15

The land of Stories T2 – The enchantress returns – Chris Colfer

Chris Colfer's THE LAND OF STORIESJe pensais que ce n’était pas possible d’apprécier plus le deuxième tome que le premier. Résultat ? Je me suis bien foutue le doigt dans l’œil !

Quatrième de couverture: Le Pays des contes n’est plus l’endroit enchanté qu’Alex et Conner ont visité il y a un an. Le monde féerique vit désormais dans la peur : l’Enchanteresse maléfique est de retour ! Lorsque ses mauvais sorts atteignent la Terre et que leur mère est enlevée, les jumeaux doivent retourner au Pays des contes. Aidés du Petit Chaperon rouge, des bandits Jack et Boucle d’or ainsi que du prince Grenouille, ils se lancent à la recherche de la seule arme capable de vaincre la terrible magicienne. Mais cette arme pourrait bien se trouver chez les ennemis les plus redoutés des royaumes, de la sorcière des Mers à la belle-mère de Cendrillon, en passant par la Reine des neiges…

Mon avis: Ce tome deux était dans ma PAL depuis très longtemps, trop longtemps. J’ai vu qu’il y avait le troisième tome de sorti, alors je me suis dit « Faut absolument lire ce deuxième tome ! ». Ca faisait longtemps que je n’avais pas lu en anglais mais je suis contente d’avoir pu constater que je n’ai rien perdu en compréhension ou en rythme.

D’un point de vue esthétique, c’est encore une très belle réussite. La couverture du roman est très belle. Brandon Dorman semble être un très bon illustrateur vu le travail qu’il a déjà fait sur les deux premiers tomes que j’ai eu dans les mains (et le troisième semble être magnifique aussi). Les illustrations en début de chapitres sont toutes aussi mignonnes ! Elles accentuent le côté féerique et contes de fées du roman.

On retrouve Alex & Conner et toute leur famille. L’intrigue principale tourne autour du kidnapping de leur mère. Et de la disparition soudaine de leurs vies de leur grand-mère : Marraine la bonne fée. C’est aussi le tome du changement. Que se soit pour Alex et Conner, de leur mère, et aussi du pays des contes.

Alex est une petite fille incroyablement intelligente. Depuis son retour du pays des fées, elle ne trouve plus sa place dans ce monde si réel et désespère de ne plus voir sa grand-mère depuis un an. Ni de ne pas avoir eu la possibilité de retourner au pays des contes.
Conner lui reste fidèle à lui-même : toujours aussi drôle, ce p’tit gars voudrait lui aussi retourner au pays des contes.

J’ai juste trouvé un petit truc à redire sur ce livre qui reste un très beau roman et un gros coup de cœur, c’est le fait que le début du roman (je dirai les trois premiers chapitres environ) sont longs, j’ai eu beaucoup de mal à démarrer ma lecture. Mais le rythme est reparti de plus belle dès leur arrivée dans le Pays des Contes. En dehors de ce petit soucis de démarrage, j’ai adoré ce roman ! Encore plus que le premier qui était déjà top !

L’histoire principale était sympathique. Et ce que j’ai le plus apprécié c’est que la relation entre Conner et Alex est beaucoup plus forte que lors du premier tome. Ils sont plus proches.
Tout le royaume est en danger et ne peut absolument rien faire pour sauver leur monde. Même Marraine la bonne fée est incapable de contrer les pouvoir d’Ezmia. On découvre ainsi le passé de certains personnages et c’était très plaisant de comprendre. C’est aussi avec beaucoup de surprises que j’ai appris certaines choses et certains liens entre les personnages.
Nous suivons de nouveau une quête avec Alex et Conner. Avec une équipe de choc : Boucle d’Or & Jack, Froggy & le petit chaperon rouge. J’étais super contente de retrouver Boucle d’Or, Jack et Froggy qui étaient pour moi des personnages forts du premier tome. Le petit chaperon rouge m’a tapé sur le système du début à la fin, c’est donc à merveille qu’elle a rempli son rôle de chiante ! On fait aussi de nouvelles rencontres avec des personnages comme Mother Goose (La mère l’Oye) qui sont encore une fois haut en couleur ! C’était délicieux de découvrir de nouveaux personnages sous des jours différents.

Chris Colfer a un véritable don pour écrire des livres étant liés aux contes de fées. Je trouve que ça lui correspond bien. Qu’il emploie les bons mots au bon endroit. Je suis vraiment sous le charme de sa plume ! Il manie l’ironie et l’humour à merveille. Je trouve qu’il a des idées très intéressantes qui font qu’au final, on ne s’ennuie JA-MAIS. 

En bref: Une belle découverte qui m’a rendue encore une fois mon âme d’enfant! J’ai adoré retrouver mes personnages favoris et en découvrir de nouveaux. Je n’ai qu’une hâte: découvrir le troisième tome!
Ma note : 20/20 sans hésitation. 

Lu dans le cadre du challenge « Les monstrueux de la PAL 2 » 

10302171_483281408469535_5787053978846708823_n

Publicités
18

Cherche jeune femme avisée – Sophie Jomain

cherche-jeune-femme-avisee-403254-250-400Hello tout le monde, me revoilà en piste avec un beau coup de coeur ! 🙂 Comme d’habitude avec Sophie Jomain, j’ai passé un excellent moment 🙂 

Quatrième de couverture : Quand il voit débarquer dans son cabinet la ravissante, mais ô combien extravagante, Gabrielle Géris, Adrien de Bérail est loin d’imaginer qu’il se laissera convaincre de l’embaucher comme baby-sitter. Veuf et très accaparé par son métier d’avocat, il lui faut de toute urgence une personne capable de prendre soin de ses deux chérubins, Paul et Sophie, tout juste âgés de neuf ans. C’est donc en dépit de ce que lui crie la raison qu’il accepte sa folle candidature. Une personnalité audacieuse et un toupet incroyable pour un petit mètre soixante sur talons… Qui sait ? La jeune femme pourrait bien se révéler être la perle rare…

Mon avis : J’ai préféré laissé passer un peu de temps entre ma dernière lecture d’un roman de Sophie Jomain (Félicity Atcock T1) et celle-ci. Et c’est avec joie que j’ai retrouvé la plume de Sophie Jomain dans ce roman excellent. C’est un beau coup de cœur pour moi !

Comme à son habitude, Sophie Jomain nous offre un roman très bien ficelé. Entre humour et choses sérieuses, elle aborde une nouvelle fois de nombreux thèmes comme la maladie, la famille, l’amitié. Mais c’est toujours avec une certaine légerté qui ici se transmet via le caractère de Gabrielle Géris et par sa naïveté qui fait écho aux caractères des enfants dont elle s’occupe. J’ai aimé ce roman parce que c’était différent de ce que j’avais déjà lu d’elle (Noss Head (Que j’adore !) et Félicity Atcock). Ca fait du bien de la voir dans un nouveau genre et j’avoue qu’elle excelle ! C’est ce qui fait d’un auteur un excellent auteur : n’importe quel genre abordé est une réussite !
Cherche jeune femme avisée est pour moi un beau coup de cœur. Ce n’est pas sans penser à Mary Poppins que j’ai lu ce roman. J’ai ri, été triste, en colère avec Gabi et les autres personnages. Et quand ça m’arrive, vous savez que c’est généralement un très bon signe.

L’histoire en elle-même est très sympathique et belle. La rencontre de deux personnes, de deux catégories sociales bien différentes. C’est ça qui fait de cette lecture, une lecture fluide et merveilleuse. Il est vrai que je n’ai pas lâché mon livre, je l’ai lu d’une traite. Ca faisait vraiment longtemps que ça ne m’était pas arrivé! Comme je le dis, c’est la rencontre de personnes opposées. 

On rencontre Gabrielle Géris, dit Gabi. Une jeune femme archéologue qui se voit malencontreusement obligée de trouver un job alimentaire pour palier à ses problèmes financiers. Elle est drôle, pétillante, généreuse et avec un cœur GROS COMME CA. Extravagante, elle rencontre son antonyme parfait : Adrien de Bérail, éminent avocat avec un caractère bien trempé qui ne mâche jamais ses mots, assez suffisant et hautain. Au premier abord, j’étais sceptique mais je me suis laisser charmer par ce brillant avocat.
Ces deux personnages, qui sont les principaux de ce roman, sont très bons ! J’ai beaucoup aimé le fait qu’ils soient aux antipodes et qu’ils doivent apprendre à composer ensemble pour les enfants d’Adrien. Paul et Sophie sont deux petits monstres attendrissants. Dans un premier temps, très froids, ils deviennent rapidement une belle petite équipe. Ensemble, Paul, Sophie et Gabi arrivent à reconstruire un endroit sécuritaire pour eux.

Cette romance restera la romance de mon été 2014 sans hésitation. Le côté romance est bien sur attendu. Mais ce qui change des nombreuses romances que j’ai déjà lu c’est ce petit quelque chose que Sophie Jomain apporte avec sa plume mais aussi ses idées ! Bien plus qu’une romance linéaire, on suit des aventures ! Des moments merveilleux pour les enfants qui garde ce côté un peu interdit et guindé. J’ai su m’attacher à Paul une fois la carapace de souffrance et de frustration passée. C’était vraiment beau de découvrir ce p’tit gars de cette manière. Sophie elle, reste plus indépendante mais tout aussi interdite au début du roman, elle s’épanouit comme une rose au fil de la lecture. C’était aussi très beau de voir ce rapprochement entre les enfants et leur baby-sitter.  Même si on sait pertinemment comment la romance va se terminer, on apprécie fortement les péripéties du couple de personnages Adrien/Gabi.

En bref : Un beau coup de cœur pour ce roman. J’ai tout adoré de l’histoire aux personnages en passant par les aventures !

Ma note : 20/20

Lu dans le cadre du challenge Les monstrueux de la PAL 2 et pour My Secret Romance Je tiens à préciser que ce livre a été ajouté dans cette catégorie parce que je ne voulais pas qu’il reste 150 ans dans les rayons de ma bibliothèque 😀

10302171_483281408469535_5787053978846708823_n

 

 

MSR3large

25

Love letters to the dead – Ava Dellaira

18140047Quatrième de couverture: Laurel vient de rentrer au lycée. Dans son nouvel établissement personne ne la connait, personne n’est au courant de la tragédie qui l’a frappée au printemps. C’est sans compter sur sa professeur d’anglais dont le premier devoir consiste à écrire une lettre à une personne décédée. Trouvant l’idée intéressante Laurel va écrire à ses idoles Kurt Cobain, Amy Winehouse, River Phoenix, Judy Garland et bien d’autres.  Dans ses lettres, elle écrit sur sa nouvelle vie, de son insertion dans un groupe d’amis à la séparation de ses parents. Elle va petit à petit se dévoiler et aborder la peine et la culpabilité qu’elle éprouve depuis la perte de sa sœur aînée.

Mon avis: Dans un premier temps, je remercie les éditions Michel Lafon pour ce partenariat que j’ai beaucoup apprécié.
Ma lecture fut agréable et rapide: j’ai lu le livre en quelques heures même pas.
On rencontre Laurel qui doit faire face à la mort de sa sœur May et qui n’arrive pas vraiment à faire son deuil.

J’ai aimé l’histoire et la forme épistolaire du roman. J’ai trouvé l’idée d’écrire à des personnalités mortes très originale et très belle. C’était hors du commun et pour ma part, une première! Et vous savez comme j’aime découvrir de nouvelles choses! De plus, je suis une fan inconditionnelle de Nirvana, des Doors et j’adooooore Amy Winehouse. J’ai aimé les retrouver presque personnellement , dans leur intimité avec des détails de leurs vies qui au final, les ont beaucoup rapprochés de Laurel, le personnage principal.

Laurel est le personnage principal du roman. C’est une jeune fille qui vit dans l’ombre de sa sœur décédée, May. On retrouve une belle évolution dans son caractère tout au long de ces lettres. Je n’ai pas été complètement séduite par Laurel, même si je l’ai beaucoup apprécié, certains traits de son caractère m’ont déplu et à certains moments, j’ai trouvé un peu trop exagéré son comportement.
Quant aux autres personnages, je les ai trouvés un peu fades. Je pense qu’ils étaient trop jeunes, le cadre du lycée était un peu trop jeune aussi. Cependant, j’ai trouvé Tristan et Kristen très appréciables! J’ai apprécié ce couple touchant qui doit faire face aux problèmes d’adultes et à la réalité de la vie. Sky est aussi un personnage qui m’a bien plu et Natalie et Hannah ont été une belle découverte pour moi. Mon appréciation pour ce couple de filles a été crescendo. Au début elles ne me plaisaient pas du tout et puis… j’ai apprécié de plus en plus leur humour.
Ce qui est dommage, c’est que les personnages ont beaucoup de traits sympathiques, mais je n’ai pas trouvé qu’ils étaient abouti.
Le couple Laurel Sky est très beau du début à la fin! Je les ai trouvé beaux et touchants dans leurs recherches.

L’histoire et l’auteure abordent des thèmes particuliers et délicats comme le deuil (d’une adolescente et de sa famille), l’homosexualité et l’acceptation dans tous les sens du terme.

La mort de May est vécu d’une manière touchante et très émouvante. J’ai vraiment été tenu en haleine avec cette fin surprenante!
Le couple de sœurs (Laurel et May) est très beau. Ce couple de sœurs est complètement fou. Elles étaient telleme,t proches qu’au final, on vit l’histoire de May à travers les mots et les maux de Laurel. Elle ne sait plus quoi faire, ni comment expliquer comment tout s’est terminé pour May. C’était vraiment une fin touchante et pleine d’émotions. Malgré leurs différences dans leurs caractères, elles sont très complémentaires.

Beaucoup de bloggeurs m’ont dit avoir été très émus par cette histoire jusqu’aux larmes, alors j’ai été un peu déçue parce que justement je m’étais préparée à vivre une histoire déchirante. Et même si la mort de May est très triste, je n’ai pas été bouleversée comme je l’aurais souhaité. Alors une petite déception de ce côté là.

En bref: Malgré une histoire un peu moins touchante que ce que j’espérais et des personnages un peu fades… J’ai apprécié cette histoire qui reste touchante et émouvante. Le format épistolaire est très bien choisi et les personnes à qui elle écrit sont très différentes ce qui apporte beaucoup.

Ma note : 17/20

Encore merci aux éditions Michel Lafon!

beach_gate_weheartit

20100628104007!Michellafon

20

Il était une fois T5 : La jeune fille à la tour – Eloisa James

eloisa10Quatrième de couverture: De passage à Londres, le duc de Kinross succombe au charme de la ravissante Edith Gilchrist. Parée de toutes les qualités nécessaires à une épouse, elle joue en prime divinement bien du violoncelle. Quelques baisers volés leurs promettent déjà mille délices. Pourquoi faire traîner les fiançailles ? Le mariage est rondement célébré. Mais, contre toute attente, la nuit de noces se passe mal. La jeune femme s’isole dans la plus haute tour du château de Craigievar. Et Gowan se retrouve face à un sacré défi : conquérir le coeur et le corps de la Belle de la Tour… sa duchesse.

Mon avis : Vous savez qu’Eloisa James est une de mes auteures préférées! Je suis complètement sous le charme de ses réécritures de contes. Nous voici avec le tome 5 de sa saga « Il était une fois » mais celui ci ne rejoindra pas les quatre premiers dans la catégorie coup de cœur. En effet, j’ai été quelque peu déçue par ce tome ci!

Mais, j’étais quand même heureuse de retrouver ma chère Eloisa et sa sublime plume qui est encore une fois pleine d’humour et de malice!
Même si ce livre n’est pas un coup de cœur, il est quand même un très bon livre qui m’a fait passé un très agréable moment! Il est vrai que si je dois comparer cette lecture aux quatre tomes précédents, je dois vous avouer que j’ai perdu de l’intensité en cours de route. Mais rien de bien grave!

C’est certainement dû à l’intrigue principale qui tournait trop autour de la chambre nuptiale et des problèmes que rencontre notre héroïne à trouver son plaisir dans l’acte physique. A mon goût, il manquait quelque chose dans ce tome pour que ma lecture soit un coup de cœur mais cela ne m’empêche pas d’avoir trouvé une quantité de points positifs à travers cette lecture!

J’ai aimé la rencontre entre les deux personnages principaux: Le duc de Kinross, Gowan, un homme écossais. Fort, roux et puissant il représente l’Ecosse à la perfection! C’est un homme imposant qui respecte ses traditions avec beaucoup de ferveur. C’est un acharné du travail qui veille à ce que tout soit en ordre pour éviter les problèmes! Alors d’Edith -Eddie- est une jeune fille complètement à l’opposé de son futur mari, elle est belle, douce et respire la bonté. Elle est aussi une très bonne musicienne, voire une des meilleures en Angleterre. Quand elle est avec son violoncelle, elle respire le bonheur et trouve la paix.
J’ai aimé le fait qu’aucun des deux ne se laissent faire, ils ont un caractère terrible tous les deux et ça, c’était vraiment drôle de lire leurs répliques.
Leur relation ne créée pas une alchimie parfaite dès le début puisqu’ils doivent apprendre à composer à deux. Ce qui donne lieu à des situations cocasses et très drôles. Eloisa James a su exploiter correctement cette relation pour faire évoluer les deux caractères bien différents!

Les personnages secondaires sont très bien exploités! Même s’il n’y en a pas énormément, j’ai trouvé agréable de lire les personnages qui ne sont pas au premier plan aussi détaillés. J’ai beaucoup apprécié la petite sœur de Gowan et la Belle-mère d’Edith qui font un très beau couple de petites madame! Le caractère assez volubile de sa belle mère est très drôle! En bref, j’ai adoré ce personnage plein d’esprit!

Comme je le disais au dessus, l’intrigue principale n’était pas forcément très plaisante pour ma lecture. Après, chacun ses goûts. J’ai trouvé ça un peu en dessous de ce que j’ai pu lire de cette auteure mais elle a toujours une certaine retenue et une poésie incroyable quand elle parle de sexe. Donc ce n’est même pas les mots utilisés qui m’ont dérangés.

J’ai eu aussi un peu de mal à faire le lien avec Raiponce: on a du attendre le dernier quart du roman pour comprendre le lien. On a un peu perdu l’identité de la réécriture du conte. Ce qui est assez dommage.

Grâce encore une fois à sa plume, Eloisa James nous envoie dans des lieux et des décors féeriques! C’était très plaisant de me retrouver pour la cinquième fois dans ces décors.

En bref: Même si ce n’était pas un coup de cœur, j’ai adoré passer du temps avec ces personnages haut en couleur! 😀

Ma note : 18/20

Lu dans le cadre du challenge XIXème siècle!

6cue

 

18

La résurrection de Sherlock Holmes – C. Doyle

CVT_Resurrection-de-Sherlock-Holmes_5536Quatrième de couverture: En 1891, Sherlock Holmes disparaît à l’issu d’un combat mortel contre le professeur Moriarty. Tout le monde le croit mort, mais contraint par son éditeur et ses lecteurs, Arthur Conan Doyle est contraint de le ressusciter et écrit les treize nouvelles de ce recueil.

Mon avis: Vous devez certainement vous en douter, c’était un délice incroyable de retrouver Sherlock Holmes après sa « fausse mort ».
Malheureusement, ce n’est pas un coup de cœur… Surtout pour une raison bien particulière : le format « nouvelles ».
Donc même si je fus ravie de retrouver mon couple d’enquêteurs préférés, j’ai eu beaucoup de mal à me mettre dans cette lecture.

En effet, le format nouvelles ne me plait pas forcément. Cependant, j’y ai quand même trouvé certains petits points positifs mais aussi quelques petites choses qui ne m’ont pas forcément beaucoup plu.

Le fait d’avoir sous les yeux des nouvelles variées qui mettent en scène différents personnages était sympathique mais le soucis c’est qu’avec un format nouvelles, les histoires sont très courtes (environ trente pages) ce qui ne m’a absolument pas permis de me mettre dans un rythme de lecture confortable. Je n’ai pas non plus retrouvé la force de déduction de Sherlock et son cheminement intellectuel. Je l’ai retrouvé partiellement selon les nouvelles. Par moment, j’ai trouvé des déductions un peu hasardeuses, inattendues. Avec un effet un peu « cheveux sur la soupe ».

Cependant, j’ai apprécié le panel varié de personnages éclectiques que Conan Doyle nous livre, ce qui m’a permis d’aérer ma lecture et de la trouver bien agréable malgré les petits points négatifs que je viens de soulever. J’ai pu apprécier beaucoup de personnages assez fantasques et d’autres sont un peu moins bien passés mais ce n’était pas forcément dérangeant dans le sens où je savais que trente pages plus tard, je n’allais plus en entendre parler.

Le fait aussi d’avoir un recueil de treize nouvelles permet de ne pas s’ennuyer, les treize nouvelles sont toutes différentes les unes des autres et c’est très plaisant! Ca permet à tous les lecteurs de se retrouver dans différentes nouvelles. Je trouve ça très pertinent et très bien d’avoir mis un panel varié de nouvelles.

J’ai aussi apprécié retrouver les histoires avec le point de vue de Watson, ce qui permet d’humaniser le personnage de Sherlock Holmes. Il nous livre les qualités mais aussi les défauts de son estimé collègue. De plus, ce n’est pas négligeable d’avoir le point de vue de Watson puisque l’on peut plus facilement s’identifier à ses hypothèses qu’à celles de Sherlock!

Chose essentielle: Dans plusieurs nouvelles, on retrouve quand même des personnages récurrents comme Holmes et Watson (forcément) mais aussi notre bon vieux Lestrade et un autre agent de police Hopkins : ça nous permet d’avoir des repères  et de ne pas être complètement perdu!

Je vous avoue que j’avais un peu peur de retrouver le style de Conan Doyle pour ce livre particulièrement parce que je sais qu’il avait été « contraint » de faire ressusciter Sherlock. J’avais peur de retrouver un style essoufflé mais pas du tout! Ce fut une belle surprise pour moi de retrouver l’un de mes auteurs préférés. C’est un beau retour aux sources policières et aux histoires rocambolesques! La plume humoristique et dynamique de Conan Doyle n’a pas pris une ride!

En bref: Une série de nouvelles qui n’est pas forcément le type de format que je préfère mais c’était une très bonne lecture! J’étais ravie de retrouver Watson et Holmes pour une série d’aventures incroyables!

Ma note : 17/20

Lu dans le cadre des challenges Les monstrueux de la PAL 2 & XIXème siècle!

10302171_483281408469535_5787053978846708823_n 9b4n