14

La louve et le sanglier – Annie Massy

i1525079061.jpgRésumé : Agrippa, ami d’enfance, gendre et le plus grand général d’Auguste (haut empire romain) a organisé les conquêtes de César entre 40 et 20 avant Jésus-Christ. Il construit la « Via Agrippa » entre Narbonne et Trèves, crée des villes, des sanctuaires, des monuments, recense la population… Il transforme de façon irrémédiable un vaste territoire qui va des Alpes à l’Atlantique et des Pyrénées au Rhin. Il a une très bonne raison pour se dévouer totalement à Rome : Auguste, « le Divin », le maitre incontesté, a adopté son fils Caïus qui est l’héritier désigné de l’immense empire. Agrippa le Stoïcien veut instaurer la Paix romaine mais ne refuse pas la guerre pour l’imposer. il sait aussi qu’il devra s’appuyer sur les Gaulois pour y parvenir.
Ce tome 2 des Mémoires d’Agrippa (qui peut se lire indépendamment du tome 1 raconte cette épopée de la romanisation des Gaules. Le récit du général Agrippa alterne avec celui des Gaulois meurtris mais prospérant grâce à la conquête. L’un veut instaurer la Paix romaine, les autres n’oublient pas les massacres de César, l’esclavage et les difficultés de reconstruction. 
Leur rencontre a lieu au centre de la « via Agrippa » entre Narbonne et Trèves. Là, les Romains ont transformé un marais en un centre de soins réputé. Mais le sanctuaire de Borvo (Bourbonne-les-Bains), est le domaine des dieux gaulois et de leur prêtresse Duxtira. Elle doit tout à Agrippa, mais elle n’est pas prête à sacrifier l’œuvre de sa vie, dans l’intérêt de Rome. La rencontre de la louve romaine et d’un sanglier celte ! Mais n’a-t-on jamais vu dans la nature, l’un se soumettre à l’autre ? À noter que le tome 1 a été très bien accueilli et a remporté le prix littéraire annuel de l’association haut-marnaise d’écrivains, en 2016.

Mon avis : J’ai encore pu faire une découverte livresque grâce au roman simplement.pro.

La Louve et le Sanglier est un deuxième tome qui peut se lire indépendamment du premier. C’est vraiment une lecture franchement historique. Je reconnais sans aucun mal le travail de l’auteur en amont. C’est purement historique.

Cependant, il m’a manqué un petit quelque chose pour que ma lecture soit une très bonne lecture. En effet, j’ai eu l’impression de lire un livre d’histoire, un bon vieux manuel scolaire. C’est dommage parce que l’idée était bonne, mais il manque un petit quelque chose donc.

Historiquement parlant, ce roman est excellent, il pose les choses clairement. C’est vraiment très sympathique sur ce point. J’ai ressenti quelques longueurs dans le sens où l’intrigue n’était pas forcément dynamique.

La plume de l’auteure est entrainante, c’est très bien écrit. On nous relate des faits de manière héroïque, on reste toujours du côté de la vérité. C’est très réaliste. On est propulsé dans l’histoire d’Agrippa. On est dans la continuité de ce que l’on peut lire et apprendre dans le premier tome.

Même si j’ai trouvé des points positifs à ce deuxième tome, je ne pense pas continuer ma découverte de l’univers. Je pense simplement que ce n’est pas forcément une époque pour moi. Si un jour l’auteure se lance dans une période historique que j’apprécié, je foncerai.

J’ai été curieuse, je suis persuadée que ce roman sera acclamé par son lectorat.

Les – :

  • Un roman un peu trop scolaire pour moi.
  • Une période que je n’apprécie pas plus que cela.
  • Quelques longueurs.
  • Je pense que le roman mériterai une couverture plus élaborée (avis bien entendu personnel). 

Les + :

  • Une plume entrainante.
  • Une richesse dans les informations.

Ma note :

155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie

Publicités
20

Terminus – Jonathan Theroude

CVT_Terminus_3108.jpgRésumé : Vincent Kaplan avait tout pour être heureux. Une situation professionnelle, une vie de couple épanouie et une fille merveilleuse. Mais il a tout foiré. Par faiblesse. Ou par vanité. Ou par stupidité peut-être… Une lente descente aux enfers commence. Mais la vie est faite de rencontres. Parfois salvatrices. Une lente remontée vers la lumière s’opère alors. Non sans difficulté. Non sans doute. Non sans appréhension. Le prix du chemin de la rédemption. Peut-être… Il renoue, doucement, avec tout ce qu’il a perdu. Et des ténèbres surgit la lumière. D’abord une faible lueur d’espoir. Ensuite, une folle promesse de retrouvailles avec sa fille, Marie, perdue de vue depuis si longtemps. La vie est faite de rencontres. De bonnes et de mauvaises. Au bon moment ou au mauvais moment. Pour le meilleur et le pire. Pour le meilleur ou le pire.

Mon avis : Je remercie Emma qui m’a gentiment contacté au sujet d’un nouveau partenariat. Je suis heureuse de vous annoncer que je suis l’heureuse partenaire des éditions Nouvelle Bibliothèque (Nobi).

Je commence ce partenariat, avec un roman qui fut une très belle surprise. En effet, avec le résumé et la couverture, j’étais plutôt sceptique sur le genre. Encore une fois, je me suis mis le doigt dans l’œil. J’ai adoré ce que j’ai lu.

On fait la rencontre de Vincent. Un homme qui avait tout pour lui, tout. Cependant, aveuglé par ce succès fou dans tous les domaines, Vincent a tout perdu. On suit le cheminement de cette longue descente aux enfers. Vincent est un personnage que j’ai apprécié découvrir tant il regorge de mystères et d’originalité.

J’ai apprécié ce va-et-vient constant entre le présent et les flash-back qui expliquenttéléchargement.jpgcomment Vincent en est arrivé là. Entre vantardise, faiblesse, orgueil et alcool, Vincent fait le point sur sa vie. On a l’impression qu’il attend une deuxième chance de la part de cette vie qui ne lui a pas forcément souri jusqu’ici.

La fin est vraiment très bien ficelée. Jonathan Theroude passe toute l’histoire à nous conforter dans ce que nous pensions être un roman déjà tout tracé mais non ! J’étais surprise par la fin. J’ai pris du temps pour digérer cette lecture forte, belle et poignante.

Je ne connaissais pas la plume de Jonathan Theroude, c’est vraiment une très belle découverte. En effet, la lecture s’est avérée tranquille, rapide et plutôt dynamique. J’ai adoré le côté acidulé du personnage de Vincent. En effet, même si celui-ci se dévoile difficilement, on finit par apercevoir un personnage très sympathique, qui a fait une erreur qui a chamboulé sa vie. Ainsi, on voit le passage de la lumière à l’ombre et de l’ombre à la lumière d’une manière bouleversante.

 La seule chose que je pourrais reprocher à cette histoire, c’est que certains détails mériteraient d’être un peu plus explicites. Cela aurait donné encore plus de force à l’histoire.

Je ne pensais pas que j’aurais pu être touchée ainsi par ce genre de roman avec un personnage aussi poignant. J’ai beaucoup apprécié ce roman que je ne peux que vous conseiller. C’est une très belle aventure livresque.

Les – :

  • Des détails qui auraient pu être plus exploités.

Les + :

  • Une plume très originale.
  • Une intrigue qui permet de voir les multiples facettes d’un homme perdu.
  • Le personnage de Vincent qui m’a beaucoup plu

Ma note :

155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie

20

Simon Thorn et le nid de Serpent – Tome 2 – Aimée Carter

51oTUrArptL._SX195_.jpgRésumé : RÉVÉLEZ-VOUS. Simon Thorn sait depuis peu qu’il n’est pas un garçon comme les autres : il a le don de se transformer en animal. Alors qu’il s’habitue à sa nouvelle vie dans le REPAIRE, l’école pour les Animalgames, il reçoit des nouvelles inespérées de sa mère, enlevée par son terrifiant grand-père, le roi des oiseaux. Ce dernier cherche à reconstituer une arme si puissante qu’elle lui permettrait de régner sur tous les royaumes animaux. Guidé par l’indice laissé par sa mère sur une carte postale, Simon et ses amis se lancent dans un périlleux voyage qui les mènera au cœur du danger

Mon avis : Je remercie Camille ainsi que les éditions Michel Lafon pour l’envoi de ce nouveau Service Presse. En effet, je suis heureuse d’avoir pu remettre le nez dans l’univers d’Aimée Carter. En effet, Simon Thorn reste une très belle découverte.

C’est donc avec grand plaisir que je me suis replongée dans l’univers. Si le tome 1 m’avait beaucoup plu, le deuxième tome est encore plus approfondi, j’aime beaucoup ce que j’ai eu sous les yeux.

On retrouve Simon dans le Repaire. C’est vraiment une aventure qui commence pour lui malgré les épreuves douloureuses qu’il a dû subir à la fin du premier tome.

Les relations dans le repaire sont assez compliquées. En effet, Nolan, le frère de Simon est en colère contre Simon. Les frères ne s’entendent pas et lorsqu’ils sont ensemble dans une pièce, on sent l’électricité dans l’air. C’est assez surprenant. On aurait pu penser que la fin du premier tome aurait pu rapprocher les deux jeunes hommes mais non.

J’ai aussi apprécié le personnage de Malcom qui essaye de garder le pouvoir, de gérer les choses au mieux même si on ne lui facilite pas la tâche.

Simon lui a bien grandi mais on ressent beaucoup de colère, de ressentiment à cause de secret de famille douloureux. Il se pose énormément de question et cela apporte quelque chose de psychologique dans l’aventure. C’est assez prenant.

La bande d’amis reste très soudée malgré les aventures et les péripéties qu’ils ont traversés. J’ai trouvé que la notion d’amitié était bien mise en valeur dans ce deuxième tome. Deuxième tome sous le signe des émotions, des relations et du courage à faire face à la réalité de la situation.

J’aime beaucoup ce monde des Animalgames et de ce qu’engendre ce monde dans la tête et le corps de Simon. C’est vraiment un questionnement interne important, une quête de soi et de qui il est vraiment. Le voyage n’est pas seulement physique et géographique, le voyage est aussi psychique.

La plume d’Aimée Carter est saisissante, rafraîchissante et dynamique. J’ai beaucoup apprécié ce deuxième tome. J’ai l’impression de lire la saga qui pourrait être le nouveau Percy Jackson. C’est vraiment très intéressant. Simon Thorn est une saga qui peut plaire aux petits comme aux grands. C’est top.

J’ai apprécié découvrir ce monde intéressant. On voit l’imagination d’Aimée Carter nous dessiner un monde intéressant, divisé en région, en quartier ce que j’aime beaucoup. On a la création d’un monde imaginaire dans le monde réel. Le mélange de fiction et de réalité est assez surprenant et très intelligent.

Les + :

  • Une saga qui est très bonne.
  • Un panel de personnages que j’aime beaucoup.
  • La plume d’Aimée Carter que j’apprécie énormément.

Les – :

  • Quelques longueurs qui m’ont un peu ralenti dans ma lecture.

Ma note :

155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie

18

Dix sept ans – Ava Dellaira

51wTDmucz4L._SX195_.jpgRésumé : Nous poursuivons tous quelque chose… Dans les années 1990, pour Marilyn, c’est la liberté. À 17 ans, enfant-actrice, elle sert de complément de salaire à sa mère, mais alors que les rôles et leurs revenus se raréfient, celle-ci s’éloigne de plus en plus. Bientôt, l’adolescente n’a d’autre choix que d’emménager chez un oncle imprévisible. Mais ce coup dur est vite adouci par la rencontre de James, le voisin d’en dessous, qui lui fera découvrir qu’ensemble ils peuvent donner à leur vie morne et ennuyeuse autant de couleurs qu’ils le désirent. Aujourd’hui, pour Angie, c’est la vérité. 
À 17 ans, cette jolie métisse n’a jamais connu son père. Et sa mère, Marilyn, a toujours prétendu qu’il était mort avant même sa naissance. Mais lorsque l’adolescente se découvre un oncle inconnu, elle se demande si sa mère ne lui a pas caché plus encore. Avec pour seul compagnon Sam, son ex-petit ami, Angie se lance alors dans un road trip improbable et dangereux, quittant son Nouveau-Mexique natal pour la ville de tous les espoirs : Los Angeles. 

Mon avis : Je remercie Camille ainsi que les éditions Michel Lafon pour l’envoi de ce roman en Service Presse. J’avais déjà eu la chance de lire « Love letters to the dead » que j’avais bien apprécié à l’époque.

Ici, on change un peu d’univers même s’il y a toujours les mêmes notions qui traversent ce roman. On fait la rencontre de Marylin qui est la mère d’Angie. En effet, ces deux personnages sont les personnages principaux du roman. On alterne les points de vue dans le passé et le présent. Si le passé est pour Marylin, le présent est celui d’Angie. Cependant, le passé explique le présent et ces deux périodes sont intrinsèquement liées.

J’ai apprécié ce roman. J’ai commencé ma lecture ce matin, elle vient de se terminer. J’en profite pour écrire ma chronique parce que je pense que c’est un roman qui parlera à beaucoup de monde : adultes comme adolescents. On est tous touchés par l’histoire d’Angie et de Marylin.

Dans les années 1990, Marylin est une jeune fille qui ne veut pas faire de mal à sa mère. Sa mère a pour elle la tête une carrière toute dessinée pour sa fille : une star de cinéma. Marylin, elle, ne rêve que d’une petite vie tranquille, d’études et d’un travail qui lui apportera la stabilité. Dans sa ville de Los Angeles, elle rencontre James, avec qui elle va vivre une formidable histoire. Angie, grandit sans son père, elle aimerait savoir ce qu’il est devenu, ainsi, elle part sur ses traces. En partant à la recherche de l’histoire de son père, elle espère se trouver.

C’est un beau roman initiatique d’une jeune fille qui se cherche. En plus d’avoir une recherche, un questionnement sur soi, on a une quête identitaire qui m’a beaucoup plu.

L’intrigue est simple mais bien ficelée. La plume de l’auteure m’a plu et m’a donné envie de relire « Love Letters to the dead ». C’est vraiment plein de dynamisme, de fraîcheur. On a envie d’aller visiter les endroits où les personnages sont passés.

La relation entre Marylin et Angie est très belle. J’ai aimé cette fusion adorable et la coupure fracassante qui laisse place à la compréhension, la vérité. C’était beau, vraiment. Les chapitres sont pleins d’émotions véhiculés par les questionnements des personnages.

Le personnage de James m’a plu aussi comme celui de Sam. Ainsi, on rapproche encore plus le couple mère/fille qui vit la même histoire avec des hommes différents à des époques différentes. On voit Marylin évoluer des deux côtés. C’est assez prenant. J’avoue avoir été fière d’elle et de son parcours. Sa volonté et son courage sont vraiment beaux.

Je ne peux que conseiller ce roman Young Adult aux lecteurs qui ont apprécié son premier roman. De plus, on touche des sujets sensibles d’une belle manière. Les personnages féminins sont beaux et forts.

Les + :

  • Un couple mère/fille comme on les aime.
  • Le changement de point de vue qui donne du rythme.
  • La plume d’Ava Dellaira que j’ai apprécié retrouver.
  • Les personnages secondaires qui insufflent un air nouveau.

Les – :

  • Quelques longueurs qui m’ont un peu ralentie.

Ma note : 

155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie

14

Ceci n’est pas une banane – Céline Theeuws

téléchargement.jpgRésumé : Sixtine, fraîchement arrivée à Paris pour vivre la vie d’une vraie Parisienne, va voir son rêve se briser. Ses nouveaux collègues vont faire d’elle leur souffre-douleur. Insultes et coups-bas vont devenir son lot quotidien, un message envoyé à son corps qui va doucement fondre, jusqu’à se laisser dépérir. Ses bourreaux resteront-ils impunis ? Aura-t-elle la force de se venger ? Une chose est sûre, sa vie changera à jamais…  C’est un roman. Un roman épicé. Assaisonné de jalousie. Peint d’amertume, coloré et engagé. Avec un doigt d’humour. C’est l’histoire d’un corps qui va se désagréger face à la méchanceté. L’histoire d’une femme qui va plier sous le poids du silence. La réalité d’un corps. Une réalité dérangeante. Une histoire fondée sur des faits réels…

Mon avis : Je remercie Céline pour l’envoi de son roman en SP. J’ai eu la chance de le lire en avant première et je vous avoue que ça a été compliqué d’attendre la date ultime pour envoyer ma chronique et vous partager mon avis sur ce roman. Encore merci Céline, ta confiance est très importante pour moi : merci de m’avoir donné ma chance !

J’avais fondu pour « les douceurs d’Adrien » (je me souviens de tout : quand je l’ai lu, écrit ma chronique, bref c’était vraiment un excellent moment pour moi). Ceci n’est pas une banane certifie ce que je pensais : Céline est très talentuuuuueuse !!!! Mais quelle poésie !

Céline a réussi un exploit, en effet, lorsque j’ai lu le résumé j’ai un peu freiné mon ardeur dans le sens où lire un roman sur une quelconque forme de harcèlement, c’est assez compliqué pour moi. Ne voulant pas passer à coté de la plume de Céline, je me suis quand même laissé tenter et j’ai bien fait. Je vous avoue que j’ai été très surprise parce que j’avais sous les yeux. J’ai lu ce roman en quelques heures, impossible de décoller mes yeux des mots de Céline. C’est poignant, fort, plein de sens.

On fait la rencontre de Sixtine, une jeune femme courageuse, belle et très intelligente. A cause d’une petite réflexion, elle subit le courroux de ses collègues et sa descente aux enfers commence. J’ai vraiment beaucoup aimé le personnage de Sixtine. Malgré la pression au travail, la manipulation de ses collègues, elle s’accroche. Entre perte d’appétit, de poids, de moral, Sixtine est au plus mal et m’a fait de belles frayeurs. Cependant, j’ai adoré son courage, sa maîtrise d’elle-même, sa volonté à sortir de la tête de l’eau. Et la petite chenille devient papillon !

Ce roman est à lire, honnêtement, il est génial. Je ne pensais pas qu’après « les douceurs d’Adrien » j’aurais pu être aussi voire plus conquise mais je me suis trompée, avec « Ceci n’est pas une banane », Céline Theeuws met la barre plus haute. Si mon cœur avait fondu pour le premier, mon cœur est une flaque pour celui-ci.

Il faut souligner le fait que le sujet reste traité avec humour ce qui permet une certaine légèreté dans la lecture ce qui la rend plutôt dynamique. C’est vraiment traité avec beaucoup d’ingéniosité et mes craintes du début se sont très rapidement envolées.

Je vous avoue que j’ai eu faim tout le long de ma lecture. La manière dont Sixtine d’applique dans son travail m’a mis l’eau à la bouche. C’est vraiment une belle lecture.

Je ne peux que vous pousser à découvrir l’univers de Céline Theeuws qui s’avère être génial. La plume est belle, délicate et faite pour parler de sujets qui fâchent, les sujets délicats. Ceux-dont-on-ne-doit-pas-prononcer-le-nom. Mais comme Harry Potter, Céline n’a pas peur de les prononcer, de les pointer du doigt et de leur faire la fête !

Les + :

  • La couverture que je trouve très parlante.
  • La plume de l’auteure dont je suis amoureuse !
  • Le personnage de Sixtine que j’ai complètement adoré !

Les – :

  • Un nouveau coup de cœur pour ce merveilleux roman ! Aucun point négatif à souligner.

155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie

24

Les collisions – Joanne Richoux

CVT_Les-Collisions_8600.jpgRésumé : Gabriel et Laetitia entrent en Terminale Littéraire. Il est brumeux et arrogant. Elle est fière et sauvage. Ils s’ennuient royalement au lycée, et ils ont comme une envie de le faire payer à tout le monde. Ça tombe bien : cette année, ils étudient Les Liaisons dangereuses. Ça va leur donner des idées…

Mon avis : Je remercie les éditions Sarbacane pour l’envoi de ce service presse. En effet, j’ai déjà eu l’occasion de découvrir l’univers complètement fou de l’auteure. Ici, lorsque j’ai vu « liaisons dangereuses » j’ai foncé, il ne m’en a pas fallu plus. Je vous avoue que si je ne m’étais arrêtée que sur la couverture, je n’aurais pas forcément sauté le pas. Rien de bien méchant mais je ne suis simplement pas attirée par cette couverture.

Comme je le dis bien souvent, l’habit ne fait pas le moine, ici, on s’en rend bien compte. Après avoir surpris avec l’univers de Versailles dans notre monde d’aujourd’hui, Joanne Richoux s’inspire des liaisons dangereuses de Choderlos de Laclos pour nous faire passer un excellent moment de lecture. C’est assez particulier, j’ai du attendre un peu avant d’écrire mon avis sur cette lecture. Il y a beaucoup de sentiments et émotions qui se sont bousculés dans mon cœur et dans ma tête !

Laetitia et Gabriel sont des amis qui se sont bien trouvés. Ils entretiennent une relation trouble depuis plusieurs années. C’est assez troublant comme relation : ils sont beaux, ils savent qu’ils plaisent aux autres, ils sont séduisants… Et en jouent beaucoup pour semer le trouble dans les relations.

L’intrigue est assez simple : Gabriel et Laetitia s’ennuient durant leur dernière année de lycée. Une œuvre au programme les interpelle : Les liaisons dangereuses. Rapidement ils décident qu’ils seront Le vicomte de Valmont et la marquise de Merteuil. Ils choisissent des cibles qui deviendront les protagonistes du roman. C’est vraiment une idée formidable pour les deux adolescents : très rapidement, ils vont vite se rendre compte que tout leur échappe.

Je n’ai juste qu’une question : Où l’auteure est allée chercher une idée pareille ? Quel génie !!! J’ai vraiment adoré cette version des liaisons dangereuses moderne. EXCELLENT !

L’entrée dans le monde de Joanne RIchoux se fait dans un fracas ! En effet, je me suis retrouvée avec une plume qui ne prend pas de détour pour dire les choses, c’est cash, fracassant, on en redemande malgré le fait d’être malmené et bousculé dès le départ. J’ai trouvé cette plume à l’image des deux protagonistes principaux.

En plus d’être un roman frappant par l’intrigue et les personnages, ce qui fait la force de ce dernier tient dans la force de la plume de Joanne Richoux. Je pense qu’en effet, même s’il choque, ce roman fait merveilleusement écho aux liaisons dangereuses dans le sens où, à sa publication, le texte de Laclos a aussi fait des siennes. Je pense que le roman de Madame Richoux va faire des siennes aussi. C’est un roman que l’on aime ou que l’on déteste à mon avis. Pour ma part, c’est un véritable coup de cœur. Une petite bombe littéraire.

Les + :

  • Deux personnages forts.
  • La revisite du roman « les liaisons dangereuses » que j’adore
  • La fin qui est une claque incroyable.
  • Le tas d’émotions et de sentiments qui se bousculent encore dans mon être !

Les – :

  • Mon cœur de lectrice est comblé. COUP DE CŒUR TOTAL.

Ma note : 

155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie

 

24

Aztèques – tome 1 : Harem – Eric Costa

51xkgHMkGNL._SX195_.jpgRésumé : Roman lauréat du Salon du Livre Paris 2017 par le jury Amazon KDP.

Une jeune esclave peut-elle faire tomber un Empire ? Lorsqu’elle retrouve son village en feu et son chien éventré, Ameyal se jure d’exterminer les Aztèques qui les attaquent. Mais son courage et sa volonté ne peuvent rivaliser contre les guerriers. Elle perd tout, famille, amis, son village est détruit et elle est emportée. Rabaissée à l’état d’esclave, plongée dans un harem où les intrigues font loi, où sauver sa peau se joue derrière chaque porte, Ameyal doit faire face aux pires injustices, trahisons et humiliations. Au-delà de ces épreuves, une question s’impose : existe-t-il un cage assez grande pour retenir la fille de l’aigle .Après son recueil de nouvelles Réalités Invisibles, Eric Costa vous propose de plonger dans une saga historique sans précédent.

Mon avis : Je remercie Amélia, Virginie et Julie pour leur travail au sein du prix des auteurs inconnus. Au fil des romans, des mois, des pages, je croise le chemin de petites pépites livresques et je suis ravie de vous dire que le premier tome de la saga d’Eric Costa en fait partie ! Quel travail !!!!

Le premier point qui joue en la faveur de l’auteur c’est le fait qu’il ait choisi cette période bien trop mal connue du public. La période des Aztèques regorge de mystères. Ce sont une culture et des traditions que l’on sous estime grandement. J’ai trouvé cela très bien de mettre cette ère au premier plan. C’est une grande plongée dans un univers riche que l’auteur exploite très bien.

On fait la rencontre d’Ameyal, le personnage principal de cette histoire. Grâce à elle, on21558808_10155840743672376_432604085835244817_n est plongé dans une ambiance sauvage, pleine de dangers et j’ai adoré cela ! Ameyal est une jeune femme très dynamique, elle a un caractère de feu qui fait d’elle un personnage explosif qui m’a beaucoup plu. Elle se bat avec ferveur pour son peuple. En effet, elle a vu sa vie voler en éclat, elle a connu l’esclavage et veut retrouver sa vie, sa liberté. Le physique et le caractère d’Ameyal font d’elle un personnage peu commun.

L’intrigue est très bien ficelée et nous promet de passer un moment de lecture très intense et excellent. C’est vraiment une très belle aventure que j’ai pris plaisir à découvrir. Ma lecture ne s’est pas essoufflée. Cependant, j’avoue que les chapitres ont été un tantinet trop longs pour moi, j’aime faire des pauses (cafés, céréales, chocolats) dans mes lectures et ici, ça m’a paru long.

Autre chose que j’ai pu découvrir à travers ce roman c’est la plume d’Eric Costa. Il y a un travail en amont qui est magnifique. C’est vraiment très bon et beau à lire. Il y a la passion qui déborde des mots de l’auteur et c’est terriblement bon ! Ce qui est très surprenant, c’est le naturel avec lequel on est plongé dans l’univers des Aztèques.

Je ne peux que conseiller ce merveilleux roman aux fans du genre. C’est vraiment une belle découverte.

En bref :

Les –

  • De gros chapitres, qui ne permettent pas forcément de faire de pause dans la lecture.

Les + :

  • Un personnage principal féminin atypique.
  • L’ère aztèque mise en avant d’une manière brillante.
  • Une plume du tonnerre qui permet une immersion dans un monde incroyable. On est plongé dans un univers merveilleux, on veut tout savoir et tout découvrir autour de soi.

Ma note: 

155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie