Gangster – l’envers du décor de Shifrinne

CVT_Gangster-LEnvers-du-decor_5520.jpgRésumé : Stéphane vit à Paris. A 28 ans, il appartient à la famille du caïd Lapaz et gère ses clubs de nuit, mais il est surtout au cœur des trafics et des décisions les plus secrètes de la famille. Machines à sous, rackets, cocaïne, le système rapporte des millions. Mais quand Assouni le Lyonnais entraîne Lapaz dans le meurtre d’un rival, Stéphane comprend qu’ils sont en danger. Derrière les établissements et les trafics, il réalise alors l’envers du décor. Dans un univers où les alliances se font et se défont au rythme des meurtres, il devra survivre dans ce qui deviendra la plus sanglante guerre des clans que le milieu du grand banditisme n’aura jamais connu. Malgré l’illusion de sa toute-puissance, le plus féroce des caïds peut être pris à revers par ceux qui ont été trahis. Plongée fulgurante dans l’univers impitoyable du grand banditisme français à travers Stéphane Saliseti, caïd parisien pris pour cible par un concurrent avide d’argent et de pouvoir.

~ Service presse📖 ~

Je sais, vous n’avez pas trop l’habitude de me trouver dans des univers comme celui-ci. Je vous l’avoue, j’étais la première surprise d’accepter. Je remercie ma copine Karen (Kaza De Papel) pour avoir donné mon nom. Je remercie aussi Shifrinne pour l’envoi de son roman.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
Un univers noir
°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Oubliez un peu l’univers des contes que je vous présente quelques fois. Ici, on est dans la violence, la mort, la course au plus fort, à celui qui aura le plus de courage et de culot pour détrôner le roi. Roi de quoi ? Roi des réseaux de drogues et de tout ce qui peut être illicite.

On suit le personnage de Stéphane, un jeune homme de 28 ans qui est le bras droit de David Lapaz. Lapaz est connu pour avoir le bras long et un réseau de distribution des drogues.

Rapidement, l’auteur nous met dans le bain : violence, séduction, trahison et coups bas sont très présents dans le texte.

Je n’avais jamais lu de roman qui ont ce sujet-là au cœur de l’intrigue. C’est un roman très visuel que l’on nous propose. C’est vraiment intéressant. Je ne lirai pas ce genre tous les jours mais, le temps d’un instant, je me suis revue avec mon père et mon grand-père devant des films d’action mettant en scène des gangsters. Il y a du bruitage. Personnellement je ne suis pas fan mais cela ne m’a pas gênée pour autant (BOUM ! PLOP ! BOUM !)

J’avoue que l’univers proposé est assez sombre et l’on se retrouve à trembler à toutes les pages pour savoir qui sera le prochain.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
Les personnages
°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Voilà un point qui m’a plu sur certains points et moins sur d’autres. Il y a un riche panel de personnages, cela ne fait aucun doute. Mais il y a aussi beaucoup de surnoms. Je me suis emmêlée les pinceaux très rapidement. J’ai dû relire certains passages pour ne pas faire d’amalgame et ne pas me tromper. Les surnoms sont souvent des appartenances à des endroits géographiques et culturelles ainsi : le marseillais, le gitan, l’algérien, le corse et bien d’autres font des apparitions dans le texte. J’ai dû faire les liens, les défaire et les refaire. Par moments, cela m’a retardée dans ma lecture.

Nous sommes dans un monde masculin à 100% j’aurais aimé être étonnée par une 74940245_1346660108837476_5830547361360773120_n.jpgprésence féminine forte. Oui, il y a des personnages secondaires féminins mais elles ne sont là que pour parader autour des hommes. Mathilde est la petite amie de Stéphane et Karima aide vers la fin du texte mais cela ne va pas au-delà. J’ai trouvé dommage d’avoir encore cette pensée archaïque dans le roman.

Sinon, j’ai trouvé que les personnages étaient sympathiques à suivre. J’ai beaucoup apprécié le personnage de Stéphane qui est bien campé. C’est le seul auquel j’ai pris le risque de m’attacher.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
Intrigue, thématiques et plume
°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

J’ai décidé de parler de ces trois points en même temps, pour moi, ils sont indissociables. Le style de l’auteur reste très simple. Il n’y a pas de mots alambiqués dans le roman, pas de difficultés linguistiques. Ici, on se retrouve avec un roman d’action qui tient ses promesses à ce niveau : on ne s’ennuie pas. On est toujours dans l’action, dans la péripétie. Peut être un peu trop pour moi, certains épisodes m’ont semblés un peu forts pour l’intrigue. Je me suis retrouvée dans un épisode d’Alerte Cobra à quelques reprises. Si l’allusion me fait sourire, c’est parce que mon grand-père était fan de tout ça : les explosions, les flingues, les univers sombres. J’ai directement pensé à lui à plusieurs reprises.

Les thématiques abordées fonctionnent et même très bien ! On est dans l’univers de la drogue, des clubs de strip-tease, des grosses voitures, de la violence. Finalement, on se rend rapidement compte que la France se divise en régions. Une personne à la tête de chacune. Et là, arriver ce qui doit arriver : la course pour éliminer tous les hommes à la tête des régions : ainsi, Lyon, Paris, Marseille, le Var sont des régions fortes qu’il faut posséder. La cupidité et la volonté d’être supérieur restent les principaux éléments motivants pour les personnages principaux. Sauver sa peau pour certains, tuer pour d’autres.

L’histoire est entraînante, cela ne fait aucun doute. C’est entêtant, on est pris dans le tourbillon d’actions et cela permet de passer un bon moment de lecture. La plume est sympathique, fluide mais peut être encore un peu mécanique. Je pense surtout aux portraits dressés par l’auteur. On est dans un schéma qui ne nous quitte pas : présentation du personnage, description du personnage, quelques mots sur la personnalité et on passe au prochain. J’ai trouvé qu’il manquait un peu de fluidité dans ces passages. Sinon, les descriptions des paysages et des actions sont très bien écrites. On y croit aisément.

Pour un premier roman, c’est une lecture sans grosses embûches ! Bravo.

3 bonnes raisons de lire ce roman :

  • Un univers sombre bien tenu
  • Un personnage principal, Stéphane, que j’ai apprécié
  • Beaucoup d’action

4

15 réflexions sur “Gangster – l’envers du décor de Shifrinne

  1. J’aurai du mal avec le fait qu’il n’y a pas de femme forte ou vis a vis de l’idée qu’elles ne sont que des faire-valoirs ^^ Du coup je vais passer mon tour je pense.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s