La mémoire de l’art de Cyrille Thiers

cover-7717

203918357_358888342426382_7178756803542822040_n

Résumé : Cyrille Thiers vous propose aujourd’hui une première enquête palpitante dans le monde des grands maîtres de la peinture ! 1870, 1914, 1939. Ces trois conflits franco-allemands ont détruit des millions de vies, mais ils ont également affecté de façon dramatique le patrimoine artistique de nombreux pays. Bombardements aveugles, pillages, destructions organisées, spoliations… Grâce au dévouement d’hommes et femmes hors du commun, nombre d’œuvres inestimables ont miraculeusement traversé ces périodes, tandis que d’autres étaient perdues à jamais. Pourtant, certains tableaux que l’on croyait disparus resurgissent de temps à autre…Max, un galeriste parisien, torturé par la terrible histoire de sa famille, va se retrouver embarqué malgré lui dans une quête dont les révélations risquent fort d’ébranler le milieu si conservateur de l’art et des grands musées. Entraîné par la pétillante Louise, il va devoir partir à la poursuite de sa propre mémoire, avant d’espérer localiser ces si mystérieuses toiles qui feront jaillir bien plus de questions que de réponses.

Le spécialiste de la nouvelle se lance enfin dans le roman ! Finaliste inattendu du Prix Littér’Halles en 2020 pour son recueil de nouvelles noires et policières, « On a toute la vie pour mourir », Cyrille Thiers vous propose aujourd’hui une première enquête palpitante dans le monde des grands maîtres de la peinture !

Thriller◊ 17€00 ◊ 401 pages
Amazon ◊ Babelio ◊ page de l’auteur

205171203_794956758051315_961739039758654074_n

Je remercie chaleureusement Cyrille Thiers pour l’envoi de son roman. J’aime tout ce qui touche de près ou de loin à une enquête policière. Si vous ajoutez en plus le monde de l’art et plus particulièrement les grands maîtres de la peinture, je suis déjà conquise par le résumé mais si en plus de ça vous m’ajouter une touche historique, personnellement, j’ai le cœur qui palpite à fond les ballons. C’est exactement ce qui s’est passé avec le roman de Cyrille Thiers qui m’a touchée en plein cœur à la lecture de la quatrième de couverture. Ma lecture a été un pur délice : elle frôle le coup de cœur mais bon sang, qu’est-ce que c’était bien !

206451699_339630797545106_5790021870084230444_n

1870, 1914 et 1939 sont trois dates qui sont significatives : elles font écho aux trois conflits qui ont opposés la France à l’Allemagne. Trois guerres, trois conflits qui ont mis à mal les deux pays. Trois fois les peuples ont été ravagés mais aussi les monuments, les sociétés, le monde de l’art.

J’ai aimé cette idée de mettre ces conflits en avant mais aussi les répercussions qu’ils ont eues sur l’histoire de l’Art et plus particulièrement sur le monde de la peinture. J’ai trouvé l’idée intéressante et originale.

On fait la rencontre de Max et de Louise, deux personnages fortement intéressants. Max est un galeriste exerçant à Paris. Il est rongé par le poids de son histoire familiale. Allant de révélation en révélation, Max va se voir embarquer dans une histoire qui va prendre des proportions phénoménales qui vont le dépasser rapidement. Louise est un personnage très agréable à découvrir. Ensemble, ils forment un duo assez sympathique et qui porte l’intrigue à bout de bras.

L’intrigue part sur un fait simple : lors de ces guerres, pour parvenir à sauvegarder le patrimoine artistique, les œuvres d’art ont été cachées. Parfois, elles ont été trop bien cachées et sont retrouvées par hasard.

Le monde de l’art peut être dangereux et malsain, Max et Louise vont en découvrir les rouages. La seule chose que j’aurais à « reprocher » est le fait que j’ai constamment pensé au Da Vinci code à cause des lieux choisis : une enquête incluant le Louvre et des peintures… Même si le contexte est différent, j’ai trouvé dommage de ne pas avoir choisi un autre lieu que ce musée. C’est vraiment la seule chose que je peux reprocher à cette intrigue.

La plume de l’auteur est excellente ! C’est une très belle découverte. Je suis ravie d’avoir rencontré le chemin de la plume de Cyrille Thiers. C’est agréable et fluide. Les personnages sont attachants et sont travaillés avec précision et finesse. On s’immerge très facilement dans ce monde, tout est détaillé. On se retrouve vraiment avec un roman documenté qui n’est pas moralisateur pour un sou. On apprend, on découvre, on avance dans une intrigue qui m’a beaucoup plu.

En définitive, j’ai adoré cette lecture palpitante qui utilise un cadre original malgré certains lieux qui sont un peu attendus. La plume de l’auteur est très agréable et divertissante.

205328789_809678396349712_8158550088570131874_n

12 réflexions sur “La mémoire de l’art de Cyrille Thiers

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s