  » laissées-pour-compte », ne sont que trop heureuses de jouer les marieuses. Lors d’un Noël mémorable à Stony Cross Park, le jeune homme se verra offrir le plus beau des cadeaux…

Mon avis : Je pense que le cinquième tome était le tome de trop! Partant, je pense, d’une idée lumineuse: celle de retrouvé nos laissées-pour-compte une nouvelle et dernière fois. Malheureusement, il n’y a pas eu le charme des quatre premiers tomes. J’ai peiné à le terminer. J’ai eu l’impression de lire une œuvre bâclée et sans âme.

Je pense que cela vient du fait que justement, les quatre laissées-pour-compte sont toutes passées au second plan. Et qu’un homme mis en avant tout au long de l’œuvre perd justement la touche de féminité que la saga avait. Les remarques aiguisées et l’humour féminin. C’est ce qui faisait, pour ma part, tout le charme de l’œuvre de Kleypas. Dans Retrouvailles, je n’ai pas vraiment su m’identifier aux personnages principaux.

De plus, j’ai eu beaucoup de mal à m’attacher aux personnages que dans les précédents tomes. Surtout aux trois personnages principaux. Rafael a quelques traits de sa sœur Lillian mais ce n’est pour moi qu’une pâle copie. J’ai trouvé lady Natalie fade et sans mystère.

Pour ma part, il n’y a pas ou peu de rebondissements. J’ai réussi à découvrir toute l’histoire dès les premières lignes. Il n’y a pas de choses surprenantes comme on a pu trouver dans les anciens tomes. Ce qui est bien dommage.

je vous recommande quand même cette saga. Très fraîche, surprenante et pleine de drôleries. On y trouve de belles amitiés, solides. Lisa Kleypas nous montre dans cette saga au combien la force de l’amitié est quelque chose d’important si l’on veut pouvoir progresser et avancer doucement dans la vie. Même si l’amour est le fil conducteur le plus important, il ne faut pas oublié les amitiés profondes et sincères. Je souhaite à tous de vous trouver une Annabelle, une Evangeline, une Daisy ou une Lillian. Pour ma part, ça fait bien longtemps que je les ai trouvés. 🙂

Ma note : 09/20

6

Les Secrets de Wisteria T1 – Elizabeth Chandler

Image

Bonsoir mes p’tits clous. 🙂

Enfin revenue des vacances! Avec trois chroniques !

Commençons par la plus décevante ..! Les Secrets de Wisteria Tome 1 d’Elizabeth Chandler.

Résumé : Pendant 16 ans, Megan n’a pas eu de nouvelles de sa grand-mère.
Et voilà que celle-ci l’invite dans son manoir, sans pour autant l’accueillir avec chaleur. Megan y rencontre son cousin Matt, tout aussi froid, qui l’attire étrangement. Elle découvre un petit cimetière familial où gît une certaine Avril, morte à l’âge de 16 ans. A force d’événements étranges et de recherches, Megan comprend qu’Avril est morte – assassinée ? – pour l’amour d’un homme, et que l’histoire pourrait bien se répéter…

Mon Avis : Avec un résumé très tentant, je me suis laissée séduire et j’ai acheté ce livre ! Mais quelle déception ! Malgré un bon début la fin reste décevante. Peut être un peu trop simple. Il se lit très vite pour ma part, en quelques heures. Les événements paranormaux sont posés là comme ça, sans forcément trop de cohérence. Ca ne reste que mon avis.

Les personnages principaux auraient pu être adorables. Mais je les ai trouvés peu approfondis. J’ai adoré l’idée du franc-parlé de Megan. Les remarques acerbes qu’elle balance à sa grand-mère et à son cousin sont terribles! Malheureusement, je trouve ce trait de caractère trop peu exploité.

C’est d’ailleurs le soucis majeur de ce livre pour moi. C’est que les choses sont peu exploitées, mal expliquées. Les évènements paranormaux ont été pour moi une grosse blague..! Elle parle d’évènements un peu étranges avec une fille qu’elle connait à peine en faisant un lit ! Je reprendrais bien la réplique de notre chère Nabilla mais je vais me retenir ! J’ai trouvé des choses beaucoup trop bizarres. Elle ne peut pas voir son cousin en peinture et d’un coup hop là, ils s’adorent. Bien sur, ici je grossis un peu les traits mais c’est l’impression que j’ai eu. Tout se passe vite trop vite même sans forcément que l’on comprenne.

Cependant, c’est un livre qui possède de courts chapitres, aéré et qui est agréable pour les yeux. Un deuxième tome est disponible, à voir si je le trouve pas trop cher et si je me laisse retentée. Mais pas tout de suite en tout cas !

Ma note : 07/20

7

Les contes – Charles Perrault

les-contes_couv

Résumé : Imaginez la grande forêt où le petit chaperon rouge a rencontré le loup, où le petit poucet et ses frères se sont perdus, où la belle au bois dormant attend son prince, couchée sur son lit brodé d’or et d’argent…
Des marmitons y préparent les noces de Riquet à la Houppe et le Chat Botté passe en courant : que porte-t-il à son maître? La bague de Peau d’Ane, la pantouffle de Cendrillon  ou la clef d’or de barbe bleue?

Mon avis : Des contes enfantins. Me rappelant légèrement les fables de la Fontaine (pas dans la forme mais dans le fond). Toujours une morale simple et toujours aussi plaisante à apprendre ou ré-apprendre pour les plus âgés d’entre nous! 🙂

La lecture des contes dans leur totalité m’a permis de découvrir et de redécouvrir les contes de mon enfance. Bien que je dois vous dire que certains me paraissaient … Inconnus! Par exemple, la fin de la belle au bois dormant. Je ne connaissais pas ! Je n’avais jamais lu le conte, me fiant corps et âme aux Disney 🙂 Il va de même pour le chat Botté ou Cendrillon. J’ai été surprise de certaines fins. Barbe bleue est toujours aussi effrayant. 

Ca reste une lecture simple, rapide qui nous replonge dans notre enfance! Ca fait toujours plaisir et du bien par moment. Ce livre de contes nous rappelle aussi que Charles Perrault reste le maître du conte. Indétrônable.

Nous saluons donc ici des contes qui ne prennent pas une ride ! Toujours aussi agréable à la lecture.  Incontournables contes de notre enfance !

Ma note : 13/20.

2

La ronde des saisons T4 – Scandale au printemps – Lisa Kleypas

Image

Scandale au printemps est le quatrième et avant dernier tome de la saga « La ronde des saisons » de Kleypas.

Ici, le roman est centré sur Daisy Bowman la dernière des « laissées-pour-compte » et sur Monsieur Swift.

Résumé : Des quatre amies qui semblaient vouées à rester vieilles filles, Daisy Bowman est désormais la seule célibataire. Impatient de rentrer en Amérique où ses affaires l’appellent, son père lui lance un ultimatum : soit elle trouve dans l’urgence un riche époux, soit il la mariera à Matthew Swift, son associé. Daisy bondit. Quoi ? épouser ce Bostonien hautain et sans humour ? Plutôt convoler avec le premier venu, ce qu’elle ne se prive pas de dire au principal intéressé. Mais Matthew Swift se révèle infiniment plus troublant que dans son souvenir et Daisy, peu à peu, se laisse prendre au charme. Jusqu’au jour où il lui avoue qu’il ne pourra jamais l’épouser…

Mon Avis : En ayant commencé par le quatrième tome, je l’ai trouvé MAGISTRAL. J’ai adoré du début à la fin. Daisy étant ma laissée pour compte préférée, j’ai été sous le charme directement du mystérieux Monsieur Swift.

Daisy étant le personnage auquel je corresponds le plus : une douce rêveuse qui veut croire en l’amour parfait. Tout le temps le nez dans les livres, un humour décapant et une amie fidèle, c’est un personnage attachant pour qui de nombreux livrovores  auront un coup de coeur.

Le personnage masculin étant mis en avant ici est celui de Matthew Swift. J’ai tout de suite adoré ce personnage. Mystérieux, amusant et ses remarques piquantes ont eu raison de moi et je suis tombée sous le charme ! 🙂 C’est toujours un plaisir de retrouver les laissées pour compte !

Lisa Kleypas nous tient en haleine tout le long de l’oeuvre avec un suspens terrible! Ce que j’ai trouvé génial, c’est que durant tout le roman on ne s’attend absolument pas à cette fin ! Ca faisait tellement longtemps que je n’avais pas dévoré un livre comme ça ! 

Je salue donc un roman frais et plein d’humour. La présence de la passion, de l’amour et de l’amitié. Un style sans faille qui nous tient en haleine jusqu’au dernier mot de la dernière page. 

Ma note : 20/20 sans hésitation.

Bisous, bisous,

Satine.

4

La ronde des saisons T3 – Un diable en hiver – Lisa Kleypas

Image

Bonjour,

Comme vous pouvez le remarquer, en ce moment je n’arrête pas de chroniquer ! J’ai vu la taille de ma PAL… J’ai pleuré ! Il faut vraiment que je lise pas mal de bouquins pendant les vacances. Enfin, j’ai encore quatre mois pour pouvoir la réduire au maximum.
J’ai lu toute la nuit, ça faisait longtemps que ça ne m’étais pas arrivé ! Le troisième tome de la saga « la ronde des saisons » était ma proie.

Résumé : Qui aurait cru qu’après ses amies Annabelle et Lillian, ce serait au tour de la timide et bégayante Evangeline Jenner de se trouver un mari ? Et quel mari ! Non content d’être un débauché notoire, un aristocrate plein de morgue, Sebastian, lord St. Vincent, vient de trahir son meilleur ami en tentant d’enlever sa riche fiancée…
Et c’est pour échapper aux griffes de sa famille, qu’Evangeline va signer un pacte avec ce diable d’homme : en échange de sa protection, Sebastian aura sa fortune, mais il n’aura ni son corps, ni son coeur…

Mon Avis : Encore un livre de Madame Kleypas haut en couleur! Même si j’ai eu du mal à m’attacher au personnage de Saint Vincent, Evangeline est pour moi LA révélation de la saga. Saint Vincent est un homme qui manipule et qui calcule beaucoup. Mais une transformation se fait quand il est avec Evangeline. Il est de même pour Evangeline, son bégaiement disparaît complètement lorsqu’elle est en sa présence.

On pouvait deviner le caractère foudroyant de Lillian, le côté rêveur de Daisy et la sensibilité d’Annabelle mais le caractère d’Evangeline restait un mystère pour moi. Sous sa grande timidité, ce petit bout de femme est exceptionnel! Des quatre filles, comme je le disais au dessus, Evangeline reste la révélation de la saga. Je la trouve pétillante et pleine de ressources!! Un petit bout de femme qu’il ne faut pas ennuyer.
Saint Vincent lui est un personnage masculin comme on a l’habitude, maintenant, de rencontrer dans la saga de Kleypas. Même s’il à un rôle un peu plus rustique pour moi. On ne peut pas oublier son implication dans un gros événement qui s’avouait être dramatique (pour l’époque et pour les grandes fans !) dans le déroulement de la saga! Mais je trouve justement qu’en partant avec ce handicap, on voit la nette évolution de Saint Vincent.

C’est un couple détonnant et très amusant qui se crée sous nos yeux. Je trouve que c’est le couple le plus surprenant de la saga : La bégayante Evangeline et le Saint Vincent sans foi ni loi.

Beaucoup de situations sont délicates. Si l’on prend déjà le lieu dans lequel se passe l’histoire qui est aussi assez étrange pour l’époque : un casino. Lieu où se passait beaucoup de choses qu’une femme de la société ne pouvait pas forcément comprendre. La situation d’Evangeline avec sa famille qui la maltraite aussi est une situation délicate.

Toutes ces situations nous permettent aussi de comprendre comment les gens vivaient à cette époque. Et de nombreux thèmes sont abordés dans ce tome : le jeu, la religion, la violence et bien évidemment l’amour qui prend ici une drôle de forme et qui commence sur les chapeaux de roues!

J’ai lu le livre d’une traite. Même si j’ai mis un peu plus de temps que pour les autres livres à me mettre dedans, la saga ne s’avoue pas être décevante ! Au contraire, j’avais envie de lire les autres tomes cette nuit la mais vu l’heure avancée j’ai préféré arrêté quand même.

Le seul petit bémol que je mettrai c’est l’absence des personnages secondaires… Simon Hunt n’est que mentionné même si nous voyons le couple Westcliff, Daisy et Annabelle (très peu) les autres personnages sont un peu trop effacés à mon goût.

Je salue encore une fois le génie de l’auteur et la fraîcheur de son style renversant!

Ma note : 17/20

Bisous, bisous.

Satine.