16

Apparences – Lydia Le Fur

17632030_203249523495758_2360325602857066486_oRésumé : Qui est Liza ? Qui est cette jeune artiste peintre parisienne qui s’apprête à prendre l’avion pour New York où l’attend son exposition ? Pourquoi veut-on la tuer ? De Paris à Oxford, en faisant escale à New York, suivez les pas de la belle et pétillante Liza, accompagnée de Thomas, un homme plein d’humour aux multiples facettes. Méfiez-vous ! Ne vous fiez pas aux apparences !

Mon avis : Je remercie chaleureusement Lydia pour sa gentillesse. En effet, auteure du roman, j’ai eu la chance de pouvoir échanger avec elle et de lire son roman qui est un thriller.

On fait la rencontre de Liza, une jeune femme qui est poursuivie de Paris à New York en passant par Oxford. On peut déjà dire que le roman nous fait voyager de manière explosive. Liza est en danger de mort, elle ne sait pas pourquoi, ni par qui, mais elle doit vite se sortir de cette situation qui la mènera tout droit dans le couloir de la mort.

Sur son chemin, elle rencontre Thomas, un détective/journaliste/chercheur qui se fait surnommer Sherlock (inutile de vous préciser pourquoi on l’appelle ainsi). C’est un personnage attachant qui prend une grosse place dans le roman. J’ai eu du mal à comprendre, au départ, pourquoi il y avait tant de mystère autour de ce personnage qui passe les premières pages à mentir. J’ai beaucoup aimé le fait que l’auteure explique beaucoup ce que se passe lors de cette intrigue de fou.

Liza est une jeune femme parisienne qui est une artiste talentueuse. Elle est bien dans sa vie, elle est belle et intelligente. Elle semble être douce et calme. C’est un personnage principal assez bon, on a une description complète qui nous permet de bien comprendre la psychologie du personnage. Les questionnements sont assez intrigants et palpitants. Je pense que c’est le personnage le plus abouti du roman.

Mathieu est aussi un personnage que j’ai beaucoup apprécié. J’ai longtemps pensé qu’on aurait eu besoins de plus amples détails sur ce personnage qui reste très mystérieux. Mais au final, je trouve que sa description correspond bien au caractère du personnage. La fin m’a laissé pantoise. J’ose espérer qu’il y aura une suite ! Son métier est assez incroyable. J’ai beaucoup aimé la dualité de ce personnage.

L’intrigue est rondement menée, il y a beaucoup de péripéties et de revirements de situations qui permettent d’avoir une lecture dynamique et assez mouvementée. J’ai beaucoup apprécié ce côté.

Ce thriller est une belle découverte mais je pense qu’il gagnerait à être un peu plus long. En effet, je trouve qu’il a été court (intense et très bon) mais j’ai comme un gout de trop peu dans le sens où j’aurais voulu en savoir plus sur Liza et sur la manière dont elle vivait cette incroyable expérience qu’est sa vie mais aussi sur le ressenti des personnages sur ce qu’ils sont en train de vivre.

J’ai trouvé que l’intrigue est très originale. Elle est très prometteuse. De plus, j’ai beaucoup aimé le fait que le thriller n’est pas construit comme ceux que j’ai déjà lu. Ici, une histoire d’amour assez particulière se créée sous nos yeux. J’ai beaucoup aimé la tournure des choses à la fin et j’en redemande. J’espère vraiment avoir une suite à ce roman et lire de nouvelles œuvres de Lydia rapidement !

Un thriller qui mêle amour, mystère, suspens… C’était une bonne lecture pour moi.

La plume de l’auteure se relève être dynamique, pleine de ressources et qui nous véhicule beaucoup d’émotions. C’est donc une auteure très prometteuse que je vous présente là.

Ma note : 15/20

12

Vestiges tome 2 : la reine condamnée – Rose Royl

téléchargementRésumé : Kidnappée, Cassie se retrouve en Grèce dans la demeure de la famille originelle de l’Olympe. Elle y fait la rencontre de personnes attachées au passé de sa reine qui la troublent plus qu’elle ne l’aurait cru possible. Des vacances officielles deviennent alors rapidement un cauchemar pour Cassie. Un cauchemar dont elle ne peut s’échapper. Condamnée pour les actes de sa reine, elle est obligée de payer. Ce prix pourrait coûter plus cher que prévu. Et si vos désirs étaient des ordres ? Dans ce cas, prenez garde à vos souhaits…

Mon avis : Je remercie chaleureusement Anyway Editions. C’est encore une très belle lecture que vous m’offrez là !

J’avais beaucoup apprécié ma lecture du premier tome de la saga « Vestiges » de Rose Royl. Quelle ne fut pas ma surprise d’apprécier d’autant plus ce deuxième tome ! Rose Royl a réussi un exploit : me faire lire plus de 1.000 pages sur ma Kindle en une journée. Je crois que ce n’était jamais arrivée.

Quand j’ai vu la taille du roman, je me suis dit que j’allais forcément y trouver des longueurs mais absolument pas, c’était parfait !

On repart dans notre monde qui mêle modernité, magie et mythologie. C’est vraiment un monde très abouti qui s’offre à nous et à nos petits yeux de lecteurs ahuris !

On retrouve Cassie qui a repris sa vie avec ses nouveaux amis : Salomé, Gabriel, Loïc et Evon, son petit ami. J’ai d’ailleurs beaucoup aimé ce couple : il est frais, il brave les tempêtes et c’est appréciable.

Cassie est kidnappée et envoyée en Grèce. Elle est envoyée devant les douze (La famille de Dieu qui comporte : Zeus, Héra, Apollon, Arès, Aphrodite, Hermès, Poséidon, Hadès, Héphaïstos, Athéna et Artémis [pardonnez-moi si j’ai fait une erreur dans cette liste mais je l’ai faite de mémoire, comme ils ne sont pas tous des personnages que l’on côtoie au quotidien, ce n’est pas évident de se souvenir de tous]. La famille des douze est comme le juge suprêmes qui protègent les déshérités et les héritiers. J’ai trouvé cet aspect de l’histoire assez fascinant. Moi qui adore la mythologie, j’ai vraiment passer un très bon moment de lecture.

J’ai trouvé l’intrigue autour de Cassie assez incroyable : En effet, elle doit subir une série de quatre épreuves plus mortelles les unes que les autres pour qu’on la dissocie de Pandora, reine qui habite son âme.

V2

On en sait plus sur le passé de Pandore ainsi que le mystère qui plane au-dessus de cette fameuse histoire de la boîte de Pandore. C’est vraiment une histoire incroyable. Il n’empêche qu’il ne faut pas oublier que Cassie garde vraiment la tête sur les épaules, elle passe plusieurs épreuves mais ne se cache pas de l’aide qu’elle a reçu ou encore de la cruauté des Dieux.

Zeus est, en effet, impitoyable. Moi qui avait habitude de lire des histoires dans lesquelles il est doux, compréhensif et sensible, ici, c’est tout l’inverse. C’est tout aussi bien, on change un peu la vision que l’on a des personnages de cette manière, c’est toujours très sympathique de lire ce genre d’histoires !

Ici, on remarque quand même que Pandore a fait beaucoup de mal autour d’elle. Les dernières lignes de ce deuxième tome me laissent pantoises et sur ma faim. J’ai donc une seule hâte : avoir le troisième tome dans les mains ! Arrivent dans l’histoire Épiméthée et son frère Prométhée.

En bref : intrigue et deuxième tome très aboutis. J’ai beaucoup apprécié l’univers qui est très travaillé et qui nous permet d’avoir une histoire cohérente et avec laquelle on passe un bon moment.

Ma note : 18/20

16

La lanterne des morts – Janine Boissard

9782213704531-001-X_0.jpegRésumé : Lila et Adèle sont sœurs. Belle, brillante, passionnée, Lila ne rêve que de mener la grande vie. Hélas elle est victime de bipolarité, cette terrible maladie où le meilleur côtoie le pire. Adèle est douce, tendre, responsable. Les années passant, de lourds soupçons pèsent sur Lila. Autour d’elle, plusieurs événements tragiques, toujours liés à des affaires d’argent. Mais sans jamais la moindre preuve. Voyant sa sœur s’attaquer à celui qu’elle aime, les yeux d’Adèle s’ouvrent enfin. Menant une discrète enquête, elle découvre la vérité. Mais cela suffira-t-il à sauver Vivien ? C’est dans les beaux paysages du Périgord Noir, où flottent les arômes de truffe et de bon vin, que se passe cette histoire de famille comme Janine Boissard excelle à les raconter, mêlée d’un suspense qui ne faiblit jamais.

Mon avis : Je remercie Gilles Paris, les éditions Fayard ainsi que Jules qui fait un travail spectaculaire en chouchoutant les partenaires. Alors un grand merci Jules !

J’ai souvent entendu parler de Janine Boissard sans pour autant lire ses romans. J’ai sauté sur l’occasion quand j’ai vu que je pouvais le demander en Service Presse. Mon erreur est réparée, maintenant, laissez-moi vous parler de ce roman « La lanterne des morts ».

Ce fut une lecture rapide. Le roman est très agréable en tant que livre objet : j’ai trouvé la couverture très belle et assez mystérieuse. Voilà un très bon point de départ je trouve.

On se retrouve dans une région de la France que je ne connaissais pas : le Périgord et plus précisément le Périgord Noir. Région viticole et truffière, les paysages décrits sont sublimes. Ils passent les saisons, les mois et même les années sans que je n’ai perdu une miette des descriptions des décors.

On rencontre Lila et Adèle qui sont sœurs. Lila est l’aînée bipolaire qui mène une vie insouciante et belle. Elle est belle, elle plait aux hommes et elle le sait. Son caractère effronté, rebelle et insouciant plait. Lila plait à tout le monde, que ce soit les hommes et les femmes. En effet, Lucette lui voue un véritable culte.  Adèle est plus jeune mais aussi plus responsable. Elle porte sur son dos le poids des erreurs de sa sœur et la mort de ses parents. Malheureusement, après le décès de son père, elle hérite du domaine qu’elle gère toute seule avec l’aide de son personnel : Gaston et Lucette. L’amour entre les deux sœurs est bien présent mais des fois, étouffé.

On a des personnages mi secondaires mi principaux intéressants : Vivien, le voisin et ami footer-logo-fayarddes deux sœurs. Il habite le château et possède le domaine viticole d’à côté. Les deux familles sont proches. Adèle est mieux perçue que Lila. Elle est beaucoup plus fiable.

Après des années d’absences, Lila revient au manoir et Adèle déchante très vite : sa sœur a changé, elle est étrange.

J’ai beaucoup apprécié l’évolution du duo Adèle/Vivien mais surtout l’évolution d’Adèle. On la voit comme une petite fille au début du roman qui grandit et se responsabilise au fil des pages. C’est très appréciable.

Le comportement de Lila est très dévastateur : en plus de la relation qu’elle entretient avec sa sœur, sa maladie dévaste aussi la relation qu’elle a avec Vivien. J’ai trouvé qu’Adèle avait bien fait de parler à sa sœur. La maladie est parfois un merveilleux prétexte pour lui excuser les bêtises qu’elle fait.

Plus la lecture se passe, plus on découvre les mystères qui planent autour de la famille, de l’ex-belle famille de Lila qui elle aussi se pose des questions : Adèle creuse et découvre les effroyables vérités sur sa sœur. Jusqu’au bout on est surpris. C’est vraiment très bon !

Le mystère plane du début à la fin du roman, c’est très appréciable. Un bon roman plein de suspens. Plus ma lecture passait plus je me disais « mais, ce n’est pas possible ! ». L’auteure pousse l’intrigue jusqu’à l’explosion. J’ai vraiment été surprise par cette lecture. C’est vraiment très bon.

Je suis contente d’avoir découvert cette auteure. Je renouvellerai l’expérience sans aucun problème.

Ma note : 16/20

14

Gloria – Martine Pouchain

couv29874240.jpgRésumé : Gloria, tombée enceinte trop jeune d’un prof de théâtre dont elle était follement amoureuse, a abandonné son bébé pour poursuivre son rêve de devenir une star, et partir pour Los Angeles… Sept ans plus tard, son ambition glorieuse s’est diluée dans les déconvenues et les rôles de figuration. Alors, elle décide de récupérer son enfant. Sauf que la mère adoptive n’est pas d’accord, bien sûr. Il ne reste plus à Gloria qu’à enlever Jamie et à fuir avec lui d’État en État à travers l’Ouest américain, direction le Canada. Pas si simple d’autant que Jamie, lui, ne veut pas rester avec elle.

Mon avis : Je remercie les éditions Sarbacane pour l’envoi de ce service presse qui est vraiment bon ! J’ai avalé ce roman très rapidement : il n’est pas très long mais il est intense !

On rencontre Gloria qui n’a pas une vie facile. Rejetée par sa mère hantée par la mort de son fils Nicolas, Gloria ramasse les pots cassés sans grande conviction. Elle ne sait plus qui elle est et ne sait pas comment faire pour voir un sourire sur le visage de sa mère. Elle refuse tout acte d’amour, de tendresse qui vient de sa fille. Son père est là, entre les deux, mais souffre aussi de la disparition de son fils.

Gloria ne sait plus ce qu’elle veut, jusqu’à ce qu’elle rencontre son professeur de théâtre Fitz qui lui transmet la passion du théâtre. Gloria sait enfin ce qu’elle veut ! Elle veut être actrice ! Un projet qui va vite être évincé par ses parents. Qu’à cela ne tienne, elle fuit sa maison pour vivre sa vie.

Gloria est le genre de roman qui montre à quel point la vie peut être dure. Croire en ses rêves n’est pas suffisant puisqu’il faut aussi se donner la possibilité de pouvoir les réaliser. Gloria en fait les frais : elle n’arrive pas à garder un petit travail alimentaire, ni de payer de loyer. On rencontre beaucoup de personnes qui lui permettent de vivre chez eux mais jamais de manière définitive.

J’ai trouvé que le roman allait très vite : on passe, on passe, on passe. Très rapidement, on change de maison, de travail, de personnages. C’est vraiment très surprenant mais au final je trouve que cela rythme la vie précipitée de Gloria. Elle ne prend pas le temps de vivre. Elle veut vivre son rêve d’être actrice.

Gloria tombe rapidement enceinte, elle fait adopter son bébé mais ses instincts de mèrelogo-editions-Sarbacane reviennent très vites : elle veut revoir son fils, Jamie, même si sa mère adoptive ne veut pas en entendre parler. Et là, commence le périple incroyable d’une mère perdue, qui n’a que le nom de mère sans jamais l’avoir été, ainsi que d’un petit garçon, qui refuse d’être son fils.

C’est une histoire drôle, pleine d’émotions diverses : on est touché, bouleversé, ému. On rigole beaucoup aussi, on sourit, on a le cœur qui se serre. Bref, un véritable ascenseur émotionnel ! C’est délicieux.

J’ai beaucoup aimé ce duo improbable que forment Gloria et Jamie. La fin est surprenante mais très belle : il faut toujours croire en ses rêves.

Ce roman est un roman initiatique pour Gloria qui apprend que la vie ne se résume pas forcément à sa vie d’actrice mais aussi à la personne qu’elle est et ce qu’elle aime dans la vie. Jamie lui ouvre les yeux, elle comprend qu’en partageant sa vie, c’est encore mieux.

En bref, j’ai beaucoup aimé cette lecture qui se lit rapidement, qui est belle, pleine d’espoir et de désillusion. Une belle histoire sur l’apprentissage de la vie d’une mère.

Ma note : 16/20

29

Le magasin des suicides – Jean Teulé

416dZKU+rGL._SX210_.jpgRésumé : Vous avez raté votre vie? Avec nous, vous réussirez votre mort! Imaginez un magasin où l’on vend depuis dix générations tous les ingrédients possibles pour se suicider. Cette petite entreprise familiale prospère dans la tristesse et l’humeur sombre jusqu’au jour abominable où surgit un adversaire impitoyable : la joie de vivre…

Mon avis : J’ai choisi ce livre audio à la médiathèque pour deux raisons : j’ai beaucoup entendu parler de ce roman, j’avais vu aussi le film animé qui a été tiré du roman. De plus, Jean Teulé est l’un de ces écrivains qui sont adorés en pas. Je n’ai jamais trouvé d’équilibre ou de « j’ai un peu aimé mais pas trop », soit on aime, soit on déteste apparemment.

J’ai passé un bon moment à écouter ce livre.

On fait la découverte et la rencontre de la famille Tuvache et leur magasin des suicides. Famille morne et terne, elle vous permet de réussir votre suicide. Il y en a pour tous les goûts : poisons, cordes, sachets plastiques, bloc de béton, épée et sabre … Et je vous en passe. Tout réussi à cette famille qui prospère grâce à la mort et à la tristesse des gens. Seulement… une ombre vient assombrir leur atmosphère morbide : leur dernier fils Alan est un petit gars heureux. Il voit tout en rose, il trouve toujours quelque chose de positif dans toutes les situations malheureuses qu’il voit au magasin de ses parents.

Il exaspère tout le monde : ses parents Mishima et Lucrèce mais aussi Vincent et Maryline : son frère et sa sœur. Toute la famille a des tendances suicidaires, ils voient tout en noir : Vincent a constamment envie de se tuer à cause d’un mal de crâne incessant et Maryline se trouve répugnante et n’a rien pour elle : elle est moche, grosse et ne trouve rien de beau dans sa vie. J’ai beaucoup apprécié ces personnages ternes et tristes. J’ai aussi beaucoup aimé le rôle de la mère Lucrèce qui marque un contraste incroyable entre un rôle de mère douce agréable et la mère qui pousse ses enfants au bord du gouffre en confirmant ce qu’ils pensent d’eux.

Comme vous avez pu le constater, il faut avoir un certain second degré pour lire ce13e60be38f0d1cdc24208d034566632b roman ainsi qu’une bonne dose d’humour noir : on parle de mort, de suicide mais d’une manière à les ridiculiser, à le faire passer pour quelque chose de plus doux que la mort. En effet, on rencontre des enfants mais l’auteur maitrise bien son sujet et arrive à nous faire rire (et les enfants ne meurent pas, promis !)

Je ne connaissais pas Jean Teulé (j’ai le Maupassant dans mes étagères mais j’ai toujours eu peur de le sortir de ma bibliothèque… Je ne sais pas pourquoi). Après la lecture du magasin des suicides je pense pouvoir me laisser tenter par ma lecture (je l’espère cet été).

J’ai bien ri, les mots de l’auteur sont crus, familiers mais j’ai beaucoup rigolé. Des situations sont très inattendues et Alan marque vraiment un moment charnière dans la vie des Tuvache. C’est vraiment un bon moment de lecture ! On ne se prend pas la tête avec une histoire trop compliquée, c’est court, limpide et bourré d’humour (noir, bien entendu).

Ce n’est pas un coup de cœur, c’est un roman parfait pour lire entre deux gros pavés. Je vous le conseille pour un moment de détente et de gros « Mais c’est quoi ce délire » ! Rares sont les romans qui me font franchement rire et celui-ci est une première !

Jean Teulé est un auteur que l’on peut retrouver dans beaucoup de domaines. Alors … J’attends de voir ce que cela peut donner avec d’autres ouvrages !

Ma note : 15/20

12

Gabriel – Tome 2 – Angel Arekin

17884199_456864007989685_6204769229974832465_nRésumé : Résumé : Alors qu’Ashley se rend à la tour de la Carter Corporation pour son premier jour de travail, elle se heurte à un séduisant et hautain mâle new-yorkais qu’elle rembarre sèchement. Malheureusement pour elle, cet homme n’est autre que son supérieur au sein de la société. Arrogant et manipulateur, il prend dès lors un malin plaisir à maintenir un doute sur son avenir à Carter Corp. Mais c’est sans compter le caractère fougueux d’Ashley, peu décidée à se laisser malmener sans broncher. Un duel s’instaure, où se mêlent désir et bonnes réparties. Lequel des deux poussera l’autre à la faute ? Qui succombera le premier ?

Mon avis : Je remercie Marie de chez Nisha Editions pour ce joli partenariat qui poursuit bien sa route. En effet, j’ai pu lire le deuxième tome de Gabriel qui est un roman tiré d’un jeu virtuel que l’on retrouve sur les plateformes des réseaux sociaux : Is it love ?

C’est surprenant de voir à quel point ça colle : Angel Arekin a de la magie dans les doigts. Tout fonctionne très bien, c’est une affaire qui roule ! J’ai vraiment passé un bon moment.

J’aime beaucoup le format : c’est une lecture rapide et très agréable. Honnêtement, j’avais une petite panne de lecture et j’ai décidé de lire Gabriel parce que je sais que Nisha propose des tomes courts (Ce n’est pas un reproche, bien au contraire). C’est vraiment agréable parce que ce sont des lectures douces, qui nous permettent de respirer entre deux romans plus conséquents ou même après une journée compliquée et fatigante.

Ce deuxième tome est très bon, encore mieux que le premier selon moi. Si ce dernier posait les bases, ce deuxième tome est dans la continuité mais l’histoire prend plus d’ampleur : j’ai trouvé que la tension entre Ashley et Gabriel était plus palpable, le désir grandissant et l’attente du lecteur satisfaite ! C’est vraiment un très bon tome.

J’ai beaucoup aimé le fait qu’Ashley ne se laisse pas marché sur les pieds : c’est une femme entêtée, qui n’a pas peur de dire ce qu’elle pense même si elle s’adresse à son patron. Il est hors de question qu’elle soit une de ces petites femmes soumises qui acceptent d’être traitées comme des moins que rien sur leur espace de travail. J’ai trouvé ça génial. La répartie d’Ashley est monumentale et cela apporte beaucoup de scènes assez drôles au roman. J’ai aussi aimé le fait qu’Ashley montre qu’elle a un cœur : même si elle est courageuse et n’a pas sa langue dans sa poche, cela ne l’empêche pas de ressentir les choses, les injustices et les persécutions qu’elle subit de toute part au travail.

Gabriel, lui, est un homme qui sait ce qu’il veut. Il n’attend rien des femmes à part lui 14102321_869552063176273_1970639135923634263_ndonner du plaisir. C’est assez exaltant de voir son évolution. Il doute de ses faits et gestes à certaines reprises ce qui le rend plus charmant, moins froid. Par moment, il joue un peu trop la carte du « je suis le patron, tu n’as rien à dire » mais au final, cela fait partie de son caractère et ce n’est donc pas gênant. J’aime bien ce personnage assez arrogant mais drôle. Il semble inaccessible, ce qui renforce notre volonté à vouloir percer sa carapace.

La plume d’Angel Arekin est fidèle à elle-même : elle mène rondement cette intrigue. Elle apporte beaucoup de légèreté mais arrive aussi à véhiculer beaucoup d’émotions diverses sur un court instant ce qui est encore plus remarquable donc. La lecture se fait sans accroche : c’est dynamique, doux, sensible mais fort et puissant en même temps.

J’ai hâte d’avoir le troisième et dernier tome entre les mains.

Ma note : 17/20

15

Vestiges Tome 1 – La reine oubliée – Rose Royl

téléchargementRésumé :  Cassie Prédier, 16 ans, sent que son monde a changé. Imperceptiblement. Inscrite depuis peu à l’Institut Privé du Sacre, Cassie découvre vite qu’elle évolue au sein des privilégiés et que parmi eux, se trouve une classe élitiste, l’inaccessible Classe A. Alors pourquoi certains des élèves de cette classe – tels Salomé et le beau Evon – s’intéressent-ils à elle ? Qui est cette magnifique jeune femme que seule Cassie peut voir et avec qui elle se sent inextricablement liée ? Cassie sent que son monde va changer. Définitivement.

Et si vos désirs étaient des ordres ? Dans ce cas, prenez garde à vos souhaits…

Mon avis : Je remercie de nouveau les chaleureuses personnes d’Anyway Editions. Je suis vraiment très heureuse et chanceuse de pouvoir faire un partenariat avec eux. J’ai pu lire le premier tome de Vestiges (et la suite qui viendra certainement d’ici quelques semaines sur le blog).

On fait la rencontre de Cassie qui voit sa vie chamboulée par la mort de ses deux parents dans un accident de voiture. Elle est hantée par le regard de son père, dans lequel elle a vu la vie partir, quitter tout doucement son corps. Elle possède une force intérieure incroyable qui lui permet de survivre à ce terrible accident et d’essayer de garder la tête haute.

J’ai beaucoup aimé l’univers dans lequel on est propulsé : sur un fond historique plaisant (vous savez à quel point je peux aimer l’histoire en général), on est embarqué dans un monde magique où se mêle sorts, magie, enchantement. C’est charmant et charmeur. Rien que l’univers nous permet de nous plonger corps et âme dans cet univers.

V2

Cassie est un personnage touchant par son passé et ce qu’elle vit. Elle est obligée de quitter sa vie parisienne pour suivre sa tante qui déménage en province, dans la région bretonne plus précisément (région propice pour la magie non ? ^^). Très rapidement, elle devient le centre d’attention de sa nouvelle école. C’est assez étrange mais on s’y fait rapidement. Après tout, elle est nouvelle, c’est normal !

J’ai adoré le côté mythologique et la manière dont il est exploité. J’ai aussi apprécié les apports sur des personnages historiques que j’adore comme Louis XIV. C’est vraiment très original ! Je pense que c’est ce point qui m’a fait réellement adorer cette histoire. C’est très bon!

J’ai trouvé quelque chose d’assez incroyable parce que c’est la première fois que cela me saisit autant : tous les élèves de l’école sont des personnages à part entière. Ils sont différents les uns des autres, on les dissocie très bien, ils ont tous une personnalité différente mais ils sont aussi tous très unis par un point commun que l’auteure nous dévoile au fur et à mesure de l’histoire. Ce côté mystérieux est très plaisant, c’est quelque chose qui apporte beaucoup à la lecture. Cela permet à tous les personnages d’être importants. Ce sont une belle bande d’amis qui pourrait tout faire pour défendre les gens qui en font partie.

De belles notions sont véhiculées dans ce premier tome. Les notions d’amitié et d’amour m’ont beaucoup plu. J’ai vraiment passé un très bon moment.

La plume de l’auteure est addictive, on est attaché, comme je l’ai dit ci-dessus, à l’univers qui est fantastique ! De plus, les personnages sont vraiment très attachants aussi. On arrive vraiment à se rapprocher de ces personnages, je pense surtout à Cassie et Evon que j’ai trouvé très touchants. La plume reste fraîche, dynamique et très accessible. Elle peut plaire à un panel très étendu de lecteur : des plus jeunes aux adultes qui aime la fantasy et le fantastique. L’auteure parvient à faire quelque chose d’incroyable : elle mélange la réalité à la fiction de manière à ce que l’on pense que cette histoire se déroule peut être près de chez nous…

Je trouve que ce premier tome est délicieux. Il pose les bases d’une histoire que l’on a envie de connaître. C’est vraiment un bon roman que je conseille aux fans de magie.

J’ai hâte de me plonger dans la suite !

Ma note : 17/20

18

Le dernier repos de Sarah – Robert Dugoni

61zyPAnM0KL._SY346_.jpgRésumé : Tracy Crosswhite vit depuis vingt ans avec la disparition tragique de sa sœur Sarah. Malgré le procès qui a condamné un coupable providentiel, elle est persuadée que cette histoire recèle encore de nombreux mystères. Pour que justice soit rendue, elle est même devenue enquêtrice dans la police de Seattle. Lorsque les restes de Sarah sont finalement découverts dans la ville où elles ont passé leur enfance, Tracy est bien décidée à faire toute la lumière sur cette affaire. Dans sa poursuite du véritable criminel, elle mettra au jour des secrets enfouis depuis trop longtemps.

Mon avis : Je remercie grandement les éditions Michel Lafon et Camille pour sa gentillesse.

Le dernier repos de Sarah de Robert Dugoni est un pavé (quasiment 500 pages.) mais c’est un pavé comme nous les aimons ! On ne voit pas le temps passer… J’ai lu et lu et lu jusqu’à m’aperçevoir que j’étais arrivée à la fin du roman ! J’ai beaucoup aimé cette lecture.

Comme vous le savez, je ne lis pas beaucoup de thriller parce que j’ai toujours peur d’être déçue… C’est difficile de lire des gros romans s’il n’y a pas d’intrigue, d’intensité et de suspens. Robert Dugoni vient de me prouver par ce roman que les bons thriller existent encore ! Quel bonheur !

Tout était réuni pour que je puisse passer un bon moment : en effet, l’intrigue est déjà très bonne. J’aime bien quand le personnage principal fouille le passé, remue ses souvenirs et les indices pour trouver des réponses à ses interrogations. Ici, nous rencontrons Tracy, une femme détective à la criminelle de Seattle. Tracy vit avec le poids de la disparition de sa sœur depuis vingt ans. Elle sait que quelque chose cloche et met tout en œuvre pour trouver ce que c’est.

Tracy est un personnage très intelligent. Elle a beaucoup de courage, un sens de déduction inné ainsi qu’une grande intelligence. Elle n’en oublie pas d’être une femme, d’avoir un certain sens de l’humour malgré toute la tristesse qu’elle ressent. C’est un personnage qui ne supporte pas l’injustice, elle est coriace et ve20100628104007michellafonut que justice soit faite pour sa sœur.

Nous partons donc à la découverte d’indices avec Tracy. J’ai passé un excellent moment. L’intensité de l’intrigue est d’autant plus doublée par le lien qui existait entre les deux sœurs, elles étaient très proches.

J’ai beaucoup aimé le passage du présent au passé. En effet, cela peut en dérouter plus d’un mais j’ai beaucoup apprécié en savoir plus sur les sœurs. C’était quelque chose de très agréable. Cela ajoute un côté psychologique au roman qui est délicieux. En effet, on est au cœur des interrogations sur la disparition et le meurtre de Sarah.

La plume de l’auteur nous permet d’être tenus en haleine jusqu’à la fin de l’histoire. On a l’impression de fouiller les indices et de remuer le passer avec Tracy qui veut savoir coûte que coûte ce qui a pu arriver à sa sœur. Quelles horreurs elle a pu vivre et surtout débusquer le vrai coupable. Tracy va se battre jusqu’au bout pour savoir qui est la personne qui lui a arraché sa sœur.

Ce roman est très bon, l’auteur a fait quelque chose qui est assez compliqué : il mélange les genres. Il ajoute des petites touches qui font que le roman devient inoubliable. En effet, en plus d’être un thriller, on a un côté psychologique que l’on ne peut pas nier mais aussi une pointe de romance appréciable pour ne pas rendre ce roman trop noir. C’était très intelligent et très bien fait, en effet, j’ai déjà vu des romans qui mélangeaient les genres sans forcément y parvenir. Ici, la magie opère.

J’ai hâte d’avoir la suite en main !

Ma note : 17/20

 

16

Les Brumes de Grandville T2 – Les folies de Paris – Gwendoline Finaz de Villaine

image.jpgRésumé : De Grandville à Paris, des Folies Bergère au cœur des Années Folles, Apollonie entame la reconquête d’Hector et cherche à percer ses secrets, sans savoir qu’un péril bien plus grand menace son amour. Parviendra-t-telle à ramener celui qu’elle aime et à raviver les mémoires obscurcies ? Gwendoline Finaz De Villaine est habitée des mêmes passions que celles de son personnage principal Apollonie Destrac : auteur-compositeur, elle a elle aussi enflammé les planches des Folies Bergère en tant que chanteuse lyrique. Parsemée d’influences autobiographiques, mélangeant ses expériences de scène et les rencontres humaines et artistiques qui ont jalonné sa vie, sa saga des Brumes de Grandville rencontre actuellement un succès public considérable.

Mon avis : Je remercie Gilles Paris pour l’envoi de ce service presse remarquable. Je tiens aussi à remercier Jules, le gentil stagiaire, qui est très chaleureux et très agréable.

Le tome deux des Brumes de Grandville est à la hauteur du premier. Rien qu’au niveau de la couverture, qui, disons le-nous, est purement géniale. Je tire donc mon chapeau à l’auteure puisque pour le moment, c’est un sans-faute ! En effet, vu que le premier fut un réel coup de cœur, je peux en dire autant de ce deuxième opus qui est dans la lignée de son aîné ! C’est très agréable.

J’ai retrouvé avec plaisir Apollonie qui continue à faire ses preuves dans la demeure13254289_1045349628891225_4894523684186030036_n Grandville en tant que professeur de musique. Le deuxième tome possède une intrigue différente puisqu’après avoir aidé Hector à lever le voile du mystère ainsi que de débusquer les méchants de l’histoire, Apollonie se retrouve seule. Hector ne se souvient plus d’elle mais elle garde toutes leurs conversations, leurs confidences, leur amour en tête. C’est très déroutant de la voir seule, démunie contre toutes ces émotions qui l’assaillent. On retrouve ce personnage déterminé, agréable et courageux. En plus de tout cela, elle chante divinement bien.

Des évènements étranges qui se passent à Grandville la pousse à partir. Elle se retrouve à Paris et plus particulièrement dans le théâtre des Folies Bergères qui lui offre une place dans sa troupe. J’ai trouvé ce changement tout bonnement incroyable.

On se rend compte de la force de son amour puisque même loin de Grandville, l’amour qu’elle ressent pour Hector ne s’en va pas. Même si de son côté, il se montre froid, distant avec elle, elle ne peut s’empêcher de garder espoir de retrouver l’amour de sa vie. En attendant, elle s’occupe l’esprit par le chant, la danse et les sorties avec ses nouveaux amis.

J’étais heureuse de retrouver des personnages du premier tome comme Madame la 16005489-Hiboux-mignons-et-heureux-sur-l-arbre-avec-des-coeurs-Banque-d'imagescomtesse ainsi que Samson et Madame Campbell. J’ai aussi été ravie de revoir les jumelles et leur malhonnêteté. Cependant, j’ai aussi aimé le nouveau panel que nous propose l’auteure ainsi que d’entendre plus parler de personnages que l’on avait au premier opus comme Fauve, la couturière qui devient une très bonne amie d’Apollonie.

J’ai trouvé qu’Apollonie redoublait de courage dans ce tome par rapport au premier. En effet, beaucoup de gens la tourne en ridicule et montre bien qu’elles ne veulent pas d’elle. Elle continue à se battre contre ses mauvaises personnes.

Même si une partie du mystère a été levé dans le premier tome, ce deuxième tome est lui aussi sous le signe du mystère : on retrouve des événements de la famille Mautfaucon qui font dresser les cheveux sur la tête. Même loin du domaine, Apollonie n’en oublie pas ce qu’elle veut savoir. Elle fait preuve d’intelligence et de force.

C’est un très bon deuxième tome qui laisse présager le meilleur pour le troisième et dernier tome que j’ai hâte d’avoir dans les mains. Le mystère est toujours à son comble. On a envie de savoir la suite et de savoir comment cela va se terminer pour Apollonie et Hector. J’ai envie de croire à une fin heureuse ! C’est vraiment une trilogie très plaisante : tout est réuni pour nous faire passer un excellent moment de lecture. J’ai commencé ma lecture ce matin et le roman est déjà englouti.

Ma note : 20/20

17

Suprêmes interdits – Tome 1 : Suprême désir – Florine Hedal

supremes-interdits,-tome-1---supreme-desir-912580-264-432Résumé : Grande nouvelle ! Calista l’emmerdeuse est de retour à la maison ! Et apparemment, son année Erasmus ne lui a même pas servi à se faire dépuceler par un de ces bûcherons des romances à la con ! À croire que son caractère de merde surpasse sa beauté. Pourtant, si je ne peux toujours pas l’encadrer, je dois bien avouer qu’elle a quelque chose de changé. Cette nuit-là à Paris, lors du gala, elle me l’avait prouvé. Sensuelle, voluptueuse, torride… et intouchable. Car comment oublier qu’aux yeux de tous, nous faisons partie de la même famille ? Mais lorsqu’elle avait penché sa tête en arrière pour que je l’embrasse, lorsqu’elle avait mis ses jambes autour de ma taille pour que je la touche, j’ai su. J’ai su qu’il me la fallait, qu’importent les conséquences. Franchir l’interdit m’excitait comme jamais, la faire sombrer avec moi encore plus. À mon tour, j’allais lui prouver qu’on ne provoque pas impunément Basile Robène.

« Jamais je ne coucherai avec toi. »

Je n’avais plus qu’une chose à faire : attendre qu’elle me supplie…

Mon avis : Je remercie grandement ma chère Stéphanie qui fait partie du label Badass est qui est juste géniale ! Qu’est-ce que cela fait plaisir de travailler avec des personnes gentilles, agréables et qui sont présentes pour vous (même lorsque cela n’est pas directement pour un partenariat !). Alors dans un premier temps, merci Stéphanie ! Dans un second temps, après avoir découvert Valérie Simon et Clara Le Corre, j’ai pu découvrir le travail de Florine Hedal.

Quelle bonne surprise !

Je ne sais pas si c’est le fait que Florine soit nordiste (donc forcément douée) mais j’ai vraiment passé un excellent moment en compagnie de Basile et de Calista. J’ai choisi d’accepter ce service presse sachant que les livres qui parlent de sexe me dérangent lorsqu’ils sont mal écrits : ayant fait les frais récemment d’un roman vulgaire, je ne m’étais pas risqué d’en relire un. J’ai sauté sur l’occasion pour deux raisons : j’ai aimé la couverture qui dégage un certain érotisme mais aussi une douceur et pureté (certainement grâce à la couleur de la couverture). J’ai sauté le pas, je ne regrette absolument pas. Il y a des livres qui vous font voir les choses différemment : suprêmes interdits en fait partie. Les barrières avec ce genre qui me faisaient peur sont peu à peu tombées, me laissant apprécier ma lecture à sa juste valeur.

Nous faisons donc la rencontre de Calista (prénom assez original que je n’avais jamais entendu) qui revient de son année d’Erasmus avec des souvenirs pleins la tête : elle en avait même oublié Basile, un « frère » qui est assez chiant, lourd et vraiment débile par moment. Calista est une jeune fille qui a profité de son année loin de ses proches pour perdre ses kilos superflus, grandir et mûrir. Basile, pendant son absence, est resté fidèle à lui-même : il est resté ce qu’il a toujours été. Bien que séduisant, Calista ne le supporte plus.

Ils vivent dans une sorte de communauté : ils ont grandi ensemble. Cela s’explique par le fait que leurs pères sont des membres d’un groupe de rock qui cartonne ! Ils n’ont jamais voulu se séparer donc ils habitent ensemble, avec leurs amis et famille. Ils logent dans des logements séparés mais toute cette troupe a des quartiers communs qui riment avec plaisir, soirées, fêtes en musique. On rencontre aussi le personnage de Gus qui pète les plombs à maintes reprises dans le roman, j’ai eu un peu de mal à comprendre mais les derniers chapitres m’ont permis d’y voir plus clair.

J’ai beaucoup aimé ce duo. Bien que Calista soit aux antipodes de Balise, ils restent un duo détonant et très surprenant. Basile, séduisant et impulsif est loin d’être sans qualité : je l’ai trouvé drôle, intelligent même si parfois il m’a tapé sur le système par son arrogance et sa bêtise. Calista est entêtée mais aussi très belle, douce et intelligente. Ensemble, ils forment un couple d’amis étonnant.

L’intrigue est assez sympathique puisqu’en dehors du jeu de séduction entre les deux 13906599_1009251735840399_6517551076629961452_npersonnes, il y a aussi une vie en communauté, des petits tracas de la vie ainsi que des événements qui peuvent arriver à tous. J’ai trouvé cela agréable : en effet, on n’est pas noyé dans des corps nus qui ne font que copuler, il y a une histoire, des interrogations. C’est très plaisant à lire.

La plume de l’auteure est très incisive. Il y a des phrases qui m’ont fait mourir de rire tellement je ne m’y attendais pas. Florine a vraiment beaucoup de talent et c’est une très belle découverte ! J’ai plongé dans mon roman et je n’en suis sortie qu’une fois la dernière page arrivée. Il y a de la légèreté, du dynamisme, de l’humour. C’est réellement un premier tome ultra bon qui m’a fait changer d’avis sur ce genre précis. J’adore, ça sent tellement le printemps !

J’ai hâte de pouvoir retrouver tous ces personnages dans les trois tomes qui suivent.

C’est un appel à l’amour (qu’il soit moral ou physique) mais aussi une histoire où relations amicales et familiales ne sont pas toujours simples. Je tiens quand même à préciser que les scènes de sexe sont très douces et délicates malgré le discours que peut tenir Basile.

Je n’ai qu’une chose à dire : merci Florine, merci Stéphanie et vive le fromage !

Ma note : 18/20 

12

Night of Secrets – tome 4 – Sophie Auger


17636986_448087545533998_640171795311357818_oRésumé : Charles Dumont est hautain, égocentrique et sûr de lui. Petit empereur de la jeunesse dorée genevoise, son nom, sa fortune et son physique avantageux lui permettent de tout obtenir d’un claquement de doigts. Rien ne lui fait peur et rien ne lui résiste. Jusqu’au jour où sa route croise celle de Bulle. Mais la belle, qui tient à sa liberté, ne vit que pour sa passion pour l’équitation et n’a pas sa langue dans sa poche. Entre eux, c’est le choc de deux mondes. Entre passion, mensonge et trahison, plongez dans une histoire où rien ne se passe jamais comme prévu. 

Mon avis : Je remercie encore une fois, chaudement, Nisha Editions ainsi que Marie pour leur gentillesse. Grâce à Nisha, j’ai encore une fois découvert une sublime saga ainsi qu’une auteure dont je relirai des romans sans aucun doute.

On retrouve Charles et Bulle dans ce dernier tome qui signe la fin de cette histoire. Le problème avec la romance, c’est que la trame est assez linéaire … On retrouve toujours la même chose mais il y a aussi de belles surprises comme Night of Secrets.

On a quitté Charles après une importante déclaration de la part de son père. D’après les dernières lignes du troisième tome, cette déclaration allait tout changer entre Charles et Bulle. Effectivement, j’ai été bien secouée, cependant, je pense que ce fut aussi positif que négatif. Négatif parce que cela change tout, bouleverse tout entre notre duo préféré. Positif dans le sens où le mystère qui pesait sur Charles nous montre que malgré son côté hautain, c’est un homme vraiment bon. Il s’est juste un peu perdu.

La remontée de cette bombe qui avait sommeillée en Charles depuis des années est une révélation poignante qui change la relation entre Charles et Bulle et cela, en tant que petite lectrice, m’a brisé le cœur mais bon…

La relation que Charles à avec son « dad » est très très très particulière : en effet, je n’ai jamais vu si froid et distant entre père et fils. C’est terrible lorsque l’on sait que Bulle crèverait de retrouver son défunt père avec qui elle avait une relation merveilleuse. Voici encore une belle leçon de vie que l’on trouve dans ce roman.

Je trouve aussi assez sympathique d’avoir marqué les différences entre gens riches et gens moins aisés. Cela nous a prouvé que l’amour n’avait pas de limites et surtout que ce dernier ne s’arrête pas aux billets de banque. Cela fait du bien de lire un amour pur, sincère.

J’ai aimé les notions d’ellipses temporelles. Qu’elles soient passées ou futures, je les ai 14102321_869552063176273_1970639135923634263_ntrouvé agréables parce qu’elles sont utiles, elles nous aident à comprendre et à accepter ce qui se passe.

Globalement, j’ai été ravie de passer un peu de temps avec Charles et Bulle. J’avais quelques réserves au début mais Sophie Auger m’a complètement conquise. J’ai apprécié le fait que la romance est ici originale, avec des personnages en constante évolution ainsi que la présence de Max, jusqu’au bout. J’ai été chamboulée par beaucoup d’émotions diverses au cours de ces quatre tomes : joie, déception, tristesse, espoir.

La seule petite frustration que j’ai, c’est que j’aurais voulu en savoir un peu plus sur le devenir de Charles et de Bulle. Même si les dernières lignes sont porteuses d’espoir, j’aurais aimé en savoir un peu plus mais c’est ici ma curiosité de fleur bleue qui parle !

La plume de l’auteure est entraînante. Elle m’a permis d’avoir une lecture plus profonde que chez certains auteurs. J’ai trouvé mon bonheur dans ses lignes et j’espère que vous aussi, si vous sautez le pas. Je ne suis pas du genre à recommander mais cette saga en vaut vraiment la peine.

Ma note : 16/20 (qui englobe les 4 tomes)

14

Dakota Song – Ariane Bois

dakota-song-899343-264-432Résumé :  » Il y a New York et il y a le Dakota.  » New York, 1970. Shawn Pepperdine, jeune de Harlem, assiste, horrifié, au meurtre de son meilleur ami. Pour échapper aux assassins, il trouve refuge dans les sous-sols du Dakota, l’immeuble le plus mythique de Manhattan. Au coeur d’une ville en pleine ébullition, le Dakota reste, lui, immuable : un club très fermé, un château médiéval sur Central Park, un havre de paix des  » rich and famous « . S’y côtoient Lauren Bacall, Leonard Bernstein et Rudolf Noureev. Ici, Polanski tournera les images du film Rosemary’s Baby. Devenu le premier portier noir du Dakota, Shawn côtoie ses résidents : Nigel, Abigail, Nathan, Cherie, Becky, Andrew, Tyler et les autres. Quand la plus grande star du monde, John Lennon, emménage à son tour, l’immeuble et sa communauté s’enflamment… Dakota Song est le portrait survolté d’une Amérique en pleine révolution artistique, intellectuelle et sexuelle, celle de la Beatlemania et du disco, du Studio 54 de Warhol et du Chelsea Hotel, du scandale du Watergate et d’une décennie de violences

Mon avis : Dans un premier temps, laissez-moi remercier chaudement Gilles Paris pour ce Service Presse ainsi que Jules, son stagiaire qui est très gentil et chaleureux. Cela fait très plaisir de pouvoir correspondre avec des personnes si sympathiques. Je remercie aussi la maison d’édition Belfond pour ce beau roman.

Dans un second temps, laissez-moi vous parler de ce merveilleux roman.

J’ai choisi ce service presse parce que je suis tombée amoureuse de cette couverture qui véhicule beaucoup de choses selon moi.

Je vous le dis tout de suite, c’est un très beau coup de cœur. Ce roman est l’histoire de Shawn Pepperdine, un jeune homme noir qui vit dans le Harlem des années 1970. Lorsque son meilleur ami Sly se fait tuer sous ses yeux, le monde de Shawn s’effondre. J’ai trouvé ce personnage très touchant.

Une opportunité s’offre à Shawn et le voilà pris dans l’équipe du Dakota, un immeuble bien loin du cœur de Manhattan qui abrite des célébrités mais aussi des personnes riches.

Ce roman se construit sur de courts chapitres qui changent de narrateurs. Chapitres courts, qui permettent de suivre tout le monde. On a l’impression de faire partie des habitants de cet immeuble, de la vie quotidienne des habitants ainsi que de ceux qui y travaillent. Cela forme une belle famille aux cultures diverses et variées.

En quelques mots, il faut absolument prendre conscience du contexte historique : on est en pleine ségrégation. Les États Unis sont encore imbibés du racisme. C’est une période où les noirs sont vus comme pauvres, violents et une race inférieure comparée aux blancs.

Le Dakota a quelque chose de magique. Il gomme les frontières, supprime les barrières. Que ce soit la couleur de la peau, la richesse et la pauvreté, la culture et son manque. Bref, le Dakota est une grande famille. On ressent vraiment l’amour que les gens peuvent se porter ou non. J’ai beaucoup aimé l’amitié entre Nigel et Shawn : l’un blanc, homosexuel et bourré de culture devient ami avec un grand noir, baraqué qui fait tomber toutes les minettes. J’ai trouvé ce duo très drôle et très attachant.

J’ai beaucoup aimé la fluidité de cette lecture. On avale les 400 pages très facilement.6d5e0a4443ae8251033796daab027cc8_400x400 L’écriture est dynamique, fluide et pleine d’humour. C’est un récit bienveillant qui nous permet d’en savoir un peu plus sur la vie à Manhattan dans les années 1970.

J’ai aussi beaucoup aimé que le roman se reporte à des faits réels. On peut donc y trouver des célébrités comme John Lennon ainsi que sa femme Yoko Ono. On en trouve beaucoup d’autres qui prennent part à la vie quotidienne des gens qui ne sont pas célèbres : ils se retrouvent tous pour les fêtes et sont liés par un sentiment d’amitié sincère.

En bref, j’ai beaucoup aimé cette lecture que je conseille à tous. Il véhicule de belles notions comme l’amitié, l’amour et l’envie de s’en sortir. On dépasse les limites et les barrières. C’est très beau et fort.

Ma note : 19/20

12

Enfants des éléments : Tome 1 – Les chevaucheurs de foudre – Agathe Roulot

enfants-des--lements,-tome-1---chevaucheurs-de-foudre-877724-264-432Résumé : Stormrider. Un nom étrange quand on réside en France. Un nom original qui se révèle être bien plus que cela le jour où je me découvre le talent de contrôler la foudre. Mais ce pouvoir se révèle être davantage une malédiction qu’un don. Je me fais rattraper par le passé de mes ancêtres, glorieux mais couvert de zones d’ombres que je ne suis pas prête à assumer. Une secte aux desseins sanguinaires et une Caste séculaire vivant dans le secret se disputent mes pouvoirs, trop puissants pour passer inaperçus. Voilà, vous avez un aperçu de l’ambiance qui règne autour de moi. Je m’appelle Sandy, je suis une Chevaucheuse de Foudre et je serai un pion sur l’échiquier de l’Ancienne Prophétie.

Mon avis : Dans un premier temps, je suis ravie de vous présenter mon premier service presse avec Anyway éditions qui est une maison d’édition que j’adore et qui propose des romans… MAGNIFIQUES ! Les couvertures, les textes, tout est fait pour que l’on passe un bon moment. Ce premier tome d’Enfants des éléments ne déroge pas à la règle, j’ai passé un très bon moment avec ce roman.

Quand j’ai vu le nombre de pages sur ma tablette, j’ai frotté mes yeux pour voir si je n’avais pas rêvé, c’est un pavé ! Mais quand les pavés sont bons, cela ne dérange pas ! Je n’ai pas vu les pages passer. L’intrigue est rondement menée, les péripéties sont justifiées et très bonnes et le panel de personnages est très intéressant.

Nous rencontrons la famille Lenoir/Stormrider et plus principalement Sandy qui est le personnage principal de ce premier tome. Sandy découvre qu’elle a des pouvoirs et plus particulièrement celui de contrôler la foudre. Attirant comme dangereux, ce pouvoir effraie et blesse. Sandy ne sait plus qui elle est.

V2

Sandy découvre des choses sur sa famille qui sont spectaculaires, surtout sur son père, Édouard Stormrider qui n’est pas très présent dans la vie de sa fille qu’il a confié à sa sœur, Isabelle. Sandy vit avec son oncle et sa tante et ses cousins : Amélie et Louis. Sandy est un personnage comme je les aime : elle a un sacré caractère, ne se laisse pas faire, elle est belle et intelligente. Elle est déterminée à comprendre ce qu’il se passe et à découvrir les secrets de sa famille.

J’ai beaucoup aimé le fait que cette histoire se passe en France, je me suis bien évidemment sentie plus proche des personnages mais aussi dans l’histoire.

J’ai trouvé cette histoire très intéressante. En effet, cela faisait longtemps que je n’avais pas lu un roman fantastique qui mêle apprentissage, prophétie et quête. C’était vraiment un très bon premier tome.

Quand Sandy part avec les autres chevaucheurs de foudre, elle apprend à vivre en communauté, à apprendre et comprendre son histoire mais aussi à dompter et contrôler son pouvoir. J’ai beaucoup aimé voir l’évolution du personnage ainsi que celui de sa vie dans la Caste. C’était un très bon choix de montrer cette partie de la vie de Sandy. Ainsi, nous avons pu faire un beau parallèle entre la vie chez les Lenoir/Stormrider et sa vie dans la Caste. Ce que j’ai beaucoup aimé chez Sandy, c’est sa volonté à ne pas oublier sa « vraie » famille, elle sait d’où elle vient.

Le groupe d’amis de Sandy est vraiment sympathique : Alexis et Damien principalement. Même si les deux ne s’entendent pas forcément, ils sont doués et protègent et aident Sandy comme ils le peuvent. Ce sont des mecs, des purs ! J’ai bien aimé la petite dose d’humour et de légèreté qu’ils apportent par moment.

J’ai aussi trouvé très intéressant le côté mythologique de l’histoire : par parcimonie, on retrouve des bribes de l’histoire antique qui a mené les chevaucheurs de foudre à faire la guerre aux Seigneurs des Flots et aux maîtres des Flammes.

L’intrigue est très prenante. On est pris dans une spirale d’action, d’histoire, de prophéties. Ce que l’on découvre sur la famille de Sandy est incroyable. Rien n’est de trop, tout est amené de manière claire et précise. Oh oui mes chers lecteurs ! Je me suis bien amusée, j’ai lu et lu et lu et à la fin… Je me suis dit « Je veux la suite ! » Honnêtement, je n’ai pas vu le temps passer.

Le panel de personnage est divers et varié. J’ai beaucoup aimé le personnage d’Amélie. Sa détermination à protéger sa famille mais aussi son indécision et sa volonté à ne pas faire de mal est surprenante. J’ai aimé la force d’esprit et le courage d’Amélie.

La fin reste spectaculaire, c’est un bon combat comme on les aime !

La plume de l’auteure est très belle, très addictive. Je suis certaine que beaucoup d’entre vous pourraient adorer cette trilogie. J’ai hâte d’avoir la suite entre les mains en tout cas !

Ma note : 18/20

 

18

Le goût des pépins de pomme – Katharine Hagena

bm_3726_aj_m_7233Résumé : A la mort de Bertha, ses trois filles, Inga, Harriet et Christa, et sa petite-fille, Iris, la narratrice, se retrouvent dans leur maison de famille, à Bootshaven, dans le nord de l’Allemagne, pour la lecture du testament. À sa grande surprise, Iris hérite de la maison et doit décider en quelques jours de ce qu’elle va en faire. Bibliothécaire à Fribourg, elle n’envisage pas, dans un premier temps, de la conserver. Mais, à mesure qu’elle redécouvre chaque pièce, chaque parcelle du merveilleux jardin qui l’entoure, ses souvenirs se réveillent, reconstituant l’histoire émouvante, parfois rocambolesque, mais essentiellement tragique, de trois générations de femmes.

Katharina Hagena nous livre ici un grand roman sur le thème du souvenir et de l’oubli.

Mon avis : J’ai passé du temps sur cet audio lib que j’ai beaucoup apprécié. On fait la rencontre d’Iris et de sa famille à travers ses souvenirs. Iris est une jeune femme qui vient d’enterrer sa grand-mère, Bertha.

La famille dont nous parle Iris est principalement féminine : La Sœur de Bertha, Anna mais aussi les tantes d’Iris : Inga et Harriet, sa mère : Christa ainsi que sa cousine Rose Marie et une de ses amies Mira. Les hommes sont en orbites autour de ces femmes. Ils ne sont ici que secondaires, ils expliquent les choix de ces femmes, leurs amours de passages ou non. C’est un roman féminin très doux et poétique.

J’ai déjà fait un baptême : celui de lire de la littérature allemande ainsi que lire une histoire qui se passe en Allemagne. C’était assez agréable : même s’il ne s’agit que d’une traduction, j’ai quand même ressenti quelque chose de différent. C’était vraiment sympathique.

J’ai beaucoup aimé le personnage d’Iris : elle a un petit caractère mais elle reste une13e60be38f0d1cdc24208d034566632b personne douce et agréable. Sa famille est un peu loufoque mais j’ai beaucoup aimé la découvrir. À travers ses souvenirs, on lit (ou écoute) des histoires qui font sourire, qui sont touchantes, des questionnements de petite fille sur la vie en général. Des souvenirs plus ou moins douloureux. Bref, l’histoire de la vie.

Bertha est atteinte d’Alzheimer. C’est un beau roman sur le thème de l’oubli et du souvenir. On découvre aussi que Rose Marie, la cousine d’Iris dont elle est très proche, est décédée très jeune. L’absence et le manque sont donc des thèmes récurrents eux aussi dans ce roman. Même si Rose Marie n’est plus là, elle brille dans les souvenirs d’Iris. Elle ne l’idéalise pas, elle dépeint les souvenirs qu’elle a tel quel : rien n’est sublimé. C’est la vérité, les souvenirs d’une jeune fille.

On fait la rencontre de Mira et du trio qu’elle forme avec Iris et Rose Marie. Ce sont de très bonnes amies, très proches qui partagent leurs moindres secrets. Même si Iris est plus jeunes que les deux autres, qu’elle ne comprend pas tout, elle fait partie de la bande.

Ce roman est une belle idée. Elle voyage entre passé et présent et sur le lien indéniable qu’il y a entre ces deux temps : en effet, Iris comprend son passé en vivant son présent. En laissant Max, le frère de Mira, revenir dans sa vie et en lui faisant confiance.

J’ai été agréablement surprise par cette lecture/écoute. Elle est belle, pleine de douceur et de poésie malgré son côté dramatique. Je pense que l’on peut tirer une leçon de tout cela : La vie est courte, il faut en profiter avec ses proches, ses amis. Vivre et se souvenir pour ne pas oublier.

C’est un roman fort qui mérite votre attention chers lecteurs !

Ma note : 17/20

19

Gabriel Tome 1 – Angel Arekin

17621777_448087645533988_1356634093645776985_o.jpgRésumé : Alors qu’Ashley se rend à la tour de la Carter Corporation pour son premier jour de travail, elle se heurte à un séduisant et hautain mâle new-yorkais qu’elle rembarre sèchement. Malheureusement pour elle, cet homme n’est autre que son supérieur au sein de la société. Arrogant et manipulateur, il prend dès lors un malin plaisir à maintenir un doute sur son avenir à Carter Corp. Mais c’est sans compter le caractère fougueux d’Ashley, peu décidée à se laisser malmener sans broncher. Un duel s’instaure, où se mêlent désir et bonnes réparties. Lequel des deux poussera l’autre à la faute ? Qui succombera le premier ?

Mon avis : Je remercie Nisha Editions et Marie pour ce nouveau Service Presse très prometteur ! J’ai passé un très bon moment et en plus, j’ai été ravie de retrouver l’auteure Angel Arekin. Souvenez-vous, j’avais adoré la saga « Love Business » qui m’avait fait passer de superbes moments d’émotions où mon cœur faisait les montagnes russes à chaque page. J’ai frôlé la crise cardiaque à chaque mot alors c’est sans hésitation que je me suis lancée dans cette nouvelle lecture.

Cette lecture n’est pas faite pour les p’tites lectrices, en effet, attention, scènes de sexe présentes dans cette saga =)

Ici, c’est surtout la curiosité qui m’a poussé dans ma décision. En effet, ce roman est tiré du jeu (que l’on voit très souvent en publicité sur les réseaux sociaux) Is it love ? C’est un jeu moderne dans lequel vous avez le choix entre plusieurs décisions ce qui fait que votre histoire est unique et chacun y trouve son bonheur. J’ai trouvé cela assez rigolo et innovante, alors cela a ajouté de l’eau à mon moulin.

Je ne regrette pas du tout mon choix, j’ai passé un bon moment en compagnie d’Ashley et de Gabriel (d’ailleurs, j’adore ce prénom, il est vraiment excellent et colle bien au personnage).

Je me suis régalée à lire les aventures d’Ashley. Les deux personnages sont aux antipodes : l’un sexy, sur de lui, qui n’a peur de rien et qui est riche. L’autre est belle mais discrète, elle n’a pas beaucoup d’argent et cherche un travail qui pourrait lui plaire et lui permettre de vivre correctement.

Ashley a du répondant et se met dans une colère noire un matin : en retard pour son 14102321_869552063176273_1970639135923634263_npremier jour de travail, elle rage devant la pompe à essence parce qu’un idiot a siphonné son réservoir et qu’un autre prend sa place à la pompe. Elle explose de colère et ne se laisse pas faire par cette andouille ! J’ai beaucoup apprécié ce moment qui montre l’étendue du caractère du personnage d’Ashley

Gabriel, lui, est quelqu’un de très indépendant et certain de lui. Il ne doute pas de ce qu’il fait, c’est un homme sexy et attirant et il le sait, il en joue. Toutes les minettes sont à ses pieds et il en joue. Cela lui donne un côté très arrogant et par moment, il m’a un peu énervé à cause de ce manque d’humilité.

Lorsque ces deux personnages se rencontrent, cela fait des étincelles ! C’est explosif, on ressent toute la tension entre les deux personnages tout au long du premier tome. On ne sait pas comment cela va se terminer et c’est assez exaltant. Je suis curieuse de voir ce qu’Angel va nous proposer pour la suite de son roman.

En tout cas, j’ai bien apprécié ma lecture du premier tome. C’est une lecture rapide et efficace : en effet, elle pose correctement les bases du roman. Je suis curieuse de lire la suite de ce nouveau roman ! La plume de l’auteure est toujours aussi trépidante et nous permet d’accrocher dès les premiers mots à l’intrigue ainsi qu’aux personnages !

Ma note : 15/20  

19

Là où tu iras, j’irai – Marie Vareille

9782863744284-001-X_0.jpegRésumé : Isabelle a 32 ans, un chihuahua nain prénommé Woody-Allen et une carrière d’actrice comparable à celle du Titanic : prometteuse en théorie, catastrophique en pratique. 
Le jour où elle refuse la demande en mariage de l’homme qu’elle aime, sous prétexte qu’elle ne veut pas d’enfant, elle se retrouve à la rue, avec pour toute fortune vingt-quatre euros sur son compte en banque. Elle est alors forcée d’accepter le seul travail qu’on lui propose : utiliser ses talents de comédienne pour séduire Jan Kozlowski, un jeune veuf sur le point de se remarier. 
La voilà donc partie en Italie, dans la maison de vacances de la richissime et déjantée famille Kozlowski. Seule ombre aux deux semaines de dolce vita qui se profilent : pour exécuter en toute discrétion sa mission « séduction », Isabelle devra jouer le rôle de l’irréprochable nanny anglaise de Nicolas, 8 ans, qui n’a pas prononcé un seul mot depuis la mort de sa mère cinq ans plus tôt. Isabelle est bien loin d’imaginer à quel point cette rencontre improbable avec ce petit garçon blessé par la vie va bouleverser sa vision du monde.Une comédie pétillante, pleine d’humour et d’émotions.
 
Âgée de 31 ans, Marie Vareille a reçu le prix Confidentielles pour Je peux très bien me passer de toi (Charleston, 2015) et le Prix du meilleur roman jeunesse du Parisien pour Élia, la Passeuse d’âmes (PKJ, 2016). Là où tu iras j’irai est son quatrième roman. 

Mon avis : Je remercie Marie pour sa gentillesse. Je suis ravie de recevoir, à chaque fois, ses nouveaux romans. J’ai eu la chance de recevoir Là où tu iras, j’irai qui s’est avéré être une bonne lecture du genre chick lit comme on les aime !

C’est une lecture qui se fait très rapidement dans le sens où l’on est happé par l’histoire. J’ai fait, il y a quelques temps, une overdose de chick lit et j’ai eu un peu peur de me relancer dans ce genre de roman mais Marie a su m’émerveiller le temps de ma lecture, j’ai passé un agréable moment.

On fait la rencontre d’Isabelle qui perd tout. A 32 ans, elle n’a plus que ses amis et son petit chien appelé Woody Allen. Elle est embarquée dans une histoire de dingue où elle doit séduire le père d’une jeune fille pour éviter un mariage qui craint selon la fille du dit père.

Nous voilà donc parti en Italie, en vespa, à boire des cocktails et à suivre cette histoire qui n’est pas si légère que ça. En effet, de nombreuses « petites intrigues » se jouent sous nos yeux et rendent l’intrigue exaltante. Isabelle tombe dans une famille de malades mentaux !

J’ai bien rigolé : les trois enfants sont tous très différents : Adriana est déjantée, elle a une chaîne Youtube et est en pleine crise d’adolescence, Zoé est la deuxième fille qui est branchée internet et jeux en ligne et Nicolas, le petit dernier ne parle plus depuis la mort de sa mère.

On se rend compte que l’histoire qu’Adriana met en place pour empêcher le mariage de son père n’est pas la seule préoccupation dans ce roman. On suit cette histoire mais aussi celle de Nicolas qui est un petit gars qui a besoin d’aide. Mais aussi la vie d’Isabelle, en France, au travers de ses amis mais aussi de son ex petit ami, Quentin.

J’ai vraiment eu l’impression de faire partie de la famille, de l’histoire. Je me suis beach_gate_weheartitvraiment cru en Italie le temps de ma lecture et c’est très agréable. On s’y croit, on veut rester et vivre l’histoire jusqu’au bout.

Isabelle a vraiment un don pour se mettre dans des situations incroyables qui nous font bien rire.

Comme vous avez pu le comprendre, ce roman est un roman qui permet de se détendre (merci, j’ai soufflé entre mes révisions de partiels) et être relax. C’est aussi un bon moment d’attendre l’été et les beaux jours.

La plume de Marie est fidèle a elle-même. En effet, elle est dynamique, légère et pleine d’humour. C’est vraiment un bon roman qui est idéal pour les journées qui commencent à être ensoleillées. C’est un appel au soleil, à l’été et à la dolce vita !

Je conseille cette lecture à toutes les filles en manque de soleil, qui sont tristes ou qui veulent être plus joyeuses. C’est une lecture sympathique qui en ravira plus d’une, j’en suis certaine !

Encore un grand merci Marie pour cette gentille dédicace !

Ma note : 17/20

12

Mes nuits dans ses ténèbres – tome 2 : l’aboutissement – Lola T

CVT_Mes-nuits-dans-ses-tenebres-laboutissement-tome-d_6480Résumé : Lucille est loin d’imaginer que la rencontre avec cet homme de passage va à ce point chambouler sa vie. Arrogant, froid, orgueilleux, il est tout ce qu’elle déteste chez un homme. Mais parfois, la façade de ne reflète pas la véritable personnalité et Lucille l’apprendra à ses dépens. Auprès de lui, elle va faire face à ses craintes, plonger dans un monde inconnu et incertain. Cette relation charnelle, profonde, hors normes entre deux êtres si différents les mènera vers un avenir qu’ils sont loin d’imaginer, entraînant parfois de lourdes conséquences. La découverte de soi passe souvent par l’acceptation de l’autre.

Mon avis : Je remercie une nouvelle fois l’auteure de m’avoir permis de lire ce deuxième tome des aventures vampiresques de Lucille. En effet, des fois il faut avoir du culot, je n’aime pas trop prendre les devants dans ce genre de situation mais ici… J’ai pris mon courage à deux mains et je ne regrette pas d’être allée vers Lola pour lui proposer mes services de bloggeuse pour un partenariat. J’en suis tellement heureuse.

J’avais gardé un très bon souvenir du premier tome de « mes nuits dans ses ténèbres » mais la lecture du deuxième tome fut plus intense. En effet, j’ai pris du temps pour le lire, savourer chaque mot et chaque action. C’était une lecture magnifique. Si j’avais frôlé le coup de cœur avec le premier tome, ce deuxième tome a tapé dans le mille. C’est un très beau coup de cœur.

On retrouve Lucille qui ne sait plus qui elle est. Elle a perdu une partie d’elle, son oxygène et sa raison d’être. Elle n’a plus vraiment goût à la vie et elle fait de gros efforts pour reprendre son quotidien en main.

Owen réussit à être très présent malgré son absence. J’ai aussi apprécié le fait que l’on 16005489-Hiboux-mignons-et-heureux-sur-l-arbre-avec-des-coeurs-Banque-d'imagesretrouve très facilement l’ambiance du premier tome dans ce dernier, en effet, j’ai repris ma lecture en mars (alors que j’avais lu le premier dans le courant décembre/janvier) et je suis retournée dans cet univers très facilement. J’ai retrouvé les personnages de Léo, de Lucille, d’Owen, de Nathan et de tous les autres.

Ce que j’ai aussi beaucoup apprécié c’est que l’on n’est certain de rien. En effet, toutes les certitudes que l’on peut avoir à la fin du premier tome se révèlent être caduques. Il en est de même à l’intérieur du tome deux : on a des informations, des actions, des péripéties, on se dit que tout est terminé et en fait … Pas du tout ! Tout vole en éclat et tout recommence. C’était vraiment exceptionnel. Généralement, avec ce genre événements, je suis lassée et perdue mais ici, on ajoute du dynamisme grâce à ces événements ainsi que la plume de l’auteure qui ajoute beaucoup à ce tome.

Je tenais à faire un petit clin d’œil à Lola qui est vraiment une très belle surprise ! Ses romans sont spectaculaires. J’ai été retourné par cette romance qui s’est déroulée en deux tomes : c’est ni trop, ni trop peu. Lola trouve toujours le juste milieu que ce soit dans la quantité, dans les mots qui véhiculent de merveilleuses émotions par leur poésie. La romance fantastique est un genre que j’aime mais seulement quand tout est réuni pour me faire passer un moment que je n’oublierai pas alors un grand merci à Lola pour avoir réalisé mes rêves de lectrice ! J’ai passé un moment délicieux malgré mes arrêts cardiaques fréquents, des lectures comme celle-ci, j’en veux bien plus ! J’ai été touchée en plein coeur par tout cet amour qui se dégage de cette romance.

J’ai trouvé mon Owen à moi depuis quelques temps mais c’est génial de savoir que des personnes comme Lola savent mettre des mots sur ce que le grand Amour veut dire! En tout cas Lola, j’ai le coeur en joie, moi, grâce à votre roman, pour au moins… Une bonne semaine 🙂

Ma note : 200/20

12

No Control Tome 4 – Fanny Cooper

17349749_445015595841193_9126557937155223856_oRésumé : L’amour vous tombe dessus et puis c’est tout. L’amour est fatal, parce qu’il vous choisit et point barre. Comme un éclair : vous ne savez pas quand il va frapper, ni où. Voilà pourquoi certains parlent de coup de foudre. C’est puissant, incontrôlable, dévastateur. L’amour vous tombe dessus et il est impossible de l’éviter. »
Dès la seconde où Achille Gale, star internationale, aperçoit Summer Hamilton, il est certain que plus jamais il ne réussira à poser les yeux sur une autre femme tant qu’il ne l’aura pas conquise. Mais ce dernier considéré comme un dieu de la musique, ne s’était pas attendu à ce que la jeune femme se révèle être son pire cauchemar

Mon avis : Je tenais à remercier une nouvelle fois Nisha Editions pour ce partenariat qui touche à sa fin pour cette saga puisqu’il s’agit du tome final de la saga « No Control » de Fanny Cooper.

Un tome sous le signe de la tension, du pardon, de l’émotion et de la révélation. Un bon tome final en soit.

On retrouve Summer et Achille dans ce quatrième opus. En effet, c’est une histoire assez compliquée au final entre eux : c’est le jeu du chat et la souris. D’habitude, c’est une intrigue qui me lasse assez facilement, je ne suis pas fan du « suis moi je te fuis, fuis moi je te suis » mais ici, il est noyé dans une intrigue palpitante qui au final sert beaucoup. On suit plusieurs actions au même moment : on suit Achille mais aussi Summer.

J’ai beaucoup apprécié ce que j’ai trouvé sur Summer : en effet, son passé est dévoilé, ce qu’elle a subit, ce qu’elle subit encore de nos jours. On comprend comment elle en est arrivée là. La relation tendue et distante avec son père éclate aussi : c’est vraiment très intense et j’ai adoré ce moment où la tension explose enfin.

En parlant d’explosion, on est servi du côté d’Achille qui pète littéralement les plombs. La14102321_869552063176273_1970639135923634263_n relation qu’il a avec Summer est compliquée, difficile et très prenante. Achille est un garçon très impulsif et envoie tout balader au moment où il a le plus besoin d’être entouré.

Personne n’arrive à percer sa coquille, personne sauf Summer. Ce qui nous offre des moments magnifiques, dans leur bulle d’amour et de solitude.

La musique est quelque chose que j’aime beaucoup, elle fait partie entière de ma vie (d’ailleurs, j’ai beaucoup apprécié la dédicace de l’auteure à la fin du tome). J’adore la musique, elle berce ma vie et les événements les plus importants de cette dernière. Achille et Summer vivent une relation qui est unique : on peut peut-être vivre différents amours dans la vie mais il n’y a qu’un seul, grand et véritable amour sur terre et il semble qu’Achille et Summer le vivent.

C’est donc un tome final très touchant que l’on lit. J’ai été très touché de voir toutes ces relations évoluer, prendre de l’ampleur, éclater sous la tension des non-dits et de l’incompréhension.

Il y a une symbiose parfaite entre ces deux personnages. La musique entre eux coule à flot, elle est belle, pleine d’émotions, remplie de secrets qu’eux seuls peuvent comprendre. C’est vraiment quelque chose de beau, de fort et d’intense entre eux. J’adore ça.

L’auteure arrive à rendre son roman unique. Chose assez compliquée dans la romance parce que l’on retrouve quand même bien souvent la même trame mais ici : le rôle de la musique est important comme si elle faisait partie du duo. Elle a sa place à part entière et c’est très agréable. De plus, si on ajoute l’originalité des personnages, la modernité de la romance ainsi que beaucoup d’humour et d’émotions, cela nous donne vraiment un bon roman qui nous fait passer un bon moment.

Merci à l’auteure pour cette belle histoire

Ma note : 17/20