14

Léna – Anne Saulot

51Mmfd2YHKL._SX195_Résumé : A quinze ans, quand elle rencontre Vince sur les bancs du lycée, la vie de Léna a sombré dans le chaos. Son père est parti avec une femme plus jeune, sa mère s’est suicidée et elle vient d’emménager chez ses grands-parents avec sa sœur cadette. Grâce à lui et à son nouveau groupe d’amis, elle retrouve un certain équilibre, mais, ils ont beau s’aimer, tous deux ont des aspirations différentes. Lui est épris de musique et de liberté, elle, écrasée par son lourd passé familial, est tétanisée par la peur de souffrir.

Au fil des années, leurs chemins n’auront de cesse de se croiser…

Mon avis : Je remercie énormément Évidence Éditions pour l’envoi de ce service presse. Je suis ravie de cette lecture qui m’a beaucoup plu.

Première chose qui me saute aux yeux : la couverture que j’ai adoré! C’est vraiment un très bon choix.

J’avais déjà chroniqué le roman d’Anne : Love Story au collège. Ici, sans mauvais jeu de mots, on est passé dans la cour des grands ! Fini les amours de collège, bonjour les grandes histoires d’amour bien compliquées entre deux personnes qui ne font que s’attirer et se repousser.

Je voulais personnellement remercier mon amie Anne. En effet, à la découverte de son premier roman, nous avons beaucoup échangé sur beaucoup de sujets et c’est avec grand bonheur et surtout très grand honneur que j’ai trouvé mon nom dans les remerciements. Si vous saviez à quel point cela m’a fait chaud au cœur, alors Anne, je te remercie du fond du cœur pour ta confiance !

On fait la rencontre Léna –Hélène de son vrai prénom- qui n’a pas eu une vie facile. Un père qui trompe sa mère, une mère qui se suicide et qui laisse deux filles à ses parents. C’est vraiment très compliqué à gérer.

Le quotidien de Léna n’est pas tout rose ni un long fleuve tranquille. On voit une vie cropped-cropped-Logo-évidence-éditions-finaldécousue mais Léna finit toujours par s’en sortir, se relever et admirablement bien s’en sortir. C’est vraiment une personne courageuse, un peu trop têtue à mon goût et un peu trop brute par moment.

D’un autre côté, on fait la rencontre de Vince, un jeune homme charmant, sexy à souhait qui en plus parle anglais (moi, je suis convaincue, déjà ! C’est un jeune musicien qui va finir par percer dans le milieu de la musique avec ses amis.

Ces deux personnages ne vont pas arrêter de se retrouver pour mieux se quitter pour mieux se retrouver et ainsi de suite. Certains pourrait y trouver à redire, moi, j’ai trouvé qu’Anne menait sa barque avec brio. C’est vraiment un roman plein de situations drôles, cocasses et pleines de rebondissements.

A travers la vie de Léna et de Vince, on retrouve des personnages secondaires haut en couleur comme Clémence et Patty qui sont la sœur et la tante de Léna mais aussi Carole et Alex ses amis. Sans compter sur Nico, cousin de Léna et ami de Vince ou encore Kris. J’ai trouvé que chaque personnage : principal ou non apportait quelque chose de très sympathique au texte d’Anne. En effet, leurs psychologies sont tellement différentes et décrites que l’on comprend que certains ne peuvent pas faire s’en d’autres et inversement. J’ai trouvé cette note délicate. C’est vraiment de très bons personnages qu’Anne nous propose ici. Le seul personnage que je n’ai pas su apprécié, c’est Clémence, la sœur de Léna qui m’a vraiment tapé sur le système à toujours vouloir avoir raison et une sale tendance à vouloir tout contrôler.

Ce qui m’a beaucoup surprise, et dans le bon sens du terme, c’est l’évolution de la plume d’Anne. Moi qui ai lu Love Story au collège, j’ai senti une nette différence dans l’écriture de ce second roman. C’est plus abouti, travaillé. Les mots employés sont employés au bon moment et au bon endroit. La plume est belle, drôle et efficace. On apporte ici beaucoup de dynamisme au roman avec le thème de la musique, les caractères des personnages mais surtout grâce à cette plume qui nous permet de mettre notre nez dans le roman sans vouloir le quitter avant le point final.

En conclusion, je pense que l’on peut dire que c’est un carton plein pour ce roman ! Je suis très heureuse d’avoir pu le lire aussi rapidement et encore merci à Anne pour cette gentille et honorable mention à mon égard

Ma note : 19/20

 

Publicités
12

Pense à moi – Saison 2 – Emmanuelle Aublanc

23376139_558360351173383_5022752427172953690_n.jpgRésumé :  Sara n’est plus là même depuis la disparition tragique de Simon. Cinq années douloureuses se sont écoulées, mais la jeune femme est encore hantée par son souvenir. Malgré le réconfort apporté par sa sœur, difficile pour Sara de se reconstruire sans celui qu’elle a tant aimé et qui l’a brusquement abandonnée. Chaque jour, sa fille Gabrielle lui rappelle un peu plus son premier amour. Une soirée exceptionnelle. 
Une exposition. Nate, un photographe séduisant, bourré de talent… et persévérant. Cette fois, il n’est plus question de fuir. Il est temps d’affronter les tourments. Le jeune homme est bien décidé à faire battre à nouveau le cœur de Sara… Saura-t-elle oublier le passé pour ouvrir les bras à un avenir radieux ?

Mon avis : Je remercie chaleureusement une nouvelle fois, Marie et l’équipe de Nisha Editions. En effet, je suis toujours friande des propositions de Service Presse que cette maison d’édition fait. J’avais beaucoup apprécié la première saison de Pense à moi, c’est donc avec avidité que je me suis empressée de lire cette deuxième saison qui s’avère être au-delà de mes espérances.

On retrouve Sara, après la mort de Simon qui lui a laissé un trou à la place du cœur. Heureusement que sa sœur est présente ainsi que sa fille, Gabrielle (j’adore tellement ce prénom). On retrouve donc Sara entourée de sa famille mais cependant, rien ne lui permet d’oublier Simon. Ce n’est pas possible pour elle, elle vit dans l’ombre de leurs souvenirs, elle n’arrive plus à avancer.

Malgré tout, elle vit pour sa fille, à travers qui elle voit Simon. J’ai trouvé vraiment adorable cette petite fille qui ferai tout pour revoir un vrai sourire sur le visage de sa mère. J’ai trouvé leur relation très belle : toutes les filles devraient avoir une relation ainsi avec leurs mères. Bref, passons.

Le personnage que j’ai aussi trouvé génial c’est la sœur de Sara qui fait tout pour la sortir de sa torpeur, elle l’aide, elle l’aime, elle fait tout pour sa sœur et sa nièce mais cela ne semble pas suffisant. Sara a un sale caractère, elle ne se laisse pas faire et reste bornée. Par moment, elle sait se montrer agaçante.

Le personnage de Sara a beaucoup évolué depuis la première saison, en effet, on n’a plus14102321_869552063176273_1970639135923634263_n à faire à la jeune adolescente que l’on avait dans la première saison. C’est une jeune femme qui a des responsabilités et elle s’en montre à la hauteur. Ce qu’elle a du mal à faire c’est lâcher prise. Elle est trop stricte avec elle-même, elle ne se permet pas d’écarts. Elle ne veut pas oublier Simon et fait tout en œuvre pour y parvenir : elle ne sort pas beaucoup, elle ne voit pas de garçon, elle ne se laisse pas séduire. Je vous avoue que ce personnage fermé m’a vite ennuyé. J’ai été ravie de la voir s’ouvrir assez rapidement quand même.

On fait aussi la rencontre de Nate, tout de suite séduit par la belle Sara. Je pense que l’on peut dire qu’il est très courageux étant donné tout ce que Sara lui fait subir. N’ayant aucune envie d’oublier Simon ni aucune confiance en Nate, elle ne se laisse pas avoir rapidement et cela prend beaucoup de temps. En plus d’être courageux, il est très patient et prend soin de Sara et de Gabrielle de manière remarquable.

J’ai beaucoup apprécié l’intrigue, qui en somme, reste assez banale mais la plume d’Emmanuelle Aublanc parvient à nous embarquer dans un monde que j’ai pris beaucoup de plaisir à découvrir. J’ai beaucoup apprécié les mots utilisés par l’auteure : en effet, elle manie très bien la langue française et les mots employés sont justes et beaux.

Je ne peux que vous conseiller de lire cette Saison et de lire les deux si vous n’avez pas encore mis votre nez dans les romans d’Emmanuelle Aublanc !

Ma note : 18/20

 

22

Les lettres volées – Silene Edgar

51zGXC8kwbL._SX195_Résumé : À l’époque des Précieuses en 1661, Mlle de Sévigné, fille de Madame et âgée de 16 ans, fait son entrée à la Cour. Françoise y vit nombre d’aventures – sans toutefois en parler à sa mère… notamment pour ce qui concerne l’enquête qu’elle mène afin de retrouver un papier compromettant qui prouverait l’existence d’une liaison entre sa mère et Fouquet. Serait-il le père secret de Mlle de Sévigné ?

Mon avis : Lorsque je suis allée à la médiathèque, secteur jeunesse, j’ai trouvé ce roman. J’étais heureuse, j’en ai tellement entendu parler que je n’ai pas pu faire autrement que de tenter l’expérience. J’ai aussi pris le roman 14-14 mais malheureusement, je n’ai pas trouvé le temps de le lire. Ayant plus de préférence et d’aisance avec le 17ème siècle, je me suis lancée dans cette aventure.

Pour ceux qui me suivent depuis un petit bout de temps, vous savez certainement que j’ai un faible pour cette période de l’histoire qui, je trouve, fait vraiment ressortir toute la grâce et l’excellence de notre cher pays avec le richissime château de Versailles et l’élégant et prodigieux roi qui l’accompagne : Louis XIV. En effet, je sais qu’il y a aussi une partie de la population en réelle souffrance mais j’ai toujours apprécié la manière dont cette période de l’histoire est traitée.

Ici, c’est un œil neuf, pour les plus jeunes qui s’adonne à la tâche de nous faire traverser les siècles pour rencontrer la jeune Mademoiselle de Sévigné.

J’ai dévoré ce roman. Je vous avoue que je me suis prise au jeu de la découverte, de l’enquête et de l’intrigue familiale qui sont décrites et racontées tout au long de cette histoire.

J’ai apprécié faire la connaissance de Mademoiselle de Sévigné. En effet, elle est jeune, pimpante et ne prend vraiment pas les gens de haut vu son statut. Au contraire, elle est férue de toutes les aventures que la vie lui offre. Elle a des amis paysans mais aussi servantes. Ils s’amusent à se déguiser, à prendre la place de l’autre.

Françoise fait son entrée à la Cour sous les yeux de sa mère, sévère et juste selon elle. J’ai trouvé l’intrigue assez rondement mené. On ne s’ennuie pas même si l’on devine quelque peu comment l’histoire va se terminer.

Françoise est sur la piste de son père. Elle part à la recherche d’un papier, d’une lettre compromettante mettant en scène une soit disant relation entre Fouquet et Madame de Sévigné. Le couple mère/fille De Sévigné est connu pour leurs lettres. Les échanges sont vraiment divertissants et plaisants à lire. J’ai donc trouvé cela très intéressant de mettre en avant une lettre compromettante.

Le personnage de Françoise est assez intéressant : elle n’a pas froid aux yeux, elle ne se laisse pas faire. Ce qui met, par moment, sa mère dans tous ses états. Elle se fait souvent punir pour ses affronts mais n’en sort pas moins déterminée à ne pas se laisser faire dans la vie. Elle est courageuse et à l’esprit de famille. Elle ne se laisse pas abattre par la peur et les mensonges qui séjournent à la Cour. Elle veut retrouver ce papier qui sauvera l’honneur de sa mère. C’est vraiment agréable d’avoir un jeune personnage qui dégage autant de belles valeurs !

La plume de l’auteure se prête très bien à ce roman. Elle est jeune, pleine de dynamisme et nous permet de passer un excellent moment en compagnie de tous ces personnages. Le seul bémol que je trouverai à ce roman c’est les stéréotypes que l’on peut trouver sur la Cour de Versailles mais franchement, je suis tatillonne : il se lit très facilement.

Je vous le conseille si vous voulez une belle histoire, courte et rapide. Pour les plus jeunes, il vous permettra d’appréhender le 17ème siècle d’une manière amusante et faisant la rencontre de ces personnages qui ont participés à la fondation de la France.

Ma note : 16/20

 

23

Save Our Souls : Tome 1 : Sans attache – Elle Guyon

51byKYMWg8L._SX195_.jpgRésumé :  Sous une écharpe élimée et un blouson trop grand pour lui, Aldric s’obstine à cacher aux autres lycéens sa vie de marginal. Mais une succession de mauvais choix le précipite vers une issue fatale. Loin d’en avoir conscience, il agresse même la seule personne capable de modifier son avenir, la jeune Riane. Épaulée par son gardien, un immortel, celle-ci tente le tout pour le tout pour défier le destin et lui sauver la vie, car c’est la survie de sa propre âme qui est en jeu ? Mais comment mener sa mission à bien quand celui que vous devez protéger se rebelle et quand votre allié vous cache des informations capitales ?? Et si ce qui s’est passé il y a plus de trois cents ans était la clé de la réussite ?? Premier tome de la trilogie fantastique pour jeunes adultes Save Our Souls, Sans attache a été primé lors du concours d’écriture Librinova-Draftquest en 2017.

Mon avis : Je remercie Elle Guyon pour l’envoi de ce service presse que j’ai beaucoup apprécié. Il est vrai que j’ai pris du temps à lire ce roman mais je me suis délectée de chaque page. C’était un vrai régal pour moi.

Nous faisons la rencontre d’Aldric, un jeune homme complètement marginal. En effet, j’ai trouvé ce personnage très intéressant. C’est un jeune homme, un lycéen qui vit dans la rue. Il s’échine à cacher aux autres élèves sa condition très particulière. Il n’hésite pas à agresser, voler, bousculer les gens pour pouvoir survivre.

D’un autre côté, nous suivons Riane, une jeune femme assez singulière et particulière. Elle a une mission : sauver Aldric d’une morte imminente. Quoi qu’il arrive, elle s’échine à le protéger et à lui sauver la peau. Ce n’est pas vraiment facile avec Aldric qui s’efforce de la repousser, à se rebeller et à se mettre dans toutes les situations dangereuses possibles et imaginables. J’ai trouvé ce côté assez original : rare de voir une fille protéger un garçon. Riane devient l’ange gardien d’Aldric. J’ai trouvé cela très sympathique.

Rapidement, on se rend compte que les deux destins sont liés. C’est vraiment une notion qui m’a suivi tout au long du roman : si l’un meurt, l’autre aussi. Riane montre des forces incroyables pour sauver Aldric. Elle est très courageuse et je trouve que c’est un des traits de son caractère que j’ai beaucoup apprécié dans ce premier tome.

J’ai beaucoup apprécié l’intrigue qui ficelle parfaitement les péripéties. On est plongé dans une intrigue très prenante et un univers assez incroyable. On est sur les dents tout au long du roman, les missions sont assez bonnes : on a toujours une épée de Damoclès sur la tête, c’est minuté, précis. Bref, un pur régal !

La découverte des personnages secondaires était aussi quelque chose de formidable : Jérémy et Gebrail qui sont les anciens anges gardiens de Riane. J’ai beaucoup apprécié la psychologie de ces personnages qui prouvent encore une fois qu’il ne faut pas se fier aux apparences et qu’ils cachent beaucoup de choses.

Les retours historiques sont précis, tout à fait possibles et c’est très appréciable. Cela apporte beaucoup à l’intrigue et à notre compréhension de ce premier tome.

La plume de l’auteure est très prenante. Elle a beaucoup de talent et nous propulse dans son univers très facilement. En effet, on ne veut pas quitter Riane et Aldric. On veut savoir comment ça va se terminer pour eux mais on n’y parvient pas forcément.

La fin de ce tome un est tout à fait révoltante ! Ce n’est pas possible de nous laisser ainsi jusqu’au prochain tome (si je me souviens bien, il sortira début 2018). C’est inhumain de laisser ses lecteurs sur une action pareille ! ^^

Je conseille ce roman à tous ceux qui aiment le fantastique avec une point d’historique. C’est une histoire très prenante, exceptionnelle et très intéressante.

Ma note : 19/20

24

Harry Potter – Collectif

Harry Potter et le prisonnier d’Azkaban illustré – Jim Kay et JK Rowling

Résumé : Après des vacances mouvementées chez les Dursley, Harry Potter retrouve ses deux amis, Ron et Hermione, pour prendre le train qui les ramène à Poudlard, l’école des téléchargementsorciers. Aux dernières nouvelles, Sirius Black, un agent de Voldemort, se serait échappé de la prison d’Azkaban. Il serait l’assassin d es parents de Harry et chercherait à éliminer le dernier Potter. Version grand format et illustrée.

Mon avis : Quelle merveille ! Les fans d’Harry Potter vont être sous le charme de cette magnifique version de leur saga préférée. En tout cas, moi, je suis comblée. Elle est magnifique ! Les illustrations apportent beaucoup au roman. J’ai eu l’impression de le lire sous un jour nouveau c’est excellent !

Le carnet des forces du mal

Résumé : Retrouvez Gellert Grindelwald, Lord Voldemort, les maléfices et les terribles créatures du monde magique, ainsi que les héros qui les ont affrontés : élèves de l’armée de Dumbledore, membres de l’Ordre du Phénix mais aussi Aurors du MACUSA et Non-Maj’.Un carnet aux surprises étonnantes : avis de recherche, cartes à collectionner, stickers, et bien d’autres encore

Mon avis : Je suis très enthousiaste lorsque je vois un carnet dans ce genre. On a l’autre côté de l’univers de Rowling, celui des méchants. On n’a pas que les méchants que l’on connait pas aussi ceux dont on a beaucoup entendu parler sans forcément les côtoyer et les voir. C’est vraiment très intéressant de voir ce petit carnet bourré d’illustrations ludiques en tout genre ! C’est vraiment à mettre entre les mains des petits et grands fans d’Harry Potter et des animaux fantastiques.

La magie au cinéma T3 – Bonnie Burton

Résumé: Découvrez les objets magiques des films « Harry Potter » et « Les Animaux fantastiques ». Baguettes magiques, balais volants, valise remplie de créatures… le monde des sorciers est peuplé d’objets enchantés. Cet ouvrage fascinant dévoile les coulisses des films et révèle les secrets de fabrication d’une multitude d’objets de légende de la saga « Harry Potter » et des « Animaux fantastiques ». Du Vif d’Or aux Horcruxes de Voldemort, en passant par la valise de Norbert Dragonneau, chaque objet est présenté avec précision, accompagné de prototypes, de dessins préparatoires, de photographies… Fourmillant de surprises – autocollants, bonus détachables, rabats à soulever – ce livre somptueusement illustré offre une expérience exceptionnelle du Monde des Sorciers de J.K. Rowling.

Mon avis : J’ai poursuivi ma découverte de ce magnifique colis avec ce troisième volume de « La magie au cinéma ». Ici, on s’intéresse aux objets magiques qui ont une place très importante dans l’univers de JK Rowling : on passe des baguettes aux horcruxes en passant par les reliques de la mort. On s’interroge sur tout et on en apprend beaucoup, c’est palpitant.

Harry Potter Séances magiques. Le sortilège du Patronus – Scott Buoncristiano

Résumé : EXPECTO PATRONUM ! Grâce à ce livre magique, le lecteur redécouvre le plus célèbre des sortilèges de défense et rejoue les scènes mythiques des films Harry Potter.

Mon avis : J’ai trouvé ce petit livre très amusant. En effet, on retrace le sortilège du Patronus avec des petites illustrations très sympathiques ainsi que des petits jeux amusants. J’ai trouvé le livre objet très beau, les illustrations sont belles et nous donnent envie de nous replonger dans l’univers d’Harry Potter très rapidement. Cela est très sympathique.

En bref, je remercie encore une fois les éditions Galimard ainsi que l’équipe de Gilles Paris pour ce merveilleux coffret qui m’a tellement plu et qui me permet d’étoffer ma collection Harry Potter. Je suis persuadée que cela pourrait plaire à tous les fans et surtout… Ce sont de merveilleuses idées pour Noël. Il faut y aller !

Ma note : 19/20  

 

18

In real life – Chris Auguste

couv-criri-40000-400x605.jpgRésumé : À quinze ans, Angela redouble sa seconde. Menacée par sa mère d’être envoyée dans le même lycée professionnel que son tortionnaire de frère, elle se réfugie dans l’écriture. Elle veut vivre de la littérature, mais pour cela, elle doit réussir son année. Sur un forum d’écriture qu’elle fréquente, Angela va trouver de l’aide en la personne de Petite-Fleur.

Mon avis : Je remercie Virginie et Amélia pour le travail formidable qu’elles font depuis quelques mois pour faire vivre le prix des auteurs inconnus. En effet, je trouve cette aventure remarquable. Je suis très heureuse et fière de faire partie de cette toute nouvelle aventure et j’espère voir, pendant encore plusieurs années, ce prix évoluer et faire des heureux.

J’ai pu lire : In Real Life de Chris Auguste. Vous savez que pour pouvoir être lu par le comité de lecture, il a gagné sa place parmi les dix meilleurs ouvrages selon les lecteurs. Ici, je suis heureuse d’avoir voté pour ce dernier.

On fait la rencontre d’Angie, une jeune fille que j’ai trouvé remarquable. Elle n’est qu’une adolescente de 15 ans mais qui semble porter le poids du monde sur ses épaules. En effet, elle s’accroche comme elle le peut en cours, surtout en mathématiques pour réussir son année de seconde qu’elle redouble, elle essaye de tout faire pour que sa mère l’aime, l’accepte et lui sourit. Elle fait tout pour que son père soit fier d’elle mais surtout elle essaye de se rapprocher de ce frère qui lui fait vivre toutes les misères du monde.

21558808_10155840743672376_432604085835244817_n.jpg

Je me suis vite attachée à cette jeune fille qui veut plaire à tout le monde, être gentille avec tout le monde. Elle est pleine de compassion et de bonne volonté mais souvent à ses frais. Je pense que c’est un point fort de ce roman, le personnage principal est fort et plein de courage. Cela solidifie le roman de manière considérable.

Dans cette famille qui bat de l’aile, Angie ne parvient pas à trouver son refuge comme les filles de son âge. Son père est triste parce que sa mère a un comportement détestable. Sa mère semble ne jamais être heureuse du comportement de sa fille mais semble adorer son fils qui lui-même semble détester Angie. On est dans une famille qui implose et qui en fait voir de toutes les couleurs à la jeune fille. Le rôle de son frère est vraiment bien trouvé. J’ai beaucoup apprécié les confrontations et la psychologie de ce personnage qui est loin d’être bon.

Elle trouve refuge sur internet. Au début, je pensais vraiment que cela allait être un vecteur négatif. Qu’on allait encore bien appuyer sur les méfaits d’Internet (oui, je sais il y en a, rangez vos matraques) mais on oublie souvent de parler des bienfaits de ce dernier et j’ai trouvé qu’il y avait un bel équilibre entre ces deux notions dans le roman de Chris Auguste ce qui apporte vraiment quelque chose de sympathique.

Elle devient rapidement amie avec Petite Fleur et Malik qui la soutiennent, la supportent dans ce qu’elle fait. C’est vraiment une belle amitié virtuelle qui se dessine.

On a un beau parallèle entre la vie quotidienne qui la fait souffrir et la vie virtuelle qui tend à être son lieu de réconfort en période de crise.

On touche des sujets sensibles qui pourront plaire aux plus jeunes comme aux plus vieux. Je les ai trouvés très bien exploités. J’ai trouvé que le récit était bien ficelé et que l’intrigue prenait rapidement de l’ampleur. On sent une gradation permanente dans les émotions de la jeune fille, dans ce qu’elle subit, dans les péripéties. J’ai trouvé la construction de l’aventure très intelligente.

Les mots de l’auteure sont forts, sensibles et beaux. Ils touchent et sont très justes.

En bref, je vous conseille à toutes et à tous de lire ce petit roman qui ne vous fera pas de mal, bien au contraire! ^^

Ma note : 17/20

 

10

Privé d’origine – Jerémy Bouquin

téléchargementRésumé : L’Italie des années de plomb. Tandis que les brigades rouges mettent le pays à feu et à sang, Marco, un jeune idéaliste, se compromet dans un braquage qui tourne mal. La suite sera une longue fuite qui, de la Corse à Paris en passant par Bourges, l’amènera à fréquenter tout ce que la France compte de groupuscules révolutionnaires… et les flics qui les infiltrent ! 
France, de nos jours. A la recherche de ce père pas comme les autres, Kloé va devoir se plonger dans le roman noir des années Mitterrand… Entre vieilles passions et secrets d’État, elle va découvrir que les utopies révolutionnaires n’ont pas fini de faire rêver… ni de tuer. Flanquée d’un privé tourmenté et d’un flic sur le retour, parviendra-t-elle à éclaircir le mystère de ses origines ?

Mon avis : Je remercie une nouvelle fois Gilles Paris ainsi que Jules pour l’envoi de ce service presse. Je prends aussi quelques mots pour remercier les éditions French Pulp qui nous proposent toujours des lectures diverses et variées. J’avais découvert Jérémy Bouquin grâce à « une femme de ménage » dont je gardais de bons souvenirs. Ici, ma lecture fut un peu plus difficile mais j’en tire quand même des points positifs !

On fait la rencontre de Kloé, une femme qui est née sous X et qui décide du haut de sa trentaine de faire des recherches sur ses parents biologiques. Même si l’idée n’a rien de révolutionnaire, j’ai trouvé ça original de voir qu’elle s’y prend plus tard que ce à quoi nous pourrions penser. En effet, généralement, les gens qui recherchent leurs parents biologiques le font beaucoup plus tôt, on nous souligne en plus le fait qu’elle rêve de le faire depuis toute petite ! Mais bon, on nous prouve ici, encore une fois, que tout le monde est singulier et que le temps nécessaire à l’un n’est pas forcément suffisant pour un autre. Cependant, j’ai trouvé des petites incohérences dans le roman. En effet, loin de moi l’idée de dire qu’à trente-deux ans on n’est plus jeune mais vieux, j’ai quand même trouvé un peu étrange de lire « la jeune fille » à plusieurs reprises : jeune femme à la rigueur je suis complètement pour mais quand on me parle de jeune fille je m’attends à une adolescente. Enfin bref, ce n’est qu’un détail.

Kloé est un personnage comme je les aime. Elle est rebelle, curieuse, joue dans un groupe de rock. On peut la qualifier de rockeuse très facilement. J’aime beaucoup sa manière de se plonger corps et âme dans quelque chose qui la passionne. Ici, elle part à la recherche de son père et cela va l’emmener loin, très loin, beaucoup plus loin de là où elle pensait aller.

En parallèle, on découvre la vie de Tony, décousue, incertaine, pleine de dangers et de 13254289_1045349628891225_4894523684186030036_nrebondissement. On est plongé dans une période historique que je ne connaissais pas mais qui me plaisait bien à la lecture du résumé de ce roman. Cependant, la magie n’a pas opéré comme je l’aurais souhaité. On voyage, on voit du pays, on part à l’étranger et cela m’a plu.

L’alternance des chapitres entre notre époque et les années 1980 m’a déplu dans le sens où c’est trop régulier. On quitte l’un pour retrouver l’autre et j’ai eu l’impression d’assister à un match de tennis. Ca m’a très vite fait perdre mon rythme de lecture. Même si l’alternance est quelque chose de sympathique, ici, de manière trop régulière, elle m’a fait perdre quelque chose en cours de route. Dommage !

J’ai trouvé, cependant, le côté historique assez bien développé et amené. C’est une période qui se révèle être intéressante et qui m’a rendue curieuse.

Cependant, cela ne change pas le fait que certaines actions et péripéties sont attendues et se déroulent sans forcément de suspens ce qui gâche un peu le plaisir de la lecture

Ce n’est pas le meilleur roman de Jeremy Bouquin bien qu’il ait des points positifs non négligeables.

Ma note : 14/20