12

Kenan, redresseur de foi – Épisodes 1 et 2 – Anthony Holay

9791034201952.jpgRésumé : Quand vient la nuit, des bruits atroces hantent le village de Mana… Ce soir-là, Pline et sa famille en font les frais. Grincements, raclements, puis visions d’horreur les poursuivront encore au matin, jusqu’à ce que Kenan, Redresseur de Foi en mission, arrive dans le hameau. Toutefois, il ignore que pendant ce temps, à la cité royale d’Alstore, des inquiétudes rongent son Officiant supérieur… Après la mini-série « Les disparus de Karia », retrouvez Kenan dans une nouvelle aventure plus glaçante encore !

Mon avis : Je remercie chaleureusement Nutty Sheep éditions pour le travail abattu chaque jour et les services presses proposés qui sont divers et variés. Ce choix dans les Services Presse me plait beaucoup, je découvre toujours de nouvelles choses qui sont assez sympathique.

Déjà, j’aime beaucoup la couverture de ces deux épisodes. Je trouve vraiment qu’elle plante déjà le décor. On sait à quoi s’en tenir. Elle est attirante selon moi et m’a promis un bon moment de lecture, ce qui est chose faite !

J’avais déjà découvert la plume d’Anthony Holay avec la mini-série « Les disparus de Karia » que j’avais beaucoup apprécié. Ici, je retrouve l’auteur avec les deux premiers épisodes de sa saga « Kenan, le redresseur de foi ».

Kenan est un personnage qui l’on a découvert dans cette première mini-série : on le retrouve ici dans de nouvelles aventures. Je peux vous assurer que la lecture de ces deux épisodes n’est pas un problème si vous n’avez pas lu « les disparus de Karia » c’est tout à fait abordable et dans la même lignée.

On est de nouveau propulsé dans un univers sombre ou toute sorte de monstre peut vous Fantasyattaquer.

Ces deux épisodes sont liés : je m’explique. Même si les lieux et les personnages sont différents dans les deux épisodes, ils sont liés. On peut dire que le premier plante les jalons du décor et de l’univers bien spécifique de l’auteur et que le deuxième épisode nous propose de comprendre comment les redresseurs de foi sont devenus ce qu’ils sont.

J’ai beaucoup apprécié ce deuxième épisode : j’aime beaucoup avoir à lire la genèse d’un personnage ou d’une situation c’est pour moi quelque chose d’intelligent qui me permet de mieux comprendre et cerner les personnages qui je découvre.

La plume de l’auteur est toujours aussi saisissante : on est propulsé, comme je vous le disais, dans un univers vraiment incroyable. On est dans un univers imaginé de toutes pièces, ce qui apporte vraiment beaucoup à la qualité de la plume et de l’intrigue selon moi. On voit l’étendu de l’imagination d’Anthony Holay qui semble être sans borne. Je vous avoue que c’est sombre, on n’est absolument pas dans une romance ou une histoire de princesse : il faut s’accrocher à la tablette, je vous le dis !

En attendant, c’est un univers riche et varié qui s’offre devant nous. Cette série s’inscrit dans la lignée des « Disparus de Karia ». Cependant, il me semble que le personnage de Kenan est plus travaillé, la psychologie de ce personnage est plus marquante, on le retrouve plus humain malgré le fait que son travail est de débarrasser les villages des monstres horrifiques. Je l’ai trouvé plus attachant, plus agréable. C’est vraiment du très bon travail.

La lecture de ces deux épisodes nous donne bien envie de savoir la suite, j’espère avoir un nouveau texte de cet auteur dans les mains très rapidement. C’est vraiment très bon.

Ma copinaute Amélia l’a aussi chroniqué, si jamais ça vous tente, c’est par ici

Ma note : 17/20

10

Résultats des courses – Guilhaine Chambon

318N+Gl60aL._SX326_BO1,204,203,200_.jpgRésumé : L’histoire d’un homme… Peut-on raconter son histoire ? Il se prénomme Frédérik, cadre supérieur à la Défense, belle réussite professionnelle. Un jour, une femme l’a quitté, lui laissant juste un petit mot dans la plaquette de beurre : « je n’aime plus la guitare, salut, je pars… » Un jour, cet homme a décidé de tout quitter, marre de la routine, marre des autres, marre de l’open Space… Taxi, il sera désormais taxi ! Pas d’attache, plus d’horaire, plus de métro matin et soir. Frédérik va ainsi d’un passager à une passagère, d’une histoire à une autre. Il s’instruit des autres. Des inconnus entre-aperçus, devinés, désirés, subis, jusqu’à cette nuit où il fait la Rencontre, celle qui le replonge dans son passé, celle qui ouvre à nouveau toutes les cicatrices qu’il pensait fermées. Cette Rencontre va le mener au cœur de son histoire et lui révéler un secret. Ce secret, c’est un enfant… son enfant. Commence alors une course folle dans Paris au volant de son taxi jusqu’à…

Mon avis : Je remercie l’auteure pour son extrême patience, j’ai honte de ne chroniquer ce roman que maintenant : je m’explique. J’ai un petit carnet où je note toutes mes lectures, si c’est lu, chroniqué, publié et s’il y a une date butoir. Figurez-vous que j’ai oublié d’écrire le roman de Guilhaine Chambon. Alors, mille excuses Guilhaine, j’ai sauté sur votre roman dès que j’ai pris conscience de ma bêtise…

J’ai fait la rencontre de Frédérik. Un personnage masculin principal que j’ai beaucoup apprécié. Frédérik quitte tout : son boulot de comptable dans un open space, bien qualifié, avec une situation professionnelle enviable, il quitte tout du jour au lendemain pour devenir chauffeur de taxi.

On le suit dans ses aventures parisiennes nocturnes qui m’ont beaucoup plu. Frédérik est un personnage haut en couleurs, il se pose des milliers de questions et apprend beaucoup des autres, de ses personnes qu’il conduit partout dans la capitale française. C’est vraiment très sympathique à lire.

Une chose à faire basculer la vie de Frédérik : sa relation avec Pauline qui l’a quitté un beau jour en lui laissant un mot sympathique dans la plaquette de beurre. C’est assez original et cela nous suit jusqu’au dernier mot du roman de Guilhaine Chambon. En effet, ce qui m’a beaucoup saisi ce sont les mots de l’auteure : quelle beauté ! Quelle poésie. C’est vraiment très sympathique à lire et qu’est-ce que cela fait du bien !

On suit donc Frédérik dans sa vie de taxi et un soir, l’impossible se produit : Pauline monte dans son taxi et s’en suit des explications sur ces dix ans de vie commune avortés par une pulsion de Pauline. C’est vraiment une belle histoire que l’on nous conte ici.

Pauline est très différente de Frédérik : lui qui est adepte d’une routine, qui l’aime, qui lui prouve. Il est complètement sous le charme de cette femme qui lui ressemble dans ses gouts mais tellement différente dans sa manière d’être, elle est impulsive, c’est une artiste et elle est complètement décalée. J’ai eu du mal à me faire à ce personnage (bien qu’elle ait le prénom le plus fantastique du monde !) : je l’ai trouvé trop impulsive et un peu égoïste dans ses choix mais cependant, elle marque vraiment bien la coupure entre les deux êtres.

La présence d’Aurélien chamboule la vie de Frédérik qui se pose encore plus de questions sur son existence, sur cette relation avortée à cause de l’égoïsme de Pauline.

Ce fut un plaisir de suivre les aventures de Frédérik et les histoires de ses clients. J’ai beaucoup apprécié la manière dont l’auteure a de nous narrer les choses, la vie tout simplement. Les mots sont subtiles, très poétiques et l’originalité est très présente dans ce roman ce qui est très agréable.

Voici un roman qui mérite d’être lu. Un beau texte qui mérite de trouver son public.

Ma note : 17/20

 

 

14

Un serment d’automne – Laure Allard d’Adesky

Laure-Un-serment-dautomneRésumé : « Fais-moi le serment que quoi qu’il advienne, quels que soient les chemins que nous aurons pris, et même si nous venions à être séparés, chaque année nous nous retrouverons sous ce chêne à l’automne, lorsque ses premières feuilles tomberont. » voici le serment qui lie Artus et Elvire, deux lycéens qui s’aiment avec la fougue de l’adolescence. Mais un jour un drame les sépare. Des années plus tard, Elvire fera une rencontre qui bouleversera sa vie à jamais.

Mon avis : Je remercie de nouveau Anyway Editions pour l’envoi de ce Service Presse incroyable.

J’ai tout de suite craqué pour la couverture que je trouve très belle : elle dégage beaucoup de douceur et de poésie. Le titre est très évocateur et parfaitement en lien avec la couverture. J’adore l’automne et ses couleurs : c’est vraiment très beau.

Le lien des personnages est fort. On sent tout l’amour qu’ils ressentent l’un pour l’autre. On se rend compte qu’ici, l’amour est plus fort que tout. Rien ni personne ne remplacera l’amour qu’il y avait entre Artus et Elvire. C’est vraiment très prenant comme histoire et cette notion de l’amour indestructible est vraiment très belle, elle m’a beaucoup plu.

Artus n’est plus, Elvire est seule et cela ne l’empêche pas de devenir quelqu’un. En effet, c’est vraiment incroyable. Elle devient une auteure à succès et n’hésite pas à revenir sur les traces de son passé et à tenir la promesse qu’elle a fait à Artus et revient donc sous leur arbre une fois par an. C’est vraiment très beau, très poétique.

J’ai beaucoup apprécié l’intrigue et la manière dont le fantastique se mêle à cette histoire. Comme si de rien n’était. C’est vraiment très intelligemment introduit dans le texte et cela rend l’histoire unique et naturelle. C’est très sympathique à lire.

J’ai apprécié la profondeur du personnage principal qu’est Elvire. On fait un portrait psychique d’Elvire qui m’a beaucoup plus. La psychologie détaillée de ce personnage est très importante pour moi, en effet, j’ai pu très facilement m’identifier à ce personnage. On voit qu’elle a souffert, on devine ses nuits de solitude, de larmes et de souvenirs. Au final, on se rend compte qu’Elvire et Artus ne font qu’un, comme un seul et unique personnage.

Ce qui m’a beaucoup saisi c’est le fait que toutes ces émotions sont contenues dans quelques pages. Je suis vraiment admirative du travail de l’auteure puisqu’elle est parvenue à me faire vivre ce que je vis normalement dans un méga gros roman en quelques pages. C’est vraiment très sympathique.

Je ne peux que conseiller cette romance fantastique aux fans de ce genre. Cette nouvelle est une petite pépite qui vous fera passer un excellent moment. C’est le problème lorsque l’on a une lecture que l’on apprécie énormément dans les mains : on en veut encore. J’aurais aimé en savoir plus, avoir plus de détails. Mais cela n’est qu’un petit point, j’ai vraiment passé un superbe moment en compagnie d’Elvire.

C’est une douceur certaine et beaucoup de poésie qui se dégagent du texte : cela fait parfaitement écho à la couverture et au titre.

La plume de l’auteure est parfaite. Elle est tout bonnement géniale. Elle est aussi à l’image de son texte, de sa nouvelle : belle, poétique, douce.

Je ne peux que vous la conseiller encore une fois. C’est vraiment un texte incroyable qu’il faut lire. De plus, c’est quelque chose de court, cela ne prend pas beaucoup de temps, parfait entre deux gros /pavés pour vous changer les idées avant de vous replonger dans un univers massif.

Ma note : 18/20

 

20

La gargouille – Elisabeth Simon

Elisabeth-La-GargouilleRésumé : La ville suffoque, les habitants attendent. La Gargouille, un terrible dragon des marais, les menace d’une destruction totale. Une solution existe, mais qui va être assez courageux ou assez fou et accepter de prendre des risques mortels pour sauver la communauté du péril ?

Mon avis : Je remercie énormément Anyway éditions ainsi que Sylvie pour le travail exceptionnel qu’elle accomplit au fil des jours pour satisfaire les lecteurs et partenaires de cette formidable Maison d’Edition.

J’ai pris cette nouvelle –oui, nouvelle ! Vous avez bien lu- parce que la couverture m’a fait penser à l’histoire de la belle au bois dormant. J’adore cette histoire et même si ces deux histoires n’ont absolument rien à voir, figurez-vous que cela ne m’a pas empêché de passer un bon moment.

Ce qui m’ennuie avec le format de la nouvelle c’est que je n’ai pas le temps. C’est vraiment très prenant et très frustrant en même temps. J’ai beaucoup apprécié ce que j’ai lu mais j’aurais tellement voulu en savoir plus … A la fin de mes quelques pages, j’avais tellement envie d’en avoir encore. D’avoir des détails, des péripéties et tout ce qui va avec. Franchement, c’est quelque chose de très frustrant. Cela ne m’a pas enlevé le plaisir de ma lecture mais il faut vraiment que je m’habitue à ce format ci.

V2

Récit chevaleresque, qui donne envie d’aller se battre contre les monstres, ce récit est vraiment captivant. J’ai beaucoup apprécié la pointe de croyance que l’on a dans cette nouvelle. J’ai bien apprécié que la seule manière de capturer ce monstre est une chose religieuse. C’est assez sympathique et franchement, on y croit assez à l’époque où se déroule ce roman. Le paganisme est quelque chose de très répandu ainsi que les croyances religieuses alors j’ai beaucoup apprécié retrouver cela dans cette nouvelle.

J’ai aussi beaucoup apprécié le statut social de notre personnage principal ! C’est un prisonnier à qui l’on promet liberté totale s’il parvient à se débarrasser de la gargouille. Je l’ai trouvé incroyable. Il est courageux, intelligent. Il a perdu sa famille à cause d’une épidémie qui a ravagé son pays.

Malgré le format « nouvelle » j’ai beaucoup apprécié l’intrigue. Elle est simple et efficace. C’est vraiment le genre d’intrigue qui me plait dans laquelle je m’installe très facilement pour suivre une histoire prenante. C’est vraiment fascinant.

La plume de l’auteure est très agréable. Elle nous emmène directement dans son univers. C’est assez captivant. On lit le peu de pages proposées à une vitesse hallucinante. En effet, c’’est très prenant. La plume est dynamique à souhait. L’intrigue qu’on nous propose est très intelligente et très bien construite. C’est vraiment captivant.

Je ne peux que vous conseiller cette nouvelle si vous aimez le genre fantastique, c’est une lecture très agréable. Il est très facile de se plonger dans l’univers et de passer un moment agréable de lecture.

Je suis ravie d’avoir pu découvrir le genre de la nouvelle chez Anyway Editions qui nous propose encore une fois quelque chose de surprenant. C’est vraiment très sympathique à lire.

Ma note : 16/20

 

14

Les quatre éléments de Noémie Vernier

51aC+mfb4uLRésumé : Région parisienne, 1981. Arthur et Lucie, deux adolescents que tout oppose sont entraînés contre leur gré sur les Quatre Éléments, des mondes parallèles qui gravitent autour de la Terre. Ils auront pour mission de mettre fin au conflit engagé par Thalès, un ancien ministre déchu sur le point de s’emparer de ces mondes suite à l’inexplicable disparition de l’Impératrice. Ils se lanceront alors dans une quête pleine de mystères et d’intrigues politiques durant laquelle ils devront affronter d’anciens souvenirs et réunir une amulette légendaire avant Christie, une jeune femme aussi énigmatique que redoutable… Plusieurs questions les tourmenteront : Qu’a-t-il bien pu arriver à l’Impératrice des Quatre Éléments et quelles sont les vraies motivations de Thalès ?

Mon avis : Je remercie Noémie Vernier pour l’envoi de ce Service Presse, je vous avoue que j’i pris beaucoup de temps pour le lire : entre le boulot, la fac et tout le reste, j’ai lu un chapitre par ci, un chapitre par là et j’ai finis par trouver et prendre du temps pour lire ce joli roman ! Je me souviens l’avoir terminé en cours (oui, des fois, les cours ne sont pas très passionnants alors, je décroche et je plonge dans un bouquin… Merci l’ordinateur même si ce n’est pas la meilleure façon de lire pour moi !)

Dans un premier temps, ce qui m’a saisi c’est la facilité avec laquelle j’ai su voyager dans les mondes différents, dans les époques différentes. Par moment, dans certains romans, il est difficile de faire le passe-passe entre les différents mondes et époques mais ici, ce fut très simple et ça, c’est un très bon point pour ce roman. Ainsi, j’ai pu constater de la qualité de l’imagination de l’auteure ainsi que de son ampleur, en effet, c’est vraiment incroyable ! Tous ces éléments inventés, détaillés, c’est vraiment impressionnant.

Les personnages que l’on nous présente sont divers et variés, c’est très appréciable. On a un panel riche et varié. On apprécie avoir autant de caractères différents. Ce qui est aussi appréciable et non négligeable, ce sont les psychologies très différentes que l’on rencontre mais aussi le fait que chaque personnage est précieux à l’intrigue : personne n’est là pour dire d’être là, de combler un vide, ils ont tous un rôle très important et c’est appréciable.

Arthur est un personnage que j’ai beaucoup apprécié. Il est calme, patient et intelligent. Je pense que c’est un très bon personnage qui a eu la chance d’être détaillé de la sorte par la plume de l’auteur, j’ai trouvé qu’il était très bien exploité. J’ai adoré suivre ses aventures. C’est un personnage principal captivant qui permet d’avoir une lecture assidue.

Lucie est, elle, bien plus rebelle. Elle se moque des convenances et à chaque fois qu’il y a des ennuis, c’est pour sa pomme ! Elle n’aime pas se conformer aux règles et règlements. Elle est espiègle, rusée et intelligente. Son fort caractère fait que l’on ne s’ennuie jamais avec elle-même si par moments, je l’ai trouvé un peu trop dur. Mais c’est ici un avis personnel.

Le personnage de Thalès est lui aussi impressionnant. Je l’ai trouvé excellent. Il mêle intelligence et méchanceté, violence et vengeance. J’ai trouvé ce méchant excellent ! Il est vraiment un personnage qui sert à l’histoire et c’est très agréable.

L’intrigue en elle-même est très bien trouvée. J’ai adoré suivre les aventures de ces deux jeunes. J’ai apprécié les péripéties que l’auteure nous propose.

La plume de l’auteure est très prenante. En effet, il m’était difficile de m’arrêter de lire. J’ai pris du temps pour découvrir cet univers mais c’est avec grand plaisir que je l’ai fait ! Merci à Noémie pour sa patience !

Ma note : 18/20

16

Trois contes de Noël axonais – Yannick A.R Fradin

Trois-contes-de-Noel-axonais.jpgRésumé : Plongez dans l’ambiance de Noël aux côtés du Père Noël, du renne P’tit Gaudry et du lutin Amargein avec trois contes pour faire rêver petits et grands. Dans « Le Père Noël de la Cité du Vase » (Soissons), vous partagerez la nuit du 24 décembre avec Samuel, 12 ans. Puis avec « P’tit Gaudry, le renne de la Montagne Couronnée », vous suivrez la rencontre entre Sarah et un renne ailé dont l’on trouve encore les traces à Laon de nos jours. Enfin, « Le dernier lutin de Coucy-le-Château » vous proposera la convalescence poétique d’un lutin du calendrier de l’avent, secouru par un jeune enfant de Coucy.

Mon avis : Je remercie Yannicl A.R. Fradin pour l’envoi de ce Service Presse que j’ai bien apprécié.

En effet, durant cette période, je ne résiste jamais à des contes de Noël pour jeunes ou adultes. Ici, cela faisait longtemps que je n’avais pas lu de contes pour la jeunesse ! C’était un bon petit moment passé en compagnie de ces trois contes. Je pense que ce sont des contes qui seront apprécié par les plus petits mais aussi par les plus grands.

Seule chose que je trouve dommage dans la lecture de ces trois contes c’est qu’il n’y en a pas assez. En effet, à la fin de ma lecture, j’avais un goût de trop peu dans la bouche. J’étais captivée par les mots de l’auteur et j’en voulais encore. Je pense qu’un ou deux contes en plus auraient été appréciables.

On fait la rencontre de multiples personnages au sein de ces trois contes : on lit les histoires suivantes : « Le père Noël de la cité du Vase », « P’tit Gaudry, le renne de la Montagne Couronnée » ainsi que « Le dernier Lutin de Coucy-le-Château ».

J’ai beaucoup apprécié le fait que la lecture et le niveau de langage soient appropriés aux lecteurs les plus jeunes. C’est quelque chose de sympathique : on peut les lire seuls ou en famille. C’est vraiment une attention particulière qu’il faut souligner selon moi.

Ce que j’ai aussi apprécié dans la lecture de ces trois contes c’est que l’on apporte une touche d’histoire à ces contes. En effet, l’auteur nous explique, avant la lecture de chaque conte, qu’il s’est inspiré d’un endroit, d’un passage historique de sa région. C’est vraiment très sympathique à lire. Cela ajoute une touche de régional que l’on ne peut pas négliger. J’ai trouvé que cela apportait encore un peu plus de magie à cette période de l’année.

Les trois histoires sont très sympathiques malgré le fait que j’ai plus apprécié celle de Gaudry pour sa morale.

Les trois contes de Yannick AR Fradin soulignent de belles morales et mettent en exergue de belles valeurs comme l’amour, l’amitié, la solidarité. J’ai trouvé que c’était important de le remarquer surtout en cette période de l’année qui n’est pas facile si l’on est seul, sans logement ou avec d’autres problèmes. C’est un message porteur d’espoir, de bonheur et cela fait du bien de lire des textes innocents !

Pour toutes ces raisons, je pense que ces contes tiendront une place importante dans les bibliothèques de vos enfants, il ne faut pas hésiter à y mettre son nez. C’est vraiment agréable. De plus, la plume de l’auteur est très intéressante et pleine de douceur. Les mots employés sont justes et poétiques. Les idées véhiculées sont, elles aussi, très belles et importantes. A lire, donc !

La seule chose que j’aurais apprécié avoir dans ces textes, ce sont des illustrations qui sont, à mon goût, indissociables de la littérature jeunesse.

Ma note : 15/20

20

Y aura-t-il trop de neige à Noël ? – Collectif

téléchargementRésumé : 12 nouvelles drôles et romantiques pour un Noël magique ! C’est le soir du réveillon. Catherine a oublié le brie aux truffes, Valentine est coincée dans la cabine d’essayage d’un grand magasin, déguisée en mère Noël. Pauline déprime en Toscane, seule et célibataire. À New York, le Dr Sam Miller se rend à un énième rencard de Noël organisé par sa sœur Imogene. Nina se retrouve enfermée chez elle, sous les toits de Montmartre, avec un inconnu et Audrey est en garde à vue pour avoir manifesté contre un abattoir. Tous ces personnages ont un point commun : malgré les apparences, ils vont passer le réveillon le plus féerique de leur vie ! Êtes-vous prêt pour un Noël 100 % comédie, 100 % romantique, 100 % magique ?

Mon avis : Je remercie du fond du cœur les éditions Charleston pour l’envoi de ce Service Presse auquel je ne m’attendais pas du tout (avouez… Ça nous est toutes déjà arrivé de recevoir un roman en se demandant d’où il vient… Puis, on comprend ! :D) Alors, merci pour ce beau cadeau de Noël !

J’ai eu la chance dans ce collectif, de retrouver des plumes que je connais et que j’adore comme celle de Marie Vareille ou encore celle de Sophie Henrionnet. Par la même occasion, j’ai eu la chance et l’extrême honneur de rencontrer les mots d’Isabelle Alexis, de Tonie Behar, d’Adèle Bréau et de Marianne Lévy que je ne connaissais pas et je suis ravie d’avoir fait leurs connaissances. J’ai vraiment passé un excellent moment avec ce petit recueil de nouvelles spécialement écrites pour Noël.

Honnêtement, il y en a pour tous les goûts dans ce recueil. Il en va de la sensibilité et des préférences de chacun mais j’ai trouvé des histoires, des personnages et des intrigues particulièrement drôles. Ce doit être l’effet de Noël mais je suis parvenue à m’attacher à des personnages en quelques pages. Je n’ai aucune déception pour aucune nouvelle, j’ai passé un agréable moment avec toutes même s’il y en a que j’ai préféré. Je ne vous dirai pas lesquelles dans le sens où je préfère laisser la surprise aux lecteurs qui se plongeront dans ce recueil.

Elles ont quand même quelque chose en commun : on nous relate les histoires de femmes au moment de Noël. Une chose est certaine : elles ne passeront pas un Noël comme les autres cette année, le père Noël en a décidé autrement ! Cela nous amène à de drôles de situations. Les textes sont bourrés d’humour et de situations plus périlleuses les unes que les autres. Ça vaut le coup d’œil, je vous l’assure !

J’ai beaucoup apprécié la diversité des personnages et des histoires proposées. C’est très agréable de lire des choses différentes, d’avoir un schéma qui ne se répète pas forcément et qui nous propose beaucoup de surprises.

J’ai adoré le principe du « un an plus tard » avec les changements d’auteurs et d’intrigues. J’ai trouvé ça très drôle de mélangé et de reprendre les histoires d’une autre auteure. Vraiment, une très très bonne idée qui m’a beaucoup plu !

Je ne peux donc que vous conseiller de vous plonger dans ce petit recueil de douze nouvelles. Vous avez encore un peu de temps avant Noël et même après ! C’est le genre de livre que l’on peut facilement lire sur une soirée, au coin du feu, sous une bonne couverture. C’est vraiment un pur bonheur d’avoir retrouvé les plumes que je connaissais et d’avoir pu en découvrir quatre nouvelles qui me poussent à m’attarder sur les œuvres respectives de chacune.

Ma note : 17/20