18

Tolbiac Juillet : la fenêtre de Dieu – Cédric Blondelot

téléchargementRésumé : De l’autre côté de l’Atlantique, à Chicago, une femme meurt dans l’incendie de son appartement. Deux ans plus tard, le 31 Juillet 1979, rue de Tolbiac, en plein Paris, un nouveau-né est abandonné dans un kiosque à Journaux. Alors qu’il chiait sur Le Monde et pissait sur L’humanité, un couple le trouva et l’adopta. Il fut appelé : Tolbiac Juillet. Adulte, Tolbiac devient magicien. Ne lui demandez jamais de tour avec des colombes, il les déteste. Quant à son lapin, il n’en a plus. Il l’a bouffé la veille. Mais Tolbiac n’est pas seulement doué pour la prestidigitation, il est aussi un pickpocket de génie. Sa vie bascule tandis qu’il fume une cigarette dans les toilettes d’une piscine. Il n’en sortira jamais. Aspiré par la cuvette. Oui, aspiré ! L’impensable se produit alors. Dans le monde où il émerge, Tolbiac découvre la vie qu’il aurait eue s’il n’avait pas été abandonné. 

Mon avis : Je remercie Les éditions la Völva pour leur gentillesse ainsi que pour l’envoi de ce service presse. J’ai tout de suite voulu lire ce roman qui semblait être original et très intéressant. Une chose est certaine : je n’ai pas été déçue !

Tolbiac Juillet est un personnage haut en couleur ! Il est vraiment très intéressant. Il est perdu, abandonné à la naissance, il essaye de trouver ses marques dans ce monde parsemé d’embuche. Il est drôle, on s’attache très facilement à lui. Tolbiac Juillet est un personnage très touchant, bourré d’humour (par moment, un peu à son insu). Il véhicule tant d’émotions que l’on ne peut pas faire autrement que de s’attacher à lui. On le suit, s’interrogeant sur sa personne, sur ses origines, sur ce qu’il était et ce qu’il deviendra. C’est très intéressant.

Une chose est certaine, lorsque l’on découvre ce roman, il ne faut pas s’attendre à avoir une lecture « normale » : c’est décalé et très original ! On se perd un peu au début mais une fois l’originalité apprivoisée, c’est excellent ! On démarre avec une vache, on passe par un avocat véreux mais aussi par un couple qui trouve un enfant et aussi de Kurt Cobain : J’ai eu peur de partir loin, sans pouvoir revenir en un seul morceau mais je suis heureuse de vous dire que je me suis trompée.

Même si le début est un peu long, passé les trente premières pages, on se régale ! Il faut avoir du second degré, c’est certain ! Grâce à des personnages haut en couleurs ainsi que des péripéties et action digne de ce nom, on passe un moment délicieux !

Le mot que l’on peut retenir pour ce roman est « insolite ». C’est vraiment très agréable. eitt1riuJe suis vraiment très étonnée par cette lecture et je sais que je m’en souviendrai longtemps.

La plume de l’auteur est très agréable, intelligente et nous entraîne facilement dans l’univers de Tolbiac Juillet. De par l’originalité du prénom et du personnage en lui-même ainsi que par l’originalité de l’histoire, la plume nous fait voyager. C’est exaltant. Je pense que Cédric Blondelot mérite à être connu par un bon nombre de lecteur.

Je suis heureuse de m’être laissé tenter par cette lecture ! C’est vraiment une belle aventure que l’auteur nous propose. Je ne peux que vous la conseiller.

Ma note : 17/20

 

Publicités
10

Endless Lust – Tome 1: Gibson – Aurélie Coleen

gabriel-d-angel-arekin-une-adaptation-du-jeu-is-it-love-par-nisha-editionsRésumé : La musique et les filles sont les seules préoccupations de Gibson. De scène en scène, il conquit le public avec son groupe Endless Lust et savoure ses quelques instants de gloire. Quand une célèbre maison de disques les contacte, lui, son frère Fender et son meilleur ami Terry, ils s’envolent immédiatement pour Los Angeles. Le succès est au rendez-vous, mais Gibson n’a qu’une chanson en tête. Celle qu’il dédie à la jolie blonde aux yeux bleus rencontrée quelque temps auparavant. Perdu, il ne comprend pas les nouvelles émotions qui l’assaillent. Le guitariste ténébreux arrivera-t-il à gérer ses sentiments en même temps que sa soudaine célébrité ?

Mon avis : Je remercie chaleureusement l’équipe de Nisha Editions pour cet envoi d’un premier tome de la saga Endless Lust d’Aurélie Coleen. C’était une lecture très sympathique qui présage le meilleur pour la suite. Un merci tout particulier à Marie qui est exceptionnelle et fait un travail remarquable auprès des partenaires. Merci Marie !

Comme je vous le disais, Endless Lust est une saga assez sympathique dans la collection « Diamant noir ». C’est donc une lecture pour un public averti, je vous préviens, c’est assez chaud !

On fait la rencontre de Gibson, leader du groupe de rock Endless Lust. Gibson est un mec sexy et beau et il le sait ! Il pue l’arrogance et ne s’en cache pas. Plus il couche avec des filles différentes, plus il est content. Il a des envies, des pulsions et il y cède très rapidement. Il vit dans un bus de tournée avec les autres membres du groupe Fender et Terry.

J’ai beaucoup aimé l’originalité des deux prénoms : Fender et Gibson rappellent forcément des marques de guitare. Intimement liés à l’histoire, j’ai trouvé cette idée assez remarquable ! Jusqu’aux prénoms nous avons donc un lien avec la musique.

Quand la sœur de Gibson et de Fender se cache dans la soute à bagages de leur van avec sa meilleur amie Orhan, le début des ennuis commence.

C’est un roman assez drôle. Au final, on se retrouve avec un périple à travers la route américaine, les salles de concerts et les salles d’enregistrement. Gibson mène sa vie comme il l’entend, il ne veut aucun souci, aucune complication.

L’arrivée d’Orhan fait changer les choses. En effet, elle est belle, drôle, intelligente et ne 14102321_869552063176273_1970639135923634263_nse laisse pas marcher sur les pieds. Elle résiste à beaucoup de choses, même si par moment, Gibson mérite des baffes par millier, elle garde son sang-froid et lui prouve qu’il se met le doigt dans l’œil. Par moment, il agit comme un vrai connard. J’avais envie de le baffer tellement fort. Il abuse clairement, fierté de mec oblige, il lui en met plein la figure. Le personnage de Gibson tient ses promesses : on a à faire à un mec arrogant et très macho. Les scènes érotiques sont à l’image de Gibson : dures et assez directes.

J’ai beaucoup aimé voir l’évolution de Gibson. Même si au final, le caractère ne change pas, ses agissements changent et c’est plutôt agréable de voir comment un homme peut finalement céder et écouter son cœur. Les barrières cèdent peu à peu. C’est assez fascinant.

La plume de l’auteure est assez agréable. En effet, elle nous propulse dans son univers musical où tout coïncide correctement. On assiste à un beau premier tome, j’ai hâte d’avoir la suite dans les mains pour voir ce que l’auteure nous a concocté. Les personnages sont drôles, attachants et tous très différents les uns des autres mais cela apporte beaucoup au roman qui reste dynamique, intéressant.

Ma note : 16/20

21

Toujours se retrouver – Amélia Varin

toujours-se-retrouver-epubRésumé : Julia et Clément rêvent d’avoir un enfant depuis des années. Mais, malgré tout leurs efforts, leurs bébés ne voient jamais le jour. Clément ne peut plus le supporter et décide de tout plaquer. Julia, elle, n’a pas abandonné l’idée de vivre heureuse. Qu’arrivera-t-il à nos deux héros ?

Mon avis : Je remercie vivement Évidence Éditions et Amélia Varin qui m’ont permis de lire cette nouvelle. J’ai été attiré par le résumé de cette nouvelle mais aussi parce que je connais Amélia, par le biais de la blogosphère. Amélia tient un blog que j’apprécie beaucoup. Elle y parle de littérature diverse et variée ainsi que de la culture geek.

Bref, je m’égare un peu. Revenons à nos moutons. J’ai eu la chance de lire une nouvelle « Toujours se retrouver » qui parle d’amour, de difficultés dans le couple et des difficultés à les surmonter justement.

Ce qui m’a dans un premier temps attiré, c’est la couverture que j’ai trouvé très poétique et belle.

On fait la rencontre de Julia et de Clément lors d’un moment difficile de leur vie : Julia vient de perdre son bébé, encore une fois. Clément n’arrive plus à faire face, à aider sa femme à surmonter leur chagrin. Le poids étant trop lourd, Clément s’en va et laisse Julia face à son chagrin, ses doutes et ses incertitudes.

Je vous avoue que je ne suis pas fan du genre « nouvelle ». Je n’en ai pas beaucoup lu, en effet, je garde un souvenir cuisant des nouvelles de Maupassant que j’ai lu au collège et que je n’avais pas affectionnées plus que cela. Amélia arrive, ici, à me contredire. En effet, ce qui m’embête dans ce format, c’est que c’est forcément très très court. Je n’ai pas le temps de bien comprendre l’histoire, de bien entrer dans l’intrigue parce qu’une fois que je suis dans le rythme de ma lecture, ma lecture est déjà finie…

Ici, malgré le fait qu’il n’y ait pas beaucoup de pages, on cerne beaucoup de choses au niveau des personnages. En effet, j’ai trouvé la psychologie des personnages très travaillés. Amélia nous propose deux personnages assez différents malgré le fait qu’ils sont ensemble depuis quelques temps.

J’ai aimé Julia, sa force et son courage d’aller jusqu’au bout des choses. Clément est uncropped-cropped-Logo-évidence-éditions-final peu plus en retrait, plus secret mais on parvient quand même à percer la carapace de ce personnage. On se rend compte qu’il a grandi, qu’il se rend compte qu’avoir quitté Julia, à ce moment de leur vie, était quelque chose d’effroyable et qu’au-delà de la volonté d’avoir un enfant, il y a avant tout l’amour qui unit deux personnes.

Nouvelle très fine, dans la plume, dans sa qualité qui donne envie de renouveler l’expérience au final.

J’ai beaucoup aimé les flash-back que l’auteure nous propose ainsi que les lieux géographiques distants l’un de l’autre. En effet, la morale de cette nouvelle est très appréciable et me fait croire en l’amour véritable et en ses difficultés qui peuvent, au final, être toutes insurmontables et que les kilomètres n’y changeront rien.

Une cinquantaine de pages qui sont pleines de sens, de beauté et de poésie. La vie est parfois vache, mais on a foi en l’humanité, on se dit que tout peut s’arranger même les plus gros tracas de la vie.

La plume de l’auteure est très agréable (tu ne m’avais pas dit, Amélia, que tu écrivais si bien). Elle donne envie d’en savoir plus, d’en lire plus. C’est vraiment une très belle expérience de lecture.

Ma note : 16/20

14

Our Last Days – Saison 2 – Twiny B

our-last-days,-saison-2-930496-264-432Résumé : Le destin a décidé de s’amuser avec les cœurs de Joss Tully et Bastien Moretti. Un soudain accident rapproche ces deux êtres au départ si différents. La jeune femme, originaire du Sud de la France, a arrêté ses études pour jouir de sa liberté et de la vie. Quant au mystérieux jeune homme, il a toujours vécu loin des autres pour ne pas souffrir de leur jugement. Un lien se tisse, une attirance que personne ne peut déjouer… Mais Bastien dissimule un secret qui nécessite un traitement lourd de conséquences. Joss sera-t-elle celle qui le fera renaître?

Mon avis: Je remercie chaleuresement Nisha Editions et Marie pour ce service presse qui m’a beaucoup plu ! En effet, j’avais beaucoup apprécié la Saison 1 de « Our Last Days ». Twiny B réitère pour sa deuxième saison qui était chargée en intensité ! Honnêtement, j’ai cru que j’allais fondre en larmes à la fin de cette lecture.

On retrouve Joss et Bastien, séparés depuis plusieurs mois. Bastien a eu un accident, il se retrouve sur une plage, loin de la femme de sa vie. On était un peu sur les fesses en terminant cette première saison sur ce coup de théâtre !

Bastien passe par une belle porte mais met longtemps à revenir auprès des siens qui le pense mort. Un retour à la réalité intense et difficile. Pour ne pas brusquer Joss qui a touché le fond lors de la disparition de Bastien, son frère lui demande de rester loin, le temps qu’il prépare le terrain.

Ce qui est certain, c’est qu’avec cette intrigue, la saison deux est pleine de surprise et de mystère. J’ai été étonnée bien souvent. Encore une fois, l’intrigue s’accélère, ce qui ne nous permet pas nous remettre de nos émotions. Par là, je veux dire que tout s’enchaîne assez rapidement, ce qui prouve, à juste titre, la véracité du titre. « Our Last Days » que l’on peut traduire par « Nos derniers jours » marque le fait que quelque chose va se passer.

En effet, quelque chose se passe. J’ai beaucoup aimé la sorte de diversion qu’a entrepris 14102321_869552063176273_1970639135923634263_nl’auteure. On ne s’attend pas du tout à ce que l’histoire de Bastien et de Joss se termine ainsi. Ce n’est pas plus mal d’ailleurs, ça a fait monter de quelques points ma note finale.

J’ai pu découvrir Twiny B grâce à Black Sky. Je suis ravie de compter dans ma bibliothèque numérique une nouvelle œuvre de Twiny B qui me prouve que c’est une auteure à ne pas rater, sous aucun prétexte.

La plume de l’auteure est à la hauteur de ce que j’en attendais ; En effet, j’ai pu lire des mots, des tournures de phrase qui véhiculent beaucoup d’émotions diverses et variées. J’ai beaucoup aimé lire cette deuxième saison.

Ce que deviennent Joss et Bastien est très beau. C’est un couple qui respire l’amour et la joie de vivre malgré toutes les épreuves qu’ils ont pu traverser. On tire donc une belle morale à cette histoire d’amour qui nous prouve que l’amour n’a pas de limite. L’amour est sans frontière ni barrière. C’est très agréable malgré la difficulté des mots et de la situation pour les deux amoureux.

En bref, on va de surprise en surprise dans ce monde que Twiny B nous propose. On est ballotté dans tous les sens avec ces nombreuses émotions qui maltraitent nos petits cœurs jusqu’à la dernière page. Cependant, c’est une histoire à dévorer sans modération. Twiny B monte doucement dans ma liste de mes auteures préférées. J’ai hâte d’avoir une autre histoire entre les mains.

Ma note : 17/20