24

Bilan Octobre 2016

Coucou tout le monde, 

J’ai passé un mois d’octobre assez riche en lectures très diverses et variées. Grâce aux vacances, j’ai pu lire énormément et c’est un réel plaisir =) 

octobre_002

 

Les partenariats

14102498_334025310273556_6399737156777710689_n 14344069_1089138837850227_136889407326294434_n 14516486_350954551913965_5257153989472763260_n 14702268_356794071330013_5739630004478897849_n 14900444_364967837179303_7418482842878182594_n 14502776_352106838465403_4560637792107315398_n ob_fe9284_louis-xiv-amoureux 41prigyefjl cvt_les-belles-vies_50331540-1le_syndrome_du_papillon_hd sansonnets-un-cygne-a-l-envers 9782848659060fs premiere-couv-mila

Mes lectures personnelles

le_chateau cvt_wonderpark-1-libertad_4946 aeternia_couv 29261_1345841 pauline-demoiselle-grands-magasins

Voilà pour le mois d’Octobre. Un total de 19 livres soit 3749 pages. Je suis assez contente et je remercie encore une fois, tous mes partenaires pour leur confiance!

 

11

Zeus Dating épisode 5 – La ceinture d’Aphrodite – Eva de Kerlan

14900444_364967837179303_7418482842878182594_n.jpgRésumé : Zeus, roi des dieux, dieu des hommes, est un amant très demandé. À peine quitte-t-il les bras de Léda que déjà, Semélê le réclame… alors que son épouse Héra l’attend. Seulement, à contempler Léda alanguie sur la plage, le désir lui vient de s’attarder encore un peu… rien qu’un peu… Il saura bien se faire pardonner ! Il ne se doute pas que son attitude va l’obliger à parcourir le monde entier, à la recherche d’Éros. Nom de Zeus ! Le plus simple n’aurait-il pas été de ne jamais être en retard ?

Mon avis : Voici l’avant dernier épisode de la saga Zeus Dating. La Ceinture d’Aphrodite fut une bonne lecture. Je remercie encore une fois Marie et Nisha Editions pour cette belle découverte.

On retrouve ici Apollon une nouvelle fois comme narrateur. Il n’y a rien à faire, je préfère largement lorsque Zeus prend la place du narrateur. Je suis frustrée de ne pas avoir de nouvelles de bon périple pour retrouver Eros.

Même si je l’ai trouvé plus intéressant que dans le quatrième épisode de la saga, Apollon reste un personnage que je n’affectionne pas. Non à cause de la qualité de la plume de l’auteure -bien au contraire- mais plutôt de ce qu’Apollon représente. Il est tout ce que je déteste, il est charmeur, séducteur, manipulateur et se croit tout permit. Il dégage tout ce qui m’insupporte chez un homme. Mais la plume de l’auteure me permet d’adorer détester ce personnage.

Entre en scène Héphaïstos que sa mère Héra repousse. Il est laid, boiteux, monstrueux. beach_gate_weheartitTout ce qui peut faire mal à Héra ou la détruire le rend particulièrement heureux. Forgeron renommé, c’est avec plaisir et délectation qu’il fabrique une arme capable de neutraliser Héra et de donner à Apollon assez d’avancer pour mettre ses plans à exécution. Héphaïstos est un personnage benêt, il ne réfléchit absolument pas… Je l’ai lu aussi trouvé détestable comme son demi-frère.

Apollon veut à tout prix neutraliser Héra pour conquérir la Grèce en l’absence de son père. Il fait bien comprendre qu’il ne reculera devant rien pour parvenir à ses fins.

Aphrodite elle aussi rentre dans la danse. Elle proclame haut et fort que grâce à la ceinture créée par Héphaïstos, elle deviendra une déesse et pas n’importe laquelle s’il vous plait : la déesse de la pulsion. Elle est belle, forte, intelligente et trèèèès tentatrice. Elle a tous les hommes à ses pieds. Grâce à ses multiples dons, elle va aider Apollon dans sa quête.

14102321_869552063176273_1970639135923634263_nPan & Cernunnos laissent une place plus importante à Aphrodite et Héphaïstos et ne sont que peu mentionnés mais cela ne m’a pas du tout dérangé puisque je suis contente de voir l’apparition de nouvelles divinités et d’en savoir un peu plus sur leurs propres histoires.

Eva de Kerlan nous prouve encore une fois qu’elle possède une imagination sans borne. Elle nous emmène dans son univers merveilleux qui nous fait rêver : tout est beau, sensuel, c’était vraiment très agréable.

Les dernières phrases de l’épilogue me laissent pantoise. Elles promettent un merveilleux combat entre le père et le fils. Cela risque d’être épique. Vivement le retour de Zeus ! Nom de lui !

Ma note : 15/20

25

Percy Jackson T2 – La mer des monstres – Rick Riordan

29261_1345841Résumé : Être le fils de Poséidon, un honneur ou une cruelle plaisanterie ? Lorsqu’une simple partie de foot se change en bataille contre un gang de cannibales géants, Percy le demi-dieu a un terrible pressentiment… Comme le lui annonçaient ses étranges cauchemars, les frontières magiques qui protègent la Colonie des Sang-Mêlé sont empoisonnées. Pour sauver leur domaine, Percy et ses amis devront parcourir la mer des Monstres, qui porte bien son nom.

Mon avis : Voici le deuxième tome de la saga Percy Jackson. J’ai beaucoup apprécié ma lecture qui est dans la continuité du premier opus. J’ai lu ce roman très rapidement en quelques heures il était englouti.

Il est très facile d’accès et mon avis ne change pas beaucoup du premier tome. C’était un délice livresque comme je les aime!

J’ai beaucoup aimé retrouver Percy, Grover et Annabeth. Les aventures du trio nous emmènent loin, visiter la mer des monstres pas vraiment pour le plaisir mais plutôt pour sauver la colonie d’un fléau mortel. J’ai apprécié multiplier les rencontres des monstres mythologiques que l’on croise à tous les chapitres : c’est un résultat agréable puisqu’il y a de l’action à toutes les pages! Mon seul petit regret c’est le manques d’interactions des Dieux. J’aimerai tant les lire plus souvent que par ci par là. Il est vrai que dans le premier tome Arès interagit avec Percy et dans le deuxième tome, il laisse sa place à Hermès mais seulement pour quelques pages et c’est fort dommage. J’ai eu un gout de trop peu!

On retrouve la colonie de sang-mêlés sans dessus dessous puisque l’arbre qui les protège a été empoisonné grâce à un poison qui vient tout droit des enfers. Chiron se retrouve dans de beaux draps, il doit partir de la colonie et remplacé à Tantale! Un cinglé sans cœur qui m’a quand même fait rire malgré l’injustice dont il fait part. Les attaques de monstres se multiplient au sein de la colonie, les jeunes sont de plus en plus fatigués et blessés de se battre et de défendre ce qui leur tient le plus à coeur. La crainte et la peur s’accentuent tout comme mon intérêt pour cette saga ! J’ai trouvé ce deuxième tome très prenant.

On fait la rencontre de Tyson, le demi-frère de Percy. Passé la surprise du demi-frère, on se retrouve sur les fesses quand on lit que c’est un cyclope! Petite incartade de Poséidon. C’était vraiment une idée très originale à mon goût. Tout au long du roman, on lit une belle évolution dans leur relation qui est très émouvante. J’ai apprécié très fortement ce personnage ! Il est attachant, drôle et très naïf. Sa sincérité m’a beaucoup touché alors que dans le film je trouvais le personnage très lourd et gênant alors qu’ici il est adorable malgré le fait qu’il n’ai qu’un œil.

La plume de Rick Riordan est très efficace. Elle donne beaucoup de peps et de dynamisme au roman et à sa trame. J’aime le fait d’en découvrir plus sur les vies respectives de Percy et d’Annabeth et de voir aussi un rapprochement rien qu’amical entre les deux. Etant des enfants de dieux et déesses, on en oublie qu’ils sont avant tout des enfants.

La prophétie sur Percy prend de l’ampleur. On en sait plus et c’est excellent! L’aventure commence vraiment et c’est très très intéressant. La loyauté de Percy est tout à son honneur et j’ai beaucoup apprécié le fait de découvrir avec lui ses nouveaux pouvoirs de demi-dieu.

Pour faire un point sur l’adaptation cinématographie, après lecture du roman et en ayant pris un peu (beaucoup) de recul, je la trouve décevante. Des libertés prises par le réalisateur ne me semble pas judicieuses et on perd énormément de passages et d’intensité. C’est dommage. Je ne peux vous conseiller encore une fois de lire le roman avant de voir les films.

Ma note : 19/20

17

Aeternia Tome 1 : la marche du prophète – Gabriel Katz

Aeternia_Couv.jpgRésumé : Leth Marek, champion d’arènes, se retire invaincu, au sommet de sa gloire. Il a quarante ans, une belle fortune et deux jeunes fils qu’il connaît à peine. C’est à Kyrenia, la plus grande cité du monde, qu’il a choisi de les élever, loin de la violence de sa terre natale. Lorsqu’il croise la route d’un culte itinérant, une étrange religion menée par un homme qui se dit prophète, l’ancien champion ignore que son voyage va basculer dans le chaos. Dans le panier de crabes de la Cité mère qui prêche la Grande Déesse, où les puissants du Temple s’entredévorent, une guerre ouverte va éclater entre deux cultes, réveillant les instincts les plus noirs. La hache de Leth Marek va de nouveau tremper dans le sang…

Mon avis : J’ai emprunté ce roman à la médiathèque. Je ne savais pas si je devais mais je me suis laissée tenter, trop curieuse pour laisser passer ma chance. Et je vous avoue que je ne l’ai pas regretté ! 🙂

C’est un roman qui sort des sentiers battus pour moi! Moi qui ne lit pas beaucoup de fantasy, j’ai eu de la chance de tomber sur un bon premier tome!

Ce premier tome raconte l’histoire de Leth Marek , un gladiateur invaincu qui prend sa retraite pour élever ces fils loin de l’arène de Morgoth! Champion de Morgoth, il fait peur a beaucoup de monde. On prend place pour cette longue route semée d’embûches et pas de petites embûches. On est propulsé dans un univers dur, sanglant mais qui est fascinant.

Voulant sauver Nessyra, une jeune prêtresse hérétique, Leth signe la mort de sa famille et de tous les hommes qui l’accompagnaient dans le périple de leur nouvelle vie. Leth se résigne, seul. Un esprit de vengeance s’empare de lui. Il veut détruire les hommes qui ont massacrés ses enfants : les Rédempteurs. Il ne reculera devant rien pour laver les mémoires et venger ses enfants sauvagement abattus.

On retrouve un combat de religion entre les croyants de la grande déesse qui habitent la plupart des régions du pays et les croyants d’Ochin, les « hérétiques » qui prônent un nouvel air et qui défient les croyants de la grande Déesse.

C’était une lecture très sympathique. Même si le sujet n’est pas heureux et chaleureux, l’auteur a crée un univers fabuleux qui nous tient en haleine jusqu’à la dernière page.

Les Rédempteurs sont du côté de la grande déesse et utilisent des moyens plus qu’extrêmes pour éradiquer les partisans du culte d’Ochin.

Leth Marek se range du côté d’Ochin seulement pour venger ses fils des rédempteurs. Il se moque éperdument de leur querelle de religion. C’est là qu’il fait la rencontre du peuple d’Ochin mais plus particulièrement de Nessyra et de Desmeon. J’ai beaucoup aimé Desmeon qui est un jeune homme présent aussi pour défendre le culte d’Ochin contre revenu. Ce n’est qu’un simple salaire pour lui aucune question de religion. Surnommé « le danseur » c’est un tueur très habile. Il se trouve être espiègle, séducteur, sur de lui et très drôle. Nessyra, elle, est une prêtresse du culte, elle est séduisante et faire chavirer les coeurs de Desmeon et de Leth.

De l’autre côté, celui du Temple de la grande déesse, on trouve Varian qui est fraîchement arrivé dans la ville de Kyrenia. Il est frais, drôle et s’en tient à ses convictions.

Entre rivalité, amitié et trahison, je n’ai pas su où donner de la tête. Même si ce roman m’a plu, le côté religieux pourri m’a un peu ennuyé. De voir que cette branche la de la vie a été acheté, ça ne m’a pas franchement plu. J’ai beaucoup aimé l’honnêteté de Varian qui fut ma lumière dans cette zone d’ombre.

Malgré quelques longueurs, le roman tient la route et reste captivant la plupart du temps!

La plume de l’auteur est sympathique et additive!

Je lirai sans aucun doute le deuxième roman.

Ma note : 15/20

 

11

Wonderpark T1 : Libertad – Fabrice Colin

CVT_Wonderpark-1--Libertad_4946.jpgRésumé : À l’école, Jenn et son frère, Mervin, ont fait la connaissance d’une fille au nom étrange : Orage. Son père est le concepteur de WonderPark, un parc d’attractions mystérieux et désaffecté. Quand leur nouvelle amie leur propose de visiter l’endroit, Jenn et Mervin sont ravis. Mais à peine sont-ils entrés dans le parc que Zoey, leur petite sœur, disparaît. Les enfants découvrent alors que WonderPark est le portail de mondes magiques et pourtant bien réels. Sans hésiter, Jenn, Mervin et Orage s’engouffrent dans Libertad, le monde des pirates, où la traîtrise est un art et le courage une nécessité

Mon avis : C’est un petit livre jeunesse pour ce mois d’Octobre que j’ai lu. Je l’ai trouvé à la médiathèque, comme j’avais lu plusieurs chroniques qui laissaient entendre que ce premier tome était sympathique, je me suis jetée dessus au premier regard.

On fait la rencontre de Jenn, Mervin et Zoey. Trois frères et soeurs qui sont très proches. Jenn et Mervin sont plus vieux et plus proches même s’il y a un amour inconsidéré pour Zoey de la part de ses aînés,  elle est encore trop jeune. C’est une relation assez amusante : deux frères et soeurs qui s’entendent comme s’ils étaient les meilleurs amis du monde sans se disputer, ça relève du miracle. Je suis certaine que les mères qui lisent ce blog seraient tellement heureuses d’avoir des enfants ainsi! J’ai trouvé les frères et soeurs touchants. Ils prennent soin l’un de l’autre peut-être au détriment des amitiés qu’il pourrait y avoir en dehors de leur petite bulle fraternelle.

WonderPark est un parc d’attraction à l’abandon. Il suscite bien des interrogations dans les villes environnantes surtout chez les plus jeunes. En effet, les adultes ont appris à vieillir avec ce parc.. Mais les enfants sont eux, curieux de savoir ce que renferme ces portes. Même si les parents interdisent d’aller s’aventurer dans cet endroit,  cela n’empêche pas les enfants de rêver à toutes les aventures qu’ils ratent. N’ayant jamais été ouvert, on se demande quelles merveilles renferment ce parc.

A l’école, Jenn et Mervin rencontrent Orage, une jeune fille bien mystérieuse. Orage est atypique: dans s dégaine, dans son look. Elle est très originale, mystérieuse, drôle et très intelligente. Elle habite dans ce parc avec son oncle. Son père était le propriétaire du parc qui a disparu. Une amitié naît entre les trois jeunes gens.

Grâce à Orage, Wonderpak s’ouvre à eux. Même s’ils ont du braver l’interdiction de leurs parents et emmener Zoey avec eux, Jenn et Mervin sont aux anges. Libertad est le monde des pirates. Il y a six mondes en tout. Pendant la visite de ce monde, Zoey se fait kidnapper.

Le fil conducteur est lancé : Orage, Jenn et Mervin partent à la recherche de Zoey dans ce monde plein de dangers et d’incertitudes. Ne connaissant rien de ce monde, ils savent qu’ils ne sont pas prêts mais ils partent quand même dans cette aventure au péril de leurs vies pour retrouver Zoey et le père d’Orage.

On fait des rencontres en tout genre et quêtes à foison… Les plus jeunes d’entre-nous seront ravis avec ce roman plein d’aventures.

Pour ma part, j’ai passé un moment agréable avec ces jeunes. J’ai beaucoup aimé les illustrations et j’ai bien envie de lire la suite.

La plume de l’auteur est agréable et très abordable. Je pense que c’est une lecture qui pourrait plaire à beaucoup de jeunes lecteurs.

Ma note : 14/20

15

Sansonnets, un cygne à l’envers – Pierre Thiry

sansonnets-un-cygne-a-l-envers.jpgRésumé : Ces cent sonnets ont été écrits un peu n’importe quand, lorsque j’avais du temps : à l’arrêt d’autobus, sur le quai de la gare SNCF, dans un train, sur une terrasse de café, dans une salle d’attente, sur un coin de table durant un repas ennuyeux, dans ma cuisine, dans mon bureau, dans un magasin de chaussures, en attendant mon tour à La Poste, en discutant avec ma coiffeuse, en attendant un dessert au restaurant, en marchant en forêt, en essayant une nouvelle chemise, en lisant un livre, en marchant sous la pluie, en savourant un concert, en rêvant au sourire chaleureux de la meilleure des amies, en écoutant converser les sansonnets au-dessus de l’étang des cygnes..

Mon avis : Je remercie chaudement l’auteur pour sa confiance réitérée ainsi que pour sa gentille dédicace et ses propos bienveillants à l’égard de mon blog. C’est toujours très plaisant de se voir sollicité pour des lectures! Merci beaucoup Pierre !

C’est un recueil de sonnets qui m’attendait sagement dans ma boîte aux lettres et que je vous présente donc! Cet ouvrage est assez saisissant. Cent sonnets nous attendent : je tiens à rappeler qu’un sonnet est un poème de quatre strophes : deux quatrains (quatre vers par strophe) et deux tercets (trois vers par strophe). La parenthèse « cours de littérature » est close, je vous rassure!

Inspiré par la vie de tous les jours, l’auteur nous livre de beaux sonnets. Mêlant jeux de mots, d’esprit et traits d’humour certains, on se retrouve à lire des sonnets sur les mouches, des caissières et pleins d’autres petits sujets sympathiques de la vie quotidienne.

La lecture se fait rapidement et je suis certaine qu’elle pourrait en réconcilier plus d’un avec le genre poétique. Moi-même étant très compliquée en poésie, j’ai passé un agréable moment.

A travers ces sonnets, on perçoit quelque peu la vie de Pierre Thiery et des petits détails auxquels il a accordé du temps et prêté attention. Il a pris le temps et c’est avec délectation que l’on prend goût à cette lecture. J’ai pensé à Philippe Delerm et  son ouvrage « La première gorgée de bière et autres plaisirs minuscules. » J’ai beaucoup aimé.

J’avais déjà pu lire un roman de l’auteur mais c’est ma première lecture poétique et j’avoue beach_gate_weheartitque j’ai beaucoup aimé et que je réitèrerai avec grand plaisir. C’est un petit ouvrage idéal pour accompagner un petit déjeuner lors d’un dimanche matin ensoleillé.

Grâce à des mots simples, Pierre Thiery nous fait voyager et c’est une parenthèse très appréciable en cette saison. J’ai vraiment trouvé que le temps était propice à cette lecture! Cela m’a permis de l’apprécier dans toute sa profondeur.

Ma surprise est complète. Et c’est vraiment avec joie que je vous présent ma chronique. C’est une révolution poétique bien loin de la poésie classique. ici, on réinvente le genre pour se l’approprier.

Ce qui est très appréciable c’est le fait de voir qu’avec toutes les figures de style utilisées, les jeux de mots, on voit une grande maîtrise de la langue française par l’auteur. L’originalité réside aussi dans les thèmes abordés, les assonances et les allitérations …

En bref, c’est une belle surprise! Un bon moment passé en compagnie de ce petit ouvrage si particulier!

Ma note : 16/20

26

Le syndrome du papillon – Maxence Fermine

Le_syndrome_du_papillon_hd.pngRésumé : Hugo Mars, 17 ans, n’est pas un garçon comme les autres. Atteint d’un mal étrange, le syndrome du papillon, il est interné en hôpital psychiatrique. Mais la vie est parfois surprenante. Car c’est là qu’il fait la plus belle rencontre de son existence. Celle de Morgane Saint-James, une jeune fille aux cheveux roux et aux yeux verts, gothique et lunaire… Hugo tombe aussitôt sous son charme. Jusqu’à ce que la jeune fille disparaisse…

Mon avis : Je remercie Camille des éditions Michel Lafon qui m’a permis de lire ce roman dans le cadre d’un partenariat.

J’avais déjà lu un roman de cet auteur et j’avais très envie de réitérer mon expérience qui s’était très bien passé (Le livre des ombres pour ceux que ça peut intéresser).

C’est dans un autre registre que j’ai retrouvé Maxence Fermine. Le syndrome du papillon est un livre doux, brillant par les mots et par la poésie utilisée dans ses termes. Ce roman s’adresse ici à deux types de publics : les plus jeunes (on va dire adolescents) et les plus vieux (jeunes et vieux adultes).

La première chose que j’ai apprécié en voyant ce partenariat c’est la couverture. Elle représente Morgane, un personnage du roman. Je l’ai beaucoup aimé. J’ai trouvé cette couverture très très belle et propice à la période automnale dans laquelle nous nous trouvons.beach_gate_weheartit

On rencontre Hugo, un jeune homme de 17 ans. Catégorisé comme dépressif, il est en hôpital psychiatrique parce qu’il a menacé de sauter par la fenêtre. Il est intelligent et atteint du « syndrôme du papillon » qui est en fait l’incapacité de prendre une décision ou de faire un choix. Il est drôle et a un regard piquant, vif sur sa vie et sur celle de son entourage plus ou moins proche. Il ne mâche pas ses mots. Etant moi-même assistante d’éducation, j’ai beaucoup ri en lisant le passage sur les « pions » de son lycée!

Morgane est une jeune fille atteinte du syndrome d’Asperger. pour résumer grossièrement c’est une difficulté à avoir des contacts relationnels normaux au sein de la société, ils sont doués dans un domaine bien particulier. Bien souvent, ils sont des génies. Elle est un génie en musique, c’est une violoniste exceptionnelle pour ses 17 ans. C’est aussi une encyclopédie vivante : elle apprend à Hugo beaucoup de chose sur les artistes qu’elle aime mais aussi sur bien d’autres sujets. Elle est très belle, rêveuse et dans son monde.

Ces deux jeunes tombent amoureux et leurs vies en hôpital psychiatrique prend un autre sens. C’est plus viable, plus respirable et beaucoup moins déprimant. Ils se découvrent mutuellement jusqu’au moment où Morgane part. Elle quitte l’hôpital pour retrouver ses parents.

C’est à ce moment précis qu’Hugo fait quelque chose d’hors norme pour lui : il prend une décision. Il retrouvera Morgane grâce à de maigres informations qu’elle lui a donné au gré de leurs conversations.

On le suit donc à travers son périple parisien qui lui réserve bien des surprises et de belles rencontres. Entre passé et avenir, Hugo se retrouve pris dans une spirale d’évènements incroyables. C’était vraiment très sympathique à lire.

J’ai ri à de multiples reprises, j’ai aussi été touché par la poésie des mots employés par l’auteur. Hugo est un personnage haut en couleur! J’ai beaucoup aimé ses réactions très naturelles et spontanées. Malgré ça, c’est un esprit très intelligent et réfléchis. Il sait quand il peut agir plus légèrement ou non. Je pense à Zach, un ami de l’hôpital qu’il adore malmener et secouer. Suicidaire dans l’âme, Zach se replie sur lui même sauf avec Hugo. J’ai trouvé ces passages très drôles !

20100628104007michellafonLa plume de Maxence Fermine est très belle. Il parle d’amour, d’amitié avec douceur et poésie. C’est très juste et beau. J’ai beaucoup aimé les mots employés dans ce roman!

J’ai aussi beaucoup aimé en apprendre plus sur la maladie d’Asperger et les personnes célèbres qui ont été/sont atteints par cette pathologie. Dans ce roman, on dédramatise l’aspect psychologique de ces maladie et c’est un très bon point. Bien que le sujet soit sérieux, j’ai trouvé que l’histoire d’amour et la quête d’Hugo était plus présent que les maladies et c’est très appréciable       .

La fin est très mignonne et envoie beaucoup d’ondes positives au lecteur. J’ai trouvé cette lecture belle, poétique et très agréable!

Ma note : 18/20