9

Magical London de Jérôme Patalano

couve-MLRésumé : Notting Hill, douze jours avant Noël. Carl, libraire solitaire, profite des derniers instants de sa boutique avant la démolition prévue pour le soir du réveillon. Il n’a aucune idée de ce qui se joue juste sous ses pieds… Située sur une bouche des Enfers, sa librairie est l’objet de tous les désirs. Perla et son mentor Ezekiel, des agents démoniaques, sont prêts à tout pour se l’approprier. C’est sans compter sur la contre-attaque d’Archibald et de sa supérieure au paradis, Simone, tous deux agents du bien. Déterminés à contrecarrer les plans de leurs ennemis, tous les moyens seront bons pour sauver la librairie, quitte à faire appel à Marc Levy ou Taylor Swift… Mais quand l’amour s’en mêle, les plans s’affolent. Alors qui remportera la bataille ?

~ Service presse ~

Je remercie chaleureusement les éditions Alter Real pour l’envoi de ce service presse. J’ai tout de suite été attirée par cette couverture remplie de magie et de jolies couleurs. Non, je vous le promets, le monsieur en plein milieu qui marche déterminé vers moi ne m’a pas du tout interpelée… A la lecture du résumé, deux choses se sont passées pour moi : une librairie ? Un libraire en danger ? Ca, ça me plait beaucoup ! On ajoute à cela une touche de fantastique avec les Enfers et un côté décalé avec des noms comme Taylor Swift ou Marc Levy… il n’y a pas photo ! Je me devais de plonger dans ce roman.

Le 24 décembre est, pour la plupart d’entre nous, une belle journée. Le cœur est à la fête et l’envie de se retrouver entouré des personnes qu’on aime pour déballer les cadeaux est très forte. Néanmoins, on va vite se rendre compte que Carl, notre libraire et personnage principal de cette intrigue ne le vit pas comme la plupart des gens. Le 24 décembre signifie cette année pour lui la démolition de sa librairie. Un énorme coup dur et un crève-cœur d’une taille béante. Joli cadeau pour Noël. Pour la joie, on repassera. Carl résiste. Il est le seul à ne pas avoir cédé. Cette librairie est le dernier vestige de son héritage de ses parents.

Jérôme Patalano prend le cadre de Notthing Hill pour son intrigue. J’adore ce quartier que je connais très bien. C’est vraiment un de mes endroits préférés à Londres (et il n’y a pas beaucoup d’endroits que j’aime dans cette ville, c’est pour vous dire ^^). J’étais contente de retrouver un cadre connu. La véritable force de ce roman réside dans l’originalité de la mise en place de l’intrigue ainsi que la construction de cette dernière.

Le panel de personnages est vraiment intéressant. Large et varié, il y a beaucoup de personnages. J’aime le principe. Tout le monde peut s’identifier à un personnage, en apprécier certains et ne pas aimer certains autres. L’intrigue va nous proposer une thématique que l’on connaît assez bien : la lutte éternelle entre le bien et le mal. Cependant, on va vraiment travailler cette thématique de manière originale et atypique. A travers les personnages, on va avoir deux « camps » qui vont s’affronter. La librairie de Carl est sur une bouche des enfers. Les envoyés de Lucifer n’ont qu’une mission : faire céder Carl et démolir cette librairie tant convoitée. S’il se suicide par la même occasion, c’est encore mieux ! Décalée et imprévisible, cette intrigue m’a beaucoup plu.

Dans ce panel de personnages, on va trouver des rôles bien précis : Archibald, l’ange envoyé par Dieu. Sa mission est très simple, il doit veiller sur Carl et tout faire pour qu’il se sente mieux. Archibald va trouver un appui fort et fidèle à travers le personnage de Samantha. Samantha est une journaliste qui va découvrir le pot-aux-roses et tout faire pour aider Carl dans cette sauvegarde du dernier souvenir de ses parents. Samantha est un personnage que j’ai apprécié tout comme Archibald. J’ai une fâcheuse tendance à toujours apprécier les gentils. Même si les autres personnages sont aussi très sympathiques, j’avoue que ces deux-là sont mes préférés. On va vite se rendre compte que si Dieu à ses envoyés, Lucifer va aussi se régaler : il missionne Perla qui essaye de gagner sa rédemption. Une seule chose à faire pour que cela soit possible : il faut que Carl cède. Il faut le faire souffrir et le rendre dingue. Elle va être un personnage redoutable mais très bon dans son rôle de « peste ». Elle est prête à tout pour parvenir à ses fins. Juliette est l’avocate de l’histoire, clairement, elle m’a rapidement énervée. Avocate aux dents longues, c’est un personnage que je trouve très égoïste. Maintenant, elle apporte elle aussi un peu de piment à l’intrigue. Abby travaille dans une agence immobilière, elle travaille pour Perla et par extension pour Lucifer. C’est un personnage ambivalent. Elle est tiraillée entre ce qu’elle doit faire et ce qu’il faut faire. Elle est coincée entre son ambition extrême et les convenances et le respect de l’Homme. C’est très affligeant par moments. J’ai eu envie de la secouer une ou deux fois.

Tous ces personnages ont des caractères vraiment bien campés. On s’attache à eux ou pas, il y en a pour tous les goûts. Si j’ai adoré Archibald, Samantha et Carl les autres ne m’ont ni plus ni déplus. Je trouve que l’on est un peu resté en surface pour certains d’entre eux.

Ma lecture a été très agréable. Elle n’est pas un coup de cœur mais reste mémorable puisque j’ai lu ce roman il y a plusieurs semaines. C’est le signe que le roman est bon !

En définitive, j’ai apprécié le fait que l’auteur amène une belle dose d’originalité à travers son traitement de la thématique du bien et du mal. Le fait qu’une petite romance soit ajoutée au tout m’a beaucoup plu aussi. Je suis vraiment ravie d’avoir croisé le chemin de la plume de l’auteur qui est très fluide et dynamique. Je n’ai pu m’empêcher de voir quelques références à des séries que j’ai pris plaisir à découvrir et à regarder de temps lorsque la nostalgie me guette. Le panel de personnages est assez éclectique mais très intéressant.

03 bonnes raisons de lire ce roman :

  • Les références que j’ai pris plaisir à reconnaître
  • Le panel de personnages
  • L’originalité et l’atypisme de l’intrigue

4

4

L’enfant de l’aube de Fanny Lebond

téléchargementRésumé : En 1921, Hélène a un destin tout tracé de jeune fille de bonne famille. Tout change lorsqu’elle tombe amoureuse d’un jeune pilote de la base de Cazaux, en Gironde. Faisant fi des convenances et de l’opposition familiale, elle part s’installer avec lui. Elle y rencontre Anna, une jeune femme qui semble porter le poids du monde sur ses épaules. Pendant la guerre, Anna a eu un enfant avec un soldat sénégalais et l’enfant lui a été enlevé pour éviter le déshonneur et la honte. Comment sa famille aurait-elle pu accepter un bâtard, métis de surcroît ? Les Années Folles font désormais souffler un vent de modernité et Hélène est bien décidée à aider son amie en retrouvant l’enfant. Entre émancipation et secrets familiaux, cette recherche est un difficile combat. Dans cette époque qui appartient aux hommes, les deux femmes devront être prêtes à en payer le prix…

~ Service presse ~

Je remercie City Editions et Eric Poupet pour l’envoi de ce roman. Lu depuis quelque temps, il attendait sagement dans mon fichier de chroniques à établir. J’avoue que c’est un roman pour lequel j’ai pris du temps pour avoir le recul nécessaire. En effet, roman historique, j’ai plongé dans une décennie que je ne côtoie pas beaucoup en littérature (tout genre confondu).

On plonge dans les années folles. Pour ceux qui, comme moi, ont besoin d’une piqûre de rappel, la voici grâce à notre point Wiki « Après la fin du conflit (NDLR 1ère Guerre Mondiale), une génération nouvelle rêve d’un monde nouveau et proclame « Plus jamais ça ! ». On s’empresse de lui proposer de nouvelles griseries sur fond de musique. Venu des États-Unis avec les Alliés, le jazz fait son apparition mais également la danse, la radio et les sports, les industries avec les électroménagers, etc., sur fond de très forte croissance économique… ». Les années folles vont, non seulement, s’étendre au monde entier mais surtout toucher beaucoup de domaines : la culture (arts, musique…), le sport, la technologie, l’économie ou encore la politique.

Au service des émotions, ce roman est très beau. J’ai vraiment été happée par l’intrigue qui va nous propulser dans les années 1920. J’ai vraiment été surprise par cette intrigue finalement. Je pensais que l’on aurait un bagage historique plus important en termes de guerre. En effet, 1921, la première guerre mondiale résonne encore dans les oreilles des populations. Je m’attendais à autre chose, quelque chose de plus lourd. Ce fut donc une belle surprise de ce côté-là. On est vraiment dans les années folles, un vent d’indépendance, de rébellion et de liberté souffle sur nos personnages. C’est ainsi que l’on fait la rencontre de notre personnage principal : Hélène. Une jeune femme qui va suivre son cœur plutôt que la raison et des convenances sociales.

Hélène est une jeune femme issue d’une bonne famille. Elle a eu la chance de tomber dans une famille qui a su lui donner une éducation noble et qui n’a jamais eu à souffrir de la faim et du froid. Même à la sortie de cette première guerre mondiale, on sent quand même que les strates de la société ont vécu la guerre différemment. Il y a eu un effort de guerre commun à toutes et à tous mais certaines choses ne changeront jamais. Hélène a toujours été une « bonne fille » : respectueuse, intelligente, calme et généreuse. Cependant, elle a rencontré l’amour de sa vie, un pilote habitant en Gironde. L’amour avec un grand A : celui qui fait battre le cœur plus vite et qui fait perdre la tête. Hélène va tout mettre de côté pour vivre cet amour.

Dans sa nouvelle vie, Hélène va rencontrer Anna, une jeune femme dont la vie n’a pas été simple. Au contact de cette femme, Hélène va se métamorphoser et devenir elle-même. Elle va devenir Hélène la battante, celle qui se cachait derrière les convenances, derrière les tissus précieux et les richesses que sa famille possède. Terminée la petite fille naïve, bonjour la femme déterminée qui veut faire avancer les choses et qui veut aider Anna à retrouver son fils.

J’ai beaucoup apprécié cette intrigue. J’ai adoré ce que l’auteure a tissé tout au long de cette intrigue. Forte, sensible et pleine d’émotions, cette histoire va plaire à plus d’un lecteur. On a le pan historique qui prend de la place mais pas trop, on a des secrets de famille mais aussi des personnages féminins forts qui portent le roman à bout de bras. C’est vraiment très beau et fort. On va aussi avoir la thématique du racisme qui va faire surface par le biais du personnage d’Anne. Anne est tombée enceinte d’un soldat sénégalais. Il est hors de question d’avoir une fille-mère et encore moins un petit enfant métis. Camille, la mère d’Anne va tout mettre en œuvre pour abandonner cet enfant auquel Anne ne veut pas renoncer. Ainsi, au-delà de la perspective de voir des enfants de bonne famille se laisser guider par l’ère moderne qu’incarne les années folles, on va aussi avoir la génération plus ancienne se heurter aux ancestrales thématiques du racisme, de la haine et de la supériorité raciale et sociale. Ajoutons à cela un soupçon de secrets familiaux et nous voici avec un joli programme rondement mené par une plume dynamique, fluide et très jolie.

03 bonnes raisons de lire ce roman :

  • L’époque choisie. Je ne la trouve pas souvent dans mes lectures alors ça fait du bien !
  • Nos deux personnages féminins principaux : Hélène et Anne. Elles sont formidables.
  • La plume de l’auteure que j’ai trouvée très sensible

4

12

Thunder – Tome 01 de David S. Khara

51KbteHSUaL._SX347_BO1,204,203,200_Résumé : L’adolescence d’Ilya tournait autour de vacances au soleil, cours d’aïkido, d’écoles privées… et d’un père absent. Lorsque celui-ci meurt dans d’étranges conditions, le jeune russe est entraîné dans un tourbillon trouble : qui est donc cette grand-mère avec qui il doit désormais vivre, qu’il n’a jamais vue ? Alors qu’il essaie de s’intégrer et de trouver sa place dans cette nouvelle vie, lui et quatre autres élèves sont agressés par des étrangers masqués dans l’enceinte même du lycée. Conspiration ? Ennemi commun ? Assassins de son père ? Les réponses sont peut-être plus proches qu’il ne le pense…

~ Service presse ~

Je remercie chaleureusement les éditions Actu SF pour l’envoi de ce roman. J’ai pris beaucoup de plaisir à découvrir l’univers de Thunder à travers ce premier tome. J’en ai aussi profité pour découvrir la plume de David S. Khara.

On fait la rencontre d’Ilya, un jeune homme de 15 ans assez atypique. Jeune héritier riche, il voit son père décéder dans d’étranges circonstances. Il est envoyé chez sa grand-mère qu’il ne connait pas puisqu’elle était brouillée avec son fils. Il est propulsé dans un nouvel environnement : un manoir immense à Londres. Un manoir immensément vide : sa grand-mère n’est même pas présente à son arrivée. Nouvelle maison, nouvelle école… Ilya est un personnage que j’ai apprécié pour son intégrité, le fait qu’il ait les pieds sur terre et qu’il ne soit pas un énième stéréotype du petit riche friqué qui se contrefous de tout ce qui se passe autour de lui parce qu’il a papa, maman et son fric pour tout arranger.

Rapidement, l’intrigue va prendre un tour qui m’a dérangé au départ. On va retrouver Ilya et d’autres adolescents comme Angela, une jeune fille qui arbore un look « punk » et très habille pour le vol et l’évasion. On va aussi faire la rencontre de Pad par exemple et d’autres adolescents dans cette nouvelle école. Clairement : un mystère, un groupe d’adolescents aux capacités assez extraordinaires… Oui, on voit le truc arriver à des kilomètres… seulement, ce premier tome Young Adult va nous réserver beaucoup de surprises. J’ai forcément pensé à X-Men ou encore Percy Jackson lors de ma lecture de ce roman.

Je ne suis pas au point de parler de « coup de cœur » mais j’avoue que ce premier tome pose les bases et parvient à susciter mon attention.

Ce que j’ai apprécié dans ce roman, c’est le groupe de personnages qui va faire avancer l’intrigue. En revanche, il y a quand même quelques petits stéréotypes dans les caractères de certains personnages qui m’ont un peu fait lever les yeux au ciel. Après, je pense aussi que cela vient du fait que ce soit un roman YA. Les adolescents vont forcément pouvoir s’identifier à ces personnages dans l’air du temps avec des passions qu’ils apprécient eux aussi.

Je trouve que l’auteur est parvenu à faire quelque chose de très équilibré : d’un côté, on a un groupe d’adolescents en ébullition qui va essayer de découvrir les mystères de l’intrigue et de l’autre, on a la mort du père d’Ilya qui plane sur l’intrigue. C’est équilibré : entre enquête et fantastique, on s’y retrouve et on est happé par l’originalité de ces genres qui se mélangent à des thématiques plus ou moins lourdes de sens. C’est vraiment très intéressant.

Ce premier tome va poser les bases. J’avoue qu’il n’y a pas de surprise dans les révélations. La lecture est agréable et présage de bonnes choses pour le tome 02. J’ai hâte de pouvoir le lire pour connaitre et comprendre cette histoire.

En définitive, même s’il n’est pas un coup de cœur, le tome 01 de Thunder est très agréable à découvrir. La plume de l’auteur est dynamique, fluide et nous propose de nous immerger dans une ambiance vraiment intéressante. Les thématiques abordées et le mélange des genres sont très intéressants. J’ai adoré le pan mythologique de cette histoire. Roman dit young adult, il pourra plaire à de nombreux lecteurs – petits et grands. Le panel des personnages est riche et garni. Il y en a pour tous les goûts et pour tout le monde. Chacun va trouver son personnage chouchou (désolée, Ilya, c’est le mien) et celui que l’on apprécie un peu moins. Cinq jeunes, cinq « héros », cinq destins qui vont devenir étroitement liés. Dans un monde où les choses sont très semblables au notre, nous allons de découvertes en découvertes. Ce premier tome est très intéressant et pose les choses correctement. Vivement la suite !

03 bonnes raisons de lire ce premier tome :

  • L’originalité du mélange des genres
  • Un panel de personnages riche
  • La plume de l’auteur

3.5

14

Point de fuite de Pauline Giovanolla

41iolBixOJL

Résumé : Qui n’a jamais ressenti le besoin de s’échapper un peu du quotidien ? Modèle d’organisation et maman multitâche, Valentine est assistante dentaire et mère d’une petite fille de six ans. Son mari voyage beaucoup pour le travail, ce qui n’empêche pas la jeune femme de mener de front sa vie familiale et professionnelle avec succès. Du moins le croit-elle… Quand la petite Livia intègre l’école primaire, elle s’éloigne progressivement de sa mère. Le vide que cela crée dans la vie de Valentine est le premier grain de sable dans les rouages d’une existence qu’elle croyait fonctionner parfaitement. Parallèlement, elle fait la connaissance d’Alban, un résident de la maison de retraite voisine. Au fil de ses visites, elle se lie d’amitié avec le vieil homme et, grâce aux récits passionnants de ce dernier, elle entre dans un autre univers. Mais Alban est-il vraiment celui qu’il prétend être ? Quel est le mystère qui se dégage de cet individu si prévenant ? À travers l’histoire de Valentine, Point de fuite évoque la difficulté et le stress que représente le fait d’être parent, à une époque et dans une société où l’on incite les individus à être disponibles, productifs et compétents à tous les niveaux.

~ Service presse ~

Je remercie chaleureusement Pauline Giovanolla pour sa confiance renouvelée. J’ai eu un véritable coup de cœur pour son premier roman. Pauline Giovanolla signe quelque chose de différent avec Point de fuite. On s’ancre dans une nouvelle vie, la vie de Valentine, une vie propice aux changements et aux difficultés. Une nouvelle vie qui propose la relation d’une mère et d’une fille, d’une mère qui voit sa petite fille grandir et changer. Terminée le stade de la petite fille, bonjour la jeune fille qui va à l’école, qui aime suivre les tendances et qui va se rebiffer un peu.

Cette lecture n’est pas un coup de cœur bien que j’ai retrouvé cette plume que j’ai tant appréciée à la lecture de ma découverte de l’univers de l’auteure. Même si ce n’est pas un coup de cœur, vous pouvez ranger vos armes, elle reste très plaisante, très agréable à lire et très crédible.

Valentine est une mère et une épouse. Son mari est absent pour cause professionnelle. Elle se retrouve très souvent seule avec sa fille Livia. Livia va rentrer à l’école primaire, ça y est : bébé Livia n’est plus. Bonjour la jeune fille avec tout le package qui va avec ! Valentine va voir sa fille changer et la relation qu’elle a avec elle aussi. A un moment où elle va se sentir délaissée et désemparée par la situation, Valentine va faire la rencontre d’Alban, un vieil homme qui va lui ouvrir les yeux. Valentine possède une gentillesse sans limite et un cœur pur. Lorsque le fils d’Alban va lui dire de se méfier de son père, elle ne va pas comprendre comment Alban peut être vu de cette manière. Une seule phrase va tout remettre en question dans l’esprit de Valentine, une nouvelle fois.

Valentine a l’habitude d’organiser, de planifier et de gérer les choses. Cependant, la vie va lui réserver quelques bonnes et mauvaises surprises. Je trouve que cela est très juste. Il est rare que tout soit tout rose ou tout noir pour nous. La réalité est tout autre. Je trouve vraiment intéressant la manière dont l’auteure traite les thématiques qu’elle aborde dans son livre. En effet, je trouve que Pauline Giovanolla parle de ces changements avec beaucoup de justesse. Les relations sont traitées avec beaucoup d’importance. Les personnages sont bien tissés, les psychologies sont détaillées et permettent aux lecteurs de s’immerger dans une histoire très crédible mais aussi de s’attacher aux personnages très rapidement.

Même si je ne partage pas la vie de Valentine (oui, je n’ai pas encore la chance d’être mère ni épouse), je me suis reconnue dans cette idée de voir sa vie basculer d’un coup et toutes les incertitudes partir en fumée très rapidement. On se rend compte que l’on bâtit sa vie comme un château de cartes et qu’il est fort probable que ce dernier soit ébranlé par des rafales de vent plus ou moins fortes.

Cette intrigue hautement intéressante et sublimée par les jolis mots de Pauline Giovanolla. La plume est pensée, réfléchie et riche. Personnellement, je n’ai pas trouvé de longueurs dans ce texte. J’ai trouvé que l’auteure mettait un sacré coup de pied à tous ces clichés de « femme au foyer » à travers son roman. De plus, on ne nous bassine pas une nouvelle fois avec une relation intergénérationnelle et une quête initiatique. Je trouve que l’auteure balaye d’un revers de la main tout ce que l’on pouvait attendre. C’est très bien ! Ce n’est pas mon roman préféré de l’auteure mais il mérite amplement d’être lu et reconnu par un lectorat. Je suis certaine que cela arrivera !

03 bonnes raisons de lire ce roman :

  • Le plaisir de (re)trouver la plume de l’auteure ♥
  • Le panel de personnages très bien travaillé
  • La crédibilité de l’intrigue

4

11

Origines – Tome 01 : le dernier oracle

81Ug0zNhx4LRésumé : A 29 ans, Johanne a une mémoire hors norme et un odorat d’une extrême sensibilité. Elle est enceinte de son premier enfant et tout serait parfait si Hadrien, le futur papa, n’était pas un jeune homme trop immature pour faire face à ses responsabilités. Hadrien est parti. S’ajoute à cela l’intrusion dans sa vie d’un mystérieux personnage. Elle voit à travers son regard tandis qu’il la fait entrer dans une nouvelle réalité. Un voyage qui va lui permettre de comprendre les plus grands mystères de l’existence et plus encore, que rien dans sa vie à elle n’est le fruit du hasard. Et si son bébé était l’enjeu d’une rivalité olympienne ?

~ Service presse ~

Je remercie chaleureusement Agnès Rabotin pour l’envoi de son roman, sa gentillesse et son incroyable patience. J’ai dévoré ce premier tome symbole d’une impatience certaine d’avoir la suite entre les mains.

Nous faisons la rencontre de Johanne, une jeune femme de 29 ans que j’ai beaucoup appréciée. Johanne est une personne à qui on accorde de l’importance  tout de suite ! Elle est gentille et attachante. Johanne est un personnage qui possède deux capacités incroyables : une mémoire qui ne lui fait pas défaut ainsi qu’un odorat très développé. Johanne porte son premier enfant. Elle est seule puisque Hadrien, l’homme qui partageait sa vie est parti. Il fait preuve d’une lâcheté sans épreuve et reste très immature. Johanne en ressort encore plus forte à cause du départ d’Hadrien qui décide de partir sur les traces de ses origines, à Athènes.

L’intrigue nous propose d’avoir un texte entre réalité et mythologie. On va mélanger le réel à la mythologie grecque. On va se retrouver avec des personnages qui ne nous sont pas inconnus : Apollon, Hermes et bien d’autres encore. C’est vraiment une intrigue passionnante. J’avoue qu’au début, j’ai été un peu déstabilisée. En effet, le style est assez percutant. J’ai mis une bonne cinquantaine de pages à entrer dans l’intrigue. Il faut le temps que l’intrigue se mette en place. En effet, même si le début est un peu lent et déroutant, il est nécessaire.

Ce qui a été assez perturbant pour moi, c’est le fait que a construction narrative nous propose une alternance des points de vue entre Johanne et Hadrien. Si j’ai su m’attacher au personnage de Johanne, Hadrien est resté un peu à part. J’avoue que je n’ai pas su me faire d’avis sur ce personnage que ce soit en bien ou en mal. J’ai trouvé qu’on n’en savait pas assez sur le passé de ces deux personnages. C’est vraiment la seule chose que je peux reprocher à ce roman.

L’auteure, avec sa plume équilibrée, nous embarque dans son premier tome avec un dynamisme déconcertant. La romance est présente sans être dégoulinante, le fantastique a aussi sa place mais nous propose une intrigue qui tient debout. De plus, l’intrigue nous propose de faire la découverte d’un panel de personnages riches. Tout le monde y trouve son compte. C’est ce qui me plait énormément : on aime certains, on tique sur d’autres. Le lecteur a le choix et cela fait du bien ! Je trouve que le suspens est très bien maitrisé : on a envie de savoir la suite. La première partie est éclairée par la deuxième. Tout est lié et j’ai aimé la manière dont cela est amené dans ce premier tome.

La manière dont Agnès Rabotin amène les thématiques dans ce premier tome est vraiment intéressante. Même si ce roman a une visée clairement fantastique, l’auteure parvient à l’ancrer dans le réel avec des thématiques qui nous permettent de garder les pieds sur terre. L’auteure rend le tout crédible en nous proposant de traverser cette histoire avec Johanne que j’ai grandement appréciée.

Agnès Rabotin connait son sujet cela ne fait aucun doute. Le bagage culturel est impressionnant et le lecteur se sent tout de suite en confiance par rapport à cela. En effet, dès que je comprends que l’auteur, de manière générale, touche un sujet qu’il connait, cela me plait beaucoup. J’apprends de nouvelles choses et me réapproprie certaines que j’avais oubliées.

Bravo à l’auteure pour ce premier tome juste, équilibré et qui ne prend pas le lecteur de haut avec une culture inatteignable. C’est juste. Malgré un départ un peu long (mais nécessaire), je n’ai rien à redire sur ce superbe premier tome !

Je conseille cette trilogie (oui, le reste est attendu de pied ferme) à tous les lecteurs férus de mythologie grecque et d’originalité. Sans oublier cette formidable plume.

03 bonnes raisons de lire ce premier tome :

  • Le panel de personnages large qui permet au lecteur de se plaire au milieu de tous ces personnages.
  • La plume de l’auteure que j’ai adorée et le bagage culturel de l’auteure
  • La présence de différentes thématiques très bien amenées ainsi que la mythologie grecque.

4.5

9

Nocturne de Charles Sheehan-Miles et Andrea Randall

xcover-6798Résumé : Un nouveau récit d’amour interdit et de seconde chance par les auteurs des best-sellers In the Stillness et The Last Hour. — Que me demandes-tu là ? fit-elle en pleurant. — Je veux que tu aies une liaison avec moi. Les paroles résonnèrent dans la pièce et le silence régna soudainement tout autour de nous. Elle me fixa du regard, la lèvre inférieure légèrement tremblante. Savannah Marshall est une flûtiste de talent et fille de la noblesse musicale lorsqu’elle s’inscrit au prestigieux Conservatoire de musique de Nouvelle-Angleterre. Brillante, éclectique et passionnée, elle vit pour la musique, mais peine à former des projets d’avenir. Gregory Fitzgerald est l’un des violoncellistes les plus réputés de sa génération. Membre de l’Orchestre symphonique de Boston et professeur au Conservatoire, il est rivé sur sa carrière au détriment de ses amis, de sa famille et surtout de l’amour. Lorsque les chemins de Gregory et Savannah se croisent en classe, ils risquent de remettre en question bien plus que leurs conceptions diamétralement opposées de la musique. Amitiés, éthiques et carrières sont en jeu tandis que Gregory et Savannah jouent une symphonie mêlée de passion et de chagrin. Dans le dernier mouvement, Gregory et Savannah sont confrontés à leur plus grand défi et à la menace de perdre tout ce qu’ils ont jusqu’à présent considéré comme vrai.

~ Service presse ~

J’ai eu la chance de lire ce roman via la plateforme SimPlement. Je remercie chaleureusement l’équipe pour l’acceptation de ma demande.

Nocturne est un roman qui m’a tout de suite tapée dans l’œil : en effet, j’ai été attirée par la couverture instantanément. J’aime le jeu des couleurs, le mystère qui émane de la couverture. Bref, c’était déjà un énorme point positif pour moi.

Nocturne c’est l’histoire d’une romance « interdite ». Je mets le terme entre guillemets parce que cette romance ne me choque pas : effectivement, on parle d’une relation entre une élève et son professeur de son école de musique mais franchement, vu que les deux protagonistes sont majeurs, je n’ai pas du tout été choquée par la relation en elle-même. Effectivement, on trouve moins ambigu comme relation mais bon… Pas de quoi fouetter un chat non plus.

On fait la rencontre de Savannah Marshall, une jeune femme belle, drôle, intelligente et terriblement douée. Elle a la musique dans le sang, fille d’une célèbre chanteuse d’opéra, elle semble suivre le chemin de sa mère sur la voie du succès. Elle va tout de suite taper dans l’œil de son professeur Gregory Fitzgerald pour son talent et sa manière d’être. Au-delà du fait d’être magnifique et de ne pas forcément le montrer à tout le monde, Savannah est une talentueuse flutiste. Pour un célèbre violoncelliste, il ne fait aucun doute que son avenir dans la musique est tout tracé.

Grégory et Savannah nous propose un duo fort et électrisant. Ils sont aux antipodes l’un de l’autre. La seule chose qui les réunisse, c’est la musique. Grégory, un homme qui vit pour la musique, Savannah, une jeune femme qui sait que la vie ne se résume pas seulement à la manière de jouer mais aussi à la façon de ressentir les choses… Ca promet de belles étincelles.

J’ai beaucoup apprécié ma lecture, franchement, après une grosse panne de lecture, j’ai plongé dans un univers qui me parle puisque j’adore la musique et la romance. C’était forcément une intrigue faite pour moi. Cependant, j’ai quand même eu certains moments de flottement. Savannah entre dans une célèbre école de musique où elle retrouve Nathan, son meilleur ami. C’est là que, pour moi, tout n’a pas été rose. Si j’apprécie les amitiés fortes, j’ai eu encore de mettre des claques à Nathan très rapidement. Même si on comprend rapidement que les attentes de Savannah ne sont pas les mêmes que les siennes, je n’ai pas forcément adhéré à toutes ses réactions et réflexions. Surprotecteur, culpabilisant et un peu égoïste, j’ai trouvé son attitude vis-à-vis de Savannah limite limite à plus d’une reprise. Personnellement, si un de mes amis se comporte comme ça avec moi, rapidement cela va dégénérer. Je salue donc la patience de Sainte Savannah.

« Sainte » n’est certainement pas le terme approprié pour Savannah. Mon dieu quel caractère ! Quel tempérament de feu. J’ai eu, avec elle aussi, quelques moments de flottement. Elle est impulsive et explosive. Je ne sais pas si on peut parler de comportement de diva mais on n’en est pas loin de temps en temps. Savannah est une personne qui a la tête sur les épaules et qui comprend toute l’implication dont elle va devoir faire preuve dans ce milieu. Elle est très humaine et à l’écoute mais lorsque des sujets la touche de trop près, elle explose en plein vol. Les deux relations qu’elle a avec Nathan et Gregory sont compliquées et des sujets sensibles.

Dans l’ensemble, j’ai apprécié Grégory et Savannah : ces deux personnes portent cette romance à bout de bras et le font bien. J’ai trouvé que les auteurs avaient de belles idées. La plume est délicate et détaillée. C’est vraiment une lecture agréable qui se fait très facilement. J’ai apprécié le fait que l’on soit sur deux temporalités. En effet, dans la première partie du roman, on se retrouve à vivre dans cette école de musique avec Savannah, Nathan et les autres personnages mais la deuxième partie du roman nous propose de passer quelques années et de retrouver nos personnages une fois leur carrière débutée.

La manière dont les auteurs amènent la musique au cœur de l’intrigue est aussi intéressante. Plus d’une fois, le lecteur assiste à des découvertes musicales intéressantes et des moments d’émotions très troublants. J’aime beaucoup cela.

En définitive, j’ai adoré ma lecture. Elle n’est pas parfaite, c’est certain mais elle me reste en mémoire et c’est ce qui m’importe le plus. Elle se dégage d’autres romances traitant des mêmes thématiques et c’est très beau. Les plumes sont dynamiques, les auteurs trouvent les mots pour capter le lecteur très facilement.

03 bonnes raisons de lire ce roman :

  • Un panel de personnages intéressant bien que de temps en temps un brin agaçant
  • Une plume très entrainante
  • La thématique de la musique très bien traitée

4

14

L’invitation à la valse et intempéries de Rosamond Lehmann

Tome 01 : La relecture aujourd’hui de l’invitation à la valse, outre la parenté de son auteur avec le Valéry Larbaud d’Enfantines qu’elle explique, révèle assez bien le parfum de scandale qui entoura Rosamond Lehmann dans les lettres anglaises. Car l’érotisme voilé de ce roman – qui ne déparerait pas une oeuvre de Nabokov – emporte le lecteur dans un tourbillon d’humour et de sensualité qui ne finira jamais de tourner aussi longtemps qu’il y aura des jeunes filles en fleurs et qu’on se souciera de ce sentiment bien mystérieux et souvent pervers qu’on appelle l’amour.

Tome 02 : On retrouve ici Olivia, l’héroïne de l’Invitation à la valse : elle a vieilli, s’est mariée. A nouveau son chemin croise celui du séduisant Rollo. Vont-ils céder à leur commune passion ? Dans l’état intermédiaire qui sépare le vert paradis de l’enfance de l’âge de raison, l’invitation à l’amour sera cette fois plus grave, presque dramatique. Rosamond Lehmann, au sommet de son art, dépeint les bonheurs et les souffrances du cœur avec autant d’acuité que de tendresse : on ne saurait se passer de la lire.

~ Services presse ~

Je remercie chaleureusement les éditions Belfond pour l’envoi de ces deux romans. Je suis toujours ravie de pouvoir me plonger dans les classiques de la littérature. J’aime beaucoup la collection « vintage » de chez Belfond qui me permet de plonger dans des classiques dont je ne connaissais même pas le titre.

Nous faisons la rencontre d’Olivia. Une jeune fille de 17 ans qui fait partie de la petite bourgeoisie anglaise des années 1920. 100 ans nous séparent du siècle dans lequel on plonge. 100 ans… Ce n’est pas non plus très loin de nous et pourtant… Grâce à la plume de Rosamond Lehmann, nous allons redécouvrir tout un pan de cette bourgeoisie anglaise. La fin de la première guerre mondiale n’est pas si loin, elle laisse encore beaucoup de trace sur la société de manière générale.

A travers le regard d’Olivia, nous allons mettre découvrir ce passage à la vie adulte. Ce plongeon dans la cour des grands. Les premiers émois, les premiers bals… Mais nous allons aussi avoir un aperçu de la fresque sociale de l’époque. Olivia est un personnage avec qui on grandit : on la voit jeune, naïve et insouciante. Elle ne sait pas grand-chose de la vie ni comment faire pour avancer. Ensemble, nous allons avancer dans sa vie, dans les années, dans la société.

100 ans, cela peut paraitre long, cependant Olivia est une jeune fille qui traverse comme de nombreuses filles avant et après elle une période pleine d’interrogations et de doute. Elle espère le meilleur pour sa vie et éviter les déboires et les malheurs. Ayant pour but le bal de lord et lady Spencer, Olivia va vite se rendre compte que l’un ne va pas sans l’autre : avec l’excitation, le bonheur et la joie on trouve aussi l’angoisse, l’attente, les peurs…

Kate, la sœur d’Olivia va lui permettre aussi de garder les pieds sur terre. Tant bien que mal, la discrète Kate va essayer de canaliser les attentes et les espoirs de sa sœur. Symbole du début de la vie d’adulte, le bal est l’élément central de ce premier tome va mettre en scène ce début de vie d’adulte avec tout ce qu’il engendre.

C’est un roman qui a traversé les décennies. En effet, je ne sais pas si tout le monde va pouvoir s’épanouir dans cette intrigue très britannique, un peu « poussiéreuse » mais personnellement j’adore. Etant férue de romance historique, j’avoue que je n’ai pas été dépaysée. Je suis persuadée que les lectrices et lecteurs ayant apprécié les ambiances à la Julia Quinn ou Lisa Kleypas, vont adorer ici ce classique qui mériterait d’avoir un lectorat plus important. En toile de fond, nous avons toujours ces questionnements chers à l’époque : la condition de la femme mais aussi les différences entre les strates de la société. En toile de fond, nous avons la période difficile de l’après-guerre. Cette guerre qui a ravagé les paysages mais aussi les mentalités, les familles et les trains de vie.

Dans le second tome, on retrouve nos personnages dix ans après le premier tome. Tout a changé. Ce deuxième tome marque de grands changements : sa famille et ses relations du premier tome sont passées au second plan, on a du renouveau dans les personnages. 10 ans séparent les deux tomes : tout le monde change et traverse des épreuves. Les désillusions sur la vie sont monnaie courante. On va suivre Olivia dans sa vie d’adulte. Je trouve que l’évolution des personnages va de pair avec l’évolution des thématiques : si dans le premier tome on se souciait plus du passage à l’âge adulte et à l’image d’une jeune fille qui fait son entrée dans le monde, dans le second tome on va plutôt s’attarder sur les désillusions de la vie ainsi que sur l’adultère et l’attirance physique. Le tout dans la sobriété et l’élégance.

De manière générale, la lecture de ces deux tomes est assez agréable. Je n’ai pas adhéré à tout. En effet, certains personnages ne m’ont pas plu. C’est incroyable comme c’est difficile de parler d’un deuxième tome sans dévoiler l’intrigue des deux tomes. Je passe rapidement dessus pour ne pas vous gâcher la surprise. Il faut aussi souligner que le style de l’auteure est assez particulier. Effectivement, j’ai eu du mal à apprivoiser les personnages de manière générale.

03 bonnes raisons de lire ces deux tomes :

  • L’évolution des personnages et des thématiques
  • L’ambiance et le décor de cette intrigue
  • La manière dont les années passent et dont l’auteure traite cette thématique.

3.5

22

Bilan mensuel janvier 2021

house-54585_1920 (1)

Salut tout le monde ! On est le 15 et je n’ai toujours pas fait mon bilan. La faute à ma paresse, à mon manque d’envie et à ce tourbillon qu’est ma vie… Rien de bien grave mais je pense que c’est une accumulation de beaucoup de choses : la fatigue liée au COVID et au travail qui me pousse à travailler beaucoup. Mon mariage se fera en deux temps : avril et septembre. C’est encore une fois bouleverser les plans et ne pas pouvoir faire comme on le souhaite… Tout cela pèse et fait que j’ai beaucoup lu mais pas beaucoup chroniqué : j’ai vu mes amis, j’ai partagé du temps avec mon amoureux, ma famille. J’ai aussi mis les choses au clair dans ma vie de manière générale. Je reviens doucement mais surement… Je remercie les ME et les auteurs pour leur patience. Je travaille sur beaucoup de chroniques pour cette fin du mois de février. 
——————————————————————————————-
Bilan Livresque
——————————————————————————————-
Services presse et Comités
Lectures détente 
Un peu en deçà de ce que j’ai l’habitude de lire mais j’ai quand même un joli bilan de 16 livres lus dont 3 lectures personnelles, ça fait plaisir ! 
——————————————————————————————-
Les 03 meilleures lectures du mois…
——————————————————————————————-
——————————————————————————————-
J’attendais plus de… 
——————————————————————————————-
(avant qu’on vienne hurler au scandale, ce classement est personnel. Je croise les doigts pour que ces romans qui ne m’ont pas fait décoller le feront chez d’autres lecteurs)
——————————————————————————————-
On s’est aussi retrouvé pour …
——————————————————————————————-

mailbox-507594_1920-12223 

 

On se retrouve très vite pour le bilan de février

9

Snow flake dream de Nolwenn Nedelec

Snow-Flake-DreamRésumé : Léna a un rêve : fêter Noël sous la neige. Difficile à réaliser quand on vit sur les terres arides du Togo. Depuis le décès de ses parents, elle a repris le centre Eden qu’ils ont fondé pour venir en aide aux enfants, et elle se bat pour le maintenir à flot. Stéphane n’a plus qu’un but : rendre sa fille Mya heureuse. Pour faire le deuil de sa femme partie trop tôt, il fuit New York pour un tour du monde avec sa fille. Il n’attend plus rien de la vie, mais son escale au Togo pourrait bien tout remettre en question. Stéphane se noie dans sa douleur, Léna se perd dans sa mission. Mais quand on croit que tout est fini, la vie recommence… Et pas forcément là où on l’attend… Deux âmes seules qui luttent pour survivre, deux âmes généreuses qui s’oublient pour le bonheur des autres. Une histoire très émouvante qui vous fera croire en la magie de Noël.

~ Service presse ~

Qu’on se le dise : j’ai dû sortir mes bottes de neige et prier le bon dieu pour qu’un gamin ne me balance pas une boule de neige dans la figure. L’hiver est bel et bien là. Quel meilleur moment que celui-ci pour vous parler de Snow flake dream ? Je remercie donc chaleureusement Alter Real pour l’envoi de ce roman ainsi que Nolwenn Nedelec pour le joli moment qu’elle m’a fait passer en compagnie de Léna et de Stéphane.

Ce roman fait voyager : autant au cœur des plus profonds secrets de nos personnages mais aussi de manière géographique : l’intrigue nous propose de découvrir un pays que l’on ne retrouve pas forcément souvent dans les livres : le Togo. Cette idée m’a clairement plu dès le départ ! J’adore ce dépaysement ! 

Au-delà du dépaysement, j’ai beaucoup apprécié en apprendre plus sur ce fabuleux pays ! A travers ses mots, Nolween Nedelec parvient à nous décrire des endroits magnifiques. C’est vraiment une très bonne idée de mettre en avant les us et coutumes de ce pays. Les traditions sont belles, expliquées et très bien amenées dans ce roman. Nous n’avons pas l’impression de lire un guide touristique ou un roman sur l’histoire du Togo.

Si j’ai apprécié découvrir le pays en lui-même, je ne suis pas en reste par rapport à la romance. Quelle belle histoire. C’est magnifique. On fait, d’un côté, la rencontre de Léna. Une jeune femme de trente ans qui a passé toute sa vie au Togo grâce à ses parents qui ont quitté leur pays d’origine pour aller faire leur vie en Afrique. Ils ont créé Eden : un centre de vacances qui permet aux enfants de se rencontrer et de passer du temps ensemble. Léna est un personnage que j’ai beaucoup apprécié pour sa douceur, sa gentillesse et sa volonté à toujours donner le meilleur d’elle-même pour apprendre aux enfants le plus possible. Trentenaire professeur, Léna est très compréhensive et appréciée de tous. D’un autre côté, on fait la rencontre de Stéphane et de Mya : un père et une fille qui cherchent à se reconstruire après le décès de la femme de Stéphane et donc, par extension, de la maman de Mya. Ils fuient New-York et leur tristesse. Ils fuient dans l’espoir de trouver quelque chose de beau à travers leur tour du monde. Ce sont trois personnages très attachants. Grâce aux mots de l’auteure, on s’attache très facilement aux personnages. Que ce soit Léna, Mya ou Stéphane, on a envie de les prendre sous notre aile.

La couverture peut quand même porter à confusion pour les lectrices et lecteurs qui, comme moi, ne lisent pas forcément les résumés et s’attardent plutôt sur le titre et la couverture. Je pensais tomber sur une romance d’hiver avec des chocolats chauds, des cadeaux sous le sapin et une romance sous la neige. Seulement, on n’est pas forcément dans ce schéma là. La neige est bien présente, seulement, elle représente le rêve le plus cher et le plus vieux de Léna. Elle a toujours voulu fêter un Noël sous la neige. Seulement, vivant au Togo depuis ses 3 ans… alors pour la neige, c’est un peu compliqué.

La rencontre entre Léna et Stéphane est magique. C’est un coup de foudre qui propose une première rencontre pleine d’électricité. De manière générale, les émotions sont au rendez-vous, on vit de sacrés ascenseurs émotionnels mais tout est fait dans l’équilibre et la mesure. C’est très agréable. Cette lecture est très abordable et se lit très facilement. L’auteure sait manier la langue et les mots. C’est très prenant. L’auteure utilise, de manière subtile, les flash back : on en apprend plus sur Léna et sur sa vie. On fait la rencontre de ses parents et de ses relations amicales. A travers les souvenirs de Léna, on fait la découverte de cette vie qui peut être très différente de la nôtre. Le choc des culture est très bien gérer et ne mène pas le lecteur à une certaine incompréhension : l’auteure pose tous les éléments pour que le lecteur se sente bien dans la lecture.

En définitive, je recommande cette romance qui fait du bien ! Elle est belle, douce et réconfortante. C’est une très jolie découverte des us et coutumes ainsi que les traditions du Togo.

03 bonnes raisons de lire ce roman :
  • Le travail des personnages : ils sont fins et sacrément bien dessinés. On les adore tous !
  • La romance très belle et délicate. On est dans un schéma qui fait du bien en cette période
  • La culture du Togo. J’ai adoré voyager avec cette lecture.

Encore merci aux éditions Alter Real pour l’envoi de ce roman =)

4

20

La chasse aux cristaux – Tome 01 : l’anneau du naufragé d’Alicia Alvarez

la_chasse_aux_cristaux_tome_1_l_anneau_du_naufrage-1409983-264-432Résumé : Chase Hawkins se retrouve engagé pour un cambriolage ordinaire. Son objectif, moyennant une somme rondelette : s’emparer d’un anneau de valeur. Poursuivi par la police au gré des allées d’Oxford Street, il percute un mur après avoir perdu le contrôle de sa moto. Au lieu de connaître une fin tragique, il se réveille sur une plage, taquiné par un crabe qui parle. Ce qu’il ne sait pas encore, c’est que ce rivage appartient à l’une des nombreuses îles de Nyár, un des six Mondes parallèles à la Terre. Chase aurait pu y atterrir n’importe quand, mais l’y voilà au pire moment… La Chasse aux Cristaux est engagée ! Qui rassemblera ces douze artefacts, symbole des familles ducales, et raflera la couronne ?

~ Service presse ~

Je remercie chaleureusement les éditions Crin de Chimère pour l’envoi de ce roman. Le travail d’Alicia Alvarez pour le texte mélangé au travail de Tiphs pour les illustrations me tentait beaucoup. J’ai rencontré la plume d’Alicia Alvarez grâce à son roman Jazz dream and  pinch of human publié chez les éditions Nutty sheep.

Le résumé m’a beaucoup tentée. Il avait tout pour me plaire. J’ai beaucoup apprécié la manière dont l’auteure a amené les choses. En effet, Alicia Alvarez, en un tour de bras, va nous transporter dans son monde. Avec Chase Hawkins, nous allons faire une expérience dingue : se prendre un mur en pleine figure et ne pas mourir mais plutôt arriver sur une plage, dans un monde parallèle à la Terre telle que nous la connaissons.

A cause d’un anneau magique, il se retrouve sur une plage où il va vite faire la rencontre de Honra et de Rusty, un crabe qui vaut le détour. Rapidement mis au parfum, il comprend qu’il se passe quelque chose d’important. La chasse aux cristaux est là et les concurrents déterminés à la gagner. Une aventure périlleuse et pleine de rebondissements d’ouvre aux lecteurs pour leur plus grand bonheur.

J’ai passé un moment de lecture agréable. Je ne vais pas jusqu’au coup de cœur mais qu’on se le dise : la plume d’Alicia Alvarez permet de se propulser dans un univers fantastique très rapidement et avec une facilité déconcertante. Les mots sont précis, soignés, pensés. C’est une plume qui peut plaire à un large panel de lecteurs.

Le point fort de ce premier tome est, pour moi, la construction des personnages. Je les ai trouvés complets. En effet, Chase est notre personnage principal, on va commencer à découvrir l’intrigue avec lui et on s’y attache très facilement. C’est déconcertant. Je trouve que le caractère est développé aussi soigneusement que la psychologie et le physique des personnages. C’est très important pour une lectrice comme moi qui vit l’intrigue à travers ses personnages. Certains s’attachent à l’action, d’autres à la plume et d’autres encore à l’intrigue. Si ces éléments peuvent jouer sur ma note finale, le plus important reste pour moi les personnages et la place qu’ils prennent dans l’intrigue. De plus, je trouve qu’Alicia Alvarez utilise intelligemment ses personnages et leur propose une réelle place dans cette intrigue. Personne n’est là pour jouer le rôle de la plante verte, c’est très intéressant.

Comme je le dis précédemment, j’ai beaucoup apprécié Chase. Il en va de même pour Rusty le crabe qui vient ajouter une petite dose d’humour et de légèreté dans cette intrigue qui peut parfois avoir des moments de tension.

La construction de l’intrigue est très agréable à découvrir. C’est une narration externe qui va permettre de s’intéresser à plusieurs personnages. Je ne suis pas forcément très fan de ce système même si j’en rencontre énormément dans mes lectures. Je préfère restée focalisée sur un personnage et éviter les redondances qu’amène l’alternance des points de vue. Mais je trouve qu’ici, ça fonctionne bien. Alicia Alvarez prend le parti de cette alternance et c’est tout à son honneur cela permet aussi d’animer un peu plus ses personnages déjà entiers! Cela fonctionne bien, elle n’a fait aucune erreur et cela apporte un réel dynamisme à l’œuvre. Il y a aussi la taille des chapitres qui vient dynamiser l’intrigue : ils sont courts mais efficaces.

L’auteure parvient à trouver le bon équilibre pour attiser la curiosité du lecteur et ne pas rendre le tout trop lourd. Ainsi, on va apprendre, chapitre après chapitre les histoires de chaque personnages. C’est juste assez précis pour qu’on s’attache aux personnages. Ni trop, ni trop peu.

De nombreuses thématiques permettent aux lecteurs de s’identifier à un personnage. En effet, on va retrouver, de manière générale, la thématique familiale dans le sens large du terme : les problèmes qu’elle engendre par la pression qu’elle inflige ou son absence par exemple. On va avoir aussi une thématique sur les relations en tout genre ; amicales, amoureuses ou encore familiales. L’auteure prend le parti de traiter des thématiques que l’on rencontre partout mais elle y apporte de l’originalité et cela ne me dérange pas du tout d’avoir.

Maintenant, il me faut vous prévenir. Ce roman est un roman de 500 pages environ. Il est dense pas forcément par le nombre de pages mais par toutes les informations qui fourmillent dans ce premier tome. Il est vrai qu’un premier tome n’est jamais facile : il faut poser le cadre, le décor mais aussi l’intrigue et commencer à tisser les relations entre les personnages. J’ai peut-être eu un peu trop d’informations. Quand je parle de dynamisme dans l’intrigue, il est là du début à la fin, le lecteur n’a, à aucun moment, à souffrir d’une quelconque lenteur. Cela est certain. C’est à l’image de l’auteure : vivant, frais, pétillant. Mais il est vrai que les informations sont nombreuses et l’intrigue très dynamique.

En définitive, j’ai apprécié découvrir le premier tome de la chasse aux cristaux. Il est porté par des personnages forts dont j’ai beaucoup apprécié la diversité. La plume de l’auteure permet une réelle évasion et l’intrigue est forte. J’ai apprécié découvrir le personnage de Chase et celui d’Honra qui vont nous permettre d’avoir une vision sur un univers incroyable et riche. L’auteure y met tout son cœur et cela se voit. En effet, on se retrouve avec de très belles descriptions et une intrigue qui ne manque pas de dynamisme. Bravo pour ce premier tome qui est une réussite.

03 bonnes raisons de lire ce premier tome :

  • Le travail autour des personnages. J’aime beaucoup cet aspect de l’histoire
  • Un univers riche et travaillé : une immersion très sympathique !
  • Une intrigue riche et dynamique qui permet une chasse intéressante et prenante

4

17

Mes réceptions #24

mailbox-507594_1920-1

Salut tout le monde ! Me revoilà =)

En forme, avec l’envie de vous partager mes lectures et de rattraper ce monstre qu’est le retard accumulé ! ^^

Voici mes réceptions de ces 03 dernières semaines

Un petit achat (Marked Men). Je remercie donc tous mes partenaires pour leur compréhension et patience 🙂 ♥ 
Et vous? Quoi de neuf dans vos bibliothèques ? 🙂
15

Enquête du bonheur de Juliette Sachs

enquete-de-bonheur-1388293-264-432Résumé : Le cap de la quarantaine approche et Marjorie est désormais une célibataire convaincue. Traumatisée par les multiples infidélités de son ex-mari, elle s’est jurée de ne plus jamais tomber dans le piège de l’amour et du mariage. Après un divorce douloureux, elle décide de plaquer son job d’avocate pour devenir détective privée dans l’agence de son meilleur ami. Leur spécialité : la détection précoce d’infidélité… Un séduisant homme d’affaires confie à l’agence une enquête sur son futur beau-frère qu’il soupçonne de légèretés. Marjorie constate bien vite que la mission n’est pas si claire. Et malgré sa méfiance, ce client ne la laisse pas indifférente. Elle est bien décidée à découvrir la vérité, quitte à mettre son emploi en péril. Cette affaire sonnera-t-elle le glas de son amitié qu’elle croyait indestructible ? Marjorie perd pied et affronte ses démons au risque de tout perdre. Saura-t-elle saisir la chance que lui tend (enfin) son destin, quitte à se contredire ?

~ Service presse ~

Je remercie chaleureusement Nisha et caetera pour l’envoi de ce roman. C’est un plaisir pour moi de retrouver pour la troisième fois la plume de Juliette Sachs. Les deux premières fois avaient été un succès. C’était donc avec empressement (quelque peu retardé par les récents événements) que je me suis lancée dans ma lecture.

On fait la rencontre de Marjorie, une femme d’une quarantaine d’années quies tune célibataire vaccinée des hommes après les multiples tromperies de son ancien époux. Divorcée, elle s’est jurée de ne plus compter que sur elle pour avancer dans la vie. Il ne faut surtout plus lui parler d’amour et de mariage. Après avoir vécue les pires douleurs émotionnelles avec son ex-mari, Marjorie plaque tout et change carrément de vie ! Terminée l’avocat, bonjour la détective privée ! Sa spécialité ? Vous vous en doutez… Marjorie est une spécialiste pour dénicher les infidélités !!

Juliette Sachs m’a encore une fois enchantée. En effet, j’ai trouvé l’idée de base très intéressante. Encore une fois, grâce à l’auteure, nous naviguons hors des sentiers battus. C’est vraiment une très bonne idée. Roman qui vacille entre la comédie romantique et le feel-good (oui, en ce moment, j’en lis un peu plus. Peut-être qu’inconsciemment, c’est ce qu’il faut avec la situation actuelle), il a d’indéniables qualités même s’il n’a pas été un coup de cœur, j’ai passé un agréable moment avec Marjorie et la plume de l’auteure.

Godard Investigations devient notre décor. C’est l’entreprise du meilleur ami de Marjorie qui va nous permettre de mettre les pieds dans une enquête un peu floue et folle. Un charmant monsieur vient demander à Marjorie d’enquêter sur son futur beau frère. Marjorie n’est plus dupe, elle sent que dans les explications de ce charmant monsieur, se cache quelque chose. Il y a quelque chose qui échappe à Marjorie mais qui lui indique que tout n’est pas clair. Avançant pas après pas, en essayer de prêcher le faux pour savoir le vrai, Marjorie va mettre en lumière plus d’une interrogation.

Si l’intrigue en soit n’est pas forcément hyper originale, j’avoue que l’auteure m’a baladée de droite à gauche et de gauche à droite tout au long de l’enquête. Je ne m’attendais pas du tout à ce que l’auteure nous ponde une enquête aussi bien ficelée dans le genre proposé. En effet, il est assez courant que lorsqu’une enquête dans un genre comme la comédie romantique, le feel good ou encore le cosy mystery, l’intrigue est cousue de fils blancs et nous comprenons les tenants et les aboutissants de l’enquête bien avant d’être arrivés à la fin du roman. Ici, Juliette Sachs balade son lecteur et cela est très agréable ! Quelle belle idée !

Les personnages sont très sympathiques. J’ai beaucoup apprécié Marjorie. Il est difficile de ne pas s’attacher à elle avec tout ce qu’elle a pu vivre dans sa vie. On espère pour elle qu’elle va enfin trouver son bonheur. Ce que j’apprécie, c’est que l’auteure n’associe pas forcément le bonheur à la relation amoureuse. Finalement, on peut s’épanouir seul, on peut trouver du bonheur dans les gestes du quotidien, dans la Nature, dans les relations au sens général du terme. C’est une morale que j’ai appréciée. Au final, ce sont les moments présents qui sont les plus beaux et cela fait du bien de se le rappeler de temps en temps. A travers les personnages, Juliette Sachs tisse une intrigue forte et sans faille. J’ai adoré mener l’enquête avec Marjorie et voir les choses évoluer. Eric est un personnage masculin que j’ai apprécié pour ses qualités et des défauts. L’homme n’est qu’un homme et cela fait du bien aussi de comprendre qu’il puisse avoir des failles et ne pas faire les bons choix tout de suite.

Je ne peux que vous pousser à prendre une après-midi pour vous plonger dans ce roman qui va certainement plaire aux fans de comédie romantique sur fond de cosy mystery. C’est un mélange que je n’avais jamais rencontré mais finalement cela prouve que Juliette Sachs est une auteure très talentueuse qui fait ce qu’elle veut avec ses intrigues et ses mots. Sur moi, cela fonctionne toujours ! La plume de l’auteure est pleine de bienveillance et d’humour (personnellement, j’adore, c’est vraiment une très belle idée d’avoir blindée cette intrigue avec un humour fin qui équilibre l’intrigue).

En définitive, c’est une nouvelle fois un succès pour moi ! Bravo à Juliette Sachs qui signe un troisième roman très agréable !

03 bonnes raisons de lire ce roman :

  • Marjorie : un personnage attachant que l’on apprécie voir évoluer
  • L’intrigue originale avec ce mélange de comédie romantique, feel good et cosy mystery
  • La plume de l’auteure que j’adore !

4

12

Forever elle de Julie Rose

120076379_364564214715018_1118058045934530992_oRésumé : Il paraît que le premier grand amour est souvent celui qui vous marque pour toujours. Tout sourit à Gabriel. Gérant d’une salle de sport, en couple depuis dix ans et des amis fidèles… Il a tout pour être heureux. Jusqu’à ce fameux jour où son passé resurgit de nulle part. Que fait-elle ici ? Pourquoi est-elle revenue ? Pourquoi maintenant ? Et surtout pourquoi n’a-t-elle pas repris contact ? Un regard, quelques paroles échangées et toutes ses certitudes sur son avenir s’envolent. Le destin aurait-il décidé de réécrire l’histoire ?

~ Service presse ~

Je remercie chaleureusement Julie Rose ainsi que les éditions M.E.C pour ce partenariat. Je suis toujours ravie de pouvoir découvrir de nouvelles romances chez M.E.C. En effet, elles sont toujours au top et il y en a pour tous les goûts ! De quoi ravir toutes les lectrices et les lecteurs de la maison d’édition.

Ici, je plonge de nouveau avec délice dans l’univers de Julie Rose que j’avais rencontré avec le roman Quelqu’un comme toi qui me laisse un souvenir agréable.

Nous faisons la rencontre de Gabriel et Léana. Deux personnes qui se sont connus étant jeunes, qui ont eu une relation mais qui n’étaient pas forcément destinés pour rester ensemble. Gabriel et Léana se séparent. Gabriel est un personnage que j’ai apprécié pour la sincérité qu’il dégage. Que ça soit dans l’expression de ses sentiments ou dans la vie de tous les jours, c’est un homme que j’ai apprécié. Gabriel n’est jamais parvenu à oublier totalement Léana. C’est d’ailleurs ce qui va causer la perte du jeune homme : au coin de la rue, il croise Léana dix ans après la fin de leur relation. Gabriel et Léana se prennent leur passé en plein visage, le choc est rude mais les sentiments toujours présents.

J’ai beaucoup apprécié le fait que l’auteure décrive une situation qui peut arriver à tout le monde. Gabriel est rangé, il a sa vie avec Emily, une femme adorable, un groupe d’amis sincère et soudé. Cependant, on ne peut rien faire face à l’amour vrai et pur. Gabriel manque de quelque chose dans sa vie : il manque de Léana. Pour ne pas lui faciliter la tâche, Léana semble être émotionnellement indisponible, elle aussi a refait sa vie et cela semble lui convenir.

Cette histoire est très belle. L’auteure, avec sa sublime plume, nous relate une intrigue avec bienveillance et douceur, cela fait plaisir à lire. Il n’y a pas de violence, on décroche complètement de ce que l’on peut trouver ces derniers temps dans les romances : il n’y a ni bad boy, ni sexe à outrance, ni relation conflictuelle. On a juste Gabriel qui va devoir choisir entre passé et présent pour envisager au mieux son avenir. J’ai adoré cette petite parenthèse.

Rien n’est facile dans la vie, surtout en matière de relation amoureuse. Julie Rose en parle avec beaucoup de pudeur et d’émotions. Personnellement, j’ai adoré. Ce roman n’ira pas jusqu’au coup de cœur pour la simple et bonne raison que je suis trop curieuse dans la vie ! Il m’a manqué quelques petits détails sur les passés respectifs de nos deux personnages. De plus, j’ai trouvé un léger déséquilibre entre nos personnages principaux. J’ai moins cernée Léana et je me suis donc moins accrochée à elle.

J’ai beaucoup apprécié la manière dont l’auteure compose avec son intrigue : le choix va être à faire pour Gabriel et Léna, cela est certain. Là où beaucoup aurait joué la carte de l’incertitude à outrance, d’un « oui » puis d’un « non » pour finalement « oui » puis en fait « non », Julie Rose prend le problème sous un angle différent et nous propose une intrigue dénuée de toute redondance ou de cliché attendu dans la romance.

J’avais déjà apprécié la plume de Julie Rose mais ce deuxième roman est très abouti. Beaucoup plus que le premier à mon sens. C’est vraiment très agréable à lire tant ce n’est pas ce qu’on lit habituellement. J’espère que j’aurais plus de romans dans ce sens, ça me manque.

En définitive, Julie Rose nous propose une très belle histoire. Gabriel et Léana sont deux personnages que j’ai appréciés bien que Gabriel a eu ma préférence. Cela n’enlève en rien la douceur et la pureté qui se dégage de la plume de l’auteure. Julie Rose choisit de nous parler d’une thématique qui peut arriver à tout le monde. J’ai beaucoup apprécié cette idée de choisir entre le passé et le présent pour avancer et concevoir l’avenir. C’était très poétique. De plus, Julie Rose décide de nous proposer une romance pleine de douceur qui gagne en crédibilité en ne nous proposant pas un énième bicker ou badboy. C’est vraiment très sympathique pour faire une pause douceur dans sa semaine. Bravo !

03 bonnes raisons de lire ce roman :

  • Gabriel et Léana : deux personnages composant une belle histoire
  • La thématique du choix entre deux femmes. J’ai trouvé que c’était traité avec beaucoup de sensibilité.
  • La plume de l’auteure qui est définitivement une auteure à suivre

4

15

Enquête étrusque au Louvre de Carole Declercq

008270301Résumé : Fougueuse et indépendante, Anna Stein vient d’ouvrir un cabinet d’expertise d’art à Paris, mais sa jeunesse et son sale caractère font grincer bien des dents. Alors, quand le milliardaire François Borelli lui demande d’inventorier sa collection, c’est enfin la reconnaissance qu’elle attendait. Mais quelques jours plus tard, Borelli est retrouvé mort. Malade, il avait certes déjà un pied dans la tombe, mais ne l’y aurait-on pas un peu précipité ? Lorsque d’autres cadavres s’invitent dans l’entourage du collectionneur, Anna est obligée de mener l’enquête. Aidée par un extravagant lord anglais, courtisée par un policier italien et poursuivie par son ancien amoureux, la jeune femme ne sait plus où donner de la tête. Pourtant, elle doit garder les idées claires. Car dans les eaux troubles du trafic d’art, à vouloir déterrer d’inavouables secrets, elle risque d’être la prochaine victime…

~ Service presse ~

Je remercie chaleureusement Eric Poupet et City Editions pour leur confiance. Je suis ravie de pouvoir poursuivre mon partenariat avec eux.

Enquête étrusque au Louvre est un roman qui a tout pour me plaire ! Un bon cosy mystery mélangeant les cultures française et anglaise, un cadre que j’adore, la thématique de l’art mise en avant ainsi qu’un personnage principal féminin haut en couleur que j’ai apprécié découvrir !

Même si ce roman n’est pas un coup de cœur, j’avoue que j’ai passé un agréable moment de lecture. On fait la rencontre d’Anna Stein, une jeune femme qui s’est lancé dans le monde de l’art ! Experte d’art sur Paris. Elle se voit confier une mission vraiment incroyable ! Le richissime François Borelli lui demande à Anna de faire l’inventaire de sa collection d’art privée. Anna pense que cela pourrait être l’impulsion parfaite pour que son cabinet d’expertise soit enfin sous la lumière.

Anna va être poussée à mener l’enquête lorsque les cadavres pleuvent sur son chemin. François Borelli est retrouvé mort. Anna ne croit pas à un accident. A l’aide de Fabien, son employé et un mystérieux lord anglais devenu libraire, Anna va mener l’enquête. L’intrigue de base est assez simple mais rondement menée. J’ai beaucoup apprécié l’idée qu’une collection d’art soit au cœur de morts mystérieuses. L’enquête nous propose de rencontrer des personnages variés et colorés. Cela m’amène au point fort du roman : les personnages ! Ils sont savamment construits. Ils sont vraiment très bien traités. Autant physiquement que moralement, les personnages sont dessinés avec beaucoup d’intelligence. Ils sont la lumière de ce roman. Même si elle est accompagnée de deux charmants personnages masculins qui la seconde, Anna est un personnage fort qui porte l’intrigue à bout de bras. C’est un personnage que j’ai grandement apprécié pour son intelligence, son dynamisme et son humour. On n’oublie pas Fabien, Thomas, ou encore Illaria et Capucine.  

C’est un roman que j’ai apprécié pour le genre mis en avant. J’aime énormément le cosy mystery, Sous genre du genre policier on y trouve une enquête sans forcément y trouver de violence sous toutes ses formes. Tout se passe en dehors du cadre. Rien n’est décrit pour faire frissonner d’angoisse le lecteur. Je trouve que cela fait du bien. C’est vraiment un genre qui permet de faire une pause dans le quotidien ou encore une pause entre deux lectures plus éprouvantes. Enquête étrusque au Louvre met en scène l’art grâce au travail d’Anna, à la collection qui semble être le point de départ de l’enquête. Le terme « étrusque » nous ramène à une civilisation italienne entre le 09ème et le 01er siècle avant JC. Civilisation riche, elle produit un art incroyable dont les vestiges sont inestimables.

J’ai énormément apprécié cette touche british grâce à Thomas. C’est une petite touche qui fait du bien et qui apporte de l’originalité au texte.

L’auteure vient nous proposer une intrigue vraiment informée et documentée. La thématique de l’art apporte forcément un besoin d’explication. C’est sans redondance ni lourdeur que l’auteure s’affaire à mettre toutes ces informations en place dans l’intrigue. J’adore apprendre dans une lecture. C’est chose faite ici. Je salue donc le travail de l’auteure qui a dû passer quelques heures à compulser des informations pour mettre tout cela en place dans son intrigue.

La plume de Carole Declercq est très agréable. J’ai fait une très jolie découverte. Au-delà de nous proposer une intrigue documentée sans lourdeur, il y a une bonne dose d’humour dans ce roman. C’est vraiment très captivant et cela permet au lecteur de dévorer sa lecture.

Au début de la chronique, je vous ai dit que ce roman n’était pas un coup de cœur. La raison principale est que la résolution de l’enquête est sans surprise. Cela n’enlève à rien l’intérêt que j’ai eu pour l’intrigue.

En définitive, j’ai adoré ma lecture ! Mis à part le manque de surprise sur la fin, c’est un sans-faute pour moi ! Les personnages sont colorés, dotés de psychologies fines et détaillées. Farfelus, les personnages sont tous différents et apportent une bonne dose de fraicheur à cette enquête. Une plume magnifique vient sublimer ce cosy-mystery qui n’a rien à envier à ses confrères britanniques ! Bravo.

03 bonnes raisons de lire ce roman :

  • La mise en place de la thématique de l’art au cœur de ce roman
  • Le personnage d’Anna que j’ai beaucoup apprécié au cours de ma lecture
  • La plume de Carole Declercq qui est une petite pépite

4.5

13

Quartier Merlin – Tome 01 :Un instant et je suis à toi de Laurence Erwin et d’Elisabeth Faure

xcover-6303Résumé : Alice a accompli son rêve : ouvrir un café dans le Quartier Merlin. Les affaires tournent (même si elle apprécierait d’avoir un peu plus de clients) jusqu’au jour où le vieux restaurant d’en face est vendu. Mauvaise nouvelle : Valérien, le nouveau propriétaire, n’a pas du tout l’intention d’ouvrir un restaurant mais… un bar ! Bien que son voisin d’en face soit très attirant, Alice n’apprécie pas du tout la concurrence et n’a pas l’intention de se laisser faire. Sauf que rien ne se passe jamais comme prévu et entre l’arrivée de bikers pas comme les autres, d’engins de chantier et de terribles animations musicales, c’est le début d’une série d’événements en cascade qui vont chambouler sa vie et celle de ses amis comme des habitués de son salon de thé.

~ Service presse ~

Je remercie chaleureusement Laurence Erwin et Elisabeth Faure pour l’envoi de ce roman. J’avais très envie de découvrir ce premier tome. J’aime l’ambiance des rues commerçantes et des bars. J’avais envie de quelque chose de frais et qui se lit rapidement. C’est ce qui est chose faite avec ce premier tome du Quartier Merlin.

On fait la rencontre d’Alice, un personnage très attachant. Il est compliqué de ne pas l’apprécier. Gentille, intelligente et pétillante, Alice m’a tout de suite plu. Alice est appréciée de toutes et de tous. Son petit commerce tourne correctement même s’il lui manque un peu de public pour être pleinement satisfaite. Le restaurant en face de sa boutique est vendu. Elle espère, secrètement, avoir un nouveau commerçant qui va dynamiser de nouveau cette rue qui a perdu de sa splendeur. Rien ne fonctionne comme prévu : Valérien, son nouveau voisin ouvre un bar ! A côté de son salon de thé ! Alice ne voit pas la concurrence d’un bon œil…

Bien sûr, on ne va pas dire qu’on ne voit pas les choses arriver. C’est clair, on comprend ce qui se dessine entre Valérien et Alice. Cependant, j’ai trouvé que l’originalité se trouvait quand même dans cette intrigue. J’ai beaucoup apprécié les péripéties et la manière dont les auteurs amènent ces dernières. De plus, avec cette période un peu compliquée, j’avoue que ça m’a fait du bien de me lancer dans une lecture où les rues sont bondées, où les gens se rencontrent, discutent et partagent des moments conviviaux. Ca fait plaisir.

Ce roman dit feel good m’a beaucoup plu. Il mélange des thématiques très agréables à découvrir. Bien sur, il y a une romance, bien entendu ! Mais il n’y a pas que ça. C’est un réel bol d’air frais. On a de l’amitié, de la solidarité mais aussi une bonne dose d’humour et de courage. C’est une saga à suivre à mon humble avis. En tout cas, il est clair que je lirai la suite qui est attendue avec impatience.

J’ai trouvé ce quatre mains très bien ficelé et construit. On suit les aventures d’Alice et de Valérien avec grand plaisir. Ce que je trouve aussi remarquable, c’est le fait que l’on se retrouve avec une intrigue très visuelle. En effet, on se projette très facilement dans l’univers proposé par les deux auteures grâce aux descriptions fouillées et aux caractères construits et très travaillés des personnages. On se retrouve dans une intimité certaine tout en faisant partie du monde. Le panel de personnages est très intéressant et j’ai beaucoup apprécié ce que j’ai lu. Pour les lecteurs et les lectrices qui ne sont pas fan du new adult et des scènes érotiques, ce roman est fait pour vous ! Aucune scène de ce genre n’est à souligner. Et j’avoue que cela fait du bien ! Je crois que cela faisait très longtemps que je n’avais pas lu un roman qui propose une romance sans aucune scène de sexe. CA FAIT PLAISIR !!! Cela apporte beaucoup de crédibilité à l’œuvre.

Ce roman n’est pas un coup de cœur. Il m’a manqué un petit quelque chose pour que cela fonctionne à 100% Je pense qu’il m’a manqué quelques pages pour que les deux personnages s’apprivoisent un peu plus. J’ai eu un sentiment de rapidité sur une courte durée. On passe d’ennemis à amoureux en quelques pages et c’est peut être ce qui m’a un peu perturbée. En attendant, cela n’enlève rien à ce que j’ai lu et aux qualités de l’intrigue, des plumes et des personnages.

Bravo aux auteures et vivement la suite ! 😉

03 bonnes raisons de lire ce premier tome :

  • La découverte du quartier Merlin que j’ai grandement apprécié
  • Le panel de personnages et surtout Alice. Tous les personnages sont bien construits et cela me fait bien plaisir
  • La plume des auteures. J’ai adoré les descriptions et ces plumes qui nous projettent dans un film romantique.

4.5

16

Marked men – Tome 01 : Rule de Jay Crownover

61Csme4bhfLRésumé : Rule est la première saison d’une série passionnante sur l’univers du tatouage et du métal. Lorsqu’elle était adolescente, les très riches parents de Shaw Landon se sont peu occupés d’elle. Elle a alors trouvé refuge dans la famille Archer où elle était particulièrement proche de Remy, frère jumeau de Rule, aujourd’hui décédé dans un accident de voiture. Elle est liée à cette famille plus qu’à la sienne. Mais Shaw est depuis toujours secrètement amoureuse de Rule, ce qui l’empêche d’avoir de véritables relations avec d’autres hommes. Rule, lui, voit en elle une fille à papa, trop sérieuse et surtout la petite amie de son défunt frère. De plus tout les oppose : de nature rebelle et fêtard, il est tatoueur et tatoué, a des percings et les cheveux de toutes les couleurs. Avec son look classique, elle est sage et concentrée sur ses études de médecine. Mais parfois il suffit d’une jupe courte et de quelques cocktails pour que le regard que l’on porte sur quelqu’un change. Les secrets sont révélés et que rien ne sera plus jamais comme avant… Rule et Shaw tenteront de comprendre ce qu’ils ressentent et d’être ce que l’autre attend. Mais entre les traumatismes de leurs familles respectives, les habitudes de coureur de jupons de Rule, l’emploi du temps chargé de Shaw et son ex qui la harcèle, ces deux-là auront bien du mal à se trouver. Leur amour sera-t-il plus fort que leurs différences ? L’ambiance de cette série est celle d’un salon de tatouage, de concerts de métal, le tout agrémenté de délires de colocataires et de virées dans leur ville natale.

~ Lecture détente ~

Je vous propose aujourd’hui de découvrir mon avis sur le premier roman de la saga Marked Men. Cela fait quelque temps que j’ai lu ce premier tome mais ayant l’envie de poursuivre l’aventure, j’ai décidé de bouleverser un peu mon planning de chronique et d’en discuter avec vous !

Marked men est clairement une saga de romance dite « New Adult ». Ce que j’ai beaucoup apprécié dans ce premier tome, au-delà de la construction narrative et de la composition des personnages, c’est l’ambiance qui se dégage de l’univers proposé. J’ai beaucoup apprécié le fait que le monde du tatouage ouvre ses portes sur un fond de métal et de coiffure déjantée.

Nous faisons la rencontre de Rule et de Shaw qui sont les deux personnages principaux de ce premier tome. J’aime beaucoup ce que propose l’auteure : un panel de personnages varié. Chaque personnage, va, à un moment donné de la saga, devenir un personnage principal d’une intrigue. J’adore recroiser les personnages au fil des tomes différents. Vraiment tout est fait pour me plaire de ce côté. Rule et Shaw sont deux personnages qui se connaissent depuis plusieurs années. Shaw était la petite amie du frère de Rule : Rémy qui est décédé.

Rémy est un personnage omniprésent dans l’histoire bien qu’il soit le plus grand absent de l’intrigue. Vivant dans l’ombre de son frère, les parents de Rule lui en veulent des choix qu’il prend dans la vie : il change de fille comme il change de chemise, il boit à outrance et se moque des quand dira-t-on. En revanche, les parents des jumeaux ont pris sous leur aile Shaw, la jeune fille qui leur rappelle tant leur fils décédé. Shaw, cette jeune femme en manque de reconnaissance parentale, Shaw qui est blessée par l’absence de ses parents dans sa vie. Tout ne s’achète pas, Shaw en est la preuve vivante. Shaw et Rule sont deux personnages aux antipodes. L’une est un ange, l’autre est un diable.

Les apparences sont souvent trompeuses. Shaw et Rule vont en faire les frais. Rule trouve que Shaw est beaucoup trop sage, trop studieuse, trop gentille. Shaw trouve que Rule est obscène et terriblement rebelle. Pourtant, l’intrigue va prouver à nos deux personnages que les différences peuvent aussi apporter leur lot de joie et d’amour. Pas sans passer d’obstacle, ça ne fait aucun doute.

L’intrigue est riche et très bien ficelée. J’ai hâte d’en savoir plus sur le grand frère de Rule, Rome qui me plait plutôt bien. J’ai apprécié aussi découvrir tout le petit monde qui gravite dans cette intrigue. J’ai apprécié Shaw et Rule. Cette lecture frôle le coup de cœur, j’ai trouvé que tout fonctionnait. La seule petite chose c’est le démarrage un peu longuet, j’ai aussi eu un peu de mal à apprivoiser Rule mais c’est un personnage que j’ai su apprécier au fil des pages. En effet, au-delà des personnages et du milieu dans lequel ils évoluent, l’auteure a su équilibrer son intrigue pour en faire autre chose qu’un roman érotique. Plusieurs pans de l’intrigue sont vraiment intéressants et proposent de soulever des thématiques comme l’amour familial, l’incompréhension, mais aussi le deuil, l’amitié, l’amour. Bref, c’est très sympathique. Qu’est-ce que ça se lit bien !!!!

Je comprends aisément que l’auteure ait des fans partout dans le monde : l’intrigue est chouette et les personnages bien construits. J’ai adoré cette plume dynamique, fluide et bourrée d’humour. A lire sans hésitation pour les fans de new adult.

03 bonnes raisons de lire ce premier tome :

  • Le panel de personnages que l’on retrouve dans les autres tomes de la saga !
  • Le milieu dans lequel évolue les personnages : tatouage et rock’n’roll !
  • La plume de l’auteure que j’ai trouvé délicate et très sympathique
22

Mes réceptions #23

mailbox-507594_1920-1

Salut tout le monde ! 🙂
J’espère que ça va bien 😀
Voici mes réceptions de la semaine. Je remercie chaleureusement Jérôme et Gilles Paris pour les envois. Ils sont CA-NON Trois services presse cette semaine 🙂

Et vous? Quoi de nouveau dans vos étagères? ♥ 
14

Le prince maudit – Tome 01 : Aeternum de Catherine Beaugrand

le_prince_maudit_tome_1_aeternum-1224197-264-432Résumé : Alix, 23 ans, revient sur sa terre natale, le temps d’un été pour être guide touristique au Château de Montluçon, récemment restauré, il ouvre enfin ses portes au public après des années d’oubli. Elle va faire la rencontre d’un homme étrange dans une chapelle mais celui-ci disparaît en une fraction de seconde. Elle est intriguée et fascinée par cette apparition mystérieuse qui hante son esprit. Elle va chercher à en savoir davantage et va inévitablement découvrir malgré elle, un monde secret qui se cache à l’intérieur même de sa famille depuis des siècles et de sa petite ville qu’elle croyait bien tranquille…Le Prince Maudit « aeternum », un roman inédit qui vous transportera dans un voyage au cœur du Bourbonnais et du Berry du Moyen Âge jusqu’à aujourd’hui, de Montluçon à Vallon en Sully en passant par Culan, Bourbon l’Archambault et Souvigny. Préparez-vous à vivre une aventure épique et romanesque qui va bouleverser votre vie… Une romance fantastique historique dans le sablier du temps. ADAPTATIONS AU CINEMA EN 2021 AVEC LE SOUTIEN DE LA REGION AUVERGNE RHONE ALPES

~ Service presse ~

Je remercie chaleureusement Catherine Beaugrand pour l’envoi de ce premier tome via Simplement. J’ai beaucoup apprécié la couverture que je trouvais très belle. J’avais hâte de me lancer dans ma lecture. Première surprise pour moi, lorsque j’ai reçu le roman en question, il est très petit. Il fait moins de 120 pages et c’est écrit très grand. Clairement, j’ai lu ce roman en moins de deux heures. Ca se lit bien et ça permet de faire une pause entre deux romans plus conséquents.

Pourquoi surprise ? Simplement parce qu’on va avoir une intrigue qui va mêler fiction et réalité, temps moderne et temps médiéval. Ce genre d’intrigue est souvent synonyme de grosse brique en termes de pages. Pourquoi pas après tout ! On m’a toujours dit que l’habit ne fait pas le moine, j’ai donc tenté ma lecture sans apriori… Malheureusement, tout n’est pas parfait même si je souligne bien volontiers certaines qualités.

Alix est une jeune femme de 23 ans qui revient à Montluçon, ville qui l’a vue grandir. Alix est un personnage assez sympathique. En effet, elle est jeune, dynamique et possède son petit caractère. Son caractère va amener de petites altercations assez cocasses entre elle et un mystérieux homme au charme désarmant.

C’est un roman des « bonnes intentions » comme j’ai tendance à appeler les romans agréables mais qui ne sont pas parfaits. En effet, j’ai trouvé que ce premier tome était bien trop court. C’est très rapide pour que je m’immerge totalement dans cette intrigue. C’est vraiment dommage parce que l’idée de base est bonne et le tome se termine et donne envie de connaitre la suite et de continuer la lecture sur le deuxième tome. Mais c’est beaucoup trop court. Tout s’enchaîne et je n’ai pas eu le temps de m’attacher aux personnages. Clairement, pour ce genre d’intrigue qui mêle temps médiéval et temps moderne, il me faut des détails. Il me faut une base d’Histoire solide pour que ça fonctionne à 100%. Il m’a manqué des transitions, il y a des dialogues qui n’ont pas forcément fonctionné avec moi. Il en va de même pour les personnages ! Quel dommage ! Ils restent en superficie et ne sont pas forcément construits comme j’apprécie : ils manquent de profondeurs et leurs réactions peuvent paraitre un peu étranges alors que je comprends les intentions de l’auteure.

L’intrigue propose de belles interrogations et propose de soulever des thématiques bien amenées : la trahison, les us et coutumes médiévales. Je trouve que les deux temporalités sont bien traitées. Il m’a juste manqué de détails. Je ne pense pas qu’il faille s’atarder sur l’intrigue puisque le résumé est assez conséquent.

Catherine Beaugrand a du talent, c’est indéniable. Je comprends très bien que cette histoire soit adaptée au cinéma parce que l’auteure a une plume très visuelle. Tout est adapté pour le cinéma, c’est certain. Je pense que cela peut bien fonctionner. Je regarderai l’adaptation et surtout je lirai la suite parce que l’auteure a de la suite dans les idées. C’est vraiment une plume agréable à lire.

En définitive, c’est un premier tome agréable mais qui manque de détails. La plume est agréable à lire et très visuelle. Je suis contente de lire que ce roman va être adapté au cinéma, je suis certaine que cela sera bien sympathique. Les personnages sont sympathiques, je pense notamment à Alix qui porte l’intrigue à bout de bras ainsi qu’à notre mystérieux et charmant bel homme. Je lirai la suite pour connaitre le fin mot de l’histoire en espérant avoir un peu plus de détails à me mettre sous la dent ! Petit tome à lire entre deux grosses lectures. Cependant, puisqu’il faut être honnête, pour les lecteurs qui aiment se mettre de grosses briques livresques dans les mains, ce n’est pas forcément une lecture pour vous (sauf si on attend d’avoir la suite entre les mains !)

Merci à l’auteure pour sa confiance

03 bonnes raisons de lire ce premier tome :

  • Une intrigue assez sympathique qui propose de mettre en avant des thématiques sympathiques
  • La période médiévale mélangée aux temps modernes
  • La plume très visuelle de l’auteure

3

24

Némésis de Xavier Massé

CVT_Nemesis_2286Résumé : « David… ? C’est moi, c’est Vincent ! Il faut que tu viennes ! Il faut que tu me rejoignes dans notre village d’enfance… il s’est passé quelque chose… c’est horrible, je n’ai jamais vu ça !… » Une disparition anormale, un meurtre sans précédent, un village divisé entre croyances et superstitions, une atmosphère étouffante… David et Vincent, deux gosses d’Assieu devenus flics, vont s’immerger dans cette enquête, et sans le savoir vont descendre aux portes de l’enfer…

~ Service presse ~

Je remercie chaleureusement les éditions Taurnada et principalement Joël pour l’envoi de ce roman. Xavier Massé signe un roman époustouflant. J’ai lu ce roman le mois dernier mais j’ai dû calmer mes nerfs avant de pouvoir écrire quelques mots sur ce roman.

Le résumé m’a beaucoup tentée. Ayant déjà lu la plume de l’auteur, je n’ai pas résisté une seule seconde. En revanche, je préfère vous avertir, chers lecteurs : ce roman n’est certainement pas à mettre entre les mains de tous les lecteurs. La violence est présente et peut parfois être choquante pour les lecteurs les plus sensibles. Je ne vous le cache pas : je fais partie des sensibles. Je ne suis pas contre une lecture un peu « gore » de temps en temps mais la violence est quelque chose que je ne supporte pas dans la vie mais aussi dans mes lectures. C’est donc à petite dose pour moi. Disons qu’avec le roman de Xavier Massé, j’ai pris ma dose pour quelques temps.

Le résumé est simple : un village, celui d’Assieu qui est ravagé par les doutes, l’horreur et l’incompréhension. En effet, on se retrouve avec Vincent et David, deux amis d’enfance qui ont trouvé la même vocation : ils sont tous les deux policiers. Une enquête palpitante qui va osciller entre horreur, fantastique et réalité. Assieu est un village plutôt calme généralement. Cependant, superstitions, violences et croyances vont venir ternir cette belle image et proposer un cadre ravagé par la noirceur.

David et Vincent sont les deux personnages principaux de notre histoire. Ils vont porter l’intrigue sur leurs épaules. Ce sont deux personnages profondément humains et toujours en proie au doute. Policiers, ils sont toujours sur le qui-vive et essayent de trouver ce qui a bien pu provoquer ce déferlement de violence dans leur village d’enfance. Les deux policiers vont se retrouver face à beaucoup d’obstacles, au silence et aux secrets. Cette enquête ne va pas être facile mais ils relèvent le défi et avancent péniblement.

Il y a des scènes qui ne sont pas évidentes et d’une effrayante monstruosité. J’ai arrêté plusieurs fois ma lecture parce que je ne savais plus avancer. C’est terrible. Je sais que cela fait partie du jeu dans un thriller mais j’ai été plus d’une fois saisie par l’horreur des scènes. Je ne veux pas vous faire peur, cela pourra être aisément surmontable pour beaucoup d’entre vous mais je pense que je n’ai pas lu ce roman à la bonne période. Cela ne gâche en rien mon appréciation cela dit.

Le départ est assez original. Au-delà de ce que je peux penser de la thématique de la violence, il faut rendre à César ce qui est à César, l’intrigue est bonne et très bien ficelée. La fin m’a laissée sans voix. J’ai trouvé l’explication plausible et cela m’a beaucoup plu. J’ai trouvé l’enquête prenante et divertissante. C’est déjà un très bon point ! En revanche, il y a quand même quelques répétitions vers le milieu du roman. Cela a marqué une petite pause dans ma lecture. J’ai repris quelques jours plus tard mais j’ai eu besoin d’une petite pause.

La plume de Xavier Massé est redoutable. J’ai retrouvé ce que j’avais apprécié dans l’inconnu de l’équation. Des dialogues ultra dynamiques, justes et utiles à l’avancement de l’intrigue. De plus, Xavier Massé a ce don pour rendre vivants ces personnages. David et Vincent, pour ne citer qu’eux et ne pas vous gâcher l’intrigue, sont des personnages humains qui font des erreurs. Cela ne les rend que plus attachants. Bien que j’ai eu peur de m’attacher aux personnages tant leurs destins tiennent à un fil. Bref : Xavier Massé a un don pour rendre réel l’irréel et l’impossible possible. C’est assez fort et je trouve que c’est le plus gros point fort de ce roman. C’est formidable. De plus, certaines thématiques actuelles comme l’écologie sont présentes dans le roman. C’est assez bien trouvé. On trouve aussi la thématique de la religion qui est utilisée d’une manière intense.

En définitive, voici un thriller qui propose une enquête nous amenant dans un petit village tranquille. Deux enquêteurs profondément humains qui vont bercer une intrigue bien ficelée et les emmener aux portes de la folie et de l’incompréhensible. Même si pour moi, j’ai eu un peu de mal avec certains petits points, je comprends aisément que les lecteurs ont adorés ce roman. Xavier Massé propose une plume d’une excellente qualité qui va emmener ses personnages et ses lecteurs dans une intrigue qui touche à la religion mais aussi à l’écologie. Bravo pour ce roman

03 bonnes raisons de lire ce roman :

  • L’originalité de l’enquête
  • Vincent et Jonathan, deux personnages très bien construits
  • La plume de Xavier Massé

3.5

19

Together – Tome 02 : Truth de Sissie Roy

téléchargementRésumé : Quelques jours seuls à Santa Barbara auront suffi à sceller encore plus l’attirance entre Abby et Brian, mais est-ce suffisant ? Alors qu’elle pensait qu’il avait changé, Brian va lui démontrer une fois de plus qu’il sait être méchant et sans cœur. Déçue et blessée, Abby tire un trait sur l’homme qu’elle aime, mais celui-ci ne compte pas la laisser tranquille. Lorsqu’il commet l’irréparable, elle se retrouve en danger.

~ Service presse ~

Je remercie chaleureusement Evidence Editions pour l’envoi de ce roman en service presse. Je suis vraiment contente d’être en partenariat avec cette maison d’éditions : elle varie les genres et les auteurs. Il y en a pour tous les goûts et ça me plait ! Nous faisons ici une avancée dans l’aventure de Brian & d’Abby deux personnages amoureux mais complètement perdus. Et si l’amour n’était pas toujours le grand vainqueur ? C’est ce que nous allons tenter de découvrir à travers le deuxième roman de Sissie Roy.

On nous avait laissé sur les chapeaux de roue avec le premier tome. La tension entre Abby et Brian était à son paroxysme et nous ne savions pas très bien dans quel état nous allions les retrouver. Abby et Brian s’attirent comme deux aimants.

Ce deuxième tome est dans la lignée du premier. On en apprend un peu plus sur Brian : sa relation avec sa grand-mère par exemple. J’ai trouvé cette relation vraiment trop chouette. Si j’ai eu la chance d’avoir une mamie parfaite, je pense que Brian peut aussi compter sur Elisabeth pour l’aider dans la vie et à avancer lors des périodes difficiles. Brian est un personnage torturé que l’on va apprendre à connaitre et à pardonner pour ses maladresses. Abby est aussi une jeune femme pleine de mystères et d’interrogations. Matt, son frère, étant le meilleur ami de Brian, une relation entre les deux jeunes gens ne peut se concevoir. Complètement révoltée, Abby ne comprend pas pourquoi elle devrait renoncer à une belle histoire d’amour pour son frère. Cependant, l’intrigue se dévoile et l’auteure avance ses pions : Brian n’est pas un homme qui aime les relations stables. Il joue avec les filles comme on joue avec des pions. Matt ne veut que le bonheur de sa sœur et non son cœur en mille morceaux.

Tout au long de l’intrigue, les deux personnages vont se repousser pour mieux se rapprocher. L’expression « tenter le diable » prend tout son sens ici. Abby et Brian aiment jouer avec le feu et nous propose un deuxième tome muy caliente. Les lecteurs et lectrices de New Adult vont avoir de quoi se régaler avec ce tome.

Comme je le disais, il est dans la lignée du premier. Si j’ai apprécié ma lecture de manière générale, j’avoue que j’ai eu un peu de mal vers la moitié du roman. J’ai trouvé quelques longueurs dans la thématique du chat et de la souris. Je le soulignais déjà dans le premier tome et cela apparait une nouvelle fois dans le deuxième. Espérons y voir un peu plus clair dans le troisième tome. Vu que le tome deux se termine sur un sacré cliffhanger, je lirai donc le troisième tome (et probablement la suite) pour me faire une idée globale de l’intrigue. Mais clairement, j’ai eu une petite overdose par rapport au comportement de Brian : il joue l’homme parfait, met de sacrés espoirs dans la tête d’Abby puis fiche tout par terre. C’est redondant.

J’aime beaucoup la plume de l’auteure. Je trouve qu’elle a de la suite dans les idées et propose des péripéties intelligemment amenées dans le récit et qui permettent d’avancer dans l’histoire. Je trouve que cette intrigue est assez finement construite malgré la redondance qui nait à cause de la nature de la relation entre Abby et Brian. C’est vraiment la seule chose qui m’a fait tiquer. J’espère grandement que le tome 03 évoluera positivement sur ce petit point.

La plume de Sissie Roy est toujours aussi fraiche et sympathique. J’ai beaucoup apprécié l’équilibre entre les scènes érotiques et le reste de l’intrigue. Il n’y en a ni trop, ni trop peu. Tout ce que l’on lit colle vraiment aux personnages et à leurs caractères. C’est plutôt plaisant.

En définitive, c’est un deuxième tome agréable malgré la redondance que j’ai pu trouver dans le comportement de nos deux personnages principaux. Ils n’en sont pas moins attachants. J’ai aimé qu’Abby se lance aussi dans sa nouvelle vie et ouvre les yeux. La fin est spectaculaire et nous propose une suite sur les chapeaux de roues que je vais m’empresser de découvrir !

03 bonnes raisons de lire ce deuxième tome :

  • Un duo « attachiant » comme j’aime le dire. Ils ne sont pas parfaits à mes yeux, ils m’ont un peu fait sortir de mes gonds mais sont profondément humains et attachants.
  • La plume de Sissie Roy que je trouve très sympathique
  • L’équilibre au sein de l’intrigue : l’érotisme est présent sans l’être de trop. C’est chouette et cela promet une réconciliation entre moi et le New Adult !

4

18

L’orpheline des sœurs de la charité de Florence Roche

51fWXiOURvL._SX309_BO1,204,203,200_Résumé : Mai 1913. À quelques heures de quitter l’orphelinat où elle a grandi, Mathilde croise le regard d’Armand. C’est le coup de foudre. Mais les parents du jeune homme, industriels prospères, refusent catégoriquement de le voir épouser une simple lingère, d’autant que Mathilde serait la fille de Lise Leclerc, une criminelle accusée d’avoir tué trois hommes de sang-froid. Pour espérer enfin goûter au bonheur, la jeune femme va devoir faire la lumière sur son passé.

~ Service presse ~

Je remercie chaleureusement les éditions presses de la cité pour l’envoi de ce roman. Je suis ravie de continuer mes découvertes avec ce nouveau partenariat. Je ne connaissais pas la plume de Florence Roche et j’avais envie de me lancer dans ce roman.

On va faire la rencontre de Mathilde, une jeune femme qui a été recueillie par les sœurs de la charité. A travers sa vie au sein des sœurs, elle apprend le travail, l’amitié et l’amour. Mathilde est une très belle fille, probablement la plus belle des alentours et cela n’a pas échappé à Armand, fils d’un riche notable de la région. A sa majorité, Mathilde prend son envol et trouve refuge auprès de la gérante d’une laverie qui va lui offrir un toit et un travail. Armand lui promet son amour et une vie merveilleuse à ses côtés. Cependant, rien ne se passe comme prévu : entre les deux classes sociales, l’écart est énorme et les parents d’Armand s’opposent à cette union… En plus d’être une lingère, Mathilde est la fille de Lise Leclerc, une femme qui a commis trois meurtres il y a quelques années. Entre passé et présent, le lecteur est propulsé dans une histoire intrigante et rondement menée…

J’ai beaucoup apprécié le fait que l’on doive, nous aussi, découvrir le passé de Mathilde via l’histoire de Lise pour comprendre son présent. Si quelques petits points étaient assez attendus, j’ai trouvé la fin assez spectaculaire et bien trouvée. Je ne me suis doutée de rien jusqu’au dernier mot. L’histoire est très bien ficelée : en effet, le lecteur est happé très rapidement par l’histoire de Mathilde. Franchement, j’ai passé une nuit sur ce roman. Je n’ai pas su le lâcher avant d’avoir la fin de l’histoire.

Mathilde est un personnage que j’ai grandement apprécié : douce, intelligente et pleine de bonté, Mathilde est un très beau personnage. C’est vraiment très intéressant de comprendre la construction de ce personnage mais aussi les liens que l’on peut tisser entre Lise et Mathilde. C’est vraiment très sympathique. Le personnage de Justine est aussi un personnage que j’ai apprécié pour son courage et sa bonté sans limite. Elle prouve que la vie peut réserver bien des surprises. Lise et Justine est un couple d’amies qui fonctionne très bien et qui permet d’avoir des personnages attachants dans ce récit qui n’est pas toujours évident.

Les figures masculines sont assez négatives dans ce roman : la famille d’accueil de Justine qui comporte trois hommes aussi mauvais les uns que les autres, le père d’Armand qui ne veut rien entendre et va faire vivre un enfer à Armand et par prolongement à Mathilde. Lise est accusée d’avoir tué trois hommes. Mis à part deux voire trois hommes, ils tirent tous ce que l’on peut penser de la gent masculine vers le bas.

La plume de Florence Roche est très agréable. Elle se lit très bien. Dynamique et rafraichissante, c’est une plume que j’appellerai VTT : elle s’adapte à toutes les situations : des plus ordinaires aux plus difficiles. C’est très intéressant. De plus, la construction de ses personnages est aussi très bonne : elle n’en dévoile pas trop pour laisser le lecteur en haleine jusqu’à la dernière page. J’ai plutôt tendance à « fuir » les lectures qui proposent un cadre avec des bonnes sœurs, Florence Roche me réconcilie avec cette thématique !

La construction romanesque est aussi très intéressante : Florence Roche va, à travers son roman, mimer ce qui se dit dans le résumé. En effet, on doit faire les va-et-vient entre le passé et le présent pour appréhender ce dernier. Je trouve ça chouette.

En définitive, c’est vraiment une très belle découverte. J’ai aimé le cadre, les histoires personnelles de nos personnages mais surtout la plume de l’auteure que je relirai avec grand plaisir. J’ai apprécié l’enquête que Mathilde, notre personnage principal, va faire. J’ai beaucoup apprécié découvrir le passé de Lise et de comprendre comment et pourquoi elle a été accusée à tort ou à raison. C’est vraiment exceptionnel. Je ne m’attendais pas du tout à lire ce genre d’histoire qui, au départ, va être marquée par le cadre d’un couvent. C’est vraiment très agréable.

Ce roman n’est pas une simple histoire d’amour. Ce n’est pas que l’histoire Armand et de Mathilde. C’est bien plus que ça, c’est aussi une recherche d’identité. La quête identitaire va pousser Mathilde dans ses retranchements et va nous proposer d’aller de découverte en découverte. Je ne m’attendais pas à ce genre d’intrigue mais c’est agréablement surprise que je vous écris cette chronique !

03 bonnes raisons de lire ce roman :

  • Un panel de personnages que j’ai beaucoup apprécié. Surtout Mathilde et Lise nos deux figurines principales qui vont bercer l’intrigue.
  • Les relations qui se tissent au fil des pages
  • La plume de l’auteure que j’ai trouvée remarquable

4

17

Bilan annuel 2020

bottle-of-sparkling-wine-4734176_1920 (1)
Coucou tout le monde ! Nous sommes début janvier et il est temps de faire le point sur l’année écoulée. 
Elle a rimé avec confinement, stress, changements de plan… Mais pas que! De belles découvertes livresques, de belles rencontres, de l’amour et de l’amitié. J’ai tendance à voir le verre à moitié plein! C’est ainsi. 
En 2020, grâce au blog, j’ai croisé la route de plusieurs personnes formidables et j’ai renforcé mes liens avec d’autres. Je pense à JC Staignier, à Claire Bertin, à Nathalie Perrot (on doit toujours se faire ce restau hein!), mais aussi à ma Steph de sorbet kiwi, à ma Kath qui n’est plus sur la blogo mais qui reste dans mon coeur (et au bout de ma rue aussi), je pense aussi à Marine qui tient le blog la fille en rouge dont les articles sont formidables. Le travail d’Audrey chez Light and smell est aussi remarquable!
Je remercie aussi mes copines de blog de toujours être présentes lorsque le moral est au plus bas. Si je commence les remerciements, je dois aussi remercier les ME qui me font confiance. Vous êtes trop nombreux, j’ai peur d’une indélicatesse. Sachez que vous avez tous une importance certaine pour moi. C’est formidable de pouvoir travailler avec vous. 
D’un point de vue personnel, 2020 a été rude. J’essaye, encore aujourd’hui, je me remettre du vide que forme dans mon coeur la perte de ma mamie. C’est très perturbant et difficile par moments. 2020 c’est aussi la désillusion de mon mariage que l’on a repoussé et dont on ne sait toujours pas s’il pourra être célébré comme il se doit. Ces épreuves dont que l’on prend beaucoup de recul et que l’on devient positifs. J’ai la chance d’avoir un homme formidable qui partage ma vie et mes pizzas. On ne va pas non plus pleurer pour une fête. En 2021, je serai mariée et c’est le plus important pour moi (et porter ma robe aussi tous les jours au petit déj’). J’ai aussi eu la chance d’évoluer dans mon travail et d’avoir pu travailler sans devoir être au chômage technique comme beaucoup d’entre vous et j’en suis navrée. 2020, c’est aussi l’année où j’ai pu compter sur ma famille et mes amis. 2020, c’est l’année des bonnes nouvelles aussi : le mariage de mon frère, la grossesse de ma meilleure amie, je suis marraine, la rémission du cancer de ma tante, les cours de sport avec ma Jess qui me font tellement de bien! 
J’ai fait un point sur mes lectures. Elles sont au nombre de 290 en comptant les manuscrits, les histoires sur watt pad et les comités de lecture. En ce qui concerne mes lectures « pour le blog » c’est-à-dire les romans qui ont eu ou auront une chronique, j’ai noté 256 titres lus. C’est très bien ! Je suis sur la même lignée que l’année dernière et ça me fait bien plaisir ! 🙂 Je continue aussi ma volonté d’arrêter certains partenariats et de prendre plus de temps pour mes lectures personnelles. 
Voici un petit top 10 de mes lectures les plus percutantes de cette année. Elles ne sont pas forcément des coups de coeur mais elles ont été marquantes pour moi. Il y a une dominante de romance mais que voulez-vous, j’ai toujours besoin de belles histoires d’amour. 
Il ne me reste plus qu’à vous souhaiter une formidable année. Qu’elle soit riche en succès, en joie, en amour et en amitié. Cette année aura au moins le mérite de remettre les idées en place. La santé et l’entraide sont les choses les plus importantes de la vie. 
Profitez de votre famille et de vos amis et faites attention à vous ♥ 

 

 

24

Bilan mensuel décembre 2020

christmas-3026688_1920 (1)

Coucou tout le monde ! 
Je vous retrouve pour le bilan du mois de décembre 2020 qui vient terminer une année riche et complètement folle. C’est l’heure du bilan… 
——————————————————————————————-
Bilan Livresque
——————————————————————————————-
Services presse et Comités
Lecture détente 

51XpB++zs7L._SX195_

Voici donc un joli bilan de 18 romans dont 1 audio 
——————————————————————————————-
Top & Flop
——————————————————————————————-
Aucun flop pour ce mois ! 🙂 

 

On s’est aussi retrouvé pour mes réceptions 

mailbox-507594_1920-1

1920 21
Personnellement parlant, le mois a été assez mouvementé. Je me suis rendue compte que la discussion était importante et que les non dits pouvaient faire aussi mal que les mots. Cependant, on en tire toujours quelque chose de positif. Je suis aussi plus qu’heureuse de vous annoncer que je suis marraine pour la première fois de ma vie. C’est d’autant plus un honneur que c’est ma petite Alix, ma cacahuète, la fille de ma meilleure amie qui est ma filleule. Professionnellement, le travail et chronophage et forcément je déborde sur mon temps personnel. J’essaye de faire au mieux, je n’oublierai personne. C’est promis. 
Je suis aussi maintenant sur Instagram les amis ! Suffit de chercher @satinesbooks
Je vous retrouve dans un prochain article pour un bilan annuel… 
En attendant, je vous souhaite une merveilleuse année, qu’elle soit synonyme de succès, de réussite, d’amour et de bonheur.  

18

Miss Erington, Noël et autres désastres de Liv Fox

xcover-6554Résumé : Un Noël pas comme les autres en pleine Régence anglaise… Novembre 1817. Rien ne va plus pour Miss Eleanor Erington ! À quelques semaines de Noël et de son dix-huitième anniversaire, son père lui annonce que contrairement à leur habitude, ils ne passeront pas Noël au superbe domaine de Moorsbury, mais bien au fin fond du Devonshire aux côtés de l’exécrable famille Hunt. Abattue de devoir célébrer Noël et passer les fêtes de fin d’année en compagnie d’un mufle comme Henry, le fils des Hunt, elle s’oppose farouchement à ce voyage, mais son père ne lui laisse pas le choix. À son arrivée à Thornhall, Eleanor est forcée de reconnaitre que le domaine est somptueux, les domestiques accueillants et les hôtes charmants. Le seul point d’ombre planant sur les festivités qu’elle aime tant se nomme Henry. Le jeune homme, saisissant la moindre occasion pour l’agacer et la faire réagir, n’a de cesse de la pousser dans ses retranchements. Là où leurs joutes verbales amusent leurs parents, Eleanor n’y voit qu’une chose : une guerre ouverte ! Seulement, malgré tous les mauvais côtés qu’elle trouve à Henry, force est de constater qu’il a bon fond. Il semblerait même que, parfois, son regard sur elle ne regorge pas de haine. De balades au village pour assister à la foire de Noël aux préparations des décorations pour les douze jours des fêtes à venir, Eleanor découvre Thornhall et Henry sous leur meilleur jour. Mais doit-elle se laisser amadouer ou, au contraire, camper sur ses positions ? La venue pour les fêtes de Madame Fenton et de ses deux filles dont l’une est follement éprise d’Henry, risque fort de mettre le feu aux poudres…

~ Service presse ~

Quoi de mieux que de terminer mon année livresque avec une lecture dans mon genre préféré ? En avant pour une romance historique qui prend les traits de Miss Erington et de Henry Hunt ?

Je me suis régalée ! C’est une romance historique parfaite pour la saison puisque l’on touche à la période de Noël. Je suis vraiment contente de terminer mon année sur une note positive. Il est vrai que j’ai pris le temps pour me plonger dans cette romance mais franchement, elle en vaut la peine.

On suit les aventures d’Eleanor (j’adore tellement ce prénom) qui va voir ses traditionnelles fêtes de Noël bouleversées par son cher père. Direction le domaine de Moorsbury, propriété des Hunt : une famille notable du Devonshire. Eleanor a quelques a priori : le fils est froid comme la glace et Lady Hunt est hautaine. Superbe moment en perspective ! A regret, Eleanor tourne le dos à sa cousine adorée, à ses traditions et sa joie de Noël retombe comme un soufflet.

Arrivant sur ce merveilleux domaine avec de gros a priori, Eleanor n’a pas fini de se rendre compte réellement des choses qui se passent à Thornhall. Elle va vite comprendre que l’habit ne fait pas le moine et qu’il ne faut pas se hâter à se faire son avis sur les personnes qu’on ne connait que trop peu.

J’ai beaucoup apprécié les figures masculines dans ce roman : qu’il s’agisse de Henry et de son père ou encore du père d’Eleanor. Il n’y a pas une once de méchanceté dans ce roman. On a des personnages piquants qui font rire, qui sont humains, qui ont leurs qualités et leurs défauts. On se sent bien à leurs côtés. J’ai eu un gros coup de cœur pour le personnage d’Eleanor qui est bourré de qualités et de talents mais qui ne se rend compte de rien : elle dessine à merveille, elle chante à merveille, elle cuisine divinement, elle est polie, courtoise, intelligente mais ne se laisse certainement pas marcher sur les pieds par l’arrogant Henry. Elle aime tout le monde et essaye que tout soit pour le mieux pour tout le monde. Cela la rend encore plus touchante. Je l’ai beaucoup apprécié. J’ai aussi beaucoup aimé sa gentillesse et sa générosité, j’ai aimé la relation qu’elle entretient avec son père. Bref, c’est un carton plein pour moi. On va suivre Eleanor dans sa découverte du domaine et, de manière générale, son séjour au sein de la demeure des Hunt.

La seule petite chose qu’il m’a manqué dans ce roman, c’est le point de vue de Henry. En effet, c’est le personnage masculin principal de l’histoire et on ne le perçoit qu’à travers les yeux d’Eleanor. En effet, j’aurais aimé avoir ses pensées de ce personnage et de voir comment il perçoit les choses.

L’intrigue est très bien ficelée, j’ai beaucoup apprécié ce que j’ai lu. Je ne connaissais pas la plume de Liv Fox bien que j’ai plus d’une fois louchée sur plusieurs de ses ouvrages. J’ai trouvé que l’auteure a vraiment fait un excellent travail. En effet, les détails sont là, c’est précis, c’est beau. On passe d’excellentes fêtes de Noël grâce à la précision des mots de l’auteure, grâce à la construction des personnages et à leurs psychologies fines. C’est vraiment un très bon moment de lecture qui vous attend. Je trouve que l’équilibre est parfait entre le sérieux de l’intrigue et les moments plus détendus. Je pense à la bataille de boules de neige ou encore la maladresse de notre personnage principal… C’est vraiment très sympathique. On sent toute l’ambiance de Noël dans ce roman grâce à ces détails.

En définitive, ce roman frôle le coup de cœur. C’est vraiment magnifique. Bravo à Liv Fox pour ce superbe roman qui transpire la tradition des romances historiques. On se sent bien avec les personnages et on y trouve notre bonheur. Eleanor porte ce roman à bout de bras de manière merveilleuse. Je me suis sentie aussi bien que dans les univers de Julia Quinn, de Lisa Kleypas ou encore d’Eloisa James. Liv Fox a fait très fort! Bravo

03 bonnes raisons de lire ce roman :

  • Un personnage principal piquant et très humain
  • Les descriptions et le train de vie décrits. J’adore cela !
  • La plume de l’auteure que j’ai trouvée remarquable

4.5

19

Hopeless romantic – Tome 01 : lies de Sissie Roy

jvHNu2P7MUthd6QKff8CPNiiVYwRésumé : Lacey Jenkins, fille d’un célèbre musicien, baigne dans le monde de la musique depuis sa tendre enfance. Enfin, tendre n’est peut-être pas le mot. Il y a dix ans elle a créé son groupe, Hopeless Romantic, qui aujourd’hui est sur le déclin. Pour lui donner un nouveau souffle, Gerry, leur manager, fait appel aux frères Combs, très réputés dans le monde fermé de la musique. Si Aaren accepte avec plaisir, James compte bien de ne pas céder à la pression. Après tout, quand ils étaient au fond du trou, personne n’est venu les aider ! Il n’a pas l’intention de se plier aux caprices d’une fille à papa. Mais tout se sait dans ce monde, y compris les mensonges. Vont-ils arriver à travailler ensemble ? Quand la vérité éclatera, Lacey arrivera-t-elle à la supporter ? Et James, a-t-il pris part à tout cela ?

~ Service presse ~

Je remercie chaleureusement Evidence Editions pour l’envoi de ce service presse. Sissie Roy est une auteure que j’ai croisé avec le premier tome de Together (et d’ailleurs, je vous écris bientôt à propos du deuxième tome). Sa plume m’ayant bien plu, j’ai décidé de poursuivre ma découverte avec Hopeless romantic.

Hopeless romantic met en scène Lacey Jenkins, une jeune femme chanteuse et musicienne qui est célèbre grâce à son groupe de musique. Seulement, Lacey a un père musicien connu dans le monde entier. Il est dur de se faire sa place dans le monde de la musique lorsque son père est passé avant. On ne sait pas si on est pris pour son talent ou pour l’influence de son père. Lacey n’a pas de bons rapports avec son père qu’elle a plus vu et entendu lors de ses concerts qu’autour d’une table pour le repas. Intransigeant et perfectionniste, il n’a pas peur de blesser ses filles pour qu’elles donnent le meilleur d’elles même.

Lacey est donc le leadeur de son groupe Hopeless romantic. Avec sa sœur, son petit copain et son meilleur ami, ils sillonnent depuis des années les salles de concert. Cependant, ils le sentent, ils sont sur le déclin. Lacey ne sait plus qui elle est ni ce qu’elle veut vraiment. Si la musique a une place très importante dans sa vie, son métier ne la porte plus comme avant, il lui manque quelque chose. Il semblerait que la petite flamme se soit éteinte… C’est à ce moment que les frères Combs vont apparaitre grâce au manager des Hopeless romantic. Ils sont là pour donner un coup de main et par la même occasion une image un peu moins terne du groupe. Aaren et James sont deux frères assez différents mais qui vont ajouter une sacrée dose de piment dans l’équipe. James ne veut pas céder à la pression alors qu’Aaren est plus ouvert à la discussion. Celle qui va repousser James et Aaren d’emblée, c’est Lacey. James va se montrer plus qu’incorrecte avec elle et mettre le feu aux poudres. Une relation ennemies to lovers va alors se mettre en place entre les deux.

Dans l’ensemble, l’idée m’a beaucoup plu. Je pense qu’il y a certains passages un peu trop rapides pour moi (je pense à la mise en place de la relation particulière entre James et Lacey) mais sinon, j’ai beaucoup apprécié ce premier tome qui donne envie de connaitre la suite. Même si Lacey et James sont les personnages les plus importants de ce premier tome, je trouve que Sissie Roy laisse de la place  tous les personnages sans forcément se focaliser en totalité sur la romance. En effet, le monde de la musique est assez bien exploité dans ce premier tome : les enregistrements, les conflits entre membres du groupe mais aussi les contrats, la manipulation, l’abus de confiance… Je trouve que tout est très bien dosé et intelligemment mis en place. Je vous avoue que le premier tome se termine sur un cliffhanger de malade et que j’ai bien envie de savoir la suite ! Il fera partie de mes prochaines demandes de service presse.

J’ai apprécié aussi les obstacles que Lacey va devoir traverser. Au-delà des relations personnelles qu’elle tisse dans ce roman, j’ai aimé aussi la remise en question à travers une quête identitaire. Il est dur de vivre dans l’ombre de quelqu’un notamment lorsqu’il s’agit de son père. Cette idée d’une relation très difficile entre un père et ses filles et assez sympathique et propose quelque chose d’original avec le monde de la musique qui vient s’intégrer à tout cela.

James est un personnage bien construit. Sous l’attitude du parfait petit con, il reste un homme qui sait écouter et retranscrire les émotions des gens dans ses chansons. C’est très intéressant de comprendre la construction des personnages. J’ai aimé le découvrir et le connaitre un peu plus. J’ai trouvé sa relation avec Lacey assez ambigüe mais très bien construite. Tout n’est pas rose dans la vie et l’autre le montre très bien à travers la relation que James entretient avec Lacey.

La plume de Sissie Roy est très agréable ! A l’image de ce premier roman, elle est fluide et permet une bonne compréhension de l’intrigue. Malgré quelques moments trop rapides pour moi, on se retrouve avec une intrigue qui mêle les émotions à la musique, la quête identitaire à l’avenir d’un groupe. Bref, on se prend rapidement au jeu. Vivement le deuxième tome que je puisse connaitre la suite des aventures de Lacey !

03  bonnes raisons de lire ce premier tome :

  • Plonger dans le monde de la musique est très sympathique !
  • Le duo Lacey/James que j’ai beaucoup apprécié
  • La plume de l’auteure que j’ai trouvé très sympathique

4.5

22

Le messager des Habsbourg de Coralie Winka

51S8ITKq7hL._SX195_Résumé : Après la mort de Charles le Téméraire en 1477, Marie, sa fille de dix-neuf ans, se retrouve seule à la tête du duché de Bourgogne qu’elle risque de perdre au profit du Royaume de France. Non seulement elle se trouve confrontée à l’avancée des troupes de Louis XI qui conteste son titre, mais elle doit aussi faire face aux habitants de Gand qui s’insurgent contre le coût des guerres incessantes. Lorsque les États Généraux retiennent la duchesse prisonnière dans son propre château, celle-ci peut heureusement compter sur le soutien de Clotilde, sa couturière, pour l’aider à transmettre un message à Maximilien de Habsbourg, le seul en mesure de la protéger face aux menaces qui la guettent. À cette fin, Clotilde n’hésitera pas à braver le danger pour entrer en contact avec Hans, un messager du Saint-Empire Romain Germanique en mission à Gand.

~ Service presse ~

Je remercie chaleureusement Coralie Winka pour l’envoi de son roman publié chez Gloriana. J’avoue que j’aime beaucoup la plume de Coralie Winka et plus particulièrement lorsqu’elle s’adonne au genre historique. J’ai adoré le roman qui se passait durant la seconde guerre mondiale. Ici, on change de période et de lieu mais cela reste très bon. Coralie Winka signe un superbe roman dont l’intrigue est rondement menée.

Qui dit roman historique dit… Histoire ! Vous êtes tous surpris, j’en suis certaine. Ici, on va s’intéresser au 15ème siècle et plus particulièrement à la période de la mort de Charles le Téméraire. La révolte gronde au duché de Bourgogne. La duchesse de Bourgogne se retrouve dans une situation délicate : entre la peur de la perte de son duché, les ennemis au premier rang pour la voir se casser la figure et son enfermement dans son propre château, elle va devoir compter sur Clotilde, sa couturière qui ne va pas hésiter une seule seconde à tout essayer pour la survie de la duchesse de Bourgogne.

Ce qui m’a beaucoup plu dans ce roman, c’est l’équilibre. L’équilibre entre Histoire et fiction, entre la romance et l’historique. Tout est pondéré, réfléchi et j’ai beaucoup apprécié cela. On sent toute la réflexion et le savoir de l’auteure. Elle nous le transmet sans aucun obstacle et c’est à cela que l’on repère les excellents auteurs de romans historiques. C’est vraiment un très bon point dans ce roman.

On va suivre Clotilde. A travers ses yeux, nous allons vivre un épisode historique que je ne connaissais pas mais qui reste très important. Marie de bourgogne, jeune femme, succède à son père alors que le pays gronde. Le peuple est en colère, rien ne se déroule comme cela le devrait. Avec Clotilde, on va être dans les « deux camps ». Ainsi, on va aussi bien vivre les décisions de Marie de Bourgogne que les réactions des habitants du duché de Bourgogne. J’ai beaucoup apprécié le fait que l’on soit des deux côtés. On ne laisse rien de côté ni au hasard. C’est top. Je trouve que l’idée de mettre Clotilde au centre de l’intrigue représente bien les deux côtés de l’intrigue : une couturière qui vit au sein de la vie politique du royaume. Elle est le lien entre la population et la duchesse. C’est très intéressant.

Clotilde, dans sa volonté de sortir le duché et Marie, par la même occasion, de cette situation délicate, va faire la rencontre de Hans qui est messager. Hans est un personnage que j’ai grandement apprécié pour la gentillesse qui émane de ce personnage. Hans inspire la confiance et la sympathie. Clotilde est un personnage aussi très fort, profond et intelligent. Cela permet d’avoir une intrigue riche qui va tisser plusieurs filons pour permettre une aventure palpitante. Fille de marchand, elle va se retrouve bien malgré elle dans les histoires de son père. Autre chose assez finement joué : Coralie Winka met en place l’aventure de Clotilde en lien avec Hans qui est le messager de l’empire de Maximilien de Habsbourg qui semble être l’homme de la situation. Ainsi, on va aussi pouvoir suivre l’histoire de Marie et de Maximilien.

J’ai trouvé que les relations étaient vraiment très bien traitées. C’est vraiment très sympathique. Au-delà de la relation amoureuse, il y a aussi de magnifiques liens entre Marie et Clotilde : les deux femmes sont proches et peuvent se dire les choses sans avoir peur d’un rang. Bien entendu, il va de soi que la politesse et la délicatesse sont de rigueur mais j’ai apprécié le fait que Clotilde s’exprime librement sur des sujets assez compliqués à gérer. C’était vraiment une jolie idée.

Il est vrai que le roman est tout en équilibre et finesse. J’ai apprécié que l’auteure n’en fasse pas de trop à ce sujet. Tout est mesuré et équilibré. On n’a ni trop de politique, ni trop d’action. On a un petit pied dans chaque thématique et le mélange est très sympathique.

En définitive, ce roman est une petite pépite aussi bien en termes de romance que de récit historique. Coralie Winka est une auteure que j’apprécie de plus en plus. Entre personnages savamment travaillés, décors somptueusement décrit ainsi qu’une intrigue intelligente et forte, Coralie Winka signe un roman à couper le souffle. Honnêtement, ce n’est pas une période que je retrouve aisément dans mes lectures et j’avoue que je n’y connais pas grand-chose mais ici, je suis comblée. J’ai beaucoup apprécié et cela me donne envie d’en savoir plus sur cette période historique. Le tout est sublimé par la plume de Coralie Winka qui est dynamique et fluide. Il est compliqué d’avoir une romance historique sans avoir de longueur mais l’auteure s’en sort haut la main. C’est vraiment top !

03 bonnes raisons de lire ce roman : 

  • Un équilibre certain qui fait plaisir à lire! 
  • Clotilde, un personnage que j’ai adoré. 
  • Le panel de personnages très intéressant 

5

16

Un Noël hors du commun d’Emilie De Mot

121126418_337678164126040_6869669714772614465_oRésumé : Mollie, fan incontestée de Noël, célibataire et maman du petit Charly âgé de 9 ans n’a que quelques jours pour trouver un lieu de vacances pour faire rêver son fils. Grâce à l’aide de sa mère, elle trouve une opportunité incroyable : une semaine de vacances dans le village du père Noël. Lorsqu’elle croise la route d’Eden, son cœur palpite au rythme des chants de Noël. En revanche, elle n’avait pas prévu qu’elle serait pourvue d’une mission très spéciale : sauver Noël. Claus II réserve une surprise de taille à nos vacanciers, entre réel et imaginaire la frontière est souvent mince. Mollie parviendra-t-elle à sauver Noël ? Parmi les cadeaux sous son sapin, trouvera-t-elle un beau brun pour lui réchauffer son cœur ?

~ Service presse ~

Je remercie chaleureusement M.E.C Editions pour l’envoi de ce roman en service presse. J’en profite pour vous souhaiter à toutes et à tous un joyeux noël. Quoi de mieux qu’une chronique 100% noël pour cela ? J

On fait la rencontre de Mollie. Mollie est une jeune mère de famille mais aussi une jeune femme pétillante qui a une vie assez sympathique. Célibataire, elle essaye de trouver une personne dans sa vie pour équilibrer tout cela. Elle a aussi un mignon petit garçon : Charly qui ne peut compter que sur sa maman pour avoir un peu d’attention et de temps. Bien que son papa soit présent dans sa vie, il a une fâcheuse tendance à faire passer sa carrière professionnelle avant sa vie personnelle et donc son fils. Une fois n’est pas coutume, Mollie se retrouve à devoir organiser des vacances de Noël de dernière minute parce que Charly se retrouve seul pour Noël.

Ne perdant plus une seule seconde, Mollie va trouver LES vacances que son fils va adorer et elle aussi par la même occasion ! Le village du père Noël s’ouvre à eux deux. Une rencontre va bouleverser la vie de Mollie. Eden ! Son prénom va-t-il être aussi merveilleux que l’endroit qu’il décrit ? C’est ce que nous allons découvrir.

C’est dans les Hautes Alpes que notre village de Noël se trouve. C’est un joli petit village que les gens aimant Noël voudraient habiter à longueur d’année. Le rêve pour Mollie et Charly. Ca sent bon le pain d’épices, les chants de Noël, les cadeaux et les sapins. En contrepartie de petites tâches, Mollie peut, si elle le souhaite, offrir de sublimes vacances à son fils… Cela semble être un bon compromis. Elle accepte ce sacrifice pour son fils. Bien que le sacrifice ne soit pas énorme puisque Mollie adore Noël. C’est toujours compliqué d’adorer Noël mais de ne pas avoir le budget nécessaire pour le fêter correctement. Pourtant… Une fois arrivés sur place, mère et fils vont vite se rendre compte que quelque chose cloche… Et l’intrigue prend une impulsion salvatrice au roman. S’ouvre alors un panel de personnages liés à Claus II. Bravo pour cette idée, j’ai adoré !

A travers ce roman, j’ai passé un très bon moment de lecture. Honnêtement, j’avais besoin d’une petite pause dans mes lectures. J’ai essuyé une sacrée panne de lecture. Voulant être à jour dans mes services presse, je me suis lancée dans cette lecture en me demandant si j’allais savoir la lire… La réponse est oui ! C’est frais, dynamique et très bien pour cette saison de l’année.

J’ai beaucoup apprécié Mollie et Charly. Ces vacances vont être magiques et révélatrices pour nos deux personnages. J’ai adoré découvrir Mollie et la mission « sauvetage de Noël ». Je trouve que ce roman pourrait vraiment être retranscrit en film. Il est tout ce que l’on attend d’une romance de Noël. Munie d’un chocolat chaud, j’ai passé un très bon moment de lecture.

Au départ, j’ai eu un peu peur. La raison ? La rapidité. En effet, j’ai trouvé que le roman allait vite, trop vite. En quelques pages, la situation est posée, la vie privée et professionnelle de Mollie aussi et les voilà partis. Je n’ai pas eu le temps de me poser dans la vie de Mollie que j’étais déjà dans ce village de Noël. Sur la même page, il y avait quelque chose qui expliquait que le personnage reviendrait plus tard sur un pan de sa vie… Très bien, idée assez bonne quand elle est bien construite mais quand j’ai l’information quelques lignes plus tard, je trouve que cela n’ajoute rien à l’intrigue. Cependant, ces petites choses sont vite disparues et ont laissé place à la magie de Noël, à l’humour et à la personnalité de Mollie. La romance est aussi très agréable à découvrir.

La plume de l’auteure est fraiche et très cinématographique. On s’y croit sans aucun problème. Cependant, il n’y a pas vraiment de surprises dans le déroulement de l’intrigue. Même si le village est un petit mystère, on voit rapidement où l’auteure veut en venir.

En définitive, j’ai passé un bon moment de lecture en compagnie de Mollie et de la plume de l’auteure que je ne connaissais pas. C’est une jolie découverte faite pour être adaptée en téléfilm de Noël. Le personnage de Mollie est lumineux et très bien développé tout comme les descriptions, la romance de Noël et la relation entre Mollie et son fils Charly.

03 bonnes raisons de lire ce roman :

  • Une belle romance de Noël
  • Un cadre agréable et très bien décrit
  • Une plume très sympathique.

4

12

Le grand art des petites escroqueries de Sophie Endelys

Le-Grand-art-des-petites-escroqueriesRésumé : Juillet 1989. Julia James est victime d’un terrible accident de voiture. La talentueuse journaliste, qui peinait sur son livre Le Grand Art des petites escroqueries, avait loué une dépendance sur la propriété de la Fondation Saint-Just – une école qui propose des stages révolutionnaires de développement personnel – pour l’été afin d’y achever son manuscrit. Avril 2010. Sa fille, Clémence, reçoit un colis contenant 502 dessins réalisés par Julia, qui est morte en 1999 – dix ans après son décès officiel –, au couvent de la Sainte-Charité, non loin de la Fondation. Pourquoi le père de Clémence lui a-t-il fait croire à la mort de sa mère ? Quel rôle ont joué l’avocat Maxence Saint-Just et Marius, l’édi­teur de sa mère ? Son grand-père lunetier, qui l’a élevée, savait-il ? Et, surtout, qu’avait donc découvert Julia à Groumenville ?

~ Service presse ~

Je remercie chaleureusement les éditions Presse de la cité pour l’envoi de ce roman. J’ai été attirée par le titre et la couverture. Le résumé n’a fait que confirmer mon envie de découvrir l’univers et la plume de Sophie Endelys.

J’avoue que cette lecture n’est pas un franc succès cette fois ci. L’idée de base est très originale : un accident, une mort qui survient 10 ans après l’annonce officielle dudit décès. Bref, pour résumé : Julia, une écrivaine, a eu un terrible accident de voiture. Clémence, sa fille a été appelé en 1989. Coup de fil redouté de tous : on lui annonce que sa mère est décédée. Cependant, dix ans plus tard, elle reçoit un colis contenant les dessins de sa mère qui est décédée… en 1999.

Le point de départ est très sympathique. Le monde de Julia s’effondre. Tant de questions viennent polluer son esprit ? Pourquoi ? Comment ? Pourquoi les gens autour d’elle ont décidés de lui cacher le faux décès de sa mère ?

Je n’ai pas su m’attacher aux personnages. J’ai apprécié Julia mais elle ne restera pas dans ma mémoire. Si je l’ai trouvé sympathique, ça n’ira pas plus loin. Je reconnais avec grand plaisir que l’auteure sait écrire : la plume est fine, délicate, pleine de surprise. Les mots sont choisis avec beaucoup de précision et on sent tout le travail derrière. Je pense, sincèrement, que je ressayerai avec un autre titre la plume de l’auteure. Je pense que c’est intrigue qui m’a fait défaut. En effet, je n’ai pas su accrocher à cette intrigue. J’ai lu, posé le roman, repris ma lecture, poser le roman de nouveau. C’était un jeu sans fin jusqu’à la dernière page à cause de la construction. Elle est trop compliquée pour moi.

L’auteure va utiliser la symbolique dans son roman : en effet, les métiers des personnages sont assez significatifs : entre romancière (qui invente des histoires), marionnettiste (qui manipule les petits pantins) et bien d’autres, on retrouve vraiment la manipulation de manière générale dans le roman. J’adore ça. C’est ce que j’aime trouver dans la grande littérature. Et c’est ce qui me fait dire que l’auteure a du talent.

Quand je parle de la construction, je parle du changement des points de vue, des temporalités et des flashes back… Si d’habitude, cela ne me dérange pas, j’ai eu cette impression de suivre un échange lors d’un match de tennis : ma tête allait dans tous les sens sans forcément comprendre pourquoi. C’est déroutant mais je ne comprends pas pourquoi aller si vite. On perd le lecteur. Cela permet de coller à la thématique de la manipulation et de l’escroquerie, c’est certain. On perd le lecteur pour le surprendre. Mais personnellement, cela n’a pas fonctionné pour moi. Je trouve que la couverture est très symbolique. Cet escalier en spirale mime très bien l’intrigue : c’est sans fin.

Certaines thématiques soulevées restent intéressantes : j’ai aimé la manière dont on traite du mensonge de manière générale. La place du mensonge dans la société est assez importante et cela nous permet de nous interroger sur la société. De nombreux évènements vont mettre en lumière la mensonge, la manipulation ainsi que la trahison. Peu glorieux me direz-vous… Cependant, l’auteure parvient à traiter ces thématiques de manière intelligente. Au-delà de cette réflexion intéressante, j’ai trouvé des évènements trop gros pour qu’ils soient crédibles… Cela ne permet pas une bonne appréhension de l’intrigue. A partir du moment où la crédibilité n’est pas présente dans l’intrigue, ce n’est pas possible pour moi d’apprécier un roman à sa juste valeur. J’ai passé plus de temps à chercher les incohérences qu’à m’attacher aux personnages ou à l’enquête. Dommage.

Je ne vais pas m’attarder plus longtemps sur ce roman. Je reste persuadée des qualités de la plume de l’auteure. C’est juste l’intrigue qui ne m’a pas plu. Cela arrive et cela n’enlève rien au talent d’un auteur. Bravo pour avoir soulevé des thématiques importantes et d’avoir dessiné une fresque sociale intéressante.

14

Fireman tome 01 : Inflame me de Mila Marelli

fireman-tome-1-inflame-meRésumé : Ils n’ont rien en commun. Lui est pompier, il combat le feu et les dangers tous les jours. Il attend celle qui partagera sa vie, une femme douce avec qui il fondera un foyer chaleureux. Elle est une organisatrice de soirées mondaines, elle aime les fêtes, ses amis et sa liberté, et aucun homme ne lui fera changer cela. Et pourtant, leur rencontre va être explosive ! Seront-ils prêts à faire tomber les barrières qu’ils se sont imposées ?

~ Service presse ~

Je remercie chaleureusement Evidence Edition pour l’envoi de ce roman en papier. Je suis certaine que le reste de cette saga va finir dans mes étagères. C’est Noël dans quelques jours maintenant, il n’est pas encore trop tard pour acheter ce premier tome et l’offrir aux lecteurs et lectrices qui apprécient le New Adult. Les fans de Marked Men vont adorer Fireman ! C’est O-BLI-GA-TOIRE ! Vous l’aurez probablement compris : coup de cœur enflammé en vue !

Ezéchiel et Zoé sont comme le feu et la glace : lui, pompier, est un jeune homme qui veut fonder une famille, agrandir le cercle des enfants dans sa famille plus que soudée. Ezéchiel cherche une femme pour vivre avec lui la plus grande aventure de sa vie. Zoé est une patronne au cœur de glace. Elle est directe, n’a pas peur de faire ce qu’elle veut et dire ce qu’elle veut. Elle est fan de sensations fortes et filer des attaques cardiaques à son cher père. Elle ne veut pas d’homme dans sa vie : les relations sans lendemain lui vont très bien. Ezéchiel et Zoé n’ont rien à faire ensemble et pourtant leur rencontre va être explosive et délicieuse. Les personnalités sont différentes, les caractères bien trempés. C’est vraiment un chouette premier tome que nous propose de découvrir Mila Marelli.

Vous le savez bien maintenant, le New Adult pour moi est dangereux. Pas assez d’équilibre, trop de vocabulaire cru. La limite est fine entre l’érotique et le pornographique. Personnellement, lire du sexe, du sexe et encore du sexe, cela ne m’intéresse pas. Une intrigue cousue de fils blancs pour mettre en scène deux personnages vides et qui ne vont que faire voler leurs vêtements, c’est mauvais pour moi. Mila Marelli vient de se hisser à la hauteur que j’apprécie énormément ! Elle a réussi à mettre en place le parfait équilibre entre érotisme, personnages forts et bien construits et une intrigue intéressante. Quoi de plus beau ? Quoi de plus beau, surtout en cette période.

Inflame me est un premier tome très bien maitrisé. Il met en place un panel de personnages très intéressant et varié. Ainsi on va faire la rencontre de la famille d’Ezéchiel, de ses collègues pompiers de la sphère familiale de Zoé et ses amies. Il y en a pour tous les gouts. Cela ouvre de nombreuses perspectives pour les prochains tomes et je suis très curieuse de voir où cela va nous mener. Lorsque je fais référence à Marked Men, je pense surtout à la construction : les frères, une thématique qui rassemble beaucoup de figures masculines de la saga, une romance intense et à laquelle on accroche très vite. Mila Marelli construit un univers moderne et dynamique, j’ai énormément apprécié ma découverte.

Je pourrais, je le crois, passer ma journée à vous parler de ce premier tome et vous inciter à le découvrir et à l’acheter. Une fois de plus le livre objet est très bon et beau. Les pages se tournent facilement et sont très agréables. Le roman est maniable à souhait sans l’abîmer. C’est vraiment très agréable à lire tant la qualité des mots et du papier est présente.

La thématique du monde des pompiers est vraiment présente. Même si on a l’image du pompier musclé qui fout le feu au lit, il n’y a pas que ça. On a vraiment le monde des pompiers qui est présent mais dans la partie technique et pratique de la chose. On vit avec les pompiers des moments durs, des moments forts. Pour avoir des amis pompiers, je sais qu’on ne fait pas ce boulot comme on peut se tourner vers des jobs purement alimentaires. Etre pompier, c’est dans le sang, c’est une vocation. « Sauver ou périr ». A travers le personnage d’Ezéchiel et ses camarades, on comprend parfaitement leur sacrifice. C’est chouette d’avoir mis en avant cette vision du pompier. Ce ne sont pas que des fantasmes sexuels et ça fait du bien de le rappeler !

La romance entre Zoé et Ezéchiel est intéressante. J’ai beaucoup apprécié ce que j’ai découvert. Bien que radicalement différents, ces deux personnages s’attirent et l’alchimie nous saute aux yeux. Ça m’a beaucoup plus tant les émotions étaient au rendez-vous. J’ai apprécié le fait que ce ne soit pas qu’une simple histoire de sexe. On en apprend beaucoup sur les personnages et j’ai apprécié ça. De plus, le fait que les aprioris des personnages peuvent se faire malmener, ça me plait énormément aussi. J’aime beaucoup quand les personnages évoluent. C’est finement construit.

Au-delà de la construction du roman que j’ai apprécié, j’ai aussi apprécié l’alternance des points de vue entre nos deux personnages principaux. Le tout est sublimé par une plume qui est pleine d’émotions, d’humour et dynamique. Avec un personnage comme Zoé la tornade, le roman ne souffre d’aucune longueur, je peux vous l’assurer !

Bravo à l’auteur pour ce premier tome ! Un sans-faute pour moi et franchement, c’est assez rare pour un premier tome !

03 bonnes raisons de lire ce premier tome :

  • Le duo Ezéchiel/Zoé que j’ai beaucoup apprécié
  • Le panel de personnages que j’ai beaucoup aimé tant il est fort et varié
  • La plume de l’auteure. Géniale !

5

15

Pointes ou Rangers – Tomes 1 et 2 d’Ellie Thellier

Résumé tome 01 : Julie pensait son avenir de danseuse tout tracé jusqu’à ce qu’elle perde tout à cause d’un homme. Tirant un trait sur ses rêves, elle s’est lancée dans une carrière de gendarme où elle tente jour après jour de vaincre ses peurs. Suite à une tragédie familiale, Luke a dû mettre de côté sa carrière militaire pour prendre en charge les jumelles de son frère, à présent orphelines. Avec ces nouvelles responsabilités, il s’est réorienté dans le droit et officie en tant qu’avocat auprès de jeunes en difficultés. Lorsque leurs routes se croisent, l’attirance est immédiate. Mais Julie parviendra-t-elle à oublier le passé pour refaire confiance à un homme ? Luke trouvera-t-il de la place pour l’amour dans son nouveau quotidien ?

NE PAS LIRE LE RESUME DU TOME 02 SI PEUR DU SPOIL

Résumé tome 02 : Après avoir failli tout perdre une fois de plus, Julie se lance à corps perdu dans la nouvelle existence qui l’attend en Italie, dans une prestigieuse école de danse. Si son futur professionnel s’annonce radieux, il n’en va pas de même pour sa vie privée. En proie à toujours plus de doutes, elle peine à concevoir un avenir avec Luke à qui elle ne parvient pas à livrer ses sentiments. De quiproquos en malentendus, du Sud de la France à Rome, Luke et Julie devront encore se battre pour atteindre leurs objectifs. Et quand les fantômes du passé viennent hanter le présent, tout se complique. Entre pointes et rangers, l’amour et la passion pourront-ils triompher ?

~ Services presse ~

Je remercie chaleureusement les éditions Alter Real pour l’envoi de ces deux tomes. J’ai fait la demande de ces services presse parce que les résumés m’ont beaucoup plu. Pour une fois, je n’ai pas craqué pour les couvertures. J’avoue que, pour le coup, elles ne sont pas forcément attirantes. Bien évidemment, cela reste mon avis personnel et je peux aisément comprendre que les lecteurs et lectrices soient attirés par ces dernières mais ce n’est pas mon cas.

A la lecture de la couverture, je me suis dit que j’allais encore avoir à faire à un énième bad boy qui va penser avec son entrejambe et non son cerveau… Et … Pas du tout ! Luke est vraiment un personnage aux antipodes de ce que la couverture peut dégager. J’ai vraiment été surprise mais je me dis que les lecteurs et lectrices qui s’arrêtent uniquement sur les couvertures vont, ici, passer à côté d’une lecture très agréable

Pointes ou Rangers est la duologie des associations improbables ! Je ne pensais pas que la gendarmerie et la danse pouvaient fonctionner ensemble. Ellie Thellier me prouve que c’est possible et cela me fait vraiment plaisir. J’ai trouvé de l’originalité dans les thématiques traitées. C’est chouette. Si on ne pense pas à associer les pointes de la danseuse et les rangers de la gendarme, je n’aurais pas non plus pensé pouvoir associer Luke et Julie. Ils semblent tellement différents qu’il parait impossible de les lier par quoi que ce soit… Et pourtant ! C’est tout l’intérêt de cette duologie.

J’avoue que j’ai eu un peu de mal au départ. Le rythme est très rapide : les chapitres sont courts, l’alternance des points de vue fait que l’on quitte l’un pour retrouver l’autre mais j’ai eu l’impression de suivre un match de tennis à faire des allers-retours dans mon esprit. J’ai eu du mal à m’accrocher à Julie. J’ai trouvé que le rythme prenait un rythme de croisière une fois les cinquante premières pages passées. J’ai eu l’impression d’avoir trop d’informations d’un coup et j’ai été un peu perdue. Cependant, cette sensation s’est dissipée au fil de ma découverte qui s’avère, au final, assez intéressante.

Ce qui a sauvé ma première impression du premier tome, c’est l’évolution des personnages. En effet, au départ, j’ai eu du mal avec le personnage de Julie. Pour moi, il y a eu quelques incohérences entre ces actes et ce qu’elle dégage. Maintenant, il n’y a rien de grave. Si ce personnage n’a pas été un coup de cœur direct, j’ai appris à l’apprivoiser et à l’apprécier. Le gros point fort du panel de personnages, c’est Luke que j’ai beaucoup apprécié pour la personne qu’il est et les valeurs qu’il dégage et qu’il souhaite inculquer à Lucia et Ana. Julie, cette jeune femme distante et rongée par ses peurs et Luke, cet homme à la carrure incroyable, qui a du faire des choix difficiles dans sa vie vont se rencontrer et former un duo de personnages improbable mais crédible.

L’auteure va soulever des interrogations assez convenues mais qui fonctionnent : Est-il possible de faire confiance après une déception ? Est-ce que malgré leurs différences deux personnes peuvent s’aimer ? Doit-on renoncer à ses rêves ? Faut-il braver ses peurs ? Bref, tant de questions qui vont trouver des réponses durant la découverte de l’univers que propose l’auteure.

J’ai apprécié la plume, elle donne un côté sympathique à l’histoire et permet d’évoluer de manière dynamique dans cette intrigue. J’ai aussi apprécié le voyage à Rome, très intéressant qui va marquer le véritable tournant dans l’histoire et marquer l’impulsion dont l’intrigue avait besoin pour démarrer réellement.

En définitive, malgré la rapidité au début du premier tome, j’ai su prendre le temps de découvrir l’univers de l’auteure qui est plein de surprise. J’ai eu un peu de mal à m’attacher à Julie mais cela est équilibré par le personnage de Luke que j’ai grandement apprécié dès le départ. Une plume fine et détaillée vient sublimer l’intrigue qui regorge de bonnes idées !

03 bonnes raisons de lire ce roman :

  • Le panel de personnages bien que Julie fut un personnage un peu dur à appréhender
  • L’originalité de l’association des thématiques de la danse et du cadre militaire dans sa globalité.
  • La facilité de l’intrigue ce qui permet de passer un moment de lecture tranquille et plaisant

3.5

23

PAL mensuelle décembre 2020

decorating-christmas-tree-2999722_1920 (1)

Hello tout le monde, on se retrouve pour ma PAL de décembre. Je ne m’y prends, encore une fois, pas à l’avance mais vous voyez ainsi mon prévisionnel =) (Bon, il est déjà bien entamé :))
Mois 100% SP pour la simple et bonne raison que je suis en retard dans mes lectures =)

Glitter_08c57aa14f

Il y a du beau monde, non ? 🙂 
J’ai déjà lu quelques romans et rattrape mon retard sur ma PAL de novembre… Malheureusement, il y a eu un léger manque de temps qui risque de se reproduire en décembre même si j’aimerai tout boucler pour le 31 décembre 2020. En terme de lecture, c’est possible mais pas forcément en terme de chroniques. M’enfin, on va se débrouiller =) 

Des bisous et bonnes fêtes!

27

La dernière geste – Tomes 01 et 02 de Morgan Of Glencoe

Résumé tome 01 – Dans l’ombre de Paris : Depuis des siècles, les humains traitent les fées, dont ils redoutent les pouvoirs, comme des animaux dangereux. Lorsque la princesse Yuri reçoit une lettre de son père lui enjoignant de quitter le Japon pour le rejoindre, elle s’empresse d’obéir. Mais à son arrivée, elle découvre avec stupeur qu’elle a été promise à l’héritier du trône de France ! Dès lors, sa vie semble toute tracée… jusqu’à ce qu’une femme lui propose un choix : rester et devenir ce que la société attend d’elle ou partir avec cette seule promesse : « on vous trouvera, et on vous aidera. » Et si ce « on » était la dernière personne que Yuri pouvait imaginer ?

Résumé tome 02 – L’héritage du rail : Alors que la nouvelle se répand en Keltia, Yuri, ramenée de force à l’ambassade du Japon, est déterminée à reprendre sa liberté malgré tout. Mais comment fuir, et où trouver refuge ? Seul le Rail semble désormais capable de lui donner asile… Après les débuts en fanfare de la série La Dernière Geste de Morgan Of Glencoe, romancière et harpiste professionnelle, voici enfin le deuxième tome très attendu des lecteurs et lectrices.

~ Services presse ~

Je remercie chaleureusement les éditions Naos pour l’envoi de ces deux tomes en service presse. Je pense, sans vouloir trop me mouiller, que les deux tomes de la dernière geste sont probablement l’une de mes meilleures lectures de cette année. Je remercie Naos pour m’avoir envoyé les deux tomes d’un seul coup, ma santé mentale était en jeu…

Vous allez vous dire que cela est impossible à lire sur le blog mais j’ai eu un méga coup de cœur pour un roman qui mêle le steampunk (jusque-là, rien d’étonnant), l’uchronie (jusque-là, on est bien aussi) et aussi la dystopie (prenez votre petit sachet en papier et respirer leeeentement). Pauline a adoré une intrigue incluant une dystopie ! Pour les personnes qui sont un peu perdues, je vais faire un bref point « définition ». Une uchronie est un genre de la fiction qui se base sur le principe de réécrire l’Histoire en modifiant quelques points. Par exemple, on peut trouver des intrigues qui partent du principe qu’Hitler a gagné la seconde guerre mondiale. Le steampunk s’installe dans des intrigues principalement dominées par la première révolution industrielle. La dystopie est, au contraire de l’utopie, marquée par un monde imaginaire où il est difficile de vivre. On a un superbe mélange dans cette intrigue. Morgan Of Glencoe est vraiment ultra intéressante en tant qu’auteure : elle mélange avec brio les cultures, elle brasse un monde qui semble s’opposer mais qu’elle construit à merveille.

Le monde est vraiment intéressant. On est dans une France qui est une sorte de super puissance. La monarchie est installée. Ainsi, on va ainsi avoir le droit de rencontrer le roi, sa cour et tout ce qui va avec le package de la royauté. Une autre grande puissance va aussi émerger dans l’intrigue : le Japon. La touche nippone ajoutée est vraiment très agréable et apporte quelque chose de novateur. Mais d’un autre côté, pour venir casser ce décor qui peut s’apparenter au XVème/XVIème/XVIIème siècle, on va planter le décor en 1995 et proposer des technologies très poussées dans cet univers. On va retrouver cette idée de population riche et population pauvre. La population riche va savoir utiliser ces technologies innovantes qui vont révolutionner la vie et la population pauvre va subir ce manque de technologie et va en être privée.  Cela permet de découvrir un univers très original qui m’a tout de suite happée.

Les personnages sont aussi très sympathiques. On progresse dans une histoire qui nous propose de découvrir un monde de fées inspiré par les légendes et mythes celtes. J’ai beaucoup apprécié le fait de trouver des légendes et des mythes celtes dans cette histoire ! On ajoute une nouvelle touche d’originalité à ces décors qui me plaisait déjà énormément. On ne se contente pas de fées du style Clochette ou la marraine la bonne fée. On est vraiment dans un monde où on peut avoir des créatures bienveillantes mais aussi malveillantes. On va proposer aussi de croiser le chemin d’humains. La princesse Yuri Nekohaima est une jeune femme séparée de son père par des milliers de kilomètres : l’une au Japon, l’autre en France. Un jour, Yuri est demandée auprès de son père, vivant en France. Elle n’a pas d’autre choix que de le rejoindre. Elle va traverser ces milliers de kilomètres à bord de l’Orient Express, train qui a ses propres règles dont sa commandante est intransigeante.

Yuri va se retrouver dans une situation très délicate : entre sa liberté et son père. En effet, son père lui annonce qu’elle va épouser le Prince de France. Elle entre dans un monde de faux semblants, de trahison et d’hypocrisie. Un jour, elle va avoir la possibilité de choisir et de quitter ce monde qu’elle exècre tant pour pouvoir vivre sa vie comme elle l’entend. L’intrigue démarre ainsi et Yuri va vite se révéler être un personnage fascinant que j’ai grandement apprécié. Sans être parfaite, Yuri va se montrer pleine de courage et d’intelligence. Elle sait se montrer dure mais aussi être équilibrée dans ses réactions. Je l’ai beaucoup appréciée. Dès qu’elle sort de son cocon de protocole, de cultures et de traditions, la chenille se transforme en papillon et vient illuminer l’intrigue.

Au-delà de la fresque qui se dessine, on est vraiment dans la création d’un monde dans sa totalité. On va se retrouver avec des personnages de différents bords : des pauvres, des riches, des nobles, des rebelles. Il est difficile de parler de tous les personnages tant je veux vous laisser la surprise mais on va vraiment avoir un sacré panel qui se dessine au fur et à mesure de ces deux tomes. Ils apportent de l’épaisseur à l’intrigue. Ils vont évoluer et se développer dans les deux tomes mais principalement dans le deuxième tome.

On termine le premier tome sur un cliffhanger de fou. J’ai eu la chance de pouvoir embrayer sur le deuxième tome tout de suite. Pourtant, j’ai mis du temps à me lancer dans l’aventure. J’en conviens bien : les couvertures sont magnifiques mais j’ai eu du mal à me mettre dans ma lecture tant j’avais peur de plonger dans un univers qui ne me convient pas. Grand bien me fasse, je me suis complètement plantée.

On a un équilibre entre action et découvertes des cultures, des traditions dans un monde qui ressemble au notre mais qui est bien différent. Dans cette uchronie, j’ai apprécié découvrir des personnages variés et colorés qui apportent une épaisseur certaine à l’intrigue. Yuri est un personnage remarquable que j’ai beaucoup apprécié pour ce qu’elle dégage : elle a ce calme qui est probablement dû à son éducation au Japon mais aussi cette intelligence et ce courage qu’elle a trouvé dans son voyage incroyable.

Si on parlait un peu de la plume ? QUELLE BEAUTE. Naos signe une auteure formidable dont la plume n’a d’égal que son imaginaire. J’ai été transportée par l’histoire, par les mots mais aussi par les émotions. Quelle beauté. Morgan of Glencoe nous dessine une fresque sociale qui s’approche de la nôtre en proposant une belle interrogation sur la place de la femme dans une société imaginée mais qui nous rappelle, par touches, la nôtre. Je suis vraiment sous le charme de la plume et de cet univers qui va mélanger les genres, les cultures, les styles. Bravo pour ce cadre formidable, pour ce monde original et coloré dans lequel on évolue avec des personnages travaillés à la perfection. Tout est maîtrisé et équilibré. Bravo !

Je suis fan.

Bravo.

Perfection.

03 bonnes raisons de lire ces deux romans :

  • Le monde original que l’auteure nous propose de découvrir
  • Les personnages et surtout Yuri
  • Les cultures, le cadre social, les différentes sources d’inspiration que j’ai adorés !

5

9

La messagère de l’ombre de Mandy Robotham

CVT_La-messagere-de-lombre_9922Résumé : En 1943, le monde est ravagé par la guerre. À Venise, la jeune Stella brûle de prendre part à la lutte contre les nazis et elle est recrutée par la Résistance italienne et jetée dans la gueule du loup. Durant la journée, la jeune femme travaille comme traductrice pour des officiers allemands et intercepte des informations stratégiques. La nuit, elle risque également sa vie en faisant passer des messages pour la résistance et en rédigeant un journal clandestin. C’est à la Kommandantur qu’elle tombe amoureuse d’un homme qui collabore avec les Allemands. Mais dans l’enfer de la guerre, comment croire en un quelconque avenir ensemble ? Au fur et à mesure que l’étau se resserre autour de Stella, elle découvre la part d’ombre que dissimule l’homme qu’elle aime. Leur histoire, déchirante, va faire basculer le destin de Stella dans le plus terrible des combats

~ Service presse ~

Je remercie chaleureusement Eric Poupet et City Editions pour l’envoi de ce roman. J’étais très heureuse de pouvoir lire ce roman qui me tentait grandement.

Je ne vais pas vous laisser dans un suspense insoutenable : ce roman est une formidable découverte. En effet, j’ai trouvé qu’il était équilibré, détaillé et tellement bien documenté. Je me suis sentie propulsée en 1943 à Venise pour une aventure formidable.

C’est toujours compliqué pour moi d’avoir entre les mains un roman se déroulant lors de la Seconde Guerre Mondiale. Pourquoi ? Pour la simple et bonne raison que ce décor est vu et revu. J’en ai marre de lire les mêmes histoires, le même style d’intrigue. Ici, on va se placer d’une manière un peu différente ! On va se retrouver dans une idylle interdite, dans une romance qui va nous proposer une belle aventure.

Déjà, j’adore le fait qu’on ne nous a pas présenté un énième « combat » France / Allemagne. On se retrouve à Venise, en Italie. On reconnait certains noms qui vont venir jalonner notre histoire : Hitler, Mussolini… Peut-être que ces noms vont vous dire quelque chose. La famille de Stella est certaine d’une chose : Hilter n’est pas un homme bon, Mussolini le suit aveuglément et l’Italie va basculer du mauvais côté. Le nazisme grandit de manière exponentielle, cela ne dit rien qui vaille au grand-père de Stella. Naturellement, Stella et sa famille vont se tourner vers la Résistance. J’ai beaucoup apprécié découvrir la Résistance de cette manière. C’est vrai qu’on a tendance à croire que seule la France résistante existait mais non ! L’Italie a aussi eu une Résistance comme beaucoup d’autres pays. Une petite piqûre de rappel nous fait beaucoup de bien !

Stella est une jeune femme que j’ai beaucoup appréciée. On la découvre à travers des souvenirs trouvés par sa petite-fille, Luisa, on va faire la rencontre d’une femme et d’une période historique fascinante. Stella est une jeune femme piquante, qui a ses convictions, courageuse et belle. Stella ne veut pas plier, Stella veut garder la tête haute et ne pas faire partie de ces gens qui vont collaborer. Jeune et courageuse, elle va tout faire pour libérer son pays de ce fléau qu’est le nazisme. Au risque de perdre la vie, Stella va tout faire pour pouvoir continuer à se regarder dans le miroir.

L’auteure brode intelligemment son intrigue. On va mélanger cette réalité que nous connaissons tous grâce à nos aïeuls, aux documentaires et à nos manuels d’Histoire. Le nazisme, la collaboration, le fascisme mais aussi l’occupation allemande et simplement la routine qui s’instaure malgré tout. Entre violence, trahison, famille et amitiés, on va suivre la vie de Stella Jilani qui va être la partie romancée de l’histoire. Au-delà de l’histoire de famille, on va suivre une histoire d’amour au goût d’interdit : Stella va tomber sous le charme d’un collabo. Comment vivre avec ce sentiment particulier : la joie d’avoir le cœur comblé par le sentiment amoureux et le poids qui pèse sur les épaules. Comment tomber amoureuse d’un homme qui représente tout ce que l’on déteste ? L’amour n’est pas simple et cette histoire nous le rappelle aisément. J’ai apprécié le fait que la romance ne prend pas toute la place. Le pan historique de l’histoire est très présent et j’ai beaucoup aimé cela. C’est un roman historique de qualité qu’on nous propose ici.

La narration se divise en deux points de vue et deux époques : On va vivre cette aventure avec Stella, bien évidemment mais on a aussi des chapitres qui se passent en 2017 et qui vont mettre en lumière les chapitres sur Luisa qui va tenter de comprendre l’histoire de sa famille à travers des photos, des lettres, des souvenirs de sa mère. C’est intéressant mais j’avoue que j’ai plus été transportée par les chapitres consacrés à Stella. J’ai trouvé un léger déséquilibre entre ces passages. Rien de très grave en soi.

La plume de Mandy Robotham est une véritable découverte pour moi et m’a énormément plu. En effet, j’ai adoré me perdre dans les rues de Venise. Les descriptions sont à couper le souffle et sont un véritable point fort du roman. J’ai apprécié les personnages très finement dessinés dont les caractères sont détaillés avec précision.

03 bonnes raisons de lire ce roman :

  • Le personnage de Stella que j’ai beaucoup apprécié
  • La localisation de l’intrigue : Venise et ses secrets !
  • Le côté historique de l’intrigue qui est très prenant

4.5

18

Noara : la dernière lune de Jeremy Filali et Jules Thiessart

41vVvJ8tHrLRésumé : Retournons 18 ans en arrière, où Jérémy Filali, fondateur de la société Atypique Studio, a commencé à imaginer l’univers de Noara. Durant toutes ces années, ce dernier a réfléchi à un récit comptant pas moins de 9 romans. Une histoire à base de clans, guerres, alliances et trahisons. Le prélude de cet univers pensé depuis toutes ces années est enfin disponible, Noara la Dernière Lune.

 » …Le sol convulse sous les hordes de Kragh qui tabassent les gradins au-dessus de nos têtes. La cavité humide qui nous abrite et a vu passer des combattants de légende entre ses pierres, tremble comme la feuille à l’automne. Quelques filets de pluie dégoulinent entre les commissures moisies et la mousse du plafond. Des gouttes d’eau gelées perlent sur ma nuque comme pour agrémenter la peur qui me colle aux écailles. Des araignées nous scrutent du haut de leurs toiles et nom d’une bonite comme j’aimerais être à leur place ! ​Lorsque la herse fatiguée se lève dans un grincement qui suinte la rouille, ce sont des gueulantes par torrents qui s’abattent. C’est à en devenir sourd. Amanaka s’avance en premier. En rang, par deux, nous le suivons et pénétrons dans l’arène.​ Rexes à ma gauche me souffle « ça va aller… si vous faites pas les cons… » … « 

~ Service presse ~

Je remercie chaleureusement les auteurs pour l’envoi de ce roman en service presse. J’aime toujours faire des découvertes, vous le savez maintenant. J’étais donc enchantée de replonger dans l’univers fantasy que les auteurs m’ont proposée de découvrir.

Noara : la dernière lune est un roman assez court (format poche) qui propose une découverte assez sympathique. Roman découlant d’un univers d’un jeu vidéo. J’ai trouvé ce premier volet très intéressant. Ce n’est pas un coup de cœur parce qu’il m’a manqué un petit quelque chose mais cela n’empêche pas la lectrice que je suis à avoir trouvé un sacré potentiel à ce premier tome.

Clairement, on le sait maintenant, le premier tome d’une saga fantasy est probablement le plus délicat à mettre en place : création d’une ambiance mais aussi d’un monde, il ne faut pas oublier les détails mais aussi avoir des idées pour ne pas lasser le lecteur mais il ne faut pas non plus tomber dans les longueurs interminables et des descriptions a n’en plus finir. Je trouve que les auteurs s’en sont très bien sortis !

L’univers est riche, dense et vraiment dessiné avec minutie et attention. Je trouve que les auteurs ont su équilibrer l’univers proposé : entre action et description, le lecteur se perd rapidement entre les pages de ce premier tome qui tient ses promesses une fois passé un petit obstacle. Si je n’ai pas subi de longueurs dans la découverte de ma lecture, je n’ai pas non plus atterri dans quelque chose de limpide et de clair. Le début de ce premier roman est un fouillis sans nom. J’étais complètement perdue dans ma découverte. Qui est qui ? Quel personnage parle à qui ? Bref, j’ai fait de sacrés aller-retour entre les pages de présentation des personnages et le moment où je me suis arrêtée dans ma lecture. C’est vraiment dérangeant, en tant que lectrice, d’être coupée par l’incompréhension et ses va-et-vient permanents pendant les cinquante premières pages.

Je joue un peu aux jeux vidéo sans en être totalement fan. J’ai beaucoup de mal à me concentrer et à mon plonger dans un univers virtuel sur du long terme. Enfin bref, je m’éparpille. Ce que je voulais dire, c’est que la découverte de Noara m’a poussée à proposer la lecture à mon petit frère qui, j’en suis certaine, appréciera la découverte.

Nos personnages sont des Kragh : ils sont des hommes poissons. J’ai trouvé ça super sympathique. En effet, on se retrouve avec une originalité certaine. N’étant pas une lectrice qui va plonger facilement dans la fantasy (enfin si mais ce n’est pas mon genre de prédilection), je suis vraiment très heureuse d’avoir un univers fantasy qui propose un monde marin. J’ai adoré faire la découverte des Kragh et des autres créatures marines qui les entourent : ils sont tous inspirés par des animaux marins que l’on connait et j’ai trouvé l’idée assez sympathique. Si les descriptions des décors étaient bonnes, j’ai trouvé qu’on manquait cruellement de détails sur les caractéristiques physiques de nos personnages. Je pense que c’est ce qui a commencé à semer la confusion dans mon esprit. L’idée est très bonne, mais j’aurais aimé en savoir plus. Ca a vraiment piqué ma curiosité au vif. Cependant, certains personnages se détachent du panel de personnages.

Les plumes sont délicates mais aussi très efficaces. En effet, j’ai trouvé que les idées étaient bonnes et bien exploitées. On part à l’aventure ! Une fois passé le cap du fouillis durant les 50 premières pages, on se plonge dans une aventure qui est violente. L’intrigue est assez simple : des combats doivent être remportés pour pouvoir accéder à un stade supplémentaire.  Se dessinent alors les contours de ce monde assez incroyable. En toute honnêteté, je pense que cette lecture a un potentiel incroyable mais que ce n’est pas une lecture faite pour moi. Si j’avais compris qu’il s’agissait de combats, d’arènes, de sang et de mort, je n’aurais peut être pas accepté. Simplement parce que ce ne sont pas des thématiques que j’apprécie retrouver dans mes lectures.

En revanche, il est important de souligner la qualité de la plume des auteurs. C’est vraiment très intéressant. Je suis quand même parvenue à lire ce premier tome dans sa totalité et assez rapidement. Si cela avait été mal écrit, je n’aurais probablement pas lu ce premier tome jusqu’au bout. Il reste abouti et pourra plaire aux lecteurs qui apprécient ces thématiques.

En définitive, même si je n’ai pas été séduite pas un pan de l’intrigue, je reconnais très aisément le fait que les idées sont bonnes. Je suis très étonnée par l’univers richement construit dans ce premier tome. Les personnages sont originaux et certains se détachent. Les mots sont riches, choisis avec soin et proposent une découverte assez intéressante. Les thématiques sont assez primaires : combats, arènes, violences et pouvoir. Ce n’est pas ce que je préfère dans mes lectures mais je suis persuadée que ce premier volet plaira à de nombreux lecteurs. Bravo !

03 bonnes raisons de lire ce roman :

  • L’originalité des personnages mi-hommes mi- créatures marines
  • Les décors très bien décrits
  • La construction d’un monde

3.5

20

Bilan mensuel novembre 2020

night-3078326_1920 (1)

Salut tout le monde!
On se retrouve aujourd’hui pour le bilan livresque du mois de novembre ! Mois riche, intense, compliqué. Bref ! C’est parti.
——————————————————————————————-
Bilan Livresque
——————————————————————————————-
Services presse et Comités

Nous voici donc avec un joli bilan de 19 romans + 2 romans en comité pour un total de 21 romans! Je suis contente ! (:
——————————————————————————————-
Top & Flop
——————————————————————————————-

TOP

J’ai lu mieux… 

——————————————————————————————-
Les petits rendez-vous chez Satine =)
——————————————————————————————-

mailbox-507594_1920-1

1415161718

Je tenais aussi à m’excuser pour le léger retard accumulé pour mes chroniques. En effet, la fin d’année est rude pour moi. Personnellement déjà, entre le stress de la préparation mariage, le mois de novembre qui signe la perte de ma petite mamie, j’ai perdu une personne qui m’était chère du COVID. Professionnellement parlant, je suis aussi bien prise : je coordonne des équipes d’aides à domicile. Je mange COVID matin, midi, soir et nuit et je suis sur le terrain aussi, donc j’avoue que j’ai un peu craqué. J’ai aussi choppé cette petite bêbête : je suis très fatiguée. Du haut de mes 27 ans, la fatigue persiste. Cela me pousse à vous dire de faire attention à vous et de vous protéger.
Quoi qu’il arrive tout sera mis en place avant le 31 décembre 2020. Je vous remercie pour votre compréhension et vous embrasse!
C’est parti pour le calendrier de l’avent ! 🙂
Je vous embrasse ♥ 
18

Rencontre sous les flocons de Coralie Winka

téléchargementRésumé : 1994. Séverine, lycéenne de Terminale sait précisément ce qu’elle fera une fois son Bac en poche. Grande adepte de la langue de Goethe, c’est à Strasbourg qu’elle fera ses études d’allemand. Un jour d’automne, elle tombe par hasard sur l’offre d’une agence de voyage proposant un séjour dans un ravissant petit hôtel au cœur des montagnes autrichiennes pendant les vacances de Noël. Ses amies ne pouvant malheureusement pas l’accompagner, elle se rend seule au voyage organisé en bus. Là-bas, elle fera la rencontre d’un groupe d’Anglais sympathiques et surtout celle de Dragan, le serveur de l’hôtel qui rendra ses vacances inoubliables. Entre sorties nocturnes, paysages époustouflants, premières expériences à ski, la découverte de la ville natale de Mozart et l’atmosphère magique de son marché de Noël, ce séjour va remettre toutes ses certitudes en question.

~ Service presse ~

Je remercie chaleureusement Coralie Winka pour sa confiance renouvelée. Si j’avais découvert la plume de l’auteure via une romance historique, ici, c’est tout autre chose. J’ai pris plaisir, le temps d’une soirée, à découvrir l’histoire de Séverine, une jeune lycéenne qui va partir à l’aventure !

Dans l’ensemble, j’ai apprécié ma lecture. Bien qu’elle ne soit pas un coup de cœur, cela reste une très belle lecture et je suis ravie qu’elle ouvre le bal des lectures de Noël sur le blog ! J

On fait donc la rencontre de Séverine, une jeune lycéenne qui aime ses amis, sa vie et qui adore l’allemand ! Elle a envie de savoir le parler comme elle parle le français. Séverine propose à ses amies un voyage pendant les vacances de Noël, si ses amies se voient refuser cette escapade, les parents de Séverine donnent leur aval et nous voilà partis en Autriche ! Le pitch est lancé et l’intrigue peut se dévoiler.

J’ai apprécié le voyage. Ça fait plaisir de voir autre chose que la France ou encore les Etats-Unis. On part en Autriche, ce cadre n’est pas souvent rencontré au fil de mes lectures donc c’est une très jolie surprise. Coralie Winka a un sacré don pour décrire les paysages. J’étais en Autriche, dans ce petit village, avec Séverine et toutes les personnes qui vont bercer l’intrigue.

Cette lecture se lit rapidement. C’est vraiment agréable. J’ai grandement apprécié la rencontre entre Séverine et Dragan, ce jeune homme magnifique et tellement agréable à vivre. Il semblerait qu’il soit un homme parfait ! Drôle, prévenant, galant et en plus de ça, beau garçon. Que demander de plus ? Cependant, une question va vite se poser : comment faire pour garder ce lien entre la France & l’Autriche ?

Au-delà de cette relation, nous faisons la rencontre d’un paquet de personnages. J’ai beaucoup apprécié le groupe d’anglais qui vient aussi passer des vacances au ski. Entre franches rigolades, soirées tous ensemble et visites du pays, Séverine ne va plus savoir où donner de la tête. Entre le cœur et la raison, des fois, ce n’est pas évident de faire son choix. Il ne faut pas oublier que Séverine n’est qu’une jeune lycéenne et que les choses peuvent être compliquées à cet âge.

La seule chose que je trouve à redire pour ce roman, c’est le manque de vie « normale ». En effet, au départ, Séverine est au lycée, avec ses copines, elle s’épanouit comme une fille de son âge. Ce que j’ai trouvé dommage c’est que l’on n’ait pas forcément d’informations sur les amies de Séverine. Il est vrai qu’à la fin, on a une petite mention de ses amies mais cela ne va pas plus loin. J’ai trouvé dommage ce manque-là.

En revanche, ce que j’ai apprécié, c’est le fait que l’on ne soit pas connecté ! Pas de blog, pas de téléphone portable : on est dans les années 1990 et ça fait un bien fou d’avoir quelque chose qui sort des sentiers battus dans ce sens. On a le fixe à la maison et les lettres ! Quelle belle idée. C’est près de nous mais il y a quand même quelques années qui nous séparent de cette intrigue.

La plume de l’auteure est toujours aussi douce et délicate. J’aime énormément la plume de Coralie Winka et j’ai hâte de bientôt plonger dans une nouvelle histoire. On sent que l’auteure sait de quoi elle parle. Les émotions n’en sont que décuplées. Ca fait terriblement plaisir à lire.

En définitive, c’est une histoire d’amour très mignonne qui se dessine sous nos yeux. Véritable ode à l’Autriche, ce roman va vous donner des envies de voyage !

03 bonnes raisons de lire ce roman :

  • Une aventure riche en découverte qui nous emmène vers un pays que l’on ne croise pas beaucoup dans nos lectures : l’Autriche
  • Séverine, un personnage attachant que j’ai aimé suivre dans ses découvertes et visites
  • La plume de Coralie Winka que j’ai beaucoup aimée

4

14

Jusqu’au bout du rêve de Lucie Delacroix

119556345_319935902566933_5977544038571758091_oRésumé : En acceptant ce stage dans l’un des haras les plus réputés de Suisse, Jeanne ne s’attendait pas à ce que sa vie prenne un tel tournant. Entre son attirance pour Thomas, ses rêves qui la hantent et les mystères qui s’accumulent autour d’elle, Jeanne voit sa vie chamboulée. Plongés au cœur d’une enquête, Jeanne et Thomas feront tout pour aller jusqu’au bout du rêve.

~ Service presse ~

Je remercie chaleureusement M.E.C éditions pour l’envoi du roman de Lucie Delacroix en service presse. Certains d’entre vous le savent : je ne suis pas fan des intrigues qui mettent les animaux en avant. Aucune raison particulière : je ne déteste pas les animaux, nous parvenons à vivre ensemble mais on ne peut pas non plus dire que je suis l’Amie des animaux. Grande trouillarde de première, je ne sais pas accompagnée ma sœur qui est cavalière à son centre équestre. Je ne suis simplement pas attirée par la compagnie des bêtes et encore moins quand ils sont plus grands que moi. A travers ce que ma sœur me montre et me dit, je sais que la relation entre un cavalier et son cheval est importante et forte. C’est pour cela que j’ai tenté une intrigue qui proposait d’évoluer dans un centre équestre. J’ai voulu tenter quelque chose de nouveau pour moi, pour passer au-delà de mes appréhensions.

Ma lecture n’a pas été un coup de cœur mais elle a été agréable. Ça fait du bien d’avoir quelque chose de neuf à se mettre sous la dent. J’ai trouvé que les descriptions de la Suisse (oui, nous ne sommes pas en France, ça aussi, ça fait plaisir !) étaient formidables. J’ai eu envie d’aller y faire un petit tour. Il en va de même pour les décors dans lesquels on évolue ! Le haras est très beau, les descriptions des lieux et des paysages sont vraiment réussis. Ça donne envie de se projeter dans la lecture. Cela m’a aussi permis de mettre un petit pied dans le monde équestre et c’est plutôt sympathique (non, pas au point de vraiment mettre un pied là-bas).

Pour une fois, ce n’est pas la couverture qui m’a attirée. C’est le résumé ! Je l’ai trouvé original dans le sens où je ne savais pas où l’auteure pouvait nous emmener ? Entre romance et enquête policière, j’ai trouvé le mélange original et prometteur.

On fait la rencontre de Jeanne et de Thomas qui sont les personnages principaux. Jeanne est la chanceuse jeune femme qui s’est vu offrir une place dans le haras dans lequel Thomas travaille. Mystérieux et un peu sombre, Thomas va s’ouvrir peu à peu à Jeanne qui ne va pas avoir la vie facile dans ce roman. Entre jalousie et cruauté, elle ne va pas comprendre l’acharnement. La vie de Jeanne est peuplée de secrets : entre cauchemars et mystères, la jeune demoiselle va avoir beaucoup à nous dévoiler. Malheureusement pour moi, le panel de personnages ne m’a pas forcément plu dans sa totalité. Ils sont sympathiques, différents et apportent un peu de diversité au cœur de l’intrigue mais je n’ai pas su m’attacher à Jeanne. Pour moi, il y a trop de choses qui tournent autour d’elle : acharnement, méchanceté, secrets, cauchemars… Cette accumulation fait que je n’ai pas su m’accrocher à elle. Il en va de même pour Thomas.

Si l’idée d’avoir une enquête au cœur d’une intrigue qui propose aussi une romance, j’ai trouvé qu’il y avait un léger déséquilibre. L’enquête prend beaucoup de place. C’est, à mes yeux, au détriment de la romance qui, finalement, ne brille pas comme elle le devrait parce qu’elle est trop rapide pour moi. Il y a un manque de crédibilité. Même si on a quelques passages mignons, je n’ai pas eu, comme d’habitude, mon petit cœur qui rate un battement. Elle passe au second plan et s’efface complètement à cause de l’enquête policière. Quel dommage ! Je reconnais sincèrement et avec grand plaisir le travail de l’auteure, c’est vraiment une bonne idée de base mais malheureusement, je n’ai pas adhéré à tout. En revanche, j’ai beaucoup apprécié l’enquête policière qui se tisse dans l’histoire proposée. C’est chouette et un sacré bon point !

Avec une narration à la 3ème personne, l’auteure prend un risque. En effet, je trouve que c’est compliqué de s’investir dans une enquête lorsque l’on reste « spectateur » mais je trouve que Lucie Delacroix s’en est très bien sortie ! Sa plume est très équilibrée. Elle véhicule de belles émotions qui sont au rendez-vous du début à la fin de l’histoire.

En définitive, même si je n’ai pas adhéré à tout ce que l’auteure nous propose de découvrir dans ce premier roman, je suis quand même agréablement surprise par ma découverte !

Merci à M.E.C éditions !

03 bonnes raisons de lire ce roman :

  • La relation entre l’homme et le cheval mise en avant
  • Les descriptions qui sont fortes et permettent de se propulser dans l’intrigue
  • La plume de l’auteure

3.5

21

La guerre des trois rois de Jean-Laurent Del Socorro et illustré par Marc Simonetti

41Nw5vflKhL._SX195_Résumé : Royaume de France, XVIe siècle. Les guerres de Religion font rage entre le roi Henri III de France, le duc de Guise et Henri de Navarre le protestant. Le roi de France se réfugie dans Paris, protégé par la Compagnie du chariot, une bande de lansquenets avec à leur tête Axelle, leur nouvelle capitaine. Le roi décide en dernier recours de faire appel au pouvoir alchimique de l’Artbon pour maintenir son pouvoir. Mais peut-on user impunément de la magie de la Pierre d’équilibre ? Avec La Guerre des trois rois, Jean-Laurent Del Socorro nous replonge dans l’univers de fantasy historique de son premier roman : Royaume de vent et de colères.

~ Service presse ~

Je remercie chaleureusement les éditions ActuSF pour ce nouvel envoi. Nouvelle découverte graphique, j’ai bien plus apprécié la guerre des trois rois que l’hypothèse du lézard. J’avais peur de plonger dans un nouvel univers après mon aventure lézardesque quelques semaines plus tôt. J’ai été agréablement surprise par ma découverte de l’univers de Jean-Laurent Del Socorro.

Il faut déjà vous parler de l’objet livre qui est magnifique. Les illustrations de Marc Simonetti sont magnifiques et nous permettent de nous immerger encore plus dans l’idée d’une intrigue se passant dans la Renaissance. J’ai pensé aux œuvres de David et de Delacroix tout au long de ma lecture. On alterne entre esquisses, portraits et bien d’autres. L’auteur et l’illustrateur ont fait un sacré travail. Les illustrations sont nombreuses et permettent d’avoir un bel objet entre les mains.

La guerre des trois rois est en fait la guerre des trois Henri : Henri III de France,  Henri de Navarre et Henri Ier de Guise aussi connu sous le nom du Duc de Guise. Pour quelles raisons ? Comme d’habitude, une guerre pour un pour de terre, pour les religions. Rien de nouveau sous le soleil. Vous m’excuserez le fait de passer rapidement sur ce point historique mais franchement, c’est tellement dense que je vous invite à aller jeter un œil sur des articles très intéressants que vous trouverez sur le net sans aucune difficulté.

Le début a été un peu long. En fait, j’ai eu du mal à trouver mon rythme entre les illustrations et le texte. C’est tellement précis et beau que je me suis arrêtée souvent pour admirer. J’ai perdu le fil du texte plus d’une fois. C’est assez perturbant. Cependant, une fois le rythme pris, je me suis laissée prendre au jeu et c’est très agréable.

Le problème des novellas c’est que c’est court. Trop court pour la lectrice que je suis. C’est vraiment un genre à double tranchant pour moi : soit ça me suffit parce que l’histoire ne m’a pas plu plus que cela ou alors, je plonge dans un univers qui me plait et je reste sur ma faim. Une novella qui propose un pan historique ? C’était couru d’avance pour moi : j’ai cruellement manqué de détails pour pouvoir m’immerger totalement dans cette histoire. C’est dommage ! J’aurais tellement aimé en savoir plus sur les personnages de manière générale. Personnellement, je ne me suis pas attachée aux personnages tant ils sont brossés très rapidement. J’ai trouvé l’histoire sympathique mais malheureusement, je ne pourrais pas aller plus loin que ça.

Clairement, ce roman graphique est bon. Je trouve qu’il est agréable en tant que livre objet. J’irai même jusqu’à dire que sur ce point, il est magnifique. Cependant, je reste sur ma faim sur le texte en soit. En revanche, j’ai beaucoup apprécié la touche de fantasy qui s’incruste dans l’historique de l’intrigue. J’aime beaucoup l’alchimie et je trouve que je ne la rencontre pas assez dans mes lectures. Je suis donc à l’affut de cette thématique en ce moment. De plus, j’ai trouvé que les descriptions étaient fortes et permettaient au lecteur de s’immerger dans la lecture. J’ai adoré l’ambiance qui se dégage de ce roman.

En définitive, même si je ne suis pas convaincue à 100% par le texte, il faut rendre à César ce qui est à César : le livre objet est magnifique. Les illustrations sont magnifiques et finement travaillées. Cependant, je ne suis pas parvenue à m’attacher aux personnages. L’intrigue historique m’a plu mais laissée sur ma faim mais j’ai apprécié la présence de l’alchimie dans le récit.

03 bonnes raisons de lire ce roman :

  • Une ambiance particulièrement bien travaillée grâce à de fortes descriptions
  • Le mélange historique et fantasy qui m’a plu
  • Le livre objet : magnifique pièce !

3

24

Mes réceptions #17

mailbox-507594_1920-1
Hello tout le monde 🙂
J’espère que vous allez bien ! Ici, le temps est tout gris, c’est clair, l’automne est bien là! J’ai reçu quelques petits romans cette semaine, ça vous tente de les voir? 🙂 C’est parti!
Deux romans papiers et un roman numérique sont venus prendre place dans ma PAL.

Un grand merci à Alter Real éditions, City éditions et Eric Poupet, ainsi qu’à Agnès Rabotin pour leur générosité.
Et vous?
10

Une nuit à Carthage d’Annick Perez

CVT_Une-nuit-a-Carthage_6000Résumé : L’histoire commence à Beausite, banlieue de Tunis en 1947, au temps où Alice Barenti, 15 ans et demi, tombe folle amoureuse du mystérieux Neldo, agent-recruteur du Mossad en Afrique du Nord. Mais il y a aussi le jeune Paul Samama, affairiste en culotte courte ou presque, qui s’est juré de n’épouser qu’elle. Partagée entre Neldo l’idéaliste et Paul l’ambitieux, Alice traverse sa jeunesse à vélo, au milieu des rires et des cris d’une famille si nombreuse qu’on ne sait plus qui est qui, dans cette Tunisie qu’on dirait ensoleillée à jamais. Mais l’Histoire guette tous ces personnages comme au coin du bois, et avec la décolonisation, le paradis de Beausite est bel et bien perdu. L’exil pousse Alice et les siens vers la France aimée mais inconnue. Seulement son dilemme amoureux entre Neldo et Paul, traverse la Méditerranée avec elle et l’accompagnera jusqu’à son dernier souffle. Histoire d’une famille tune et d’un amour fou, Une Nuit à Carthage est un roman polyphonique, un joyeux foutoir, une ode à l’éternelle jeunesse. Ce roman au naturel et à la fluidité poignante est une saga romanesque où la vie et les drames éclaboussent à chaque page et les secrets aussi. Il a le souffle et la spontanéité de certains grands livres, de ceux dont le souvenir demeure longtemps après les avoir refermés.

~ Service presse ~

Je remercie chaleureusement Gilles Paris, son équipe ainsi que Balzac éditions pour l’envoi de ce roman dans le cadre d’un service presse.

J’avoue que j’avais besoin de dépaysement. De voir autre chose dans mes lectures que ces histoires qui, habituellement, bercent mes soirées. Une nuit à Carthage semblait être une bonne option pour partir quelque temps loin du nord de la France dans lequel je réside.

Récit sur fond historique, nous allons faire la rencontre d’Alice, la fille du maire de Beausite, ville de Tunisie dans la fin des années 1940 et début des années 1950. Alice vit une vie paisible et rencontre Neldo qui recrute de jeunes personnes pour le Mossad qui est une agence de renseignement d’Isräel. Complètement sous le charme et partageant ses idées, Alice est prête à tout quitter : famille, amis et vie paisible pour vivre cet idylle avec Neldo. Cependant… rien ne se passe comme prévu et Neldo disparait le soir de sa probable demande en mariage.

Je vous avoue que le démarrage a été un peu long. J’ai bien mis 60/70 pages à prendre un bon rythme de lecture et à me mettre dans l’ambiance de ce roman. Une fois cette difficulté passée, je n’ai pas lâché le roman avant de l’avoir terminé.

Alice va donc se marier à Paul, un « second choix » qui ne la satisfait pas pleinement puisqu’elle n’oubliera jamais Neldo. De ce mariage vont naitre deux petites filles dont la narratrice de ce roman qui va rapidement nous faire comprendre que sa mère n’a jamais oublié Neldo. C’est l’histoire d’un amour inachevé mais aussi d’une Tunisie touchée par l’exode et la décolonisation.

Ce que j’ai grandement apprécié dans ce roman, c’est l’ambiance générale qui se dégage. C’est un roman vivant. C’est une cacophonie de rires, de pleurs, de joies mais aussi de drames. Tantôt personnelles, tantôt historiques les anecdotes qui tissent cette histoire rendent l’aspect général de l’intrigue intéressant. On ne s’ennuie pas en compagnie de tous nos personnages. A travers plusieurs décennies, on va voir évoluer, grandir et vieillir ces personnages. C’est très intéressant.

On va lire une histoire qui s’étend sur plusieurs décennies, comme je vous le disais juste au dessus : plus précisément de 1947 à 2019. On va donc avoir l’avant décolonisation puis l’après. Au-delà de cette idée d’avant et d’après, nous avons aussi cette divergence dans les religions : la famille est juive. En parlant de cette famille, j’avoue que j’ai pris grand plaisir à la découvrir même si certaines petites choses m’ont fait défaut : il y a beaucoup de personnages. Ca grouille de noms, de caractères, ça fuse dans tous les sens et bien évidemment, je me suis un peu perdue en route. Rien de bien grave en soi mais j’ai dû relire certains passages pour comprendre et me souvenir de qui est qui. Cette famille est construite par beaucoup de membres bien différents. Cela donne de l’authenticité au roman et de la matière.

J’ai trouvé que l’on avait beaucoup d’informations sur « l’avant » fuite de la famille. Le contexte historique en Tunisie est assez compliqué. En effet, la décolonisation va faire du tort à la famille d’Alice puisqu’elle est contrainte à fuir cette terre pour retourner en France. France qui est un pays inconnu pour Alice. J’aurais apprécié avoir plus d’informations sur cette période de transition. En effet, je n’ai pas forcément eu assez à me mettre sous la dent sur l’impact de la décolonisation sur les personnalités, les caractères et les personnages de manière générale.

En définitive, ce roman est très sympathique. Il m’a permis de changer un peu de registre. Je me suis attachée à certains personnages et un peu moins à d’autres. La quantité de personnages ne m’a pas permis de retenir tout le monde. Au-delà d’une fresque familiale, on retrouve aussi une fresque sociale sur fond historique. C’est vraiment sympathique. La seule chose dommage c’est cette impression de trop peu sur l’impact du contexte historique sur les personnages de manière générale.  On a un bon équilibre entre la romance et les événements qui vont bercer Alice et sa famille.

03 bonnes raisons de lire ce roman :

  • Une fresque familiale très belle
  • Un roman qui dépayse et une romance très belle 
  • Un panel de personnages intéressants

3.5

13

La captive de Dunkelstadt de Magali Lefebvre

519XkVAdxOL._SX195_Résumé : Émile Dupontel compte terminer son tour de l’Europe en beauté avant de devenir notaire, comme on l’attend de lui. Friand de frissons comme de bonnes histoires, il jette son dévolu sur le château de Dunkelstadt, dont l’architecture, digne d’un conte de fée macabre, a enfanté moult superstitions. Dans ces terres reculées, Émile était préparé à tout, sauf à tomber sous le charme de la belle Katarina, beauté sibylline, recluse entre les murs d’un édifice qui a tant à conter. Secrets chuchotés et échos sinistres ont beau hanter les couloirs, Émile est déterminé à faire la lumière sur le mystère de Dunkelstadt, quitte à s’y égarer lui-même… et à perdre Katarina.

~ Service presse ~

Je remercie chaleureusement Fleur d’absinthe pour l’envoi de ce roman. Je n’ai plus aucun souci à me faire avec la petite sœur de Noir d’absinthe. En effet, toutes les lectures que j’ai la chance de faire dans le cadre de mon partenariat avec Fleur d’absinthe sont toujours des succès. Ce roman ne fait pas exception à la règle ! La captive de Dunkelstadt est une histoire originale teintée d’une touche gothique et romantique. La couverture est juste magnifique et a attiré mon œil tout de suite. Je ne pouvais pas laisser passer cette petite merveille.

Emile Dupontel est un personnage assez ambivalent. Romantique dans l’âme, il nous montre toute la complexité d’un homme amoureux. Il a entrepris un voyage dans toute l’Europe pour fêter la fin de ses études. Avant d’entrer dans le monde professionnel Emile est allé partout, a visité de nombreux endroits et, pour terminer ce voyage, il pose ses bagages dans le petit village de Dunkelstadt. J’ai beaucoup apprécié ce personnage qui va, au-delà de la raison, essayer de comprendre ce qui se passe dans le château de ce village : mystère et créatures de la nuit vont venir peupler le périple d’Emile à Dunkelstadt. Persévérant, il va tout faire pour aider cette femme qui va faire battre son cœur.

Sa curiosité et probablement une force surnaturelle va le pousser à aller voir d’un peu plus près la source de tous les cauchemars sur village : le château et ses étranges propriétaires : une mère et sa fille qui vivent recluses dans ce château. Katarina, la jeune et belle demoiselle vivant avec sa mère va vite devenir l’objet de la fascination d’Emile.

J’ai beaucoup apprécié les personnages d’Emile et de Katarina avec qui j’ai vécu une belle histoire. Je vous avoue qu’il m’a manqué quelques pages même si j’ai apprécié la dimension fantastique de cette histoire, j’aurais aimé en savoir un peu plus sur le passé de la famille de Katarina et de cette mère mystérieuse et intrigante. Emile veut emmener Katarina loin de ce château de ses mystères. Cependant, il va se frotter à plusieurs obstacles sur son chemin.

Même si j’ai apprécié les personnages, j’avoue que ce n’est pas ce qui m’a le plus plu dans cette histoire. Magali Lefebvre a un don pour installer une ambiance pesante mais équilibrée. On sent bien que quelque chose ne va pas : le château va susciter de nombreuses interrogations. Les décors plantés sont sublimes. J’ai adoré visiter le château en compagnie d’Emile et de Katarina : les murs, les décorations choisies, l’histoire de ce château mais aussi sa malédiction. Le titre est assez évocateur : la captive de Dunkelstadt. On comprend qu’il va y avoir une intrigue autour du château et d’une des propriétaires. Je trouve que c’est savamment amené et expliqué.

Je trouve que le roman est très équilibré : entre romance et malédiction, le lecteur est rapidement happé par l’ambiance générale de ce roman. On ne peut s’empêcher de penser à Dracula dans la mise en place d’une ambiance pesante et inquiétante mais le lecteur est comme hypnotisé. La fin de ce roman est spectaculaire et j’ai apprécié l’épilogue. L’intrigue ne souffre qu’aucune longueur ni fausse note.  De nombreuses thématiques vont être abordées : l’amour sincère, l’amour imparfait, une vie de mensonges mais aussi de manière générale la thématique de la malédiction et tout ce qu’on est prêt à faire pour protéger les siens…. Bref, c’est un roman riche bien que court. L’auteure sait aller à l’essentiel sans oublier de véhiculer des émotions propre à la romance. C’est une très belle découverte que j’ai fait là !

En définitive, sublimé par une plume magnifique, cette intrigue va proposer de mettre en lumière une histoire d’amour originale et imparfaite. A travers des personnages humains et eux aussi imparfaits, l’auteure a su happer la lectrice que je suis rapidement. Avec une ambiance qui monte crescendo en pression, le château devient de plus en plus menaçant. Cette intrigue a mis mes nerfs à rude épreuve mais sans entrer dans l’horreur. L’auteure a su équilibrer son intrigue pour mon plus grand plaisir !

03 bonnes raisons de lire ce roman :

  • Les décors ! J’ai adoré la manière dont l’auteure a construit le château de Dunkelstadt
  • L’ambiance de ce roman. Cette romance sort des sentiers battus et ça fait terriblement plaisir !
  • La plume de l’auteure que j’ai trouvée équilibrée et dynamique

4.5

14

Des cendres renaîtra l’amour de Virginie T

119151674_776294746457332_2273801575404814856_oRésumé : Je m’appelle Beth Gracy. Ma vie n’a jamais été facile. Je me bats depuis des années pour élever seule ma fille Océane, quatorze ans, en pleine crise d’adolescence. Je voulais prendre un nouveau départ et j’ai pris comme un signe d’hériter du ranch de mon grand-père, le ranch du Phénix. C’était l’occasion de tourner la page et de repartir sur de nouvelles bases au Texas. Seulement rien ne se passe comme prévu. Ma fille m’en fait voir de toutes les couleurs, je n’y connais rien en élevage de vaches et les cow-boys du coin sont bien trop sexy. Je ne dois pas me laisser perturber par eux. Mais c’est difficile de rester sur le droit chemin que je me suis fixé quand c’est Luke Madew, le pompier le plus beau que j’ai jamais vu, qui me tourne autour.

~ Service presse ~

Je remercie chaleureusement Evidence Editions pour l’envoi de ce roman. J’avoue que j’ai vraiment craqué pour la couverture, une fois n’est pas coutume (rangez vos tomates !)

J’ai passé un bon moment de lecture en compagnie de la plume de Virginie T mais aussi de Beth, Océane et Luke. Si cette lecture a été assez agréable, elle comporte pour moi un point qui n’a pas été concluant pour moi.

Nous allons directement commencé par ce qui n’a pas été évident pour moi dans cette lecture. C’est beaucoup trop rapide. Le roman est assez court : je l’ai dévoré en une soirée. Ce roman fait 182 pages, il est par définition court. En revanche, lorsque l’on met en place une intrigue où on repart de zéro, où il y a une rencontre, une relation amoureuse et quelques péripéties pour tenir le lecteur en haleine, c’est beaucoup trop court. Je râle quand certains passages sont trop longs mais, ici, j’aurais aimé en avoir un peu à me mettre sous la dent. D’autant plus que ce que j’ai lu m’a beaucoup plu ! J’aurais tant apprécié en savoir un peu plus sur ce qu’Océane pouvait ressentir, sur le passé de Luke ou de celui de Jo. On a quelques informations mais sans plus et c’est vraiment dommage.

Voilà, j’ai râlé, on peut avancer maintenant dans la chronique en vous proposant ce que j’ai apprécié dans ma lecture ! Dans un premier temps, le cadre : un ranch ! J’ai trouvé ça très agréable et dépaysant. C’est vraiment sympathique de voyager (surtout en ce moment) : j’aurais aimé avoir plus de détails mais j’ai aussi apprécié la relation entre Océane, Neige et Eclair. C’est vraiment beau d’avoir une relation humain/cheval de cet acabit. Au-delà du ranch, j’ai apprécié le fait d’évoluer dans une petite ville où tout le monde se connait. On se sent proche de tout le monde et on retrouve cette ambiance si particulière que l’on retrouve dans les petites villes américaines. Ca dépayse complètement. Bien entendu, lorsque l’on parle de ranch, on parle aussi de nature : des plaines à perte de vue, des balades à cheval, l’air frais. On s’y croit et on s’y sent bien !

Dans un second temps, ce que j’ai le plus apprécié dans ce roman, ce sont les personnages. En effet, j’ai adoré la relation mère/fille que propose nt Beth et Océane. On sent bien toute la tension entre les deux femmes, l’incompréhension et la frustration. Océane est jeune, rebelle et ne comprend pas sa mère. Elle lui a pourri la vie en l’emmenant loin de la Nouvelle-Orléans et de son père. Beth avait besoin de repartir à zéro, en héritant du ranch de son grand-père, Beth prend la plus grosse décision de sa vie : refaire sa vie loin de son passé avec Nolan, le père d’Océane qu’on ne peut pas forcément qualifier d’homme idéal. Luke est pompier. C’est un jeune homme que j’ai beaucoup apprécié découvrir : intelligent, doux et taquin, il m’a vraiment beaucoup plu. Son frère Jo est son coéquipier et son meilleur ami, j’ai apprécié le duo qu’ils forment.

L’intrigue a de très bons points. J’ai apprécié les péripéties que l’auteure ajoute à son roman. Le fait que Luke soit pompier était une bonne idée même si j’aurais bien apprécié que l’on pousse un peu plus cette thématique. L’évolution d’Océane est aussi très agréable à découvrir. Elle est une adolescente, elle est un personnage attachiant. On avance de deux pas et on recule d’un mais on finit quand même par avancer ! J’ai aimé le recul des adultes sur la situation d’Océane qui sait qu’il y a des limites à son comportement. Colère, incompréhension, désobéissance, il n’y a pas de doute, la crise d’adolescence pointe le bout de son nez. Du haut de ses 14 ans, elle va se métamorphoser aux côtés des chevaux du ranch. Certaines thématiques sont assez sympathiques dans le sens où on ne les retrouve pas forcément dans toutes les lectures.

Si vous avez envie de vous évader le temps d’une soirée, cette lecture est faite pour vous. Au-delà du fait qu’il m’a manqué des détails et une intrigue un peu plus développée, je conseille cette lecture aux amoureux et amoureuses des jolies romances qui n’ont pas peur de la rapidité dans ce genre d’intrigue. De plus, la plume de Virginie T est très agréable et nous envoie directement aux Etats Unis, c’est chouette ! Fluide et dynamique, on ne perd pas de temps pour découvrir la nouvelle vie de Beth.

03 bonnes raisons de lire ce roman :

  • La relation Beth/Océane que j’ai trouvé très intéressante et très crédible.
  • Les décors plantés et le rapport à la nature
  • Les personnages qui sont le point fort de ce roman

Encore merci à Evidence Editions pour l’envoi de ce roman =) !

3.5

15

Double morale de Gaëlle Magnier

xcover-6401Résumé : Londres, 1895. Alors que le procès d’Oscar Wilde occupe les colonnes de la presse londonienne, la jeune Betty découvre une aristocratie hypocrite qui met à mal sa bonne éducation. En entrant au service des Trengove en tant que gouvernante, elle se rend rapidement compte qu’un secret pesant, lié à la présence de William Goodfeather – étudiant en arts à la Royal Academy – vient perturber l’équilibre de cette famille de bonne réputation. Lors d’une des célèbres soirées de Lady Trengove, Betty fait la connaissance du capitaine Ashby, qui partage son sentiment quant à la double morale de la noblesse anglaise…

~ Service presse ~

Je remercie chaleureusement Séma Editions pour cette jolie proposition via SimPlement. Il est inutile de revenir sur mon parcours sur cette plateforme mais je la conseille à tous. Elle est vraiment top !

De mémoire de Pauline, je pense qu’il s’agit de mon premier coup de cœur chez Séma. Je suis vraiment agréablement surprise de trouver cet ouvrage chez eux. C’est fantastique ! Je louchais déjà sur La dramaturge de Gaëlle Magnier mais ici, la tentation était trop grande et comme le dit si bien Oscar Wilde (en anglais bien évidemment mais une traduction s’impose ;)) « Le seul moyen de se délivrer d’une tentation, c’est d’y céder […] »

Je vais essayer de vous parler de tout ce que j’ai aimé dans ce roman qui est un sacré coup de cœur ♥. J’ai adoré la trame historique : le procès d’Oscar Wilde en toile de fond. Une thématique historique qui va apporter une autre dimension au roman : une dimension homosexuelle très controversée au 19ème siècle.

J’ai dévoré le roman. On fait la rencontre de Betty, une jeune femme qui va devoir se débrouiller dans la vie pour trouver un poste et gagner sa vie. C’est chose faite dans la demeure des Trengove. La famille Trengove cache des secrets et Betty, en tant que gouvernante, va se trouver au cœur d’un tumulte. Le personnage de Betty est très attachant. J’ai beaucoup apprécié le fait qu’elle soit courageuse, qu’elle ne se laisse pas impression par un titre ou un rang. Elle sait d’où elle vient et sait où elle veut aller. Au sein de la maisonnée, Betty va vite prendre ses marques. Elle va se faire apprécier de tout le monde. Cependant, elle va vite comprendre que quelque chose ne tourne pas rond entre ces deux patrons : Les Trengove sont distants et méfiants. Rapidement, le secret va éclater et propulser Betty dans une aventure dont elle sortira changée pour toujours.

Betty va faire la rencontre de plusieurs personnages qui vont venir bercer cette intrigue. Dans un premier temps, le capitaine Ashby qui va lui faire découvrir les plus belles choses de la vie. William Goodfeather, un jeune peintre qui va venir faire trembler la maisonnée des Trengove mais aussi Lady et Lord Trengove qui vont mettre en place une autre dimension dans cette intrigue.

Le titre « double morale » est assez mystérieux mais l’auteure nous apporte toutes les informations nécessaires à la compréhension de ce titre. J’ai trouvé ça brillant. On se rend rapidement compte que l’auteure sait de quoi elle parle. Ayant fait une thèse sur Oscar Wilde, elle vient apporter ses connaissances par parcimonie. Cela apporte vraiment beaucoup à cette romance historique. Ce roman ne peut pas se réduire à la classification « romance », on y trouve aussi une fresque sociale, un fond historique intéressant et aussi une aventure.

Une chose est certaine, ce roman m’a énormément plu avec tout ce qu’il apporte en termes d’informations et de péripéties. Les personnages sont très bien construits, l’intrigue rondement menée, les décors intelligemment plantés. Le tout étant sublimé par une plume incisive, intelligente et véhiculant les émotions d’une manière formidable. J’ai apprécié le parti pris de l’auteur sur les thématiques abordées et la manière dont les personnages réagissent face à ces dernières.

En définitive, je ne peux que vous conseiller de plonger dans ce roman qui sait captiver son lectorat. Je ne connaissais pas la plume de Gaëlle Magnier mais ce qui est certain c’est que je replongerai rapidement dans un autre univers proposé par l’auteure. La dramaturge me tente beaucoup. Je remercie une nouvelle fois les éditions Séma pour l’envoi et la proposition de lecture.

03 bonnes raisons de lire ce roman :

  • Les thématiques abordées dans la noblesse du 19ème siècle.
  • Le personnage de Betty que j’ai trouvé remarquable.
  • La plume de l’auteure que j’ai franchement adorée !

5

18

Put a ring on it: Tome 01 – Hold me today de Maria Luis

c-romance-hold-me-today-put-a-ring-on-it-1-maria-luis-webRésumé : Le fond du gouffre n’a jamais été aussi tentant. Du moins, c’est ce que je me dis alors que je négocie avec l’ennemi dans le but de le convaincre de rénover mon salon de coiffure. L’ennemi ? Nick Stamos, le frère aîné de ma meilleure amie. Il a le corps et le visage d’un dieu grec, mais sa personnalité aurait besoin d’un bon relooking aussi. Il est trop sérieux. Il suit les règles coûte que coûte. Et est-ce que j’ai mentionné le fait qu’il m’a déjà vue dans le plus simple appareil ? J’ai peut-être craqué sur lui pendant des années, mais le seul endroit où je veux le voir donner de sa personne désormais, c’est dans mon salon de coiffure. Sauf qu’il a besoin d’un service en retour… Une fausse petite amie. Et je suis assez inconsciente pour accepter.

~ Service presse ~

Je remercie chaleureusement les éditions Alter Real pour l’envoi de ce roman en service presse. J’avais envie de romance, j’avais besoin de romance. Le résumé était tentant, je n’ai pas hésité plus longtemps et j’ai fait la demande de ce service presse. Grand bien m’en fasse !

Alors là ! Quand il y a une intrigue qui mélange meilleur(e) ami(e), frères et sœurs et relations compliquées, je sors mon pop-corn et déguste les pages avec avidité. J’adore les complications, j’adore les bagarres avec ce petit goût d’interdit. C’est le genre d’intrigues dont j’ai besoin lorsque le temps n’est pas au beau fixe, que la vie n’est pas toujours simple et que j’ai besoin de me déconnecter.

Impossible de ne pas avoir la chanson de la grande Queen B dans la tête en lisant le titre de cette romance, non ? Alors, j’en remets une couche et j’espère que vous la chanterez toute la journée ! J

Je trouve que le résumé est assez parlant et qu’il n’y a pas besoin d’en ajouter à ce sujet. Simple et efficace, l’intrigue ne souffre pas de longueurs. La force de ce premier tome réside dans le duo de personnages principaux que l’on nous propose de découvrir.

Nick Stamos représente certainement l’archétype de l’homme parfait. J’ai découvert un personnage tellement beau et bien construit. Quand je dis qu’il est beau, il n’y a pas que physiquement parlant que ce jeune homme à certains atouts. J’ai beaucoup apprécié ne pas avoir un énième coureur de jupons qui, lorsqu’il parle, nous claque trois insultes sur une phrase. C’est vraiment très agréable. On sort des sentiers battus et j’aime ça. Pour une fois, c’est la figure féminine qui est un plus légère et j’ai trouvé ça très sympathique. Mina est notre personnage principal féminin qui va venir pimenter un peu tout ça.

Ce que j’ai apprécié, c’est le changement de comportement dès que ces deux personnages sont ensemble. En effet, ils se connaissent depuis des années puisque la sœur de Nick est la meilleure amie de Mina. Cela apporte une touche qui fait sourire : les réparties sont assez drôles. Mina n’a jamais été insensible au charme de notre dieu grec. Tiens… Encore quelque chose que j’ai apprécié ! Les origines grecques des personnages. Je trouve ça super chouette ! Cela vient apporter une petite touche d’exotisme et c’est très agréable. Cela permet, encore une fois, de sortir des sentiers battus. Nick va ainsi montrer une autre facette de lui qui ne laisse pas la lectrice que je suis de marbre.

L’auteure parvient facilement à équilibrer l’érotisme et la sensualité avec le reste de l’intrigue. Cela permet d’avoir une romance ancrée dans une réalité certaine mais cela laisse aussi une porte ouverte sur l’intrigue qui va proposer des thématiques assez modernes et originales. Je vous laisse lire ce premier tome pour que vous puissiez le découvrir.

J’ai apprécié pouvoir découvrir les personnages séparément mais aussi ensemble. L’alternance des points de vue permet de faire connaissance avec Nick et Mina mais aussi de comprendre un peu mieux certaines choses. Je trouve qu’ici, l’alternance des points de vue se justifie et permet d’avancer dans la lecture. Véritable page turner, j’ai trouvé que ce roman tenait ses promesses : on se sent bien, on lit quelque chose d’agréable et de bien construit.

La plume de l’auteure est une véritable découverte pour moi et j’avoue que je l’ai appréciée. C’est fluide, dynamique et moderne. Je pense que beaucoup de lecteurs et lectrices seront sous le charme de ces deux personnages qui sont vraiment la force et le moteur de ce roman. Ils apportent une touche de pep’s et de couleur tant ils sont différents. Mina va dynamiser un peu le récit tandis que Nick va nous permettre d’avoir une certaine stabilité dans la lecture.

En définitive, j’ai apprécié ma lecture qui n’est pas un coup de cœur mais qui reste très agréable. Je conseille ce premier tome et je lirai certainement la suite avec plaisir.

03 bonnes raisons de lire ce roman :

  • Un duo coloré et très intéressant
  • Une plume dynamique et fluide
  • On sort des sentiers battus et ça fait du bien

Encore merci aux éditions Alter Real

4