10

Les indifférents – Julien Dufresne Lamy

61d6O7EgfrLRésumé : Ils sont les enfants bénis. Les élus. Personne ne les approche. Ils se surnomment les Indifférents. Une bande d’adolescents bourgeois mène une existence paisible sur le bassin d’Arcachon. Justine arrive d’Alsace avec sa mère, recrutée par un notable du coin. Elle rencontre Théo, le plus jeune fils de la famille, et, très vite, intègre son clan. De ces belles années, Justine raconte tout. Les rituels, le gang, l’océan. Cette vie d’insouciance parmi les aulnes et les fêtes clandestines, sous le regard des parents mondains. Mais un matin sur la plage, un drame survient. Les Indifférents sont très certainement coupables. La bande est devenue bestiale. Dans un style haletant et incisif, le nouveau roman de Julien Dufresne-Lamy dessine le portrait d’une jeunesse aussi cruelle que prodigieuse.

Mon avis : Je remercie Julien Dufresne Lamy pour la dédicace dans le roman que j’ai reçu. En effet, j’ai eu la belle surprise de le recevoir suite à une première chronique que j’avais faite d’un excellent roman de l’auteur. Je remercie Claire de la maison d’édition Belfond aussi pour avoir pris contact avec moi. Je suis vraiment heureuse d’avoir de si jolies surprises qui m’attendent dans ma boîte mail et dans ma boite aux lettres. Alors encore un grand merci !

On fait la rencontre de Justine et de sa mère qui quittent leur ville, leurs vies. Sa mère est embauchée par un notable dans le bassin d’Arcachon. Ni une, ni deux, direction le bassin d’Arcachon pour cette fille et sa mère qui ne savent plus où elles en sont.

Tout au long du roman, on suit la vie de Justine, une jeune fille qui ne voulait pas quitter sa vie, ni son père. L’angoisse la prend à la gorge quand elle comprend que sa mère veut faire une croix sur son passé et reprendre sa vie en main.

Justine se lie rapidement d’amitié avec des jeunes qui habitent là depuis longtemps. En effet, elle va rencontrer Théo, Léonard et Daisy, le clan des indifférents. C’est un groupe d’adolescents : ils vont vite devenir un groupe indéfectible. Tout les lie et ils vivent leurs vies avec un grand V à vitesse grand V. On se retrouve propulsé dans un groupe qui rapidement va être un groupe étouffant pour Justine.

Milo arrive dans leurs vies. Il fait tâche, il n’a pas sa place dans le groupe des Indifférents, il n’a rien à faire avec eux. Les trois membres font rapidement comprendre à Milo qu’il n’a rien à faire avec eux.

J’ai beaucoup apprécié découvrir cette histoire. On met le doigt dans un engrenage et on en sort une fois le roman terminé. J’ai apprécié voir Justine évoluer dans cette bande. Ce roman montre les dangers et les ravages de l’adolescence qu’il peut y avoir quand plus rien n’est sous contrôle.

Cette bande d’amis est prête à tout et on vit tout comme il se doit : ainsi, on voit une amitié, des amours, des passions, des folies se dérouler sous nos yeux. C’est vraiment très prenant. Je trouve que c’est un roman très bien ficelé.

La plume de Julien Dufresne Lamy est brillante, intelligente. Elle nous mène dans des endroits assez sympathiques. Des recoins que j’ai apprécié explorer que ce soit dans les paysages où dans les psychologies des personnages. Quelle fin ! J’ai pris du temps entre la lecture de ce roman et ma chronique tellement j’ai eu du mal à y croire.

Les + :

  • Des personnages forts.
  • Une plume que j’ai beaucoup apprécié.
  • La rencontre fracassante avec Dame Adolescence.

Les – :

  • J’aurais aimé en savoir plus sur les adultes. La manière dont ils vivent leurs relations avec leurs enfants. Comment ils vivent et comprennent le comportement de leurs enfants.

Ma note : 17/20

 

18

Mal dans la peau – Ghislaine Bizot

51Acpw3-x-L._SX210_Résumé : Marie et Carole, deux amies d’enfance originaires de Lille, se trouvent séparées quand Carole part vivre avec son mari Fabrice dans un petit village retiré de l’arrière-pays niçois. Elles décident alors de s’écrire, mais au cours de ces échanges, la Carole que Marie connaissait si bien semble peu à peu s’effacer… Que lui arrive-t-il et quel secret cherche-t-elle à cacher derrière ces mots si minutieusement pesés ?

Mon avis : J’ai pu lire ce roman dans le cadre du prix des auteurs inconnus. Je vous avoue qu’il ne faisait pas partie de ma liste, un sujet trop poignant pour la petite lectrice au cœur sensible que je suis. Cependant, je ne peux pas vous dire que j’ai passé un mauvais moment de lecture, sera serai mentir.

On fait la rencontre de Marie et Carole, deux amies qui vont commencer à s’écrire puisque les kilomètres vont les séparer. Native de Lille, Carole quitte Marie pour s’installer près de Nice avec son mari Fabrice. N’ayant pas de possibilité d’avoir internet ni de réseau, on suit une correspondance épistolaire.

J’ai beaucoup apprécié cet échange sous forme de lettres. Cela faisait longtemps que je ne suis pas tombée sur un roman sous cette forme et cela fait du bien. Cela se lit rapidement, c’est direct, concis.

J’ai apprécié pouvoir vivre l’évolution des deux femmes. On sent tout de suite l’implication de Carole dans la vie de Marie et inversement. On se retrouve vraiment dans une belle amitié qui va être mise à rude épreuve. C’est vraiment une belle relation qui se dessine.

Le problème est que le sujet dont on parle est un sujet que je n’aime pas retrouver dans mes lectures. Ce n’est pas que ce n’est pas important pour moi, bien au contraire, mais c’est juste que mes lectures sont faites pour m’évader et non pour lire des romans sur des sujets aussi tristes. J’avoue que l’auteure maîtrise vraiment très bien son sujet, on est happé par l’atmosphère.

La plume de l’auteure est très prenante. On est submergé par les émotions. On se sent 21558808_10155840743672376_432604085835244817_nmal pour Carole qui se voit de plus en plus recluse dans une vie qui ne lui ressemble pas, qui lui échappe totalement. Je suis vraiment très heureuse d’avoir pu mettre mon nez dans cette histoire.

En effet, avec cette lecture, je sors des sentiers battus, de mes zones de confort. Je ne pouvais pas trouver mieux que ce roman dans ce genre pour me mettre le pied à l’étrier. Je reconnais donc le brio de l’intrigue qui nous permet une ambiance étouffante. On se rend compte que la femme est prise dans l’étau de sa vie : entre son mari violent et cette amie qui tente de la réveiller pour qu’elle sorte de cet enfer.

J’essaye de lire plus de romans sur les sujets susceptibles comme celui de la violence conjugale. J’ai vraiment été saisi par le fait que la femme se dénigre, est limite d’accord avec l’homme qui lui dit que c’est de sa faute. J’ai pu lire une autre vision des choses que la mienne, cela remet les idées en place, je vous assure.

Ce roman est poignant, choquant et très bien écrit. Je ne peux que le recommander à toutes et à tous.

Les + :

  • Une intrigue frappante.
  • Une plume intransigeante qui véhicule beaucoup d’émotions.
  • Une belle relation d’amitié.
  • Un roman épistolaire qui m’a beaucoup plu

Les – :

  • Les passages en italique qui selon moi n’étaient pas forcément une force pour le roman.

Ma note : 18/20

12

Le miroir – Mariam Sirel

41-Vge+b1sL.jpgRésumé : Marianna et James Kyle mènent une vie en apparence paisible et heureuse lorsqu’un matin cette dernière découvre la mère de son époux venue passer un week- end à Londres chez eux mutilée dans la salle de bain du jeune couple. Suicide ou meurtre prémédité, ce drame éveille de nombreux soupçons et interrogations en eux. Les apparences sont parfois trompeuses et leur histoire d’amour va alors s’avérer bien plus sombre et complexe qu’elle ne l’était jusqu’à présent. Un lourd secret familial, longtemps oublié refait alors surface pour ainsi semer le trouble, l’angoisse et la terreur au sein des Kyle. Comment Marianna va t-elle mettre fin à ce cauchemar et pour quelles raisons en veut-on à sa famille?

Mon avis : Je remercie Mariam Sirel qui m’a gentiment envoyé son roman. Je la remercie aussi des messages que nous avons échangés : il est plaisant de ne pas être qu’un nom sur une liste de blogueurs. Je suis vraiment très heureuse d’avoir pu échanger avec Mariam qui s’avère être très gentille et curieuse de savoir ce que l’on est en dehors des mots que l’on peut écrire sur les romans que l’on lit.

On fait la rencontre de Marianna et James : un couple marié depuis quelques années. On se retrouve dans leur quotidien qui n’est pas tout rose mais l’amour semble les unir pour toujours. J’ai vraiment adoré être plongée dans cette famille.

On suit une histoire hallucinante qui va de rebondissements en rebondissements. Ici, je pense que ma phrase préférée pour parler des romans va faire sensation : « les apparences sont parfois trompeuses. »

On tangue entre le suicide de la belle mère de Marianna (et la mère de James donc). Cette situation marque un tournant dans la vie de Marianna et James. Tout va être bouleversé. C’est vraiment une situation délicate qui se dessine sous nos yeux.

Les péripéties sont bonnes, réalisables et crédibles. On se retrouve vraiment au cœur d’une famille qui s’interroge, qui se soupçonne, qui se pose des milliards de questions. On a une impression d’étouffement tout au long du roman. On veut savoir, on veut tout connaitre des personnages.

La seule chose que je peux reprocher à ce roman c’est d’être trop court. En effet, j’ai trouvé que les choses allaient peut être un peu trop vite, le suicide est là dès les premières pages et je vous avoue que j’ai pris un peu de temps pour m’installer dans ma lecture.

C’est un petit roman que je recommande à ceux qui aiment les histoires de famille, un petit thriller qui permet de vivre une petite histoire sympathique. Roman court, il est parfait à glisser entre deux grosses lectures.

La plume de l’auteure est saisissante, elle est parfaite pour l’exercice. Ce roman est vraiment très sympathique.

Les + :

  • Une intrigue sympathique
  • Un huit clos assez prenant
  • Un couple sympathique
  • Une plume saisissante

Les – :

  • Une sensation de rapidité au départ qui est un peu surprenante.
  • Un roman court : j’ai envie d’en savoir plus. J’aurais aimé une psychologie plus développée.

Ma note : 16/20

10

Yianna Tome 3 : La prophétie de Mérébys – Manon Samson

yianna,-tome-3--la-prophetie-de-merebys-914836-264-432Résumé : Le roi a fait une révélation importante. La vie d’Aslon et Emmy en est grandement bouleversée. Avec détermination, ils affrontent cette situation peu banale, bien différente de l’existence qu’ils avaient envisagée. Alors qu’ils considèrent avoir trouvé une certaine quiétude, la cruauté du destin va frapper. Emmy n’aurait jamais pu imaginer l’ampleur du danger qui guettait son monde… Personne ne l’aurait pu, d’ailleurs. Terrifiée, elle devra puiser dans toute sa force et son courage pour combattre la tant redoutée « Prophétie de Mérébys » qui bouleversera leur futur à jamais.

Mon avis : Je remercie grandement Alex Tremm pour m’avoir permis de me plonger dans l’univers de Yianna. En effet, j’ai pris du temps pour lire cette trilogie mais c’est un monde tellement beau que l’on n’a pas forcément envie d’en sortir. J’ai prolongé mon plaisir jusqu’à ce que je craque en lise le dernier tome.

Troisième tome riche, intense sous le signe de l’émotion. On se retrouve avec une trame narrative grandement intéressante et qui véhicule beaucoup d’émotions fortes.

Ce qui est assez surprenant c’est que j’avais peur d’avoir perdu le fil de l’histoire vu le temps qu’il y a eu entre le deuxième tome et le dernier. Cependant, je me suis bien trompée, je suis retournée dans l’univers de Yianna aussi facilement que si j’avais quitté le deuxième tome hier. C’est déjà un très bon point qui souligne la qualité de l’intrigue, de la plume et de l’univers.

Les personnages sont toujours aussi intenses. On se retrouve vraiment dans un univers connu, que l’on a envie de revoir J’ai aimé le fait que l’on garde les personnages des deux premiers tomes en ajoutant de nouveaux personnages : cela donne un nouveau souffle à la trilogie. C’est très intelligent.

L’histoire est touchante, j’ai aimé la fin qui m’a beaucoup plu. C’est pour moi un beau message de tolérance, de respect. C’est chouette  d’avoir ce genre de message dans un roman fantasy.

J’aurais aimé en savoir plus sur le devenir de certains personnages.

Si on sent une belle évolution dans les psychologies des personnages, la plume de Manon Samson a gagné en force. Je trouve que c’est une plume beaucoup plus poignante, belle, pleine d’émotions que l’on découvre. J’ai trouvé une nette différence entre les deux premiers tomes et ce dernier. Tout est plus sublimé dans celui-ci, c’est très agréable.

C’est une saga très additive : on ne veut plus quitter ce monde ni les Yiaras. En effet, j’ai trouvé de belles notions dans ce roman : amour, amitié, solidarité… C’est vraiment une belle saga qui nous permet de vivre sur Yianna le temps d’une trilogie. Elle se lit très rapidement.

Je ne peux que conseiller cette trilogie aux lecteurs fans de fantasy. Si jamais vous voulez mettre le pieds à l’étrier, cette saga se lit rapidement et facilement. Je pense qu’elle pourrait plaire aux adultes comme aux plus jeunes. Il faut mettre le nez dedans, vraiment !

Je salue donc une intrigue sans faille qui me permet d’avoir fait une belle découverte dans le genre fantasy. C’est vraiment quelque chose qui m’a beaucoup plu de découvrir. Une plume qui prend de la force au fil des tomes, des personnages variés et plaisants. Une histoire qui va vous faire vivre un ascenseur émotionnel à coup sur !

Les + :

  • Beaucoup d’intensité pour la fin de cette saga
  • Une plume forte que j’ai apprécié découvrir
  • Une trilogie qui se lit rapidement grâce à une immersion facile et forte.

Les – :

  • J’aurais aimé en savoir plus sur le devenir de certains personnages.

Ma note : 17/20

 

20

Minute, papillon ! – Aurélie Valognes

61c-57u68KL._SL500_.jpgRésumé : C’est l’histoire de Rose, 36 ans, mère célibataire, une femme dévouée qui a toujours fait passer les besoins des autres avant les siens. Après avoir perdu son père et son emploi, la jeune femme apprend que Baptiste, son fils unique de 18 ans, quitte la maison. Son monde s’effondre.
Cette ex-nounou d’enfer est alors contrainte d’accepter de travailler comme dame de compagnie pour une vieille dame riche et toquée, Colette. Et si, contre toute attente, cette rencontre atypique allait l’aider à se réconcilier avec elle-même et faire face à son passé ?

Mon avis : Je remercie Pauline et l’équipe d’audio Lib pour l’envoi de ce nouveau livre audio ! Je suis ravie d’avoir pu passer du temps avec le roman d’Aurélie Valognes. En effet, elle faisait partie des auteurs que j’avais envie de découvrir sans forcément avoir la possibilité de le faire. Quand je l’ai vu dans la liste, ni une, ni deux, je l’ai demandé. J’ai passé un bon moment d’écoute avec ce roman très frais.

On fait la rencontre de Rose, une jeune femme de 36 ans qui voit sa vie voler en éclat : le petit Léon qu’elle ne garde plus, son fils, Baptiste qui lui tourne le dos parce qu’il n’en peut plus de la vie qu’elle lui impose. Rose perd tout mais retrouve rapidement un travail dans une famille riche. Une fille complètement folle, un chien collant et une mère toquée voilà ce qui l’attend.

Franchement, j’ai passé un très bon moment d’écoute. C’est frais, plein d’humour. On se retrouve propulsé dans la spirale infernale qu’est la vie de Rose. On passe avec elle un petit bout de sa vie. J’ai beaucoup apprécié l’évolution notoire de la jeune femme qui décide, avec l’aide de Colette, de faire quelque chose pour que sa vie change.

Colette, c’est la dame âgée chez qui elle vit. (j’ai adoré le moment où… Elle comprend qu’elle n’est pas employée pour Colette, j’avoue que je ne l’avais pas vu venir celui là !) C’est une toquée comme dirait Rose. Très rapidement, les deux femmes se lient d’amitié et j’ai beaucoup apprécié cette relation qui semble ne pas avoir d’âge ni de frontière. C’est vraiment une amitié comme tout le monde en rêve.

Pépètte m’a aussi beaucoup plu, j’ai adoré ce petit chien qui m’a bien fait rire.

La situation est assez drôle, c’est vraiment une ambiance très feel-good que nous avons là. J’ai retrouvé l’essentiel pour passer un bon moment de lecture.

J’ai découvert une plume très sympathique, très fraîche, pleine de poésie qui m’a beaucoup plu. Je pense qu’il pourrait plaire à beaucoup de lecteurs et je comprends l’engouement autour des romans d’Aurélie Valognes.

Les + :

  • Un personnage principal assez sympathique
  • Une intrigue rigolote, fraîche et dynamique.
  • Un panel de personnages assez varié qui nous propose différentes psychologies et caractères.
  • Une plume à découvrir sans l’ombre d’un doute.
  • Un bon roman feel-good

Les – :

  • Peut être des choses trop évidentes.
  • Le caractère de Baptiste à qui j’aurais aimé mettre des baffes.

Ma note : 16/20

 

14

Chicago Requiem – Carine Foulon

couv33802800.jpgRésumé : Chicago, années folles… Sur la scène d’une ville en proie à la corruption, acteurs et gangsters se côtoient. William, issu d’une famille riche et influente, les Henderson, possède un théâtre cerné de speakeasies et de maisons closes. Il aide son épouse, Susan, à reprendre sa carrière d’actrice malgré la corruption et la prohibition. La sœur de William, Meredith, vient de passer cinq ans en prison. Résolue à se venger de son frère et de tous ceux qu’elle pense responsables de son incarcération, elle s’établit à Miami où elle rencontre un certain Al Capone.
Le vaudeville peut alors virer au drame, à la scène comme à la ville.

Mon avis : Je remercie Carine qui m’a permis de découvrir son roman via la plateforme Simplement.pro qui reste une plateforme que j’apprécie beaucoup ! C’est vraiment une source de découverte intarissable et qui me fait découvrir de jolies choses comme le roman de Carine.

Ce roman est une petite pépite. Je tenais déjà à saluer le travail en amont que Carine a du faire pour nous présenter un roman sur fond historique comme Chicago Requiem. Quelle minutie dans les détails, dans l’intrigue. Ce sont des petites choses qui rendent la découverte de ce roman encore plus sympathique qu’il ne l’était déjà.

J’ai fait la rencontre de plusieurs personnages qui m’ont plu. Cependant, comme dans tout roman digne de ce nom, les psychologies sont différentes et forcément, il y a des personnages que j’ai moins aimé que d’autres mais je vous avoue que le panel est assez riche, fourni et varié pour que chacun y trouve son compte.

William est un personnage que j’ai bien apprécié. La famille des Henderson est une sacrée famille. J’ai beaucoup apprécié l’ambiance qui tourne autour de cette dernière. En effet, je suis restée scotchée dans les histoires de famille qui valent le détour.

La piquante Meredith m’a aussi plu, elle est la sœur de William. Elle a fait de la prison et tout cela, elle veut le faire payer aux gens qui l’ont poussé vers la case prison. Elle s’en prend à son frère et j’ai trouvé l’idée sympathique. C’est dommage que cette relation épineuse, de haine entre frère et sœur ne soit pas plus exploitée. J’aurais aimé en savoir un peu plus. Meredith est complètement siphonnée, au point de vouloir tuer tout le monde.

J’ai beaucoup apprécié ces histoires de rivalités, les pièges, les pics entre membres de la même famille, j’ai trouvé l’histoire prenante et les personnages assez différents et piquants.

Carine nous propulse littéralement dans les années 1920 aux Etats Unis. J’ai eu l’impression de retrouver les décors de Gatsby le magnifique que j’avais bien apprécié à l’époque (ça m’a donné envie de replonger dans l’histoire d’ailleurs). Les décors sont surprenants. C’est la première fois que je lis un roman où le thème de la mafia est présent. C’est assez surprenant mais ça m’a plu d’avoir quelque chose de différents entre les mains. On est dans la période de prohibition que j’aime beaucoup.

On est dans une spirale de manipulation, de vengeance, de faux semblants. Dans cette spirale, on a des pointes de douceur, de volonté de faire mieux, de montrer le changement. On est sur le qui vive. Qui dit vrai ? Qui ment ? J’ai adoré l’ambiance !

Carine Foulon parvient à mélanger les genres, un thriller historique avec une touche de romance. Il rend ce roman inclassable (bon oui, je vais quand même le classer mais il reste une touche de je ne sais quoi qui fait qu’on ne peut pas forcément le mettre dans une case bien précise).

Les + :

  • La plume de Carine que j’ai grandement apprécié
  • L’intrigue que j’ai aimé : les secrets de famille, la mafia, la prohibition.
  • Les personnages divers et variés.
  • Le travail de recherche minutieux fait pas l’auteure.

Les – :

  • La relation épineuse entre William et Meredith qui aurait pu être plus exploitée.
  • Une sensation étrange dans les dialogues un peu trop mécanique.

Ma note : 18/20

 

13

Les hommes ne lisent pas de romance – Nico Bally

51JFijRdDdL._SX195_Résumé : Roméo Galli rêve de devenir journaliste criminel. Mais le seul job qu’il parvient à décrocher est la nécrologie de Lady Myrtille, une célèbre romancière qui a écrit une centaine de romances. Trop macho pour avoir déjà ouvert un livre à l’eau de rose, Roméo va devoir s’y plonger sérieusement, surtout qu’il sent que cette mort prétendument naturelle pourrait bien être un meurtre…  Aidé par la charmante petite-nièce de la romancière, hébergé par son père qu’il n’a pas vu depuis vingt ans, coincé entre une éditrice sulfureuse, un vieux grincheux, des jumelles pâtissières et toute la population farfelue du village le plus paumé du monde, Roméo va devoir gérer une enquête tortueuse, une histoire d’amour maladroite et… un lapin et un chat caractériels. Entre comédie feel-good, romance légère et enquête littéraire, « Les hommes ne lisent pas de romance » rend hommage aux livres les plus méprisés et les plus lus de l’histoire de la Littérature : les romans à l’eau de rose.

Mon avis : Je remercie Nico Bally d’avoir répondu à ma demande de Service Presse via le site Simplement.pro

Mais quelle fraîcheur ! Quelle bonne humeur ! Quel bon roman !!! Je n’ai rien à dire à part : bravo ! J’ai passé un excellent moment avec ce roman !

On fait la connaissance de Roméo, un jeune homme un peu perdu puisqu’il ne parvient pas à s’en sortir financièrement. Un peu obligé, il retourne chez son père à Croquignole où il n’a pas mis les pieds depuis que sa mère et lui en sont partis après le divorce de ses parents.

Croquignole est tout ce qu’il déteste : un petit village trop calme, trop triste, trop tout ce qu’il n’aime  pas. Tout le monde se connait, rien n’a changé depuis qu’il est parti. C’est la campagne profonde. Un citadin à la campagne : au secours !

Roméo fait la rencontre de Nora, une jeune éditrice qui part pour Croquignole pour le décès de Lady Myrtille. Lady Myrtille est une auteure connue pour ses romans à l’eau de rose. Sa mort est synonyme de tristesse et de deuil des lectrices avides de ces histoires d’amour dégoulinantes de romance.

Roméo se voit confier la tâche de la chronique nécrologique de Lady Myrtille. Pour cela, une ancienne camarade de classe et proche de Lady Myrtille : Meg, va l’aider dans ses recherches.

Plus qu’un petit travail, c’est les mots d’une auteurs qu’il va apprendre à connaitre et à aimer… Ou non !

L’auteur m’a bluffé ! En plus d’avoir su écrire une légère romance toute fraîche, il parvient à y ajouter une petite enquête policière et c’est vraiment une lecture prenante.

J’ai beaucoup apprécié faire une immersion dans ce petit village typiquement français que j’ai adoré ! On fait partie des habitants le temps de ce roman. C’est vraiment une impression très agréable que j’ai apprécié ressentir !

La plume de Nico Bailly est surprenante, bourrée de bonne humeur et de fraîcheur. Je suis vraiment heureuse d’avoir pu découvrir cette plume pleine de surprise. C’est vraiment un auteur que je prendrai plaisir à lire de nouveau !

Les + :

  • Une situation très drôle.
  • Roméo qui m’a beaucoup plu.
  • Une intrigue qui tient la route
  • Un mélange des genres parfaitement tenu !

Les – :

  • J’aurais aimé en avoir plus du côté romance.

Ma note : 19/20

12

Une bonne âme – Audrey Perri

CVT_Une-bonne-ame_9601.jpgRésumé : Londres, 1899. Florence Jones, jeune mère célibataire, décide de faire adopter sa fille Sélina, faute de pouvoir la garder auprès d’elle. Elle se tourne alors vers Mrs Hewetson, l’une de ces fermières de bébés qui pullulent dans la capitale et qui affirme pouvoir s’occuper de son enfant. Mais Florence ignore encore que cette femme, loin d’être la bonne âme qu’elle prétend être, est déjà impliquée dans la disparition de nombreux enfants…

Mon avis : Je remercie chaleureusement Audrey pour l’invitation. En effet, j’ai reçu son roman via Simplement Pro. J’ai aussi pu apprécier pouvoir échanger avec elle rapidement après avoir accepté son roman. J’ai pris du  temps pour le lire tellement je ne voulais rien rater de ma lecture, résultat : je n’ai pas été déçue pour un sou !

On fait la rencontre de Florence Jones, une jeune femme qui tombe enceinte et qui doit malheureusement confier sa fille à une femme qui promet de prendre soin de son bébé même si la réalité est tout autre.

On est directement plongé dans la capitale anglaise du 19ème siècle. J’ai beaucoup apprécié ce que j’ai découvert. L’ambiance est assez glauque est très représentative de la répression que ce pays subit depuis l’arrivée de la reine sur le trône. J’ai aussi aimé la pulsion de puritanisme dans ces lignes. On se retrouve en immersion dans un roman où les femmes célibataires enceintes sont considérées comme des femmes faciles, des parias. C’était vraiment une belle lecture !

Florence est un personnage que j’ai beaucoup apprécié par sa simplicité et son courage. Elle est loin d’être une jeune femme bête et elle le montre à plusieurs reprises. Elle ne laisse pas sa fille de gaité de cœur et nous en prenons pleinement conscience très rapidement.

J’ai aimé le fond historique que l’on associe à cette histoire. En effet, Sélina Jones qui est la fille de Florence qu’elle a confié est une enfant morte par l’abandon d’une femme « fermière ». En effet, c’est très en vogue à cette époque : moyennant finances, vous pouvez confier votre enfant à une personne. Cependant, l’appât du gain est plus fort que tout pour certaines personnes. Mauvais soins, abandons et morts bercent ces pratiques.

On suit deux personnages diamétralement différents avec des personnalités aux antipodes ainsi que des envies, des besoins, des parcours de vie carrément différents.

L’histoire est prenante. Même si le roman est court, on est vite propulsé dans cette histoire. Je vous avoue qu’à certains moments, les pratiques des fermières font froid dans le dos mais cela est très vite équilibré par l’excellente plume d’Audrey Perri qui nous permet une immersion totale dans cette période. Le roman est vraiment bon.

Je ne peux que vous le conseiller si vous êtes fan des romans qui soulignent un côté historique auquel on mêle la fiction avec brio. On ne se rend compte de rien et cela est vraiment très agréable dans ce genre de roman.

Les + :

  • Florence est un personnage important très bien développé.
  • J’ai aimé l’époque décrite ainsi que l’ambiance de cette dernière.
  • La plume d’Audrey que j’ai découvert avec beaucoup de plaisir.

Les – :

  • Les pratiques de ces femmes « fermières » qui font froid dans le dos.

Ma note : 17/20

10

Black Sins : Saison 2 – Twiny B

29792037_627565890919495_762625274516064420_n.jpgRésumé : Lenka King voue sa vie entière à sa carrière dans la police. Pas de place pour autre chose dans son quotidien, même si elle s’autorise quelques écarts croustillants avec Carnell, son chef de service, – mais aucun risque de relation sérieuse avec l’homme qui est aussi le meilleur ami de son frère, Silas. Oui, son métier est tout pour elle. Alors le jour où l’agresseur de sa sœur est relâché pour bonne conduite, Lenka ne peut supporter de le savoir en liberté. Contre l’avis de sa hiérarchie, elle décide de partir en  » mission  » pour renvoyer coûte que coûte cet homme en prison. Animée par la vengeance, elle est loin de se douter des obstacles et des rencontres qui l’attendent. Parviendra-t-elle à atteindre son but ? Quoi qu’il en soit, Charly Gayes, sa cible, n’a qu’à bien se tenir…

Mon avis : Je remercie une nouvelle fois Nisha Editions pour l’envoi de cette deuxième saison qui vient clore (Non ! Jamais, Twiny, je compte sur toi !) pour le moment les sagas « Black S » de Twiny B.

Encore une fois, ce fut court et intense. J’ai suivi la suite des aventures de Lenka avec avidité et beaucoup d’impatience.

Je suis vraiment ravie de lire sur les réseaux sociaux l’engouement des filles (et garçons !) pour les sagas Black S. Même si les romans peuvent être lus séparés, on se rend vite compte que c’est une très grande famille qui se déploie sous nos yeux. Il y a toujours des personnages qui s’ajoutent aux personnages que l’on a rencontrés dans les autres sagas. En effet, c’est toujours un bonheur pour moi de retrouver les personnages que j’avais tant aimé !

Ici, on s’intéresse à Lenka dont on a fait la connaissance dans la première saison. Si l’on voit Lenka, on sait très bien que Tyron n’est pas loin dans les parages ! Je suis vraiment heureuse d’avoir pu lire la suite de leurs aventures. C’est vraiment un très bon moment de lecture.

On avait quitté Lenka dans une position assez inconfortable. J’avais hâte de savoir comment elle allait se sortir de là. Je suis heureuse de vous dire que l’histoire est excellente, pleine de pep’s et de péripéties qui vont vous faire sourire voire franchement rire !

L’intrigue n’est pas franchement originale mais ce que l’auteure en fait est vraiment très sympathique. Je suis ravie de voir à quel point le talent de Twiny B parvient à nous captiver. L’originalité tient dans les personnages toujours épicés et hauts en couleur, les situations assez drôles ou contraignantes. C’est vraiment très bien trouvé !

La plume de Twiny B nous permet encore une fois de passer un excellent moment dans cette romance contemporaine. Le seul inconvénient à cette plume, c’est que l’on en veut toujours plus !

Les + :

  • Un retour dans une bulle que j’aime beaucoup.
  • Les personnages anciens qui se mêlent aux nouveaux avec beaucoup de simplicité.
  • La plume de Twiny, toujours aussi bonne.
  • L’originalité des personnages, des situations.

Les – :

  • J’aurais aimé en savoir un peu plus sur Silas et Djuna.

Ma note : 18/20

 

12

Féroce – Danielle Thiéry

9782081421516.jpgRésumé : Un inconnu suit une petite fille. Il l’observe comme un animal. Il la veut. il l’aura. Des ossements sans têtes sont découverts au zoo de Vincennes dans l’enclos des lions. Des enfants. Alix de Clavery, la criminologue de l’OCRVP, fait immédiatement le lien avec la jeune Swan, dont la disparition au zoo de Thoiry six ans auparavant continue à l’obséder. S’agit-il du même prédateur? Alors que les forces de l’Office sont mobilisées pour démanteler une filière pédophile, les voilà atteintes en plein cœur : l’adjoint de la commissaire Marion est retrouvé inconscient, les mains en sang, et une brigadière a disparu. Mais le pire est encore à venir. Une alerte enlèvement est déclenchée : il s’agit d’une petite fille…  De l’homme ou de l’animal, on ne sait qui est le plus féroce.

Mon avis : Je remercie une nouvelle fois Gilles Paris et son équipe (surtout Jules !) ainsi que les éditions Fammarion qui m’ont permis de lire une nouvelle fois un roman génial !

Je vous en avais parlé sur la page. En effet, le roman Féroce n’est pas forcément un roman sur lequel je me serai retournée si je l’avais vu en librairie. La couverture n’est pas forcément une couverture qui me plait. Cependant, à la lecture du résumé, j’ai complètement craqué. Il me le fallait absolument, je ne pouvais plus vivre sans !

J’adore les thrillers et ici, je suis servie. On est dans une ambiance macabre qui mêle une cage aux lions, des squelettes d’enfants et un réseau de pédophilie. Je vous avoue qu’au départ je me suis demandée comment l’auteure allait savoir faire quelque chose avec ces trois vastes sujets qui ne semblaient pas pouvoir avoir de liens entre eux. Vous voulez savoir comment l’auteure s’en est sortie ? Avec brio tout simplement !

J’ai pris beaucoup de plaisir à découvrir cette histoire.

On fait la rencontre d’Alix, une jeune femme très talentueuse qui fait partie de l’équipetéléchargement de l’Office. On suit l’enquête via différents points de vue. D’habitude, je suis un peu perdue lorsque les auteurs jouent sur ces différents points de vue mais ici, pas du tout. Je suis vraiment ravie de m’être laissée embarquée dans cette aventure. On a les points de vue de différents personnages qui font partie de l’Office mais aussi du tueur, cela ajoute pas mal de piquant à l’affaire sordide.

Même si c’est glauque, le sujet des réseaux pédophiles est maîtrisé avec brio dans ce roman. Cela nous fait prendre conscience, au delà du fait que cela serve de base dans le roman, que cela existe vraiment. Même si l’atmosphère est pourrie par des sites où des enfants sont livrés aux cinglés du net, c’est excellent !

En effet, on est embarqué dans une histoire renversante qui plonge les personnages dans leurs retranchements de manière magistrale !

J’ai aussi, par la même occasion, découvert la plume de Danielle Thiry. Je renouvellerai l’expérience avec grand plaisir. Elle nous permet de passer un très bon moment et cela est vraiment très sympathique à lire. On ne voit pas le temps passer. Ce qui est bien dans cette histoire c’est que le personnel est mêlé intrinsèquement au professionnel. Ainsi, on voit les personnages évoluer dans différentes sphères, ce qui nous permet de voir comment ils peuvent jongler avec ces dernières.

Les + :

  • Une ambiance glauque, une intrigue originale. Un décor génial !
  • Différents points de vue alternés.
  • De nombreux personnages
  • Une fin surprenante
  • Une plume divertissante propice au genre du thriller.

Les – :

  • Même s’ils sont précieux pour l’intrigue, les détails sur les sites de pédophilies font froids dans le dos et peuvent déranger.

Ma note : 18/20

 

14

Les nids de Van Gogh – Evelyne Larcher

téléchargement.jpgRésumé : Fuyant un chagrin d’amour, Autumn se réfugie en Bretagne, loin de ses souvenirs et de son quotidien. La propriétaire de l’hôtel où elle séjourne, intriguée par cette jeune femme solitaire, décide de la prendre sous son aile. Elle lui présente Hervé, un habitué des lieux, qui trouble Autumn et, rapidement, la séduit.Peu à peu, la jeune femme comprend qu’un lourd secret lie son prétendant et la gérante de la pension et les fige dans le passé. Ces trois personnages blessés par la vie devront s’unir pour briser les non-dits et, enfin, se reconstruire.Ponctué de citations de Van Gogh, ce roman évoque la quête de soi à travers l’autre, la recherche de l’épanouissement, qui n’est possible que lorsque nous sommes soutenus et aimés. Car, comme le dit le célèbre peintre : « Etre amis, être frères, aimer, cela ouvre la prison par puissance souveraine, par charme très puissant ».

Mon avis : Je remercie Evelyne pour sa charmante demande via le site Simplement.pro. Il est vrai que je ralentis un peu mes lectures ce mois-ci, tout simplement parce que j’ai des examens à la fin du mois et qu’il faut que je me bouge un peu (moi ? Dernière minute ? Jamais !)

Cependant, j’ai pris le temps de découvrir le roman d’Evelyne qui est vraiment très beau. Je ne regrette pas d’avoir pris le temps de découvrir l’univers mais aussi la psychologie de tous ces personnages.

On fait la rencontre d’Autumn (j’adore ce prénom !) qui fuit son chagrin d’amour en Bretagne. J’ai beaucoup apprécié le parcours de ce personnage tout au long du roman. Autumn est une femme douce, gentille, attentionnée, elle a la tête sur les épaules et parvient vraiment à rendre ce roman très intéressant dès le moment où l’on pose les yeux sur ce roman.

Les Nids de Van Gogh est un roman que j’ai bien aimé. Tout au long des pages, on est bercé par des citations de Vincent Van Gogh tirées des lettres qu’il a envoyées à son frère Théo. J’ai apprécié avoir le personnage de ce peintre en toile de fond (quel humour, Pauline !)

L’histoire est vraiment prenante. L’intrigue n’est pas vraiment originale : une histoire d’amour qui finit par un cœur brisé, un hôtel, un lieu calme, des nouvelles personnes, des rencontres et voilà l’histoire. Cependant, j’ai apprécié le fait que l’originalité tiennent dans les citations mais aussi dans les personnages tous très différents avec des psychologies variées et intéressantes. Je suis persuadée que les fans de romance vont être servis avec ce roman. Cependant, certaines psychologies auraient pu être un peu plus travaillées, je suis certaine que le roman gagnerait en profondeur très rapidement.

La plume de l’auteure est belle, fraîche. Je suis parvenue à partir avec Autumn en Bretagne. Les paysages sont sublimes, très bien décrits. J’ai adoré ! On est tenu en haleine jusqu’au bout. Je ne peux que conseiller si vous êtes fan, par exemple, de Debbie Macomber. On est dans le même genre et c’est bon. C’est un roman court qui fait du bien.

Je vous avoue aussi quelques longueurs dans ce texte. Le début est assez long. L’arrivée de notre personnage principal en Bretagne est un peu longuet mais une fois que l’on est dans la lecture, c’est assez prenant.

Les + :

  • Une plume de je ne connaissais pas
  • Beaucoup de personnages divers et variés.
  • Le fait de retrouver Vincent Van Gogh en toile de fond.
  • Les paysages bretons.

Les – :

  • Des personnages un peu survolés psychologiquement.
  • Quelques longueurs.

Ma note : 16/20

12

Solo tú – Céline Jeanne

solo-tu-1036918-264-432Résumé : Peut-on tout laisser derrière soi, tout mettre sous clé pour tenter d’avancer, un pas après l’autre, dans une nouvelle vie ? C’est ce qu’espérait Iria en s’installant à Paris. Mais le destin est facétieux. Un emploi qu’elle ne peut refuser la ramène à Barcelone, la ville de ses cauchemars, la ville de son seul et unique amour. La peur la ronge tandis que son avion atterrit sur le sol espagnol. Et si elle croisait les fantômes de son passé ? Rien n’est jamais simple, mais Iria va apprendre une chose : on ne peut fuir indéfiniment son passé, et parfois, pour vivre, il faut accepter d’ouvrir sa malle et de faire face aux monstres qu’elle contient.

Mon avis : Je remercie les éditions Alter Real ainsi que Céline Jeanne qui sont très sympathiques. Je pense que c’est une lecture qu’il faut lire si vous aimez la littérature romantique avec une touche de drame. Si en plus vous appréciez voyager, il n’y a pas rien à dire : ce roman est fait pour vous.

On fait la rencontre d’Iria ou Iris. C’est une jeune fille magnifique, intelligente, calme mais qui cache un gros secret que l’on découvre tout au long du roman. J’ai adoré ce personnage principal qui m’a beaucoup plu. Elle nous permet de suivre le roman avec une envie de tout savoir. Du début à la fin on est happé par cette histoire troublante qui nous promet un moment de lecture surprenant, sous tension.

Ce que j’ai beaucoup apprécié dans ce roman, c’est la multitude de personnages que l’on rencontre. C’est le croisement entre le passé d’Iria et son présent, sa vie actuelle. On se rend rapidement compte qu’Iria est espagnole mais qu’elle a fuit sa ville, sa vie, ses amis il y a longtemps. Elle revient sur les traces de son passé avec plus ou moins de réticence. Elle a changé, sa vie aussi : elle a Nathalie et Oriane en France qui l’on beaucoup aidé et qui sont sa nouvelle famille. En plus d’avoir une multitude de personnages, ils sont tous très cosmopolites : en effet, on a des personnages espagnols, français, québécois…. On est au croisement de toutes ces cultures et traditions. C’était vraiment une belle idée. J’ai adoré découvrir l’Espagne à travers ces personnages et ces lieux.

J’ai apprécié cet effet d’aller retour entre le passé et le présent d’Iria. J’ai beaucoup apprécié découvrir à travers ses souvenirs, ses pensées ce qui a pu se passer dans sa vie pour qu’elle quitte tout du jour au lendemain sans aucune raison à donner à ses amis.

Ses amis … Guillem, Arnau et tout le reste de la bande qui s’interrogent sur le départ il ytéléchargement a des années de cela, d’Ira mais aussi sur les raisons de son retour. Elle est comme Orphée revenant des enfers, on ne sait pas d’où elle vient. C’est très prenant.

Ce que j’ai aussi beaucoup aimé, c’est la plume de l’auteure qui est prenante, entraînante, qui nous permet de nous évader à coup de Mojito et de tapas et je peux vous dire qu’en période d’examens, c’est juste génial ! J’ai passé un excellent moment de lecture avec ce roman que je vous conseille.

J’ai beaucoup apprécié l’immersion dans la relation entre Iris et Guillem. C’est une belle relation d’amitié qui prend de l’ampleur. C’est vraiment quelque chose de très sympathique à découvrir et à lire. C’est vraiment un roman parfait. Il n’y a aucune fausse note pour moi.

Les + :

  • Une culture que je ne connaissais pas.
  • Une histoire mystérieuse qui m’a permis de m’évader.
  • Des personnages que j’ai beaucoup appréciés.
  • Un sujet grave qui sensibilise les plus jeunes.
  • Une plume merveilleuse que j’ai adoré découvrir !

Les – :

  • Cœur de lectrice purement comblé, rien à redire sur cet excellent ouvrage !

Ma note : 20/20

 

12

Flower of Scotland : La liberté en héritage – Tome 1 : L’héritière – Sophie Damge

414zD4JktKL._SY346_.jpgRésumé : A l’aube de fêter ses sept cents ans, la Fondation Wallace, créée en l’honneur de William Wallace, est menacée de tomber entre les mains de la mafia irlandaise. Seule l’héritière légitime du Clan Wallace peut encore préserver son existence et ainsi lui permettre de continuer à œuvrer pour la Liberté à travers le monde. Leena Normand voit sa vie basculer lorsqu’elle découvre qu’elle est cette héritière. Commence alors pour elle une quête improbable et périlleuse qui la conduira sur les traces de son valeureux ancêtre, à travers l’Ecosse et son Histoire.
Pour sauver la Fondation et découvrir ses racines, il lui faudra affronter ses ennemis et surmonter bien des épreuves. Elle trouvera en chemin une aide inattendue, celle de… Sir William « Braveheart » Wallace.

Mon avis : Voici encore une nouvelle lecture que j’ai pu faire grâce au prix des auteurs inconnus. Flower of Scotland est donc le troisième roman que j’ai lu dans la catégorie « réalisme » et je vous avoue que c’est pour moi une énorme et bonne surprise !

On fait la rencontre de Leena Normand, une jeune femme qui vient de terminer avec succès ses études de médecine. Elle a une vie plutôt simple : ses études – son travail maintenant- sa vie avec son meilleur ami Thomas Stuart. La vie semble être belle pour ces deux jeunes personnes mais un accident qui vise Leena va tout changer.

Leena est une jeune femme fraîche et dynamique. C’est un personnage principal avec qui j’ai pris énormément de plaisir à découvrir au fil des pages que je n’ai absolument pas vu passer. J’ai été happé dans ma lecture. Leena est un personnage avec un sacré caractère et cela apporte beaucoup à l’histoire. Dès le début du roman, on se rend compte qu’une amitié indéfectible est nouée entre elle & Thomas. C’est vraiment une amitié comme je les aime. Il y a un sentiment de dépendance sans trop en faire et j’adore cela dans les romans !

Pour protéger Leena, Thomas et sa famille lui ont caché sa réelle identité mais il arrive un moment où… Ce n’est plus possible de faire autrement. Leena est sous le choc mais doit se rendre en Ecosse et comprendre en quoi elle peut aider la fondation qui représente son aïeul Sir William Wallace.

On est donc propulsé dans une aventure écossaise que j’ai adorée ! Retourner sur les traces de Sir William Wallace. Je suis très curieuse de savoir comment la suite va se dérouler et je suis certaine que je vais la lire ! Je l’attends même avec impatience.

En Angleterre, on fait la rencontre de Sean en même temps que Leena. C’est un homme 21558808_10155840743672376_432604085835244817_nbon, un pompier courageux qui n’a pas sa langue dans sa poche. J’ai pris plaisir à découvrir les différentes facettes de ce personnage qui sous ses apparences de grognon est un ours au cœur tendre. Travaillant pour la fondation, il ramène Leena à la fondation, en Ecosse.

Ce premier tome est tout bonnement génial ! J’ai adoré ma lecture, vraiment. Je ne peux absolument pas vous dire si j’ai eu mon gagnant du prix sous les yeux mais il va se placer très haut dans le classement, j’en suis certaine.

Je ne connaissais pas la plume de Sophie Damge. J’ai pris plaisir à découvrir ses mots, ses tournures de phrase et son intrigue très originale. J’ai adoré la conversation à travers le rêve de Leena, la découverte de ses origines. Les rencontres qu’elle fait au fil des pages. Bref, l’auteure a tout réuni pour que l’on passe un excellent moment de lecture.

Les + :

  • Une intrigue que j’ai adorée
  • Des personnages hauts en couleur qui apportent beaucoup.
  • Une plume que je ne connaissais pas mais qui m’a beaucoup plu.
  • Une folle envie de savoir la suite des aventures de Leena dans le tome 2.
  • Un voyage en Ecosse qui m’a énormément séduite. C’est une immersion dans la culture et la tradition écossaise qui m’a plu.

Les – :

  • Mon cœur de lectrice en amplement conquise, je n’ai rien à redire.

Ma note : 20/20

14

Une tragique fête des fraises – Nathalie Brunal

61tLbcMZfQL._SY346_Résumé : Anna et Roger, jeune couple sympathique, filent le parfait amour dans leur petit nid douillet parisien. Elle est gérante d’une boutique de mode féminine et lui, est horloger dans une bijouterie. Anna est un petit bout de femme qui a du caractère et qui sait ce qu’elle veut. Après de longues journées de travail, ils s’offrent quinze jours de vacances, dans un gîte, en Bretagne. Tout ne se passera pas comme prévu. Entre gaffes et malchance, le repos ne sera pas au rendez-vous et la vie risque de leur réserver de sacrées surprises.

Mon avis : Je remercie chaleureusement Nathalie pour l’envoi de sa trilogie en Service Presse. En effet, Nathalie a eu la gentillesse de m’envoyer les trois tomes de sa saga. C’est vraiment très gentil !

J’ai donc pu découvrir le premier tome (les deux autres peuvent se lire de manière indépendante). La tragique fête des fraises est un roman qui nous fait rencontrer Anna et Roger, un couple amoureux, jeune qui m’a fait passer un bon moment de lecture ! En effet, ce premier tome se lit rapidement, facilement et permet une petite pause bien méritée au travail, entre deux grosses lectures. Pour ma part, il m’a permis de me remettre d’une panne de lecture (et oui, avril est un mois livresque compliqué à cause de mon emploi du temps surchargé).

Anna et Roger sont deux jeunes gens qui sont liés par un amour certain et une complicité sans faille. En effet, même s’ils sont différents, les deux sont charmants et adorables. J’ai adoré évoluer avec un couple. Cela me change du personnage unique, c’est assez sympathique à découvrir.

Ce roman nous permet de passer un moment agréable. En effet, on suit plus Anna que Roger mais ce dernier est intrinsèquement lié à elle.

Notre petit couple décide de partir en vacances, en Bretagne. Cela semble idyllique après des mois de travail pour vivre convenablement. Cependant, rien ne va se passer comme le pensaient les amoureux, en effet, un meurtre sordide se produit et nous voilà propulsé dans une histoire rocambolesque.

Anna est un personnage très attachant qui est à l’image du roman : fraîche, drôle, délicate. C’est une lecture parfaite pour les jours de soleil, de printemps, d’oiseaux qui gazouillent. Honnêtement, il faut passer le cap et plonger dans l’univers de Nathalie.

Ce n’est pas une lecture coup de cœur mais c’est une lecture qui promet beaucoup de bonnes choses pour le tome deux et le tome trois qui m’attendent sagement dans ma PAL. Je sais que je vais pouvoir rapidement remettre mon nez dans les aventures d’Anna et Roger.

La plume de Nathalie est assez prenante. C’est vraiment un bon premier roman. Il est sympathique, frais. J’avoue que la fin se laisse un peu entrevoir et je n’ai pas forcément été ultra surprise mais cela n’a, en rien, gâché ma lecture.

Je suis heureuse d’avoir découvert une nouvelle plume très prometteuse !

Les + :

  • Un couple très sympathique comme personnages principaux.
  • Des décors réalistes et beaux qui nous donnent envie d’y être.
  • Un roman frais et drôle. Vivement la suite !
  • Une plume nouvelle qui fait du bien

Les – :

  • Une fin prévisible.
  • Des états d’âme un peu trop présents qui nous font un peu perdre le fil de la lecture.

Ma note : 16/20

22

Maryse : Tome 1 – Flore Avelin

41rPAEK6kPLRésumé : Sioban a vingt-quatre ans. Elle est libraire, heureuse, indépendante. Elle a une famille aimante, des amis géniaux et un compagnon. Il est d’ailleurs son seul problème. Il aurait été parfait s’il n’était pas parti vivre en Alsace, supposant qu’elle quitterait tout pour le rejoindre. Maryse quant à elle a environ cinquante ans. Elle est dépressive, alcoolique, instable. Elle n’est devenue que l’ombre d’elle-même. C’était pourtant une belle femme jadis, sensible et intelligente. Elle enseigne le français et l’Histoire dans un collège. Et elle continuera sans doute cette vie si elle ne se fait pas renvoyer avant, à force d’arriver ivre. Elles n’ont qu’un point commun. Ce collège où Sioban était élève, dix ans plus tôt. Où elles se sont connues le temps d’une année sans plus jamais se revoir. Jusqu’à ce soir d’octobre où leurs chemins se rencontrent à nouveau. Sioban ne restera pas insensible face au désarroi de cette femme. Et bientôt, leurs liens naissants les entraîneront sur une pente glissante dont aucune ne pourra repartir inchangée. Laquelle sauvera l’autre et surtout, jusqu’où pourront-elles aller avant de ne plus rien contrôler ?

Mon avis : Je vous présente un roman (qui est un premier tome) qui concourt pour le Prix des Auteurs Inconnus pour lequel je suis jury (comme vous le savez vu que ça fait 10.000 fois que je vous le dis. Vous savez que je suis fière de faire partie de cette famille  qu’est celle du PDAI ? Sacrée Pauline… !)

Le résumé de ce dernier m’avait beaucoup plu. En effet, je ne m’attendais pas du tout à cela en lisant les dix premières pages de ce roman. Je l’avais mis dans ma sélection et je vous avoue que la surprise n’est pas forcément ce à quoi je m’attendais.

Ce n’est pas un bide total, non, bien au contraire. On fait la rencontre de Sioban, une jeune femme que j’ai beaucoup apprécié. En effet, elle est une jeune libraire qui est pleine de vie, de bonne humeur et de dynamisme. Elle est vraiment un personnage principal que j’ai apprécié. Elle tire le premier tome vers le haut avec ce caractère et cette manière de ne rien vouloir lâcher. Sa vie sentimentale n’est pas au beau fixe mais cela ne semble pas vraiment la déranger.

D’un autre côté, on fait la connaissance de Maryse, une professeure complètement21558808_10155840743672376_432604085835244817_n dépassée par sa vie, par les démons qui la hantent. Elle est alcoolique et croise la route de Sioban qui va la sortir de sa torpeur et de l’angoisse qu’est devenue sa vie. On croise donc les sujets assez noirs comme la dépression, l’alcoolisme, le harcèlement…

On va assister à un roman assez bouleversant. L’une veut aider, l’autre veut qu’on l’aide mais finalement repousse systématiquement l’aide de Sioban. J’ai trouvé cela assez sympathique bien que répétitif : en effet, Maryse m’a un peu tapée sur les nerfs.

Leur rencontre est belle, hasardeuse mais très poétique. On fait face à une relation qui évolue entre les deux femmes. Et là, c’est le drame pour Pauline : je n’ai pas tout de suite compris mais au final … Ca s’est relativement bien passé. En effet, j’ai eu le droit de lire ma première lecture F/F. Je sais, vous allez lever les yeux au ciel, mais ce n’est pas forcément pratique pour lire le reste de ma chronique. En effet, vous savez que je tique encore un peu sur les romans érotiques (bien que j’ai ma dose avec Nisha, ils commencent à entrer dans mon quotidien mais tout doucement)… Je ne me sens vraiment pas à l’aise avec les lectures M/M ou F/F c’est comme ça, je ne peux pas expliquer. Je n’ai absolument rien contre l’homosexualité bien au contraire mais lire des romans qui mettent en scène des romances homosexuelles, je ne suis pas encore prête. Cependant, Flore Avelin est très tendre, douce et poétique. On n’a rien de sale, de disproportionné, de choses qui choquent. J’ai donc eu de la chance de lire ce genre de roman et de débuter les romances F/F par ce roman.

L’intrigue est sympathique, la quête identitaire, la recherche de soi, la remise en cause de son être, de ce que l’on est. Cela permet de passer un moment agréable.

J’ai trouvé la plume de l’auteure très sympathique, je ne connaissais pas mais je vous avoue que la poésie et l’extrême douceur qui se dégagent de cette plume font beaucoup.

Les + :

  • Le personnage de Sioban qui m’a énormément plu.
  • La plume de l’auteure que je ne connaissais pas mais qui apporte beaucoup au roman.
  • Les personnages secondaires qui aident beaucoup Sioban.
  • Les sujets soulevés : dépression, harcèlement et alcoolisme qui ne sont pas forcément faciles à inclure dans un roman.

Les – :

  • La surprise de me retrouver devant une lecture F/F. C’est un genre auquel je ne suis pas habituée (Au moins, je me coucherai moins bête).
  • L’attitude de Maryse qui parfois m’a mis mal à l’aise.

Ma note : 15/20

18

Kenan, redresseur de foi – épisodes 5 et 6 – Anthony Holay

51Dj4VuBETL._SX195_Résumé : Maël se réveille au palais d’Alstore, encore sous le choc des horribles événements. L’esprit embrumé, il écoute son ami Joas lui faire part de la situation et de ses doutes. L’Officiant supérieur n’a alors qu’une idée en tête : en référer à sa Reine. De leur côté, Kenan et Pline retournent chez l’adolescent, où une bien triste nouvelle les attend. Leur face à face avec les Mères Harpines pourrait bien changer plus d’un destin…

Mon avis : Je remercie Nutty Sheep éditions pour l’envoi de la suite des aventures de Kenan, redresseur de foi. C’est avec plaisir que j’ai retrouvé la plume d’Anthony Holay qui me plait énormément. On poursuit ici notre lecture avec grand plaisir avec les épisodes 5 et 6 de la saga.

Ce que j’ai beaucoup apprécié ici c’est la relation entre Kenan et Pline que j’aime énormément. Elle prend de l’ampleur. Même s’il n’y a pas de liens familiaux on sent bien que les deux hommes vont faire quelque chose ensemble. C’est plus une relation d’enseignant à élève mais c’est vraiment très sympathique à lire et découvrir.

L’univers est toujours aussi sombre. La menace ne cesse de grandir, elle est beaucoup plus dense et lourde. On attend le moment où tout va exploser d’un moment à l’autre. L’attente est vraiment excellente, on a envie d’en savoir plus.

L’histoire prend un tournant qui m’a plu en mêlant le palais d’Alstore et l’histoire de Kenan. Un bon point pour cette saga qui prend de l’ampleur !

Ces épisodes marquent vraiment un virage à 180 degrés pour Pline, qui pour des raisons que vous découvrirez dans ces épisodes, décide de suivre Kenan et de l’aider à combattre le mal qui flotte partout sur les terres où il habite.

L’action est vraiment très sympathique à lire dans ces deux premiers épisodes, on se retrouve propulser dans le cœur du problème, on comprend, on apprend et on a envie de savoir la suite très rapidement.

Le personnage de Kenan est toujours aussi hypnotique, on ne rend rapidement compte qu’il est un personnage fort, dont on veut en savoir un peu plus. Il reste un personnage très mystérieux. J’ai toujours l’impression qu’il cache quelque chose par le fait qu’il reste très discret sur sa personne et sa vie privée. On le connait comme redresseur de foi, chasseur de bêtes horribles en tout genre mais le côté personnel reste très évasif. Cela donne quelque chose d’assez prenant.

La plume d’Anthony Holay promet beaucoup de rebondissement dans les derniers épisodes de la première saison. En effet, on peut facilement souligner la plume dynamique, l’intrigue sans faille qui nous fait vibrer du début à la fin. C’est un genre fantasy horrifique qui fait du bien entre deux grosses lectures. On se pose rapidement dans l’univers de l’auteur et c’est quelque chose d’assez surprenant.

 En effet, la lecture épisodique est assez dure par moment, comme pour la nouvelle, j’ai un sacré problème pour m’approprié l’histoire et les personnages en un si court laps de temps. Ici, l’intelligence littéraire d’Anthony Holay fait que l’on retourne dans l’univers de Kenan très rapidement, au bout de quelques lignes, on est de retour dans cette atmosphère explosive qui promet pleins de surprises !

Les + :

  • Un univers très construit qui nous permet de replonger dans l’histoire très rapidement.
  • Une plume dynamique qui fait son effet
  • Un personnage principal fort et mystérieux
  • Une relation entre Kenan et Pline qui me plait.

Les – :

  • Le format trop court, j’ai envie d’en savoir plus.
  • Une envie d’avoir une psychologie des personnages plus développée

Ma note : 17/20

 

26

Bilan Mars 2018

téléchargement (2).jpg

Bonjour tout le monde ! 

Il est temps de faire le bilan du mois de Mars qui a été riche en émotions. C’est parti ! 

Voici donc les 30 romans et nouvelles que j’ai lu ce mois-ci. Je suis ravie d’avoir pu faire la connaissance d’auteurs vraiment sympathiques et d’éditeurs qui m’ont donné ma chance. Je pense particulièrement à Eva Dézulier ainsi que Cindy Duhamel. Je remercie aussi Joël des éditions Tauranada pour le nouveau partenariat.

Niveau stats, je suis très heureuse. Grâce à vous, j’ai encore dépassé les 2.000 visites ce mois-ci, la barrière des 45.000 vues globales est dépassée ainsi que les 8.000 commentaires. Je suis très heureuse de pouvoir partager cela avec vous, merci beaucoup.

Côté personnel : Avril rime (pas vraiment sur ce coup) avec fin des cours! En effet, il est temps pour moi d’arrêter les études et de valider ma licence. Le monde du travail n’attend que moi. J’ai beaucoup de projets personnels en attente avec mon fiancé. Maison, travaux, et je vous en passe. It’s time! J’aurais plus de temps pour lire et cela me fait vraiment très plaisir =)

Bilan : 30 livres soit 6553 pages.