221 B Baker Street – Graham Moore

Me revoilà avec une nouvelle chronique. Celle du livre qui m’a fait frémir du début à la fin : 221 B Baker Street de Graham Moore

Image

Quatrième de couverture : Octobre 1900, Londres. Après avoir reçu un étrange courrier, Conan Doyle se retrouve mêlé à la disparition de plusieurs jeunes filles dans les bas-fonds de la ville. Sur les traces d’un tueur en série, il demande l’assistance d’un de ses amis, l’écrivain Bram Stoker, auteur de Dracula. Janvier 2009, New York. C’est un grand jour pour Harold White : son article mettant en parallèle les exploits de Sherlock Holmes et la naissance de la médecine légale lui vaut d’être intronisé dans la prestigieuse association des « Baker Street Irregulars ». C’est aussi un grand jour pour ladite association : Alex Cale, l’un de ses membres les plus renommés, vient de retrouver le « Saint-Graal » des fanatiques de Conan Doyle, le fameux tome perdu du journal intime de l’écrivain, couvrant les mois d’octobre à décembre 1900. C’est en effet à cette époque que Conan Doyle, après avoir fait mourir Sherlock Holmes sept ans plus tôt au grand dam de ses admirateurs, a décidé, pour une raison demeurée inconnue, de faire revivre le célèbre détective. Mais Alex Cale est assassiné avant d’avoir pu dévoiler le contenu du fameux journal et Harold, inspiré par l’art de la déduction de son illustre modèle, se lance sur la piste du meurtrier. Deux enquêtes à plus d’un siècle de distance, de mystérieuses correspondances, un formidable coup de théâtre. Avec ce premier roman passionnant, Graham Moore, s’inspirant de faits réels, nous offre un voyage fascinant dans le monde des collectionneurs et des obsessionnels de Sherlock Holmes, et met le lecteur à l’épreuve : saura-t-il résoudre l’énigme avant le héros ?

Mon Avis : Le récit se fait de manière étrange, dans un premier temps j’ai cru que ça allait me poser problème mais en fait : PAS DU TOUT. En effet, deux histoires sont racontées en même temps, sous la forme d’un chapitre sur deux. Le premier chapitre en 1900, le deuxième en 2010, le troisième en 1900 et ainsi de suite !

On est plongé dans deux univers différents : celui de Sir Arthur Conan Doyle et de son ami Bram Stoker et dans l’univers d’Harold, un jeune homme qui fait parti des Baker Street Irregulars.

Comme vous l’avez compris, nous sommes plongés dans deux enquêtes qui a la fin, finissent par se rejoindre.

Je me suis beaucoup attachée au personnage d’Harold qui est un jeune homme qui respire la gentillesse. L’auteur nous propose, à travers ce personnage, un oeil neuf sur la manière de résoudre une enquête. Il nous montre aussi qu’il est accessible à beaucoup de personne de résoudre une enquête. (Attention, je ne dis pas de vous lancer corps et âme dans une enquête de meurtre ou je ne sais quoi… ) Mais dans cette fiction, c’est l’impression que nous donne Graham Moore.

L’auteur ici retranscrit dans ces deux personnages principaux contemporains Harold & Sarah les personnages de Watson et d’Holmes. Nos deux enquêteurs préférés. Sarah un peu plus fourbe et manipulatrice nous rappelle beaucoup certains traits de notre cher Sherlock. Harold est un peu plus complexe : Il a un peu des deux caractères : naïf comme Watson et tenace comme Holmes.

J’ai aussi apprécié le fait que le roman soit hyper bien documenté sur la vie de Sir Arthur Conan Doyle. Bien que quelques renseignements soient purement fictifs, la plupart des informations sont véritables comme son amitié avec Oscar Wilde (le portrait de Dorian Gray) et Bram Stoker (Dracula).

Nous somme directement plongés au coeur du roman qui finalement n’est pas aussi gros que ça ! J’ai dévoré le livre en deux jours! J’ajoute aussi le fait que le livre soit un bel objet, écrit de manière aéré. Ce qui permet de ne pas étouffer (forcément!) sous la quantité d’information que l’on a dans chaque chapitre! La trame policière est très prenante ! On ne s’ennuie pas ! Le suspens est présent du début à la fin avec une trame très bien ficelée

Moi qui affectionne particulièrement Sir Arthur Conan Doyle & son sacré personnage Holmes, j’ai été surprise d’autant apprécier ce roman que j’abordais avec beaucoup de préjugés en pensant qu’il n’était pas vraiment possible de parler d’Holmes en n’étant pas Conan Doyle, mais je me suis carrément foutue le doigt dans l’oeil.

Pour conclure je dirais que c’est une très bonne découverte que je recommande aux lecteurs qui adorent le genre policier et qui adore Conan Doyle!

Ma note : 19/20

Lu dans le cadre du challenge de l’été : Les monstrueux de la PAL.
Image

Publicités

7 réflexions sur “221 B Baker Street – Graham Moore

  1. Merci, mais je vois qu’on a aussi trouvé le 2ème indice : Bram Stoker, Conan Doyle et Oscar Wilde. Je dois avouer que je n’ai jamais lu de livres sur Sherlock Holmes mais j’ai vu beaucoup de film sur ce personnage et que j’ai tous aimé ;-).

  2. Ne serait ce pas le deuxième indice ? Alors ce roman a l’air passionnant! C’est pas mal cette histoire d’indices, ça permet de découvrir tout ça ! Ce roman parle de Conan Doyle, Bram Stocker et Oscar Wilde ! Et merci pour cette découverte, WL direct !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s