Le destin des cœurs perdus – tome 1 : les damoiselles de Castel Dark de JC Staignier

51NEWzzXYYL.jpgRésumé : Angleterre, 1390. Par ordre du roi, les trois filles aînées du comte Clayton de Percival se rendent à Hill House pour rencontrer le duc de Templeton. Lorsque les portes du château se referment sur Mary, Jane et Ilyana, elles ignorent que leur destinée vient de basculer. À Castel Dark, le domaine familial, Aelis, la benjamine au caractère rebelle tente de s’imposer dans une société où les hommes dominent. Entre l’amour, la passion et la haine, les damoiselles de Castel Dark trouveront-elles le courage d’affronter leur avenir ?

Mon avis : Je remercie du fond du cœur JC Staignier pour l’envoi de ce roman. J’étais très heureuse de voir que ma demande avait été accueillie avec plaisir. J’ai fondu pour cette couverture aussi mystérieuse que prometteuse ainsi que pour ce résumé. J’ai le plaisir de remettre au goût du jour cette chronique dans le cadre du prix des auteurs inconnus 2019. Le roman de JC est ma première lecture de la session pour cette année. La chronique se refait donc une petite beauté pour l’occasion.

Une belle histoire que l’on lit d’une traite

Quelle belle surprise ! Je ne savais pas à quoi m’attendre avec cette romance. Généralement, j’adore les romances historiques mais lorsqu’elles sont dans ces siècles un peu plus reculés que les 17ème/18ème et 19ème siècles, je suis un peu novice. J’en lis que très peu. J’avais une envie folle de lire ce roman mais aussi une légère crainte de ne pas adhérer à ma lecture. J’ai rapidement écarté cette crainte, ma lecture a été formidable. 83635699_10216845068819798_5287050577543430144_nC’est une lecture captivante que j’ai eu la chance de faire. Elle est atypique dans sa manière de traiter la romance. En effet, il n’est pas question de robe de bal, de carnet de bal, de jeunes filles en fleur cherchant un prince charmant. On est à des années lumières de cette idée. C’est ce qui fait le charme et l’originalité de ce premier tome.

L’intrigue

Je suis sous le charme de ce que l’auteure nous propose ici. En plus d’une plume de qualité, de personnages fins dont les caractères et les psychologies sont détaillées, nous avons aussi la chance d’avoir une intrigue crédible, haletante et qui nous permet de passer un moment exceptionnel de lecture.

Nous nous trouvons en Angleterre, en 1390. Le XIVème siècle a encore bien des secrets que je dois percer mais j’avoue m’être sentie à l’aise dans ces lieux, ces décors, cette culture. Vous le savez maintenant depuis quelques temps, je suis une véritable fan de la Grande Bretagne ainsi que de la culture de chaque pays. Je suis donc toujours partante lorsque l’on se retrouve dans des intrigues qui se déroulent dans un des pays qui en fait partie.

L’intrigue fourmille de détails et d’idées très intéressantes. On est vraiment dans des décors séduisants qui mettent tout de suite le lecteur dans l’ambiance. J’ai trouvé qu’il y avait beaucoup d’idées très sympathiques.

Dans cette histoire, il ne faut pas s’attendre à trop de romantisme et d’expression des sentiments. Il y a une bonne dose de violence mais elle est toujours justifiée. Il n’y a pas de sang qui coule sans raison. Oui, c’est assez violent. En même temps, je pense que le siècle dans lequel se déroule l’histoire justifie la présence de cette violence. Personnellement, je ne suis pas fan de cette idée de sang, de violence et de trahison, encore moins dans une romance, cependant, je trouve que l’idée est assez originale pour être soulignée. En faisant ça, JC Staignier élargit le cercle d’un lectorat potentiel. Je sais que certaines de mes connaissances qui ne sont pas forcément à l’aise avec les romances pourraient être séduites par le roman de JC qui ne se focalise pas sur l’aspect amoureux des relations. Les thématiques sont diverses et variées. Cela ajoute un vrai plus.

La place de la femme soulignée.

Le personnage principal de ce premier tome est une jeune femme qui ne se laisse pas faire. Elle se rebelle contre ce monde où les hommes dominent et où les femmes s’inclinent. On est dans une histoire où les trois filles du comte Clayton de Percival sont présentées au duc de Templeton pour qu’il choisisse sa nouvelle femme. On a une rébellion dans la manière de penser par les femmes. Même si elles doivent obéir, elles n’en pensent pas moins. Cela fait du bien dans les romances historiques. On ajoute une pointe d’originalité avec ces caractères bien trempés.

On suit donc ces trois sœurs dans leurs nouvelles vies. On est à leurs côtés, on se ronge les sangs pour savoir ce qui va pouvoir leur arriver. On a envie de les soutenir et de casser deux ou trois figures au passage. Bref, j’ai beaucoup apprécié que l’on mette ces trois damoiselles en personnages principaux. C’est un très bon choix.

Une fin qui m’a fait frôler la crise d’apoplexie

Non mais franchement ? C’EST-QUOI-CETTE-FIN ?! J’ai crié. Littéralement. Du fond de mon lit, j’ai crié. C’est bien la première fois que cela m’arrive. J’ai vécu la fin de ce premier tome de manière intense. Voilà la preuve que le roman est bon. Mais si j’avais pu secouer l’auteure comme un prunier, je crois que je l’aurais fait. Ahah !

La plume de JC Staignier

Voilà une belle découverte ! J’en ai beaucoup entendu parler mais sans jamais avoir eu la chance de découvrir le talent et l’univers de JC. Franchement, j’ai beaucoup apprécié la qualité de ses mots. Plume délicate mais incisive, on passe par tous les stades : le drame, la romance, l’amour, la trahison, bref, on en a pour son argent ! J’ai réellement apprécié cette aventure. Cela est dû au fait que j’ai eu la chance de découvrir une plume qui s’adapte à l’époque dans laquelle on évolue. Bravo !

3 bonnes raisons de lire ce premier tome : 

  • Un regard sur la romance différent de ce que l’on peut trouver habituellement. 
  • Un panel de personnages fort et très intéressant 
  • Une fin qui donne envie de connaitre la suite rapidement

notation

Retrouvez le PDAI ici 

19 réflexions sur “Le destin des cœurs perdus – tome 1 : les damoiselles de Castel Dark de JC Staignier

  1. je me répète en disant que les romans historiques ne sont pas ma tasse de thé mais là j’avoue que ton éloge sur son roman a de quoi titiller ma curiosité. Donc je le note, si l’occasion se présente 😉

  2. Merci pour cette exellente chronique et ce merveilleux fou rire que j’ai eu en te lisant : « On a envie de les soutenir et de casser deux ou trois figures au passage. » Mais enfin, quelle violence ! Superbe ! Merci de tout coeur pour ton temps.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s