10

Les indifférents – Julien Dufresne Lamy

61d6O7EgfrLRésumé : Ils sont les enfants bénis. Les élus. Personne ne les approche. Ils se surnomment les Indifférents. Une bande d’adolescents bourgeois mène une existence paisible sur le bassin d’Arcachon. Justine arrive d’Alsace avec sa mère, recrutée par un notable du coin. Elle rencontre Théo, le plus jeune fils de la famille, et, très vite, intègre son clan. De ces belles années, Justine raconte tout. Les rituels, le gang, l’océan. Cette vie d’insouciance parmi les aulnes et les fêtes clandestines, sous le regard des parents mondains. Mais un matin sur la plage, un drame survient. Les Indifférents sont très certainement coupables. La bande est devenue bestiale. Dans un style haletant et incisif, le nouveau roman de Julien Dufresne-Lamy dessine le portrait d’une jeunesse aussi cruelle que prodigieuse.

Mon avis : Je remercie Julien Dufresne Lamy pour la dédicace dans le roman que j’ai reçu. En effet, j’ai eu la belle surprise de le recevoir suite à une première chronique que j’avais faite d’un excellent roman de l’auteur. Je remercie Claire de la maison d’édition Belfond aussi pour avoir pris contact avec moi. Je suis vraiment heureuse d’avoir de si jolies surprises qui m’attendent dans ma boîte mail et dans ma boite aux lettres. Alors encore un grand merci !

On fait la rencontre de Justine et de sa mère qui quittent leur ville, leurs vies. Sa mère est embauchée par un notable dans le bassin d’Arcachon. Ni une, ni deux, direction le bassin d’Arcachon pour cette fille et sa mère qui ne savent plus où elles en sont.

Tout au long du roman, on suit la vie de Justine, une jeune fille qui ne voulait pas quitter sa vie, ni son père. L’angoisse la prend à la gorge quand elle comprend que sa mère veut faire une croix sur son passé et reprendre sa vie en main.

Justine se lie rapidement d’amitié avec des jeunes qui habitent là depuis longtemps. En effet, elle va rencontrer Théo, Léonard et Daisy, le clan des indifférents. C’est un groupe d’adolescents : ils vont vite devenir un groupe indéfectible. Tout les lie et ils vivent leurs vies avec un grand V à vitesse grand V. On se retrouve propulsé dans un groupe qui rapidement va être un groupe étouffant pour Justine.

Milo arrive dans leurs vies. Il fait tâche, il n’a pas sa place dans le groupe des Indifférents, il n’a rien à faire avec eux. Les trois membres font rapidement comprendre à Milo qu’il n’a rien à faire avec eux.

J’ai beaucoup apprécié découvrir cette histoire. On met le doigt dans un engrenage et on en sort une fois le roman terminé. J’ai apprécié voir Justine évoluer dans cette bande. Ce roman montre les dangers et les ravages de l’adolescence qu’il peut y avoir quand plus rien n’est sous contrôle.

Cette bande d’amis est prête à tout et on vit tout comme il se doit : ainsi, on voit une amitié, des amours, des passions, des folies se dérouler sous nos yeux. C’est vraiment très prenant. Je trouve que c’est un roman très bien ficelé.

La plume de Julien Dufresne Lamy est brillante, intelligente. Elle nous mène dans des endroits assez sympathiques. Des recoins que j’ai apprécié explorer que ce soit dans les paysages où dans les psychologies des personnages. Quelle fin ! J’ai pris du temps entre la lecture de ce roman et ma chronique tellement j’ai eu du mal à y croire.

Les + :

  • Des personnages forts.
  • Une plume que j’ai beaucoup apprécié.
  • La rencontre fracassante avec Dame Adolescence.

Les – :

  • J’aurais aimé en savoir plus sur les adultes. La manière dont ils vivent leurs relations avec leurs enfants. Comment ils vivent et comprennent le comportement de leurs enfants.

Ma note : 17/20

 

Publicités
18

Mal dans la peau – Ghislaine Bizot

51Acpw3-x-L._SX210_Résumé : Marie et Carole, deux amies d’enfance originaires de Lille, se trouvent séparées quand Carole part vivre avec son mari Fabrice dans un petit village retiré de l’arrière-pays niçois. Elles décident alors de s’écrire, mais au cours de ces échanges, la Carole que Marie connaissait si bien semble peu à peu s’effacer… Que lui arrive-t-il et quel secret cherche-t-elle à cacher derrière ces mots si minutieusement pesés ?

Mon avis : J’ai pu lire ce roman dans le cadre du prix des auteurs inconnus. Je vous avoue qu’il ne faisait pas partie de ma liste, un sujet trop poignant pour la petite lectrice au cœur sensible que je suis. Cependant, je ne peux pas vous dire que j’ai passé un mauvais moment de lecture, sera serai mentir.

On fait la rencontre de Marie et Carole, deux amies qui vont commencer à s’écrire puisque les kilomètres vont les séparer. Native de Lille, Carole quitte Marie pour s’installer près de Nice avec son mari Fabrice. N’ayant pas de possibilité d’avoir internet ni de réseau, on suit une correspondance épistolaire.

J’ai beaucoup apprécié cet échange sous forme de lettres. Cela faisait longtemps que je ne suis pas tombée sur un roman sous cette forme et cela fait du bien. Cela se lit rapidement, c’est direct, concis.

J’ai apprécié pouvoir vivre l’évolution des deux femmes. On sent tout de suite l’implication de Carole dans la vie de Marie et inversement. On se retrouve vraiment dans une belle amitié qui va être mise à rude épreuve. C’est vraiment une belle relation qui se dessine.

Le problème est que le sujet dont on parle est un sujet que je n’aime pas retrouver dans mes lectures. Ce n’est pas que ce n’est pas important pour moi, bien au contraire, mais c’est juste que mes lectures sont faites pour m’évader et non pour lire des romans sur des sujets aussi tristes. J’avoue que l’auteure maîtrise vraiment très bien son sujet, on est happé par l’atmosphère.

La plume de l’auteure est très prenante. On est submergé par les émotions. On se sent 21558808_10155840743672376_432604085835244817_nmal pour Carole qui se voit de plus en plus recluse dans une vie qui ne lui ressemble pas, qui lui échappe totalement. Je suis vraiment très heureuse d’avoir pu mettre mon nez dans cette histoire.

En effet, avec cette lecture, je sors des sentiers battus, de mes zones de confort. Je ne pouvais pas trouver mieux que ce roman dans ce genre pour me mettre le pied à l’étrier. Je reconnais donc le brio de l’intrigue qui nous permet une ambiance étouffante. On se rend compte que la femme est prise dans l’étau de sa vie : entre son mari violent et cette amie qui tente de la réveiller pour qu’elle sorte de cet enfer.

J’essaye de lire plus de romans sur les sujets susceptibles comme celui de la violence conjugale. J’ai vraiment été saisi par le fait que la femme se dénigre, est limite d’accord avec l’homme qui lui dit que c’est de sa faute. J’ai pu lire une autre vision des choses que la mienne, cela remet les idées en place, je vous assure.

Ce roman est poignant, choquant et très bien écrit. Je ne peux que le recommander à toutes et à tous.

Les + :

  • Une intrigue frappante.
  • Une plume intransigeante qui véhicule beaucoup d’émotions.
  • Une belle relation d’amitié.
  • Un roman épistolaire qui m’a beaucoup plu

Les – :

  • Les passages en italique qui selon moi n’étaient pas forcément une force pour le roman.

Ma note : 18/20

12

Le miroir – Mariam Sirel

41-Vge+b1sL.jpgRésumé : Marianna et James Kyle mènent une vie en apparence paisible et heureuse lorsqu’un matin cette dernière découvre la mère de son époux venue passer un week- end à Londres chez eux mutilée dans la salle de bain du jeune couple. Suicide ou meurtre prémédité, ce drame éveille de nombreux soupçons et interrogations en eux. Les apparences sont parfois trompeuses et leur histoire d’amour va alors s’avérer bien plus sombre et complexe qu’elle ne l’était jusqu’à présent. Un lourd secret familial, longtemps oublié refait alors surface pour ainsi semer le trouble, l’angoisse et la terreur au sein des Kyle. Comment Marianna va t-elle mettre fin à ce cauchemar et pour quelles raisons en veut-on à sa famille?

Mon avis : Je remercie Mariam Sirel qui m’a gentiment envoyé son roman. Je la remercie aussi des messages que nous avons échangés : il est plaisant de ne pas être qu’un nom sur une liste de blogueurs. Je suis vraiment très heureuse d’avoir pu échanger avec Mariam qui s’avère être très gentille et curieuse de savoir ce que l’on est en dehors des mots que l’on peut écrire sur les romans que l’on lit.

On fait la rencontre de Marianna et James : un couple marié depuis quelques années. On se retrouve dans leur quotidien qui n’est pas tout rose mais l’amour semble les unir pour toujours. J’ai vraiment adoré être plongée dans cette famille.

On suit une histoire hallucinante qui va de rebondissements en rebondissements. Ici, je pense que ma phrase préférée pour parler des romans va faire sensation : « les apparences sont parfois trompeuses. »

On tangue entre le suicide de la belle mère de Marianna (et la mère de James donc). Cette situation marque un tournant dans la vie de Marianna et James. Tout va être bouleversé. C’est vraiment une situation délicate qui se dessine sous nos yeux.

Les péripéties sont bonnes, réalisables et crédibles. On se retrouve vraiment au cœur d’une famille qui s’interroge, qui se soupçonne, qui se pose des milliards de questions. On a une impression d’étouffement tout au long du roman. On veut savoir, on veut tout connaitre des personnages.

La seule chose que je peux reprocher à ce roman c’est d’être trop court. En effet, j’ai trouvé que les choses allaient peut être un peu trop vite, le suicide est là dès les premières pages et je vous avoue que j’ai pris un peu de temps pour m’installer dans ma lecture.

C’est un petit roman que je recommande à ceux qui aiment les histoires de famille, un petit thriller qui permet de vivre une petite histoire sympathique. Roman court, il est parfait à glisser entre deux grosses lectures.

La plume de l’auteure est saisissante, elle est parfaite pour l’exercice. Ce roman est vraiment très sympathique.

Les + :

  • Une intrigue sympathique
  • Un huit clos assez prenant
  • Un couple sympathique
  • Une plume saisissante

Les – :

  • Une sensation de rapidité au départ qui est un peu surprenante.
  • Un roman court : j’ai envie d’en savoir plus. J’aurais aimé une psychologie plus développée.

Ma note : 16/20

10

Yianna Tome 3 : La prophétie de Mérébys – Manon Samson

yianna,-tome-3--la-prophetie-de-merebys-914836-264-432Résumé : Le roi a fait une révélation importante. La vie d’Aslon et Emmy en est grandement bouleversée. Avec détermination, ils affrontent cette situation peu banale, bien différente de l’existence qu’ils avaient envisagée. Alors qu’ils considèrent avoir trouvé une certaine quiétude, la cruauté du destin va frapper. Emmy n’aurait jamais pu imaginer l’ampleur du danger qui guettait son monde… Personne ne l’aurait pu, d’ailleurs. Terrifiée, elle devra puiser dans toute sa force et son courage pour combattre la tant redoutée « Prophétie de Mérébys » qui bouleversera leur futur à jamais.

Mon avis : Je remercie grandement Alex Tremm pour m’avoir permis de me plonger dans l’univers de Yianna. En effet, j’ai pris du temps pour lire cette trilogie mais c’est un monde tellement beau que l’on n’a pas forcément envie d’en sortir. J’ai prolongé mon plaisir jusqu’à ce que je craque en lise le dernier tome.

Troisième tome riche, intense sous le signe de l’émotion. On se retrouve avec une trame narrative grandement intéressante et qui véhicule beaucoup d’émotions fortes.

Ce qui est assez surprenant c’est que j’avais peur d’avoir perdu le fil de l’histoire vu le temps qu’il y a eu entre le deuxième tome et le dernier. Cependant, je me suis bien trompée, je suis retournée dans l’univers de Yianna aussi facilement que si j’avais quitté le deuxième tome hier. C’est déjà un très bon point qui souligne la qualité de l’intrigue, de la plume et de l’univers.

Les personnages sont toujours aussi intenses. On se retrouve vraiment dans un univers connu, que l’on a envie de revoir J’ai aimé le fait que l’on garde les personnages des deux premiers tomes en ajoutant de nouveaux personnages : cela donne un nouveau souffle à la trilogie. C’est très intelligent.

L’histoire est touchante, j’ai aimé la fin qui m’a beaucoup plu. C’est pour moi un beau message de tolérance, de respect. C’est chouette  d’avoir ce genre de message dans un roman fantasy.

J’aurais aimé en savoir plus sur le devenir de certains personnages.

Si on sent une belle évolution dans les psychologies des personnages, la plume de Manon Samson a gagné en force. Je trouve que c’est une plume beaucoup plus poignante, belle, pleine d’émotions que l’on découvre. J’ai trouvé une nette différence entre les deux premiers tomes et ce dernier. Tout est plus sublimé dans celui-ci, c’est très agréable.

C’est une saga très additive : on ne veut plus quitter ce monde ni les Yiaras. En effet, j’ai trouvé de belles notions dans ce roman : amour, amitié, solidarité… C’est vraiment une belle saga qui nous permet de vivre sur Yianna le temps d’une trilogie. Elle se lit très rapidement.

Je ne peux que conseiller cette trilogie aux lecteurs fans de fantasy. Si jamais vous voulez mettre le pieds à l’étrier, cette saga se lit rapidement et facilement. Je pense qu’elle pourrait plaire aux adultes comme aux plus jeunes. Il faut mettre le nez dedans, vraiment !

Je salue donc une intrigue sans faille qui me permet d’avoir fait une belle découverte dans le genre fantasy. C’est vraiment quelque chose qui m’a beaucoup plu de découvrir. Une plume qui prend de la force au fil des tomes, des personnages variés et plaisants. Une histoire qui va vous faire vivre un ascenseur émotionnel à coup sur !

Les + :

  • Beaucoup d’intensité pour la fin de cette saga
  • Une plume forte que j’ai apprécié découvrir
  • Une trilogie qui se lit rapidement grâce à une immersion facile et forte.

Les – :

  • J’aurais aimé en savoir plus sur le devenir de certains personnages.

Ma note : 17/20

 

20

Minute, papillon ! – Aurélie Valognes

61c-57u68KL._SL500_.jpgRésumé : C’est l’histoire de Rose, 36 ans, mère célibataire, une femme dévouée qui a toujours fait passer les besoins des autres avant les siens. Après avoir perdu son père et son emploi, la jeune femme apprend que Baptiste, son fils unique de 18 ans, quitte la maison. Son monde s’effondre.
Cette ex-nounou d’enfer est alors contrainte d’accepter de travailler comme dame de compagnie pour une vieille dame riche et toquée, Colette. Et si, contre toute attente, cette rencontre atypique allait l’aider à se réconcilier avec elle-même et faire face à son passé ?

Mon avis : Je remercie Pauline et l’équipe d’audio Lib pour l’envoi de ce nouveau livre audio ! Je suis ravie d’avoir pu passer du temps avec le roman d’Aurélie Valognes. En effet, elle faisait partie des auteurs que j’avais envie de découvrir sans forcément avoir la possibilité de le faire. Quand je l’ai vu dans la liste, ni une, ni deux, je l’ai demandé. J’ai passé un bon moment d’écoute avec ce roman très frais.

On fait la rencontre de Rose, une jeune femme de 36 ans qui voit sa vie voler en éclat : le petit Léon qu’elle ne garde plus, son fils, Baptiste qui lui tourne le dos parce qu’il n’en peut plus de la vie qu’elle lui impose. Rose perd tout mais retrouve rapidement un travail dans une famille riche. Une fille complètement folle, un chien collant et une mère toquée voilà ce qui l’attend.

Franchement, j’ai passé un très bon moment d’écoute. C’est frais, plein d’humour. On se retrouve propulsé dans la spirale infernale qu’est la vie de Rose. On passe avec elle un petit bout de sa vie. J’ai beaucoup apprécié l’évolution notoire de la jeune femme qui décide, avec l’aide de Colette, de faire quelque chose pour que sa vie change.

Colette, c’est la dame âgée chez qui elle vit. (j’ai adoré le moment où… Elle comprend qu’elle n’est pas employée pour Colette, j’avoue que je ne l’avais pas vu venir celui là !) C’est une toquée comme dirait Rose. Très rapidement, les deux femmes se lient d’amitié et j’ai beaucoup apprécié cette relation qui semble ne pas avoir d’âge ni de frontière. C’est vraiment une amitié comme tout le monde en rêve.

Pépètte m’a aussi beaucoup plu, j’ai adoré ce petit chien qui m’a bien fait rire.

La situation est assez drôle, c’est vraiment une ambiance très feel-good que nous avons là. J’ai retrouvé l’essentiel pour passer un bon moment de lecture.

J’ai découvert une plume très sympathique, très fraîche, pleine de poésie qui m’a beaucoup plu. Je pense qu’il pourrait plaire à beaucoup de lecteurs et je comprends l’engouement autour des romans d’Aurélie Valognes.

Les + :

  • Un personnage principal assez sympathique
  • Une intrigue rigolote, fraîche et dynamique.
  • Un panel de personnages assez varié qui nous propose différentes psychologies et caractères.
  • Une plume à découvrir sans l’ombre d’un doute.
  • Un bon roman feel-good

Les – :

  • Peut être des choses trop évidentes.
  • Le caractère de Baptiste à qui j’aurais aimé mettre des baffes.

Ma note : 16/20

 

14

Chicago Requiem – Carine Foulon

couv33802800.jpgRésumé : Chicago, années folles… Sur la scène d’une ville en proie à la corruption, acteurs et gangsters se côtoient. William, issu d’une famille riche et influente, les Henderson, possède un théâtre cerné de speakeasies et de maisons closes. Il aide son épouse, Susan, à reprendre sa carrière d’actrice malgré la corruption et la prohibition. La sœur de William, Meredith, vient de passer cinq ans en prison. Résolue à se venger de son frère et de tous ceux qu’elle pense responsables de son incarcération, elle s’établit à Miami où elle rencontre un certain Al Capone.
Le vaudeville peut alors virer au drame, à la scène comme à la ville.

Mon avis : Je remercie Carine qui m’a permis de découvrir son roman via la plateforme Simplement.pro qui reste une plateforme que j’apprécie beaucoup ! C’est vraiment une source de découverte intarissable et qui me fait découvrir de jolies choses comme le roman de Carine.

Ce roman est une petite pépite. Je tenais déjà à saluer le travail en amont que Carine a du faire pour nous présenter un roman sur fond historique comme Chicago Requiem. Quelle minutie dans les détails, dans l’intrigue. Ce sont des petites choses qui rendent la découverte de ce roman encore plus sympathique qu’il ne l’était déjà.

J’ai fait la rencontre de plusieurs personnages qui m’ont plu. Cependant, comme dans tout roman digne de ce nom, les psychologies sont différentes et forcément, il y a des personnages que j’ai moins aimé que d’autres mais je vous avoue que le panel est assez riche, fourni et varié pour que chacun y trouve son compte.

William est un personnage que j’ai bien apprécié. La famille des Henderson est une sacrée famille. J’ai beaucoup apprécié l’ambiance qui tourne autour de cette dernière. En effet, je suis restée scotchée dans les histoires de famille qui valent le détour.

La piquante Meredith m’a aussi plu, elle est la sœur de William. Elle a fait de la prison et tout cela, elle veut le faire payer aux gens qui l’ont poussé vers la case prison. Elle s’en prend à son frère et j’ai trouvé l’idée sympathique. C’est dommage que cette relation épineuse, de haine entre frère et sœur ne soit pas plus exploitée. J’aurais aimé en savoir un peu plus. Meredith est complètement siphonnée, au point de vouloir tuer tout le monde.

J’ai beaucoup apprécié ces histoires de rivalités, les pièges, les pics entre membres de la même famille, j’ai trouvé l’histoire prenante et les personnages assez différents et piquants.

Carine nous propulse littéralement dans les années 1920 aux Etats Unis. J’ai eu l’impression de retrouver les décors de Gatsby le magnifique que j’avais bien apprécié à l’époque (ça m’a donné envie de replonger dans l’histoire d’ailleurs). Les décors sont surprenants. C’est la première fois que je lis un roman où le thème de la mafia est présent. C’est assez surprenant mais ça m’a plu d’avoir quelque chose de différents entre les mains. On est dans la période de prohibition que j’aime beaucoup.

On est dans une spirale de manipulation, de vengeance, de faux semblants. Dans cette spirale, on a des pointes de douceur, de volonté de faire mieux, de montrer le changement. On est sur le qui vive. Qui dit vrai ? Qui ment ? J’ai adoré l’ambiance !

Carine Foulon parvient à mélanger les genres, un thriller historique avec une touche de romance. Il rend ce roman inclassable (bon oui, je vais quand même le classer mais il reste une touche de je ne sais quoi qui fait qu’on ne peut pas forcément le mettre dans une case bien précise).

Les + :

  • La plume de Carine que j’ai grandement apprécié
  • L’intrigue que j’ai aimé : les secrets de famille, la mafia, la prohibition.
  • Les personnages divers et variés.
  • Le travail de recherche minutieux fait pas l’auteure.

Les – :

  • La relation épineuse entre William et Meredith qui aurait pu être plus exploitée.
  • Une sensation étrange dans les dialogues un peu trop mécanique.

Ma note : 18/20

 

13

Les hommes ne lisent pas de romance – Nico Bally

51JFijRdDdL._SX195_Résumé : Roméo Galli rêve de devenir journaliste criminel. Mais le seul job qu’il parvient à décrocher est la nécrologie de Lady Myrtille, une célèbre romancière qui a écrit une centaine de romances. Trop macho pour avoir déjà ouvert un livre à l’eau de rose, Roméo va devoir s’y plonger sérieusement, surtout qu’il sent que cette mort prétendument naturelle pourrait bien être un meurtre…  Aidé par la charmante petite-nièce de la romancière, hébergé par son père qu’il n’a pas vu depuis vingt ans, coincé entre une éditrice sulfureuse, un vieux grincheux, des jumelles pâtissières et toute la population farfelue du village le plus paumé du monde, Roméo va devoir gérer une enquête tortueuse, une histoire d’amour maladroite et… un lapin et un chat caractériels. Entre comédie feel-good, romance légère et enquête littéraire, « Les hommes ne lisent pas de romance » rend hommage aux livres les plus méprisés et les plus lus de l’histoire de la Littérature : les romans à l’eau de rose.

Mon avis : Je remercie Nico Bally d’avoir répondu à ma demande de Service Presse via le site Simplement.pro

Mais quelle fraîcheur ! Quelle bonne humeur ! Quel bon roman !!! Je n’ai rien à dire à part : bravo ! J’ai passé un excellent moment avec ce roman !

On fait la connaissance de Roméo, un jeune homme un peu perdu puisqu’il ne parvient pas à s’en sortir financièrement. Un peu obligé, il retourne chez son père à Croquignole où il n’a pas mis les pieds depuis que sa mère et lui en sont partis après le divorce de ses parents.

Croquignole est tout ce qu’il déteste : un petit village trop calme, trop triste, trop tout ce qu’il n’aime  pas. Tout le monde se connait, rien n’a changé depuis qu’il est parti. C’est la campagne profonde. Un citadin à la campagne : au secours !

Roméo fait la rencontre de Nora, une jeune éditrice qui part pour Croquignole pour le décès de Lady Myrtille. Lady Myrtille est une auteure connue pour ses romans à l’eau de rose. Sa mort est synonyme de tristesse et de deuil des lectrices avides de ces histoires d’amour dégoulinantes de romance.

Roméo se voit confier la tâche de la chronique nécrologique de Lady Myrtille. Pour cela, une ancienne camarade de classe et proche de Lady Myrtille : Meg, va l’aider dans ses recherches.

Plus qu’un petit travail, c’est les mots d’une auteurs qu’il va apprendre à connaitre et à aimer… Ou non !

L’auteur m’a bluffé ! En plus d’avoir su écrire une légère romance toute fraîche, il parvient à y ajouter une petite enquête policière et c’est vraiment une lecture prenante.

J’ai beaucoup apprécié faire une immersion dans ce petit village typiquement français que j’ai adoré ! On fait partie des habitants le temps de ce roman. C’est vraiment une impression très agréable que j’ai apprécié ressentir !

La plume de Nico Bailly est surprenante, bourrée de bonne humeur et de fraîcheur. Je suis vraiment heureuse d’avoir pu découvrir cette plume pleine de surprise. C’est vraiment un auteur que je prendrai plaisir à lire de nouveau !

Les + :

  • Une situation très drôle.
  • Roméo qui m’a beaucoup plu.
  • Une intrigue qui tient la route
  • Un mélange des genres parfaitement tenu !

Les – :

  • J’aurais aimé en avoir plus du côté romance.

Ma note : 19/20