28

Bilan mensuel : Février 2018

hello-february.jpg

Bonjour mes chouettes, je vous retrouve pour mon bilan de Février 2018. J’ai beaucoup lu, peu dormi et cela me convient pour le moment 🙂

51909888

Place aux livres

Il est vrai que c’est un énorme bilan pour moi. J’ai lu 30 romans et écouté 2 romans. Je suis très fière du travail que j’ai pu faire ce mois-ci.

De plus, je suis parvenue à faire des lectures personnelles hors SP : 9 lectures personnelles. J’ai vraiment l’envie de découvrir les romans qui sont nichés dans mes étagères depuis trop longtemps.

C’est un total de 8639 pages et de 23 heures 55 d’écoute ! 🙂

51909888

Côté personnel : beaucoup le savent, d’autres vont le découvrir. Je suis fiancée. On est parti dans les préparatifs du mariage, l’achat d’une maison. C’est le bonheur le plus total. Je suis sur mon petit nuage et cela me fait tellement de bien.

A bientôt les amis!

Publicités
23

Les abysses du mal – Marc Charuel

51MSIRHyeHL._SX195_Résumé : Mon boulot : filmer le supplice des victimes avant de faire disparaître leur corps. Mon but : être le tueur le plus inventif. Parce que la mort est un spectacle, certains sont prêts à payer très cher pour y assister. Voyeurs protégés par un écran, tortionnaires par procuration… C’est la face cachée du Net. Un monde parallèle qui happe ses proies au hasard et fournit des frissons à prix d’or. Des réseaux sociaux incontrôlables aux mafias spécialisées dans le marché de la mort en direct, le nouveau thriller de l’auteur du Jour où tu dois mourir dévoile les forces insoupçonnées de la perversion humaine.

Mon avis : Je remercie chaleureusement Gilles Paris et son équipe pour l’envoi de ce roman. Je remercie plus particulièrement Jules qui est toujours à mon écoute et prévenant alors merci Jules !!! J’en profite aussi pour remercier les éditions Albin Michel pour m’avoir permis de lire ce roman très surprenant.

J’ai vu ce roman dans ma bibliothèque en mode « Héééé ! T’es pas sur ma liste toi ! » Oui, oui, Pauline la tête de moineau a encore frappé… J’ai oublié de l’ajouter à mes Services Presses. J’ai donc pris ce roman en me disant que j’allais le commencer au travail.

Armé d’un café et de petits biscuits, je me suis lancée dans ma lecture… J’ai vite arrêté de manger, je vous le dis. On est mis dans le bain de l’histoire dès les premières lignes du premier chapitre.

On suit les méfaits d’un homme que l’on paye pour tuer de la manière la plus cruelle qu’il soit. On se doit de souligner le côté imaginatif et créatif dudit personnage : en effet, il est parvenu à me lever le cœur plus d’une fois. Ce qu’il aime par-dessus tout c’est de faire souffrir la personne, de voir la peur et la douleur dans ses yeux avant de la faire mourir.

Ce roman souligne une pratique méconnue (pour vous je l’espère sinon… C’est affolant) dans la pornographie : les snuff movies. Les snuff movies sont des vidéos – la plupart du temps – clandestines qui montrent des scènes pornographiques d’une extrême violence : il y a des personnes filmées contre leur gré on appelle cela des viols collectifs ou non mais aussi des scènes de violences filmées avec l’aval des personnes dans le film. On montre l’horreur, la douleur, la mort, du sang. C’est gore, sale etultra dérangeant en plus de nous révolter, on est complètement scandalisé par ce genre de pratique.

J’ai trouvé que ce roman est un coup de génie de la part de Marc Charuel. En effet, j’ai Logo_Albin-Micheltrouvé l’idée bonne. On est dans un thriller angoissant croisé d’un sentiment de dérangement. On est mal à l’aise mais on est happé par l’ambiance du thriller. En effet, c’est tellement atroce que l’on veut voir comment ce meurtrier se fait avoir, on a envie de le voir à son tour massacré et de lui retourner toutes les horreurs commises sur toutes ces femmes.

J’ai trouvé l’intrigue bonne, intelligemment déroulée et franchement cela fait plaisir. En effet, j’ai vraiment apprécié les personnages et l’enquête policière est excellente pour montrer toutes les facettes de cette histoire.

On a de multiples personnages. On a de multiples points de vue qui sont assez sympathiques à lire. En effet, on multiplie les points de vue, les avis sur cette sordide histoire. Cela apporte beaucoup de dynamisme et de réalité à l’histoire. Il y a des personnages terre à terre comme Derolle qui est en charge de cette affaire policière mais des personnages qui nous permettent d’exploiter le monde pornographique/échangiste/libertin sale et dérangeant mais utile à l’intrigue et à la compréhension du lecteur.

Pour tout vous dire, au lieu de manger mon petit déjeuner ce matin-là, j’ai dévoré ce roman qui est vraiment captivant, saisissant par la réalité qu’il propose.

Je préfère prévenir : âmes sensibles s’abstenir. Ceux qui sont fan de thriller et qui n’ont pas peur des cadavres mutilés de manière excessive, allez-y, foncez, cela va vous plaire, j’en suis persuadée.

Les + 

  • Une intrigue sans faille et originale. 
  • Des points de vue différents qui apportent une réalité certaine à l’oeuvre. 
  • Une plume incisive qui se prête bien à ce thriller.
  • Un thriller qui sort des sentiers battus. 

Les – 

  • Des scènes choquantes. 
  • Mon petit déjeuner qui a failli ne pas rester dans mon estomac (je plaisante, enfin, à moitié).

Ma note : 17/20

15

La colère des Dieux – Livre I : Renaissance – Ronan Gouedard

téléchargementRésumé : La menace grandit. Lui seul peut les sauver mais il a été déchu… Pour avoir donné vie au monde de Lanvaril, Halfiel a été exilé sur sa création, privé de ses souvenirs et de ses pouvoirs divins. Recueilli par le royaume de Drezn, il s’illustre comme un bretteur hors pair et en devient le bras armé. Mais, lorsque ses bienfaiteurs s’avèrent animés par de terribles ambitions, il est déjà trop tard. Le voilà incapable de fuir ou de se rebeller, contraint de tuer selon leur bon vouloir. Jusqu’au jour où, contre cette folie, se dressent les chevaliers d’Esméry. Pour Halfiel, leur victoire signifierait la liberté. Toutefois, peut-il encore prétendre à la rédemption ? Pendant ce temps, dans l’ombre de la guerre, grandit un mal sans nom. Nul autre que Halfiel n’en connaissait l’existence… mais il a été déchu.

Mon avis : Je remercie Evidence Editions pour l’envoi de ce service presse qui me faisait de l’œil depuis quelques temps. En effet, j’ai trouvé cette lecture intéressante.

J’ai trouvé la couverture de ce roman très intéressante : une créature ailée qui marque une opposition nette avec l’image de la créature que l’on se fait habituellement : le sang coule de sa main. On est vite mis dans le bain de ce que l’histoire de ce premier livre va nous proposer. De plus, le terme « déchu » nous renvoie quand même une image assez négative de cette créature ailée. On se dit qu’il est soit un méchant garçon, soit un homme perdu entre le bien et le mal. J’ai vite penché pour la deuxième option.

Comme dans beaucoup de romans fantasy, le premier tome pose les bases d’un mondecropped-cropped-Logo-évidence-éditions-final complètement inventé. On se rend rapidement compte de l’étendue de l’imagination de l’auteur. Pour créer le monde de Lanvaril, il en a fallu beaucoup. On est immergé dans un monde qui fourmille de détails et que l’on prend plaisir à découvrir.

Je vous avoue que j’ai été très tentée par le résumé. Je suis dans une période de lecture de ce genre et ici, j’ai été séduite par le résumé, la couverture. Le côté déchu et perte de mémoire m’a beaucoup plu. J’aime beaucoup lorsqu’en plus d’une quête dans le sens aventure du terme, il y a une quête identitaire. En plus d’avoir la volonté de sauver le monde d’une guerre, on a un personnage principal qui veut se reconstruire et savoir d’où il vient. C’est très prenant comme histoire.

Notre personnage principal s’appelle Halfiel. C’est un personnage que j’ai apprécié parce qu’il a un côté « badass » qui m’a beaucoup plu. C’est un dieu déchu, on sait donc qu’il a fait quelque chose qu’il n’aurait pas du faire. J’aime cette part d’ombre chez les personnages.

Qui dit création à part entière d’un monde dit forcément panel de personnage énorme divers et varié. On a une panoplie de personnages qui s’offre à nous, c’est vraiment déroutant. Ils sont tous très différents puisque ce ne sont pas les mêmes créatures. C’est assez prenant : on fait la rencontre d’humain, d’elfes, de mages et d’autres créatures magiques qui m’ont beaucoup plu.

On suit une intrigue très bien ficelée qui présage que de bonnes choses pour les livres à venir. On est plongé dans un monde que l’on ne veut pas forcément quitter. Le roman s’est lu rapidement car j’ai été propulsé dans un univers qui m’a plu. C’est vraiment une très belle découverte qui met l’eau à la bouche pour la suite des aventures d’Halfiel.

Ma note : 17/20

26

Origine – Dan Brown   

téléchargement (1).jpgRésumé : D’OU VENONS-NOUS ? OU ALLONS-NOUS ? Bilbao, Espagne. Robert Langdon, le célèbre professeur en symbologie et iconographie religieuse, arrive au musée Guggenheim pour assister à une cérémonie historique avec l’annonce d’une découverte scientifique révolutionnaire. L’organisateur de cette soirée n’est autre que le grand futurologue Edmond Kirsch, un milliardaire de quarante ans dont les inventions et les prédictions audacieuses ont fait de lui une célébrité mondiale. Kirsch, qui a été, dans sa jeunnesse, l’étudiant de Langdon à Harvard, est sur le point d’annoncer le résultat de ses recherches…. Et d’approcher enfin une réponse aux deux questions fondamentales de l’humanité. Dès le début de la soirée, Langdon comme les centaines d’autres invités, est fasciné par l’originalité de la cérémonie. Une évidence s’impose : la découverte de Kirsch va susciter une controverse bien plus profinde qu’il ne l’avait imaginé. Mais la soirée parfaitement orchestrée jusqu’alors va soudain virer au choas. La découverte de Kirsch risque d’être perdue à jamais. Sous le choc, et en grand danger, Langdon est contrant de quitter précipitamment Bilbao. Dans sa fuite, il est accompagné de Ambra Vidal, la directrice du musée qui a préparé avec Kirsch cette soirée explosive. Tous deux s’envolent pour Barcelone, et se lancent dans une quête périlleuse pour retrouver un étrange mot de passe qui permettra de révéler au monde la découverte de Kirsch. Plongeant dans les dédales sombres de l’Histoire et des religions, Robert Langdon et Ambra Vidal doivent échapper à un ennemi puissant qui semble être envoyé par le Palais royal et prêt à tout pour réduire au silence Edmond Kirsch. Sur une piste jalonnée d’œuvres modernes et de symboles énigmatiques, Langdon et Ambra Vidal vont finir par découvrir les clés menant au secret de Kirsch…. Et à cette grande révélation qui, depuis des millénaires, échappe à la compréhension de l’homme.

Mon avis : Je remercie Pauline ainsi qu’Audiolib pour l’envoi de ce roman en livre audio.

J’étais très curieuse. Je suis une fan inconditionnelle des films tirés des romans de Dan Brown, j’ai les trois premiers opus de cette saga dans mes étagères mais je vous avoue que la taille de ces pavés me fait très peur, c’est pourquoi, j’ai trouvé cela sympathique de commencer ma lecture par une écoute, histoire de me faire à l’idée de ce que pouvaient être les romans de Dan Brown.

Je vous avoue que je n’ai pas été déçue et que ces 15 heures d’écoute sont passées à une vitesse folle.

J’ai retrouvé mon cher Robert Langdon qui est un personnage que j’affectionne beaucoup : sa simplicité, son érudition, son intelligence et son calme olympien me plaisent énormément. C’est un personnage principal comme je les aime.

J’ai apprécié aussi les personnes secondaires : Ambra Vidal ne manque pas de courage ni de piquant. C’est vraiment une femme forte et courageuse. Elle est fiancée au prince d’Espagne qui va bientôt succéder à son père, mourant.

Encore une fois, on a un mystère qui vient s’immiscer dans la vie de Robert Langdon, son ami et collègue, Edmond Kirsch vient secouer la toile avec une annonce détonante, il a une révélation à faire qui va faire trembler le monde et éradiquer les religions de la Terre au profit des sciences. Encore une fois, on a un conflit entre sciences et religion qui s’établit sous nos yeux d’auditeur ébahi.

En soi, Dan Brown ne révolutionne pas le genre : course contre la montre, aide féminine, Robert Langdon en super héros et toujours ce combat entre science et religion. Après tout : pourquoi changer une équipe qui gagne ? J’ai trouvé une originalité à cette intrigue qui ne l’est plus forcément au bout de cinq volets.

L’originalité se trouve dans les sources du problème, de ce que Kirsch veut annoncer au monde entier au risque de créer des émeutes. Peu importe. J’ai trouvé que Dan Brown parvenait à nous montrer la face cachée d’un monde religieux que l’on a tendance à glorifier alors qu’il peut y avoir des choses terribles.

On se retrouve en Espagne, on apprend beaucoup de choses sur la Sagrada Familia. On a un côté historique incroyable avec l’Espagne de Franco qui nous rappelle les blessures du passé de ce beau pays. On a forcément un rapport à l’art, oubliez  De Vinci, ici, on plonge dans l’art moderne.

Langdon part donc sur la trace des indices laissés par son ami Edmond Kirsch. J’ai pris aussi beaucoup de plaisir à connaitre se personnage de manière posthume. En effet, j’ai trouvé ce personnage fort intéressant, charmant et touchant. C’est vraiment un personnage que j’aurais aimé voir évoluer un peu plus.

Edmond Kirsch était un visionnaire, il a de l’or au bout des doigts. Winston est le secrétaire d’Edmond et aussi une aide précieuse. J’ai trouvé son rôle excellent. La fin reste peu surprenante au sujet de Winston, je me doutais que quelque chose de ce genre allait arriver.

On a une intrigue sans faille, qui nous fait passer un excellent moment. J’ai juste une envie : me lancer dans ma lecture des premiers opus de cette saga. J’ai vraiment adoré ce mélange de cultures, de tradition. Robert Langdon reste l’homme que j’ai vu évoluer, en bref, j’ai adoré mon écoute !

Ma note : 18/20

24

Le sang de l’Eden  Livre 1 : Engeance – Sabrina Lionat

CVT_Le-Sang-de-lden--Engeance-Livre-I_3117.jpgRésumé : Tous les deux cents ans, un conflit sanglant né de l’obstination d’une déesse et d’un roi légendaire, oppose moines-sorciers et démons. L’équilibre des mondes est en péril, seul le sacrifice de l’engeance pourra les sauver. Eva Brunel, jeune bibliothécaire pleinement satisfaite de son existence ordinaire, voit un jour sa vie basculer lorsque des murmures intempestifs s’insinuent dans son esprit. Ces voix vont l’entrainer au-delà de sa propre réalité, là où les enjeux sont célestes et les manigances, divines. Voilà que désormais, sa vie est en danger ! Fiare face à sa destinée sera-t-il suffisant à Eva pour survivre à ce qui l’attend ?

Mon avis : Je remercie Sabrina Lionat de m’avoir contacté via la plateforme Simplement Pro pour me proposer de lire son roman en Service Presse. Bon j’avoue que j’ai mis du temps à écrire ma chronique mais c’est simplement parce que ma lecture n’était pas de tout repos, c’était une lecture dense qui ne m’a pas laissé de marbre. Je crois vraiment qu’il a fallu que je mette un peu de distance entre cette histoire et mes mots, le temps que je m’en remette. C’est très prenant et j’ai vraiment avalé ce premier livre que Sabrina nous propose ici.

Je remercie aussi Sabrina pour sa gentillesse et sa décontraction, cela fait plaisir de voir que les auteurs ne sont pas tous, comme on le pense à tord, des gens froids et hautains. Merci Sabrina de me redonner foi en l’humanité !

Vous savez que je suis très pointilleuse dans le genre fantastique. Plus on en lit, pire c’est et je sais que c’est pareil pour toutes les lectrices et leur genre fétiche : on devient chiante, on souligne plus facilement des choses qui nous font lever les yeux au ciel… C’est pour cette raison que j’ai eu peur de commencer ce roman dans le sens où il a un résumé plein de promesses, il m’a tout de suite tentée mais j’ai eu peur d’être déçue mais honnêtement, je ne l’ai pas été pour un sou ! Cette histoire est juste géniale !

Je n’ai pas mis 50 pages pour rentrer dans l’histoire. J’ai tout de suite été plongée dans un univers qui m’a plu. On démarre sur les chapeaux de roue et le rythme ne ralentit pas jusqu’à la dernière page. On en ressort transpirant, les cheveux dans tous les sens tellement on a adoré ça !

J’ai apprécié le personnage d’Eva qui est une jeune fille très simple qui prend plaisir dans les petites choses de la vie. Elle n’a pas besoin d’avoir une vie folle et compliquée, elle est simple et aime les choses simples et cela fait plaisir à voir et à lire ! Elle possède une part d’innocence et de naïveté qui est touchante.

Eva n’est pas le seul personnage de cette histoire mais on peut souligner que l’auteure nous propose des personnages tous très différents les uns des autres, c’est varié et cela apporte beaucoup de dynamisme au roman. La psychologie de chacun de ces personnages est très bien travaillée, en effet, on n’a pas un seul trait de caractère commun à tous, c’est assez intelligent je dois dire, ainsi, il y en a pour tous les goûts.

La diversité des personnages apporte beaucoup à l’intrigue qui est ultra saisissante. Jamais je ne me serai attendue à une fin pareille ! L’auteure est parvenue à me mettre sur les fesses (et c’est plutôt rare, ces derniers temps, dans le domaine fantastique).

La précision de la plume de Sabrina est aussi à mentionner dans cette chronique. J’ai trouvé que tout était pensé, réfléchi, chaque mot est posé. Cela donne un équilibre fou à ce premier livre qui est vraiment excellent ! Cela faisait longtemps que je n’avais pas lu un début de saga fantastique aussi prometteur. Je ne peux que féliciter l’auteure pour sa plume, son monde et son imagination.

Amis lecteurs fan du genre fantastique, on y va, on fonce.

Ma note : 19/20

10

Black Soul – Saison 2 – Twiny B

téléchargement.jpgRésumé : Ne vous fiez pas à la gentillesse apparente de Penny Johnson. La jeune femme au caractère de feu, forgée par une vie difficile, ne laisse personne indifférent – surtout pas la gent masculine. Mais même  Clayton Monroe, tatoué et sexy à souhait, peine à conquérir le cœur de Penny. Une histoire d’amour ? Très peu pour elle ! Derrière son masque de femme d’affaires épanouie et pleine de vie se cachent des blessures enfouies. Mais l’artiste la laisse-t-elle si insensible ? A trop vouloir le repousser, ne risque-t-il pas de lui filer définitivement entre les doigts ? Que le jeu du chat et de la souris commence.

Mon avis : Je remercie pour la millième fois Marie et Nisha Edition pour l’envoi de ce service presse. J’ai pu découvrir la deuxième saison de Black Soul de Twiny B.

Dans un premier temps, je voulais féliciter Twiny B pour la richesse de ses textes qui me plaisent à chaque fois. Je pense qu’elle a complètement sa place dans mes étagères maintenant. Je suis vraiment heureuse de pouvoir compter une plume française de cette qualité dans ma bibliothèque. Il est certain que je vais suivre ses publications avec beaucoup d’attention maintenant. Je la remercie aussi pour son accessibilité sans faille et sa gentillesse quand je l’inonde de questions et que je suis prête à vendre mon âme pour avoir des informations sur la suite de ses projets. Bref, Merci Twiny !

Dans un second temps, place à la chronique !

Cette saison deux a été lu rapidement (contrairement à ma chronique qui s’est laissée désirer… !). C’est la magie Nisha qui a opéré encore une fois puisque j’ai englouti les deux saisons l’une à la suite de l’autre. Je n’ai pas voulu lâcher Penny et Clay dans leurs péripéties amoureuses et amicales.

C’est toujours un si grand plaisir de retrouver la famille « Black Sky » qui propose des personnages divers et variés mais que l’on prend plaisir à découvrir un peu plus à chaque page tournée. C’est vraiment une histoire que j’ai beaucoup apprécié. Je pense que Black Soul est vraiment le digne héritier de Black Sky. On se plait dans cet univers où l’on ne s’ennuie jamais !

On retrouve donc Penny avec ses soucis : il y a déjà la fête qu’elle organise pour son amie Blake décédée. C’est une source de stress intense pour elle parce qu’elle voudrait que tout soit parfait. Se pose aussi le problème de sa famille qui part en vrille à cause des problèmes d’alcool de son père, du départ de sa mère, de la violence de son petit frère Eddy qui croit tout savoir sur tout mais qui se trompe sur les intentions de sa sœur. Et surtout, on retrouve Penny coincée avec ses sentiments pour Clay.

Ces deux là continuent à jouer au chat et à la souris et on n’a juste une seule envie : les secouer et leur dire d’arrêter leur petit jeu stupide qui fera plus de mal que de bien.

La saison deux fut à la hauteur de mes espérances, même mieux que cela. J’ai trouvé cette deuxième saison explosive dans tous les sens du terme et j’ai beaucoup apprécié ma lecture qui fut très rapide tellement elle fut prenante.

La plume de Twiny est toujours aussi belle, dynamique et fluide. Elle nous propose de belles choses, des choses teintées d’humour et de douceur. Franchement, je ne peux que vous conseiller de vous lancer dans la lecture de Black Sky et de Black Soul ! Je suis persuadée que cela plaira aux lectrices fans de romance (attention, scènes de sexe les filles ! A ne pas mettre dans toutes les mains. Public averti, je vous le dis ! J)

J’ai hâte de pouvoir me plonger dans un nouvel univers de Twiny qui est devenue une romancière incontournable pour moi. Bienvenue dans mes étagères 😀

Ma note : 19/20

10

Mores Tome 1 et 2 – G A O’Neill

Résumé du tome 1 Genèse : Elle est belle, elle est jeune, elle s’appelle Charly et c’est l’un des meilleurs flics du 36 quai des Orfèvres. Sa vie bien reglée vacille lorsque le cadavre du Président de l’Assemblée Nationale est retrouvé dans un club très spécial : Le Mores. Cette affaire, qui touche les plus hauts sommets de l’état, met son patron sous pression. Charly et son coéquipier Anthony découvriront que Mores est bien plus qu’un club libertin et tenteront de percer le secret de son mystérieux tenancier philanthropique.

Résumé du tome 2 Expiation : C’est pour oublier sa vie de flic que Charlotte de Saint-Fulgent, alias Charly de la crim’ du 36 quai des Orfèvres, rejoint Marc, son beau et ténévreux aux yeux vairons, dans un paradis caribéen. Mais elle est vite rattrapée par son instinct de flic lorsqu’elle rencontre le très influent homme d’affaires brésilien David Alvès. C’est précisemment entre le Brésil et l’Italie qu’Anthony mène officieusement l’enquête sur le club très spécial qu’est le Mores. Il tentera alors de retrouver la trace de son ancienne coéquipière disparue.

Mon avis : Je remercie chaleureusement Soisic de Ma next Romance qui est une collection Albin Michel spécialisée dans le numérique. Je suis très heureuse d’avoir été sollicitée par cette maison d’édition pour laquelle j’ai déjà pu travailler et lire des romans. Ici, j’ai pu découvrir les deux tomes de la saga Mores de G. A. O’Neill qui pourra plaire à beaucoup d’entre vous.

On fait la rencontre de Charlotte – Charly- qui est une policière travaillant pour le quai des Orfèvres. C’est une jeune femme très dynamique, rusée et intelligente. Elle mène sa vie avec brio et équilibre jusqu’au jour où le club libertin dans lequel elle se rend très régulièrement se voit être le lieu d’un crime, celui du Président de l’Assemblée Nationale. Son équilibre vole en éclat et elle fait tout pour essayer de cacher son autre vie, qui ne regarde qu’elle. Sa vie « nocturne » lui permet d’être quelqu’un d’autre, elle devient « Charly ». C’est vraiment un autre personnage qui se dessine ici mais elle reste très attachante. Cette partie de sa vie lui permet de souffler, de réaliser ses fantasmes ou ceux des autres et cela lui fait du bien. Ainsi, elle parvient à garder un contrôle certain sur sa vie.

Ce que j’ai apprécié dans cette histoire c’est que deux univers que je ne pensais pas voir un jour se mélanger nous proposent quelque chose d’incroyable. En effet, on a une enquête policière (ça, vous deviez vous en douter) sur une toile de fond assez surprenante : l’érotisme. Même si on fait beaucoup de romans policiers sur des crimes à caractère sexuel, ici, il n’en est rien. C’est un univers à part entière que l’on découvre. On découvre aussi un mélange assez détonant dans le personnage de Charlotte puisqu’elle jongle entre son boulot de flic et sa vie de femme qui aime le sexe à outrance. Jamais je n’aurais pensé à mélanger ce genre de caractère et de profession, j’ai trouvé cela très original ce qui m’a permis de m’attacher au personnage de Charlotte.

Personnellement, je suis très frileuse lorsque je vois des romans de ce genre, tout simplement parce que je n’ai pas l’habitude de ces derniers. En effet, je suis vraiment déboussolée lorsque je lis ce genre de roman. Ici, je pense que c’est l’histoire policière qui m’a permise d’avancer rapidement dans ma lecture.

Les deux tomes sont très différents mais finissent par se rejoindre. L’histoire est assez prenante et l’on passe un très bon moment de lecture. Mores est le genre de lecture qu’il faut avoir entre les mains si l’on tâtonne encore avec le genre érotique. Je ne vous dis pas que ce dernier est mon préféré mais Mores est parvenu à me faire avoir un autre œil moins négatif sur ce genre de roman. C’est bien, j’en suis ravie.

Cette lecture nous fait voyager entre deux univers qui ne semblaient pas forcément pouvoir se côtoyer : le milieu judiciaire, policier et le milieu échangiste, libertin. On ne fait pas que voyager dans ce sens mais aussi géographiquement parlant puisque le deuxième tome nous emmène de Paris au Brésil –rien que ça !- où l’on peut encore suivre les péripéties de Charlotte et de sa vie incroyable.

Les personnages sont très bons, j’ai beaucoup apprécié le coéquipier de Charlotte, Anthony, qui ajoute beaucoup de pep’s et de dynamisme à cette histoire assez saugrenue.

La plume de l’auteure est saisissante, elle m’a permis de me plonger dans l’univers dès les premiers chapitres du tome 1 et cela était très salvateur pour moi. Ainsi, on est face à une écriture fluide, un style original qui nous donne envie de poursuivre notre lecture rapidement. J’ai enchaîné les deux tomes grâce à cela.

Je ne peux que conseiller aux lectrices fan de ce genre de plonger dans l’univers de G A O’Neill et aux personnes un peu frileuses de tenter l’expérience : c’est fait en douceur et l’on n’est pas submergé de sexe pour le sexe. On en parle c’est certain, mais ce n’est jamais gratuit, cela à une utilité à la lecture et c’est très agréable de lire ce genre de roman en ce sens.

Ma note : 17/20