La petite soeur du vent – Dominique Durand

9782915723632-frRésumé : Il est de ces fabuleux destins qui nous surprennent par leur caractère exceptionnel, hors du commun. La question que l’on se pose alors est toujours la même : ont-ils été influencés par des choix éclairés et décisifs, ou se sont-ils accomplis simplement parce que c était écrit… Lorsqu’il la vit, la première fois, dans le parc du Grand-Blottereau de Nantes, Richard n’en crut pas ses yeux : une gracieuse et curieuse jeune fille enlaçant de son corps un immense bananier. Il l observa ensuite, à son insu, émoustiller les bambous sur son passage, lever une bourrasque de la main, générer une ondée sous l’effet de la colère… Quel lourd secret dissimulait donc Esther lancée sur la piste de son père en Alaska, au sein du site très controversé de l’HAARP, puis au coeur de la jungle amazonienne où l éminent scientifique avait disparu sans laisser la moindre trace ? Comment aurait-elle pu imaginer qu’une prophétie millénaire, préservée par la plus ancienne tribu primaire d’Amérique du Sud, allait engendrer le plus grand bouleversement que son corps et son âme puissent connaître ?

Mon avis : Je remercie encore une fois très chaleureusement l’auteur pour m’avoir permis de lire une nouvelle fois un de ses romans en partenariat. Merci Dominique !

On retrouve ici le même schéma que dans Mila

  • Un personnage principal avec une forte personnalité et un fort caractère.
  • Un autre personnage de l’autre sexe pour former un duo détonnant.
  • Des faits météorologiques hors du commun
  • La découverte de pays lointains et d’us et coutumes différentes des nôtres.

J’avoue que c’est un schéma qui fonctionne très bien. On rencontre Esther Lavigne, une jeune femme française. Intelligente, forte personnalité et très droite, elle est une femme hors du commun. Son père, parti en Antarctique, est porté disparu lors d’investigations pour son travail. Esther décide de se rendre sur le lieu de travail de son père pour ranger ses affaires et vider son appartement.

Ce voyage l’emmène loin, suivant son instinct, elle part avec Matthew (un homme qui travaillait avec son père) jusqu’en Guyane, là où son père a été aperçu pour la dernière fois.

Une belle aventure s’ouvre à nous : pleine de dangers, de rencontres et d’émotions diverses qui font de ce voyage, un voyage sous le nom de la recherche personnelle, de la quête de paix intérieure pour notre personnage principal. Nous la suivons au fin fond de la Guyane, au cœur des premières civilisations au cœur des mystères de la nature.

J’ai beaucoup aimé la mise en abîme dès le début du roman. Esther est remarquée par un beach_gate_weheartitcertain Richard dans un parc public. Il la remarque parce qu’il se passe des choses étranges : en effet, Esther est capable de ressentir la vie dans la nature et de dompter les éléments naturels.

Nous partons dans un récit dans un récit. J’ai trouvé ce point de vue très intéressant et original. C’est un retour dans le passé qui nous explique et apprendre comment Esther en est arrivée là.

Matthew est un beau personnage : il est séduisant, rieur, doux. C’est un homme bon qui ferait tout pour les beaux yeux d’Esther. Ce duo est très beau : il émane d’eux un amour puissant c’était très touchant dans toute cette tempête de choses étranges qui se trouve autour d’eux. Ils vivent une aventure hors du commun.

Esther nous montre le bon côté de son talent mais aussi le mauvais. Elle peut créer des tempêtes qui arrachent tout sur leurs passages. Lorsqu’elle est en colère, elle ne maîtrise rien. Elle peut aussi mettre son talent au service de bonnes causes.

Nous avons la chance d’être embarqué dans ce fabuleux voyage. Par les lieux visités mais aussi par les légendes soulevées et surtout par la poésie des mots de l’auteur qui me prouve encore une fois que Dominique Durand est synonyme de rêve, talent et de fantastique.

Ma note : 18/20

Publicités

21 réflexions sur “La petite soeur du vent – Dominique Durand

  1. Même si ta chronique est super enthousiaste, ça ne me tente pas plus que ça, en tout cas pour le moment… En fait, je préfère les récits de voyage (entre autres) plutôt au printemps / été (quand j’ai moi-même envie de bouger quoi, et pas de rester affalée sur mon canapé !)

    • Je comprends lol!
      C’est vrai que ce que tu dis n’est pas si infondé que cela. J’avoue que l’hiver j’aime bien lire des récits d’évasion histoire de quitter le froid du Nord .. bon ok là on va en Antarctique mais en Guyane surtout alors ça compense 🙂

  2. Pingback: Critique d’une blogueuse pour « La petite sœur du vent » – Dominique Durand Romancier

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s