26

Bilan Mai 2017

téléchargement

Bonjour tout le monde,

Voici mon bilan du mois de mai. Il fut assez satisfaisant dans l’ensemble. J’aurais voulu lire plus mais j’ai eu beaucoup à faire avec mon anniversaire! (Merci à celles et ceux qui y ont pensé!). Je remercie aussi mes nouveaux partenaires : Évidence Editions 

J’ai donc lu :

 

Pour un total de  6198 pages lues et 26 heures 28 minutes d’écoute

22

Swap avec ma Diablotine #1

Bonjour,

Aujourd’hui, un article un peu particulier puisque je vous présente mon premier Swap (et certainement pas le dernier) avec ma partenaire et amie Les lectures de la Diablotine.

J’ai passé un très beau moment : que se soit pour confectionner ce colis, pour déballer le mien. Diablotine est une personne exceptionnelle avec qui j’ai beaucoup de projets, hormis le fait de se rencontrer pour de vrai, beaucoup de choses, de petits rendez-vous livresques commencent à germer dans nos esprits. Plus l’on discute, plus l’on apprend à se connaître et plus l’on se rend compte que l’on est des copies conformes. C’est vraiment très drôle.

Je vous propose donc de découvrir tous les merveilleux cadeaux que j’ai eu.

Screenshot_20170524-095719 J’ai reçu mon colis vers 09.30. Quelle torture de le voir sans pouvoir l’ouvrir. Le facteur de Dilshad n’avait pas envie de se presser. On a eu des petites frayeurs, on a imaginé les pires scénarios : colis perdu dans la nature et je vous en passe. (Comme vous pouvez le constater, j’ai regardé Grey’s Anatomy pour faire passer le temps…)

Quand mon facteur m’a donné mon colis, j’ai remarqué des petits coeurs sur le colis (qui viennent des filles de Dilshad). Mon facteur est devenu rouge coquelicot lorsque je lui ai demandé si ça venait de lui… Une dose d’humour n’a jamais tué personne ! 😀

Malheureusement, comme je travaillais l’après midi, nous n’avons finalement pas pu l’ouvrir ensemble mais cela n’a en rien gâché mon plaisir!

20170528_122717

 

 

J’ai ouvert mon colis ! Et là surprise !!! J’avais pleins de paquets !! Partout partout : et en plus du papier cadeau princesse! La grande classe. J’ai aimé les chiffres dessinés, les stickers sur tous les paquets. C’était Nöel en plein mois de mai 😀

 

 

20170528_123103Et lorsque j’ai tout mis devant moi… C’était grandiose ! Il y en avait partout, j’ai adoré!!! Ma soeur et moi étions des enfants (non, elle n’a rien déballé! Mais depuis, elle fait un SWAP avec une amie tellement c’était cool!)

IMG_20170524_102033846

Et voilà !!! J’ai été tellement gâtée !!!! C’est tellement énorme !!!

Bon depuis, il n’y a plus de chocolat, mes thés vanille sont pratiquement tous bus… Mon chéri et moi avons dévorés les dragibus devant la Belle et la Bête…

J’ai eu beaucoup de romans comme vous pouvez le voir : L’orgueil de Jay d’Adeline Dias, Orgueil et préjugés de Jane Austen, Coeur Cerise de Cathy Cassidy,  les deux premiers tomes de la Fille des Cauchemars ainsi que Glass sword et Red Queen. J’ai aussi eu la belle surprise (pour mon anniversaire, merci encore pour la petite carte!) d’avoir en plus la BD de coeur cerise! J’ai tellement hâte de tout dévorer.

J’ai beaucoup aimé l’originalité de ce SWAP. En effet, nous avions fait une petite liste de ce que nous aimions et nous avons mis un peu de nous : J’ai eu le droit à une boite de thé vanille de l’Île Maurice. C’est tellement génial !

J’ai aussi eu des goodies par millier, des bracelets, un eye liner et un désodorisant à la cerise (qui sent tellement bon) pour ma voiture.

IMG_20170524_101038105

 

Petite mention spéciale pour la bague « La reine des neiges » que j’ai eu dans un petit oeuf surprise. La bague de mon chéri fait grise mine à côté ! Et pour vous achever encore plus… C’est une bague tampon!

Pour conclure, je remercie énormément Dilshad et ses filles pour ce remarquable SWAP. C’est tellement génial 🙂

J’espère avoir l’occasion de vous rencontrer très bientôt. Ce Swap marque le début d’une grande amitié et d’un merveilleux partenariat.

Je t’adore ma p’tite m’dame préférée ❤

Si vous voulez, vous pouvez aller jeter un oeil au colis que j’ai envoyé par ici 

18

Le mage du Rumorvan – Jean François Joubert

téléchargementRésumé : On aurait dit que la Lune était rousse et que le soleil venait à peine de rejoindre l’autre hémisphère, quand tous les chiens du quartier se mirent à hurler à la mort. Un bien triste concert qui interrompit la nuit hivernale des habitants du petit village, mais des grognements et des gémissements exprimant un irrépressible effroi, avaient fait converger tous les regards dans le moindre recoin sombre. Ils sortaient tous de chez eux, jeunes et vieux se regroupant au cœur du bourg, les yeux rivés sur les nuages illuminés par un feu intense. Ils venaient de comprendre l’origine de ces cris inhumains qui donnaient cette impression unique d’apercevoir une esquisse de l’enfer. Lorsque cet événement exceptionnel arriva à l’Aber-Ildut, petit bourg aux confins de la Bretagne, les esprits des villageois façonnés par de vieilles légendes, surent que de terribles maux allaient les accabler bientôt. Le mage était mort. Assassiné. La rumeur circulera dès le lendemain, des murmures apeurés. Les langues se délieront bientôt, chaque villageois, convaincu de ce qu’il sait ou imagine. Et rien que du mauvais pour tous. L’inspecteur Lavigne va devoir comprendre leur personnalité, savoir ce qu’ils savent réellement. Qui avait intérêt à tuer le mage tant craint et respecté ? Quel en était le mobile ? Qui en voulait à ce point au rebouteux ? Solitaire et taciturne, l’inspecteur poursuivra auprès d’une population qui a toujours été effrayée par la personnalité de la victime, son côté sombre, une force obscure qu’il tirait du pouvoir de l’ombre. Qui ? Sa femme ? Sa maîtresse. Le contenu de ses livres, aussi anciens que secrets ? Lavigne va livrer une bataille muette, tenter de comprendre le contexte dans lequel vit ce bourg figé dans des croyances d’un passé qu’il croyait révolues. Et il ira de surprise en surprise, jusqu’à avoir peur de son ombre.

Mon avis : Je remercie l’auteur Jean François Joubert pour l’envoi de son roman. J’ai beaucoup apprécié cette lecture.

C’est un roman régional que l’on peut qualifier de polar/policier. Je ne sais pas pourquoi je retrouve souvent cette région de la France lorsque l’on a des crimes mystiques ou à caractère satanique mais j’avoue que je ne m’en plains pas du tout ! En effet, l’auteur parvient aisément à nous envoyer directement dans les petites rues, dans les crêperies et les cafés sur les traces de ce criminel dont on ne sait rien.

Qui dit roman policier dit multitude de personnages tous aussi captivants les uns que les autres. En effet, jusqu’à la fin, on ne sait vraiment pas qui est le criminel. On rencontre l’inspecteur Lavigne qui est en charge de cette enquête qui, au premier abord, ne semble pas être si compliquée que cela. L’inspecteur va vite déchanter devant le peu d’indice et le peu de langues qui se délient sans mettre la pression.

Certains personnages se détachent néanmoins : la femme de la victime, un jeune journaliste, une femme qui promène son chien en insultant tout le monde. Cependant, on se rend compte que les habitants de ce petit bourg breton se connaissent tous et cela apporte une fraternité certaine et l’image d’un village soudé.

L’intrigue est assez intéressante, un peu de magie et de satanisme. La victime, le mage, est connue pour être une personne qui côtoie le diable en personne. Il a vendu son âme à Lucifer. Sa femme nous relate une vie calme malgré les apparences mais surtout une manière de penser assez originale ce qui fait de lui et de sa femme des marginaux. J’ai beaucoup aimé le fait que l’on apporte l’idée d’un grimoire maudit. C’était vraiment très intéressant, cela m’a permis de passer une bonne lecture. Les maigres preuves et indices emmènent Lavigne sur des pistes différentes. On voit que la situation le dépasse… Le côté mystique le dérange mais cela n’enlève rien au plaisir que l’on a durant cette lecture.

Livre court, il n’en reste pas moins très agréable. J’ai beaucoup aimé suivre les aventures de l’inspecteur Lavigne. Il est assez terre à terre et m’a un peu fait penser aux inspecteurs Poirot et Maigret. Un inspecteur de la vieille école en soit. C’était sympathique.

J’aurais juste aimé en savoir un peu plus sur la victime et sur le côté satanique de l’intrigue. Même si on en parle, j’ai trouvé dommage que l’on n’en parle pas plus. Je pense aussi qu’un épilogue sur les devenirs des personnages auraient été sympathique aussi, à mon avis. (Ce n’est que mon avis).

En attendant, si vous voulez une petite lecture qui mêle mythe, satanisme et enquête policière, je vous le conseille vivement ! La plume de l’auteur est très belle, pleine de poésie. L’auteur parvient à apporter pas mal de suspense et nous mène difficilement sur la piste du véritable tueur.

Ma note : 15/20

21

Scandales à Easton Creek – Gaëlle Laurier

scandales-a-easton-creek-884269.jpgRésumé : Été 1860 dans l’Idaho aux États-Unis. L’arrivée du pasteur Valentine et surtout de son fils Thomas à Easton Creek ne laisse personne indifférent. Le jeune homme étant accusé de crimes dont il a pourtant été innocenté se voit être la cible de ragots. Tout d’abord décidé à ne faire aucun effort d’intégration au sein de la communauté, il sera amené à rencontrer (et secourir) la fille de l’un des fondateurs, Eden Sullivan. Mais peu à peu, des événements frapperont certains habitants parmi les plus notables, les plongeants tous deux dans une machination liée à la ville elle-même.

Mon avis : Je remercie beaucoup Évidence Éditions pour ce nouveau Service Presse. En effet, le genre assez original que nous proposait l’auteure ici m’a fait de l’œil. Scandales à Easton Creek relate une histoire d’amour dans le Far West du 19ème siècle. N’ayant jamais lu de livre sur cette période ; j’ai foncé.

J’ai passé un bon moment avec ce roman. Il y a beaucoup de points positifs. En effet, j’ai beaucoup aimé l’alternance des points de vue entre Eden et Thomas. J’ai aussi beaucoup aimé le fait que les chapitres sont assez courts : cela apporte beaucoup de dynamisme à l’histoire et on ne s’ennuie pas J’ai aussi beaucoup aimé l’intrigue : en effet, même si le cadre et le décor sont assez originaux, l’histoire d’amour entre deux êtres qui viennent de milieux sociaux bien différents n’est pas forcément très originale. Mais Gaëlle Laurier a réussi à rendre ce roman très intéressant.

On a deux personnages principaux : Thomas Valentine et Eden Sullivan. Thomascropped-cropped-Logo-évidence-éditions-final Valentine est un jeune homme qui a fait de la prison pour avoir accidentellement tué un homme. On comprend son histoire au fil des chapitres. Il est difficilement accepté par les habitants des villes et villages dans lesquels son père et lui ont tentés de se reconstruire. Son père étant pasteur, c’est très délicat, avec la réputation de son fils, d’être reconnu comme pasteur fidèle à Dieu. J’ai trouvé la relation père/fils assez touchante : son père ferai tout pour Thomas. La prison a rendu le jeune homme assez froid et distant avec les autres mais aussi avec lui-même. Par moment, il donne l’impression d’avoir peur de ses propres réactions.

De l’autre côté, nous avons Eden Sullivan qui fait partie d’une famille d’hommes. Sa mère étant morte, elle peut compter sur son père et sur ses frères pour la défendre. Institutrice d’Easton Creek, c’est une femme intelligente et très belle. Elle est courtisée par des hommes mais reste dans son coin. Elle a déjà vécu une histoire d’amour qui s’est très mal terminée. Mais la présence de Thomas va tout changer pour elle.

À travers différents scandales que l’on va essayer de coller à Thomas, on suit l’évolution de cette relation qui est très émouvante. En effet, j’ai beaucoup aimé l’évolution de ces deux personnages. En effet, la jeune Eden stricte et froide devient une jeune femme désireuse et désirable. Thomas apprend lui à laisser parler son cœur, à s’ouvrir aux autres et à laisser entrevoir la personne qu’il est réellement. Donc même si la romance prime sur cette histoire, il y a quand même une autre histoire : qui met la ville sans dessus dessous, qui sont ces gens que l’on dit « bien vus » et qui font tout et n’importe quoi pour remettre Thomas en prison ?

C’est une belle histoire qui parle de différence, de peur, d’amour mais aussi de jalousie. Bref, les filles, vous allez adorer !

Ce fut un beau moment de lecture. La plume de l’auteure est très agréable. Elle est légère et sensible mais aussi intransigeante et assez dure quand il faut. C’est très bon, l’auteure maitrise son intrigue et ses personnages. Cela est très plaisant à lire. J’espère avoir la chance de lire un nouveau roman de cette auteure que j’ai pris plaisir à découvrir.

Ma note : 15/20

14

L’écho des morts – Johan Theorin

téléchargementRésumé : Joakim et sa femme Katrine ont décidé de quitter Stockholm pour s’installer dans une vieille ferme sur l’île d Öland. Katrine et les enfants s’y installent alors que Joakim achève l’année scolaire au collège où il enseigne. Après la noyade accidentelle de Katrine, Joakim sombre dans une profonde dépression. En faisant des travaux dans la maison, il tombe sur des inscriptions mystérieuses. Il apprend alors que dans le passé, les habitants de la ferme ont souvent été victimes d’accidents mortels. Les inquiétantes légendes d’Öland refont surface et Joakim se prend à imaginer qu’à l’instar d’autres esprits, Katrine pourrait revenir. Le suspense s’épaissit. D’étranges cambriolages en série surviennent sur l’île. La jeune policière Tilda Davidsson qui mène l’enquête a bien du mal à dénouer tous ces fils qui s’entrecroisent.
Après le brouillard d’automne de L’Heure trouble, L’écho des morts, livre d’hiver sur le deuil et la mémoire, est soutenu par l’écriture sobre, très personnelle et d’une efficacité troublante de Johan Theorin.

Mon avis : Voici un nouvel audiolib que j’ai pris plaisir à découvrir. En effet, la couverture bien mystérieuse m’avait fait de l’œil à la médiathèque. C’est une grosse écoute : quasiment 12 heures, j’en ai fait des kilomètres en voiture. Oui, je n’écoute mes livres audio en voiture : je ne supporte pas rester inerte dans mon lit à écouter, ce n’est pas possible. Je me suis même surprise à laisser tourner le moteur pour en savoir un peu plus avant de rentrer chez moi.

C’est la première fois que je lis un roman scandinave. C’est beau, frais et terriblement bon ! J’ai vraiment beaucoup aimé ce premier roman. Je ne connaissais pas l’auteur et je suis persuadée que je relirai un de ses romans avec délice.

On fait la rencontre de la famille Westin qui se compose de Joakim, Katrine, Livia et Gabriel. La petite famille coule des jours heureux sur la petite île d’Öland. Ils ont racheté une maison pour la retaper. Cette maison a un lourd passé. On entend des histoires à faire peur, des morts inexpliquées…

La création d’une atmosphère incroyable se fait sous nos yeux. En effet, on se retrouve propulsé dans un quotidien inquiétant sur l’île. L’isolement insulaire est propice à ce que l’atmosphère soit pesant à souhait. De plus, cette île se trouvant au sud de Stockholm, entourée par la mer Baltique est plongée dans le noir une bonne partie de la journée, c’est l’hiver, il fait froid. On crée donc une situation et une atmosphère inquiétante.

Après la noyade accidentelle de Katrine, Joakim se retrouve dans une situation détestable : il ne supporte plus la vie sans Katrine, ses enfants sont tristes mais il n’ose pas leur dire qu’elle est morte. Livia fait des cauchemars, voit sa mère, l’appelle sans comprendre ce qu’il se passe.

On suit trois histoires en parallèle qui finiront par se rejoindre : celle de la famille Westin, celle de Tilda Davidson, une jeune policière qui mène l’enquête puisqu’en son for intérieur, elle sait que quelque chose cloche et celle de trois cambrioleurs qui volent pour revendre.

Il y a quantité de personnages secondaires qui prennent plus ou moins d’importance selon les chapitres. J’ai beaucoup aimé l’agilité avec laquelle l’auteur a fait coïncider ces trois histoires.

En plus de toutes ces histoires de cambriolages, on se retrouve avec une histoire de fantôme. En effet, Joakim trouve une petite chapelle dans sa grange pour calmer les esprits des marins morts en mer. Guerlof, un vieil homme raconte le passé de la bâtisse et de ce qui s’y est produit des années auparavant.

La plume de l’auteur est excellente ! Elle est propice à cette atmosphère lugubre et quelque peu fantastique. On frôle les limites du réel, c’est plaisant !

Ma note : 19/20 

16

Le voyageur bleu – Tome 1 : La prophétie – Olivia Lapilus

Olivia-Le-Voyageur-Bleu-T1-1ere-CouvertureRésumé : Que feriez-vous si une prophétie menaçait votre règne ? Anos, roi tyran de la planète Catiopé, est prêt à tout pour sauvegarder son trône. Il ne peut laisser quiconque détruire tout ce qu’il a mis si longtemps à bâtir et encore moins freiner sa quête du Voyageur bleu. Rien ne peut se mettre entre lui et sa soif de pouvoir. Rien à part le destin…

Mon avis : Je remercie beaucoup Olivia Lapilus pour cette proposition pour ce service presse que j’ai bien appréciée. Je suis toujours ravie de voir que les auteurs se plaisent sur mon blog et me choisissent pour lire leurs romans. C’est très valorisant pour moi alors un grand merci Olivia !

Ce que j’ai trouvé très surprenant, c’est la construction complète d’un monde fantastique ! J’ai trouvé ça très courageux, intelligent et agréable. On est envoyé sur la planète Catiopé qui est gouverné par Anos, un roi tyrannique, méchant et avide de pouvoir. Il ne recule devant rien pour pouvoir accéder au pouvoir de manière complète.

Lorsqu’un monde se construit sous nos yeux, le premier tome pose les bases. Il est obligatoire de passer par ce stade et je suis persuadée que le deuxième tome prendra plus d’ampleur. En effet, il faut s’habituer (ce qui va relativement vite, je dirai quelques chapitres) aux termes différents des nôtres pour se repérer dans le temps. Une fois passer ce détail, la lecture devient fluide. En plus, comme l’auteure est très gentille, au début du roman, il y a un petit index auquel on peut se référer pour se repérer dans les lunes et autres termes si à un moment, on se perd dans la lecture. Ça c’était une très bonne idée !

On rentre donc dans l’univers d’Olivia de manière incroyable. Anos est un roi exécrable et le mot est faible. Un tyran en puissance qui ne recule devant rien pour arriver et rester au pouvoir. En effet, il s’entoure de deux hommes horribles qui sont dotés de pouvoirs : l’un voit l’avenir et l’autre dépossède les gens de leurs âmes pour les asservir.

Une prophétie révélée dit que l’un des deux fils d’Anos le trahira et prendra sa place sur le trône. Il ne veut rien savoir, il préfère les tuer. Ce qui bien évidemment n’arrive pas, ils sont cachés et élevés par d’autres personnes qui n’ont pas eu le courage de tuer deux nouveaux nés.

On suit des histoires en parallèle qui finissent forcément par se rejoindre à un moment où a un autre. Celle des jumeaux, celle du roi qui est à la recherche d’une petite pierre bleue qui pourrait fêter son avènement au pouvoir et la troisième histoire est celle de de Dalios, un père de famille qui cache cette petite pierre bleue, après l’annonce de la rafle de tous les bébés filles nées à une certaine période de l’année, Malias, sa femme enceinte, s’en va pour sauver leur bébé. Elle y parvient, de justesse, en perdant beaucoup de choses autour d’elle mais son enfant est caché et en sécurité malgré les petits obstacles.

C’est une bonne intrigue, une bonne histoire très prometteuse. Voilà une saga du genre fantasy qu’il me tarde de continuer. Avec ce premier tome qui pose de bonnes bases, on se retrouve propulsé dans un univers incroyable. Le talent de l’auteure est indiscutable : en effet, la plume est belle, précise et très facile à suivre. L’imagination qui jaillit de ce premier tome est incroyable. On est vraiment dans une belle intrigue. La suite sort en juillet 2017. Alors un conseil, lisez cette saga qui risque d’être très prometteuse !

Ma note : 15/20

16

Une femme de ménage – Jérémy Bouquin

51koPMSI81L._SX195_Résumé : Un roman cru et fascinant : l’histoire d’une femme de ménage qui exerce ses talents sur des scènes de crimes… avant l’arrivée de la police, évidemment ! Écrit au scalpel et à l’eau de javel, ce petit bijou vous laissera pourtant avec les mains poisseuses et la peur au ventre. Sandra n’est pas une femme de ménage comme les autres. Avec elle, plus de problème : elle vous nettoie une scène de crime en quelques heures. Au lendemain d’un meurtre, d’une vengeance personnelle, pour quelques milliers d’euros, elle vous débarrasse ! Indispensable ? Peut-être un peu trop. En enchaînant les carnages, son meilleur client ne serait-il pas en train de la transformer en complice ? Et pourquoi vide-t-il ses victimes de leur sang ?

Mon avis : Je remercie les éditions French Pulp ainsi que Gilles Paris et Jules (toujours aussi gentil et prévenant). Voici une nouvelle lecture pour moi chez French Pulp. Un petit poison délicieux dont beaucoup vont se délecter.

On lit les aventures de Sandra, une femme de ménage pas comme les autres. Son boulot ? Rien de plus facile, elle nettoie les scènes de crimes des mafieux et autres personnes étranges. Elle nettoie les pièces, effaces toutes les traces dans les pièces mais aussi les corps : elle découpe, taille, met dans des sachets plastiques avec un peu d’acide puis finit par balancer les corps dans les fleuves. J’ai trouvé l’idée assez drôle au final !

Je vous avoue que j’ai eu un peu de mal avec un style assez cru des premiers chapitres. 13254289_1045349628891225_4894523684186030036_nEn effet, la description des scènes, des corps, des activités de Sandra m’ont un peu levé le cœur (je venais de prendre mon petit déjeuner et mon thé vanille a eu un peu de mal à passer). Mais par la suite, je me suis sentie à l’aise dans cette lecture : on rencontre Sandra, on vit son quotidien.

Sandra est un personnage principal assez atypique. Je ne me souviens pas avoir déjà eu à faire à ce genre de personnages. Elle est complètement dans son monde, ne ressent rien. Rien ne la répugne mais rien ne la met en joie non plus. C’est assez déstabilisant en fait, elle est complètement dénuée d’émotions, comme un robot. Elle travaille mécaniquement.  C’est assez effrayant et attirant à la fois. Comment peut-on découper des corps sans rien ressentir ? De plus, elle est vit complètement recluse, loin de toute civilisation : pas de mari, pas d’enfants, juste une vieille maison qu’elle a arrêté de retaper et un amant, le boulanger de la ville.

Le roman a une touche de fantastique sans entrer dans le monde fantastique, on danse avec quelques petites touches. Des roses qui apparaissent, des monstres qui prennent vie, on parle même d’un vampire.

L’intrigue est sympathique : Sandra a bien évidemment des soucis. Un de ses clients lui fait du chantage ainsi qu’à son associé avocat qui lui décide de partir. Sandra rate le coche et reste, vit dans la peur de mourir et de se retrouver en prison. Elle se trouve prise dans une spirale infernale. Tout lui tombe sur la tête. Les pans de sa vie se rejoignent et explosent tous en même temps. C’était assez intense.

Roman court (environ 250 pages) qui est acide mais assez bon. J’avoue que c’est le premier livre de ce genre que je lis, c’est au départ assez troublant puis on s’y fait.

J’ai trouvé la fin un peu trop rapide à mon goût, elle m’a laissé un goût de trop peu… Alors j’espère avoir une suite. J’aimerai savoir comment Sandra s’en sortira.

J’ai beaucoup apprécié la plume de l’auteure qui m’a permis de lire rapidement ce roman qui au final reste inqualifiable. Elle apporte beaucoup de dynamisme et d’ironie qui fait parfois sourire.

Ma note : 14/20

12

La mort d’une princesse – India Desjardins

téléchargementRésumé : Alors qu’elle s’attend à ce qu’il la demande en mariage, Sarah, pétillante trentenaire, tombe de haut lorsque son amoureux de longue date lui annonce qu’il la quitte. Profondément blessée par cette trahison, elle fait un choix radical : renoncer à l’amour et se jeter à corps perdu dans son agence de relations publiques. Sept ans plus tard, Sarah enchaîne les succès professionnels et assume son célibat qui la protège d’une nouvelle désillusion amoureuse. Mais est-il si simple de renoncer à l’amour?

Mon avis : Je remercie les éditions Michel Lafon et Camille pour ce service presse. Je vous avoue que la couverture de ce roman m’a beaucoup plu, en effet, le titre, les couleurs m’ont tapé dans l’œil. De plus, j’ai beaucoup entendu parler d’India Desjardins grâce à ses œuvres précédentes : l’envie et la curiosité l’ont emporté.

Je ne regrette pas d’avoir choisi ce roman ! Quelle bonne idée !

On fait la découverte de Sarah (et pas Sarâ). Une jeune femme pleine d’humour, d’amour et d’intelligence. Elle est en couple avec Gabriel, un musicien sympathique, qu’elle a rencontré et avec qui elle emménage, prévoit pleins de bébés et un beau mariage mais tout s’effondre quand ce dernier la quitte parce que le quotidien l’ennuie, le quotidien avec Sarah est devenu barbant pour Gabriel. La vie de Sarah s’effondre… Que faire maintenant que ses certitudes volent en éclat ?

Retour à la case départ pour Sarah, on la voit s’interroger sur sa vie de « vieille fille » : avoir trente ans et être célibataire, c’est la méga honte. Elle tente les sites de rencontre, les soirées organisées mais tout cela ne fonctionne pas. J’ai beaucoup ri de son franc parler qui m’a beaucoup plu. C’est un trait de caractère qui j’adore chez les personnages féminins principaux. Sarah m’a donc beaucoup plu.

Son univers tourne autour de sa meilleure amie Anik. Anik est une jeune maman 20100628104007michellafoncélibataire qui a vu la femme de sa vie la quitter pour aller avec un homme, elle tient une boutique de chocolat avec ses petites mains ce qui marque son courage, sa force de caractère malgré le fait que ça soit très difficile. Les deux amies sont très soudées. Cette amitié est sans faille et les deux amies sont là l’une pour l’autre. C’est très agréable comme relation. Mis à part Anik, Sarah a aussi quelque chose de très important pour elle dans sa vie : le boulot. Elle se jette corps et âme dans sa nouvelle entreprise de communications/relations publiques.

On est vraiment dans une chick-lit très fraiche. Tous les éléments sont réunis pour que l’on passe un moment très agréable. Beaucoup d’émotions sont véhiculées et on suit Sarah dans sa recherche de la tranquillité d’esprit ainsi que dans sa vie sans amour parce que Sarah est ainsi : sans amour, elle ne souffre pas, elle a donc décidé de refouler ce sentiment pour se protéger.

Ce roman est une petite pépite d’humour et d’amour sous tous les angles possibles. On se rend compte que même si l’amour n’est pas vital, on en a tous besoin. Etre seul, c’est triste et désespérant. C’est une belle morale pour un roman frais. Sarah se rend compte des erreurs qu’elle a pu commettre et la résolution de ces éléments pour que sa vie soit meilleure.

India Desjardins est une auteure que je viens de découvrir et je me laisserai tenter par un autre roman de cette auteure sans aucune hésitation. La plume est fraîche, accessible, belle et dynamique. C’est très plaisant. Je pense que c’est une auteure prometteuse qui mérite d’être connue de toutes les lectrices fans de ce genre.

Ma note : 17/20

16

Le masque du silence – Tome 1 – Charlène Gros-Piron

téléchargementRésumé : La famille Esperanza est une famille particulière, elle est issue d’une lignée maudite depuis 200 ans par Napoléon. Une génération sur deux est choisie pour recevoir le pouvoir. C’est ainsi qu’Hélène, suite au décès de sa grand-mère, devient la détentrice du pouvoir. Elle qui n’a jamais désiré l’être, elle fera tout pour cacher ses dons à sa famille, grâce à l’aide de Fa, son chat garde-du-corps doté de parole qui est aussi son meilleur ami. Mais lorsque des mèches blanches, signe qu’elle possède la magie, apparaissent dans ses cheveux, la colère éclate et Cybèle, la cousine d’Hélène devient sa pire ennemie. Prisonnière d’un masque blanc la rendant totalement muette, Hélène découvre qu’elle est l’héritière du trône de la reine, à la tête de la société des enchanteurs. Seul le Prince Charmant pourra la libérer de ce masque… autant dire qu’Hélène n’est pas particulièrement ravie à cette idée.

Mon avis : Je remercie Anyway éditions pour leur confiance pour ce nouveau service presse que j’ai beaucoup aimée.

On peut déjà voir que la couverture de ce roman est magnifique ! Je ne sais pas comment cela se fait mais franchement … Toutes les couvertures chez Anyway sont merveilleuses!

J’ai vraiment beaucoup de chance en ce moment, je ne lis que des lectures qui me passionnent. La saga « Le masque du silence » ne fait pas exception à la règle. En effet, j’ai beaucoup aimé ce que j’ai découvert dans ce premier tome.

C’est un premier tome efficace, qui pose bien les bases de l’histoire. En effet, nous découvrons Hélène Esperanza qui fait partie de la lignée Esperanza maudite par Napoléon. Hélène est une jeune fille pleine de vie, intelligente et qui a le sens des responsabilités. Elle n’a pas sa langue dans sa poche, elle est bourrée d’humour et de bonne humeur. Hélène a une relation très particulière avec sa mamie qui est tout pour elle. En plus d’être très proche de sa petite fille, c’est une mamie qui détient LA Magie. Elle a le pouvoir et règne avec une main de maître sur leur monde.

Fa est un personnage que j’ai beaucoup aimé, c’est un chat qui joue le rôle du garde du corps d’Hélène. Sa grand-mère, en mourant, lui donne le pouvoir, Hélène, détentrice de LA Magie devient donc une cible, elle a besoin d’aide et de protection : Fasolasi devient donc son meilleur ami. J’ai trouvé cette relation très touchante.

En effet, Hélène refoule la magie, elle n’en veut pas. Mais elle ne peut pas faire ainsi. Elle doit accepter. Sa famille se déchire sous ses yeux lorsque la vérité éclate. Sa cousine devient un personnage dangereux et son oncle et sa tante montrent encore plus la haine qu’ils ont envers Hélène. Heureusement qu’elle peut compter sur sa famille proche : ses parents ainsi que son frère David.

V2

J’ai beaucoup aimé ce premier tome qui s’avère être un tome très important : il pose les bases correctement, nous emmène dans un monde magique qui se révèle être aussi dangereux qui fantastique. Là-bas, elle apprend à gérer la magie et à se faire confiance.

On suit Hélène dans sa vie de reine mais aussi dans son apprentissage de la magie. On découvre aussi une petite bande d’amis qui reste soudée. J’ai beaucoup aimé la voir s’épanouir au sein de son groupe : on y trouve les frère et sœur héritiers, Tino, Mathilde et Léopold et pleins d’autres personnages qui apportent beaucoup à l’histoire. En acceptant la magie et sa place, Hélène devient une personne masquée et muette. Elle le restera jusqu’à ce qu’elle trouve l’homme de sa vie. C’est par l’intermédiaire de son fidèle compagnon Fa qu’elle s’exprime.

L’intrigue est plaisante : on rencontre les dangers de la royauté et la soif du pouvoir qui devient insatiable. C’est vraiment très bon. J’ai hâte d’avoir la suite entre les mains. La plume de l’auteure va beaucoup plaire aux plus jeunes (je pense que les adolescents peuvent beaucoup apprécier cette lecture) ainsi que les personnes qui aiment la littérature fantastique qui mêle magie, trahison et amitié. C’est vraiment génial !

Ma note : 17/20

13

La marquise aux poisons – Guillaume Lenoir

41BwZwsq3ZL._SX195_Résumé : Le parcours de l’une des criminelles les plus célèbres de l’Histoire. Dévorée par son amour pour le chevalier de Sainte-Croix, Marie-Madeleine d’Aubray, marquise de Brinvilliers, mène un train de vie dispendieux. Prête à tout pour satisfaire les goûts de luxe de son amant, et manipulée par un homme sans scrupules, elle sera emportée dans un engrenage meurtrier, marquant d’un voile noir le règne du Roi Soleil.

Mon avis : Je tenais à remercier mes nouveaux partenaires qui sont vraiment très gentils : Évidence Éditions. Grâce à eux, j’ai pu découvrir La marquise aux poisons de Guillaume Lenoir.

Ceux qui me lisent souvent savent que j’adore la période de l’histoire de France qui concerne Louis XIV, Versailles et si je devais choisir une période bien particulière du règne du Roi Soleil, ça serai sans hésiter l’affaire des poisons qui a secoué le peuple de France ainsi que la Cour de Versailles.

Lorsque j’ai vu qu’Évidence Éditions proposait un service presse sur cette période, j’ai foncé, j’ai lu, avalé les mots et adoré ma lecture !

On retrouve la marquise de Brinvilliers qui est l’une des grandes figures de l’affaire des poisons. C’est la source même de tous les petits empoisonneurs de Paris et des alentours.

Nous avons tendance à la voir comme l’empoisonneuse qui a mis le feu aux poudres à Paris en la déshumanisant complètement. J’ai beaucoup apprécié ce point dans ce roman historique : en effet, on la voit évoluer dans son quotidien. En effet, elle vit, respire auprès de ses enfants, de son époux et de ses amants. Même si elle a un côté assez froid et stricte, elle reste une femme malheureuse sous le contrôle de Sainte Croix qui est un homme détestable.

La marquise de Brinvilliers est connue pour avoir empoisonné son père et ses deux frères mais aussi pour avoir laissé une lettre (que personne ne devait lire) pour se repentir de ses erreurs à la fin de sa vie. La liste des péchés est longue, abominable et effroyable : entre inceste et empoisonnements, ses aveux font froid dans le dos.

Le côté historique est très plaisant, on en apprend beaucoup sur ce personnage. Ce côté historique est mélangé à un petit côté fictif (non dans les évènements) qui est quelque peu obligatoire puisque nous n’avons pas de tableaux ni d’indications à part une esquisse peu avant sa mort. Marie Madeleine d’Aubray est donc décrite dans ce roman comme l’auteure la voit. Je reste persuadée qu’il n’est pas loin de la vérité.

On en apprend aussi plus sur les compagnons de la marquise de la Brinvilliers. Oncropped-cropped-Logo-évidence-éditions-final retrouve Sainte Croix qui est son amant mais bien plus manipulateur et horrible que ce que l’on peut penser. Alchimiste à ses heures perdues, il confectionne les pires poisons que la médecine ne peut pas détecter. Il tient Marie-Madeline sous son joug. Il lui souffle les pires idées et en arrive à commettre le pire : l’inciter et la forcer à faire tuer son père ainsi que ses deux frères. Il ne l’aime pas, comme un amant devrait aimer son amante. Il n’est intéressé que pour son argent. Il lui fait prendre un chemin dangereux qui la pousse à la ruine. Elle passe son temps à dépenser l’argent qu’elle n’a pas et Sainte Croix y est pour beaucoup. Autre homme dangereux qui tourne autour de la marquise : La Chaussée. C’est l’homme de main de Sainte Croix qui empoisonne ses deux frères. Avant sa mort, il dénonce la marquise ce qui annonce sa déchéance.

La fin de la vie de la Brinvilliers est complètement différente de ce que j’avais pu imaginer.  Elle reste très gentille, douce avec les gens qui restent avec elle jusqu’à l’échafaud.

En bref, les fans d’histoire vont adorer. Il est très bon, Guillaume Lenoir est un auteur qui a une plume faite pour l’histoire. J’ai vraiment beaucoup aimé ! J’ai hâte d’avoir un autre roman dans les mains.

Ma note : 18/20

16

Judith Sardis assure aussi bien en bikini qu’en grenouillère – Amira Edich

imageRésumé : Judith Sardis mène une vie de petite parisienne survoltée et égocentrique jusqu’à ce que l’Univers lui flanque un énigmatique vagabond sur les bras. Armée de ses certitudes mais aussi de ses maladresses, l’espiègle jeune femme va être brutalement catapultée dans un monde explosif d’espionnage et de luxe où elle devra faire sa place. Bien décidée à imposer ses règles et à aimer comme elle l’entend, Judith Sardis est à elle seule un concentré de feel good attitude !

Mon avis : Je remercie une nouvelle fois Marie pour sa confiance et Nisha Editions pour l’envoi de ce service presse bien différent de ce que j’ai pu lire chez Nisha mais la différence c’est bien ! J’ai beaucoup aimé le roman d’Amira Edich.

On rencontre Judith Sardis, une jeune parisienne complètement folle. J’ai beaucoup aimé ce franc parler, cette dose d’humour permanente et ce bas gout qui m’a beaucoup fait rire. Elle est belle, pétillante et intelligente. Une héroïne comme Nisha les adore et nous aussi ! Elle m’a beaucoup plu.

On fait aussi la rencontre de Jacob, un sois disant SDF qui atterrit devant chez Judith. Ayant un bon et gros cœur, elle le recueille chez lui et se rapproche de lui très rapidement.

Travaillant dans une agence immobilière, elle a une vie tranquille : entre boulot, appartement et copines, elle n’a pas le temps de s’ennuyer et cela lui convient parfaitement. Elle a une petite routine assez simple depuis que son ex petit-ami est parti avec une autre fille, la laissant seule. Judith n’est pas le genre de personne à se lamenter très longtemps sur son triste sort.

Jacob la propulse dans un univers de malade ! Celui de l’espionnage. Sa vie étant en14102321_869552063176273_1970639135923634263_n danger, elle n’a plus d’autres solutions que de suite Jacob dans sa vie palpitante avec ses deux compères Alek et Heni qui sont vraiment cinglés ! J’ai beaucoup ri en lisant leurs échanges verbaux mais aussi leurs relations qui sont particulières. Les trois garçons semblent évoluer comme une famille, ils sont comme des frères même si leurs passés font froid dans le dos. Judith arrive dans leur monde et explose tout : même si elle parle trop, elle est belle, désirable et très drôle. Les garçons sont sous le charme. Judith vit l’amour comme elle l’entend. Je pense ne pas me tromper en disant qu’elle sépare le plaisir physique des sentiments qu’elle peut avoir pour les garçons. Même s’ils sont tous les trois très beaux et désirables, elle n’en aime qu’un seul. Les deux autres, elle les aime comme des frères. Sur le coup, moi qui suis une petite adepte des relations amoureuses romantiques, je me suis demandée si j’avais bien lu mais au final, cela ne m’a ni dérangé, ni rebuté. Judith est une femme moderne qui se laisse bercer par ses envies et ses pulsions. C’est plutôt agréable à lire.

C’est une famille qui est très unie. Judith fait rapidement ses preuves et l’intrigue monte en puissance tout au long des pages. C’est assez dynamique et très agréable à lire.  Mis à part la sphère familiale, l’intrigue est très bonne dans le sens où les péripéties et actions décrites sont assez bonnes, cela tient la route et on est propulsé dans l’histoire très facilement. J’ai beaucoup aimé le côté relax/cool des 4 amis et deux secondes plus tard on bouleverse tout et on retrouve nos 4 agents hyper concentrés sur les missions qu’ils ont.

On est dans un roman qui mêle espionnage, suspense, romance de manière très moderne. Non ce n’est pas un roman d’espionnage comme on y pense. C’est très novateur et ça se lit très rapidement, on y est très vite accro.

Je ne connaissais pas Amira Edich mais je relirai un de ses romans sans aucun doute ! J’ai beaucoup aimé cette lecture qui se révèle être très surprenante. Elle est belle, douce, dynamique et détonante. On y mélange les émotions qui y sont véhiculées ainsi que les genres. La plume de l’auteure est bourrée d’humour et de peps. C’est un roman « feel good » comme on les aime, il est frais et excellent !

Ma note : 18/20

12

Eveil sensuel – Tome 1 – Lola T

vices-et-plaisirs-interdits-886441-264-432Résumé : Éloïse habituée à évoluer dans un monde de faire valoir, va découvrir grâce à son mari, un univers très éloigné du sien. Ce nouveau monde bafouant certaines de ses valeurs, va se révéler aussi fascinant qu’indécent et l’ouvrira sur une réalité nouvelle. Fantasmes, désirs, sensualité et plaisirs bruts se côtoient en toute liberté. Cela sera-t-il réellement un avantage pour elle ? Cette passion dévorante est-elle véritablement saine ?

Mon avis : Je tenais à remercier Lola T pour sa gentillesse. En effet, grâce à elle, j’ai pu découvrir trois de ses romans. Si vous vous souvenez bien, j’avais plus qu’adoré la duologie « Mes nuits dans ses ténèbres ». Ici, c’est dans un univers bien différent que Lola nous propulse puisqu’il s’agit d’un livre purement érotique : je vous préviens donc (pour les plus jeunes qui me lisent) que c’est une lecture qui est faite pour les adultes, des scènes de sexe sont présentes et explicites. Vous êtes averties mesdames, cette lecture va vous donner quelques petites bouffées de chaleur.

On fait la rencontre d’Éloïse, une jeune femme de bonne famille. Faisant partie d’un monde relativement bourgeois, elle a le sens des convenances et écoute sa mère qui est très à cheval sur les règles. Une femme doit aimer son mari, le soutenir dans n’importe quelle circonstance. Être soumise à ses désirs et j’en passe. Éloïse essaye par tous les moyens de plaire à sa mère sans forcément être d’accord avec ses principes.

Quand Éloïse est obligée de se marier à Alexandre Maréchal pour sauver l’entreprise familiale, elle est complétement dépitée. Se marier à un homme qu’elle ne connait que très peu, qu’elle n’aime pas, ce n’était pas le mariage dont elle rêvait. En effet, qui voudrait se marier à un homme que l’on ne connait pas ?

On apprend à connaitre Alexandre aussi par le biais d’Eloise. Même s’il se montre assez distant au départ, Alexandre est un homme assez direct, qui obtient ce qu’il veut très facilement et qui arrive toujours à montrer à l’autre ce qu’il veut vraiment.

Vous savez bien maintenant, si vous me lisez régulièrement, que le monde et le genre érotique n’est pas ma tasse de thé. En choisissant ce Service Presse, j’ai tout misé sur Lola en me disant que si une personne pouvait me faire changer d’avis sur ce genre, c’était bien elle. En effet, les scènes épicées, je connais, quand c’est bien écrit et très bien plongé dans l’univers c’est assez agréable mais je n’avais jamais vraiment lu de roman qui porte sur le monde du libertinage et de l’érotisme purement.

J’ai passé un bon moment avec ce roman. J’ai lu très rapidement ces 500 pages. En effet, c’est la magie Lola T, je me suis plongée très rapidement dans cet univers et c’était au final, une bonne expérience que je réitèrerai avec plaisir. J’ai eu peur que certaines scènes soient un peu trop brutales pour moi mais non, cela s’est bien passé.

Ce que j’ai beaucoup apprécié dans ce roman c’est que l’on n’a pas des scènes de sexe pures et dures. En effet, derrière, on trouve une histoire de famille, de trahison qui m’a beaucoup plu. C’était un travail très intelligent selon moi de la part de l’auteure qui m’a beaucoup surprise. J’ai beaucoup adoré ce retournement de situation.

Le personnage d’Éloïse évolue énormément. En effet, grâce à Alexandre, elle découvre sa vraie nature, la personne qu’elle est réellement. La petite bourgeoise coincée du départ n’est plus. C’est excellent à lire, elle ose dire les choses, faire les choses, être qui elle est au plus profond d’elle. C’est vraiment très bon. Alexandre aussi, change beaucoup, on avait à faire à un libertin qui possédait un club échangiste puis, plus les pages passent plus il devient quelqu’un de bien. J’avais beaucoup de mal avec ce personnage au départ mais à la fin j’ai vraiment beaucoup apprécié l’évolution qu’il subit !

En bref, encore un excellent roman que j’ai eu la chance de lire. Même si ce genre n’est pas mon genre de prédilection, j’ai beaucoup apprécier et appris sur ce genre.

Ma note : 16/20

 

10

Gabriel – Tome 3 – Angel Arekin

18121861_465649370444482_70259599882224267_oRésumé : Alors qu’Ashley se rend à la tour de la Carter Corporation pour son premier jour de travail, elle se heurte à un séduisant et hautain mâle new-yorkais qu’elle rembarre sèchement. Malheureusement pour elle, cet homme n’est autre que son supérieur au sein de la société. Arrogant et manipulateur, il prend dès lors un malin plaisir à maintenir un doute sur son avenir à Carter Corp. Mais c’est sans compter le caractère fougueux d’Ashley, peu décidée à se laisser malmener sans broncher. Un duel s’instaure, où se mêlent désir et bonnes réparties. Lequel des deux poussera l’autre à la faute ? Qui succombera le premier ?

Mon avis : Je remercie Nisha Editions et particulièrement Marie qui s’occupe toujours très bien des partenaires. J’ai eu la chance de pouvoir lire la saga « Gabriel » écrit par Angel Arekin (dont j’ai déjà lu Love Business qui fut une belle réussite). Gabriel est une saga tirée du jeu de romance que l’on trouve sur les réseaux sociaux « Is it love ? »

Si Love Business m’a bien plus, Gabriel ne déroge pas à la règle. J’ai trouvé cette saga très intéressante. La rencontre d’Ashley et de Gabriel est explosive. C’est une relation patron/assistante assez particulière. Une grosse tension pèse sur le roman et sur le lecteur. Il y a comme de l’attirance et de l’amour dans l’air !

L’intrigue est donc lancée : c’est un duo charismatique qui évolue tout au long de ces trois tomes. En effet, le troisième tome est le dernier d’une saga. Je pense qu’Angel et Nisha ont vu juste au niveau de la quantité. Je pense que plus n’aurait pas été nécessaire et qu’on aurait eu un gout de trop en bouche. Ici, tout fonctionne, il n’y a ni trop peu, ni trop. On a un équilibre.

Ashley est un personnage que j’ai beaucoup apprécié. Elle ne se laisse pas marcher sur les pieds, son impulsivité n’a d’égale que celle de Gabriel. Les deux forment un duo assez improbable qui est assez électrique aussi. Ashley est une fille intelligente, belle et bourrée d’humour. Gabriel est beau, sexy, mystérieux. Quand il veut quelque chose, il l’obtient.

Les personnages secondaires sont aussi pas mal du tout, ils occupent leur rôle à la14102321_869552063176273_1970639135923634263_n perfection : je pense à Matt qui est vraiment un très bon personnage. Il est l’ami d’Ashley avec qui elle travaille. Il l’écoute, la protège et la défend. C’est très appréciable. Parmi les personnages secondaires, je pense aussi à Cassidy : cette harpie garce qui veut Gabriel et qui met des bâtons dans les roues d’Ashley pour lui prouver que c’est elle la plus forte.

La fin de ce troisième tome est détonante, on a beaucoup d’actions et de réactions à chaud qui font exploser l’intensité du roman ainsi que cette tension accumulée dans tous les coins de la Carter Corp. C’était très plaisant.

Si jamais vous avez du mal avec ce genre, je vous conseille une saga comme cette dernière, elle est fraîche et assez courte. Elle peut plaire à beaucoup d’entre vous par son style et son originalité qui tiennent en haleine.

Je tire de nouveau mon chapeau à Angel Arekin qui a su encore une fois me faire aller dans un univers que je ne connaissais pas et qui en a fait quelque chose de très original. C’est assez plaisant et très enrichissant. La plume de l’auteure est belle, pleine de charme et bourrée d’humour. Je pense pouvoir dire, aujourd’hui, que le prochain roman d’Angel sera commandé les yeux fermés, je pense que c’est une valeur sûre de la littérature érotique française de nos jours.

Ma note : 17/20

10

Les brumes de Grandville: Tome 3 – Le Seigneur de Venise – Gwendoline Finaz de Villaine

9791025102398FSRésumé: Cinq ans ont passé depuis les événements narrés dans Les Folies de Paris. La mort surnaturelle d’Hector n’était qu’un cauchemar, mais pour Apollonie la réalité fut presque aussi dure: le jour de leur mariage, l’héritier des Montfaucon a tout simplement disparu. Désespérant de le revoir un jour, Apollonie s’est résolue à quitter Grandville et ses mystères… C’était sans compter sur la malédiction qui touche les Montfaucon et leurs descendants. Pour protéger son fils et retrouver Hector, Apollonie va devoir se lancer dans une nouvelle aventure, qui la conduira des brumes de Grandville… au brouillard de Venise. Mais une fois au coeur de la lagune, son amour pour Hector survivra- t-il au terrible secret qu’elle va révéler ?

Mon avis: Je remercie vivement les éditions French Pulp, Gilles Paris ainsi que Jules qui fait un travail remarquable. Grâce à eux tous, j’ai pu lire et terminer la saga des Brumes de Grandville de Gwendoline Finaz de Villaine.

Je vous avoue que je suis un peu triste de terminer cette saga qui est un coup de cœur du premier tome au troisième. C’est vraiment très agréable ! Je serai même tentée d’en redemander. Un petit dernier sur leur vie après ces drames à Grandville, s’il vous plait Gwendoline… Histoire de repasser encore un excellent moment avec Apollonie et Hector ! =)

Ce troisième opus nous réserve bien des surprises !

16005489-Hiboux-mignons-et-heureux-sur-l-arbre-avec-des-coeurs-Banque-d'imagesDans un premier temps, on retrouve Apollonie 5 ans après les dernières pages du deuxième tome. Hector ayant disparu, tout s’est très vite déroulé : la famille Montfaucon qui devient très méfiante, d’étranges apparitions. Apollonie comprend très vite que sans Hector, vivre à Grandville est chose impossible. A regret, elle laisse derrière elle cette demeure qu’elle a tant aimée ainsi que Samson et Madame Campbell qui sont devenus, avec le temps, de réels amis. Dans un second temps, on change carrément de paysage : on passe de Grandville, à un petit cloître en passant par Venise ! Le cadre change complètement, c’est très agréable.

La vie sans Hector est insupportable pour Apollonie qui survit pour son petit garçon, Jean. Dernier vestige d’Hector. Elle vit pour lui et lorsqu’une merveilleuse piste apparait sous ses yeux, Apollonie quitte tout pour retrouver Hector. Sa folle trouvaille et apparition l’emmènent à Venise.

Comme on peut s’en rendre compte, on change complètement de cadre. L’auteure fait preuve de beaucoup d’intelligence : c’est quelque chose de fort complexe par moment de suivre la même histoire en changeant tous les codes avec lesquels nous avions l’habitude d’évoluer dans cette saga. L’auteure s’en sort avec brio ! C’est vraiment exaltant.

Apollonie mène l’enquête d’une main de maître. Même si les personnages changent, c’est toujours la même personne. Elle se méfie de tout le monde mais sait, au fond d’elle, qu’Hector est en vie et qu’il a besoin d’elle.

Les actions s’enchaînent, les péripéties explosent, les amis se font et se défont. On ne sait 13254289_1045349628891225_4894523684186030036_npas de qui se méfier ou non et cela rend la lecture assez sympathique, cela ajoute un peu de piment à l’histoire ce qui est fort appréciable.

L’intrigue de ce troisième roman est tout bonnement incroyable. Il fallait la trouver ! On lie Grandville à Venise par un personnage que l’on croyait mort. Un secret sur la famille de Montfaucon explose et les révélations sont ignobles, elles m’ont fait dresser les poils sur la tête.

J’ai beaucoup aimé ce dernier tome qui clôt la saga avec brio ! C’est réellement avec regret que j’ai terminé ce roman. La vie d’Apollonie et d’Hector m’a beaucoup plu, j’ai suivi toute cette histoire avec beaucoup d’intérêt.

Je pense que s’il y a bien une personne qui a le droit de vivre pleinement son amour, c’est bien Apollonie, après tout ce qu’elle a traversé, on peut lui donner une vie belle, remplie et longue avec son bien aimé.

En attendant, je vous conseille vivement de vous plonger dans cette histoire qui mêle fantastique, romance, histoire, secrets et mystère avec beaucoup d’intelligence et de talent.

Ma note : 20/20

16

Our last days – Saison 1 – Twiny B

our last daysRésumé : Le destin a décidé de s’amuser avec les cœurs de Joss Tully et Bastien Moretti. Un soudain accident rapproche ces deux êtres au départ si différents.

La jeune femme, originaire du Sud de la France, a arrêté ses études pour jouir de sa liberté et de la vie. Quant au mystérieux jeune homme, il a toujours vécu loin des autres pour ne pas souffrir de leur jugement. Un lien se tisse, une attirance que personne ne peut déjouer… Mais Bastien dissimule un secret qui nécessite un traitement lourd de conséquences. Joss sera-t-elle celle qui le fera renaître ?

Mon avis : Je remercie encore une fois Nisha Editions ainsi que Marie qui nous bichonne de manière incroyable en nous proposant des titres divers et varies.

Cela fait quelques temps maintenant que je suis partenaire avec Nisha Editions, j’ai donc un panel d’auteures que j’adore… Et j’attendais avec impatience le nouveau bébé de Twiny B… J’avais adoré Black Sky alors j’avais hâte de me lancer dans la lecture de la première saison d’Our Last Days.

On fait la rencontre de Joss et de Bastien.

Joss est une charmante jeune femme qui travaille dans un café avec ses amis. Elle est pétillante, drôle, très belle. C’est un personnage qui est construit comme je les aime ! Elle est charmante, j’ai vraiment été charmé par ce petit bout de femme qui est très courageuse. Elle veut vivre sa vie sans dépendre de ses parents, elle y arrive, petit à petit. C’est appréciable de lire que ce personnage à de bonnes valeurs.

Bastien ou « Mysterious Man » est un garçon comme je les aime ! Il est beau, drôle, intelligent. Il est plein d’attentions, de charme… Tout au long du début du roman je me suis dit « bon… Qu’est ce qui cloche chez ce mec… Il est trop parfait ».

J’ai beaucoup aimé la relation entre ces deux personnages. Ils sont complétement dans une bulle qui à l’air d’être increvable. Je suis complètement fan de ce petit duo plein de charmes. Ils donnent des ailes et donnent envie d’aimer. Il est un bel exemple de ce que devrait être l’amour, le vrai, le pur.

Bastien se laisse charmer par Joss et ses petites manies, ses films à l’eau de rose. Joss est complètement sous le charme et c’est vraiment très beau !

L’intrigue du roman est belle, sensible. Je n’étais vraiment pas bien quand j’ai compris ce qu’il se passait sous mes yeux. C’est quelque chose de très dur et j’ai l’impression qu’il n’y a pas de fin heureuse… mais je suis certaine que Twiny B va nous surprendre à bien des égards.

Ce roman nous montre qu’encore une fois l’amour n’a pas de limite, qu’il est plus beau 14102321_869552063176273_1970639135923634263_nque tout et surtout plus fort que n’importe quelle chose qui peut nous tomber sur la tête. Etre deux plutôt qu’un est une force irrémédiable. Twiny B nous le montre avec brio encore une fois.

La perte et l’absence semblent être des thèmes que l’auteure aime bien. Ce sont deux notions dures et délicates à gérer mais je trouve que Twiny le fait avec brio, beaucoup d’émotions sont véhiculés au travers de ses mots. C’est beau et dramatique à la fois.

La fin de la première saison s’achève sur quelque chose de dramatique alors j’ai hâte d’avoir la suite entre les mains. C’est juste … QUE L’ATTENTE VA ETRE LOOOONGUE.

Je suis ravie de m’être laissée tenter par cette nouvelle saga qui s’annonce être belle et douce malgré la difficulté des thèmes abordés !

Ma note : 17/20

15

L’île des oubliés – Victoria Hislop

Lîle-des-oubliés-Victoria-Hislop1Résumé : L’été s’achève à Plaka, un village sur la côte nord de la Crète. Alexis, une jeune Anglaise diplômée d’archéologie, a choisi de s’y rendre parce que c’est là que sa mère est née et a vécu jusqu’à ses dix-huit ans. Une terrible découverte attend Alexis qui ignore tout de l’histoire de sa famille : de 1903 à 1957, Spinalonga, l’île qui fait face à Plaka et ressemble tant à un animal alangui allongé sur le dos, était une colonie de lépreux … Quels mystères effrayants recèle cette île que surplombe les ruines d’une forteresse vénitienne ? Pourquoi, Sophia, la mère d’Alexis, a-t-elle si violemment rompu avec son passé ? La jeune femme est bien décidée à lever le voile sur la déchirante destinée de ses aïeules et sur leurs sombres secrets… Bouleversant plaidoyer contre l’exclusion, L’Île des oubliés, traduit dans vingt-cinq pays et vendu à plus de deux millions d’exemplaires, a conquis le monde entier.

Mon avis : J’ai pris ce livre audio à la médiathèque parce que le sujet et l’intrigue me plaisaient beaucoup : secrets de famille, Grèce, Voyage…

J’ai bien aimé cette écoute même s’il y a quand même eu des petits points négatifs.

On rencontre Alexis, une jeune anglaise, poussée à venir dans la petite ville de Plaka, en Crète, par une lettre de sa mère, la poussant à trouver Fotini, sa meilleure amie d’enfance.

Nous suivons donc Alexis dans son périple en Grèce. Ce qui est certain, c’est que l’auteure nous fait voyager. J’avais vraiment l’impression d’être dans les rues de Plaka avec Alexis, qui part à la découverte de son passé.

On passe notre histoire dans plusieurs époques, entre 1903 et 1957 mais aussi dans plusieurs espaces : Plaka, Spinalonga et les hauteurs de la Crète par la suite.

C’est une histoire de famille : Alexis est la fille de Sophia qui est la fille d’Anna. Anna a une sœur Maria. Anna et Marie ont leurs parents : Giorgis et Eleni. Voilà : j’ai présenté les personnages principaux parce que c’était un peu le fouillis pour moi au début, alors au moins, voici les liens, clairs et précis !

Une famille sans histoire, jusqu’à ce que la lèpre vienne frapper Eleni qui est envoyée sur l’île de Spinalonga pour retrouver tous les lépreux mis à l’écart de la société pour ne pas contaminer les autres. J’ai beaucoup aimé les épisodes de Spinalonga, même si Eleni est très triste et blessée de quitter son mari et ses filles mais elle est surtout effrayée d’habiter cette prison. Les doutes et les angoisses sur Spinalonga s’envolent au final très vite : on est face à une petite île qui veut vivre correctement. La société s’organise comme une démocratie (si chère à la Grèce) ainsi qu’autour d’une vie culturelle.

De l’autre côté on vit à Plaka avec Giorgis qui essaye tant bien que mal de palier à l’absence de sa femme. Anna et Maria sont ses filles : elles sont diamétralement opposées. Anna : rebelle et peu farouche, Maria, la fille modèle qui est en proie aux doutes mais qui veut faire le bien quitte à se faire passer après les autres. J’ai eu beaucoup de mal à supporter Anna qui est vraiment une enfant pourrie gâtée : elle délaisse mari et enfant par jalousie. J’ai trouvé cela ignoble et toute l’écoute, elle m’a tapé sur le système : elle joue son rôle à merveille. Maria est plus douce, plus pondérée et réfléchie dans ses propos. Elle trouve toujours une solution à tous les problèmes. L’une a le sens de la famille, l’autre non. Je vous laisse deviner laquelle!

La lèpre est un fardeau qui touche Eléni, mais aussi Maria a un moment. J’ai trouvé cela tellement triste, elle ne le mérite tellement pas ! J’étais bien triste à ce moment. Et puis… On se rend compte que la lèpre peut être vaincue, peut-être pas médicalement mais pas bien des façons, on peut oublier quelques temps cette maladie et cela fait du bien de lire ça, surtout pour Maria. La lèpre est dévastatrice sur tous les points. C’est vraiment très difficile à lire sans avoir le cœur serré.

Autre lèpre qui touche aussi dans le roman : celle de la 2ème guerre mondiale. Elle passe très rapidement mais au second plan, j’ai trouvé cela dommage. En effet, le côté historique est effleuré et reste en toile de fond alors que Spinalonga est une île qui a vraiment existée (qui existe toujours) et j’aurais aimé en savoir plus sur ce côté historique ainsi que sur la maladie et les traitements que l’on pouvait trouver, que l’on a fini par trouver pour éradiquer cette maladie.

La plume de l’auteure est fraîche et efficace. On se balade facilement, on se laisse bercer, c’est très bon mais certains points négatifs ne parviennent pas remonter ma note, au final.

En bref, une lecture agréable qui nous permet de nous balader en Crète, dans les rues de Plaka mais aussi de fouiller à travers le temps pour comprendre ce qui s’est passé. Grâce à la voix de Fotini, on comprend le passé de la famille Petrakis. J’ai trouvé dommage de ne pas avoir un bagage historique plus important mais aussi le « secret de famille » qui au final n’est pas ce que l’on imagine. De plus, l’histoire d’Alexis passe un peu inaperçue, ce qui est grandement dommage.

Ma note : 14/20