La fôret des araignées tristes – Colin Heine

ob_48be22_la-foret-des-araignees-tristes.jpgRésumé : Bastien est paléontologue : sa spécialité ? Étudier les créatures étranges qui naissent de la vape, ce mystérieux brouillard aux propriétés énergétiques extraordinaires qui a recouvert le monde et menace de l’engloutir un peu plus chaque jour. Tour à tour victime d’un dramatique accident en apparence banal duquel il réchappe de justesse et témoin d’un attentat, où sa survie ne tient à nouveau qu’à un fil, il voit son destin basculer. Le voilà pris dans l’engrenage d’une affaire d’espionnage d’envergure internationale, sous les feux croisés d’une société secrète d’assassins, de brutes armées et d’une agence de détectives aux méthodes douteuses. Sans compter qu’une créature cauchemardesque, tout droit venue des Vaineterres, ces zones perdues dans un océan de vape, semble bien décidée à lui faire la peau…

Né à Paris, Colin Heine habite désormais en Autriche où il enseigne l’allemand. Après avoir fait ses premières armes dans la traduction et pratiqué le jeu de rôle pendant de nombreuses années, il signe avec La Forêt des araignées tristes un premier roman bluffant de maîtrise. Jonglant entre intrigue politique et aventure, horreur et critique sociétale, il cisèle un univers Belle Époque envoûtant, à l’ambiance steampunk teintée de gothique.

Mon avis : Je remercie chaleureusement les éditions ActuSF pour l’envoi de ce roman qui signe notre premier partenariat. Je suis ravie de pouvoir lire ce roman dans ce cadre.

Un roman qui piège le lecteur dans sa toile

À la hauteur des créatures mises en avant dans ce roman, je trouve que la couverture est envoutante et magnifique. De plus, le résumé m’a beaucoup plus. Il est ultra séduisant. Je ne lis pas énormément de SF mais j’avoue qu’ici, tout était réuni pour que je passe un très bon moment de lecture. De plus, le titre à quelque chose de poétique. J’étais certaine d’avoir une plume de qualité sous les yeux et sur ce point, je ne me suis pas trompée.

Un roman qui part dans tous les sens mais qui rate quelques virages pour moi

J’ai apprécié ma lecture, cela ne fait aucun doute. L’univers proposé par Colin Heine est très riche, peut-être un peu trop par moments. On sent bien que l’auteur veut bien faire les choses mais j’ai trouvé quelques actions hasardeuses et un peu tirées par les cheveux. Je pense que l’auteur avait énormément de choses à dire mais tout cela reste confus. L’intrigue principale est une enquête mais finalement on part un peu ailleurs, puis on revient, on oublie un peu les détails, on se remémore et puis zou… on repart. Bref, on prend un rythme de croisière qui nous endort un peu à quelques moments et c’est vraiment dommage !

L’intrigue est bonne : on a une aventure, une enquête, de l’espionnage, des créatures et surtout… du steampunk que j’apprécie retrouver ! Je n’en lis pas énormément mais j’adore cet univers. J’ai eu beaucoup de plaisir à le retrouver. L’intrigue est un peu noyée dans des sous intrigues et c’est le gros point qui m’a déstabilisé ici.

J’ai apprécié les gargouilles mais je suis un peu triste de voir que les araignées ne sont pas hyper présentes. Elles ne me manquent pas forcément (je ne suis pas très à l’aise avec ces créatures) mais je pensais les retrouver un peu plus.

Les personnages du roman

On a des personnages bien décrits, inscrits dans l’histoire et tous très différents. Colin Heine fait de ces personnages des caricatures qui auraient pu être sympathiques mais j’avoue que la domestique qui est hyper vulgaire et qui insulte tout le monde y compris la personne qui l’emploie… Mouais, il faut quand même dire que si l’on veut quelque chose de réaliste… On ne passe pas forcément par là. J’ai trouvé que Bastien était un bon personnage, un peu mou du genou, certes, mais charismatique. Il mène la danse malgré sa gouvernante assommante.  Il est assez intéressant par son métier.

La plume de l’auteur

Je pense que j’ai tenu jusqu’au bout malgré cette intrigue en demi-teinte ainsi qu’un trio dont deux personnages sont effacés. Je trouve qu’il y a du bon dans cette histoire. La plume de Colin Heine est très belle, dynamique et permet de suivre une lecture à un bon rythme.

Les – :

  • Trop de chemins dans l’intrigue. On perd le fil…
  • Une domestique qui se croit un peu tout permis pour l’époque

Les + :

  • La plume de l’auteur
  • Le personnage de Bastien
  • De bonnes idées même si noyées dans un imbroglio d’informations
  • Le côté steampunk bien maîtrisé

155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie

10 réflexions sur “La fôret des araignées tristes – Colin Heine

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s