15

Apparences – Lydia Le Fur

17632030_203249523495758_2360325602857066486_oRésumé : Qui est Liza ? Qui est cette jeune artiste peintre parisienne qui s’apprête à prendre l’avion pour New York où l’attend son exposition ? Pourquoi veut-on la tuer ? De Paris à Oxford, en faisant escale à New York, suivez les pas de la belle et pétillante Liza, accompagnée de Thomas, un homme plein d’humour aux multiples facettes. Méfiez-vous ! Ne vous fiez pas aux apparences !

Mon avis : Je remercie chaleureusement Lydia pour sa gentillesse. En effet, auteure du roman, j’ai eu la chance de pouvoir échanger avec elle et de lire son roman qui est un thriller.

On fait la rencontre de Liza, une jeune femme qui est poursuivie de Paris à New York en passant par Oxford. On peut déjà dire que le roman nous fait voyager de manière explosive. Liza est en danger de mort, elle ne sait pas pourquoi, ni par qui, mais elle doit vite se sortir de cette situation qui la mènera tout droit dans le couloir de la mort.

Sur son chemin, elle rencontre Thomas, un détective/journaliste/chercheur qui se fait surnommer Sherlock (inutile de vous préciser pourquoi on l’appelle ainsi). C’est un personnage attachant qui prend une grosse place dans le roman. J’ai eu du mal à comprendre, au départ, pourquoi il y avait tant de mystère autour de ce personnage qui passe les premières pages à mentir. J’ai beaucoup aimé le fait que l’auteure explique beaucoup ce que se passe lors de cette intrigue de fou.

Liza est une jeune femme parisienne qui est une artiste talentueuse. Elle est bien dans sa vie, elle est belle et intelligente. Elle semble être douce et calme. C’est un personnage principal assez bon, on a une description complète qui nous permet de bien comprendre la psychologie du personnage. Les questionnements sont assez intrigants et palpitants. Je pense que c’est le personnage le plus abouti du roman.

Mathieu est aussi un personnage que j’ai beaucoup apprécié. J’ai longtemps pensé qu’on aurait eu besoins de plus amples détails sur ce personnage qui reste très mystérieux. Mais au final, je trouve que sa description correspond bien au caractère du personnage. La fin m’a laissé pantoise. J’ose espérer qu’il y aura une suite ! Son métier est assez incroyable. J’ai beaucoup aimé la dualité de ce personnage.

L’intrigue est rondement menée, il y a beaucoup de péripéties et de revirements de situations qui permettent d’avoir une lecture dynamique et assez mouvementée. J’ai beaucoup apprécié ce côté.

Ce thriller est une belle découverte mais je pense qu’il gagnerait à être un peu plus long. En effet, je trouve qu’il a été court (intense et très bon) mais j’ai comme un gout de trop peu dans le sens où j’aurais voulu en savoir plus sur Liza et sur la manière dont elle vivait cette incroyable expérience qu’est sa vie mais aussi sur le ressenti des personnages sur ce qu’ils sont en train de vivre.

J’ai trouvé que l’intrigue est très originale. Elle est très prometteuse. De plus, j’ai beaucoup aimé le fait que le thriller n’est pas construit comme ceux que j’ai déjà lu. Ici, une histoire d’amour assez particulière se créée sous nos yeux. J’ai beaucoup aimé la tournure des choses à la fin et j’en redemande. J’espère vraiment avoir une suite à ce roman et lire de nouvelles œuvres de Lydia rapidement !

Un thriller qui mêle amour, mystère, suspens… C’était une bonne lecture pour moi.

La plume de l’auteure se relève être dynamique, pleine de ressources et qui nous véhicule beaucoup d’émotions. C’est donc une auteure très prometteuse que je vous présente là.

Ma note : 15/20

12

Vestiges tome 2 : la reine condamnée – Rose Royl

téléchargementRésumé : Kidnappée, Cassie se retrouve en Grèce dans la demeure de la famille originelle de l’Olympe. Elle y fait la rencontre de personnes attachées au passé de sa reine qui la troublent plus qu’elle ne l’aurait cru possible. Des vacances officielles deviennent alors rapidement un cauchemar pour Cassie. Un cauchemar dont elle ne peut s’échapper. Condamnée pour les actes de sa reine, elle est obligée de payer. Ce prix pourrait coûter plus cher que prévu. Et si vos désirs étaient des ordres ? Dans ce cas, prenez garde à vos souhaits…

Mon avis : Je remercie chaleureusement Anyway Editions. C’est encore une très belle lecture que vous m’offrez là !

J’avais beaucoup apprécié ma lecture du premier tome de la saga « Vestiges » de Rose Royl. Quelle ne fut pas ma surprise d’apprécier d’autant plus ce deuxième tome ! Rose Royl a réussi un exploit : me faire lire plus de 1.000 pages sur ma Kindle en une journée. Je crois que ce n’était jamais arrivée.

Quand j’ai vu la taille du roman, je me suis dit que j’allais forcément y trouver des longueurs mais absolument pas, c’était parfait !

On repart dans notre monde qui mêle modernité, magie et mythologie. C’est vraiment un monde très abouti qui s’offre à nous et à nos petits yeux de lecteurs ahuris !

On retrouve Cassie qui a repris sa vie avec ses nouveaux amis : Salomé, Gabriel, Loïc et Evon, son petit ami. J’ai d’ailleurs beaucoup aimé ce couple : il est frais, il brave les tempêtes et c’est appréciable.

Cassie est kidnappée et envoyée en Grèce. Elle est envoyée devant les douze (La famille de Dieu qui comporte : Zeus, Héra, Apollon, Arès, Aphrodite, Hermès, Poséidon, Hadès, Héphaïstos, Athéna et Artémis [pardonnez-moi si j’ai fait une erreur dans cette liste mais je l’ai faite de mémoire, comme ils ne sont pas tous des personnages que l’on côtoie au quotidien, ce n’est pas évident de se souvenir de tous]. La famille des douze est comme le juge suprêmes qui protègent les déshérités et les héritiers. J’ai trouvé cet aspect de l’histoire assez fascinant. Moi qui adore la mythologie, j’ai vraiment passer un très bon moment de lecture.

J’ai trouvé l’intrigue autour de Cassie assez incroyable : En effet, elle doit subir une série de quatre épreuves plus mortelles les unes que les autres pour qu’on la dissocie de Pandora, reine qui habite son âme.

V2

On en sait plus sur le passé de Pandore ainsi que le mystère qui plane au-dessus de cette fameuse histoire de la boîte de Pandore. C’est vraiment une histoire incroyable. Il n’empêche qu’il ne faut pas oublier que Cassie garde vraiment la tête sur les épaules, elle passe plusieurs épreuves mais ne se cache pas de l’aide qu’elle a reçu ou encore de la cruauté des Dieux.

Zeus est, en effet, impitoyable. Moi qui avait habitude de lire des histoires dans lesquelles il est doux, compréhensif et sensible, ici, c’est tout l’inverse. C’est tout aussi bien, on change un peu la vision que l’on a des personnages de cette manière, c’est toujours très sympathique de lire ce genre d’histoires !

Ici, on remarque quand même que Pandore a fait beaucoup de mal autour d’elle. Les dernières lignes de ce deuxième tome me laissent pantoises et sur ma faim. J’ai donc une seule hâte : avoir le troisième tome dans les mains ! Arrivent dans l’histoire Épiméthée et son frère Prométhée.

En bref : intrigue et deuxième tome très aboutis. J’ai beaucoup apprécié l’univers qui est très travaillé et qui nous permet d’avoir une histoire cohérente et avec laquelle on passe un bon moment.

Ma note : 18/20

16

La lanterne des morts – Janine Boissard

9782213704531-001-X_0.jpegRésumé : Lila et Adèle sont sœurs. Belle, brillante, passionnée, Lila ne rêve que de mener la grande vie. Hélas elle est victime de bipolarité, cette terrible maladie où le meilleur côtoie le pire. Adèle est douce, tendre, responsable. Les années passant, de lourds soupçons pèsent sur Lila. Autour d’elle, plusieurs événements tragiques, toujours liés à des affaires d’argent. Mais sans jamais la moindre preuve. Voyant sa sœur s’attaquer à celui qu’elle aime, les yeux d’Adèle s’ouvrent enfin. Menant une discrète enquête, elle découvre la vérité. Mais cela suffira-t-il à sauver Vivien ? C’est dans les beaux paysages du Périgord Noir, où flottent les arômes de truffe et de bon vin, que se passe cette histoire de famille comme Janine Boissard excelle à les raconter, mêlée d’un suspense qui ne faiblit jamais.

Mon avis : Je remercie Gilles Paris, les éditions Fayard ainsi que Jules qui fait un travail spectaculaire en chouchoutant les partenaires. Alors un grand merci Jules !

J’ai souvent entendu parler de Janine Boissard sans pour autant lire ses romans. J’ai sauté sur l’occasion quand j’ai vu que je pouvais le demander en Service Presse. Mon erreur est réparée, maintenant, laissez-moi vous parler de ce roman « La lanterne des morts ».

Ce fut une lecture rapide. Le roman est très agréable en tant que livre objet : j’ai trouvé la couverture très belle et assez mystérieuse. Voilà un très bon point de départ je trouve.

On se retrouve dans une région de la France que je ne connaissais pas : le Périgord et plus précisément le Périgord Noir. Région viticole et truffière, les paysages décrits sont sublimes. Ils passent les saisons, les mois et même les années sans que je n’ai perdu une miette des descriptions des décors.

On rencontre Lila et Adèle qui sont sœurs. Lila est l’aînée bipolaire qui mène une vie insouciante et belle. Elle est belle, elle plait aux hommes et elle le sait. Son caractère effronté, rebelle et insouciant plait. Lila plait à tout le monde, que ce soit les hommes et les femmes. En effet, Lucette lui voue un véritable culte.  Adèle est plus jeune mais aussi plus responsable. Elle porte sur son dos le poids des erreurs de sa sœur et la mort de ses parents. Malheureusement, après le décès de son père, elle hérite du domaine qu’elle gère toute seule avec l’aide de son personnel : Gaston et Lucette. L’amour entre les deux sœurs est bien présent mais des fois, étouffé.

On a des personnages mi secondaires mi principaux intéressants : Vivien, le voisin et ami footer-logo-fayarddes deux sœurs. Il habite le château et possède le domaine viticole d’à côté. Les deux familles sont proches. Adèle est mieux perçue que Lila. Elle est beaucoup plus fiable.

Après des années d’absences, Lila revient au manoir et Adèle déchante très vite : sa sœur a changé, elle est étrange.

J’ai beaucoup apprécié l’évolution du duo Adèle/Vivien mais surtout l’évolution d’Adèle. On la voit comme une petite fille au début du roman qui grandit et se responsabilise au fil des pages. C’est très appréciable.

Le comportement de Lila est très dévastateur : en plus de la relation qu’elle entretient avec sa sœur, sa maladie dévaste aussi la relation qu’elle a avec Vivien. J’ai trouvé qu’Adèle avait bien fait de parler à sa sœur. La maladie est parfois un merveilleux prétexte pour lui excuser les bêtises qu’elle fait.

Plus la lecture se passe, plus on découvre les mystères qui planent autour de la famille, de l’ex-belle famille de Lila qui elle aussi se pose des questions : Adèle creuse et découvre les effroyables vérités sur sa sœur. Jusqu’au bout on est surpris. C’est vraiment très bon !

Le mystère plane du début à la fin du roman, c’est très appréciable. Un bon roman plein de suspens. Plus ma lecture passait plus je me disais « mais, ce n’est pas possible ! ». L’auteure pousse l’intrigue jusqu’à l’explosion. J’ai vraiment été surprise par cette lecture. C’est vraiment très bon.

Je suis contente d’avoir découvert cette auteure. Je renouvellerai l’expérience sans aucun problème.

Ma note : 16/20

14

Gloria – Martine Pouchain

couv29874240.jpgRésumé : Gloria, tombée enceinte trop jeune d’un prof de théâtre dont elle était follement amoureuse, a abandonné son bébé pour poursuivre son rêve de devenir une star, et partir pour Los Angeles… Sept ans plus tard, son ambition glorieuse s’est diluée dans les déconvenues et les rôles de figuration. Alors, elle décide de récupérer son enfant. Sauf que la mère adoptive n’est pas d’accord, bien sûr. Il ne reste plus à Gloria qu’à enlever Jamie et à fuir avec lui d’État en État à travers l’Ouest américain, direction le Canada. Pas si simple d’autant que Jamie, lui, ne veut pas rester avec elle.

Mon avis : Je remercie les éditions Sarbacane pour l’envoi de ce service presse qui est vraiment bon ! J’ai avalé ce roman très rapidement : il n’est pas très long mais il est intense !

On rencontre Gloria qui n’a pas une vie facile. Rejetée par sa mère hantée par la mort de son fils Nicolas, Gloria ramasse les pots cassés sans grande conviction. Elle ne sait plus qui elle est et ne sait pas comment faire pour voir un sourire sur le visage de sa mère. Elle refuse tout acte d’amour, de tendresse qui vient de sa fille. Son père est là, entre les deux, mais souffre aussi de la disparition de son fils.

Gloria ne sait plus ce qu’elle veut, jusqu’à ce qu’elle rencontre son professeur de théâtre Fitz qui lui transmet la passion du théâtre. Gloria sait enfin ce qu’elle veut ! Elle veut être actrice ! Un projet qui va vite être évincé par ses parents. Qu’à cela ne tienne, elle fuit sa maison pour vivre sa vie.

Gloria est le genre de roman qui montre à quel point la vie peut être dure. Croire en ses rêves n’est pas suffisant puisqu’il faut aussi se donner la possibilité de pouvoir les réaliser. Gloria en fait les frais : elle n’arrive pas à garder un petit travail alimentaire, ni de payer de loyer. On rencontre beaucoup de personnes qui lui permettent de vivre chez eux mais jamais de manière définitive.

J’ai trouvé que le roman allait très vite : on passe, on passe, on passe. Très rapidement, on change de maison, de travail, de personnages. C’est vraiment très surprenant mais au final je trouve que cela rythme la vie précipitée de Gloria. Elle ne prend pas le temps de vivre. Elle veut vivre son rêve d’être actrice.

Gloria tombe rapidement enceinte, elle fait adopter son bébé mais ses instincts de mèrelogo-editions-Sarbacane reviennent très vites : elle veut revoir son fils, Jamie, même si sa mère adoptive ne veut pas en entendre parler. Et là, commence le périple incroyable d’une mère perdue, qui n’a que le nom de mère sans jamais l’avoir été, ainsi que d’un petit garçon, qui refuse d’être son fils.

C’est une histoire drôle, pleine d’émotions diverses : on est touché, bouleversé, ému. On rigole beaucoup aussi, on sourit, on a le cœur qui se serre. Bref, un véritable ascenseur émotionnel ! C’est délicieux.

J’ai beaucoup aimé ce duo improbable que forment Gloria et Jamie. La fin est surprenante mais très belle : il faut toujours croire en ses rêves.

Ce roman est un roman initiatique pour Gloria qui apprend que la vie ne se résume pas forcément à sa vie d’actrice mais aussi à la personne qu’elle est et ce qu’elle aime dans la vie. Jamie lui ouvre les yeux, elle comprend qu’en partageant sa vie, c’est encore mieux.

En bref, j’ai beaucoup aimé cette lecture qui se lit rapidement, qui est belle, pleine d’espoir et de désillusion. Une belle histoire sur l’apprentissage de la vie d’une mère.

Ma note : 16/20

29

Le magasin des suicides – Jean Teulé

416dZKU+rGL._SX210_.jpgRésumé : Vous avez raté votre vie? Avec nous, vous réussirez votre mort! Imaginez un magasin où l’on vend depuis dix générations tous les ingrédients possibles pour se suicider. Cette petite entreprise familiale prospère dans la tristesse et l’humeur sombre jusqu’au jour abominable où surgit un adversaire impitoyable : la joie de vivre…

Mon avis : J’ai choisi ce livre audio à la médiathèque pour deux raisons : j’ai beaucoup entendu parler de ce roman, j’avais vu aussi le film animé qui a été tiré du roman. De plus, Jean Teulé est l’un de ces écrivains qui sont adorés en pas. Je n’ai jamais trouvé d’équilibre ou de « j’ai un peu aimé mais pas trop », soit on aime, soit on déteste apparemment.

J’ai passé un bon moment à écouter ce livre.

On fait la découverte et la rencontre de la famille Tuvache et leur magasin des suicides. Famille morne et terne, elle vous permet de réussir votre suicide. Il y en a pour tous les goûts : poisons, cordes, sachets plastiques, bloc de béton, épée et sabre … Et je vous en passe. Tout réussi à cette famille qui prospère grâce à la mort et à la tristesse des gens. Seulement… une ombre vient assombrir leur atmosphère morbide : leur dernier fils Alan est un petit gars heureux. Il voit tout en rose, il trouve toujours quelque chose de positif dans toutes les situations malheureuses qu’il voit au magasin de ses parents.

Il exaspère tout le monde : ses parents Mishima et Lucrèce mais aussi Vincent et Maryline : son frère et sa sœur. Toute la famille a des tendances suicidaires, ils voient tout en noir : Vincent a constamment envie de se tuer à cause d’un mal de crâne incessant et Maryline se trouve répugnante et n’a rien pour elle : elle est moche, grosse et ne trouve rien de beau dans sa vie. J’ai beaucoup apprécié ces personnages ternes et tristes. J’ai aussi beaucoup aimé le rôle de la mère Lucrèce qui marque un contraste incroyable entre un rôle de mère douce agréable et la mère qui pousse ses enfants au bord du gouffre en confirmant ce qu’ils pensent d’eux.

Comme vous avez pu le constater, il faut avoir un certain second degré pour lire ce13e60be38f0d1cdc24208d034566632b roman ainsi qu’une bonne dose d’humour noir : on parle de mort, de suicide mais d’une manière à les ridiculiser, à le faire passer pour quelque chose de plus doux que la mort. En effet, on rencontre des enfants mais l’auteur maitrise bien son sujet et arrive à nous faire rire (et les enfants ne meurent pas, promis !)

Je ne connaissais pas Jean Teulé (j’ai le Maupassant dans mes étagères mais j’ai toujours eu peur de le sortir de ma bibliothèque… Je ne sais pas pourquoi). Après la lecture du magasin des suicides je pense pouvoir me laisser tenter par ma lecture (je l’espère cet été).

J’ai bien ri, les mots de l’auteur sont crus, familiers mais j’ai beaucoup rigolé. Des situations sont très inattendues et Alan marque vraiment un moment charnière dans la vie des Tuvache. C’est vraiment un bon moment de lecture ! On ne se prend pas la tête avec une histoire trop compliquée, c’est court, limpide et bourré d’humour (noir, bien entendu).

Ce n’est pas un coup de cœur, c’est un roman parfait pour lire entre deux gros pavés. Je vous le conseille pour un moment de détente et de gros « Mais c’est quoi ce délire » ! Rares sont les romans qui me font franchement rire et celui-ci est une première !

Jean Teulé est un auteur que l’on peut retrouver dans beaucoup de domaines. Alors … J’attends de voir ce que cela peut donner avec d’autres ouvrages !

Ma note : 15/20

12

Gabriel – Tome 2 – Angel Arekin

17884199_456864007989685_6204769229974832465_nRésumé : Résumé : Alors qu’Ashley se rend à la tour de la Carter Corporation pour son premier jour de travail, elle se heurte à un séduisant et hautain mâle new-yorkais qu’elle rembarre sèchement. Malheureusement pour elle, cet homme n’est autre que son supérieur au sein de la société. Arrogant et manipulateur, il prend dès lors un malin plaisir à maintenir un doute sur son avenir à Carter Corp. Mais c’est sans compter le caractère fougueux d’Ashley, peu décidée à se laisser malmener sans broncher. Un duel s’instaure, où se mêlent désir et bonnes réparties. Lequel des deux poussera l’autre à la faute ? Qui succombera le premier ?

Mon avis : Je remercie Marie de chez Nisha Editions pour ce joli partenariat qui poursuit bien sa route. En effet, j’ai pu lire le deuxième tome de Gabriel qui est un roman tiré d’un jeu virtuel que l’on retrouve sur les plateformes des réseaux sociaux : Is it love ?

C’est surprenant de voir à quel point ça colle : Angel Arekin a de la magie dans les doigts. Tout fonctionne très bien, c’est une affaire qui roule ! J’ai vraiment passé un bon moment.

J’aime beaucoup le format : c’est une lecture rapide et très agréable. Honnêtement, j’avais une petite panne de lecture et j’ai décidé de lire Gabriel parce que je sais que Nisha propose des tomes courts (Ce n’est pas un reproche, bien au contraire). C’est vraiment agréable parce que ce sont des lectures douces, qui nous permettent de respirer entre deux romans plus conséquents ou même après une journée compliquée et fatigante.

Ce deuxième tome est très bon, encore mieux que le premier selon moi. Si ce dernier posait les bases, ce deuxième tome est dans la continuité mais l’histoire prend plus d’ampleur : j’ai trouvé que la tension entre Ashley et Gabriel était plus palpable, le désir grandissant et l’attente du lecteur satisfaite ! C’est vraiment un très bon tome.

J’ai beaucoup aimé le fait qu’Ashley ne se laisse pas marché sur les pieds : c’est une femme entêtée, qui n’a pas peur de dire ce qu’elle pense même si elle s’adresse à son patron. Il est hors de question qu’elle soit une de ces petites femmes soumises qui acceptent d’être traitées comme des moins que rien sur leur espace de travail. J’ai trouvé ça génial. La répartie d’Ashley est monumentale et cela apporte beaucoup de scènes assez drôles au roman. J’ai aussi aimé le fait qu’Ashley montre qu’elle a un cœur : même si elle est courageuse et n’a pas sa langue dans sa poche, cela ne l’empêche pas de ressentir les choses, les injustices et les persécutions qu’elle subit de toute part au travail.

Gabriel, lui, est un homme qui sait ce qu’il veut. Il n’attend rien des femmes à part lui 14102321_869552063176273_1970639135923634263_ndonner du plaisir. C’est assez exaltant de voir son évolution. Il doute de ses faits et gestes à certaines reprises ce qui le rend plus charmant, moins froid. Par moment, il joue un peu trop la carte du « je suis le patron, tu n’as rien à dire » mais au final, cela fait partie de son caractère et ce n’est donc pas gênant. J’aime bien ce personnage assez arrogant mais drôle. Il semble inaccessible, ce qui renforce notre volonté à vouloir percer sa carapace.

La plume d’Angel Arekin est fidèle à elle-même : elle mène rondement cette intrigue. Elle apporte beaucoup de légèreté mais arrive aussi à véhiculer beaucoup d’émotions diverses sur un court instant ce qui est encore plus remarquable donc. La lecture se fait sans accroche : c’est dynamique, doux, sensible mais fort et puissant en même temps.

J’ai hâte d’avoir le troisième et dernier tome entre les mains.

Ma note : 17/20

15

Vestiges Tome 1 – La reine oubliée – Rose Royl

téléchargementRésumé :  Cassie Prédier, 16 ans, sent que son monde a changé. Imperceptiblement. Inscrite depuis peu à l’Institut Privé du Sacre, Cassie découvre vite qu’elle évolue au sein des privilégiés et que parmi eux, se trouve une classe élitiste, l’inaccessible Classe A. Alors pourquoi certains des élèves de cette classe – tels Salomé et le beau Evon – s’intéressent-ils à elle ? Qui est cette magnifique jeune femme que seule Cassie peut voir et avec qui elle se sent inextricablement liée ? Cassie sent que son monde va changer. Définitivement.

Et si vos désirs étaient des ordres ? Dans ce cas, prenez garde à vos souhaits…

Mon avis : Je remercie de nouveau les chaleureuses personnes d’Anyway Editions. Je suis vraiment très heureuse et chanceuse de pouvoir faire un partenariat avec eux. J’ai pu lire le premier tome de Vestiges (et la suite qui viendra certainement d’ici quelques semaines sur le blog).

On fait la rencontre de Cassie qui voit sa vie chamboulée par la mort de ses deux parents dans un accident de voiture. Elle est hantée par le regard de son père, dans lequel elle a vu la vie partir, quitter tout doucement son corps. Elle possède une force intérieure incroyable qui lui permet de survivre à ce terrible accident et d’essayer de garder la tête haute.

J’ai beaucoup aimé l’univers dans lequel on est propulsé : sur un fond historique plaisant (vous savez à quel point je peux aimer l’histoire en général), on est embarqué dans un monde magique où se mêle sorts, magie, enchantement. C’est charmant et charmeur. Rien que l’univers nous permet de nous plonger corps et âme dans cet univers.

V2

Cassie est un personnage touchant par son passé et ce qu’elle vit. Elle est obligée de quitter sa vie parisienne pour suivre sa tante qui déménage en province, dans la région bretonne plus précisément (région propice pour la magie non ? ^^). Très rapidement, elle devient le centre d’attention de sa nouvelle école. C’est assez étrange mais on s’y fait rapidement. Après tout, elle est nouvelle, c’est normal !

J’ai adoré le côté mythologique et la manière dont il est exploité. J’ai aussi apprécié les apports sur des personnages historiques que j’adore comme Louis XIV. C’est vraiment très original ! Je pense que c’est ce point qui m’a fait réellement adorer cette histoire. C’est très bon!

J’ai trouvé quelque chose d’assez incroyable parce que c’est la première fois que cela me saisit autant : tous les élèves de l’école sont des personnages à part entière. Ils sont différents les uns des autres, on les dissocie très bien, ils ont tous une personnalité différente mais ils sont aussi tous très unis par un point commun que l’auteure nous dévoile au fur et à mesure de l’histoire. Ce côté mystérieux est très plaisant, c’est quelque chose qui apporte beaucoup à la lecture. Cela permet à tous les personnages d’être importants. Ce sont une belle bande d’amis qui pourrait tout faire pour défendre les gens qui en font partie.

De belles notions sont véhiculées dans ce premier tome. Les notions d’amitié et d’amour m’ont beaucoup plu. J’ai vraiment passé un très bon moment.

La plume de l’auteure est addictive, on est attaché, comme je l’ai dit ci-dessus, à l’univers qui est fantastique ! De plus, les personnages sont vraiment très attachants aussi. On arrive vraiment à se rapprocher de ces personnages, je pense surtout à Cassie et Evon que j’ai trouvé très touchants. La plume reste fraîche, dynamique et très accessible. Elle peut plaire à un panel très étendu de lecteur : des plus jeunes aux adultes qui aime la fantasy et le fantastique. L’auteure parvient à faire quelque chose d’incroyable : elle mélange la réalité à la fiction de manière à ce que l’on pense que cette histoire se déroule peut être près de chez nous…

Je trouve que ce premier tome est délicieux. Il pose les bases d’une histoire que l’on a envie de connaître. C’est vraiment un bon roman que je conseille aux fans de magie.

J’ai hâte de me plonger dans la suite !

Ma note : 17/20