12

Valentine Perdreaux a disparu – Saison 1 – Épisodes 5,6,7 & 8 – Felix Lejaune

Résumés par épisode.

Épisode 5 : Heureuse d’avoir échappé à Antonin et Waldeck, Valentine Perdreaux file dans Venise vers la bibliothèque secrète de l’Ordre de la Rose Croix… Mais dans quel but ? Sans compter que les hommes de Fayçal la surveillent toujours de près…

Épisode 6 : Valentine Perdreaux est au cœur de la bibliothèque secrète de la Rose Croix, plongée dans l’étude du mystérieux poignard qui y est conservé… Ayant semé Antonin, elle se croit enfin en sécurité… Mais bientôt l’enfer va se déchaîner…

Épisode 7 : Après avoir échappé à une mort certaine, grâce à l’arrivée in extremis d’Antonin, Valentine est momentanément hors de danger. C’est le moment, elle peut nous en apprendre un peu plus sur sa mystérieuse mission en Orient, et les buts secrets qu’elle poursuit… Arrivera-t-elle à rallier Antonin à sa quête ?

Épisode 8 : Valentine a réussi à convaincre Antonin de l’accompagner dans la suite de son périple, mais les Assassins sont toujours à leurs trousses. La petite équipe fuit Venise en urgence à bord d’un bateau de contrebandiers, direction Istanbul, porte de l’Orient…

Mon avis : Je remercie les éditions Nutty Sheep et plus particulièrement Céline pour l’envoi de ces épisodes qui clôturent la saison 1 des aventures de Valentine Perdreaux.

Ces quatre épisodes marquent un tournant dans l’histoire. En effet, j’ai trouvé qu’ils étaient plus prenant. On est vraiment dans l’action et l’on en prend plein les yeux. J’ai trouvé que, malgré le format épisodique qui pourrait poser problème à la mise en place de l’action, on se retrouve dans une intrigue pleine de rebondissement où l’on ne s’ennuie jamais.

On retrouve tous les personnages que l’on a découvert à travers les premiers épisodes. Antonin, Waldreck qui sont employés par le père de Valentine pour la retrouver. On retrouve aussi forcément Valentine qui essaye d’échapper aux employés de son père pour finir la mission qu’on lui a demander de faire en Turquie.

Ce que j’ai apprécié dans cette première saison c’est l’appel au voyage. En effet, j’aiFantasy trouvé que l’auteur parvenait à nous faire partir loin, dans un pays du moyen orient. Je m’y suis crue : j’entendais le bruit des souks, la langue chantante qu’elle la langue arabe pour moi, les odeurs d’épice. Bref, j’ai adoré ! Ce que j’ai aussi aimé c’est le fait que Félix Lejaune met aussi en avant la culture arabe ainsi que ces traditions. Dans la manière dont les hommes de main de Fayçal tuent, on voit bien les rituels de morts que l’ancienne tradition arabe peut inculquer.

Les personnages m’avaient manqué. Même si je ne les ai retrouvés que pour une paire de pages… Ce format est vraiment à double tranchant ! J’aime le fait que le cliffhanger est à son paroxysme à chaque fin d’épisode mais c’est beaucoup, beaucoup, beaucoup trop courts ! Je ne sais pas si on peut considérer que c’est un point négatif lorsque l’on râle parce que l’on en veut plus, mais franchement, j’adorerai en savoir plus sur les psychologies des personnages ainsi que sur l’histoire, les légendes, la mission.

Le personnage de Valentine prend de l’ampleur à la fin de cette saison. Elle ne se laisse pas faire malgré la place problématique de la femme à cette époque. C’est vraiment très intéressant de voir qu’elle veut y parvenir. Elle veut savoir faire les choses par elle-même, avoir une sacrée culture, parler différentes langues. Elle ne se laisse pas faire et franchement, j’ai apprécié ce caractère fort qui apporte beaucoup à l’intrigue.

La plume de Félix Lejaune est toujours aussi attirante et dynamique. Les mots choisis sont choisis avec minutie et j’aime cela ! La plume est travaillée et très intéressante.

Les – :

  • Un format toujours aussi problématique pour moi : j’aime certains points mais c’est trop court pour moi.

Les + :

  • La culture arabe que j’ai apprécié retrouver.
  • L’appel au voyage à travers cette première saison.
  • La plume de l’auteur.
  • Le panel de personnages que j’ai apprécié retrouver.

155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie

12

Oseille et vieille romance – Une enquête inattendue d’Édouard Petitpont – Monsieur J

41SHQ5j-muL._SX195_Résumé : Édouard, fonctionnaire trentenaire, s’ennuie à la Mairie de Montvallon et ne supporte plus les lubies de ses supérieurs. C’en est assez ! Épaulé par ses amis, la pétillante Jeannette et Hugo le stagiaire, il décide de créer sa petite entreprise. Mais quand on est un papa solo affublé d’une mère égocentrique et irresponsable, le quotidien n’est pas simple ! C’est alors que deux de ses clients décèdent. Pour les autorités, cela ne fait aucun doute, il s’agit de morts naturelles. Pourtant, Édouard et ses amis en sont convaincus : ce sont des meurtres. C’est donc en parfaits amateurs qu’ils décident d’éclaircir ce mystère quand une nouvelle agression se produit. La fine équipe parviendra-t-elle à arrêter l’assassin qui rôde impunément dans les rues de leur charmante cité ? Humour, suspens et personnages hauts en couleur composent ce roman policier enjoué, aussi rafraîchissant que le bon air « so frenchy » qui souffle dans ses pages.

Mon avis : Je remercie Morgane et Librinova pour l’envoi de ce service presse. J’ai eu la chance, de manière ponctuelle, de croiser le chemin de Librinova grâce à des auteurs qui m’ont envoyé leurs romans. C’est donc avec grand plaisir que j’ai accepté la proposition de Morgane quand elle m’a proposé de lire ce roman.

Je ne savais pas vraiment à quoi m’attendre en ouvrant ce roman. Je ne m’attendais pas à être aussi attirée par les mots et l’intrigue de l’auteur. Cependant, Monsieur J a su me remettre à ma place en me prouvant que l’intrigue pouvait piquer ma curiosité en gardant sa simplicité ! J’ai dévoré mon roman. C’était vraiment très sympathique.

On fait la rencontre d’Édouard, un papa qui élève son petit Lucas seul. Sa femme a déserté la maison et il attend qu’elle revienne sans vraiment y croire. C’est un personnage principal que j’ai beaucoup apprécié. Il est très intéressant dans sa manière d’être : c’est un homme intègre qui sait où est sa place. Il est calme, réfléchit et éduque Lucas d’une manière incroyable. Il ne veut blesser personne et ne juge pas les gens sans les connaitre. J’ai trouvé que ces valeurs étaient très sympathiques à découvrir à travers un personnage principal que je n’ai pas forcément l’habitude de croiser.

Édouard est accompagné de deux amis : Jeannette et Hugo qui travaillent avec lui à la mairie. Rapidement, ils vont aider Édouard à monter sa petite entreprise d’aide à domicile. Une complicité certaine née entre ce trio d’amis. En plus de l’amitié, c’est une enquête qui va les lier.

Deux morts avec deux visages crispés. Personne ne fait le lien sauf les trois amis qui décident rapidement de mener l’enquête. J’ai trouvé l’idée bonne est superbement bien menée. On tisse une enquête autour de la mort de deux personnes âgées : des petits vieux. On pense à tout sauf à ce qui nous tombe sur la tête au fil de la lecture. J’ai trouvé cette idée très drôle et originale.

Le seul point « négatif » que j’ai à souligner sur cette enquête c’est l’identité du coupable. Franchement, c’était mon idée première et j’avoue avoir été un peu déçue de ne pas avoir été surprise sur ce point. Cela n’a pas gâchée ma lecture mais juste un peu déstabilisée.

La plume de Monsieur J est très belle et je vous invite vivement à la découvrir. J’ai aimé cette enquête qui est 100% française. J’ai trouvé cela charmant et casanier. J’ai adoré découvrir mon pays et ses paysages d’une région que je ne connais pas forcément comme ma poche. C’était vraiment une enquête française, ça se sentait dans la manière de faire, la vieille voiture, les prénoms des personnages, le travail de fonctionnaire à la Mairie. Le fait qu’Edouard aide toujours le maire. Bref, on se sent bien en France avec Monsieur J. Quelle belle histoire !

Vivement une nouvelle enquête !

Les – :

  • Un coupable trop attendu pour ma part.

Les + :

  • Le personnage d’Edouard que j’ai adoré.
  • Le trio formé avec Jeannette et Hugo.
  • Les personnages secondaires que j’ai aimés. J’ai adoré Henriette ♥
  • L’intrigue de l’enquête 100% française. Ca fait du bien !
  • La plume de Monsieur J.

155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie

19

Dis-moi pourquoi de Ninon Amey

xcover-2446.jpgRésumé : Sarah, dévouée à ses amis comme à sa famille, peine à trouver sa place dans la vie. Son seul plaisir : s’échapper de la réalité grâce aux romans qu’elle doit lire dans le cadre de son travail. Axel fait de son mieux pour gérer les soucis du quotidien et affronter un passé douloureux dont les souvenirs refont surface. La musique est son seul exutoire. Leur rencontre les aidera-t-elle à affronter leurs propres traumatismes pour se réconcilier avec la vie, mais surtout avec eux-mêmes ?

Mon avis : Je remercie Ninon Amey pour avoir accepté ma proposition de lecture via Simplement.pro. En effet, lorsque j’ai vu la couverture, mon petit cœur de lectrice a fondu pour cette romance qui semblait parfaite pour la période. Je l’ai dévoré sous mon plaid en écoutant des musiques de Noël. C’était parfait.

On fait la rencontre de Sarah. C’est une jeune femme qui fait passer tout le monde avant ses propres désirs. Elle est une sœur parfaite malgré le comportement de sa sœur. Elle est une amie parfaite qui fait tout pour ses amies et qui peut renoncer à ses désirs pour voir les personnes qu’elle aime heureuse. Elle se fait souvent des idées : elle pense qu’elle n’est pas très intéressante, qu’elle est fade et qu’elle ne compte pour personne. Elle est vite contredite par ses amis et sa famille. J’ai beaucoup apprécié ce personnage parce qu’elle me ressemble beaucoup dans son caractère.

On fait aussi la rencontre d’Axel, un jeune homme qui fait ses études et qui a un petit boulot dans un bar dans lequel Sarah se rend. Dès le premier regard, le jeune homme tombe sous le charme de la jolie Sarah et une histoire loufoque va faire son apparition. J’ai trouvé l’histoire sympathique, cependant, ce n’est pas un coup de cœur.

L’intrigue est très sympathique : un week-end explosif en famille. On va y retrouver toute la famille de Sarah. Durant ce week-end, tout va exploser : les secrets de famille, les non-dit, tout va être mis sur la table. C’est une petite histoire qui se lit rapidement.

Cependant, j’ai trouvé que les événements se succédaient avec beaucoup de rapidité. J’ai trouvé que les couples se forment et se déforment rapidement. La naissance de sentiments se fait rapidement et malheureusement, on perd un peu en crédibilité. J’aurais apprécié plus de détails dans l’intrigue, que l’on ait quelques moments en plus dans l’intimité de Sarah et d’Axel ou peut-être plus de détails sur la relation entre Sarah et sa sœur.

J’ai apprécié la manière dont on traite du passé d’Axel. C’était un moment que j’ai vécu avec le personnage et je l’ai plus apprécié en comprenant son attitude face à Sarah.

La plume de l’auteure est très sympathique. Cette petite romance fait son effet. Je l’ai trouvé très sympathique malgré les quelques petits bémols que j’ai pu souligner. Ninon Amey nous propulse dans un bel univers propice à cette fin d’année où l’on a qu’une seule envie : se blottir sous la couette. La lecture se fait rapidement, je ne pensais pas voir les pages défiler à cette rapidité. C’est très chouette.

Pour conclure, il faut lire ce roman. C’est une très jolie pause entre deux gros pavés de lecture. C’est frais et cela fait du bien.

Les – :

  • Un léger sentiment de rapidité suite aux événements qui se succèdent trop vite à mon goût.
  • Une envie d’avoir plus de détails sur les personnages, leurs relations et leurs passés.

Les + :

  • Sarah & Axel : ce sont deux personnages qui marquent les esprits. J’ai adoré Sarah avec qui je partage quelques points communs au niveau du caractère.
  • Le passé d’Axel qui m’a permis de me rapprocher de lui.
  • La plume de l’auteure et l’univers qu’elle créé.

155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie

12

Stand By us – Tome 3 – Flo T.B.

515QkQOc3aL.jpgRésumé : Les promesses éternelles ne sont plus, les années défilent et la haine prend place. 
Dans cet ultime volet, retrouvez Max et Aloys devenus des inconnus l’un l’autre, ils vont devoir briser le silence des années perdues et assumer des choix douloureux. 
Se comprendre et pardonner la souffrance ne sera pas aisée, mais parfois, un petit rien peut faire la différence. Et ce petit rien pourrait bien accomplir de grandes choses. 

«Peu importe, les années, peu importe la distance, les âmes se retrouvent toujours sous les étoiles»

Mon avis : Je remercie Flo T.B. pour l’envoi de ce troisième tome en service de presse. En effet, j’étais restée sur les fesses avec l’épilogue du tome deux. J’avais très envie de découvrir la suite et fin de la trilogie de Flo TB.

Je peux vous dire que j’ai adoré ma lecture ! Elle frôle le coup de cœur. En effet, je n’ai pas pu mettre la note maximale à cette trilogie parce que, malheureusement, il y a eu trop de fautes dans le texte. Je vous rassure, il y en a bien moins que dans le premier tome mais il en reste en plus de quelques coquilles. Même si ces fautes n’ont pas ralenti ma lecture, il fallait quand même que je le stipule.

Flo TB me rappelle Nelly Weaver. En effet, ces trois tomes sont de véritables page turner.

Le troisième tome reprend l’aventure d’Aloys et de Maxine mais cinq ans se sont écoulés. Maxine n’a pas tenu sa promesse et a laissé Aloys sans nouvelle pendant cinq ans. Elle revient, en panique, à Creek Hill pour solliciter l’aide d’Aloys. Elle revient avec une petite bombe atomique qui explique son absence de 5 ans.

Son retour est très mal vécu par Aloys, Lou et John (le père des deux). Cependant, Nina, Cindy et Eddy sont très heureux de revoir Maxine et pensent que si elle est partie sans revenir c’est qu’il y avait une bonne raison.

Tout au long de ce troisième tome, les deux personnages principaux se posent énormément de question. On y parle de pardon, de trahison, de faute, d’amour, de mensonge, d’amitié. Bref, on traite beaucoup de notions dans ce dernier tome mais Flo TB ne perd pas le fil de ses explications et nous livre un tout très crédible.

Là où Flo a su me faire très plaisir, c’est dans l’évolution du personnage de Maxine ! Quel bonheur d’avoir une jeune femme responsable devant les yeux ! Adieu la vulgarité, les excès et les actes sans réflexion. Maxine est devenue posée, calme et responsable. Quel changement, j’ai adoré cela !

J’ai aussi apprécié le fait que les scènes de sexe sont bien moins nombreuses que dans les deux premiers tomes et qu’elles sont beaucoup plus belles, plus travaillées et beaucoup moins crues.

Les personnages secondaires qui ont bercés notre aventure dans les deux premiers tomes sont tous là de nouveau : Molly, Cindy, Suzy, Andrew, John, le petit pou, Eddy et bien d’autres. Cela m’a fait plaisir de les retrouver pour une ultime aventure !

Je ne regrette pas de m’être plongée dans l’univers de Flo TB. Elle a une très belle plume qui va à l’essentiel. On est propulsé dans l’univers des cowboys pour mon plus grand plaisir. Je trouve que cela change de ce que l’on peut lire ces derniers temps et cela fait du bien de varier les plaisirs.

Les – :

  • Les fautes d’orthographe, trop nombreuses à mon goût.

Les + :

  • Un troisième tome qui nous laisse sur les fesses.
  • Un véritable page turner à l’image de la trilogie.
  • Une sublime couverture !
  • Des personnages incroyables.
  • Une plume irrésistible.

155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie

Pour découvrir mes deux autres avis sur les débuts de Max & d’Aloys, c’est par ici ! 

xcover-2144 51xm7c05bUL._SX195_

12

Contre vents et marées – Audrey Martinez

51aW4Ad8LOL._SX331_BO1,204,203,200_.jpgRésumé : Jack a une vie familiale chaotique. Sa mère, Cécile, est en dépression depuis un an. Le jeune homme se débat pour survivre, malgré la violence, l’alcool et la solitude. Jusqu’au jour où il rencontre la sublime et douce Marta. Le destin a décidé de lui donner une chance de s’extirper de ce quotidien destructeur. Mais la vie n’est pas un long fleuve tranquille et les épreuves vont se succéder au point de compromettre leur avenir. Parviendront-ils à s’aimer contre vents et marées ? 

Mon avis : Je remercie le Prix des Auteurs Inconnus pour l’envoi de ce roman qui signe ma participation du mois de novembre dans la catégorie « Romance ».

Je ne sais pas par où commencer… Ce roman ne faisait pas partie de ma sélection. La lecture de ce dernier ne m’a pas déplu, bien au contraire. Cependant, j’ai eu une impression de déjà vu tout au long du roman. Je ne parvenais pas à comprendre pourquoi, après avoir fait le bilan de ma lecture dans ma petite tête, j’ai enfin compris ! Je ne sais pas si c’est moi qui déraille mais j’ai trouvé beaucoup de similitudes entre les actions du roman et une série télévisée que j’adore. Attention ! Je ne parle absolument pas de plagiat mais possiblement d’inspiration.

On fait la rencontre de Marta, une jeune fille qui n’est pas à plaindre. Elle a une jolie vie, réside dans une villa, a un père aimant. Sa mère, elle, ne voit qu’en elle une manière d’accéder à une strate de la société plus importante que celle dans laquelle elle vit actuellement. Le rêve de cette mère ? Marier sa fille avec un homme riche et puissant. Les relations entre Marta et sa mère sont complètement anéanties par le manque d’amour et de reconnaissance. Marta supporte sa mère pour son père qu’elle ne veut pas laisser seul.

Parallèlement, on découvre Jack. C’est un adolescent de 16 ans qui a tout laisser tomber pour s’occuper de sa mère dépressive depuis la mort de son père un an plus tôt. Fini le lycée, les études, le travail de rêve. Il plaque tout pour être disponible pour sa mère. Monsieur Raymond, l’épicier du coin, va beaucoup l’aider en mettant un travail et un logement à sa disposition.

La rencontre de Marta et de Jack va faire des étincelles. C’est la rencontre deux mondes différents mais ce n’est pas cela qui va les arrêter, bien au contraire. Ils vont surmonter beaucoup de difficultés ensemble. La vie ne va pas être un long fleuve tranquille mais j’ai trouvé qu’elle était quand même relativement « facile » pour eux : pas de problème d’argent, ni d’assistante sociale sur le dos. Monsieur Raymond est toujours là pour les aider et j’ai trouvé ça peu crédible à vrai dire. Ils ont 16 ans quand même ! J’ai trouvé cela dommage de mettre de côté les aléas de la vie que l’on peut rencontrer quand on s’émancipe du foyer familial à cet âge.

Dans ce roman, on traite de nombreux sujets comme l’alcoolisme, la dépression, le deuil… des 41067534_10156785467017376_4907767977048276992_nchoses qui ne sont pas forcément hyper joyeuses mais qui sont intéressantes à développer. Ici, l’accumulation des problèmes ne m’a pas permis d’y croire plus que cela et forcément… je n’ai rien ressenti d’intense en lisant ce roman.

Pour en revenir à cette sensation de déjà vu, si vous avez vu (et revu comme moi) la série Les frères Scott (VO : One Tree Hill), vous ne pourrez pas passer à côté des similitudes : une mère dépressive qui laisse son enfant partir, une mère qui n’aime pas sa fille et qui ne pense qu’à sa carrière, des péripéties (dont je ne peux vous parler sans vous dévoiler l’intrigue) qui sont arrivées aux personnages de la série, même la confection des brookies… S’il n’y avait eu que des comportements similaires, des petites touches comme les brookies, (parce que ça existe, c’est même bon) je n’aurais pas relevé. Cependant, j’ai repéré au moins sept similitudes, c’est pour cela que je ne pense pas pouvoir parler de coïncidence mais plutôt d’inspiration. Cela ne m’a pas gêné plus que cela mais j’avoue qu’un sentiment d’incompréhension s’est emparé de moi.

Chose aussi sympathique avec ce roman : la facilité de lecture. La plume est fraîche et dynamique, j’ai trouvé cela charmant.

Les – :

  • Les trop nombreuses similitudes entre Les frères Scott et le roman.
  • La vie trop « facile » que ces jeunes adolescents vivent.
  • Le manque de crédibilité à certains moments qui entraîne un sentiment mitigé au niveau des émotions.

Les + :

  • Une plume entraînante qui permet une lecture rapide et facile du roman.
  • Jack & Marta qui sont des personnages attachants malgré tout.
  • La relation particulière qui lie Marta à son père.

155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie

 

20

Azmel – Tome 1 : La porte du temps – Laura Wilhelm

xcover-2275.jpgSuite au décès de ses deux parents, Léna Petterson, 18 ans, emménage chez sa tante et ses deux cousines. Après quelques semaines d’adaptation, la jeune fille découvre des pouvoirs surnaturels qui sommeillaient en elle jusqu’à présent. Entre apprentissage et maîtrise de ses dons, elle essaye tout de même d’avoir une vie normale… Mais comment gérer ses pouvoirs sans être découverte par les autres forces supérieures ? La vie qu’elle a menée jusqu’ici n’était-elle qu’une illusion destinée à cacher sa vraie nature ? Sa rencontre avec Rick, plus que troublante, va-t-elle avoir un impact sur sa vie d’Élue ? Et pourquoi les deux jeunes gens ne peuvent avoir de contact physique ? L’amour est-il si difficile ? Pourquoi la seule chose qui la fait rêver lui est impossible, interdite par ses ancêtres depuis des centaines d’années ? … Un souffle, une étincelle… Au-delà même de l’inconscience, où règnent doutes et angoisses, Léna va devoir affronter ses peurs les plus profondes… L’amour et la mort se lancent dans un ballet démoniaque obligeant la jeune fille à faire un choix qui pourrait encore changer le cours de sa vie… Encore un peu d’espoir, il suffit d’y croire…

Mon avis : Je remercie Laura Wilhelm pour l’envoi de son roman via la plateforme simplement.pro. J’ai vraiment apprécié le résumé et la couverture. J’ai donc accepté la lecture en me disant que cela serai une lecture très sympathique.

La lecture est agréable. J’ai passé un bon moment de lecture avec Léna mais je vous avoue que j’attends le tome 2 pour me conforter dans mon avis. Il y a des petits points qui m’ont un peu étonnée ou frustrée.

On fait la rencontre de Léna qui est notre personnage principal. C’est une jeune fille gentille et courageuse mais qui est aussi pleine de rage et de tristesse. Elle doit faire face à la mort de ses parents dans un accident de voiture. Recueillie par sa tante et sa cousine Jamie, elle fait face à une nouvelle vie.

Léna est un personnage que j’ai apprécié découvrir. C’est une jeune femme très mature pour son âge. Elle ne se laisse pas faire et obtient très souvent ce qu’elle désire.

Nous avons beaucoup de personnages secondaires comme Jess et Dylan, des amis du lycée, Jamie et Andréa les cousines de Léna ainsi que Rick et ses frères.

Ce roman est une romance paranormale entre une Élue et un Démon. C’est assez original à vrai dire dans le choix des créatures. Deux « êtres » différents qui ne peuvent pas être ensemble. L’intrigue en soit reste simple mais efficace.

Ce que j’ai pu constater dans ce premier tome c’est la rapidité avec laquelle les choses se passent. Les sentiments sont vite avoués et surtout le don de Léna est accepté très rapidement. Une simple annonce et on n’en parle plus, c’est voté. J’ai trouvé dommage de ne pas avoir eu plus de détail sur l’acceptation du don.

En soi, j’ai bien apprécié les personnages qui ajoutent une belle dose de couleur à ce roman qui peut paraître assez sombre. J’ai aimé aussi découvrir les légendes ainsi que les histoires sur les ancêtres. J’ai trouvé cela charmant et cela apporte une touche très sympathique au roman.

Je suis curieuse de voir ce que peut donner cette romance dans les tomes suivants. Ainsi que l’évolution de cette « guerre » qui oppose les élus et les démons. Trouverons-t-ils une solution ? Cet amour impossible parviendra-t-il à survivre ? Je suis curieuse d’en savoir plus.

La plume de l’auteure est sympathique, je pense qu’elle pourrait plaire aux adolescents.

Les – 

  • Une rapidité certaine dans le déroulement des phénomènes.
  • Une intrigue simple même si efficace.

Les + :

  • Un personnage principal fort ! J’ai aimé Léna et son passé difficile.
  • Un panel de personnages secondaires très intéressant. Chacun apporte sa petite touche.
  • Une plume sympathique qui me rend curieuse de connaitre la suite.

155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie

24

La rousse qui croyait au Père Noël a 29 ans – Suzanne Marty

51yQpmOsoxL._SX311_BO1,204,203,200_.jpgRésumé : Cendrelle est responsable de la parfumerie du Grand Bazar de Paris et célibataire par intermittence depuis cinq ans. Le 1er janvier 2000, elle prend deux décisions : 1) arrêter les histoires foireuses ; 2) faire une folie. Car est-il raisonnable à 29 ans de ne plus croire au père Noël ? 

Mon avis : Je remercie du fond du cœur Suzanne Marty pour sa gentillesse. En effet, j’étais déjà très heureuse d’avoir entre les mains le premier tome des aventures de Cendrelle La rousse qui croyait au Père Noël a 39 ans mais quelle ne fut pas ma joie de voir que Suzanne me proposait de continuer notre partenariat avec ce deuxième tome.

Je tiens à préciser que le titre du roman peut prêter à confusion mais ce n’est pas un roman sur Noël. En effet, je ne chronique pas forcément au bon moment mais ici, je pense qu’il faut plutôt se référer à l’expression « croire au Père Noël ».

Ce que j’apprécie avec cette saga c’est qu’elle va se composer de 4 tomes : un à 39, un autre à 29 puis à 19 et encore 40 ans. Je trouve l’idée originale. En effet, on commence l’histoire par « la fin » mais rien ne vous empêche de lire dans l’ordre croissant ! C’est assez sympathique au final. Je trouve que l’idée de dire au lecteur de faire comme il l’entend est assez intéressante.

J’ai retrouvé Cendrelle pour mon plus grand plaisir. Elle est toujours aussi fraîche, pétillante et dynamique. Sa répartie est toujours au rendez-vous et cela nous donne des situations très drôles.

Cendrelle est responsable de la parfumerie et de la lingerie chez Grand Bazar à Paris. A 29 ans, elle aspirait à faire autre chose de sa vie. Plus le temps passe, plus elle se demande ce qu’elle fait là. Elle n’arrive plus à jouer à la vendeuse parfaite et ne parvient plus à cacher ses ennuis et tracas derrière un sourire hypocrite.

Un jour, Cendrelle annonce qu’elle prend des cours de théâtre. Même si sa famille rit, elle s’accroche. Elle est la plus vieille et ne parvient pas à se lâcher autant que ses jeunes camardes. Cependant, Cendrelle apprend vite et se fait rapidement des amis. Sa passion pour le théâtre va devenir rapidement chronophage et elle va devoir faire des choix.

Ce que j’ai apprécié dans cette intrigue, c’est le fait que Suzanne Marty nous montre que la vie n’est pas forcément toute tracée et que par moment, on peut facilement dévier. On peut tout envoyer balader et le regretter (ou pas). Changer de vie peut faire du bien ! C’est chouette comme manière de penser. Cette philosophie est un peu le mantra de l’intrigue. C’est un roman qui fait du bien.

L’intrigue se passe dans les années 2000. Le bond technologique m’a fait sourire. En effet, l’utilisation du portable est encore toute récente. La personne qui a un téléphone est vue comme une personne aisée, qui peut se le permettre. La mention du minitel m’a fait sourire. C’était vraiment très sympathique comme expérience.

La plume de Suzanne Marty est toujours aussi drôle. Elle nous offre des situations particulièrement drôles où Cendrelle met les deux pieds dans le plat. On est dans un univers qui fait plaisir, la lecture se fait rapidement, on veut savoir ce que Cendrelle va faire.

Si ce roman ne passe pas loin du coup de cœur pour moi, j’ai passé un excellent moment de lecture. J’ai commencé le matin ma lecture, j’ai fini le soir même.

Les – :

  • Ce n’est pas le coup de cœur mais je n’ai rien à dire de négatif sur le roman.

Les + :

  • J’ai adoré retrouvé Cendrelle.
  • La plume de Suzanne Marty que j’adore ! Qu’est-ce que j’ai ri.
  • L’intrigue et la mise en place du théâtre dans le roman.
  • Les personnages secondaires qui sont vraiment très sympathiques.

155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie

Pour lire mon avis sur le premier tome, c’est par ici 🙂

51R4VmGzKRL._SX311_BO1,204,203,200_

18

Osukateï, l’âme de l’Arbre-Mère  – Tome 1 : Le seigneur de la branche – Geoffrey Legrand

téléchargement.jpgRésumé : Fille de Seigneur, Luwise Sofunada est éduquée pour succéder à son père. En ce monde pourtant, nul pouvoir n’est héréditaire. Okateï, l’Arbre-Mère qui couvre la terre, désigne ceux qui auront la charge de protéger ses bourgeons. Luwise doit apprendre les devoirs d’une reine et mériter la confiance de la déesse pour hériter du trône. Mais désire-t-elle réellement cette responsabilité ? Alors que son entourage, la pousse dans cette voie, les questions se bousculent. Ses doutes atteignent leur paroxysme lorsque se révèle une connexion particulière avec la déesse. Un don que certains considèrent de mauvais augure. Les jeunes années de Luwise Sofunada oscillent entre innocence et tragédie, aventure et conspiration. Ce roman d’apprentissage vous emmènera le long des Branches de l’Arbre-Mère, dans les tréfonds de la déesse Plante, à la recherche de l’âme humaine.

Mon avis : Je remercie le Prix des Auteurs Inconnus pour l’envoi de ce roman qui signe ma troisième lecture dans la catégorie  »Imaginaire ». J’ai pu m’intéresser de plus près au premier tome d’Osukateï, l’âme de l’arbre mère.

Sans l’avoir ouvert, le roman me plaisait bien : le titre, le résumé et la couverture m’ont tapé dans l’œil directement. C’est déjà un point non négligeable parce que vous savez, pour la plupart d’entre vous, que je fonctionne au coup de cœur pour la couverture.

J’aime beaucoup les mondes qui se dessinent sous la plume de l’auteur. Ici, je suis servie puisqu’en plus d’avoir un univers créé de fond en comble, je me retrouve avec un sujet qui me tient très à cœur : la nature. On est en plein cœur de ce thème durant toute la lecture.

Je vous avoue que l’auteur nous offre un premier tome de qualité qui laisse présager une très belle suite. J’ai été soufflée parce qu’il nous propose. En effet, la construction d’un monde est toujours difficile mais il réussit l’exercice avec brio ! Tout y est pour que l’on passe un bon moment de lecture : un monde inconnu, des protagonistes avec des noms particuliers (au début, j’ai cru que jamais je n’allais m’y faire, mais finalement, j’y suis parvenue), ainsi qu’une intrigue que j’ai appréciée. Pleine de mystère, cette dernière m’a fait passer un excellent moment livresque rempli de mystères et de surprises.

Au niveau des personnages, j’ai été séduite par Luwise Sofunada. C’est notre personnage41067534_10156785467017376_4907767977048276992_n principal, qui a encore beaucoup à apprendre. Ce roman initiatique est très bien pensé et crée. Luwise doit encore apprendre à gérer les responsabilités qui lui incomberont un jour, ainsi qu’à apprendre à penser comme une protectrice. Elle doit faire passer les besoins de l’arbre avant les siens. Luwise est un personnage très sympathique à découvrir : elle met en avant les besoins de l’arbre et de la nature en général (comme nous devrions le faire d’ailleurs). Elle véhicule les qualités qui sont précieuses au genre fantasy et propices à l’aventure : le courage, la franchise ainsi que la maturité d’esprit. Luwise ne porte pas seule le poids de l’intrigue sur ses épaules mais elle supporte une grande partie de cette dernière. Bien entendu, Luwise peut compter sur l’aide de ses amis dans cette aventure.

L’arbre est un personnage à part entière : elle demande beaucoup à ses protecteurs qui doivent céder à toutes ses volontés. Il y a une harmonie entre cet arbre et ses protecteurs. J’ai trouvé cette idée très belle, poétique et pleine de bonté.

L’intrigue reste simple par moments. En effet, un lien avec une déesse, des étapes à réussir pour pouvoir arriver à ses fins… Le schéma n’est pas original. Cependant, les étapes et aventures que va devoir traverser notre personnage principal vont lui permettre de faire le vide dans son esprit. La spiritualité est un élément important dans ce roman. J’ai trouvé cela très sympathique à découvrir.

La plume de Geoffrey Legrand est captivante. Je vais même aller plus loin en disant que je me suis pris une petite claque. Elle est belle, pleine de douceur et de poésie. Dans ce monde où la nature règne en maître, la plume de l’auteur rend toute sa splendeur à mère nature. C’est très beau.

Les – :

  • Un schéma narratif un peu attendu.

Les + :

  • Une plume terriblement séduisante.
  • Un personnage principal que j’ai apprécié de découvrir.
  • Le sujet de la nature qui est mis en avant ainsi que sa splendeur à travers le personnage de l’arbre-mère.
  • La présence de la spiritualité dans ce premier tome.

155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie

14

Blessures secrètes – Tome 1 : Ouvre-toi – Sana Taylor

41HGBggtPaL._SX195_.jpgRésumé : Shelby est une jeune fille réservée, enfermée sur elle-même, entourée d’un cercle d’amis distincts qui la protège comme un bouclier. Elle cache un terrible secret. Matys est son contraire. Il s’affirme, ose, va vers les gens. Tout les oppose. Rien n’aurait pu prédire qu’ils se rencontreraient et s’attacheraient l’un à l’autre. Rien, sauf un stupide pari…

Mon avis : Je remercie les éditions Sharon Kena et Aurélie pour l’envoi de ce service presse qui est un premier tome abouti et très agréable.

Quand j’ai ouvert ma liseuse pour commencer ma lecture, j’ai pris peur devant le nombre de pages que m’indiquait cette dernière (1015 pages, ce n’est pas rien). Quand j’ai un nombre de pages aussi important devant les yeux c’est souvent quitte ou double : soit les pages défilent et je ne vois rien passer soit le temps est long et je ne veux qu’une seule chose : abréger mes souffrances.

Je vous rassure tout de suite, ici, j’ai passé un très bon moment de lecture. Je ne dis pas que c’est une lecture coup de cœur : il y a eu deux ou trois choses qui m’ont chiffonnée mais j’ai passé un bon moment de lecture.

On est dans une sphère étudiante. Les protagonistes ne sont pas des adolescents mais plutôt de jeunes adultes. On est donc encore dans une ambiance de fête, de rires et on ne se prend pas forcément la tête avec les soucis que peuvent rencontrer les adultes.

On fait la rencontre de deux bandes d’amis : d’un côté Matys avec Spencer, Seth, Carter, Fanny mais aussi Laurel et d’un autre Alan avec Katty, Shelby, Kenny et d’autres… Si ces deux bandes d’amis n’avaient rien en commun et n’étaient pas prédestinées à se rencontrer, Matys va forcer le destin en essayant de mettre Shelby dans son lit suite à un stupide pari avec Spencer.

Matys a énormément de mal à entrer dans le cercle d’amis de Shelby qui est une jeune fille timide, renfermée qui a peur de tout. Elle est une jeune fille frêle avec ses émotions exacerbées. Elle cache un  lourd secret que Matys va tenter de percer.

Je vous avoue que j’ai été secoué par la manière de faire de Matys. En effet, j’ai trouvé cela assez incroyable de forcer Shelby comme ça dès le début. On voit que c’est une jeune fille très fragile et lui vient fracasser cet équilibre qui tient debout par l’opération du saint esprit. Même si j’ai apprécié l’évolution de ce duo improbable, je reste quand même sceptique quant aux méthodes de Matys pour séduire Shelby.

J’ai apprécié passer du temps avec ces jeunes gens. On a beaucoup de personnages secondaires mais j’ai aimé le fait que chacun trouve sa place dans l’histoire. Ce n’est pas quelque chose de facile à faire quand on a beaucoup de personnages. Il faut aussi souligner le fait que les psychologies sont toutes différentes et rondement menées dans l’intrigue. C’est plaisant.

Shelby cache un lourd secret que ses amis partagent avec elle. Ils sont tous prêts à se battre pour la défendre. C’est assez émouvant de voir que même si Shelby n’a plus ses parents et ne veut plus voir son frère, elle a une famille sur qui compter. C’est une belle image. Le secret de Shelby se dévoile peu à peu et je pense ne pas me tromper sur ce dernier. J’attends juste le deuxième tome pour confirmer ce que je pense – ou infirmer, j’adorerai m’être trompée- mais j’avoue que par moment, il y a eu des moments de latence dans ma lecture. Il y a des longueurs de temps en temps.

Néanmoins, ce premier tome est une lecture fortement agréable. J’ai passé un très bon moment de lecture avec tous ces jeunes. Ça m’a rappelé les franches rigolades que j’ai pu vivre avec mes amis, les moments de joie et de tristesse que l’on partage.

Je ne connaissais pas la plume de Sana Taylor mais j’avoue que je suis séduite, j’ai bien envie d’avoir la suite entre les mains.

Les – :

  • Le comportement un peu trop brusque de Matys au début de l’histoire.
  • Quelques longueurs dans ce premier tome.

Les + :

  • Le secret que Shelby cache. C’est la trame de fond de l’intrigue et l’auteure en joue très bien. On veut savoir.
  • Cet énorme panel de personnages que l’on rencontre. Chacun trouve sa place dans l’histoire, j’adore !
  • La plume de Sana Taylor qui est très attirante, dynamique et de qualité.
  • L’histoire de Shelby qui cache beaucoup de choses : j’espère avoir de belles surprises dans la suite de cette histoire.

155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie

14

La dame d’Aquitaine – Jacquie Béal

couv-dame-aquitaine.jpgRésumé : Périgord, 1637. Altaïre de Claviérac est élevée dans une grande liberté, bien loin des règles de bienséance de la noblesse. Indépendante et farouche, elle monte à cheval comme un garçon, jure comme un homme d’armes, chante comme un troubadour et rêve d’épopées comme un chevalier… Mais l’Histoire est en marche. Les violences de la Fronde vont tout bouleverser et, à la mort de ses parents, Altaïre est forcée de quitter le monde de l’enfance pour se soumettre aux règles strictes qui régissent l’éducation des jeunes filles. Sous la tutelle d’un oncle auquel elle ne veut pas se soumettre, elle est envoyée au couvent. Mais bien vite, on nourrit d’autres projets pour elle et un mariage lui est imposé. Son destin paraît scellé, mais Altaïre ne renonce jamais : la liberté et le bonheur doivent se conquérir…

Mon avis : Je remercie Jacquie Béal pour l’envoi de son roman ainsi que City éditions. J’ai pris un énorme plaisir à retrouver l’univers de Jacquie Béal que j’ai déjà pu croiser avec le roman le temps de l’insoumise que j’avais adoré.

J’ai fait la connaissance d’Altaïre de Claviérac. C’est jolie jeune femme est notre personnage principal. J’ai beaucoup apprécié la rencontrer et la suivre dans sa jeunesse jusqu’à ses 18 ans. C’est une jeune femme charmante qui m’a permis de passer un agréable moment de lecture. Altaïre est une jeune fille qui a soif de liberté et d’indépendance. Cependant, elle est née à la mauvaise époque, sans parent, elle est confiée à son oncle puis à son futur époux. Elle est obligée de se plier aux volontés de ces deux hommes.

On se rend rapidement compte de la difficulté de la vie du XVIIème siècle et encore plus pour les femmes qui n’ont clairement pas leur mot à dire sur la vie qu’elle mène. Altaïre est une jeune femme qui ne supporte que difficilement le fait de ravaler sa fierté. C’est vraiment une fille forte et courageuse.

Les relations maritales sont aussi mises sous les projecteurs. En effet, Altaïre et son mari ne se marient pas par amour ni par conviction. Elle devient sa femme parce qu’elle n’a pas le choix. Elle doit se marier parce que son oncle l’a dit, c’est tout. Ils se découvrent au fil des pages, comme nous. C’était assez plaisant d’avoir les us et coutumes de l’époque dans ces pages.

Comme vous le savez déjà peut-être, je suis une fan du XVIIème siècle et surtout du faste de Versailles et de la grandeur de Louis XIV. Ici, on est loin du château et des manipulations. Ce fond historique m’a beaucoup plu, j’ai découvert autre chose et c’est très plaisant de voir que malgré le fait que l’époque soit la même, la manière de vie diffère selon les catégories sociales et les régions. On vit l’époque de la Fronde avec nos personnages, c’était très intéressant.

Dans les statuts sociaux, Jacquie Béal nous prouve que même s’il est dur d’être une femme, il est aussi dur d’être un homme. Il y a beaucoup de responsabilités à gérer.

Avec la dame d’Aquitaine, Jacquie Béal signe un roman très intéressant mais qui reste en deça de ce que j’ai pu vivre avec le temps de l’insoumise. Même si j’ai apprécié Altaïre, je n’ai pas su m’y attacher plus que cela. Personnage agréable mais parfois déroutant : elle est changeante et parfois, on aperçoit la petite fille qu’elle est restée.

La plume de Jacquie Béal est très belle. La passion historique de l’auteure se sent dans ses mots. On est plongé dans l’ambiance et l’atmosphère dès les premières pages ! Dynamisme, rigueur et beauté sont trois mots qui qualifient l’excellente plume de Jacquie que je remercie encore une fois du fond du cœur pour sa confiance renouvelée.

Les – :

  • Un petit quelque chose qui rend Altaïre attachante mais sans plus.

Les + :

  • La mise en lumière des relations maritales, des situations sociales ainsi que des habitudes de vie à travers les us et coutumes de l’époque.
  • La plume de Jacquie Béal que j’ai énormément apprécié.
  • La difficulté d’être une femme à l’époque.

155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie

16

Calendar girl – Saison Automne – Audrey Carlan

9782367624587-001-T.jpegRésumé : Du soleil de Malibu à la neige d’Aspen, Mia va en voir de toutes les couleurs. C’est à Malibu que l’avenir de Mia se joue. Une nouvelle carrière s’offre à elle. C’est à la télévision que Mia va à présent déployer ses talents. La production l’envoie d’abord à New York où elle doit interviewer des stars. Une tâche aisée pour Mia qui a croisé pendant cette année de nombreuses personnalités. Elle contacte donc ses nouveaux amis qui sont plus qu’heureux de la revoir. Puis c’est un mois de décembre féerique que Mia va vivre à Aspen, un Noël sous la neige, dans la famille de Wes. Mais une surprise de taille l’attend dans cette petite ville du Colorado.

Mon avis : Je remercie Pauline et l’équipe d’Audiolib pour l’envoi de cette nouvelle saison de Calendar Girl.

Je préfère prévenir que je vais parler d’évènements qui se sont passés dans la saison précédente. Attention à vous si vous n’êtes pas encore arrivé là.

Mon écoute termine l’année : j’ai découvert les mois d’Octobre, de Novembre et de Décembre. Si vous vous souvenez bien j’étais sortie un peu plus mitigée de la saison précédente reprochant à Mia de toujours faire la même chose, de se poser les même questions et surtout à l’improbabilité des choses qui rendaient peu crédibles les évènements.

La dernière saison fait remonter l’appréciation générale de la saga. Il y a quand même eu des petites choses qui m’ont froissées mais je reste quand même optimiste.

On apprenait la capture de Wes et de son équipe par des terroristes. Si le sujet était d’actualité, j’ai trouvé ça un peu trop too much pour paraître crédible. Cependant, j’ai apprécié le SSPT de plusieurs membres de l’équipe de tournage et surtout celui de Wes. Audrey Carlan marque bien les difficultés des événements qu’il a vécus et on se sent pris dans cette histoire. Il en est de même pour Gina De Luca. J’ai aussi apprécié l’attitude de Mia face à leurs souffrances. Ce que j’ai moins apprécié c’est la manière dont le couple Was/Mia gère les terreurs nocturnes de ce dernier.

Ce que j’ai trouvé dommage c’est le fait que ce qui est arrivé à Ginell passe complètement à la trappe. On en parle quelques lignes durant le mois d’Octobre puis tout s’efface. Dommage.

Globalement, j’ai trouvé cette saison sympathique, on a injecté beaucoup de nouveaux personnages ce qui rend l’intrigue plus souple, on se détache un peu de ce côté escort girl que Mia n’est plus. Cependant, je reste convaincue que les scènes de sexe sont trop nombreuses et trop explicites. Le sexe fait vendre, le sexe vend du rêve, les lectrices sont comblées, j’en conviens bien. Je le savais pertinemment en me lançant dans l’aventure Calendar Girl. Cependant, je trouve que c’est à la limite du pornographique. Les scènes sont trop explicites pour moi. C’est le gros point négatif de cette saga pour moi. Je pense qu’elle gagnerait à être plus douce de ce côté.

J’ai trouvé Mia plus responsable, moins bébête, c’est très appréciable. Son travail à la télévision lui permet de montrer une autre facette d’elle et cela est très appréciable. Ce que j’ai aimé aussi c’est sa responsabilité face aux difficultés des autres. Elle a le cœur sur la main et cela se voit. C’est top.

J’ai aimé retrouvé aussi les personnages des précédentes saisons : la famille de Mia, celle de Wes, les hommes qui ont ponctués les mois de Mia.

J’ai aussi trouvé l’épilogue très sympathique, il change de point de vue et j’ai aimé savoir ce que Wes pouvait ressentir face à tous ces événements. De plus, le « que sont-ils devenus ? » m’a aussi beaucoup plus. On refait un point, 10 ans plus tard, sur la vie de tous les personnages qui ont ponctués la vie de Mia pendant un an.

De manière générale, c’est une saga que j’ai apprécié par son originalité dans la conception et dans l’intrigue. Le panel de personnages est assez important puisque l’intrigue se déroule sur un an et que Mia a le temps de rencontrer du monde. Les sujets touchés sont actuels, sont vivants et largement diffusés, j’ai apprécié cela aussi. Les deux seules choses que j’ai à reprocher à ce texte c’est les scènes de sexe qui prennent une place trop importante et le manque de crédibilité par moment de certains événements.

Je conseille cette saga aux fans de New adult. C’était un bon moment d’écoute.

Les – :

  • Les scènes de sexe trop présentes.
  • Les événements concernant Ginell qui passent à la trappe.

Les + :

  • La constante évolution de Mia.
  • Les personnages secondaires qui prennent une bonne place.
  • La découverte des trois derniers mois différents de ce que l’on a pu découvrir jusqu’au mois de Septembre.

155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie

Pour découvrir mon avis sur les trois premières saisons, suivez le guide!

téléchargement (5) 9782367624563-001-T 9782367624570-001-T

12

Le monde de Lucrèce – Tome 2 – Anne Goscinny & Catel

51iIrld0w1L._SX195_Résumé : Une bonne dose d’énergie, un soupçon d’impertinence et surtout beaucoup d’humour, revoilà Lucrèce ! Notre héroïne est confrontée à un exposé super important avec les Lines, ses meilleures amies, à un mariage sans mariée, aux fiançailles surprises de sa grand-mère, à un cours de claquettes et à bien d’autres mésaventures ! Elle a des parents toujours aussi compliqués, un petit frère horripilant et un cousin prénommé… Nicolas, comme le héros de ses livres préférés.

Mon avis : Je remercie les éditions Gallimard ainsi que Gilles Paris et son équipe. C’est toujours un plaisir de me replonger dans des lectures pour les plus jeunes le temps de quelques pages.

J’avais bien apprécié le premier tome des aventures de Lucrèce, quand j’ai vu que Gilles Paris proposait la lecture du deuxième tome, j’ai foncé. Il n’y avait aucune chance pour que je le laisse passer.

J’ai donc retrouvé Lucrèce avec grand plaisir ainsi que sa famille, ses amis et son univers bien à elle. On la suit dans de nombreuses aventures. On a une impression d’épisodes dans ce roman, de petites histoires et j’ai trouvé sympathique de reprendre ce format qui rappelle forcément celui des aventures du petit Nicolas. Quel bonheur pour moi de pouvoir retrouver cette famille. J’ai toujours adoré les histoires du petit Nicolas, il en est de même pour les aventures de Lucrèce.

Lucrèce est une petite fille très attachante. C’est une collégienne qui a une vie sympathique mais ce n’est pas pour autant qu’elle est de tout repos. Je trouve sympathique le fait que les interrogations qui sont posées tout au long du roman sont des interrogations que les plus jeunes d’entre nous peuvent se poser très facilement. Elle a des petits problèmes qui viennent ponctuer sa vie et ce sont des choses qui peuvent ennuyer nos enfants. C’est donc un super point : on sent qu’il y a un lien entre la réalité et le monde de Lucrèce.

Les sujets qui sont posés dans le deuxième tome sont des sujets d’actualité : le mariage pour tous par exemple mais aussi les fiançailles de personnes âgées (ce qui est encore assez controversé dans notre société), la famille recomposée et encore bien d’autres.

Si j’ai pris plaisir à retrouver Lucrèce, il en est de même pour sa famille. En effet, j’ai adoré retrouver sa grand-mère, ses parents, son frère, ses amis et ses animaux. Ce que j’ai aussi bien aimé c’est son cousin Nicolas. Quel beau clin d’œil ! J’ai tellement apprécié cela.

Ce livre est une petite douceur que l’on se met sous la dent : c’est frais, doux, plein d’humour. Tout ce que l’on apprécie en fait.

Les – :

  • Je n’en vois aucun à l’horizon mais ce n’est pas une lecture coup de cœur. J’ai passé un super moment mais c’est un roman jeunesse… Difficile pour moi d’être comblée à 100%

Les + :

  • Le retour de Lucrèce et de sa famille. J’ai apprécié retrouver les personnages du premier tome et d’en trouver de nouveaux. C’était vraiment comme si je me trouvais au milieu de la famille.
  • Les rappels du petit Nicolas avec le personnage du cousin de Lucrèce mais aussi dans le format « épisodique » des aventures de Lucrèce (ce n’est pas des épisodes à part entières mais on sent bien que les aventures qu’elle vit peuvent être lues séparément).
  • La plume de l’auteure. Je l’ai trouvé fraîche et dynamique. Le fait que l’on choisit des sujets d’actualité et que l’on pose les questions que les enfants de l’âge de Lucrèce peuvent se poser est une excellente idée ! J’ai adoré cette actualité.
  • On se sent bien dans ce roman tout doux.

155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie

15

La Terre des Héros – Tome 3 : L’avènement – Amélie Hanser

téléchargementRésumé : L’étau se resserre autour d’Aleya et de ses amis. Plus que jamais, elle va devoir faire ses preuves pour convaincre non seulement les Gaëls, mais également les autres peuples. Sa quête est loin d’être terminée et ceux qu’elle rencontre ne partagent pas tous ses intérêts. Pour mener à bien sa vengeance, elle va devoir se relever des complots, batailles et intrigues pour découvrir les intentions d’Owen. Mais surtout : où se trouvent les personnes enlevées? Et pourquoi ?

Mon avis : Je remercie Amélie pour l’envoi de son roman. J’avais eu la chance de lire les deux premiers tomes de la trilogie et j’avoue avoir été flattée lorsqu’Amélie m’a recontacté pour le troisième opus de sa saga.

La couverture est aussi magnifique que celles des deux premiers tomes. Je ne sais pas ce que vous en pensez mais j’adore, je trouve qu’elle est merveilleuse.

Petite piqûre de rappel parce que cela fait plus d’un an que j’ai chroniqué les deux premiers tomes : Aleya est une jeune femme qui ne comprend pas sa mère : elle déménage dans un trou perdu au cœur de la France et se voit propulsé dans un monde incroyable en touchant l’un des objets de sa mère. Dans ce monde, tous les gens sont des descendants de héros bien connus. Quand Aleya se retrouve dans ce monde, elle est vue comme la sauveuse, la seule capable de rendre à ce pays la joie, la beauté et la paix. C’est la seule à pouvoir vaincre Owen, le roi qui a tué son frère pour accéder au trône.

Je ne reviens pas sur tous les personnages que l’on peut rencontrer mais je vous avoue que j’ai pris un certain plaisir à retrouver certains personnages nichés au creux de ma mémoire. C’est ce qui est plaisant quand on retrouve une plume et une histoire que l’on a apprécié, on se rend compte qu’ils nous ont manqué et ça fait du bien de se replonger dans l’univers proposé.

En parlant de cela, je n’ai eu aucun mal à me replonger dans l’ambiance proposée ici. Je ne pense pas devoir revenir sur l’intrigue du troisième tome, dans le sens où, le résumé en dit suffisamment et je ne pense pas que vous gâcher la surprise de cette fin soit la meilleure des solutions.

J’ai retrouvé avec plaisir la plume d’Amélie Hanser, les descriptions des paysages qui nous rappellent à quel point l’imagination de l’auteure n’a pas de limites. J’ai pris grand plaisir à revoir tous les personnages évoluer dans ces décors. J’ai toujours eu beaucoup de tendresse pour Aleya qui se montre ici à la hauteur de mes espérances.

Aleya ne manque pas de courage, elle fait avancer l’aventure à elle toute seule mais j’apprécie aussi le fait que sans ses amis, elle n’irait pas loin. Elle prend des décisions, fait avancer l’intrigue, c’est chouette. J’aime sa ténacité, sa force, son courage. Elle n’oublie pas sa mission et veut y parvenir coute que coute. C’est assez sympathique à lire.

Tout au long des trois tomes, les personnages sont en constante évolution. J’ai apprécié cela. Le troisième tome est selon moi le plus abouti grâce à sa maturité. On sent bien que les personnages jouent leurs vies et que cela devient compliqué.

Comme je vous le dis précédemment, la plume d’Amélia Hanser est très sympathique à découvrir. On se prend facilement au jeu même si parfois quelques longueurs dans les descriptions nous font un peu perdre le fil. Rien de grave en soi, ma progression ne s’est pas vue détériorée à cause de cela, j’ai simplement du relire quelques passages.

Les – :

  • Quelques longueurs qui font perdre le fil de la progression. J’ai dû relire quelques passages.

Les + :

  • Reprendre cette aventure fut un réel plaisir.
  • Le panel de personnages m’avait beaucoup manqué, surtout Aleya.
  • La plume d’Amélie Hanser que j’aime beaucoup.
  • La couverture très sympathique.
  • Ce beau point final à la trilogie.

155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie

Pour vous replonger dans les deux chroniques précédentes, c’est par ici =) 

la-terre-des-heros,-tome-1---heritage-786655-264-432 la-terre-des-heros,-tome-2--trahison-934620-264-432

14

Inspiration – Tome 1 – Cécile « Battybat » Dourlens

81BWb-Av4aL.jpgRésumé : Connaissez-vous le syndrome de la page blanche ? Ecrire une belle histoire. Tel serait le souhait de Rayon de Soleil. Mais elle est persuadée de ne pas pouvoir y arriver. Ces quelques jours de congés devraient l’aider à se débloquer. Et quel dommage que les rêves nocturnes s’effacent au réveil… Ils auraient pu servir de base ! Pourtant, sans qu’elle s’en rende vraiment compte, progressivement, un monde fantastique se développe dans son esprit et des personnages extraordinaires y prennent vie. Du rêve à la réalité, passez d’un monde à l’autre et prenez vous au jeu de suivre notre héroïne au fil de son quotidien, des aventures des héros de son monde imaginaire, le tout ponctué de ses nuits. Une histoire avec des valeurs positives, mêlant vie quotidienne et fantaisie, amitié et amour, à lire à tout âge, à partir de 12 ans.

Mon avis : Je remercie Cécile et à Nanachi éditions pour l’envoi de ce premier tome en service presse. Je vous avoue que je suis tombée sur la chronique de ma chère Diablotine et je suis tombée sous le charme de la couverture et du résumé. J’y suis donc un peu allée au culot mais j’ai contacté l’auteure pour savoir si un partenariat pourrait l’intéresser. Ayant eu une réponse positive, j’ai vite reçu les deux tomes. Quand j’ai vu la quantité de pages à lire, j’ai eu peur mais l’expérience fut très agréable.

J’ai, dans un premier temps, adoré la couverture. Je la trouve très belle. Elle nous souligne déjà la thématique du voyage.

On fait la rencontre d’une jeune femme dont on ne connait le nom qu’à la fin du premier tome. C’est quelque chose qui m’a dérangé malgré le fait que je comprends bien le choix de Cécile. C’est une chose originale qui nous accompagne tout au long du roman.

Cette jeune femme prend quelques jours de congés pour mettre à profit l’écriture. Elle a un magnifique carnet et espère avoir l’inspiration nécessaire pour pouvoir écrire des mots à la hauteur de la beauté de ce carnet. J’ai trouvé l’idée poétique. On part au pays des rêves, dans les réminiscences d’enfance, dans les souvenirs pour puiser dans cette imagination.

La jeune fille se décourage, mécontente de la qualité de ses mots, elle se refuse à mettre de la médiocrité sur ces pages qui méritent bien mieux !

On pénètre dans différents mondes : entre réalité et fantaisie. On a de nombreux personnages qui peuvent évoluer dans un monde inspiré, imaginé ou dans un monde ancré dans une réalité que l’on connait plus. Les histoires se suivent mais ne se ressemblent pas. J’ai apprécié cela même si l’effet catalogue est vite apparu. J’ai lu les histoires avec plaisir mais malheureusement, je ne les ai pas toutes gardées en tête.

Ce qui est bien avec ce genre d’ouvrages c’est que l’on peut préférer certaines histoires à d’autres, faire un choix. C’est intéressant, original et une manière différente d’appréhender la lecture.

Je trouve que ce type d’ouvrage peut être très sympathique pour les enfants. Ils peuvent stopper leur lecture entre deux histoires. Les histoires ne sont pas très longues, donc c’est top.

Je trouve que ce premier tome est parfait pour respirer entre deux grosses lectures. La plume de Cécile Battybat Dourlens est très belle. Les mots sont choisis avec minutie et intérêt, j’ai adoré ce point.

Les – :

  • Un point négatif tout à fait personnel mais j’ai eu du mal avec l’anonymat du personnage principal. Cela m’a dérouté dès le départ et mon interrogation ne m’a pas quitté de toute ma lecture.

Les + :

  • La plume de l’auteure : douce et belle.
  • Le caractère de notre personnage principal.
  • Le voyage entrepris entre réalité et fantaisie.
  • La couverture que j’ai aimé.

155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie

 

10

Ch’arme – Tome 1 : Seule – Célina Rose

51uRAFYJkgLRésumé : Peut-on trouver l’amour lorsque l’on y croit plus ? Lorsque nos seules pensées se tournent vers notre enfant et notre travail ? Entre son fils Jules et son emploi au SRIS, Jennie n’a aucune envie de faire des rencontres. Pour elle, les hommes ne savent que trahir et blesser. Pourtant, quand le riche et séduisant Dean Blake l’invite à danser, la jeune femme oscille entre son dégoût profond envers la gent masculine et une attirance irrépressible pour le bel investisseur. Jennie se laissera-t-elle séduire ? Parviendra-t-elle à mettre de côté sa peur de l’amour ?

Mon avis : Je remercie Célina Rose pour la gentille proposition qu’elle m’a faite via Simplement.pro. J’avoue que je me suis laissée rapidement séduire par le résumé mais surtout par la couverture que je trouve très jolie. C’est vraiment une couverture qui donne envie de se plonger dans l’histoire, on a envie d’en savoir plus dès le départ.

On fait la rencontre de Jennie. C’est une jeune femme surprenante et très courageuse. En effet, elle tombe enceinte à 17 ans de son petit copain. Elle apprendra très vite à se méfier des gens qui ne voient pas cette grossesse d’un bon œil. Cependant, elle sait aussi qu’elle peut compter sur Leslie, sa meilleure amie et sa famille.

On rencontre Jennie à ses 17 ans puis après, 14 ans plus tard. Elle a un travail incroyable : elle travaille pour les services secrets de l’armée. En parallèle, c’est une mère célibataire et je pense qu’élever un adolescent de 14 ans et gérer sa carrière cela ne doit pas être de tout repos.

La relation entre Jennie et Jules, son fils, est incroyable. On se rend rapidement compte qu’elle n’a d’yeux que pour son fils. C’est une relation qui fonctionne, bien que, par moment, cela doit être étouffant.

Cependant, une jeune femme ne peut pas vivre seulement pour son fils et sa carrière. Même si Jennie le pense, une rencontre va changer sa manière de voir les choses. Est-il encore possible d’être amoureuse à son âge ? Avec son passif ? Lors d’une soirée caritative qui a lieu dans le cadre de son travail, elle va faire une rencontre incroyable : un riche, célèbre et magnifique donateur : Dean Blake.

L’alchimie qui va naitre entre les deux personnages est terriblement charmante. J’ai apprécié ce feu d’artifice entre Dean et Jennie. J’ai trouvé cette relation addictive : on veut savoir comment cela va se terminer entre eux.

Jennie a un sacré caractère. Elle ne veut RIEN lâcher. Elle repousse cette attirance parce qu’elle a peur pour son fils, sa carrière. Elle doit savoir tout gérer et ne veut pas laisser de place à l’amour.

Le panel de personnages est assez sympathique. J’ai trouvé que chaque personnage apportait quelque chose à l’histoire. Les psychologies sont fines et détaillées, j’ai apprécié cela.

La seule chose que je pourrais reprocher à cette histoire c’est la partie « dialogue » qui pour moi pourrait être un peu plus détaillée, travaillée. C’est assez simple et parfois les répliques pourraient être dites par des adolescents.

La plume de Célina Rose est super sympathique. J’ai apprécié la découverte de ce premier tome et je me lancerai avec grand plaisir dans le deuxième tome.

Les – :

  • Des dialogues un peu trop « enfantins ».

Les + :

  • Les personnages : surtout Jennie et Dean que j’ai bien aimé.
  • La plume de Célina Rose que j’ai trouvé très sympathique.
  • La couverture que j’aime beaucoup.
  • La relation entre Jules et Jennie.

155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie

34

Les animaux fantastiques (version illustrée) – J.K. Rowling

51KTYWLHqzL._SX429_BO1,204,203,200_.jpgRésumé : Une édition somptueusement illustrée du classique de la Bibliothèque de Poudlard, qu’étudient Harry Potter et tous les jeunes sorciers. Les créatures merveilleuses et sauvages découvertes par le célèbre magizoologiste Norbert Dragonneau prennent vie sous le pinceau d’une grande artiste.

Mon avis : Je remercie les éditions Gallimard Jeunesse ainsi que l’équipe de Gilles Paris pour l’envoi de ce service presse tout bonnement incroyable.

Je suis fan des romans illustrés qui proviennent de l’univers d’Harry Potter. Il est donc normal de m’avoir vu sauter au plafond lorsque j’ai reçu celui-ci. Ce magnifique ouvrage est consacré aux animaux fantastiques.

Ce que j’ai énormément apprécié c’est le fait que j’ai pu mettre un dessin, des couleurs et des formes sur les noms d’animaux qui n’évoquaient pas forcément quelque chose de clair dans mon esprit puisqu’ils sont tous inventés. Alors bien sûr, grâce à Harry Potter, j’ai pu mettre un physique sur les lutins de Cornouailles, les hippogriffes, les centaures. Grâce au premier volet cinématographique des animaux fantastiques j’ai pu rencontrer un Eruptif, un Niffleur ou un Botruc mais bon… Si je vous dis Véracrasse, goule ou encore le boutfeu chinois, je ne suis pas certaine que ces créatures vous parlent… Bien que j’ai un vague souvenir du mucus de véracrasse grâce à mes heures perdues sur les jeux d’ordinateur… Ahah.

Bref, cet ouvrage illustré est juste magnifique. Je ne connaissais pas l’artiste mais franchement, elle a un talent magnifique. J’ai adoré la section des dragons qui est sublime. L’illustration du Phénix est à tomber. Bref, j’ai vraiment passé un moment de découverte incroyable.

Cet ouvrage est à mettre entre les mains de tout le monde : petits et grands. Je suis repartie avec grand plaisir dans cet univers magique qui est si cher à mon  cœur. Je l’ai trouvé vraiment épatant.

Je me suis aussi interroger sur le fait de ne pas avoir trouvé les détraqueurs. Mais il me semble qu’ils ne sont pas compris comme « créatures magiques », l’épouvantard aussi a soulevé la même interrogation… (En même temps, comment dessiner un épouvantard ?!) Bref, rien de bien important.

J’ai pris le temps de déguster chaque page, de m’attarder sur chaque illustration. Les couleurs utilisées sont magnifiques. J’ai aimé découvrir tout cela.

Cela me fait aussi plaisir puisqu’il faut le rappeler que le deuxième volet des animaux fantastiques est sur la toile ! J’ai une double séance de cinéma qui m’attend vendredi et c’est juste génial de pouvoir découvrir ou retrouver les illustrations des créatures que l’on a pu découvrir dans le premier volet.

Les descriptions qui accompagnent les dessins sont aussi intéressantes puisqu’elles décrivent les lieux d’habitation, les régimes alimentaires. Tout est inventé et donne donc plus d’ampleur à l’univers magique que l’on côtoie dans Harry Potter grâce aux Animaux Fantastiques. C’est top.

En bref, c’est un merveilleux ouvrage qui a ravi mon cœur de Potterhead. C’est un bel hommage à l’univers crée par J.K. Rowling. J’ai trouvé ce petit moment de lecture incroyable. J’ai vraiment pris un énorme plaisir à parcourir ces pages.

Les – :

  • Aucun point négatif pour moi. Mon cœur de lectrice est plus que comblé.

Les + :

  • Des illustrations magnifiques.
  • Des descriptions qui mettent en avant ces créatures.
  • L’imaginaire qui ressort de cet ouvrage.
  • L’univers magique qui ressort encore plus à la lecture de ce beau livre objet.

155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie

10

Le meurtre du commandeur : Livres 1 & 2 – Haruki Murakami

Livre 1 : Une idée apparaît.

Résumé : Peut-être un jour serais-je capable de faire le portrait du rien. De la même façon qu’un peintre avait été capable de dessiner Le Meurtre du Commandeur. Mais il me faudrait du temps avant d’y parvenir. Je devais faire du temps mon allié. Quand sa femme lui a annoncé qu’elle voulait divorcer, le narrateur, un jeune peintre en panne d’inspiration, a voyagé seul à travers le Japon. Et puis, il s’est installé dans la montagne dans une maison isolée, ancienne propriété d’un artiste de génie, Tomohiko Amada. Un jour, le narrateur reçoit une proposition alléchante : faire le portrait de Wataru Menshiki, un riche homme d’affaires. Tandis que celui-ci pose comme modèle, le narrateur a du mal à se concentrer. Quelque chose chez Menshiki résiste à la représentation. Une nuit, il découvre un tableau dans le grenier, une œuvre d’une grande violence, le meurtre d’un vieillard, comme tirée du Don Giovanni de Mozart. C’est Le Meurtre du Commandeur. Cette peinture obsède le narrateur. Et des choses étranges se produisent, comme si un autre monde s’était entrouvert. À qui se confier ? À Menshiki ? Mais peut-il vraiment lui faire confiance ? 

Livre 2 : La métaphore se déplace.

Résumé : Alors que jusque-là je marchais normalement sur ce que je pensais être mon propre chemin, voilà que soudain celui-ci a disparu sous mes pas, et c’est comme si j’avançais simplement dans un espace vide sans connaître de direction, sans plus aucune sensation.
Une jeune fille a disparu. Une jeune fille dont le narrateur avait entrepris de faire le portrait. Une jeune fille aux yeux comme une flamme gelée. Une jeune fille qui l’intrigue et qui pourrait être liée à Menshiki. Il va rendre visite au vieux peintre Tomohiko Amada. Là, dans la chambre d’hôpital, apparaît le Commandeur. Le Commandeur est prêt à offrir sa vie pour que la jeune fille soit retrouvée. Il faut faire revivre la scène du tableau, le Commandeur doit être poignardé.  Le narrateur lui plante un couteau dans le cœur. Une trappe s’ouvre dans un coin de la chambre. Un personnage étrange en surgit, qui l’invite à entrer dans le passage souterrain. Le début d’un périple qui va conduire le narrateur au-devant des forces du mal… 

Mon avis : Je remercie les éditions Belfond et principalement le secteur étranger pour l’envoi de ces deux romans en service presse. Quelle belle surprise dans ma boite aux lettres ! Je peux déjà vous dire que les romans sont magnifiques. Ce sont de beaux objets qui ont ravis mon petit cœur de lectrice.

Un ami, il y a quelques années déjà, m’avait offert un roman de Murakami. Je vous avoue que je n’ai pas encore mis le nez dedans. C’est donc un saut dans l’inconnu que j’ai fait avec ce service presse. Je suis vraiment très heureuse d’avoir découvert l’univers de Murakami ainsi que sa plume. Quelle beauté ! Quelle densité !

Voilà une œuvre qui effleure la philosophie. On est dans un questionnement sur l’art. C’est intense, beau, on a envie d’en savoir plus. C’est très prenant. Je vous avoue que les débuts ont été difficiles parce que c’est dense. C’est un univers qui fourmille de petits détails et cela change de ce que j’ai l’habitude de lire habituellement mais quel pied ! Malgré cette petite longueur dès le départ, j’ai pris un plaisir intense à découvrir la plume de l’un des maîtres de la littérature.

On fait la rencontre d’un homme bien particulier. Fraîchement divorcé, il décide d’aller habiter dans la maison d’un grand peintre japonais. C’est un homme mystérieux, plus qu’original, il est assez particulier à déchiffrer. C’est un peintre qui devient rapidement portraitiste. J’ai pris plaisir à découvrir cet homme, ses mystères et ses secrets. Cependant, la chose qui le caractérise le plus, c’est sa solitude. En effet, on ressent cette solitude mais elle n’est pas forcément négative : on apprécie le silence, la réflexion. Personnellement, j’y étais.

Menshiki est un personnage très important pour l’histoire et pour le narrateur. En effet, ce voisin un peu fou va aider notre narrateur à retrouver cette étincelle artistique qui lui manquait depuis quelques temps. Le divorce de notre personnage principal force cette rencontre. Elle est à l’image du panel de personnages et de l’univers que l’on découvre : c’est une rencontre originale et pleine de mystère.

On touche des sujets assez sympathique : la Création, l’Art, l’Amour…  Et bien d’autres sujets vous attendent encore dans ces deux tomes. J’ai apprécié la présence de la musique classique. C’est aussi une quête identitaire : le narrateur essaye de se trouver, de trouver sa voie. C’est très prenant. La présence du passé et du présent est aussi à souligner. Ce que l’on peut souligner dans cette notion de passé présent, c’est la volonté de l’auteur à nous montrer que ce que nous avons pu faire dans notre passé à forcément une incidence sur notre présent. Ainsi, on se rend compte que l’on apprend de ses erreurs. J’ai apprécié ceci.

L’intrigue est assez expliquée dans les résumés pour que je vous en reparle. Je peux juste vous affirmer que cette histoire est belle, dense et pleine d’originalité. C’est percutant. Je pense que j’ai été bouleversée par cette histoire parce que la plume est magnifique. Elle est pleine de douceur, de beauté, de poésie. On s’installe confortablement dans cette histoire.

Le meurtre du commandeur est la peinture qui va remettre en question l’art de notre narrateur et lui permettre de voir un esprit. On voyage entre la réalité et le fantastique.

Je ne peux que vous dire de vous plonger dans ces deux romans. C’est une œuvre excellente.

Les – :

  • Quelques longueurs, surtout dans le premier roman. C’est certainement le fait de devoir poser le décor. Au moins, on ressent la solitude.

Les + :

  • J’ai découvert un auteur incroyable. J’ai bien envie de retenter l’expérience.
  • La plume magnifique qui nous fait voyager entre passé et présent mais aussi entre réalité et fiction.
  • La présence de notions comme l’Art, la peinture, l’amour et la musique.
  • Le panel de personnages énigmatique.

155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie

16

Dracula, les origines – Dacre Stocker

CVT_Dracula-Les-origines_6871.jpgRésumé : À partir de pages inédites retrouvées dans les dossiers du célèbre créateur de Dracula, son arrière-petit-neveu, Dacre Stoker, a coécrit avec J. D. Barker, auteur de littérature fantastique, ce roman fascinant qui dévoile les véritables origines de Dracula, mais aussi celles de Bram Stoker. 1868. Bram Stoker, vingt et un ans, est reclus dans une tour, confronté à un mal indescriptible. Armé d’un crucifix, d’eau bénite et d’un fusil, il prie pour survivre à cette nuit, la plus longue de son existence. Décidé à coucher sur le papier ce dont il a été témoin, Bram écrit sans relâche, narrant les événements qui l’ont conduit jusqu’ici… Enfant maladif, Bram a passé ses premières années alité chez ses parents, à Dublin où sa nanny, Ellen Crone, a pris soin de lui, à sa manière… Quand une série de morts surprenantes se produit dans une ville voisine, Bram et sa soeur Matilda constatent l’étrange comportement d’Ellen. Le mystère s’épaissit de façon terrifiante jusqu’au jour où leur nourrice disparaît subitement de leur vie. Des années plus tard, Matilda, de retour d’un séjour d’études à Paris, révèle à son frère qu’elle y a aperçu Ellen… et le cauchemar qu’ils pensaient terminé depuis longtemps ne fait que commencer !

Mon avis : Je remercie Camille ainsi que les éditions Michel Lafon pour l’envoi de ce service presse qui est une véritable lecture d’automne. Elle est parfaite pour l’occasion d’Halloween. C’est donc avec grand plaisir que je vous parle de ma découverte.

Ce que j’ai grandement apprécié c’est l’affiliation de l’auteur avec Bram Stocker (l’auteur de Dracula). J’ai trouvé l’idée touchante. C’est un très bel hommage que de ressortir le mythe du vampire le plus connu au monde.

On pénètre ici dans la genèse du roman. On part sur les traces de l’enfance de Bram Stocker pour mon plus grand plaisir. J’adore ce genre de roman et je vous avoue que j’ai pris un plaisir tout particulier à lire celui-ci. Dracula est un roman que j’adore et ce roman met en lumière la vie de l’auteur. On y croit, c’est beau et bien construit. Quel pied !

On fait la rencontre de Bram, un jeune garçon cloué dans son fauteuil. Il est très souvent malade et c’est un petit garçon très craintif. Bram est très proche de sa sœur Mathilde qui prend soin de lui avec sa mystérieuse nounou Ellen. Un jour, Ellen parvient à guérir le jeune malade avant de disparaitre complètement de la vie de la famille.

Un jour, Mathilde confie à Bram le fait qu’elle a cru apercevoir leur ancienne nanny et les voilà embarqué dans une aventure qui va dépasser les limites de la réalité. On comprend ce qui a poussé le jeune garçon à croire en l’existence des vampires, c’était très prenant.

Mon aventure a été fantastique. Je ne m’attendais pas à ce que l’histoire prenne se tournant mais j’ai vraiment apprécié mon parcours livresque. J’ai apprécié le duo fraternel comme personnages principaux, le mystère qui émane du personnage d’Ellen. Moi qui adore le Royaume Uni, ici, j’ai été servi avec des descriptions de paysages irlandais magnifiques.

J’ai apprécié les va-et-vient entre le passé et le présent. L’histoire d’Ellen est captivante et permet une nouvelle découverte dans ce roman.

La plume de Dacre Stocker est épatante, on est embarqué directement dans une histoire fascinante. Je la découvre en même temps que cet ouvrage et c’est vraiment une plume qui nous promet un beau moment de détente. Les mots sont choisis avec soin, les phrases sont joliment ornées. Bref, c’est une plume que je n’oublierai pas de si tôt.

Les – :

  • Je n’ai rien à redire ici, je suis comblée dans mon cœur de lectrice.

Les + :

  • Un duo de personnages que j’ai adoré ainsi que le personnage d’Ellen.
  • L’enfance de cet auteur racontée de manière incroyable.
  • Le lien qui uni Bram à Dacre.
  • L’univers gothique qui représente Dracula et que l’on retrouve ici.
  • La plume de l’auteur que j’ai adoré !
  • Les descriptions très belles.

155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie

15

Le chien qui souriait en repensant à sa vie – Lorenzo Morello

le-chien-qui-souriait-en-repensant-a-sa-vie.jpgRésumé : C’est vrai qu’un chien qui sourit en repensant à sa vie, ça peut sembler bizarre. Mais ne vous fiez pas trop vite aux apparences ! Tenez, moi par exemple, couché dans la salle d’attente du vétérinaire où prendra bientôt fin cette exaltante existence et malgré des douleurs à l’abdomen que je ne souhaiterais pas à mon pire ennemi, eh bien, je souris. En repensant à cette vie et à la précédente, à la carrière d’architecte qu’il m’a fallu abandonner pour celle, non moins prestigieuse, de chien de compagnie. Je souris en repensant à Martine, mon épouse devenue maîtresse. Surtout, je souris en repensant à Hugues, mon enfant pour qui, à défaut d’être un bon père, j’aurai été un bon chien.

Mon avis : Je remercie les éditions Poussière de Lune pour l’envoi de ce roman en service presse. Je suis heureuse d’avoir pu découvrir un roman de cette maison d’édition qui me faisait de l’œil depuis un moment. Les échanges sont gentils et chaleureux. Je me suis sentie très bien accueillie et cela fait un bien fou (oui, pour moi, il est important de le souligner).

J’ai donc fait une expérience de lecture avec ce roman qui me fait sortir de ma zone de confort. La couverture est sympathique mais ne nous aide pas forcément à comprendre ce qui peut nous attendre dans ce roman. Le résumé nous en dit un peu plus : on fait la rencontre d’un homme qui se tue dans un accident de voiture et qui se voit réincarné en chien.

Cela reste vague mais curieusement, j’ai été intriguée. Comment l’auteur peut s’en sortir11817149_1602012066727001_4484996094056945926_n avec une intrigue aussi simple ? La raison est évidente après la lecture : avec une bonne dose d’humour et de folie. C’est assez surprenant parce que d’habitude, j’ai du mal avec les romans dit « humoristiques » simplement parce que cela ne me fait pas rire du tout. Mais ici, même si je n’ai pas ri à gorge déployée, j’ai souri plusieurs fois.

Je vous avoue que lorsque j’ai refermé le roman, je ne pouvais pas dire tout de suite mon avis. C’était une belle lecture mais il m’a manqué un petit quelque chose pour que cela soit un coup de cœur. Je garderai l’histoire en tête un bon moment, cependant, je pense que le côté humoristique prend un peu trop le dessus pour moi et cela a fait que j’y ai plus ou moins cru à certains moments.

Le hasard fait bien les choses … En effet, quelle surprise de voir que ce père et mari décédé depuis plus d’un an retrouve sa famille en étant le toutou de la maison. Cela lui permet de garder un œil sur son fils Hugues et de voir comment sa veuve s’en sort sans lui.

C’est une belle histoire qui nous promet une belle lecture. On vit des épisodes assez surprenants avec ce chien. Le refuge, la SPA, la maison de Roger & Odette. Bref, on ne s’ennuie pas !

J’ai apprécié cette lecture. La plume de Lorenzo Morello est très sympathique, elle nous fait passer un moment de lecture assez agréable. On ne se prend pas la tête et l’intrigue prend un tournant qui nous rend curieux de savoir la suite. C’est intéressant.

Ce roman n’est pas forcément à prendre au sérieux. C’est un moment de détente incroyable, je n’ai pas vu les pages passer. Si jamais vous avez une panne de lecture ou simplement l’envie de lire un roman drôle, je ne peux que vous le conseiller.

Les – :

  • Un côté humoristique un peu trop présent.

Les + :

  • Un personnage principal pas comme les autres.
  • Une plume très sympathique à découvrir et à lire.
  • Une lecture sans prise de tête ! C’est agréable pour faire une pause.

155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie

10

Némésis – Georgina Gay

51JAoK30wnL._SX347_BO1,204,203,200_.jpgRésumé : Chloé jeune trentenaire découvre toute la complexité des relations amoureuses dans une société qui transforme l’être humain en produit de consommation. Sa quête de l’amour semble trouver son achèvement lorsqu’elle rencontre Paul dont le charme et l’attention lui redonnent enfin confiance en la vie. Mais ses secrets bien cachés pousseront Chloé à commettre les actes les plus extrêmes.

Mon avis : Je remercie Evidence Editions et Jennifer pour l’envoi de ce roman via la plateforme simplement.pro. Cela faisait longtemps que je n’avais pas mis le nez dans un partenariat de chez Evidence Editions, quelle ne fut pas ma joie de voir une proposition ! Ainsi, j’ai pu découvrir Némésis de Georgina Gay.

C’est une romance toute particulière qui s’est ouverte à moi. Je vous avoue que je ne m’attendais pas du tout à ça en voyant la couverture et en lisant le résumé. D’ailleurs, c’est plutôt le résumé qui m’a tenté, la couverte ne me plaisait pas forcément.

On fait la rencontre de Chloé, une jeune femme de 30 ans qui recherche l’amour. Mais à force de le chercher, on se met des œillères et le premier homme que l’on apprécie et que l’on trouve beau devient rapidement l’homme de sa vie. Sa rencontre avec Paul va être magique, belle et pleine d’espoir.

Paul est un personnage trompeur. Il est charmant, beau, attirant mais cache bien son jeu. La relation entre les deux personnages va rapidement devenir toxique, étouffante, dangereuse.

J’ai beaucoup apprécié découvrir cette histoire. L’intrigue est rondement menée, elle est différente de ce que l’on peut trouver habituellement dans ce genre-là. Cependant, j’ai trouvé que l’histoire allait très vite. J’ai eu une impression de rapidité tout au long du roman. Tout s’enchaîne à une vitesse folle et on perd un peu en crédibilité. C’est dommage. Je pense que c’est la seule « fausse note » du roman pour moi. Le fait que l’histoire soit courte ne m’a pas permis de m’attacher plus que cela à Chloé. Pourtant, le personnage est détaillé, ce qui lui arrive est poignant mais la rapidité m’a joué un vilain tour.

Le panel de personnages est large et varié. On s’y plait, on y trouve notre compte. Les psychologies sont fines et détaillées. La crédibilité légèrement affaiblie par la rapidité des évènements se voit équilibré avec des personnages réalistes.

On a des notions sympathiques dans ce roman. On y trouve de l’amour, de l’amitié, de la manipulation, de la trahison. Mesdames et messieurs, sortez le pop-corn ! C’est une histoire « montagne russe » que Georgina Day

Ce que j’ai aussi apprécié c’est le réalisme de cette histoire. On est ancré dans le monde réel. Ce qui arrive à Chloé peut arriver à beaucoup d’entre nous. C’est une notion que j’ai aimé. On a une relation réaliste avec une fille qui a une vie normale.

La plume de Georgina Gay est exquise. J’ai aimé cette réalité. Cette plume qui nous véhicule des émotions très différente. On peut passer de la joie à la tristesse en quelques lignes. Je pense que je recommencerai l’expérience avec cette auteure.

Les – :

  • Une rapidité certaine dans l’enchaînement des évènements.
  • Un léger manque de quelque chose dans la personnalité de Chloé qui ne m’a pas permis de m’attacher à elle.

Les + :

  • Un panel de personnages intéressant.
  • Une plume que j’ai adoré.
  • Une intrigue originale et réaliste.
  • Des notions diverses qui sont intéressantes à lire et à découvrir.

155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie

14

La petite fiancée de la grande guerre – Michel Cordeboeuf

xcover-2386Résumé : En 1918, Louis a survécu à la Grande Guerre et garde l’espoir de revoir sa fiancée Marie qu’il venait juste de rencontrer. C’est par leurs courriers qu’ils ont appris à se connaître : ils parlent d’espérance, de deuils, d’amitiés. Louis chante son amour, l’amour de sa terre et de son village. Aux ravages de la guerre, la musique et les chansons font écran, un abri dérisoire et pourtant puissant.

Mon avis : Je remercie Emma et les éditions Nouvelles bibliothèques pour l’envoi de ce service presse. J’ai eu le grand plaisir de recevoir une proposition via simplement.pro. C’est toujours un plaisir de découvrir un roman de chez cette maison d’édition. J’ai pu faire de nombreuses découvertes mais ce roman signe un virage à 180° dans mon partenariat avec les éditions NoBi. En effet, j’ai pu découvrir un roman court mais intense sur le thème de la guerre. On s’intéresse à la période de la Grande Guerre (la première guerre mondiale).

Je vous avoue que je suis assez séduite par la couverture de ce roman. Je trouve la silhouette de la jeune femme complètement décalée par rapport au champ de guerre. On a une forme d’élégance, d’attente d’un fiancé sur un champ de guerre dévasté et qui pue la mort. Ainsi, on a un joli parallèle entre l’espoir et la désolation. J’aime beaucoup ce qui se dégage des couleurs.

On plonge dans une histoire qui nous met une belle claque historique. En effet, on se souvient de ce que l’on a pu nous dire durant nos cours d’histoire. C’est prenant et palpitant. En effet, même si le roman ne fait que 50 pages, c’est tellement intense que la quantité de pages en suffisantes. D’habitude, je râle lorsque c’est trop court. Ici, j’avoue que je n’ai pas été ennuyée par le nombre de page. C’est certainement parce que j’ai un petit cœur et que voir les gens souffrir ne me ravie pas forcément.

On se retrouve avec des soldats comme personnages principaux. On les découvre dans téléchargementles tranchées, à attendre la mort, à riposter contre ses ennemis qu’on leur a forcé à reconnaître ainsi. On y parle de la vie quotidienne, on essaye de s’échapper de cette ambiance de mort en pensant à ces mères, ces femmes, ces enfants laissés pour gagner cette guerre qui gangrène tout le pays. On attend des nouvelles, on essaye d’en donner, on se souvient. C’est beau mais poignant.

On se rend compte que la vie est plus que dure, qu’un mort peut tout changer lorsqu’il s’agit de la personne qui faisait le relai pour donner des nouvelles aux familles et aux soldats sur le front.

J’ai aimé le contexte historique. J’ai apprécié me souvenir, de penser à cette patrie forte et courageuse qu’est la mienne. J’ai été fière de ces soldats qui sont morts pour la liberté de vivre, de s’exprimer, d’exister. J’ai aussi apprécié l’évocation de la trêve de Noël. Le moment de joie entre deux périodes de morts. C’est aussi le moment où l’humain reprend le dessus : on met des visages sur les casques. C’est beau et émouvant.

Ce roman est un bel hommage très émouvant.

La plume de l’auteur reste sympathique et se prête bien à l’exercice historique. J’ai apprécié le fait que l’on « joue » la guerre dans une pièce de théâtre pour montrer ce qu’on put vivre les soldats.

Les – :

  • Une vague de tristesse avec ce genre. Il faut en avoir conscience.

Les + :

  • Des personnages forts et émouvants.
  • Le côté historique que j’ai apprécié.
  • La plume de l’auteur.

155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie

22

Bilan Octobre 2018

large

 

Bonjour tout le monde, voici mon bilan du mois d’Octobre. Il a été riche en lectures, en émotions, en belles choses. Je tenais à remercier les nouveaux auteurs et maisons d’édition qui me font confiance. Vous êtes de plus en plus nombreux et cela me touche fortement. Merci!
C’est parti pour le bilan livresque.

 

Cela fait donc 19 livres dont 1 roman audio =)

Côté personnel, ce fut un mois sportif
J’ai subi un mois d’Octobre en demi-teinte. J’ai essuyé les restes d’une méga panne de lecture. J’ai décidé de ne plus me « forcer ». En effet, j’ai pris du temps pour moi. Ma meilleure amie est remontée dans le Nord le temps des vacances scolaires, j’ai profité de sa présence. J’ai beaucoup marché dans des endroits sympathiques. L’automne est, pour moi, une saison que j’adore. Je vois le temps passer, les couleurs changer et franchement, c’est quelque chose que j’adore.
J’ai découvert des endroits sympathiques qui m’ont permis de faire le vide et de reprendre ma vie en main. C’est chouette.
J’ai commencé à regarder les robes de mariée. Ça met un léger coup de pression quand même! Sans compter qu’il faut aussi gérer le chantier que va être ma maison dans quelques mois. Je suis une adulte maintenant… C’est toujours une petite claque que je me prends quand je pense que je vais quitter mes parents et le cocon familial. Mais il faut y passer. Je suis très heureuse de le faire avec mon Jonathan.
J’ai aussi énormément parlé avec Dilshad, mon amie. On a vécu des petits épisodes à sensation ce mois ci. On s’est posé beaucoup de questions et nos conversations m’ont chamboulée. En effet, on a soulevé des points obscurs sur le comportement de certains blogueurs et blogueuses. On a reparlé de la revente de services de presse, de plagiat que ma petite chouquette a pu vivre… Bref, j’ai été heureuse de pouvoir parler sans filtre avec elle de ces choses qui me pèsent depuis quelques temps. Merci à elle ♥
J’ai deux SWAP qui vont devoir être prêts pour Noël. Je suis heureuse de pouvoir préparer des petits cadeaux à ma Camille et à ma Dilshad.

On se retrouve dans un mois pour le bilan de Novembre.