11

Bilbo le hobbit – J.R.R Tolkien

9780547928227_p0_v1_s260x420

Me revoici pour chroniquer le roman de Tolkien.

Bilbo le hobbit a été lu en lecture commune avec Goldfish books & les lectures de Bibliophile. C’est aussi une chronique pour le challenge La littérature fait son cinéma

Quatrième de couverture: Bilbo, comme tous les hobbits, est un petit être paisible. L’aventure tombe sur lui comme la foudre quand le magicien Gandalf et treize nains barbus viennent lui parler de trésor, d’expédition périlleuse à la Montagne Solitaire gardée par le grand dragon Smaug, car Bilbo partira avec eux ! Il traversera les Terres Solitaires et la forêt de Mirkwood dont il ne faut pas quitter le sentier, sera capturé par les trolls qui se repaissent de chair humaine, entraîné par les gobelins dans les entrailles de la terre, contraint à un concours d’énigmes par le sinistre Gollum, englué dans la toile d’une araignée géante… Bilbo échappera cependant à tous les dangers et reviendra chez lui, perdu de réputation dans le monde des hobbits, mais riche et plus sage. Bilbo le hobbit, un grand classique de la littérature fantastique moderne.

Mon avis : Mitigé pour une fois depuis bien longtemps!

J’ai lu les premiers chapitres avec beaucoup d’engouement. Mais des lenteurs sont apparues elles viennent de plusieurs points :

– L’incalculable nombre de personnages. Tout devient confus par moment et je me suis emmêler les pinceaux.
– Les descriptions à rallonge qui m’ont fait devenir chèvre à certains moments.
– Le point de vue externe de l’auteur qui a enlevé certaines émotions. Dommage!

Malgré ça, j’ai apprécié le style de Tolkien. Et ma lecture s’est passée sans trop de souci grâce à son style. De plus, j’ai réussi à m’attacher à certains personnages. Bilbo par exemple même si à certains moments il était vraiment lourd. Mais je l’aime bien mon petit hobbit..! :-). L’épisode avec Gollum était aussi vachement sympathique. J’ai apprécié le moment des énigmes.

Pour faire le parallèle avec le film, j’ai trouvé le temps long dans la salle de cinéma. Mais n’ayant jamais vu un film de la trilogie du Seigneur des anneaux. (Ma meilleure amie me rappelle assez souvent que ma vie est naze si je n’ai pas vu ces films. Mais ça va venir) J’ai donc été traîné de force dans une salle de cinéma en me disant : Bon c’est qui tout ça ?!
Je me suis ennuyée comme un rat mort dans la salle de cinéma. Même s’il y avait des bons trucs, j’ai cru comprendre qu’il était beaucoup moins bon que le SDA! Bref, j’ai plus apprécié le roman que le film (pour ne pas changer.)

Malgré des longueurs en plein milieu du bouquin qui m’ont fait perdre le fil de l’aventure, j’ai apprécié suivre cette fantastique équipe tout au long de ce périple. Smaug était un dragon bien méchant comme il le faut ! J’ai souffert de l’absence de Gandalf qui venait et partait sans forcément de raison. Ce que je n’ai pas très bien compris.

Comme vous l’avez compris, un avis mitigé mais j’ai passé un bon moment.

Quelques questions pour mes partenaires pour cette lecture: 

– Avez vous lu le Seigneur des anneaux ? Si oui, que pensez vous en terme de comparaison de ces deux oeuvres?
– Quel(s) personnage(s) avez-vous préféré? Détesté? 
– Que pensez vous du style de J. R. R. Tolkien ?
– Et si vous étiez dans le cas de Bilbo, qu’auriez vous fait ? Seriez vous parti à l’aventure ? 🙂 
– Quel événement durant cette aventure vous a le plus plu? et au contraire, le plus détesté? 
– Que pensez vous du comportement de Bilbo ?
– Si vous aviez l’anneau entre les mains (ou sur le doigt). Qu’en feriez vous? 

Challenge La littérature fait son cinéma 2013. (3) jpg   large

Ma note : 13/20

6

Pierre et Jean – G. De Maupassant

2975953279_1_3_lEp1tTuc

Une lecture commune du mois de Septembre que j’ai lu avec Noémie (les lectures de Bibliophile). J’ai aussi lu ce livre dans le cadre du Challenge XIXème !

Nous avons donc lu Pierre et Jean de Guy de Maupassant. J’ai lu quelques nouvelles de lui. Et j’aime beaucoup son style qui se lit très très facilement. Il est beau et très agréable.

Quatrième de couverture: Pierre, médecin, ne comprend pas pourquoi un ami de sa famille a légué sa fortune à Jean, son frère cadet. Au terme d’une véritable enquête policière, il mettra au jour un terrible secret.

Mon avis: J’étais contente de découvrir le quatrième roman de Maupassant. Mais j’ai vite été freiné. Stoppée net dans ma lecture. J’ai eu beaucoup de mal à rentrer dans l’histoire. J’ai réussi au bout d’une centaine de pages. (Il en fait 177 vous pouvez donc constater que c’est à la fin que j’étais enfin dans l’histoire).

On traite ici d’un sujet qui est assez tabou au siècle de Maupassant. C’est donc avec surprise que j’ai lu l’histoire qui se déployait sous mes yeux. Je ne pensait pas qu’on aurait trouver une histoire pareille dans un Maupassant. En même temps après avoir lu Flaubert, j’aurais pu m’en douter mais bon.

J’ai beaucoup apprécié Jean. Qui hérite mais qui n’y peut rien. Il va donc devoir faire face à un frère jaloux et en colère, Pierre. Médecin qui voit sa vie exploser sous ses yeux. Des mystères et des non dits vont finir par poser des problèmes dans cette famille.

J’ai trouvé que la fin manquait cruellement de quelque chose! Je n’y ai RIEN trouvé. Je me suis dit « Mais c’est quoi cette fin?! » J’ai été un peu déçue de ma lecture. Malgré le plaisir que j’ai eu a retrouver Maupassant, Pierre et Jean ne m’a pas beaucoup convaincue.

Pour conclure, j’ai été un peu déçue de l’histoire qui ne m’a pas transporté mais qui avait tout pour me plaire. Une fin décevante. Mais toujours le même plaisir de retrouver le style de mon cher Maupassant.

Ma note : 12/20

6cue    large

3

Miss La gaffe T1 – M. Cabot

misslagaffe1

Me revoilà assez tôt aujourd’hui, j’ai posé le T2 pour faire la chronique du T1! J’ai beaucoup entendu parler de Meg Cabot. Qui s’illustre dans beaucoup d’étagères de ma médiathèque..! J’étais là genre  » MAIS ELLE EST PARTOUT « . J’en entendais beaucoup parler sur la blogo. Alors je me suis dit … « Allons-y »!

Quatrième de couverture: Plus pipelette que Lizzie, on ne trouve pas. Plus gaffeuse non plus. Exemple: convaincue d’avoir rencontré LE grand amour, elle renonce à ses projets et se ruine littéralement… pour rejoindre le fameux Andrew à Londres. Or ce dernier s’avère non seulement un goujat, un feignant, mais aussi un vil arnaqueur! Heureusement, il y a Shari, la meilleure amis de Lizzie, qui passe l’été dans le sud. Ni une ni deux, notre « miss la gaffe » la rejoint dans un château du XIX° siècle, pour un été plus que mouvementé. Au programme: mariage en déroute, rencontre avec le fils du propriétaire, et l’ombre d’Andrew qui plane…
Avertissement de l’éditeur: lecture réservée aux + de 15 ans

Mon Avis: J’ai apprécié cette lecture! J’avais besoin d’un peu de détente après avoir avalé Bilbo le Hobbit & Sur la Route de Kerouac (ce dernier m’ayant laissé des souvenirs cuisants..)
Lizzie est une nana de vingt-deux ans. Très naïve et aussi très grande gueule. J’ai adoré le côté « Je lâche tout pour rejoindre un mec que je ne connais pas trop ». Lizzie veut croire au prince charmant coûte que coûte. Elle se voile la face jusqu’au dernier moment.
Ce que j’ai apprécié aussi c’est que le personnage principal donc Lizzie n’est pas une perfection! Elle a ses petits défauts. Et c’est très bien, je l’ai adoré en partie pour ça.

Il y a de bonnes trouvailles dans ce roman. Un bon cocktail pour passer une bonne lecture.

Le petit moins de la lecture ce sont les scènes où l’on parle de sexe. Ou la manière dont l’auteure en parle. Trop cru. Ca vient d’un coup comme ça, on ne sait pas d’où ça sort. Enfin bref, c’est la seule chose qui m’a un peu dérangé. (lire le mot « pipe » environ cinq fois par page pendant une vingtaine de page, c’était pas trop cool).

Mais globalement, Miss La Gaffe reste une bonne lecture et Meg Cabot une belle découverte!
Je suis dans la lecture du tome deux! Qui à l’air d’être aussi sympathique que le premier. We’ll see. 😉

Ma note : 14/20

9

Antigone – J. Anouilh

Antigone

Voici la chronique d’Antigone de Jean Anouilh. J’ai pu redécouvrir le mythe que je préfère grâce au challenge « Haut en couleurs » et au rendez-vous que j’ai mis en place avec ma partenaire. « Les choix de Culture, you and me » s’est arrêté sur cet ouvrage, petit et rapide à lire.

Quatrième de couverture: Après Sophocle, Jean Anouilh reprend le mythe d’Antigone. Fille d’Oedipe et de Jocaste, la jeune Antigone est en révolte contre la loi humaine qui interdit d’enterrer le corps de son frère Polynice. Présentée sous l’Occupation, en 1944, l’Antigone d’Anouilh met en scène l’absolu d’un personnage en révolte face au pouvoir, à l’injustice et à la médiocrité.

Mon avis: J’ai pris beaucoup de plaisir (en attendant que mon médecin daigne me prendre en consultation) à redécouvrir le mythe d’Antigone qui reste un de mes préférés.

Antigone est pour moi une héroïne magnifique. Elle n’est pas d’une réelle beauté. Mais elle est belle à sa manière. Elle décide de tout envoyer balader même sa vie. Elle a une volonté incroyable. C’est un bel exemple de prise de conscience et de risque par la même occasion.

Elle est vraiment prête à tout et à se battre pour défendre ses convictions. C’est une belle leçon de vie! Elle préfère mourir la tête haute que de fermer les yeux sur ce qui est un crime pour elle. Elle affronte la vie, son roi, son Oncle.

L’histoire est très belle. Elle veut enterrer son frère qui est mort en lâche. Créon, roi & oncle d’Antigone ne veut pas en entendre parler. Mais elle ne lâche rien. Têtue comme un âne, elle ne renoncera à rien pour traiter son frère convenablement même dans la mort.

Une héroïne qui se bat pour ses convictions et ses croyances. Un mythe qui se révèle être intemporel. Une belle leçon de vie.

Ma note: 16/20

livres-anciens-de-1900     Challenge Couleurs

4

La poudre d’amour de Louis XIV – O. Weulersse

9782266214216

Voici la chronique d’un roman jeunesse que j’ai emprunté à la bibliothèque. J’adore tout ce qui touche à l’histoire et plus particulièrement au XVIIème & XVIIIème siècle. Je voue un culte au roi Soleil. Il était donc évident que je passe par la case de « La poudre d’amour de Louis XIV » 🙂

Quatrième de couverture: Paris, 1667. À peine nommé inspecteur de police, Timoléon veut prouver qu’il est digne de la confiance du Roi-Soleil : une étrange maladie s’est abattue sur la capitale et les morts se multiplient… Au cours de son enquête, Timoléon est envoûté par une énigmatique jeune fille : Brindille. Celle-ci fabrique toutes sortes de poudres et d’élixirs magiques. Il découvrira bientôt qu’elle fréquente des personnages importants à la Cour… qui font appel au Diable.

Mon avis: J’ai commencé mon livre un peu énervée. Je me suis rendue compte qu’encore une fois j’ai commencé par un autre tome que le tome 1! Mais il est écrit NUL PART que ce livre est un tome 2 d’une saga..! Alors j’ai un peu pesté.. Mais rien de bien grave 😉

J’ai donc fait la rencontre de Timoléon, un jeune officier de police, de Fleuridor son meilleur ami et accessoirement l’amant de sa sœur. J’ai déjà un gros faible pour les prénoms… Originaux et très beaux. Enfin, je n’appellerai pas mon gamin Fleuridor mais je trouve que ce nom va très bien à un homme de l’époque.

Nous nous retrouvons dans Paris. A l’époque de la scandaleuse affaire des Poisons.

En lisant le titre je me suis dit « Cool! Louis XIV est encore mis en avant dans un roman jeunesse. » Mais en fait pas vraiment, pas si présent que ça. L’histoire tourne autour de Timoléon et de Brindille une jeune parfumeuse qui s’adonne à de très étranges pratiques.

Des morts à foison dans les rues sales de Paris. Une enquête qui passe un peu au second plan par moment mais qui est toujours en toile de fond. Les poisons et les « sorcières » sont impliqués dans ^cette enquête.

Un récit qui mêle fiction et réalité. On rencontre des noms comme Molière, Lully, Madame de Montespan, Anne d’Autriche et j’en oublie beaucoup. J’apprécie ce genre de roman où l’on trouve des faits réels et des personnages qui ont vraiment existés pour donner du vivant mais aussi une dose de vrai dans un roman.

L’enquête nous maintient quand même tout au long du livre dans une certaine envie de découvrir ce qui a pu se passer.

Le style de l’auteure est très frais. Le livre étant lui aussi un bel objet, j’ai eu toutes les conditions pour passer un agréable moment. Un roman jeunesse qui se lit très facilement et qui est vraiment un roman pour tout âge.

Ma note : 16/20

 

4

Les temps d’une vie – E. Tismaé

ca3d491857-test-horloge-prague-5 Arno Pro

Premier partenariat avec une maison d’édition pour moi, je suis très contente. Je remercie encore « Nats Editions » pour m’avoir fait confiance.

J’ai lu Les temps d’une vie d’Enel Tismaé.

Quatrième de couverture : « Et si… » un vieillard qui se présente comme Chronos, Dieu du Temps et de la Destinée, vous proposait de revenir en arrière pour refaire votre vie que vous estimez complètement ratée ? C´est dans cette situation que se trouve Kayla, future maman de 26 ans, abandonnée de tous, perdue et pleine de regrets. L´occasion rêvée de se reconstruire une vie parfaite… Encore faudrait-il que ce vieux fou soit bien Chronos ! Kayla choisit de le croire et se retrouve embarquée pour un tas d´aventures dans le Temps, accompagnée de l´insupportable mais tellement beau Samuel, Gardien de l´Olympe, pour tenter de réparer ses erreurs. Une seule règle : ne pas chercher à sauver ceux qui sont destinés à mourir, sous peine de terribles représailles de la part d´Hadès, Roi des Morts.

Mon Avis : C’est le premier livre d’une auteur qui s’avère assez prometteur. Je n’irai pas jusqu’à dire que c’est un coup de coeur. Mais c’est un livre qui se laisse lire facilement.

Nous faisons la rencontre de Kayla qui est une jeune femme enceinte et à qui la vie n’a pas fait de cadeau. Famille, amis, bref elle se retrouve seule contre tous. Kayla est un personne que j’ai réussi à apprécier dès les premières lignes du roman. Malgré des moments où j’avais envie de la secouer, J’ai pris beaucoup de plaisir à lire ce qui lui était arrivé.

Kayla fait la rencontre d’un vieillard qui se présent comme étant Chronos, dieu du temps et de la destinée. Il lui propose de changer certains événements de sa vie. Kayla accepte et se retrouve avec son ange gardien, son protecteur, Samuel qui est l’incarnation de la séduction et du désir. Je m’arrête ici avant de tout spoiler. 😉

J’ai lu les cinquante premières pages assez rapidement, sans les voir passées. Malgré des longueurs ,présentes dans les pages suivantes,  qui m’ont par moment vraiment dérangées, je reste sur un avis assez positif. J’ai trouvé les caractères des personnages assez différents et intéressants.
J’ai eu un peu de mal a adhérer à l’histoire. Retourner dans le temps… Ce n’était pas forcément quelque chose qui me plaisait. Mais nous avons le droit à une fin assez sympathique.

Pour conclure, ça reste une assez bonne lecture, avec un style agréable qui m’a permis de terminer ma lecture sans trop de souci. Je recommande cette lecture ! 😉

Ma note : 15/20

nats-editions

10

Une guitare pour deux – Marie Amato

couv2022272

Bonsoir,

Une critique d’un livre que j’avais envie de lire depuis loooongtemps. Grâce à Noémie des Lectures de bibliophile j’ai pu le lire.

Quatrième de couverture : La mère de Tripp lui a confisqué sa guitare tant qu’il ne sera pas plus sociable et meilleur élève. Lyla, quant à elle excellente élève et musicienne hors pair, a besoin de s’entraîner pour ses concerts de violoncelle. Les deux adolescents entament alors le partage de la salle de répétition du lycée et une correspondance, d’abord acide puis plus complice. Bientôt le guitariste rebelle et la violoncelliste sage que tout oppose se retrouvent autour de leur passion commune : la musique…

Mon avis : C’était un moment très agréable. J’avais un peu peur du coté jeunesse mais il est très bien passé. J’ai pas eu vraiment conscience de leur âge. J’ai été assez touché par les deux personnages principaux : Tripp & Lyla.
Tripp est du genre « relax » un mec qui cherche pas les ennuis et qui veut simplement jouer de la guitare toute sa vie. Lyla fait elle partie du clan des « parfaites ». Joueuse exceptionnelle de violoncelle elle est connue de tout le monde dans son bahut.

L’échange de petits mots entre Mr Impair et Mme Pair est assez drôle et donne un côté assez sympathique au roman.
L’histoire est une histoire d’amour entre deux adolescents. Bien que les bisous et les câlins ne soient pas présent, l’émotion et les sentiments sont présents à travers les textes de leurs chansons. J’ai été très surprise de voir que j’apprécié ce petit côté « on pense beaucoup de chose mais au final on ne dit pas grand chose..! »

Des personnages comme Annie m’ont vraiment agacés. Le père de Lyla aussi. J’ai bien aimé la mère de Tripp en revanche.
Tripp a une relation assez normale avec sa mère pour son âge. C’est la guerre ouverte! Elle le punit, il lui met du terreau dans son café. Ainsi de suite… Jusqu’au moment ou elle le prive de musique. Et où sa petite existence bascule. La mère de Tripp est une mère assez sévère mais qui au final ferai tout pour son garçon.
Annie, « meilleure copine » de Lyla ne jure que par elle et est très égoïste. Elle ne veut que son bonheur à elle sans forcément se rendre compte que son comportement peut être lourd pour les autres.
J’ai aussi beaucoup apprécié la manière que Tripp a de s’adresser aux gens. Je suis tellement comme ça que lorsque je lis ces mots, je suis surprise.

Le côté passion de la musique m’a beaucoup plu. Etant moi même une passionnée de musique, j’ai trouvé leur amour, leur vibration pour la musique très touchants. Je me suis retrouvée à 100% sur cet aspect du roman.

En conclusion : Un roman très agréable. Qui se lit très vite. Un livre aéré qui est un bel objet. Les passionnés de musique s’y retrouveront sans souci.

Ma note : 16/20