12

Les Crèvecoeur – Tome 1 : Edith et Romain – Antonia Medeiros

122615684.jpgRésumé : Un destin unique, une obsession familiale, le poids des secrets. Germain Crèvecœur, l’un des plus grands créateurs de chaussures pour femmes du XXe siècle, vient d’être retrouvé pendu. Il lègue à un fils mystérieux tous ses biens, y compris une maison étrange aux murs couverts de souliers féminins et des lettres dans lesquelles le défunt dévoile le roman de sa vie ainsi que ses plus terribles secrets… Pris entre l’amour fusionnel de sa mère Édith et la folie fétichiste de son père cordonnier, Germain grandit au début des années 1920 conscient de sa différence et de sa sensibilité à l’élégance féminine. Des tragédies familiales et des secrets qui hantent son histoire, il puisera toute la force de sa passion créatrice afin de répondre à cette unique question : peut-on guérir son âme au fond d’une bottine pour dames ? Entre passions et intrigues familiales, la saga des Crèvecœur est un hymne à la féminité et une fresque fascinante où se mêlent Histoire, sensualité et quête du bonheur. Édith et Romain est le premier tome de cette saga familiale en deux volets.

Mon avis : Je remercie Antonia Medeiros pour m’avoir donné la possibilité de pouvoir lire le premier volet de sa duologie. Au-delà du résumé ultra tentant, j’ai trouvé la couverture très jolie malgré la sobriété de cette dernière.

Une saga familiale intense

J’ai passé un très bon moment de lecture avec ce premier tome. Sur fond historique, on se trouve au cœur d’une famille. On fait la rencontre d’Edith, une femme qui se voit mariée de force à Romain Crèvecoeur pour sauver l’entreprise familiale. Rapidement, on se retrouve dans une spirale de malheur : en effet, Romain est un personnage froid, cruel, qu’on a du mal à suivre. C’est un homme très particulier qui fait une fixation un peu particulière sur les chaussures. C’est une relation très compliquée entre les deux époux. L’arrivée de leur fils Germain va permettre à Edith de respirer, d’avoir sa bulle d’air. Germain est un petit garçon adorable, comblé par l’amour de sa mère. Cependant, Romain va rapidement se retrouver seul contre sa femme et son fils qui avancent dans la vie en le laissant de côté.

Nous sommes donc sur une saga familiale dont le sujet principal est le mensonge, la dissimulation et les secrets de famille.

Les personnages

On retrouve donc plusieurs générations de la famille Crèvecoeur. On a Edith et Romain mais aussi Germain et Raphaël. Si j’ai adoré Edith et Germain, je suis complètement passée à côté des personnages de Romain et Raphaël. Cette mère aimante, forte et courageuse m’a énormément plu. En plus de cela, c’est une femme qui m’a plu par sa force de caractère et sa volonté de ne pas se laisser abattre par les aléas de la vie. Germain est un personnage attachant mais dans la progression du roman. Plus le roman a évolué, pris de l’ampleur, ma sympathie pour ce personnage n’a fait que croître, c’était plutôt sympathique de le découvrir. Il est un savant mélange de ses deux parents : le côté affectif de sa mère et la passion de la mode de son père. J’adore ! Cela fait de ce personnage un personnage excentrique et un peu fou.

Mode et Première Guerre Mondiale

On ne trouve pas ce mélange partout. Je vous l’avoue. Cependant, j’ai adoré ! J’ai trouvé cette idée très sympathique. La seule peur que j’ai eu c’est de savoir si l’auteure savait de quoi elle allait parler et surtout si cela allait être crédible. Je suis ravie de vous dire que l’auteure est excellente ! Elle parvient à nous propulser dans la période de la guerre 14/18. On se rend compte que la femme évolue encore plus vite lorsqu’il s’agit de période historique où les hommes sont au front. Si la femme « prend la place » de l’homme, Germain a lui aussi une profession particulière qui est au service des femmes. J’ai trouvé ce croisement sympathique.

L’intrigue

Je l’ai trouvé très sympathique. En effet, on est toujours dans cet effet de mouvement : croisement dans les histoires, on passe d’un personnage à un autre. On est vraiment dans un roman dynamique. J’ai trouvé la découverte épistolaire très sympathique. Raphaël découvre la vie de sa famille par les lettres que son père lui a gardé.

La plume de l’auteure

J’ai adoré la subtilité des mots, la douceur et la beauté de la plume de l’auteure. Je suis charmée. C’est vraiment très intéressant. J’ai trouvé que l’histoire était intrigante et très bien menée. Cela est certainement du à la qualité de la plume !

Les – :

  • Deux personnages avec lesquels je n’ai pas su tisser de lien.

Les + :

  • Edith et Germain.
  • La mode et la guerre. Deux thèmes que j’ai apprécié retrouver.
  • La plume de l’auteure.
  • Les décors intéressants.

155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie

10

A fleur de bruine – Amélie de Lima

41hT565dsJL._SX195_.jpgRésumé : Quand le passé revient pour se venger, quand les vieux secrets ressurgissent, la mort ne peut être que la seule échappatoire ? Lille, septembre 2016.Six ans après la terrible affaire de la Deûle, des corps de jeunes hommes sont retrouvés la bouche scarifiée, pieds et mains liés, immergés dans un canal. Qui sont-ils et pourquoi les a-t-on tués ? C’est ce que Véronique De Smet et Bettina Rosco tenteront de découvrir, dans une enquête complexe dont elles ne sortiront pas indemnes ? 

Mon avis : Je remercie Amélie de Lima pour la confiance renouvelée dont elle fait part pour son nouveau roman. J’étais très curieuse de voir ce qu’elle pouvait faire après son premier roman ultra prometteur ! Je suis TRES impressionnée par ce que j’ai lu. Amélie est une auteure polyvalente qui parvient à me surprendre avec un genre qui, par moments, me fait défaut.

Un thriller captivant

On suit une enquête avec le personnage de Véronique De Smet que l’on a déjà rencontré dans le premier roman d’Amélie. J’ai trouvé intéressant de reprendre ce personnage. En effet, on en apprend plus, on la suit de manière plus intense, il y a aussi une évolution certaine du personnage. Bref, le personnage de Véronique est intéressant par sa construction psychologique et les valeurs qu’elle dégage.

L’intrigue

Seigneur dieu, des fois, je me suis demandée comment Amélie avait pu penser à une intrigue pareille et si elle n’avait pas quelques troubles mentaux… Après, je me suis moi-même demandée si je n’avais pas quelques problèmes tant j’ai été captivée parce les mots d’Amélie. J’y ai d’autant plus cru étant donné que l’intrigue se déroule dans la ville de Lille que je connais assez bien… À faire froid dans le dos. C’est assez compliqué de dérouler plus l’intrigue que ce qui est dit dans le résumé, je n’ai pas envie de vous en dire trop sur votre lecture par peur de vous en gâcher une partie. Voilà donc une enquête policière rondement menée qui va pousser Véronique dans ses retranchements. C’est un thriller qui est psychologique sans aucun doute.

J’ai apprécié le lien entre l’enquête passée et l’enquête actuelle. On se retrouve avec un lien permanent dans l’enquête et dans l’intrigue. C’est très bien tenu et bien mené !

Les personnages.

J’ai apprécié la panoplie de personnages qui se déploie devant le lecteur. J’ai adoré Véronique De Smet mais j’ai aussi apprécié Bettina Rosco. Elles sont assez différentes mais se complètent. C’est un tandem franco-belge qui fonctionne bien. J’aurais juste apprécié plus de détails, avec un lien peut être un peu plus fort entre les deux femmes. Quelques nouvelles, par ci, par là… On se retrouve avec des victimes mutilées, âmes sensibles, passez votre tour, vous avez un sacré bon thriller noir sous les yeux !

Ce que j’aime énormément c’est le fait que tous les personnages trainent leurs casseroles personnelles. Ils ont tous des secrets, des problèmes et cela fait du bien de voir des personnages qui sont vrais et non stéréotypés.

La plume d’Amélie

Bon, je dois dire que là… je suis sur les fesses ! J’ai l’impression que le premier roman d’Amélie est si loiiiin ! Quelle maturité dans la plume ! Les mots sont riches, sans fioriture. On ne s’embarrasse pas de détails, on va droit au but, on est brut ! Le genre thriller n’a plus de secret pour Amélie qui signe là un deuxième volet excellent ! C’est une plume dynamique qui nous offre un thriller captivant grâce à une enquête percutante et sombre. La psychologie des personnages est hautement travaillée. C’est vraiment très intéressant à lire.

Les – :

  • Un petit pincement au cœur quant à la relation Véronique/Bettina

Les + :

  • Un thriller haletant.
  • Une plume excellente
  • Le panel de personnages
  • Les psychologies incroyables
  • L’enquête policière dynamique

155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie

26

La voleuse des toits – Laure Dargelos

téléchargement (1).jpgRésumé : Véritables piliers de la société, les règles écarlates ont prohibé toutes formes d’expression : l’art, la littérature et la musique n’existent plus. Chaque jour, la milice multiplie les exécutions pour asseoir l’autorité du régime. Demoiselle respectable le jour et voleuse la nuit, Éléonore Herrenstein s’élève contre l’ordre établi. Elle qui espère rejoindre la rébellion et renverser le gouvernement, la voilà brusquement fiancée à l’un des hommes les plus puissants du royaume. Qui est donc Élias d’Aubrey, cet être impénétrable qui semble viser le pouvoir absolu ? Et pour quelles sombres raisons sa famille dissimule-t-elle une mystérieuse toile, peinte un demi-siècle plus tôt ? Éléonore ignore encore que sa quête l’entraînera bien plus loin qu’elle ne l’imagine. Dans un voyage au-delà du possible…

Mon avis : Je remercie Laure Dargelos du fond du cœur pour l’envoi de son roman en version papier. J’ai sorti mes plus beaux yeux de biche lorsque j’ai vu la beauté de cette couverture. Je la trouve magnifique. Bien sûr, j’aurais bien pu le lire en format numérique mais franchement, ce roman est à avoir dans les étagères. Donc merci beaucoup Laure pour ce merveilleux envoi qui vient sublimer mes étagères tant par la qualité de la couverture que de la plume.

ALERTE COUP DE CŒUR.

Le livre en soi

Je vous avoue que j’ai eu peur. Je ne m’attendais pas à ce que ce roman soit si gros. Il est juste ENORME. Je pense que la dernière fois que j’ai lu un si gros roman c’était Harry Potter et l’Ordre du Phoenix. C’est souvent quitte ou double pour moi ces romans : soit c’est génial, le roman est un véritable page turner ou alors c’est un long, très long chemin de croix. J’ai commencé le roman dimanche soir, je l’ai fini hier soir (et encore, c’est parce que je ne voulais pas l’abîmer en le prenant dans mon sac sinon j’aurais lu pendant ma pause déjeuner). Je n’ai rien vu passer. Les pages se sont envolées, mes yeux n’ont pas voulus se fermer. Bref, une pépite.

L’intrigue, l’histoire et les personnages

Oui, d’habitude je fais une section pour ces thèmes mais si je ne couple pas, la chronique va faire dix mètres de long et ce n’est pas vous rendre service que de vous donner des millions de détails. La meilleure chose à faire pour découvrir ce merveilleux roman, c’est de le lire. Cependant, le point de départ est assez sympathique et original (plutôt rare dans ce genre). On est dans une société où les arts en tout genre sont interdits. Il n’y a pas de musique, ni de possibilité de se détendre avec un bon livre, film ou une jolie balade dans un musée. Les arts ne vivent plus. Le gouvernement est intraitable et les rebelles traités de la pire manière qu’il soit. Bien entendu, vous vous doutez bien que le gouvernement trouve quand même des gens qui se battent contre cette oppression. Eléonore Herrenstein fait partie de ces derniers.

Eléonore est un personnage que j’ai apprécié par sa facilité à se cacher. En effet, faisant partie de la haute société, Eléonore devient l’opposé la nuit. Elle devient Plume, une voleuse. J’ai adoré ce personnage frais, intelligent, drôle et qui a la tête sur les épaules. Que dire de plus ? C’est un personnage principal très intelligemment construit qui permet au lecteur de ne pas s’essouffler dans la lecture. Elle apporte un peu d’air frais dans ce climat oppressif.

Elias est un personnage aussi très surprenant. J’ai apprécié son franc-parler très présent dans l’histoire. Rapidement, on comprend que c’est un personnage blessé et qu’il se protège comme il le peut. J’ai trouvé le duo Eléonore/Elias très sympathique à découvrir. Ce que j’ai apprécié dans l’histoire de ce duo c’est le fait que la romance ne prend pas une part méga importante dans le texte. On n’est pas étouffée par la romance, elle est fraîche, mise par petites touches et j’ai trouvé que l’histoire était encore plus prenante de cette manière.

Ce que j’ai énormément aimé c’est que l’auteure maitrise vraiment son texte. Cela lui permet d’apporter différents genres à ce roman dit « Young Adult ». On y trouve de la fantasy, une merveilleuse aventure avec une touche de romance. A partir du moment où les genres se mélangent à merveille et que cela fonctionne, j’ai envie de dire que le pari est déjà gagné.

Le temps

J’ai trouvé très intelligent la manière dont l’auteure utilise le temps dans ce roman. Il est personnifié et très rapidement, il évolue comme un personnage humain dans l’intrigue. J’ai apprécié la place qu’il prend, la tournure de l’intrigue. Franchement, je suis sous le charme de l’intrigue et de ce que l’auteure nous propose ici.

La plume de Laure Dargelos

Quelle belle découverte. Franchement, l’auto édition me fait encore de sacrées belles surprises ! La voleuse des toits m’a énormément plu pour l’intelligence de la construction. Ce roman vient souligner le fait que le YA peut être bon, même excellent ! La plume de Laure Dargelos est subtile, sublime et parvient à nous livrer une histoire à la fois captivante, sensible et très intéressante. Elle prouve son talent en soulignant la panoplie de personnages incroyable qu’elle nous livre. Des psychologies toutes très différentes qui évitent les clichés que l’on peut trouver dans les romans jeunesses. Cela fait de ce roman, un roman qui ira loin et qui est fait pour un lectorat énorme : petits et grands trouveront leur bonheur !

Les – :

  • Rien en vue. Coup de cœur absolu !

Les + :

  • La plume de Laure Dargelos.
  • La construction de l’intrigue.
  • La place de Temps et des Arts.
  • Le duo Elénonore / Elias.
  • La couverture

155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie

10

Fragments de vie – Lola T

41QeXR31ZVL._SX195_.jpgRésumé : A lire au coin du feu, trois nouvelles, trois destinées, trois univers. Du fantastique ou de l’érotique pour ce recueil imaginé comme un cadeau pour noël. Plongez dans la vie tumultueuse de Lise, dans la passion de Jennie, dans l’univers sombre d’Harmonie. Trois histoires à découvrir où l’amour est le maître mot et l’aboutissement de tout.

Mon avis : Je remercie du fond du cœur Lola T pour l’envoi de ce service presse. Cela faisait longtemps que je n’avais pas lu cette plume. Franchement, renouer avec ses mots m’a fait énormément de bien. Même si j’ai encore à découvrir le Tome 2 de Vices et plaisirs interdits, j’avais envie de légèreté ces derniers temps, j’ai donc choisi ce petit recueil de nouvelles.

Trois nouvelles

Vous savez que je suis plutôt réticente à la lecture de nouvelles. En effet, je trouve que ce format peut être vraiment vicieux. Je reste dubitative, même après ma lecture de ce recueil. J’ai toujours un goût de trop peu quand je ferme le recueil.

Les trois nouvelles ont des points communs, le plus flagrant c’est le thème. On nous parle d’amour. Voici trois façons différentes de voir, de percevoir et de vivre l’amour. Autre chose assez intéressante, c’est le fait que les trois personnages principaux qui prennent la parole dans ces histoires sont trois femmes.

La première nouvelle est très sympathique à lire. En effet, on côtoie le genre fantastique. J’ai trouvé sympathique de retrouver ce genre là avec la plume de Lola. J’ai commencé ma découverte de son univers avec une histoire de vampires… Cela m’a donc servi de piqûre de rappel. Les humains vivent dans un monde où évoluent les vampires. Ces derniers chassent les humains. Notre narratrice va se retrouver à la merci d’un vampire… Affaire à suivre !

La deuxième est contemporaine. On est ancré dans le réel. C’est ma préférée des trois histoires. En effet, j’ai apprécié suivre cette journée avec nos personnages principaux. Je suis sous le charme de l’annonce et de cette fin qui est pleines d’émotions. C’est celle qui m’a le plus touché par la sensibilité qui émane de l’histoire et de la plume. Elle soulève un problème que les couples peuvent subir assez souvent. J’ai trouvé cela très intéressant. C’est un problème traité avec beaucoup de douceur et d’intelligence.

La troisième nouvelle est un retour dans le genre fantastique, comme un écho à la première. On retrouve les vampires. La seule chose qui change, c’est le fait que l’histoire est beaucoup plus intense et sombre à mon goût. Ici, on traite l’amour avec un autre œil : celui de la vengeance. C’est plus intense et plus agressif. On voit un personnage en colère et remplit d’amertume.

La plume de Lola.

Je pense que c’est très sympathique de découvrir Lola dans trois histoires différentes. Les auteurs qui savent faire passer autant d’émotions en si peu de pages sont pour moi de véritables héros littéraires. J’ai apprécié les trois histoires en ayant une préférence pour la deuxième. La thématique de l’amour est présente dans les trois histoires mais est traitée de manière différente. On se retrouve donc avec trois visions de l’amour différentes. On côtoie alors l’amour, la jalousie, la colère… mais aussi l’espoir, la vulnérabilité et l’envie de faire confiance. Bravo à l’auteure pour ce beau travail.

Les – :

  • Je reste plus à l’aise avec un roman et non un recueil. Question de goût.

Les + :

  • La plume de Lola
  • La thématique de l’amour traitée de manières différentes
  • Les diverses émotions qui frappent le lecteur au cours de la lecture.

155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie

10

Le petit Nicolas fait la fête / Le petit Nicolas Cahier de dessins animés – Sempé/Goscinny & Editions animées

Résumé du cahier de dessins animés
A l’occasion des 60 ans du Petit Nicolas, Éditions Animées a créé un Cahier de Dessin Animé autour de deux histoires intemporelles du Petit Nicolas, à l’école et avec ses amis. Aux côtés des textes originaux de Goscinny, les dessins de Sempé, une fois coloriés, s’animent pour créer un film dont l’enfant est le réalisateur. Le Football : Alceste a un ballon tout neuf. Les copains se retrouvent sur le terrain vague pour un match. Qui sera capitaine, arbitre, goal ou avant-centre ? Tous courent et se battent, c’est formidable. Mais Alceste crie de tout arrêter : le ballon est resté à la maison. Le Bouillon : La maîtresse est absente, le Bouillon surveille les élèves. Le Bouillon, c’est le surveillant. On l’appelle comme ça car il dit « regardez- moi bien dans les yeux » et dans le bouillon, il y a des yeux… Mais lorsqu’il quitte la salle de classe, rien ne se passe comme prévu.
Résumé du petit Nicolas fait la fête
Pour fêter en beauté ses soixante ans, Le Petit Nicolas vous invite à son anniversaire. Pour la première fois, une sélection des aventures du Petit Nicolas sont publiées dans une édition collector. Voici les dix plus belles histoires autour d’un thème unique et joyeux, la fête. Ce recueil comprend les histoires : Les cow-boys, Marie-Edwige, Le cirque, Le repas de famille, L’anniversaire de Clotaire, L’anniversaire de papa, Maixent, le magicien, La distribution des prix, Le mariage de Martine, La fête foraine. Grand format, reliure cartonnée, et abondantes dorures inscrivent ce chef d’œuvre parmi les grands classiques de la littérature jeunesse. Peut-on rêver plus jolie surprise pour fêter le soixantième anniversaire de la création du Petit Nicolas ?

Mon avis : Je remercie Gilles Paris ainsi que les maisons d’éditions pour l’envoi de ces deux ouvrages que j’ai pris énormément de plaisir à découvrir. Etant une lectrice qui a commencé sa vie livresque avec Nicolas, Agnan, Alceste, Joachim, Maixent et tous les autres… Je ne pouvais pas ne pas les demander. Je remercie donc tout le monde pour ces précieux cadeaux que je garderai pour mes enfants futurs, c’est certain !

Un bond dans la jeunesse

Je vais essayer de traiter les deux ouvrages en parallèle. J’ai énormément apprécié la modernité que l’on a apportée aux histoires du petit Nicolas. J’ai trouvé très sympathique de pouvoir colorier les dessins, les prendre en photo et de pouvoir les animer avec l’application BlinkBook. Je trouve ça hyper intéressant : on est à la croisée des chemins entre l’ancien (il faut dire que le petit Nicolas a quand même 60 ans et qu’il n’a pas pris une seule ride) et la modernité avec le fait que l’on puisse, avec les bons outils, apprécier une animation faite soit même !

Les histoires.

Voilà ma petite déception… Je m’attendais à avoir quelques petites nouveautés. Peut-être une histoire dénichée dans un tiroir qui n’avait pas été publiée. J’ai pu relire les aventures du petit Nicolas mais je n’ai pas pu faire de découverte. Cependant, le plaisir est toujours présent. Mon père a mis son nez dans quelques pages, mon petit frère aussi. C’est vraiment deux ouvrages fait pour les plus jeunes comme les plus vieux. Certains découvrent, d’autres se remémorent mais le plaisir est là dans les deux cas. Dans les deux ouvrages, on nous a fait une sélection des histoires les plus célèbres que l’on connait.

Les livres objets

Qu’est-ce qu’ils sont beaux ! Ce sont des livres objets très sympathiques à découvrir. On ajoute à cela des illustrations que l’on connait bien mais que l’on retrouve avec plaisir (je pense que ce mot va revenir souvent dans ma chronique). Le papier est très sympathique, agréable sous les doigts. Les couvertures des deux livres sont très belles aussi. Les romans sont agréables à manipuler. Je n’ai pas osé les mettre dans mon sac de peur de les abîmer.

Vous l’aurez donc compris, chers lecteurs, le petit Nicolas est une valeur sure que l’on doit retrouver dans les bibliothèques des plus jeunes ! C’est à lire et à relire. Quel plaisir ! Beaucoup de souvenirs sont remontés à mon esprit, j’ai adoré ! Bravo pour cette belle idée. J’ai trouvé la modernité de l’animation très intelligente et intéressante.

Les – :

  • Pas de nouveautés, pourtant, cela m’aurait beaucoup plu.

Les + :

  • Les deux ouvrages sont très beaux et intelligemment construits.
  • Les illustrations et les histoires toujours aussi plaisantes !
  • De la lecture pour les plus grands et les plus petits.

155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie

12

Liens et sortilèges – Tome 1 : le renard à neuf queues – Virginia Besson Robilliard

Le-renard-a-neuf-queuesRésumé : Elles ont commis l’irréparable, et maintenant elles doivent payer, logique non ? Sorah, Míriel et Hénora, sœurs et sorcières, ont fait un bond dans le futur en passant de 1618 à nos jours. Elles pensent être tranquilles dans la petite bourgade où elles se sont installées, jusqu’au jour où un visiteur inattendu vient frapper à leur porte. Difficile de refuser d’ouvrir à cet illustre invité : vous avez déjà essayé de dire non à un seigneur dragon, vous ? Avec l’aide de Jín, leur génie protecteur, leur mission est de délivrer une princesse dragon prisonnière d’un recueil de contes mythologiques japonais. Facile, non ? Pas vraiment… Non seulement elles vont devoir combattre des créatures surnaturelles qu’elles pensaient oubliées, mais elles vont également apprendre à leurs dépens que leur voyage dans le temps a engendré de grands bouleversements dans le monde magique, dont certains aux conséquences désastreuses… Roman initialement auto édité sous le titre Les sorcières de Salers. Version revue et corrigée.

Mon avis : Je remercie les éditions Alter Real pour l’envoi de ce roman. Je vous avoue que j’ai adoré la couverture et je n’ai pas cherché plus loin. Je fonctionne souvent au coup de cœur pour les jolies couvertures. Comme Alter Real a toujours de jolies couvertures, j’ai tout de suite su que j’allais lire ce premier tome.

Une histoire prometteuse

J’avoue que j’ai apprécié ce premier tome. Il n’est pas un coup de cœur mais un bon premier pas dans l’univers. On fait la rencontre de trois sœurs : Sorah, Miriel et Hénora. Plutôt charmantes, ce trio de sœurs cache bien son jeu. Elles manipulent la magie. Bien souvent, lorsque l’on va contre la nature, on finit par le payer. En voulant faire leur vie dans notre monde actuel en échappant à leur monde (le 17ème siècle) pour éviter la mort. Un jour, on frappe à leur porte et finalement, elles se retrouvent embarquées dans une aventure incroyable.

Les personnages

Même s’ils sont sympathiques, je n’ai pas su apprécier à leur juste titre les sœurs. Je n’ai pas trouvé d’équilibre dans leurs réactions. Tantôt elles m’ont plus, tantôt j’ai été déstabilisée. Cependant, j’avoue que j’ai apprécié leur relation. Les trois sœurs sont inséparables et sont liées. C’est le genre de relation que j’apprécie beaucoup.

Un mélange d’inspirations un peu trop présent.

J’avoue que là, j’ai été un peu sceptique sur ce coup. Les trois sœurs sorcières… ça sent Charmed ça, non ? N’étant pas fan de cette série télévisée, je n’ai pas forcément apprécié plus que cela. De plus, l’idée du génie est aussi une inspiration un peu trop connue pour moi. Je pense que cela m’a pesé un peu tout au long de ma lecture.

La culture chinoise mise à l’honneur

Voilà un point culturel qui me plait énormément. En effet « le renard a 9 queues » est une figure de la culture chinoise. On se retrouve donc dans cet univers. J’ai adoré cela tant ce que j’ai lu m’a plu. En effet, la culture chinoise m’est inconnue et j’ai apprécié découvrir des points inconnus au bataillon. Il y a beaucoup de noms issus de la culture nippone. C’est assez sympathique.

J’ai apprécié le mélange des cultures dans ce premier tome. On fait une immersion dans la culture nippone comme je vous l’ai souligné. En effet, on plonge dans une histoire où les sœurs doivent sauver une princesse d’un dragon dans un livre de contes asiatique. Cependant, l’auteure ne met pas de côtés la culture occidentale. J’ai trouvé cela très agréable.

Une histoire fantastique très bien cousue

J’ai apprécié le mélange de créatures. La sorcellerie est présente est cela m’a aussi beaucoup plu. On sent que l’auteure maîtrise son univers sur le bout des doigts. C’est remarquable. Même si je suis un peu passée à côté de certains points, j’apprécie cependant les décors et l’univers proposés par l’auteure.

La plume de l’auteure

Je ne me suis pas ennuyée une seule seconde. Il y a de l’action à toutes les pages. Le dynamisme se sent dans la plume de l’auteure ! Le monde créé est très intéressant.

Les – :

  • Les inspirations un peu trop évidentes pour moi.
  • Le trio avec qui je n’ai pas su trouver mon équilibre malgré le fait que j’ai apprécié leur relation.

Les + :

  • Les cultures mises à l’honneur.
  • Les décors que j’ai appréciés découvrir ainsi que l’univers de ce premier tome.
  • La magie présente.
  • La plume de l’auteure

155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie

14

Lune pourpre : Tome 2 Asservie – Laëtitia Danae

41ch4Plx9UL._SX322_BO1,204,203,200_.jpgRésumé : La série à succès sur le net se poursuit ! Avec « Initiée » Laëtitia Danaë a signé une percée fracassante dans l’univers de la Fantasy et voici désormais le deuxième tome de la série « Lune Pourpre ». Au Royaume d’Hibendrill le mauvais œil règne, Lilith a vu nombre de ses compagnons disparaître. Elle doit désormais faire face aux pires souffrances… Après la terrible bataille du bois des Murmures qui concluait le premier volume, la cité Sanshee est très vulnérable. Désormais prénommée Moira depuis son arrivée chez les Fronts Marqués, elle n’a plus le choix et doit apprendre à s’endurcir. Plus déterminé que jamais, le roi Donovan semble prêt à tout pour asseoir son pouvoir et débusquer les peuples cachés. Pour l’arrêter, il n’existe qu’une solution : infiltrer Fall Marma la cité ennemie et partir à la recherche de l’arme suprême qui permettra de faire tomber le régime ennemi pour de bon. Et c’est à Moira que revient cette lourde tâche : celle de porter les chaînes. Celle d’être une asservie.

Mon avis : Je remercie SNAG fiction pour l’envoi de ce deuxième tome à la hauteur du premier et de mes espérances. J’avais beaucoup apprécié le premier tome et le personnage de Lilith / Moira. La fin du premier tome laissé présager un deuxième tome assez mouvementé.

Un monde inventé très crédible

On retrouve le Royaume d’Hibendrill. Voilà un monde qui ne manque pas de magie. On part déjà du fait que la magie est présente dans ce royaume mais l’auteure parvient à y mettre tellement de détails incroyables que le monde inventé devient crédible. On a l’impression de progresser dans un Royaume qui existe réellement. C’est très prenant. Les descriptions sont, une fois de plus, à la hauteur que ce que j’attendais d’un royaume inventé. C’est vraiment très sympathique à découvrir.

Le personnage de Lilith/Moira

J’ai apprécié cette dualité dans le prénom. On est dans une infiltration pure et dure, cela renforce l’idée de devoir se sacrifier pour sauver tout le monde de ce roi qui semble être beaucoup plus que tyrannique. Ce que je reproche souvent à ce procédé de double nom pour le même personnage, c’est le fait que l’on se perd très rapidement. Ici, aucun problème, l’auteure maîtrise sa plume, ses personnages et ce procédé. Moira est toujours aussi courageuse. L’évolution du personnage est saisissante. On la voit déterminée, elle se bat pour un peuple, elle sait que c’est la seule à pouvoir le faire. Cependant, la peur, les doutes et les incertitudes sont présentes. C’est ce qui fait de ce personnage quelqu’un d’humain. On se retrouve donc avec un personnage principal empathique et que l’on apprécie suivre.

Les codes de la fantasy retrouvés

Bien entendu, Lilith ne traversera pas ces trois tomes seule. Elle est accompagnée de ses téléchargementamis. Les personnages secondaires sont assez sympathiques. J’ai apprécié la bande d’amis qu’ils sont. Ils progressent ensemble même si cela n’est pas toujours facile. On est propulsé dans l’histoire à la fin de la bataille du bois des murmures. La coupure n’est pas nette entre les deux premiers tomes, cela nous permet de remettre le pied à l’étrier très facilement, c’est très sympathique.

Son loup est assez sympathique aussi. Par ce personnage animalier, l’auteure parvient à nous glisser subtilement ce que Lilith pense de tout cela. C’est assez intéressant.

Les codes de la fantasy que l’on retrouve ici permettent aux plus jeunes lecteurs comme aux plus âgés de se retrouver dans la lecture. Cela fait de cette trilogie une trilogie accessible par toutes et tous. C’est très agréable.

La plume de l’auteure

Je suis charmée, vraiment. On se demande vraiment si l’auteure, à force de nous donner des détails et des indices, ne va pas oublier quelque chose à un moment. Je suis ravie de vous dire que non ! Tout est cohérant, c’est comme un puzzle dont les pièces s’attachent seules… Laetitia Danae reste une auteure ultra talentueuse mais aussi très intelligente. L’évolution de Moira/Lilith est calculée, les psychologies de tous les personnages que l’on rencontre sont diverses et variées, personne ne se ressemble, on n’a pas de personnages fades. C’est une plume que je vais suivre, cela est certain.

Je profite aussi de la chronique pour adresser mes félicitations à Laetitia Danae qui se voit publier chez PKJ ! Bravo ! Le travail paye toujours !

Les – :

  • Je tiens à préciser que cela reste un « point négatif » personnel. J’ai trouvé un peu déjà-vu ce lien entre loup et humain. J’ai lu énormément de romans de loup et j’ai fait une overdose. Cependant, ici, mis à part cela, j’ai adoré ! Bravo.

Les + :

  • L’évolution de Moira/Lilith
  • La plume de Laetitia Danae ♥♥♥
  • Les psychologies détaillées.
  • Ce monde ultra riche et magnifique !
  • La fantasy maîtrisée sur le bout des doigts, félicitations.

155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie