La tempête des cœurs de Mélodie Ambiehl

téléchargement.jpgRésumé : QUAND TOUT S’ACHÈTE, MÊME LE BONHEUR. L’AMOUR SE PAIE AU PRIX FORT ! 2102.  Les livres papier sont interdits. 2128. On achète le bonheur à tout prix. À Toulon, Nathaniel est éditeur d’une plateforme numérique ; Isallys est propriétaire des Archives Littéraires conservant les derniers livres papier. Leur vie est heureuse. Pourtant, quand ils se rencontrent par hasard au détour d’une rue, leur destin bascule : alors qu’elle aime ses livres plus que tout et que lui a renoncé à l’amour, c’est un véritable coup de foudre qui les réunit. Mais leur bonheur va se changer en course contre la mort… Le prix de leur amour sera-t-il trop élevé ? ET VOUS ? À QUEL PRIX ACHÈTERIEZ-VOUS LE BONHEUR ?

 ~ Service presse ~

Mon avis : Je remercie Mélodie Ambiehl pour le voyage proposé via son mini-roman : la tempête des cœurs proposé en service presse. Je remercie aussi mon amie Kathleen pour cette lecture commune ! Cela faisait longtemps que je ne m’étais pas lancée dans une lecture commune. Excellente idée !

Le cœur : les battements qui donnent du rythme au texte

Introduit dans le titre, le cœur est une des thématiques principales dans ce mini-roman. En effet, j’ai trouvé qu’au-delà de l’histoire d’amour qui réunit Isallys et Nathaniel, le cœur est, lui aussi, un personnage à part entière dans le roman.

Il est présent métaphoriquement bien entendu grâce à ce duo de personnages qui devient un couple amoureux. Il est aussi présent physiquement, l’organe en soit est aussi évoqué dans ce roman. Rythmiquement parlant, grâce à des rythmes binaires et ternaires, les battements du cœur sont aussi présents pour moi.

Si mon amie Kathleen va jusqu’à parler d’une musicalité certaine, je parlerai plutôt de rythmique (cependant, je comprends son avis, après tout, chacun peut y voir ce qu’il veut). Le cœur devient un chœur : un petit chuchotement en toile de fond qui nous rappelle qu’il bat, même si des fois il bat tout bas, il reste présent.

Une histoire d’amour poignante

Nous sommes dans un univers futuriste, bien entendu, les références au passé sont nombreuses mais avant de parler de cela, il faut, à mon goût, parler des deux personnages de ce mini-roman. On suit l’histoire de deux jeunes gens : Isallys et Nathaniel. Isallys, amoureuse des livres et gardiennes des archives de livres papier. Nathaniel est propriétaire d’une plateforme numérique qui édite des livres. Si dans leurs professions, l’amour du livre semble être différent, dans la vie, l’amour va les prendre, les saisir, les rapprocher pour les dissocier et faire de leur idylle une véritable bulle d’amour.

L’amour a une place très importante dans ce roman : Mélodie nous parle ici de l’amour pur, profond, celui que l’on ne peut ressentir qu’une seule fois dans sa vie. Le lecteur assiste, en tant que spectateur, à cette histoire. En effet, l’auteure a fait le choix d’avoir un « je » qui parle à un « tu ». Cela donne une impression de rapprochement, comme s’il n’y avait qu’eux sur Terre.

Un exercice littéraire plus qu’une lecture livresque

Voilà le petit point qui fait que ma lecture n’est pas un coup de cœur. Cependant (rangez vos fourches !), j’ai passé un très bon moment de lecture.

Pour moi, le mini-roman de Mélodie peut s’adresser à tout le monde mais il y a différentes couches de compréhension dans cette histoire. Voilà ce qui fait que tout le monde n’aura pas la même appréhension et compréhension du texte. Les références littéraires et mythologiques sont nombreuses. Le Petit Prince de Saint Exupéry, par exemple, est de nombreuses fois cité étant le livre préféré d’Isallys. Cependant, si des références peuvent être comprises comme celle de la rose, je ne suis pas certaine que les références peuvent toutes être à la portée d’une personne qui n’a pas pris connaissance du texte de Saint Exupéry au préalable.

Orphée est aussi mentionné. Célèbre pour avoir fait plier Hadès qui lui laisse une chance de sauver Eurydice. Il va pouvoir tenter de faire remonter sa bien-aimée Eurydice des enfers. Encore une fois, la référence me parait un peu trop pointilleuse pour des lecteurs qui n’ont pas la culture mythologique demandée ici. Je vois « l’après tentative» : Orphée est seul, le cœur brisé mais est-ce que quelqu’un qui n’a pas la référence du mythe pourrait y voir la même chose? Dans un sens, cela ouvre plusieurs champs de lecture mais cela peut aussi instaurer une légère confusion.

Une plume excellente mais un peu trop chargée par moments

Je suis vraiment époustouflée par le travail de Mélodie Ambiehl, on voit que les mots, les expressions ont été choisies avec minutie. Cependant, ici, en tant qu’étudiante en lettres, je n’ai pas pu lire le roman proposé comme je le fais d’habitude. En effet, j’ai trouvé qu’il y avait énormément de figures de style : entre rythmes, métaphores, comparaisons, énumérations et bien d’autres encore, j’ai trouvé que certains passages étaient trop chargés pour moi.

Si la plume est excellente, j’ai lu ce roman en faisant une analyse littéraire et non une chronique livresque. Si cela ne m’a pas déplu dans l’ensemble, j’ai dû relire des passages : les vieux réflexes ont la dent dure, au lieu de comprendre le texte, j’ai essayé de trouver des liens entre les figures de style proposées. Il en est de même pour l’élaboration de ma chronique : j’ai fait un plan pour ne rien oublier et associer mes idées. Voici donc un roman qui propose un exercice littéraire de qualité.

En définitive, j’ai passé un très bon moment de lecture. J’approuve complètement cette histoire d’amour qui m’a touchée au-delà de ce que j’espérais. La plume de Mélodie Ambiehl est magnifique. Son roman pourrait être étudié par une classe de terminale tant l’exercice littéraire qu’elle nous propose est complet et très riche. A lire, de toute urgence !

Les – :

  • Une plume trop chargée par moments pour moi : un peu trop de figures de style employées.

Les + :

  • L’histoire d’amour
  • Le couple Isallys/Nathaniel qui est central dans l’intrigue mais aussi très intéressant pour le développement de l’histoire.
  • La plume de Mélodie Ambiehl qui est exceptionnelle.

4

23 réflexions sur “La tempête des cœurs de Mélodie Ambiehl

  1. Chère Pauline, je te remercie infiniment d’avoir lu mon texte et d’en avoir fait une chronique-analyse très fine ! Je suis touchée que tu aies échangé après lecture avec Kathleen : j’ai beaucoup de chance que mon texte ait fait naître tant de partage ! J’en reviens à ta chronique et ton avis : tes remarques sur mon texte sont très justes et me touchent beaucoup, je suis émue que tu aies lu mon texte un peu comme un texte classique, en en faisant une analyse littéraire, en relevant les figures de style et en creusant la symbolique des références mythologiques (comme pour Orphée ! :3) !!! ❤ Vraiment c'est un bonheur et un vrai régal pour moi de voir quelqu'un qui non seulement comprend mon histoire mais aussi en perçoit, comme Kathleen l'a fait, la musicalité et la rythmique interne ! D'une certaine façon, vous avez senti le souffle de mes mots ! Je comprends ton petit bémol sur le "par moment un peu trop" (même si c'est parfaitement moi ^^) et je suis plus que touchée par tes compliments sur mon style ! Je voudrais dire que tu as parfaitement raison sur le fait que tout le monde ne pourra pas voir toutes mes références mais cela n'est pas si grave pour moi car il s'est passé quelque chose de magique sans que je m'y attende : de nombreuses personnes n'ayant pas lu "Le Petit Prince", après avoir lu ma "Tempête des coeurs" sont allées le lire ! Une personne a même eu la curiosité de découvrir le livre que je cite à la fin : "Bakhita" de Véronique Olmi ! Donc je suis ravie que tout le monde ne décrypte pas complètement toutes mes références : tant que ma passion pour la littérature passe à travers mon mini-roman hommage, je suis comblée et même très fière de ramener certaines personnes vers les mythes et les livres classiques le temps de ma lecture ! Pour finir, comme dans la chronique de Kathleen (vous êtes si raccord :D), je suis infiniment touchée par ta conclusion et tes "-" et "+" qui clôturent ta magnifique chronique ! Ces mots :" Son roman pourrait être étudié par une classe de terminale tant l’exercice littéraire qu’elle nous propose est complet et très riche. A lire, de toute urgence !" me touchent en plein coeur et évidemment tutoient mon rêve d'être un jour étudiée dans des classes comme j'ai moi même étudié avec un plaisir immense tant d'oeuvres ! Merci encore Pauline, pour chacun de tes mots ! ❤

    • Je t’en prie Mélodie, ce fut un énorme plaisir pour moi de découvrir ton texte (en compagnie de Kathleen, encore plus!)

      Je lui souhaite une longue vie. Je ne vais pas répéter ce que l’on a pu se dire en privé mais sache que je suis vraiment heureuse d’avoir rencontrée ta plume sur ma route ♥

    • Salut « Au fil des pages », je me permets de te dire que le côté futuriste est en toile de fond, il sert surtout de décor à une réflexion philosophique et littéraire. Des lecteurs n’aimant pas les romans d’anticipation l’ont adoré, donc si tu aimes les styles travaillés, les histoires d’amour à la Roméo et Juliette et les réflexions sur la vie, l’amour et le bonheur, tu pourrais apprécier même avec le petit « côté futuriste » qui me permet de critiquer notre société de consommation où l’argent est roi. 🙂 Je te souhaite une bonne journée !

  2. Encore une superbe chronique, écrite par une chroniqueuse en or!
    Je suis vraiment ravie d’avoir partagé ce moment de lecture avec toi, d’avoir pu en discuter, approfondir nos idées etc, une très belle expérience ♥
    On sent vraiment la passion qui t’anime!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s