La goûteuse d’Hitler de Rosella Postorino

téléchargement.jpgRésumé : 1943. Reclus dans son quartier général en Prusse orientale, terrorisé à l’idée que l’on attente à sa vie, Hitler a fait recruter des goûteuses. Parmi elles, Rosa. Quand les S.S. lui ordonnent de porter une cuillerée à sa bouche, Rosa s’exécute, la peur au ventre : chaque bouchée est peut-être la dernière. Mais elle doit affronter une autre guerre entre les murs de ce réfectoire : considérée comme « l’étrangère », Rosa, qui vient de Berlin, est en butte à l’hostilité de ses compagnes, dont Elfriede, personnalité aussi charismatique qu’autoritaire. Pourtant, la réalité est la même pour toutes : consentir à leur rôle, c’est à la fois vouloir survivre et accepter l’idée de mourir.

~ Service presse (audio) ~

Mon avis : Je remercie Pauline et toute l’équipe d’Audio Lib pour l’envoi de ce roman audio.

Un fond historique très intéressant

J’adore les romans qui traitent du sujet de la Seconde Guerre Mondiale. Pas directement lorsque le sujet est traité sur le front mais j’aime beaucoup comprendre et étudier comment la guerre est vécue par les populations. Ici, pour la première fois, j’ai passé mon écoute avec le peuple allemand. C’est assez déroutant parce que ce que l’on nous apprend à l’école, c’est surtout ce qui se passe en France que ce soit sur le front ou dans les villes et campagnes. On est un peu conditionné à croire que le peuple allemand était totalement nazi alors que non ! On se retrouve donc avec Rosa, une jeune berlinoise réquisitionnée par Hitler pour être l’une de ses goûteuses.

Ainsi, on se focalise sur le peuple allemand. On se rend rapidement compte qu’ils ne sont pas tous nazis mais qu’ils font, pour certains, semblants. En effet : Rosa – notre personnage principal – est allemande sans être nazie mais elle doit servir le Führer, elle n’a pas le choix. Le peuple est soumis à ce chancelier qui, rapidement, devient le modèle de certains, l’espoir de tous. Il faut aussi dire que les dernières années, Hitler vit une débâcle incroyable. Il craint pour sa vie. On découvre donc ce métier de goûteuse : il n’est pas très compliqué. Ses femmes qui mangent les repas d’Hitler avant lui. S’ils sont empoisonnés, elles mourront mais pas lui et c’est la seule chose importante.

Dans une société où le Führer est roi, tout est bon pour qu’il survive au détriment de cette nation qui suffoque en attendant la fin de cette interminable guerre.

Les personnages

En plus de la guerre qui divise les nations et les populations, on est dans une guerre interne : entre goûteuses, les tensions explosent. Rosa est une berlinoise qui fuit à Gross Partsch pour fuir la guerre dans la capitale. Elle rejoint la maison des parents de Gregor, son mari. Herta et Joseph l’accueille avec grand plaisir. [Je m’excuse d’avance pour l’orthographe des prénoms, étant donné que j’ai écouté et non lu, certains vont certainement être écorchés] On fait donc la rencontre d’Augustine, Ula, Lennie, Elfriede, Rosa, Heike, Beathé et d’autres. Les gouteuses n’ont qu’une chose en commun : manger la peur au ventre de mourir empoisonnées.

Ainsi, les relations se font et se défont au rythme de ces repas qui les rassemblent. Elfriede devient rapidement un personnage récurrent dans cette histoire. La relation entre les deux femmes est intéressante sans être fusionnelle.

L’intrigue

Mis à part le contexte de la guerre, on nous relate la vie de dix femmes : entre amour, amitiés, morts, veuves et relations interdites, l’intrigue reste très intéressante.

Pour moi, l’intrigue se divise en plusieurs parties : la dernière est assez décevante. On nous relate l’histoire de plusieurs dizaines de personnages et finalement, on se retrouve sans forcément toutes les cartes en main à la fin du roman. Pourquoi ne pas avoir fait un point sur la vie des autres ? Dommage !

La plume

Je suis contente d’avoir découvert une plume prisée et encensée par les médias. J’ai passé un agréable moment d’écoute avec une histoire très plaisante. Elle m’a permis d’envisager l’histoire de l’autre côté du front…

Les – :

  • La dernière partie décevante…

Les + :

  • Rosa et Elfriede.
  • Le côté historique qui m’a beaucoup plu
  • Le fait que l’auteure a su me faire changer ma perception sur le peuple allemand lors de la seconde guerre mondiale
  • La plume de l’auteure
  • La découverte du métier de goûteuse. 

4

13 réflexions sur “La goûteuse d’Hitler de Rosella Postorino

  1. J’aime beaucoup votre blog. Un plaisir de venir flâner sur vos pages. Une belle découverte et blog très intéressant. Je reviendrai m’y poser. N’hésitez pas à visiter mon univers. Au plaisir.

  2. Pingback: #PartageTaVeille | 19/06/2019 – Les miscellanées d'Usva

  3. C’est également une période historique que j’aime beaucoup et comme tu le dis, avoir un aperçu de la vie des populations est toujours très sympathique.
    Je note ce titre dans un coin de ma tête, je le lirai peut-être mais je ne l’écouterai sans doute pas 🙂

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s