8

Le château de Tanna’ Saoghal de A.J Crime

le-chateau-de-tanna-saoghal-923417-264-432.jpgRésumé : L’Écosse ; les Lands battues par les éléments, les reliefs ciselés au scalpel, des rivières innombrables s’écoulant dans les précipices berceaux des lacs, une nature sauvage comme le peuple des Highlands qui vous raconte les histoires des démons au coin du feu. Dans ce décor se joue l’affrontement éternel du bien contre le mal et de ses suppôts avides de pouvoir. Au château de Tanna’Saoghal, vous assisterez à cette lutte dans l’ascension et la décadence pour la domination des faibles esprits humains. Heureusement pour nous, quelques âmes charitables combattent les démons pour que nous soyons des proies moins faciles malgré le scepticisme généralisé et de coûteuses victoires.

Mon avis : Je remercie Évidence Éditions pour l’envoi de ce Service Presse. Je suis ravie d’avoir pu découvrir ce roman qui me faisait très envie.

En plus d’un très beau résumé alléchant, j’ai trouvé la couverture de ce roman très attirante. C’était vraiment deux bons points avant de commencer ma lecture.

Je vous avoue que ma lecture n’a pas été de tout repos parce que j’ai eu du mal à me lancer dans la lecture mais les difficultés se sont vites estompées grâce à une plume efficace, des descriptions très agréables et un cadre écossais que j’ai adoré retrouver.

Je vous avoue que je ne connaissais pas A.J Crime et sa plume et mon retour sur ce point est assez satisfaisant, j’ai été emporté dans un monde incroyable. J’ai trouvé un certain glamour et une élégance naturelle dans cette plume. J’ai trouvé qu’A.J. Crime a un côté très britannique dans ses mots. Cependant, je n’ai pas non plus réussi à avoir une lecture fluide. J’ai dû faire des pauses parce que c’était peu trop dense pour moi mais rien de grave. La qualité de la plume a su rééquilibrer cette petite « fausse note ».

L’intrigue est très bonne, on flotte entre réalité et fantastique, c’est assez intrigant. On y mêle les fantômes, les esprits à des lieux incroyables et des personnages assez divers et variés.

L’auteur parvient à nous faire des frayeurs incroyables… Franchement, je ne verrai plus les vieilles bâtisses de la même manière ! Je trouve qu’il est parvenu à faire quelque chose de prodigieux : il a su me véhiculer de nouvelles émotions. En effet, beaucoup d’auteurs savent me prendre par les sentiments et faire de moi une petite guimauve mais ici, j’ai vraiment eu les pétoches !

Les personnages sont assez sympathiques, j’ai beaucoup apprécié Bill Wallon et son cropped-cropped-Logo-évidence-éditions-finalscepticisme sur l’existence des fantômes. J’ai beaucoup apprécié l’évolution de ce personnage et de son incrédulité face à des événements paranormaux.

L’alternance entre l’enquête et le séjour des amis dans le château est aussi quelque chose d’assez sympathique qui donne une belle impulsion à l’intrigue et un bon dynamisme.

J’ai beaucoup apprécié le mélange entre les descriptions de cette terre écossaise qui m’ont beaucoup plu étant donné que je suis absolument fan du Royaume Uni et de la culture traditionnelle qu’on y trouve et le mystère et le suspens qui planent autour du château. C’est vraiment enivrant de voir à quel point on se laisse facilement perdre dans les dédales de cette sombre bâtisse.

Je préfère quand même prévenir que cette lecture n’est pas à mettre dans les mains de tout le monde, c’est horrifiant, il y a des moments très sanglants, violents et cela peut heurter la sensibilité de certains lecteurs.

Encore un grand merci à Evidence Editions qui font un travail magnifique ! Ils soufflent leur première bougie alors je vous conseille d’aller faire un tour sur leur page facebook : un sublime concours est en ligne.

Je suis ravie d’avoir découvert cette plume française avec une petite note british ! What else ?

Ma note : 15/20

 

Publicités
14

Happy Solo – Marie Lerouge

CVT_Happy-Solo_7428Résumé : Nom de code de la mission : Happy Solo. Cible : Laure, trentenaire et professeur d’anglais dans un lycée parisien. Objectif : pourrir sa vie d’heureuse célibataire et la faire revenir à la raison. C’est-à-dire la rapprocher de Gaspard, alias celui qu’elle vient de mettre à la porte. Un ophtalmo parano et trop plan-plan à son goût, que ses copines considèrent pourtant comme le prince charmant et sa mère comme le futur gendre idéal. Le plan de reconquête monté par ces dernières avec la complicité d’un agent infiltré va-t-il réussir ? L’obstination de la cible à s’enferrer dans des coups foireux, et la fuite du  » docteur Mamour  » vers d’autres horizons, risquent bien de tout compromettre. 

Mon avis : Je remercie Marie et les éditions Cotton pour ce roman « feel good » que j’ai bien apprécié.

Déjà : « Feel Good », qu’est-ce que c’est ? Personnellement, je prends parti du « Feel Good, c’est comme la Chick Lit » En effet, je ne vois pas forcément beaucoup de différences… Après, si vous voulez ouvrir le débat, je serai ravie d’étoffer mon jugement. C’est une romance –ou une histoire très souvent féminine- où l’on vit durant le temps d’un roman, l’histoire d’une jeune femme qui vient de vivre ou va vivre une expérience légèrement dérangeante. Dans le genre : perte d’un job, d’une situation, d’un petit ami. L’histoire se veut être légère et drôle. En bref, c’est ce que l’on retrouve dans le roman de Marie Lerouge « Happy Solo ».

On fait la rencontre de Laure, une jeune femme qui est enseignante et qui vient de faire quelque chose de dingue : elle a quitté son copain, Gaspard. La vie semblait belle, mais tout vient de se casser la figure parce que Laure n’en pouvait plus. Elle en avait marre de la stabilité, du manque de romantisme mais aussi de cet homme un peu trop pantouflard. Lui n’avait rien vu venir.

Laure accepte le célibat avec délectation. Elle est heureuse d’être seule et de pouvoir vivre tranquillement. Cependant, elle peut compter sur sa conscience, ses amies et sa mère pour lui faire rappeler à chaque instant qu’elle a fait une bêtise phénoménale en laissant partir son prince charmant de docteur.

L’intrigue est assez sympathique, en effet, mission de sauvetage pour Laure. Ses amies et sa mère se lient pour créer une équipe incroyable qui doit faire ouvrir les yeux à Laure. J’ai trouvé ça assez original, bourré d’humour et décalé.

1493048139

J’ai trouvé le personnage de Laure assez drôle. En effet, même si elle a la tête sur les épaules, elle est quand même assez impulsive. Son évolution est assez incroyable, j’ai beaucoup apprécié ce côté de l’histoire. Même si c’est une histoire qui se veut légère, on peut facilement en tirer quelques leçons et c’est assez appréciable en fait. Je suis vraiment contente d’avoir pu lire ce roman.

La plume de Marie Lerouge est assez sympathique, en effet, elle se prête très bien à l’exercice de la romance « Fell Good ». Elle est bourrée d’humour et de délicatesse ce qui crée un équilibre certain et très appréciable. C’est vraiment très bien dosé ce qui nous permet de lire avec une certaine délectation les aventures de Laure.

J’ai beaucoup apprécié aussi le personnage de Gaspard le Manchot. En effet, il est posé, intelligent et assez coincé, j’aime beaucoup ce genre de personnage puisque généralement, il se trouve qu’il y a une évolution assez surprenante de ce personnage, ce qui ne manque pas ici.

La mère de Laure est exceptionnelle, sa répartie et la manière qu’elle a de se soucier de sa fille sont très drôles. C’est un personnage qui apporte beaucoup de punch et de dynamisme à notre lecture et c’est top.

Par moment, j’ai quand même trouvé quelques longueurs mais qui sont très vite oublié grâce à tous les points positifs que je viens de vous citer. C’est vraiment une très belle lecture que l’on fait ici.

L’originalité et l’humour présents dans cette histoire sont excellents. Ajoutons à cela une plume bourrée de qualités et vous avez devant vous : Happy Solo.

Ma note : 16/20

12

La fourmi rouge – Emilie Chazerand

CVT_La-fourmi-rouge_4856Résumé : Vania Studel a quinze ans. Pour elle, la vie ne semble être qu’une succession d’épreuves où chacun est condamné à n’être personne. Entre sa mère morte lorsqu’elle avait huit ans, son père taxidermiste farfelu et ses relations difficiles avec ses camarades, elle se voit comme une malheureuse fourmi parmi d’autres. Mais un jour, elle reçoit un courriel anonyme qui lui révèle toute son originalité.

Mon avis : Je remercie les éditions Sarbacane pour l’envoi de ce Service Presse. Voilà un Service presse comme je les aime. C’était vraiment un excellent moment qui se solde par un énorme coup de cœur pour Vania et son histoire. Honnêtement, je n’ai jamais autant ri en lisant les aventures d’une jeune fille comme Vania.

Comme vous avez pu le comprendre, on fait la connaissance de Vania, une jeune fille un peu particulière puisqu’elle a un « œil qui tombe ». Une maladie qui ne l’empêche pas de vivre mais qui fait d’elle une « outcast » de première catégorie. Ses amis, aussi peu nombreux soient-ils sont géniaux et tous très originaux. J’ai beaucoup apprécié évolué dans le quotidien de Vania. C’est vraiment une expérience géniale !

La famille de Vania se résume à son père, puisque sa mère est partie, les laissant tous les deux mais ils s’en sortent plutôt bien. En effet, j’ai beaucoup apprécié la relation père/fille des Studel. La relation est particulière mais pas injuste, s’il faut râler, on râle, s’il faut dire les choses, on les dit et ça, c’est vraiment l’équilibre parfait dans une relation. C’est vraiment excellent.

On suit Vania lors de son entrée en seconde, là où elle pense que tout va changer, qu’elle ne va plus voir les mêmes têtes du collège mais lorsqu’elle se retrouve séparé de sa meilleure amie et qu’elle est avec son ex-meilleur ami Pierach et sa meilleure ennemie, rien ne va plus. Elle s’attend à passer la pire année de sa vie…

Même si le roman est principalement axé sur la vie de Vania, on a quand même logo-editions-Sarbacanebeaucoup d’informations sur ces amis, surtout sa meilleure amie et Pierach : son voisin et ami même si celui-ci a pactisé avec l’ennemi en s’amourachant de Charlotte, la pire ennemie de Vania. J’ai beaucoup apprécié les relations qui se tissent au fil des mots de l’auteure.

Les sujets actuels sont vraiment traités de manière assez intéressantes dans le sens où l’on rit de tout. On parvient à rire d’un sujet assez sensible en ce moment : Daesh et tout ce qui va avec. L’auteure fait ça avec tellement de subtilité qu’on parvient à rire sans être choqué. C’est vraiment exceptionnel.

Ce roman est une petite perle que les adolescents et les plus vieux peuvent lire sans aucun problème. C’est une bouffée d’oxygène.

La plume de l’auteure est assez surprenante, Emilie Chazerand est une auteure qui parvient à véhiculer les émotions aussi différentes soient-elles. C’est vraiment sympathique, on passe de l’indignation, à la tristesse, du rire, aux larmes. Enfin, surtout au rire. C’est un roman qui vous met la pêche.

En fait, j’ai vécu de nouveau mon adolescence. C’est vraiment génial. Honnêtement, on voit les bons côtés et les mauvais mais sans forcément souligner ces derniers, on s’attarde surtout sur l’aspect positif de la vie de Vania. C’est vraiment très agréable de voir cette fameuse adolescente d’un point de vue positif.

Quoi qu’il en soit, je vous le dis, il faut absolument le lire. C’est vraiment un excellent roman qui vaut la peine d’être lu. Il redonne espoir en cette décadente jeunesse que l’on voit de nos jours. La plume de l’auteure est spectaculaire !

Ma Note : 20/20

14

L’appel – Tome 1 : l’appel des éléments – Stéphane Melin

téléchargement (4)Résumé : « La prophétie te réclame, tu ne peux t’y soustraire ». Cette mystérieuse phrase va bouleverser la vie paisible du jeune Abel. Il devra quitter les siens pour parcourir des contrées inconnues, à la recherche de mystérieux compagnons qui le seconderont pour repousser la menace qui pèse sur sa Province et le reste du monde. Une lutte de chaque instant, un danger permanent, mais aussi l’amitié et l’amour, tant de choses que notre jeune héros va découvrir. Mais parviendront-ils à leur fin ? Quels sacrifices devront-ils faire pour mener à bien la mission qui leur a été confiée ?

Mon avis : Je remercie Stéphane Melin pur l’envoi de son roman en Service Presse. En effet, j’ai pris un plaisir certain à me plonger dans l’univers que l’auteur nous propose. C’est une belle aventure que je conseille à tous les fans de fantasy.

J’ai trouvé la couverture à mon goût dès que j’ai posé les yeux dessus, en effet, elle dégage un certain mystère et une bonne grosse dose d’aventures, de quêtes. Bref, c’est un roman qui allait me plaire, j’en étais certaine.

Je suis heureuse de vous dire que je ne me suis pas trompée. On part à l’aventure avec Abel, un jeune homme qui a une vie tranquille et qui se voit affublé d’une prophétie qui lui dit qu’il est l’élu, que lui seul peut sortir son monde de la torpeur.

Le premier tome de la saga « l’Appel » est pour moi, sous le signe de la quête mais on y trouve aussi une forte notion d’amitié. En effet, des liens se tissent rapidement et nous prouvent à plusieurs moments que certains liens sont indéfectibles et forts. Les quatre amis d’Abel, qu’il cherche pour suivre la prophétie, sont loyaux et fidèles. Vous savez que c’est une notion que j’aime retrouver dans les romans dans lesquels je me plonge. C’est vraiment un des points forts du roman selon moi.

J’ai beaucoup apprécié le personnage principal, Abel qui dégage des qualités que j’affectionne particulièrement chez mes personnages. Il est patient, intelligent, calme. Il a vraiment les qualités nécessaires pour aller loin. Il avoue facilement ses faiblesses dans le sens où il sait très bien qu’il ne pourra pas y arriver seul. Les péripéties qui l’attend sont dures et éprouvantes. C’est pour cette raison que les personnages secondaires sont assez importants, en effet, ils ont un rôle définis et ne font pas « potiche » dans le roman. C’est très appréciable.

La loyauté est vraiment aussi une notion assez incroyable dans ce roman puisque les cinq amis sont prêts à tout pour parvenir à déjouer le mal qui plane sur leur pays et à libérer ses habitants du mal qui les ronge !

L’univers que nous propose Stéphane Melin est assez original et intrigant. Je pense que j’ai rarement vu un univers inventé de toutes pièces aussi abouti. C’est vraiment très agréable à lire.

L’intrigue est bonne, je pense qu’elle a des choses en plus que certaines que j’ai déjà pu lire. En effet, même si la base de l’intrigue est « banale » ou encore « déjà vue », on se rend vite compte du talent de Stéphane Melin lorsqu’il s’agit d’ajouter des détails, des péripéties et des choses très intéressantes pour en faire une intrigue originale qui nous berce dans ce monde incroyable.

J’ai beaucoup apprécié la plume et l’imagination de l’auteur. En effet, on est rapidement propulsé dans un univers merveilleux, qui nous donne envie de suivre Abel et ses amis dans leur aventure et de savoir comme va se terminer cette histoire de prophétie. La plume de l’auteur est très belle, elle se prête particulièrement bien au jeu du genre « fantasy » puisqu’en effet, on est happé par l’histoire, les personnages et l’intrigue très rapidement.

Personnellement, j’ai avalé ce roman en une journée (bon, j’ai quand même une pause pour m’alimenter) mais j’ai vraiment beaucoup apprécié ce premier tome qui promet de nombreuses surprises pour la suite de l’aventure. Vivement le tome 2 !

Je terminerai en disant que j’ai rarement lu de si bon roman fanstay français. Depuis la saga « les hauts conteurs », je ne me suis pas perdue cœur et âme dans un roman pareil.

Ma note : 18/20

 

16

L’objet de mon affection – Louis Lucas

téléchargement (3)Résumé : La vie est un parcours semé d’embûches, un chemin de croix qu’il est préférable d’emprunter à deux. Certains attendent l’amour pour se lancer, d’autres ne le font pas, par peur de la solitude, par résignation ou parfois parce que le destin en a décidé autrement.

Mon avis : Je tiens à dire un grand merci à Louis Lucas, l’auteur, pour m’avoir permis de lire son roman. En effet, ce service presse est tout à fait étonnant.

J’apprécie toujours les échanges que j’ai avec Louis, en effet, en plus d’avoir écrit un bon roman, on se rend très vite compte qu’il est intéressant et très cultivé. C’est vraiment très agréable.

J’ai beaucoup aimé la délicatesse, la poésie et la subtilité qui se dégage de ce roman. Il se lit très rapidement parce qu’il n’est pas très épais mais cette impression de « trop peu » est rapidement équilibrée par la beauté de la plume.

On fait la rencontre de Léo, dans un train en provenance de Rouen et en direction de Paris. Jeune homme très discret, il beaucoup de temps le nez dans les romans ou à observer les gens dans le train. Il se perd dans les contemplations des gens, des paysages. Doux et rêveur, il est un jeune homme très intéressant. On dirait qu’il sort tout droit d’un roman du XIXème siècle tant il aspire aux mêmes qualités que les hommes de ce dit siècle. C’est une belle sensibilité masculine qui peut, par moment, cruellement manquer dans les romans modernes. Ici, on est servi avec Léo.

Lors d’un trajet en train, Léo fait la rencontre d’Olivia, une jeune femme très belle, sensible et elle aussi très intelligente.

J’ai beaucoup apprécié la fragilité et la douceur qui se sont émanées de cette rencontre aussi hasardeuse fut-elle dans ce train. J’adore la poésie des mots de l’auteur. C’est vraiment un beau livre.

Léo n’a pas envie de quitter Olivia, ni ce train qui lui a permis de découvrir une femme exceptionnelle. Cependant, s’il vient sur Paris c’est pour être avec son amie Julia. Tout oppose ces jeunes personnes. C’est vraiment un couple étrange où l’on dirait que tout est fait mécaniquement et que Léo est avec Julia pour ne pas être seul. J’ai trouvé ce couple déstabilisant et désarmant.

Léo rejoint Julia sans grande conviction, par habitude. On suit leur routine sans amour de sa part. L’aveuglement de Julia sur les sentiments de Léo à son égard est alarmant. Comment fait-elle pour ne pas se rendre compte de ça ? Personnellement, je pense que je m’en serai rendu compte.

Léo retrouve Olivia a quelques reprises, il apprend à la connaître, à l’apprivoiser et j’ai adoré ce petit couple qui commençait à prendre de l’ampleur mais en gardant un côté très mystérieux. On a l’impression qu’Olivia échappe constamment à l’emprise de Léo. En effet, elle disparaît, garde le silence puis revient. S’en est déroutant à certains moments. Cependant, j’étais un peu mal pour Julia jusqu’à ce que l’intrigue atteigne un point culminant et que toute la culpabilité s’est envolée en un rien de temps.

La fin du roman est assez surprenante. J’ai été surprise au début puis… Après mure réflexion, je me suis rendue compte que cette fin était aussi belle que le reste du roman. Poétique et surprenante. J’invite chaque lecteur à se perdre dans les mots de Louis Lucas. La plume de Louis Lucas est très prenante, belle et hyper poétique. On passe vraiment un excellent moment avec ce petit roman très chouette.

Ma note : 18/20