Du sang sous les acacias de Bernadette Richard

411x19l9cLL._SX195_.jpgRésumé : Tanzanie. Une sombre affaire de coeurs arrachés ensanglante la savane. Yànnis Cortat, flic atypique appartenant à une cellule d’investigation spéciale, est envoyé sur place. Très expérimenté, il est aussi ultrasensible et intuitif. La journaliste américaine Violette McIntosh, une rebelle au caractère explosif avec qui il s’est lié d’amitié, l’accompagne. Elle ne se déplace jamais sans son chien, seul compagnon qui lui reste après un drame qui la hante toujours. Pour les aider à comprendre l’univers de la réserve animalière dans laquelle ils opèrent, une jeune biologiste parisienne, aussi sensuelle qu’efficace, est appelée en renfort. Chacun d’entre eux à ses secrets, ses passions et ses failles. Leurs soupçons se portent bientôt sur une secte, coutumière de sacrifices rituels. Ils ignorent encore à quel point leur enquête va les mettre aux prises avec une véritable folie meurtrières, et les interroger également sur leurs propres limites

~ Service presse ~

Mon avis : Je remercie l’agence Gilles Paris ainsi que les éditions Favre qui m’ont permis de découvrir un thriller très original qui m’a permis de passer un agréable moment de lecture.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
Une plongée en Tanzanie
°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Quel merveilleux voyage nous faisons dans ce roman ! Je pense que c’est ce qui m’a le plus plu. En effet, je suis sous le charme de ce que Bernadette Richard nous propose de découvrir ici. On se retrouve dans une réserve naturelle où hommes et animaux se rencontrent quotidiennement dans l’amour et le respect. J’ai adoré le mélange des cultures qui est proposé ici. C’est vraiment une bonne idée qui est menée jusqu’au bout avec intelligence et respect. Le regard de l’auteure est plein de bienveillance et la leçon que l’on tire de ce roman est très belle.

L’originalité de ce roman tient dans le fait que les cadavres ne sont pas des cadavres d’humains mais d’animaux. Voilà déjà quelque chose qui nous met sur la voie de ce que peut penser l’auteure. Les animaux sont traités de la même manière que les hommes dans ce roman. Plusieurs choses peuvent nous le faire comprendre. Nous en reparlerons très rapidement.

La Tanzanie nous offre ses secrets et ses paysages magnifiques. Les descriptions sont à couper le souffle et permettent au lecteur de s’évader avec sa lecture. C’est vraiment très appréciable comme découverte. On se retrouve souvent dans les mêmes pays dans nos lectures, ici, ça dépayse complètement.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
Intrigue et personnages
°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Je trouve qu’il est compliqué de dissocier les deux notions cités dans le sous-titre. En effet, on fait la rencontre d’un certain nombre de personnages.

Gabriel Kibaki est le directeur de Parc du Sud et qui fait appel à Amélie, une biologiste parisienne pour le meurtre de plusieurs hippopotames dans sa réserve. Ainsi, Yannis Cortat, un policier spécialiste de la faune et de la flore, travaillant pour une organisation spécialisée dans ces domaines, et son amie et collègue Violette McIntosh (et son chien Platon, toujours du voyage), vont commencer à mener l’enquête sur cette étrange histoire. On fait aussi la rencontre de l’équipe qui travaille à la réserve naturelle de Gabriel.

Ce qui m’a un peu dérangée dans ce roman, c’est le début mais aussi la fin. Ma lecture reste une lecture très agréable mais j’ai mis un certain temps avant de rentrer complètement dans l’histoire. J’ai eu l’impression d’un « effet catalogue » dans la présentation des personnages. Ainsi, on fait la rencontre de beaucoup d’entre eux dans des lieux différents et l’on ne comprend pas forcément le rapport direct entre tous ces personnages proposés. C’est assez dérangeant, surtout en début de lecture, j’ai reposé mon roman plusieurs fois pour lire autre chose parce que j’avais peur que la panne de lecture pointe le bout de son nez. Bref, une fois cette complication passée, j’ai compris où voulait en venir l’auteure et j’ai passé un moment de lecture intense.

L’intrigue met donc en scène des hommes et des animaux. Quelque dépèce, ouvre et vole les cœurs d’hippopotames dans la réserve. Crimes abominables, on ressent toute la passion de l’auteure pour la cause animale. Je trouve cela vraiment très intéressant. Pour moi, c’est une première et je ne regrette pas ! On peut aussi souligner le fait que l’auteure a choisi de mettre en scène l’arrachement du cœur. Le cœur est un organe vital qui marque la symbolique de la passion mais aussi de la rage et de la violence. Arracher le cœur, c’est arracher la vie et les sentiments. L’auteure ne manque pas de cœur et son message passe vraiment très bien : l’homme doit énormément à l’animal. L’animal est son égal, pas son esclave.

Si j’ai adoré l’enquête faite avec Yannis et Violette, la fin reste pour moi une petite frustration. Mes soupçons se sont vites portés sur un personnage et finalement, j’avais raison. Il n’y a pas eu de retournement de situation ou autre chose qui aurait pu marquer ma surprise. C’est dommage. Je n’ai pas tout à fait tout compris aux raisons qui ont poussé le criminel à agir ainsi. Néanmoins, il faut souligner le fait que l’intrigue propose beaucoup d’actions, le lecteur ne s’ennuie pas.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
La plume de Bernadette Richard
°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

C’est une très belle surprise que m’a réservée l’auteure. En effet, je suis vraiment sous le charme de cette plume qui m’a proposée de belles descriptions qui m’ont permis de partir loin du Nord de la France le temps de lire le roman. Le fait d’avoir mis les animaux en avant est une excellente idée qui ajoute de l’originalité à cette intrigue déjà sublimée par la plume de Bernadette Richard. C’est avec un grand plaisir que je relirai un roman de l’auteure qui a su me convaincre. J’ai apprécié le voyage et la découverte de cette réserve naturelle.

3 bonnes raisons de lire ce roman :

  • Des descriptions incroyables d’un pays que je n’avais jamais rencontré dans mes lectures : la Tanzanie.
  • Le fait de mettre les animaux sur un pied d’égalité avec les hommes. La passion de l’auteure pour la cause animale est très belle.
  • La plume de l’auteure qui m’a énormément plu.

4

16 réflexions sur “Du sang sous les acacias de Bernadette Richard

  1. C’est vraiment original comme point de vue ! Je pense que la scène du coeur serait « trop » pour moi, cela dit, et si tu n’as pas été totalement convaincue… peut-être si je croise son chemin on va dire !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s