Comme des images – Clémentine Beauvais

93572922_o Quatrième de couverture: « Il était une fois… des ados sages comme des images, dans un très prestigieux lycée. L’histoire commence le jour où Léopoldine a cassé avec Timothée pour Aurélien. Ou bien le jour où Tim a envoyé un mail avec des images de Léo à tout le monde.  C’est ici, dans ce très prestigieux lycée, que tout va se jouer. Léo a une journée pour assumer ces images. Mais il faut vite régler cette histoire pour pouvoir penser à autre chose, aux maths et à la physique, à la remière S. Parce qu’on ne plaisante pas avec ces choses-là, par ici. On savait que ça ne serait pas une partie de plaisir. Mais on ne pensait pas que cette journée allait se terminer comme ça, à regarder, en plein milieu de la cour, un corps ensanglanté – tout cassé. »

 Mon Avis: Je remercie Victor des éditions Sarbacane pour sa gentillesse et sa patience! J’ai trouvé la couverture de ce livre très belle et unique en son genre. Ce livre est issu de la collection X’prim. Le résumé me plaisait. J’ai donc eu le plaisir de lire ce livre!

Nous sommes dans le cadre et dans l’ambiance du lycée privé Henri IV de Paris. Lycée huppé, ou les gamins sont des enfants de familles très aisées: le cadre est placé. On se rend très vite compte que le lycée c’est le temple des coups dans le dos. Entre coups bas et horreurs, nos lycéens sont les proies de tout le monde. J’ai bien ri en voyant que dans leur lycée si tu es en L ou en ES: aucun avenir s’ouvre à nous. Il faut être en S pour espérer avoir un bon salaire et une belle vie. De plus, le niveau est élevé et très soutenu: 100 % de réussite au BAC ou sinon la honte est sur tout le lycée. Bref, vous avez compris.

Nous rencontrons Léo(poldine) et notre deuxième personnage principal: j’ai comme un doute. Je n’ai pas le souvenir d’avoir vu son prénom. Alors Est-ce une erreur d’inattention de ma part où alors elle n’en a pas ? Ce qui ne me paraîtrai pas étrange: les deux amies sont très proches mais on voit que Léopoldine fait ce qu’elle veut de son amie qui la suit. La copine « Kleenex ».

Dans ce roman, on se rend compte que la génération d’aujourd’hui est quelque peu différente. Même si quand j’allais au lycée (il y a trois ans que j’ai terminé mes années lycée) ça commençait déjà à partir en live : sexe, drogue et grosses pétasses à tout va (pardon.). C’est pour cette raison je pense, que le livre m’a replongé dans ces années là. Même si beaucoup s’en sont sortis, on y a vécu des moments assez troublants. Je me suis rendue compte que le livre de Clémentine Beauvais était une belle référence pour moi.

L’intrigue est lancée : une rupture, des adolescents débiles et une vidéo qui ruine la vit d’une fille et de sa famille. On vit à travers cette intrigue, on est au cœur du problème et franchement, je n’ai pas trouvé de solution pour les personnages. J’étais là, dans ma lecture, en train de me dire « Mais comment ils vont s’en sortir?! »

J’ai trouvé l’œuvre et la plume de Clémentine Beauvais remarquables: on se retrouvait vraiment dans la cour de récréation. Même si c’est Henri IV et que les soucis sont énormes, la cruauté des élèves est impitoyable.
J’ai trouvé Léopoldine gênante. Elle m’a mise mal à l’aise et je n’ai pas réussi à adhérer au personnage. Au final, elle s’en fout de tout et de tout le monde. La superficialité est de mise. J’ai, cependant, adoré l’autre personnage qui est tout le contraire de son amie: elle a des travers, on le sait mais je l’ai trouvé touchante. Je l’ai trouvé hors norme: elle n’était pas comme les autres élèves et j’ai trouvé que son personnage était rafraîchissant et que c’était la bulle d’oxygène qui m’aidait à sortir la tête de la foule d’hypocrites.

Ce livre n’était pas sans me rappeler Frangine de Marion Brunet. Ou j’ai un peu vécu la même chose. L’ambiance, la méchanceté des autres et un regard tellement critique qu’il met mal à l’aise. Si vous avez aimé Frangine, vous aimerez comme des Images.

En bref: J’ai aimé ce roman qui est au final une grande claque dans la figure. J’ai beaucoup aimé cette petite lecture qui est remplie de vérité et de réel. On se rend vraiment compte de la cruauté des enfants qui au final n’en sont même pas conscients: ils vivent avec ça depuis toujours. Comme quoi, l’argent ne fait pas le bonheur et ne rend pas forcément service à tout le monde. Un roman bourré d’émotions qui au final a une force de dénonciation même s’il ne dérange pas. Il nous met mal à l’aise par justement ce qu’il dénonce. Mais une bonne découverte! 

Ma note : 18/20

beach_gate_weheartit

 

Publicités

12 réflexions sur “Comme des images – Clémentine Beauvais

  1. Tu m’as encore donné envie ! Je le lirais sans hésiter, merci pour cette nouvelle découverte miss ! Au début, le résumé me tentait moyen ça me faisait pensée à du gossip girl (je me suis dit : on repassera niveau originalité) et finalement ton avis m’a convaincue !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s