21

L’été des Lucioles – Gilles Paris

Bonjour,

800948

Je tenais dans un premier temps à m’excuser. Il est vrai que je n’ai pas eu beaucoup le temps de chroniquer ces derniers temps. Je reviens donc vers vous, avec la chronique du partenariat que j’ai pu faire avec Gilles Paris : L’été des Lucioles.

Quatrième de couverture: Du haut de ses neuf ans, Victor a quelques certitudes : c’est parce que François, son père, n’ouvre pas son courrier qui s’amoncelle dans un placard que ses parents ne vivent plus ensemble ; c’est parce que Claire et Pilar, ses mamans, adorent regarder des mélos tout en mangeant du pop-corn qu’elles sont heureuses ensemble. Et c’est parce que les adultes n’aiment pas descendre les poubelles au local peint en vert qu’il a rencontré son meilleur ami Gaspard.  En vacances à la résidence du Grand Hôtel du Cap-Martin, Victor partira à l’aventure sur l’étroit chemin des douaniers qui surplombe la côte en compagnie de Gaspard. L’été sera placé sous le signe de l’étrange avec une invasion de lucioles, des pluies sèches et des orages aussi soudains que violents. En guidant les garçons jusqu’aux passages secrets menant aux villas qui bordent le rivage, papillons, baronne et jumeaux feront bien plus que de leur ouvrir la porte des jardins enchantés. Un voyage au pays de l’enfance qui déborde d’émotion et de tendresse.

Mon Avis: J’ai accepté avec plaisir ce partenariat puisque pour moi, depuis ma lecture d’Autobiographie d’une courgette, Gilles Paris est une valeur sûre. Et je ne me suis absolument pas trompée parce que ce livre est un coup de cœur.

Nous faisons la rencontre de Victor, un petit gars de neuf ans qui voit la vie avec ses yeux d’enfants. J’ai passé un agréable moment avec Victor, sa famille et ses amis. J’avais l’impression d’être en vacances. Avec le soleil de ses derniers jours, j’ai même pris un peu de temps pour me replonger dans cette lecture qui fut encore un peu plus délicieuse que la première lecture.

Le cadre est posé, le Sud de La France, les vacances et les petits soucis familiaux.
La famille de Victor est incroyable : Pilar sa « deuxième maman » une artiste peintre qui doit vivre avec la nostalgie de son pays natal et de sa famille.
Claire sa vraie maman, qui tient une librairie et qui vit une histoire d’amour avec ses livres. Et sa sœur Alicia qui vit la vie d’une adolescente tourmentée.
Le Papa de Victor ne vit pas avec eux parce qu’il est un grand-enfant.

J’ai beaucoup aimé le personnage de Victor qui est touchant, naïf mais pas idiot. L’amour débordant qu’il a pour Justine.
J’ai aussi apprécié le fait que personne ne soit dérangé par le fait que Claire vive avec une autre femme. C’était très beau.
J’ai aimé les liens d’amour que tous les personnages ont entre eux.

En plus de leurs problèmes de famille, on vit les aventures estivales de Victor. La rencontre de son amoureuse, ses aventures avec son meilleur copain Gaspard et la rencontre super étrange des jumeaux qui sont habillés pareil et qui ont l’air d’être des clones.

Avec toute la poésie des mots de Gilles Paris, nous sommes emportés dans une belle histoire, rafraîchissante et ensoleillée. On lit un bout de rêve. J’ai adoré ce roman et la plume de Gilles Paris est merveilleuse.

En bref: Un merveilleux moment qui m’a rappelé le bon moment que j’avais passé avec Courgette.
Une écriture magnifique, une plume à tomber. Et une histoire sublime.

Un livre que je conseille à tous.

Ma note: 20/20

large

 

Publicités
38

Moi et Becca – P. Harbison

moi-et-becca-3296292-250-400

Bonsoir,

Après quelques jours d’absence me revoilà !

Je devais (normalement) écrire la chronique de si je reste mais ma chronique s’est effacée et j’ai vraiment la fainéantise de recommencer ce soir ..! Donc je débarque avec celle de Moi et Becca de Paige Harbison.

Quatrième de couverture: La nouvelle, l’intruse — voilà tout ce que je suis pour les élèves de Manderley. On ne me pardonne pas d’avoir pris la place libérée par Becca. La belle, la parfaite, l’irremplaçable Becca ! Un véritable fantôme accroché à mes basques, auquel tout le monde me compare sans cesse. Il faut dire que Becca n’a pas vraiment « quitté » Manderley : un soir, elle a mystérieusement disparu. Et je crois bien que, si je veux qu’on m’accepte, il va falloir que je découvre ce qui lui est arrivé…

Mon avis: J’ai découvert ce livre un peu par hasard… Dans une étagère d’Emmaüs ! J’en avais beaucoup entendu parler sur la toile j’ai donc trouvé l’occasion parfaite pour pouvoir à mon tour vous en parler.

Je dois vous avouer que c’est une belle surprise! Malgré des petites choses qui m’ont dérangé. Dans l’ensemble, c’était un livre assez agréable!
On fait donc la rencontre de nos deux personnages principaux ! Avec un chapitrage assez distinct. D’un côté Becca et de l’autre le deuxième personnage sans nom. C’est une idée assez brillante pour renforcer la trame du roman! Notre personnage sans nom essaye de se faire une place ce qui est assez dure puisqu’elle prend la place de Becca, une élève adoré et extrêmement populaire, qui est portée disparue. Vivre dans l’ombre de quelqu’un c’est une épreuve assez compliquée.

Au début, j’ai bien cru avoir raté des pages.. Je ne trouvais pas son nom. Puis je me suis rendue compte qu’elle n’en avait pas. Première fois que ça m’arrive et j’ai trouvé ça très intelligent. On suit donc deux histoires en parallèle. Ca ne m’a pas vraiment gêné puisque c’est un roman où le passé aide à comprendre le présent.

En revanche, ce qui m’a gêné un peu plus c’est le fait de tout assimilé à Pretty Little Liars: le mystère plane sur la mort de Becca. Et franchement, ça m’a un peu dérangé.
Quelques personnages ne sont malheureusement pas assez exploités à mon goût, je pense à Max qui tient une place importante dans ce roman mais qui est resté assez fade et effacé. J’ai détesté Becca, elle m’a rendue folle tout au long des pages mais j’ai bien apprécié le personnage sans nom, l’absence de nom a permis de s’identifier plus rapidement. L’ambiance du pensionnat m’a beaucoup plu aussi. Le courage est de rigueur dans ses situations un peu désastreuses.

Le mystère plane jusqu’à la fin. Et ça nous tient en haleine jusqu’au bout! J’ai adoré!

La plume de l’auteure est très agréable et j’espère pouvoir lire un autre roman très bientôt !

En bref: un bon roman jeunesse qui se lit facilement malgré les petites imperfections qui au final font le charme du livre! La fluidité de la plume de l’auteure rend l’ambiance du roman incroyable!

Ma note : 17/20