26

Bilan Mai 2017

téléchargement

Bonjour tout le monde,

Voici mon bilan du mois de mai. Il fut assez satisfaisant dans l’ensemble. J’aurais voulu lire plus mais j’ai eu beaucoup à faire avec mon anniversaire! (Merci à celles et ceux qui y ont pensé!). Je remercie aussi mes nouveaux partenaires : Évidence Editions 

J’ai donc lu :

 

Pour un total de  6198 pages lues et 26 heures 28 minutes d’écoute

22

Swap avec ma Diablotine #1

Bonjour,

Aujourd’hui, un article un peu particulier puisque je vous présente mon premier Swap (et certainement pas le dernier) avec ma partenaire et amie Les lectures de la Diablotine.

J’ai passé un très beau moment : que se soit pour confectionner ce colis, pour déballer le mien. Diablotine est une personne exceptionnelle avec qui j’ai beaucoup de projets, hormis le fait de se rencontrer pour de vrai, beaucoup de choses, de petits rendez-vous livresques commencent à germer dans nos esprits. Plus l’on discute, plus l’on apprend à se connaître et plus l’on se rend compte que l’on est des copies conformes. C’est vraiment très drôle.

Je vous propose donc de découvrir tous les merveilleux cadeaux que j’ai eu.

Screenshot_20170524-095719 J’ai reçu mon colis vers 09.30. Quelle torture de le voir sans pouvoir l’ouvrir. Le facteur de Dilshad n’avait pas envie de se presser. On a eu des petites frayeurs, on a imaginé les pires scénarios : colis perdu dans la nature et je vous en passe. (Comme vous pouvez le constater, j’ai regardé Grey’s Anatomy pour faire passer le temps…)

Quand mon facteur m’a donné mon colis, j’ai remarqué des petits coeurs sur le colis (qui viennent des filles de Dilshad). Mon facteur est devenu rouge coquelicot lorsque je lui ai demandé si ça venait de lui… Une dose d’humour n’a jamais tué personne ! 😀

Malheureusement, comme je travaillais l’après midi, nous n’avons finalement pas pu l’ouvrir ensemble mais cela n’a en rien gâché mon plaisir!

20170528_122717

 

 

J’ai ouvert mon colis ! Et là surprise !!! J’avais pleins de paquets !! Partout partout : et en plus du papier cadeau princesse! La grande classe. J’ai aimé les chiffres dessinés, les stickers sur tous les paquets. C’était Nöel en plein mois de mai 😀

 

 

20170528_123103Et lorsque j’ai tout mis devant moi… C’était grandiose ! Il y en avait partout, j’ai adoré!!! Ma soeur et moi étions des enfants (non, elle n’a rien déballé! Mais depuis, elle fait un SWAP avec une amie tellement c’était cool!)

IMG_20170524_102033846

Et voilà !!! J’ai été tellement gâtée !!!! C’est tellement énorme !!!

Bon depuis, il n’y a plus de chocolat, mes thés vanille sont pratiquement tous bus… Mon chéri et moi avons dévorés les dragibus devant la Belle et la Bête…

J’ai eu beaucoup de romans comme vous pouvez le voir : L’orgueil de Jay d’Adeline Dias, Orgueil et préjugés de Jane Austen, Coeur Cerise de Cathy Cassidy,  les deux premiers tomes de la Fille des Cauchemars ainsi que Glass sword et Red Queen. J’ai aussi eu la belle surprise (pour mon anniversaire, merci encore pour la petite carte!) d’avoir en plus la BD de coeur cerise! J’ai tellement hâte de tout dévorer.

J’ai beaucoup aimé l’originalité de ce SWAP. En effet, nous avions fait une petite liste de ce que nous aimions et nous avons mis un peu de nous : J’ai eu le droit à une boite de thé vanille de l’Île Maurice. C’est tellement génial !

J’ai aussi eu des goodies par millier, des bracelets, un eye liner et un désodorisant à la cerise (qui sent tellement bon) pour ma voiture.

IMG_20170524_101038105

 

Petite mention spéciale pour la bague « La reine des neiges » que j’ai eu dans un petit oeuf surprise. La bague de mon chéri fait grise mine à côté ! Et pour vous achever encore plus… C’est une bague tampon!

Pour conclure, je remercie énormément Dilshad et ses filles pour ce remarquable SWAP. C’est tellement génial 🙂

J’espère avoir l’occasion de vous rencontrer très bientôt. Ce Swap marque le début d’une grande amitié et d’un merveilleux partenariat.

Je t’adore ma p’tite m’dame préférée ❤

Si vous voulez, vous pouvez aller jeter un oeil au colis que j’ai envoyé par ici 

18

Le mage du Rumorvan – Jean François Joubert

téléchargementRésumé : On aurait dit que la Lune était rousse et que le soleil venait à peine de rejoindre l’autre hémisphère, quand tous les chiens du quartier se mirent à hurler à la mort. Un bien triste concert qui interrompit la nuit hivernale des habitants du petit village, mais des grognements et des gémissements exprimant un irrépressible effroi, avaient fait converger tous les regards dans le moindre recoin sombre. Ils sortaient tous de chez eux, jeunes et vieux se regroupant au cœur du bourg, les yeux rivés sur les nuages illuminés par un feu intense. Ils venaient de comprendre l’origine de ces cris inhumains qui donnaient cette impression unique d’apercevoir une esquisse de l’enfer. Lorsque cet événement exceptionnel arriva à l’Aber-Ildut, petit bourg aux confins de la Bretagne, les esprits des villageois façonnés par de vieilles légendes, surent que de terribles maux allaient les accabler bientôt. Le mage était mort. Assassiné. La rumeur circulera dès le lendemain, des murmures apeurés. Les langues se délieront bientôt, chaque villageois, convaincu de ce qu’il sait ou imagine. Et rien que du mauvais pour tous. L’inspecteur Lavigne va devoir comprendre leur personnalité, savoir ce qu’ils savent réellement. Qui avait intérêt à tuer le mage tant craint et respecté ? Quel en était le mobile ? Qui en voulait à ce point au rebouteux ? Solitaire et taciturne, l’inspecteur poursuivra auprès d’une population qui a toujours été effrayée par la personnalité de la victime, son côté sombre, une force obscure qu’il tirait du pouvoir de l’ombre. Qui ? Sa femme ? Sa maîtresse. Le contenu de ses livres, aussi anciens que secrets ? Lavigne va livrer une bataille muette, tenter de comprendre le contexte dans lequel vit ce bourg figé dans des croyances d’un passé qu’il croyait révolues. Et il ira de surprise en surprise, jusqu’à avoir peur de son ombre.

Mon avis : Je remercie l’auteur Jean François Joubert pour l’envoi de son roman. J’ai beaucoup apprécié cette lecture.

C’est un roman régional que l’on peut qualifier de polar/policier. Je ne sais pas pourquoi je retrouve souvent cette région de la France lorsque l’on a des crimes mystiques ou à caractère satanique mais j’avoue que je ne m’en plains pas du tout ! En effet, l’auteur parvient aisément à nous envoyer directement dans les petites rues, dans les crêperies et les cafés sur les traces de ce criminel dont on ne sait rien.

Qui dit roman policier dit multitude de personnages tous aussi captivants les uns que les autres. En effet, jusqu’à la fin, on ne sait vraiment pas qui est le criminel. On rencontre l’inspecteur Lavigne qui est en charge de cette enquête qui, au premier abord, ne semble pas être si compliquée que cela. L’inspecteur va vite déchanter devant le peu d’indice et le peu de langues qui se délient sans mettre la pression.

Certains personnages se détachent néanmoins : la femme de la victime, un jeune journaliste, une femme qui promène son chien en insultant tout le monde. Cependant, on se rend compte que les habitants de ce petit bourg breton se connaissent tous et cela apporte une fraternité certaine et l’image d’un village soudé.

L’intrigue est assez intéressante, un peu de magie et de satanisme. La victime, le mage, est connue pour être une personne qui côtoie le diable en personne. Il a vendu son âme à Lucifer. Sa femme nous relate une vie calme malgré les apparences mais surtout une manière de penser assez originale ce qui fait de lui et de sa femme des marginaux. J’ai beaucoup aimé le fait que l’on apporte l’idée d’un grimoire maudit. C’était vraiment très intéressant, cela m’a permis de passer une bonne lecture. Les maigres preuves et indices emmènent Lavigne sur des pistes différentes. On voit que la situation le dépasse… Le côté mystique le dérange mais cela n’enlève rien au plaisir que l’on a durant cette lecture.

Livre court, il n’en reste pas moins très agréable. J’ai beaucoup aimé suivre les aventures de l’inspecteur Lavigne. Il est assez terre à terre et m’a un peu fait penser aux inspecteurs Poirot et Maigret. Un inspecteur de la vieille école en soit. C’était sympathique.

J’aurais juste aimé en savoir un peu plus sur la victime et sur le côté satanique de l’intrigue. Même si on en parle, j’ai trouvé dommage que l’on n’en parle pas plus. Je pense aussi qu’un épilogue sur les devenirs des personnages auraient été sympathique aussi, à mon avis. (Ce n’est que mon avis).

En attendant, si vous voulez une petite lecture qui mêle mythe, satanisme et enquête policière, je vous le conseille vivement ! La plume de l’auteur est très belle, pleine de poésie. L’auteur parvient à apporter pas mal de suspense et nous mène difficilement sur la piste du véritable tueur.

Ma note : 15/20

19

Scandales à Easton Creek – Gaëlle Laurier

scandales-a-easton-creek-884269.jpgRésumé : Été 1860 dans l’Idaho aux États-Unis. L’arrivée du pasteur Valentine et surtout de son fils Thomas à Easton Creek ne laisse personne indifférent. Le jeune homme étant accusé de crimes dont il a pourtant été innocenté se voit être la cible de ragots. Tout d’abord décidé à ne faire aucun effort d’intégration au sein de la communauté, il sera amené à rencontrer (et secourir) la fille de l’un des fondateurs, Eden Sullivan. Mais peu à peu, des événements frapperont certains habitants parmi les plus notables, les plongeants tous deux dans une machination liée à la ville elle-même.

Mon avis : Je remercie beaucoup Évidence Éditions pour ce nouveau Service Presse. En effet, le genre assez original que nous proposait l’auteure ici m’a fait de l’œil. Scandales à Easton Creek relate une histoire d’amour dans le Far West du 19ème siècle. N’ayant jamais lu de livre sur cette période ; j’ai foncé.

J’ai passé un bon moment avec ce roman. Il y a beaucoup de points positifs. En effet, j’ai beaucoup aimé l’alternance des points de vue entre Eden et Thomas. J’ai aussi beaucoup aimé le fait que les chapitres sont assez courts : cela apporte beaucoup de dynamisme à l’histoire et on ne s’ennuie pas J’ai aussi beaucoup aimé l’intrigue : en effet, même si le cadre et le décor sont assez originaux, l’histoire d’amour entre deux êtres qui viennent de milieux sociaux bien différents n’est pas forcément très originale. Mais Gaëlle Laurier a réussi à rendre ce roman très intéressant.

On a deux personnages principaux : Thomas Valentine et Eden Sullivan. Thomascropped-cropped-Logo-évidence-éditions-final Valentine est un jeune homme qui a fait de la prison pour avoir accidentellement tué un homme. On comprend son histoire au fil des chapitres. Il est difficilement accepté par les habitants des villes et villages dans lesquels son père et lui ont tentés de se reconstruire. Son père étant pasteur, c’est très délicat, avec la réputation de son fils, d’être reconnu comme pasteur fidèle à Dieu. J’ai trouvé la relation père/fils assez touchante : son père ferai tout pour Thomas. La prison a rendu le jeune homme assez froid et distant avec les autres mais aussi avec lui-même. Par moment, il donne l’impression d’avoir peur de ses propres réactions.

De l’autre côté, nous avons Eden Sullivan qui fait partie d’une famille d’hommes. Sa mère étant morte, elle peut compter sur son père et sur ses frères pour la défendre. Institutrice d’Easton Creek, c’est une femme intelligente et très belle. Elle est courtisée par des hommes mais reste dans son coin. Elle a déjà vécu une histoire d’amour qui s’est très mal terminée. Mais la présence de Thomas va tout changer pour elle.

À travers différents scandales que l’on va essayer de coller à Thomas, on suit l’évolution de cette relation qui est très émouvante. En effet, j’ai beaucoup aimé l’évolution de ces deux personnages. En effet, la jeune Eden stricte et froide devient une jeune femme désireuse et désirable. Thomas apprend lui à laisser parler son cœur, à s’ouvrir aux autres et à laisser entrevoir la personne qu’il est réellement. Donc même si la romance prime sur cette histoire, il y a quand même une autre histoire : qui met la ville sans dessus dessous, qui sont ces gens que l’on dit « bien vus » et qui font tout et n’importe quoi pour remettre Thomas en prison ?

C’est une belle histoire qui parle de différence, de peur, d’amour mais aussi de jalousie. Bref, les filles, vous allez adorer !

Ce fut un beau moment de lecture. La plume de l’auteure est très agréable. Elle est légère et sensible mais aussi intransigeante et assez dure quand il faut. C’est très bon, l’auteure maitrise son intrigue et ses personnages. Cela est très plaisant à lire. J’espère avoir la chance de lire un nouveau roman de cette auteure que j’ai pris plaisir à découvrir.

Ma note : 15/20

14

L’écho des morts – Johan Theorin

téléchargementRésumé : Joakim et sa femme Katrine ont décidé de quitter Stockholm pour s’installer dans une vieille ferme sur l’île d Öland. Katrine et les enfants s’y installent alors que Joakim achève l’année scolaire au collège où il enseigne. Après la noyade accidentelle de Katrine, Joakim sombre dans une profonde dépression. En faisant des travaux dans la maison, il tombe sur des inscriptions mystérieuses. Il apprend alors que dans le passé, les habitants de la ferme ont souvent été victimes d’accidents mortels. Les inquiétantes légendes d’Öland refont surface et Joakim se prend à imaginer qu’à l’instar d’autres esprits, Katrine pourrait revenir. Le suspense s’épaissit. D’étranges cambriolages en série surviennent sur l’île. La jeune policière Tilda Davidsson qui mène l’enquête a bien du mal à dénouer tous ces fils qui s’entrecroisent.
Après le brouillard d’automne de L’Heure trouble, L’écho des morts, livre d’hiver sur le deuil et la mémoire, est soutenu par l’écriture sobre, très personnelle et d’une efficacité troublante de Johan Theorin.

Mon avis : Voici un nouvel audiolib que j’ai pris plaisir à découvrir. En effet, la couverture bien mystérieuse m’avait fait de l’œil à la médiathèque. C’est une grosse écoute : quasiment 12 heures, j’en ai fait des kilomètres en voiture. Oui, je n’écoute mes livres audio en voiture : je ne supporte pas rester inerte dans mon lit à écouter, ce n’est pas possible. Je me suis même surprise à laisser tourner le moteur pour en savoir un peu plus avant de rentrer chez moi.

C’est la première fois que je lis un roman scandinave. C’est beau, frais et terriblement bon ! J’ai vraiment beaucoup aimé ce premier roman. Je ne connaissais pas l’auteur et je suis persuadée que je relirai un de ses romans avec délice.

On fait la rencontre de la famille Westin qui se compose de Joakim, Katrine, Livia et Gabriel. La petite famille coule des jours heureux sur la petite île d’Öland. Ils ont racheté une maison pour la retaper. Cette maison a un lourd passé. On entend des histoires à faire peur, des morts inexpliquées…

La création d’une atmosphère incroyable se fait sous nos yeux. En effet, on se retrouve propulsé dans un quotidien inquiétant sur l’île. L’isolement insulaire est propice à ce que l’atmosphère soit pesant à souhait. De plus, cette île se trouvant au sud de Stockholm, entourée par la mer Baltique est plongée dans le noir une bonne partie de la journée, c’est l’hiver, il fait froid. On crée donc une situation et une atmosphère inquiétante.

Après la noyade accidentelle de Katrine, Joakim se retrouve dans une situation détestable : il ne supporte plus la vie sans Katrine, ses enfants sont tristes mais il n’ose pas leur dire qu’elle est morte. Livia fait des cauchemars, voit sa mère, l’appelle sans comprendre ce qu’il se passe.

On suit trois histoires en parallèle qui finiront par se rejoindre : celle de la famille Westin, celle de Tilda Davidson, une jeune policière qui mène l’enquête puisqu’en son for intérieur, elle sait que quelque chose cloche et celle de trois cambrioleurs qui volent pour revendre.

Il y a quantité de personnages secondaires qui prennent plus ou moins d’importance selon les chapitres. J’ai beaucoup aimé l’agilité avec laquelle l’auteur a fait coïncider ces trois histoires.

En plus de toutes ces histoires de cambriolages, on se retrouve avec une histoire de fantôme. En effet, Joakim trouve une petite chapelle dans sa grange pour calmer les esprits des marins morts en mer. Guerlof, un vieil homme raconte le passé de la bâtisse et de ce qui s’y est produit des années auparavant.

La plume de l’auteur est excellente ! Elle est propice à cette atmosphère lugubre et quelque peu fantastique. On frôle les limites du réel, c’est plaisant !

Ma note : 19/20 

16

Le voyageur bleu – Tome 1 : La prophétie – Olivia Lapilus

Olivia-Le-Voyageur-Bleu-T1-1ere-CouvertureRésumé : Que feriez-vous si une prophétie menaçait votre règne ? Anos, roi tyran de la planète Catiopé, est prêt à tout pour sauvegarder son trône. Il ne peut laisser quiconque détruire tout ce qu’il a mis si longtemps à bâtir et encore moins freiner sa quête du Voyageur bleu. Rien ne peut se mettre entre lui et sa soif de pouvoir. Rien à part le destin…

Mon avis : Je remercie beaucoup Olivia Lapilus pour cette proposition pour ce service presse que j’ai bien appréciée. Je suis toujours ravie de voir que les auteurs se plaisent sur mon blog et me choisissent pour lire leurs romans. C’est très valorisant pour moi alors un grand merci Olivia !

Ce que j’ai trouvé très surprenant, c’est la construction complète d’un monde fantastique ! J’ai trouvé ça très courageux, intelligent et agréable. On est envoyé sur la planète Catiopé qui est gouverné par Anos, un roi tyrannique, méchant et avide de pouvoir. Il ne recule devant rien pour pouvoir accéder au pouvoir de manière complète.

Lorsqu’un monde se construit sous nos yeux, le premier tome pose les bases. Il est obligatoire de passer par ce stade et je suis persuadée que le deuxième tome prendra plus d’ampleur. En effet, il faut s’habituer (ce qui va relativement vite, je dirai quelques chapitres) aux termes différents des nôtres pour se repérer dans le temps. Une fois passer ce détail, la lecture devient fluide. En plus, comme l’auteure est très gentille, au début du roman, il y a un petit index auquel on peut se référer pour se repérer dans les lunes et autres termes si à un moment, on se perd dans la lecture. Ça c’était une très bonne idée !

On rentre donc dans l’univers d’Olivia de manière incroyable. Anos est un roi exécrable et le mot est faible. Un tyran en puissance qui ne recule devant rien pour arriver et rester au pouvoir. En effet, il s’entoure de deux hommes horribles qui sont dotés de pouvoirs : l’un voit l’avenir et l’autre dépossède les gens de leurs âmes pour les asservir.

Une prophétie révélée dit que l’un des deux fils d’Anos le trahira et prendra sa place sur le trône. Il ne veut rien savoir, il préfère les tuer. Ce qui bien évidemment n’arrive pas, ils sont cachés et élevés par d’autres personnes qui n’ont pas eu le courage de tuer deux nouveaux nés.

On suit des histoires en parallèle qui finissent forcément par se rejoindre à un moment où a un autre. Celle des jumeaux, celle du roi qui est à la recherche d’une petite pierre bleue qui pourrait fêter son avènement au pouvoir et la troisième histoire est celle de de Dalios, un père de famille qui cache cette petite pierre bleue, après l’annonce de la rafle de tous les bébés filles nées à une certaine période de l’année, Malias, sa femme enceinte, s’en va pour sauver leur bébé. Elle y parvient, de justesse, en perdant beaucoup de choses autour d’elle mais son enfant est caché et en sécurité malgré les petits obstacles.

C’est une bonne intrigue, une bonne histoire très prometteuse. Voilà une saga du genre fantasy qu’il me tarde de continuer. Avec ce premier tome qui pose de bonnes bases, on se retrouve propulsé dans un univers incroyable. Le talent de l’auteure est indiscutable : en effet, la plume est belle, précise et très facile à suivre. L’imagination qui jaillit de ce premier tome est incroyable. On est vraiment dans une belle intrigue. La suite sort en juillet 2017. Alors un conseil, lisez cette saga qui risque d’être très prometteuse !

Ma note : 15/20

16

Une femme de ménage – Jérémy Bouquin

51koPMSI81L._SX195_Résumé : Un roman cru et fascinant : l’histoire d’une femme de ménage qui exerce ses talents sur des scènes de crimes… avant l’arrivée de la police, évidemment ! Écrit au scalpel et à l’eau de javel, ce petit bijou vous laissera pourtant avec les mains poisseuses et la peur au ventre. Sandra n’est pas une femme de ménage comme les autres. Avec elle, plus de problème : elle vous nettoie une scène de crime en quelques heures. Au lendemain d’un meurtre, d’une vengeance personnelle, pour quelques milliers d’euros, elle vous débarrasse ! Indispensable ? Peut-être un peu trop. En enchaînant les carnages, son meilleur client ne serait-il pas en train de la transformer en complice ? Et pourquoi vide-t-il ses victimes de leur sang ?

Mon avis : Je remercie les éditions French Pulp ainsi que Gilles Paris et Jules (toujours aussi gentil et prévenant). Voici une nouvelle lecture pour moi chez French Pulp. Un petit poison délicieux dont beaucoup vont se délecter.

On lit les aventures de Sandra, une femme de ménage pas comme les autres. Son boulot ? Rien de plus facile, elle nettoie les scènes de crimes des mafieux et autres personnes étranges. Elle nettoie les pièces, effaces toutes les traces dans les pièces mais aussi les corps : elle découpe, taille, met dans des sachets plastiques avec un peu d’acide puis finit par balancer les corps dans les fleuves. J’ai trouvé l’idée assez drôle au final !

Je vous avoue que j’ai eu un peu de mal avec un style assez cru des premiers chapitres. 13254289_1045349628891225_4894523684186030036_nEn effet, la description des scènes, des corps, des activités de Sandra m’ont un peu levé le cœur (je venais de prendre mon petit déjeuner et mon thé vanille a eu un peu de mal à passer). Mais par la suite, je me suis sentie à l’aise dans cette lecture : on rencontre Sandra, on vit son quotidien.

Sandra est un personnage principal assez atypique. Je ne me souviens pas avoir déjà eu à faire à ce genre de personnages. Elle est complètement dans son monde, ne ressent rien. Rien ne la répugne mais rien ne la met en joie non plus. C’est assez déstabilisant en fait, elle est complètement dénuée d’émotions, comme un robot. Elle travaille mécaniquement.  C’est assez effrayant et attirant à la fois. Comment peut-on découper des corps sans rien ressentir ? De plus, elle est vit complètement recluse, loin de toute civilisation : pas de mari, pas d’enfants, juste une vieille maison qu’elle a arrêté de retaper et un amant, le boulanger de la ville.

Le roman a une touche de fantastique sans entrer dans le monde fantastique, on danse avec quelques petites touches. Des roses qui apparaissent, des monstres qui prennent vie, on parle même d’un vampire.

L’intrigue est sympathique : Sandra a bien évidemment des soucis. Un de ses clients lui fait du chantage ainsi qu’à son associé avocat qui lui décide de partir. Sandra rate le coche et reste, vit dans la peur de mourir et de se retrouver en prison. Elle se trouve prise dans une spirale infernale. Tout lui tombe sur la tête. Les pans de sa vie se rejoignent et explosent tous en même temps. C’était assez intense.

Roman court (environ 250 pages) qui est acide mais assez bon. J’avoue que c’est le premier livre de ce genre que je lis, c’est au départ assez troublant puis on s’y fait.

J’ai trouvé la fin un peu trop rapide à mon goût, elle m’a laissé un goût de trop peu… Alors j’espère avoir une suite. J’aimerai savoir comment Sandra s’en sortira.

J’ai beaucoup apprécié la plume de l’auteure qui m’a permis de lire rapidement ce roman qui au final reste inqualifiable. Elle apporte beaucoup de dynamisme et d’ironie qui fait parfois sourire.

Ma note : 14/20