Mojunsha – Tome 1 : Panthère-des-ténèbres de Sara Pintado

51cVxad5hSL.jpgRésumé : Plus de huit cents ans après la chute des Rois-Panthères, les Kunji constituent la caste la plus méprisée du Royaume Mojun. Leurs tentatives pour renverser la dynastie des Mojunsha se sont toutes soldées par des échecs. Japsaro, descendant des Rois-Panthères, passe un pacte terrible avec Panthère-des-ténèbres, l’un des Avatars du Grand Dieu, afin de rendre aux Kunji leur prestige d’antan. Est-il cependant prêt à tous les sacrifices que lui demande Panthère-des-ténèbres en échange de son soutien ? Et surtout, sert-il vraiment sa cause ou n’est-il qu’un pion dans les luttes des Avatars du Grand Dieu ?

~ Service presse ~

Mon avis : Je remercie Dorian ainsi que les éditions Noir d’absinthe pour l’envoi de ce premier tome assez prometteur.

Un univers fantasy dépaysant

Je ne pensais pas m’immerger dans cet univers si rapidement. Dès les premiers chapitres, j’ai plongé dans un univers assez incroyable. C’est super dépaysant. J’ai eu l’impression de plonger au cœur de la jungle indienne (bon, c’est un peu moins mignon que le livre de la jungle) mais j’ai eu cette impression tout au long du roman, j’ai voyagé entre les lianes et les dangers de la jungle d’un côté et dans un somptueux palais du royaume Mojun qui révèle bien des surprises.

Je vous assure : je vous présente 500 pages de dépaysement, d’un univers bien ficelé qui vous promet de jolies surprises.

De nombreux personnages

Bon, j’ai eu du mal sur ce point au départ. Si certains personnages m’ont plu, j’ai eu du mal avec les prénoms aux consonances particulières. Entre Aysso, Japsaro, Neyro, Shandaro et tous les autres noms, je me suis perdue. Les personnages récurrents ne m’ont pas posés problème mais ceux qu’on voyait un peu moins, j’ai eu plus de mal à me souvenir de qui était qui et quelle était sa fonction dans le roman. Des fois, j’ai dû revenir en arrière de quelques pages pour me souvenir.

Les personnages sont bien campés. Ils ont tous une utilité et j’avoue que j’ai apprécié ce monde où les Avatars du grand Dieu et les hommes se mélangent. Ainsi, on se rend compte que les hommes ne sont pas forcément décisionnaires de tout ce qui les impactent. J’ai aussi apprécié le fait que les hommes peuvent parler avec leur propre Avatar : ainsi Shandaro, le Mojunsha qui règne sur le royaume durant notre lecture peut discuter avec élephant-de-lumière pour avoir son avis et/ou son aide. C’était plutôt très sympathique.

L’intrigue

Pour moi, l’auteure a été très intelligente dès le départ. On a une friction dans le royaume entre le Mojunsha et les Kunji, le peuple le plus détesté du royaume. Les « pieds-trempés » sont montrés du doigt par tout le monde. La révolte gronde et Shandaro va devoir faire quelque chose, rapidement, pour sauver son royaume du retour du Roi du nord, roi des Kunji.

En plus de cette notion de guerre de royaume que l’on retrouve dans tous les romans fantasy, Sara Pintado ajoute une notion qui ne m’a pas laissé insensible : une histoire d’amour ! Si Japsaro n’aime pas Shandaro c’est avant tout pour avoir volé le cœur d’Aysso la Mojunshahi –femme de Shandaro.

Ainsi, on suit l’histoire sur plusieurs années : on voit les personnages évoluer et devenir adultes.

On alterne les points de vue : on passe du point de vu de Shandaro/Aysso/Neyro (le royaume) à celui de Japsaro et ses proches (les Kunji). Cela donne du rythme au roman et  nous permet aussi de laisser les personnages quelques temps pour ne pas s’ennuyer.

La plume de Sara Pintado

Je ne connaissais pas cette plume mais je l’ai apprécié. On peut aussi saluer le travail d’imagination de Sara Pintado qui nous monte un univers de toutes pièces. En passant par les décors, les personnages, le royaume, bref, je suis admirative. Il n’y a pas de faux raccords pour moi.

Je pense que, comme pour chaque premier tome, il y a quelques longueurs. J’ai trouvé, en effet, que certains passages étaient un peu longuets. Mais bon, je pardonne, il faut poser les bases du roman, planter le décor et ce n’est pas forcément évident.

Je salue donc un travail fastidieux qui fonctionne bien avec une petite touche de mystique, de magique qui vient sublimer le travail de l’auteure. Bravo !

Les – :

  • Un peu trop de personnages à mon goût, je me suis un peu perdue
  • Quelques petites longueurs, le temps de planter le décor.

Les + :

  • Les personnages principaux sont très bien campés. J’ai adoré Aysso et Neyro
  • La plume de l’auteure
  • L’utilisation d’avatars animaux qui viennent ajouter une touche de magie et de légende au texte.
  • Un premier tome dépaysant ! Je me suis baladée dans des décors que je ne connaissais pas et que j’ai pris plaisir à découvrir.

4

Publicités

20 réflexions sur “Mojunsha – Tome 1 : Panthère-des-ténèbres de Sara Pintado

  1. J’ai le roman de Dorian « Isulka » dans ma PAL, et j’ai un peu peur de cette maison d’édition haha ^^ Peur que ce soit « trop » : trop fantasy, trop gore, trop intense. Mais je ne vais pas m’arrêter à cela, et je me lancerai ! (Quand j’en aurai trouvé le courage haha ^^)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s