L’éveil – Iléana Métivier

CVT_Lveil_5170.jpgRésumé : Aëlle, issue du milieu altermondialiste, se bat pour sauver l’Éducation Nationale, menacée de privatisation par l’État. Blessée lors d’une manifestation, elle va malgré tout travailler à la villa des Riveria, où elle rencontre Sloann, ce riche héritier. Ils se disputent aussitôt : vu son discours antigouvernemental, la jeune fille n’a-t-elle pas provoqué les Policiers ? Ils n’ont rien en commun, excepté leur curiosité et leur ouverture d’esprit les poussant aux échanges vifs et argumentés. Mode de vie, carcans sociétaux, écologie et blessures transmises par l’éducation… De discussions engagées en confidences, de querelles en réconciliations, les deux jeunes adultes apprennent à se connaitre. Au-delà de leur attirance mutuelle, leur monde intérieur vacille.

Mon avis : Dans un premier temps, laissez-moi remercier l’auteure Iléana Métivier pour sa grande que dis-je son énorme patience. En effet, cela faisait longtemps que ce roman était lu mais non chroniqué par manque de temps (malheureusement, il y a des romans qui passent avant pour telle ou telle raison mais certainement pas par ordre de préférence, je vous rassure. C’est juste que souvent, j’ai des délais à respecter). Donc, un énorme merci (et une standing ovation) à Iléana pour sa gentillesse.

Je vous avoue qu’au premier abord, l’éveil n’est pas le genre de roman vers lequel je me serai arrêté. Le résumé m’a fait peur. Les mots « éducation nationale », « manifestation » et « antigouvernemental » m’ont sauté aux yeux. Comme je travaille dans ce milieu, j’avais peur d’être saturé par ce monde que j’adore quitté à 17 heures tous les jours.

Cependant, le roman l’éveil fut une belle découverte et une belle surprise. J’ai pris du temps à le lire parce que c’est quand même un beau pavé. Je vous avoue que j’ai vraiment apprécié ma lecture et le temps que j’ai pris pour le lire.

On fait la rencontre d’Aëlle (prénom très original qui a retenu mon attention) qui est une jeune femme élevée dans un milieu social moyen. Ses parents ne sont pas riches mais ils ne sont pas non plus pauvres. Ils vivent bien, elle est entourée de gens qui l’aiment et qu’elle aime. Elle a les idées bien en place et la tête sur les épaules.

D’un autre côté, on fait la rencontre de Sloann, un jeune homme aux antipodes d’Aëlle. En effet, c’est un jeune héritier riche qui pense que l’on peut tout avoir par la beauté et la richesse. Inutile de vous dire à quel point les échanges entre ces deux personnages sont francs, à couteau tiré. Tout le monde campe sur ses positions et honnêtement, cela apporte un peu de dynamisme à l’intrigue. J’ai passé un bon moment à lire ses joutes verbales qui s’avèrent être intéressantes et qui soulèvent des questions et surtout des réponses assez intéressantes.

Ne pensez pas à une romance entre deux gens qui se détestent. On est très loin de cela. Cependant, on réfléchit, on pose des questions sur la société dans laquelle on évolue, c’est assez intéressant d’avoir des points différents sur des questions que l’on peut se poser. Ne vous attendez pas à beaucoup d’action. C’est peut être le seul point négatif que je trouve à cette lecture qui s’est avérée être surprenante. En effet, le sujet de l’intrigue ne prête pas à l’action, on n’en a très peu et en plus du sujet choisi… On est amené à avoir quelques longueurs quand même dans notre lecture. Personnellement, je ne trouve pas que cela a ralenti ma lecture mais il faut le savoir.

Un point qu’il faut souligner pour ce texte, c’est que l’on réfléchit avec les personnages, on étaye son point de vue, on le maintient, on le soutient ou on le réfute. On peut changer d’avis, le modifier et franchement cela fait du bien de changer un peu du genre que je lis. J’ai aussi beaucoup apprécié l’évolution des personnages au contact de l’autre. On est pris dans une spirale assez palpitante.

Je remercie donc l’auteure une nouvelle fois pour la découverte de ce roman. J’ai aussi pu découvrir une plume sensible, qui se prête à un exercice pas si facile que cela.

Ma note : 16/20

 

Publicités

21 réflexions sur “L’éveil – Iléana Métivier

  1. Pingback: L'Éveil d'Iléana Métivier - vos commentaires

  2. Bonjour Satine,
    Je suis ravie que « L’Éveil » t’ait plu, d’autant plus s’il n’est pas dans ton genre de prédilection habituel !
    Merci beaucoup pour cette chronique. =D Et excuse-moi du temps que j’ai mis à te répondre… J’ai le nez dans les cartons en ce moment !
    Pour les chroniqueurs et chroniqueuses qui passent par ici, si mon roman vous « fait envie », n’hésitez pas à me contacter pour un service-presse. =)
    Pour les lecteurs et lectrices, les huit premiers chapitres sont en téléchargement gratuit sur Kobo, etc. Un concours pour remporter deux exemplaires est ouvert jusqu’au 26/2/2018 et… (roulement de tambours, vous êtes les premiers au courant…) il se pourrait bien qu’une méga promo sur le numérique pointe le bout de son nez d’ici quelques jours ! 😉
    Toutes les infos sont ici : http://www.ileana-metivier-auteur.com

  3. Comme toi aux premiers abords, je tic sur les mots « éducations nationales » et « antigouvernemental »… Malgré ta chronique positive, je ne suis pas sûre que ce soit vraiment mon style de livre…

  4. J’ai un peu les mêmes a priori que tu avais avant ta lecture. Quand j’entends privatisation par l’état,… cela me rappelle un peu trop à mon travail,… et pas forcément envie de me plonger dans un roman avec ces thèmes.
    Et pourtant …
    ce que tu en dis donnes envie de le découvrir.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s