La guerre des trois rois de Jean-Laurent Del Socorro et illustré par Marc Simonetti

41Nw5vflKhL._SX195_Résumé : Royaume de France, XVIe siècle. Les guerres de Religion font rage entre le roi Henri III de France, le duc de Guise et Henri de Navarre le protestant. Le roi de France se réfugie dans Paris, protégé par la Compagnie du chariot, une bande de lansquenets avec à leur tête Axelle, leur nouvelle capitaine. Le roi décide en dernier recours de faire appel au pouvoir alchimique de l’Artbon pour maintenir son pouvoir. Mais peut-on user impunément de la magie de la Pierre d’équilibre ? Avec La Guerre des trois rois, Jean-Laurent Del Socorro nous replonge dans l’univers de fantasy historique de son premier roman : Royaume de vent et de colères.

~ Service presse ~

Je remercie chaleureusement les éditions ActuSF pour ce nouvel envoi. Nouvelle découverte graphique, j’ai bien plus apprécié la guerre des trois rois que l’hypothèse du lézard. J’avais peur de plonger dans un nouvel univers après mon aventure lézardesque quelques semaines plus tôt. J’ai été agréablement surprise par ma découverte de l’univers de Jean-Laurent Del Socorro.

Il faut déjà vous parler de l’objet livre qui est magnifique. Les illustrations de Marc Simonetti sont magnifiques et nous permettent de nous immerger encore plus dans l’idée d’une intrigue se passant dans la Renaissance. J’ai pensé aux œuvres de David et de Delacroix tout au long de ma lecture. On alterne entre esquisses, portraits et bien d’autres. L’auteur et l’illustrateur ont fait un sacré travail. Les illustrations sont nombreuses et permettent d’avoir un bel objet entre les mains.

La guerre des trois rois est en fait la guerre des trois Henri : Henri III de France,  Henri de Navarre et Henri Ier de Guise aussi connu sous le nom du Duc de Guise. Pour quelles raisons ? Comme d’habitude, une guerre pour un pour de terre, pour les religions. Rien de nouveau sous le soleil. Vous m’excuserez le fait de passer rapidement sur ce point historique mais franchement, c’est tellement dense que je vous invite à aller jeter un œil sur des articles très intéressants que vous trouverez sur le net sans aucune difficulté.

Le début a été un peu long. En fait, j’ai eu du mal à trouver mon rythme entre les illustrations et le texte. C’est tellement précis et beau que je me suis arrêtée souvent pour admirer. J’ai perdu le fil du texte plus d’une fois. C’est assez perturbant. Cependant, une fois le rythme pris, je me suis laissée prendre au jeu et c’est très agréable.

Le problème des novellas c’est que c’est court. Trop court pour la lectrice que je suis. C’est vraiment un genre à double tranchant pour moi : soit ça me suffit parce que l’histoire ne m’a pas plu plus que cela ou alors, je plonge dans un univers qui me plait et je reste sur ma faim. Une novella qui propose un pan historique ? C’était couru d’avance pour moi : j’ai cruellement manqué de détails pour pouvoir m’immerger totalement dans cette histoire. C’est dommage ! J’aurais tellement aimé en savoir plus sur les personnages de manière générale. Personnellement, je ne me suis pas attachée aux personnages tant ils sont brossés très rapidement. J’ai trouvé l’histoire sympathique mais malheureusement, je ne pourrais pas aller plus loin que ça.

Clairement, ce roman graphique est bon. Je trouve qu’il est agréable en tant que livre objet. J’irai même jusqu’à dire que sur ce point, il est magnifique. Cependant, je reste sur ma faim sur le texte en soit. En revanche, j’ai beaucoup apprécié la touche de fantasy qui s’incruste dans l’historique de l’intrigue. J’aime beaucoup l’alchimie et je trouve que je ne la rencontre pas assez dans mes lectures. Je suis donc à l’affut de cette thématique en ce moment. De plus, j’ai trouvé que les descriptions étaient fortes et permettaient au lecteur de s’immerger dans la lecture. J’ai adoré l’ambiance qui se dégage de ce roman.

En définitive, même si je ne suis pas convaincue à 100% par le texte, il faut rendre à César ce qui est à César : le livre objet est magnifique. Les illustrations sont magnifiques et finement travaillées. Cependant, je ne suis pas parvenue à m’attacher aux personnages. L’intrigue historique m’a plu mais laissée sur ma faim mais j’ai apprécié la présence de l’alchimie dans le récit.

03 bonnes raisons de lire ce roman :

  • Une ambiance particulièrement bien travaillée grâce à de fortes descriptions
  • Le mélange historique et fantasy qui m’a plu
  • Le livre objet : magnifique pièce !

3

21 réflexions sur “La guerre des trois rois de Jean-Laurent Del Socorro et illustré par Marc Simonetti

  1. Vu le genre et ce que tu dis déjà des personnages, ce n’est pas pour moi, par contre je connais quelqu’un a qui ça plairait vraiment, surtout à cause du graphisme 🙂

  2. En septembre, j’ai lu Je suis fille de rage de Jean-Laurent Del Socorro et j’avais trouvé également qu’il manquait un peu d’attachement avec les personnages.
    En tout cas, un livre historique comme celui-ci pourrait me plaire surtout pour découvrir la vie d’Henri de Navarre avant qu’il devienne le célèbre Henri IV.

  3. Ca a l’air d’être un livre très joliment illustré, je serais curieuse de pouvoir le feuilleter moi aussi mais je pense que la période historique / le texte ne m’attirerait pas forcément plus que ça ^^ »

  4. J’avais bien aimé son roman « Boudicca » et j’ai bien envie de découvrir d’autres de ces textes – peut-être pas celui-ci dans l’immédiat mais il me tente quand même sacrément bien (la période historique…).

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s