La messagère de l’ombre de Mandy Robotham

CVT_La-messagere-de-lombre_9922Résumé : En 1943, le monde est ravagé par la guerre. À Venise, la jeune Stella brûle de prendre part à la lutte contre les nazis et elle est recrutée par la Résistance italienne et jetée dans la gueule du loup. Durant la journée, la jeune femme travaille comme traductrice pour des officiers allemands et intercepte des informations stratégiques. La nuit, elle risque également sa vie en faisant passer des messages pour la résistance et en rédigeant un journal clandestin. C’est à la Kommandantur qu’elle tombe amoureuse d’un homme qui collabore avec les Allemands. Mais dans l’enfer de la guerre, comment croire en un quelconque avenir ensemble ? Au fur et à mesure que l’étau se resserre autour de Stella, elle découvre la part d’ombre que dissimule l’homme qu’elle aime. Leur histoire, déchirante, va faire basculer le destin de Stella dans le plus terrible des combats

~ Service presse ~

Je remercie chaleureusement Eric Poupet et City Editions pour l’envoi de ce roman. J’étais très heureuse de pouvoir lire ce roman qui me tentait grandement.

Je ne vais pas vous laisser dans un suspense insoutenable : ce roman est une formidable découverte. En effet, j’ai trouvé qu’il était équilibré, détaillé et tellement bien documenté. Je me suis sentie propulsée en 1943 à Venise pour une aventure formidable.

C’est toujours compliqué pour moi d’avoir entre les mains un roman se déroulant lors de la Seconde Guerre Mondiale. Pourquoi ? Pour la simple et bonne raison que ce décor est vu et revu. J’en ai marre de lire les mêmes histoires, le même style d’intrigue. Ici, on va se placer d’une manière un peu différente ! On va se retrouver dans une idylle interdite, dans une romance qui va nous proposer une belle aventure.

Déjà, j’adore le fait qu’on ne nous a pas présenté un énième « combat » France / Allemagne. On se retrouve à Venise, en Italie. On reconnait certains noms qui vont venir jalonner notre histoire : Hitler, Mussolini… Peut-être que ces noms vont vous dire quelque chose. La famille de Stella est certaine d’une chose : Hilter n’est pas un homme bon, Mussolini le suit aveuglément et l’Italie va basculer du mauvais côté. Le nazisme grandit de manière exponentielle, cela ne dit rien qui vaille au grand-père de Stella. Naturellement, Stella et sa famille vont se tourner vers la Résistance. J’ai beaucoup apprécié découvrir la Résistance de cette manière. C’est vrai qu’on a tendance à croire que seule la France résistante existait mais non ! L’Italie a aussi eu une Résistance comme beaucoup d’autres pays. Une petite piqûre de rappel nous fait beaucoup de bien !

Stella est une jeune femme que j’ai beaucoup appréciée. On la découvre à travers des souvenirs trouvés par sa petite-fille, Luisa, on va faire la rencontre d’une femme et d’une période historique fascinante. Stella est une jeune femme piquante, qui a ses convictions, courageuse et belle. Stella ne veut pas plier, Stella veut garder la tête haute et ne pas faire partie de ces gens qui vont collaborer. Jeune et courageuse, elle va tout faire pour libérer son pays de ce fléau qu’est le nazisme. Au risque de perdre la vie, Stella va tout faire pour pouvoir continuer à se regarder dans le miroir.

L’auteure brode intelligemment son intrigue. On va mélanger cette réalité que nous connaissons tous grâce à nos aïeuls, aux documentaires et à nos manuels d’Histoire. Le nazisme, la collaboration, le fascisme mais aussi l’occupation allemande et simplement la routine qui s’instaure malgré tout. Entre violence, trahison, famille et amitiés, on va suivre la vie de Stella Jilani qui va être la partie romancée de l’histoire. Au-delà de l’histoire de famille, on va suivre une histoire d’amour au goût d’interdit : Stella va tomber sous le charme d’un collabo. Comment vivre avec ce sentiment particulier : la joie d’avoir le cœur comblé par le sentiment amoureux et le poids qui pèse sur les épaules. Comment tomber amoureuse d’un homme qui représente tout ce que l’on déteste ? L’amour n’est pas simple et cette histoire nous le rappelle aisément. J’ai apprécié le fait que la romance ne prend pas toute la place. Le pan historique de l’histoire est très présent et j’ai beaucoup aimé cela. C’est un roman historique de qualité qu’on nous propose ici.

La narration se divise en deux points de vue et deux époques : On va vivre cette aventure avec Stella, bien évidemment mais on a aussi des chapitres qui se passent en 2017 et qui vont mettre en lumière les chapitres sur Luisa qui va tenter de comprendre l’histoire de sa famille à travers des photos, des lettres, des souvenirs de sa mère. C’est intéressant mais j’avoue que j’ai plus été transportée par les chapitres consacrés à Stella. J’ai trouvé un léger déséquilibre entre ces passages. Rien de très grave en soi.

La plume de Mandy Robotham est une véritable découverte pour moi et m’a énormément plu. En effet, j’ai adoré me perdre dans les rues de Venise. Les descriptions sont à couper le souffle et sont un véritable point fort du roman. J’ai apprécié les personnages très finement dessinés dont les caractères sont détaillés avec précision.

03 bonnes raisons de lire ce roman :

  • Le personnage de Stella que j’ai beaucoup apprécié
  • La localisation de l’intrigue : Venise et ses secrets !
  • Le côté historique de l’intrigue qui est très prenant

4.5

9 réflexions sur “La messagère de l’ombre de Mandy Robotham

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s