Et puis un jour on s’en fout et ça fait du bien de Virginie Sarah Lou

CVT_Et-puis-un-jour-on-sen-fout-et-ca-fait-du-bien-_9552Résumé : Lorsque Mathilde fait le bilan de ses vingt dernières années, elle ne peut s’empêcher de vider ses poumons dans un long soupir. Elle, la hippie un brin rebelle et globetrotteuse dans l’âme ne se voyait pas, deux décennies plus tard, enfermée dans un bureau à répondre aux mails et au téléphone huit heures par jour, accompagnée de Chantal, sa collègue commère en chef. Le destin est parti en sucette quelque part, mais où, quand, comment ? Heureusement, son blog de voyage participatif est là pour lui maintenir un semblant de rêve à défaut de les vivre, car sa vie sentimentale est également en berne. L’homme idéal, elle y a renoncé depuis longtemps. C’est comme ça, le grand Amour n’existe pas, c’est un gros mythe raconté aux enfants pour leur faire croire que la vie d’adulte est chouette. Preuve en est : ses ex. Même Marc, le père de ses enfants était un choix de raison. Franck, l’actuel petit ami ? Il est sympa, mais attend un peu trop de leur histoire sans saveur. Bref. Mathilde est seule face à elle-même et navigue dans cette existence sans surprise. C’est sans compter ce message intrigant, reçu un beau jour et qui modifiera peut-être – ou pas – la donne de son chemin de vie et celui de ses rêves enfouis. Une histoire FEEL GOOD sur le lâcher-prise, sur le vivre ses rêves, sa vie et sur les émotions qui nous dépassent contre lesquelles nous ne pouvons rien. Un ton drôle et décalé pour un livre rempli d’humanité, d’amour et d’espoir. Une écriture résolument tournée sur le développement personnel.

~ Service presse ~

Je remercie chaleureusement Virginie Sarah Lou pour l’envoi de ce roman. Sorti hier, j’ai décidé de suivre le mouvement de beaucoup de lecteurs en sortant ma chronique rapidement après la sortie. J’ai passé un bon moment de lecture avec le nouveau roman de l’auteure publiée chez les éditions Ramsay.

Je ne suis pas hyper fan du feel-good. Bien entendu, à la lecture du titre, je savais très bien que j’allais avoir du feel-good entre les mains. J’aime bien la plume de l’auteure que j’ai déjà pu découvrir à travers d’autres romans donc je n’ai pas franchement hésité. Je suis certaine que vous vous demandez pourquoi je n’apprécie pas forcément le feel-good. En fait, j’ai essayé de répondre à cette question quand j’ai refermé ce roman. En effet, je reconnais bien volontiers que c’est un genre qui nous veut du bien, un genre qui va essayer de montrer que la vie peut avoir de très bons côtés et qui nous « pousse » à lâcher tout ce qui peut être néfaste dans la vie pour se retrouver vraiment. L’idée est plutôt sympathique mais j’ai souvent l’impression de prendre ma leçon en lisant ce genre. Même si l’idée est de « guider » le lecteur, j’ai toujours l’impression de me prendre un savon et c’est un peu dérangeant pour moi. Tous les romans feel good ne sont pas ainsi, à l’image de celui-ci, on peut vraiment passer un bon moment de lecture sans avoir ce couteau sous la gorge mais j’ai tellement eu cette sensation que je ne préfère plus me lancer dans le feel-good ou à de rares occasions.

On fait la rencontre de Mathilde, une femme qui fait le point sur sa vie et qui, rapidement, va se demander ce qui a pu se passer dans sa vie pour qu’elle en arrive à être coincée dans un bureau huit heures par jour. Véritable rebelle dans ses jeunes années et avalant des kilomètres de route, elle ne comprend pas comment elle a pu en arriver là.

Mathilde se rend compte qu’elle est devenue ce que la société attendait d’elle : un boulot alimentaire dans lequel elle ne s’épanouit pas, une maman et une épouse. Véritable objet de la société, elle fait le point sur sa vie et ce n’est pas joli joli.

L’ironie est poussée jusqu’au bout puisque Mathilde qui a envie de voyager le fait par procuration… Elle tient un blog sur les voyages mais ne parvient pas à voyager… Assez rigolote cette situation, non ? Antoine85 est un blogueur qui va entrer dans la vie de Mathilde comme un boulet de canon : entre discussions, blagues et discussions, Mathilde a envie de saisir l’opportunité qu’on lui tend…

Mathilde est un personnage très attachant. On se retrouve en elle, je pense, lorsque l’on a 40 ans. Je suis peut-être un peu trop jeune (quoi ! 27 ans, ce n’est pas vieux !) pour pouvoir regarder en arrière mais je comprends ce qui a pu pousser Mathilde à faire ces choix : l’envie d’une vie stable et d’être maman et épouse. Mathilde est un personnage profondément humain que j’ai apprécié découvrir. Elle est pétillante et va nous faire passer un bon moment de lecture.

Les personnages secondaires sont aussi très sympathiques. L’auteure brosse des portraits fins et détaillés. On s’attache très facilement au panel de personnages. C’est chouette. Il est difficile de parler de l’intrigue sans en dévoiler une bonne partie. Je ne peux que vous pousser à le lire si vous avez besoin d’une lecture qui booste, qui fait sourire voire même rire et qui fait du bien. Virginie Sarah Lou peut réconcilier les plus récalcitrants avec ce genre.

La plume de l’auteure est toujours aussi fluide et dynamique. Virginie Sarah Lou a compris ce qu’était un bon feel-good et a trouvé son style, son genre, ça fonctionne comme sur des roulettes. Ce n’est pas un coup de cœur pour moi mais cela reste lié au genre. J’ai passé un moment agréable de lecture et j’espère que vous en ferez de même…. Un appel au lâché prise qui fait du bien !

03 bonnes raisons de lire ce roman :

  • Une véritable bouffée d’air qui nous permet de nous échapper du quotidien
  • Une plume que j’apprécie retrouver et qui me réconcilie un peu avec le genre « feel good »
  • Un personnage principal très humain qui force le respect

4

20 réflexions sur “Et puis un jour on s’en fout et ça fait du bien de Virginie Sarah Lou

  1. J’aime beaucoup le titre, je l’offrirai bien à ma belle-mère tiens, je pense que ça pourrait lui plaire 🙂 Je ne lis pas souvent de feel-good non plus, mais plutôt parce que je trouve les heroïnes souvent un poil nunuches et qu’elles ont tendances à prendre des décisions à la noix ou être HYPER maladroites tout le temps, mais à un point où ce n’est juste plus crédible, et c’est dommage.

  2. Il m’a l’air sympa comme tout ! La thématique est intéressante !
    Apres oui je suis assez d’accord avec ta vision du feel good, quand j’ai l’impression qu’on essaye de me passer un savon j’aime pas. Pour l’instant ceux que j’ai lu ne ressemblent pas à ce genre donc tant mieux !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s