Fête des mères – F. Emptaz

Bonjour tout le monde,

J’espère que vous allez bien. Je ne sais pas si c’est votre cas mais moi, je suis en vacances. Je suis bien contente! Deux semaines pour reprendre un rythme de lecture soutenu!

51LO+l-4ZVL

Ma lecture a été lue dans le cadre du challenge: Le livre endormi du groupe facebook Lecture et partage.

Aujourd’hui, je chronique fêtes des mères de Florence Emptaz. Une auteur de ma région. Elle habite à Saint Omer. Une ville assez sympathique 🙂

Quatrième de couverture: « Les années qui ont suivi son départ, nous lui avons souhaité une bonne fête des Mères par téléphone. » Est-on une « mère indigne » si on abandonne mari et enfants pour mener une autre vie ? Quels traumatismes provoquent, dans une famille traditionnelle des années 1970, le départ d’une mère ? Florence Emptaz part à la découverte de celle qui sera, dès lors, l’éternelle absente et tente, par l’écriture, de pallier ses silences, ses oublis et ses dénis. Est-il possible à la femme qu’elle est devenue de comprendre sa mère, de l’accepter, de la défendre ?

Mon avis: Nous avons a faire à un témoignage poignant dans ce petit livre de 130 pages environ.
Florence nous raconte des épisodes de sa vie. Où plus précisément l’enfer que sa mère lui a fait vivre sans forcément s’en rendre compte.

Je pense qu’ici nous pouvons parler d’un traumatisme de ces deux petites filles et du mari laissés en plan du jour au lendemain par une épouse et mère.

On est donc propulsé au début des années 1970. Avec mai 1968, les mentalités changent mais les gens ne sont pas encore habitués à ce changement. Au coeur de ce tourbillon, cette famille vit un enfer. Le comportement de cette mère de famille correspond plus à un comportement de gamine capricieuse. Un mot fait son entrée, un mot tabou : DIVORCE.

Nous vivons donc à travers les yeux de Florence qui vit ou survit malgré tous ces événements. La sincérité des mots nous amène à détester cette femme qui se fout royalement des ses deux petites filles. Égoïste, elle ne se rend pas compte qu’elle passe à côtés des grands moments de sa vie.

Le rôle de mère est totalement remis en question: Doit-on tout donner à ses enfants en n’oubliant que l’on est avant tout une femme?
Florence Emptaz nous montre bien que l’équilibre entre être une femme et être une mère est difficile à trouver. Sa propre mère nous le prouve une fois de plus en choisissant d’être une femme et d’oublier son rôle de mère.

Florence devient mère aussi et ce manque d’affection maternelle dont elle a manqué cruellement lui revient en pleine tête. Et un questionnement intense nous prend aux tripes.

Je suis ressortie de ma lecture bouleversée et émue. Mon avis est bien arrêté sur cette mère: je ne l’aime pas, ni elle ni son comportement. Mais une mère reste une mère. Et Florence et Camille (sa soeur) défendront leur mère même si celle-ci n’a jamais été capable d’aimer autre chose que sa propre personne. J’ai été touché de voir qu’elle ne changera probablement jamais. Et de voir que quoi qu’il arrive, ses filles aimeront leur mère.

Ma note : 18/20

Publicités

4 réflexions sur “Fête des mères – F. Emptaz

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s