Reine de beauté d’Amy K Green

9782714482051ORIRésumé : Dans la lignée de La Vérité sur l’affaire Harry Quebert, un premier roman noir d’une grande finesse psychologique ; une réflexion grinçante sur la bonne société puritaine américaine, qui, sous la perfection de ses apparences, cache une obsession névrotique pour l’innocence de la jeunesse. La communauté de Wrenton, dans le Maine, est sous le choc : le corps de Jenny Kennedy, reine de beauté de treize ans, vient d’être retrouvé à l’orée des bois, dans une chemise de nuit rose, un bouquet de fleurs à la main. Le coupable ? Tous désignent un garçon simplet, fervent amateur de concours de miss. Seule Virginia, la demi-sœur de la victime, récuse cet avis. Si elle détestait sa cadette presque autant qu’elle déteste la famille parfaite recomposée par son père, elle n’en connaissait pas moins les secrets troubles de la belle adolescente. Des secrets qui les unissaient malgré elles… Pourquoi remuer le passé quand tout le monde semble s’accorder sur un coupable ? Pourquoi prendre le risque de souffrir, encore ? Mais Virginia veut savoir. À tout prix. Quitte à révéler le vice sous la blancheur des façades à bardeaux blancs de ce village paisible. Quitte à pénétrer sur le terrain de chasse du plus terrible des prédateurs…

~ Service presse ~

Je remercie chaleureusement les éditons Belfond pour l’envoi de ce roman. Thriller glaçant, j’ai beaucoup apprécié ma lecture. Après ma dernière lecture chez Belfond qui avait été un petit échec (souvenez-vous d’arrêt d’urgence…) J’ai pris un peu de temps pour me lancer de nouveau dans la lecture d’un thriller après cette lecture. J’avais trop peur d’être encore imprégnée de cette lecture.

Je suis ravie de vous dire que Reine de beauté est un très bon roman, j’irai même jusqu’à vous dire que c’est un excellent roman. Il frôle le coup de cœur mais cette histoire est très prenante. Quelle découverte ! Reine de beauté est avant tout une histoire qui va montrer l’envers du décor d’une Amérique puritaine où les apparences sont extrêmement trompeuses. On peut se cacher derrière une famille polie, une pelouse entretenue à merveille, un mari charmant mais que se passe-t-il une fois la porte de la jolie maison fermée ? Amy K Greene va vous l’expliquer et en même temps vous captiver par une histoire glaçante de vérité.

Jenny Kennedy, notre victime est le produit de sa société. Reine de beauté à 13 ans, elle est retrouvée morte à l’orée d’un bois avec une mise en situation macabre qui va donner l’impulsion à l’enquête. Jenny Kennedy a une demi-sœur : Virginia. Virginia est persuadé que le coupable désigné n’est pas le bon. Jenny n’est pas ce que l’enquête reflète, Jenny n’est pas en paix car son assassin court toujours. Voici le point de départ de notre histoire. Nous allons suivre Virginia dans son enquête et sa course pour trouver la vérité et rendre justice à sa demi-sœur.

Les gens allaient être ravis que la justice venge la jolie petite fille, cette gamine fabriquée de toutes pièces, qui n’avait rien à voir avec l’adolescente assassinée. Je me demandais ce que Jenny aurait pensé de tout ça. Je ne connaissais pas bien ma sœur. Cela ne faisait aucun doute. J’étais là, à crier à tout le monde d’arrêter de la réduire à une poupée, alors que c’est aussi comme ça que je l’avais toujours vue. Je n’avais jamais essayé de la connaître.

J’ai beaucoup apprécié le personnage de Virginia. C’est une personne très humaine qui a des défauts mais aussi des qualités. J’ai aimé cette vulnérabilité et cette envie de faire les choses bien sans forcément y parvenir. Virginia est un personnage auquel on peut s’identifier tant ses failles nous parlent. Elle pourrait avoir tout ce qu’elle souhaite mais il lui manque un petit quelque chose pour y parvenir. On ressent toute sa force et son courage mais on ne parvient pas à la cerner au début de l’histoire. Que veut-elle vraiment ? Elle dit elle-même qu’elle n’a jamais pris le temps de comprendre et de connaître Jenny mais l’inverse reste aussi très vrai. Les deux sœurs se côtoient sans vraiment chercher à se comprendre et à être deux sœurs dans la vraie vie. Ce n’est qu’un titre… Quel dommage !

C’était Virginia, parée d’une tenue extralarge, peu flatteuse. Jenny n’arrivait pas à la cerner. Sa sœur faisait toujours les choses sans raison. Elle n’était pourtant pas trop bête pour décrocher un travail stable. Elle n’était pas trop moche pour trouver un petit copain. Elle n’était pas trop rasoir pour se faire des amis. Mais elle n’avait rien. C’était exaspérant.

Au-delà du meurtre et de l’enquête que j’ai trouvée vraiment chouette, j’avoue que j’ai beaucoup apprécié la thématique de la famille. La famille de Jenny est au cœur de l’implosion. On découvre Jenny à travers son histoire et son meurtre. On se rend compte que ses parents la contrôle complètement. Elle n’est pas elle-même, elle n’est qu’une marionnette et reine de beauté. C’est vraiment très intéressant de voir comment on peut en arriver là. J’ai trouvé que cette thématique a été traitée en profondeur. Entre les deux sœurs, entre Jenny et ses parents mais aussi la relation entre Virginia et ses parents et c’est vraiment très appréciable de voir comment on peut être différent les uns avec les autres.

À  treize ans, elle était à des années-lumière de pouvoir faire de sa vie ce qu’elle voulait. Pouvait-elle rester enfermée dans sa chambre jusqu’à ses dix-huit ans ? Mais pour quoi faire, ensuite ? Entrer à l’université ? Ses parents accepteraient-ils de lui payer des études ailleurs que dans leur État, accepteraient-ils qu’elle aille dans un endroit si éloigné qu’ils ne pourraient pas venir lui rendre visite en voiture ? Les chances étaient minces. Elle avait besoin de liberté, sur le plan familial comme sur le plan financier.

Ce thriller est psychologique. J’aime énormément toutes les thématiques abordées tant elles le sont avec finesse : la famille mais aussi l’adolescence, la pédophilie, mais aussi la manipulation mentale. C’est soigné, fin et précis. C’est délicieusement intelligent. J’ai aussi apprécié la place des femmes dans ce roman est très intéressant. Je trouve que l’idée de l’auteure est très intelligente : le roman se sépare en deux voix. On distingue la voix de Virginia qui va mener l’enquête sur la mort de sa sœur et la voix de Jenny qui nous accompagne quelques jours avant sa mort. Je n’avais jamais lu un roman qui proposait de voir le point de vue de la victime. C’est très prenant et cela apporte un côté très original à l’intrigue. La vérité n’est pas facile à déceler au fil de l’intrigue. Il y a beaucoup de personnages qui gravitent autour de la famille Kennedy. J’ai aimé le rebondissement de l’intrigue qui ne souffre d’aucune longueur.

La plume d’Amy K Green est très sympathique. J’aime beaucoup sa vision du monde et la manière dont elle démonte, pièce par pièce, l’Amérique puritaine. C’est une satire de la société aux petits oignons.

Il y a beaucoup à dire sur ce roman mais il m’est difficile d’en parler sans vous dévoiler une partie de l’intrigue. Si vous souhaitez découvrir un thriller qui englobe la sphère familiale et des thématiques lourdes comme la pédophilie et l’emprise mentale. C’est très intéressant et addictif.

En revanche… je dois le souligner, le roman est parsemé de mots manquants et de fautes… Quel dommage!

03 bonnes raisons de lire ce roman :

  • Une enquête qui tangue entre le professionnel et le personnel
  • Un panel de personnages riches et varié
  • La critique de l’Amérique puritaine

notation

19 réflexions sur “Reine de beauté d’Amy K Green

  1. Un roman que je vais sans doute me procurer. J’adore les thrillers psychologiques et la couverture est de toute beauté !

  2. Super étonnant les coquilles vu la notoriété de la maison d’édition, mais mise à part ça, on a l’air d’être sur un très bon thriller psychologique avec des thématiques fortes !

  3. La thématique de la famille, la psychologie et l’enquête me tentent bien. Pourquoi pas ! Par contre, j’avoue que tu m’effraies avec les fautes ou les mots qui manquent… Pour une ME comme ça, on s’attend à de la qualité !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s