Le legs de Philippe Henry

48356073_10205410205930302_4387488893079912448_n.jpgRésumé : « Ils ont toujours prononcé mon prénom comme si j’étais espagnol. Ils disaient « Ron ». Pas une fois ils ne se sont demandé d’où venait ce prénom. Jon, c’est le diminutif de Jonathan. Jonathan, c’est un prénom juif. Je suis juif. Ma mère était juive. Grand-père était juif. » 

Mais cet héritage-là, Jon n’en veut pas. Il ne veut pas de cette douleur qui lui vient du passé. Il donnerait tant pour que ne retombe pas sur ses épaules cette mission absurde que lui a assignée son grand père, aux derniers souffles de sa vie. Il voudrait vivre comme tous les autres jeunes de son âge. Comme la petite Marie, comme Gilles. La vie est si douce avec eux. Mais peut-il continuer comme avant, comme s’il ne savait pas ?

Mon avis : Je remercie chaleureusement les éditions Nouvelle Bibliothèque (surtout Emma pour sa gentillesse, son écoute et sa patience). Après le coup de cœur que fut Grand Froid de Cyril Carrere, j’avais hâte de voir ce qu’Emma m’avait proposé de lire.

Je me suis retrouvée avec un roman court (environ 130 pages) qui nous met tout de suite le pied à l’étrier. Même si cette lecture ne fut pas un coup de cœur, je reste quand même séduite par ce que j’ai lu.

On fait la rencontre d’une famille : Gilles, Marie les enfants et Luc et Claire qui sont les parents. Historiquement parlant, nous sommes quelques années après la seconde guerre mondiale. On sent encore que les gens sont marqués par cet épisode. On est dans une sorte d’entre-deux : les parents se souviennent pour l’avoir vécu mais les enfants n’ont que ce qu’on peut leur dire pour se faire une image de cette guerre si dévastatrice.

Dans la famille, Luc a fait la guerre. Personne ne parle de cette période qu’ils n’ont pas vécu ensemble et qui semble être très douloureuse pour Luc.

Jon, un enfant qui se lie rapidement d’amitié avec les enfants Gilles et Marie va finir par intégrer leur famille après la mort de son grand-père, unique membre de sa famille encore vivant.

Ce que j’ai apprécié dans ce roman c’est la force des mots, l’intelligence de la répartition du texte et la manière dont l’auteur nous amène les choses sur les pages.

Jon est un personnage charismatique que l’on a envie de prendre sous son aile. Personnellement, je me suis rapidement interrogée sur son cas trop mystérieux pour être net.

La lecture de ce roman m’a rappelé Le cinquième enfant de Doris Lessing. Cette personne qui prend place dans votre famille, qui s’immisce dans votre intimité et qui finit par mettre une ombre sur le tableau de cette famille parfaite. Jon ressemble à Ben et même si ce n’est pas le même genre de personnage, il y a une part monstrueuse en lui qui va faire basculer cette famille.

Le legs ici se trouve dans le secret. Un secret que Jon garde et que l’on découvre par petites touches dans le roman. C’est fort, intelligent et très bien écrit ! J’ai franchement été séduite par l’intrigue.

Le seul point « négatif » que je peux trouver c’est le fait que le roman soit court. J’ai du mal avec ce format. J’ai envie d’en savoir plus. J’aurais aimé en savoir plus sur l’histoire de Luc durant la guerre par exemple. Mais aussi sur le personnage de Jon et sur sa relation avec son grand-père.

Le schéma narratif est intéressant : on se retrouve avec la même histoire vue par les 5 membres de cette famille. À chaque vision, on avance quelque peu. On comprend rapidement que Jon met la famille mal à l’aise qui ne se sent plus aussi sereine qu’avant. Ils ont peur des disputes, des changements d’humeur de Jon. Bref, l’atmosphère est pesante. On sent que cela peut exploser d’une minute à l’autre. J’adore !

Dès le départ, j’ai été séduite par la plume de l’auteur. Les mots, les mots, les mots ! Dès le départ, j’ai aimé les images utilisées par l’auteur. L’enfermement du bonheur dans la voiture par exemple. C’est avec douceur et poésie que l’auteur nous narre cette histoire.

Lorsque le rideau se lève sur le secret de Jon, j’étais scotchée. J’ai adoré ce legs, ce titre qui nous suit jusqu’à la fin.

Les – :

  • Un roman trop court, j’en veux encore !

Les + :

  • La plume poétique et magnifique de l’auteur.
  • L’intrigue rondement menée.
  • La période historique qui est marquante.

155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie

18 réflexions sur “Le legs de Philippe Henry

  1. Merci pour votre chronique. Je vais m’empresser de la partager. Je lis les commentaires qu’elle a suscités, et j’aurais pu faire les mêmes. En vous lisant, en entendant que mon roman n’avait pas été source de coup de cœur chez vous, j’ai été un peu malheureux. Je me suis quand même dit, ce n’est pas grave, je vais partager autant que je peux parce qu’un monde où tout est rose, ce n’est pas un vrai monde. Il est normal que mon livre ne plaise pas à tous. Et puis en lisant jusqu’au bout, je me suis dit, mais finalement, elle l’adore mon livre, au point de le trouver trop court… Alors finalement, je suis plutôt content. S’il n’y a que cela… D’ailleurs, vous dites aussi j’adore. Bref, si vous avez seulement la rage d’avoir été sevrée, tant mieux d’une certaine façon. Vous auriez voulu que je développe? Je vais vous apprendre une chose : j’ai pensé, et cela sortira peut-être un jour, à développer dans un autre volume la vie de la famille avant 1944, Je n’ai pas vraiment renoncé et votre chronique me renforce dans cette idée. Merci du temps que vous avez pris, merci de votre non coup de cœur pour un motif aussi agréable. J’ai l’espoir que d’autres livres de moi vous plairont. PS Au fait, c’est vrai, je n’aime pas les livres trop longs. Parfois, ils sont aussi emplis de vide..

    • Le choix du roman court est louable.
      J’ai adoré votre roman et surtout votre plume !
      Je ne peux malheureusement pas avoir de coup de coeur a tous les coups mais ma lecture reste très agréable. J’ai adoré beaucoup de points 🙂

      Je fais partie des lecteurs et lectrices qui ont besoin de plus de détails, de plus de pages pour s’épanouir complètement dans ma lecture (C’est d’ailleurs pourquoi je suis fan des longues et grosses sagas). On a le temps de développer, de s’attarder plus sur les détails et les psychologies.
      Cependant, cela n’enlève en aucun cas la qualité de vos mots et votre histoire que je recommanderai sans aucun souci. 🙂

      Merci de votre passage et de votre temps 🙂

  2. Ha ha, généralement, quand on en veut plus, je considère ça comme un point négatif ET un point positif :3
    Il a l’air très intéressant !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s