0

Sans Toi – Tome 1 : l’envol – Amélie B

41RV-JI130L._SX322_BO1,204,203,200_.jpgRésumé : Roman feel good à ne pas manquer ! « À 28 ans, Béatrice a tout pour être heureuse, mais sa vie est loin de celle dont elle rêvait. Fatiguée par la monotonie de son quotidien et par la futilité de son boulot, elle pourrait se reposer sur Maxime, son compagnon. Mais ce dernier multiplie mensonges et attitudes suspectes. Même ses amies, pourtant si pétillantes, n’arrivent plus à lui remonter le moral… Lors d’un week-end à Lisbonne avec Max, un appel va bouleverser son existence et la plonger dans une succession d’aventures inattendues… » Dans ce premier volet d’une trilogie peu commune, Amélie B. réussit à nous captiver en mêlant romance, suspense et rebondissements. En jonglant avec des personnages attachants et des paysages authentiques, elle nous transporte dès les premiers mots….

Mon avis : Je remercie Amélie B pour l’envoi de son roman en service presse. J’ai pu découvrir la fille aux cheveux roses dans le cadre du PAI et comme j’avais dit que j’aurais bien tenté de nouvelles aventures, j’ai eu la grande chance de trouver un mail d’Amélie B dans ma boîte mail.

Ainsi, j’ai pu lire le premier tome de la saga Sans toi. Voilà une belle découverte !

Le lâcher prise

Je pense que c’est l’un des thèmes principaux du roman. En effet, on fait la rencontre de Béatrice, une jeune femme de 28 ans qui a une vie assez banale : copines, boulot, petit ami. Elle s’est construit un petit cocon avec son amoureux. Elle est entourée de sa mère et de son beau-père Sam. Elle a un chat, Mozart, qu’elle adore. Béa n’a pas eu la vie facile, elle perd son père dans sa jeunesse et se retrouve seule au monde avec sa maman. Bref, la vie continue malgré tout.

Max, son fiancé, est un garçon assez énigmatique dès le départ de l’histoire. Evasif, retiré, solitaire, on sent bien qu’il y a quelque chose qui cloche… Béa en est persuadée.

Suite à un événement dans sa vie, Béa craque complètement. Je pense que l’expression « c’est la goutte d’eau qui fait déborder le vase » est extrêmement vraie. On suit ce cheminement pour retrouver l’essentiel dans la vie. C’est très beau.

Les personnages secondaires

Là où je mets des réserves, c’est sur les copines de Clara. Elles semblent être de super copines depuis toujours et finalement, elles sont assez effacées tout au long de l’histoire. Elles font quelques apparitions et leurs réactions m’ont un peu déstabilisée. Ce point « négatif » reste vraiment une conviction personnelle. J’avoue que c’est un point qui m’a saisi parce que mes amies ne réagiraient jamais de cette manière.

J’ai, cependant, adoré les parents de Béa. Ils sont très sympathiques et très dynamiques. C’est un couple que j’ai apprécié découvrir. De plus, on sent bien que la relation qui relie Béa et sa maman est forte. Le petit coup de fil pour ne rien dire, on le connait tous ! J’ai trouvé que l’auteure avait eu une belle idée ici.

L’intrigue

Il est difficile de vous en parler sans vous dévoiler une partie de cette dernière. Je trouve que c’est beau, on voyage géographiquement mais aussi intérieurement. Béa est à la recherche de son moi profond. Elle veut trouver ce qui la fait vraiment vivre et ça, c’est chouette.

On fait le tour du monde… New York, le Pérou… Amélie B nous envoie du rêve et nous fait voyager à travers de magnifiques descriptions.

Ce que j’ai aussi apprécié c’est le rôle de Max dans cette histoire : il est courageux et fort. C’est excellent.

La plume

C’est magique. C’est la deuxième fois que j’ai du mal à lâcher ce qu’Amélie B me propose de découvrir. C’est très intéressant et je pense que la plume y est pour beaucoup. J’apprécie la place que l’auteure laisse aux émotions dans ses romans. Cela me pousse à lire le deuxième tome (qui m’attend dans ma liseuse, vivement !)

Les – :

  • Les personnages secondaires… Je n’ai pas su m’identifier.

Les + :

  • Le voyage
  • Les personnages de Béa et de Max
  • La plume de l’auteure
  • La recherche de ce qui nous fait vibrer dans la vie

155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie

Publicités
16

Wipe me – Alex Camarone

51+g5UJSb4L.jpgRésumé : Tyler Bole, vingt et un ans, est un homme blessé. Après un séjour en prison, l’espoir du surf californien, l’artiste comme on l’appelait, a tout perdu et il n’est pas vraiment le bienvenu dans sa ville, Santa Barbara.

À peine revenu, Tyler, rongé par le doute et le ressentiment, n’a qu’une idée : partir. Partir loin, pour oublier sa foutue existence, sa vie brisée, ses rêves en berne.

Sauf qu’il y a Mia. Mia, dix-huit ans révolus, qui n’a cessé de l’aimer en secret depuis trois ans et qui n’est plus l’adolescente boutonneuse que Tyler a connue. De solides convictions en tête, des étoiles pleins les yeux et des courbes à rendre fou, la jeune femme est désormais prête à tout pour soigner et conquérir le cœur naufragé du beau surfeur.

Quand on doit réapprendre à surfer sur les vagues de la vie, l’amour est souvent la meilleure planche.

Mon avis : Je remercie les éditions alter real pour l’envoi de ce roman en service presse. J’aime beaucoup la diversité proposée dans cette maison d’édition. Ainsi, je peux passer par tous les genres de lecture. Plutôt sympathique, non ?

Bref, laissez-moi vous présenter Wipe me d’Alex Camarone. Ce fut une lecture agréable mais qui n’a pas su me convaincre dans la totalité.

Les personnages

Si j’ai apprécié le personnage de Tyler, le personnage de Mia m’est complètement passé au-dessus de la tête. Dommage ! Mia est une jeune femme qui a décidé de prendre un tournant incroyable dans sa vie : terminé la première de classe, les jupes plissées et la timidité ! Laissez-place à une bombe au physique parfait. Ce qui m’a déplu dans ce personnage, c’est sa superficialité : elle change du tout au tout pour qu’un garçon la remarque… Effectivement, son changement lui correspond, elle est mieux dans ses basket et tant mieux pour elle ! Cependant, à force de vouloir grandir trop vite, on se brûle les ailes. J’ai trouvé que la crédibilité de l’histoire en a pris un coup quand le jeu de séduction entre Mia et Tyler a commencé. Dommage.

Tyler est un jeune homme dont la vie n’est pas facile : après trois ans en prison, il revient à Santa Barbara, endroit parfait pour sa passion : le surf. C’est un garçon qui connait la valeur de la vie. Il ne laissera jamais tomber sa famille. Je l’ai bien apprécié.

L’intrigue… les pieds au bord de l’eau, le top !

J’avoue que ça m’a fait du bien d’avoir une intrigue qui se passe près de l’océan. J’ai apprécié ces moments entre les filles sur la place, les souvenirs de surf de Tyler, on a l’impression d’y être et cela fait du bien. Le père de Mia est le gérant d’un bar, j’ai apprécié y passer mes soirées avec eux ! C’est une ambiance de vacances (que j’aimerai bien prendre, j’vous jure !) qui fait du bien au moral.

L’intrigue tourne autour de cette attirance physique entre les deux. On se repousse, on s’attire… Voilà une lecture pour laquelle on ne se prend pas la tête, cela se laisse lire rapidement et j’ai trouvé rafraichissant cette histoire qui serait parfaite pour une soirée d’été.

La plume de l’auteur

Déjà, j’ai été assez surprise de trouver un auteur dans cet exercice. Je pense que c’est la première fois que je lis du New adult écrit par un homme. Tant mieux ! Je tiens donc à féliciter l’auteur qui a su faire de cette histoire un moment de lecture agréable. La plume de l’auteur à un goût de vacances, on ne se lasse pas de cet univers. La seule chose que j’aurais à redire, ce sont les mots un peu trop vifs et vulgaires (à mon goût… après, j’étais quand même prévenue étant donné que c’est du NA) pour moi.

Les – :

  • Le personnage de Mia avec qui je n’ai pas su vraiment m’entendre.
  • Les propos un peu trop vulgaires pour moi.

Les + :

  • Le personnage de Tyler qui vient équilibrer le duo
  • L’intrigue très sympathique qui est rafraichissante
  • La plume de l’auteur
  • L’océan et le surf ! Excellente idée

155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie

10

On n’attire pas les hirondelles avec du vinaigre – Juliette Sachs

41J3ORlpMDL._SY346_.jpgRésumé : Camille, une journaliste sympathique et un brin gaffeuse qui atteint le cap de la quarantaine, a l’impression que sa vie est au point mort. Lorsqu’elle apprend que son ex a eu la promotion dont elle a toujours rêvé et qu’il va se remarier avec une sublime créature bien plus jeune qu’elle, Camille décide de reprendre sa vie en main. Aux grands maux, les grands moyens : dans la petite ville où vit Camille, des femmes seules sont retrouvées étranglées chez elles. Bille en tête, la journaliste se lance dans une enquête secrète et périlleuse : elle veut en savoir plus sur les meurtres et tenter de publier un scoop qui boostera sa carrière. Mais elle n’imagine pas les péripéties dans lesquelles son enquête va la conduire : elle devra s’inscrire sur un site de rencontres en ligne et jouer le jeu de la femme célibataire qui se cherche un partenaire, tout en cachant la vérité à son séduisant chef et à sa meilleure amie. Sans oublier sa mère qui la rend folle ! Autant dire que Camille n’a pas fini d’en voir de toutes les couleurs !

Mon avis : Je remercie les éditions Alter Real pour l’envoi de ce roman. Je suis toujours accueillie comme une reine dans cette maison d’édition et je trouve cela topissime ! Merci encore aux éditrices pour leur gentillesse.

J’ai donc pu découvrir le roman On n’attire pas les hirondelles avec du vinaigre de Juliette Sachs. Je m’attendais à tout sauf à ce que j’ai lu, je m’attendais à tout sauf à rire des bêtises de Camille et je m’attendais à tout sauf à une excellente lecture qui frôle le coup de cœur.

Une intrigue très réaliste

Qu’est-ce que j’ai ri ! Si Camille est une jeune femme pétillante et dynamique, c’est aussi une vraie femme avec ses états d’âme, son côté gaffeuse et une famille complètement déjantée. On la prend avec ses défauts et si cela ne convient pas… Salut ! Préparez-vous à boire des litres de bière, à passer du temps dans des bars et à rire. L’accumulation des péripéties est crédible puisqu’il est très bien maîtrisé grâce à une plume très intelligente et drôle.

Des personnages secondaires très agréables !

L’auteure fait fort avec son personnage principal. Cependant, il faut aussi souligner les personnages secondaires : Charlotte, sa meilleure amie est aussi folle que Camille, Marc, son patron aussi charmant qu’intelligent, mais aussi les parents de Camille : j’ai cru voir les parents de Bridget Jones. J’ai ri tout au long du repas du samedi soir ! Bravo à l’auteure pour nous avoir créé des personnages aussi sympathiques et pétillants.

L’enquête

J’avoue que c’est là où le roman a perdu quelques petits points. C’est l’enquête qui fait que le roman frôle le coup de cœur… J’ai trouvé que c’était un peu trop évident. Cela n’enlève rien au charme de ce roman puisque ce n’est pas un roman policier mais pour moi, il n’y a pas vraiment eu de surprise. Cependant, le fait que Camille essaye d’élucider cette enquête en s’inscrivant sur un site de rencontre, j’ai trouvé cela très sympathique ! Après tout, c’est une journaliste qui veut évoluer !

La plume de Juliette Sachs

C’est un bol d’air frais. J’ai adoré cette plume qui rend vraiment justice à l’histoire. On rigole, on ne prend pas de pincette. Les expressions sont franches et apportent énormément de crédibilité à l’histoire. On se sent bien dans cette intrigue sans chichi. Ajoutons à cela des dialogues frais et réalistes et l’on obtient un roman qui se lit rapidement, qui fait franchement rire (non, pas sourire, rire !).

Les – :

  • La fin de l’enquête un peu trop évidente.

Les + :

  • Les personnages qu’ils soient principaux ou secondaires, je ne vois aucun faux pas.
  • Mention spéciale pour le personnage de Camille que j’ai adoré !
  • La plume de l’auteure… Quel bol d’air frais.
  • Avoir su me faire rire. C’est plutôt rare durant mes lectures.

155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie

10

Un jardin au creux des mains – Michel Cordeboeuf et Hélène Valentin

xcover-2972.jpgRésumé : Combien de trésors, de couleurs et de saveurs se cachent dans les jardins ? Le plus petit jardin est une terre infinie d’aventures et d’imaginaire. Il suffit de pousser la grille pour se laisser inviter dans le plus merveilleux des décors d’histoires où se dissimulent parfois de bien gentils coquins.

Mon avis : « Pauline, tu vas adorer ! » Marie-Hélène, si tu savais à quel point tu avais raison. En ce jour de printemps mais surtout en ce jour destiné aux enfants, laissez-moi vous présenter le roman jeunesse illustré élaboré par Michel Cordeboeuf et Hélène Valentin. Si j’ai déjà rencontré la plume de Michel Cordeboeuf, les illustrations d’Hélène Valentin m’étaient inconnues.

Un plongeon dans l’enfance

Je suis charmée, tout simplement parce que je me suis retrouvée dans ce livre pour enfants. Mes grands-parents habitaient la campagne, j’ai passé énormément de vacances chez papi et mamie ! Les souvenirs dans le jardin, j’en ai énormément. Les souvenirs avec papi dans le potager, j’en ai à foison. Mamie et ses fleurs, une grande histoire d’amour ! Quel ouvrage, j’en ai le cœur rempli de bonheur.

On suit les aventures d’un petit garçon qui vit chez ses grands-parents au rythme des saisons. Ainsi, on voit l’évolution et les changements du jardin au fil des saisons. C’est un hymne aux souvenirs, à la campagne et à la nature !

Un jardin qui nous rappelle la magie de la vie

Grand-mère et grand-père sont deux personnages très sympathiques à découvrir. Ce sont des grands-parents formidables. J’ai apprécié le fait qu’il n’y ait pas de noms, tout le monde peut s’identifier. C’est une très belle idée. Les enfants pourront laisser aller leurs imaginations et leurs souvenirs. C’est le plus important pour moi dans cette histoire. Les enfants devraient avoir plus de romans illustrés comme celui-ci dans les mains.

Finalement, même si le jardin a une place très importante dans ce livre, il ne faut pas oublier qu’il n’est pas la chose la plus importante dans cette histoire. En effet, le plus important c’est la création des souvenirs, les bons moments passés en compagnie des grands-parents. Si tout le monde pouvait avoir les souvenirs que j’ai avec les miens, le monde se porterait bien mieux.

Le jardin est l’image de la vie qui passe : les fleurs, les insectes, les animaux, les fruits et les légumes sont les traces de ce temps qui passe, qui s’effrite… C’est très intense comme image. Ce sentiment ne nous quitte pas. Suivre le jardin au fil des saisons est une très belle idée.

Les illustrations d’Hélène Valentin

Là où c’est encore plus intense pour moi, c’est dans les illustrations… Quel travail ! Je ne suis pas fan de lire sur l’ordinateur mais ici, je l’ai fait. J’ai profité des dessins, des détails, des couleurs. Purée, j’ai adoré ! C’est vraiment excellent. Ce sont des illustrations que j’ai apprécié parce qu’elles me rappellent les livres que je lisais étant enfant. Oui, la nostalgie et les souvenirs ne m’ont pas quittée un instant durant ma lecture !

La plume de Michel Cordeboeuf

On ressent encore une fois toute la douceur et la poésie du genre « jeunesse ». Délicatement, l’auteur parvient à installer le lecteur confortablement dans sa lecture, on se retrouve sur un petit nuage. On a un mélange de prose, de poésie, de rythmes et de rimes… Bref, on est bercé par une jolie plume et une histoire pleine de sensibilité et de jolis messages.

Les – :

  • Rien, mon cœur de lectrice est comblé. Merci

Les + :

  • Les personnages : un petit fils et ses grands-parents. Un bonheur !
  • Les illustrations qui sont magnifiques. Je fonds littéralement, bravo !
  • Les messages véhiculés : l’importance des souvenirs.
  • Le jardin qui marque le temps qui passe et la vie.

155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie

10

Love and hope – Tome 2: Ether – Julie Dauge

41KMdseh+qL._SY346_Résumé: La famille d’Ether est riche, très riche ; et elle veut l’être encore plus. C’est pour cette raison que, dès son plus jeune âge, Ether est promise à un PDG de quarante ans son aîné. Par cette union, ses parents souhaitent créer une alliance et ainsi faire fructifier l’entreprise familiale. Mais à quel prix ? Sacrifiée pour l’argent, Ether n’est pas une adolescente comme les autres. À 20 ans elle n’a jamais connu l’amour de ses parents, n’a pas le droit de choisir ses vêtements ou d’aller sur Internet, et n’a jamais eu ni amis ni petit copain. Un jour, dans un élan de folie, elle suit sa  » liste désespérée  » qu’elle a écrite quelques années plus tôt. Que ce soit pour aller à une soirée étudiante ou assister à un match, elle n’hésitera pas à user de subterfuges pour faire ces choses qui lui sont interdites qui vont la mener à sa rencontre avec Micah et à développer une relation secrète par textos. Avec lui, elle se sent revivre. Un soir, c’est le choc de trop. Ether décide de changer le destin qu’elle s’est depuis longtemps résignée à subir. Elle demande alors à Micah la plus folle des preuves d’amitié pour se sauver d’un sordide avenir tout tracé. Pour le meilleur, et pour le pire…

Mon avis : Je remercie les éditions de l’Opportun ainsi que Théa pour l’envoi de ce deuxième tome. Souvenez-vous, j’avais adoré le premier tome de la saga Love and Hope de Julie Dauge. J’ai pris le temps de découvrir le tome suivant, centré sur Ether, qui est une très belle lecture.

Un roman fort et puissant

Quelle claque. J’ai apprécié l’originalité de l’intrigue ici. En effet, on retrouve ici une caractéristique que l’on retrouve bien souvent dans la romance historique et non dans la romance contemporaine. Ether est fiancée, depuis qu’elle est née, à un homme de 40 ans de plus qu’elle. Elle est pied et poing liés par ce contrat établit entre son futur époux et ses parents.

Ce deuxième tome est une claque. Franchement, j’ai eu tellement mal au cœur pour Ether qui ne connait ni l’amour d’une mère ni celui de son père. Elle est seule dans sa barque jusqu’à ce qu’elle rencontre Megan, Tirell et sa bande d’amis.

Une construction intéressante

L’intrigue est en constante évolution. Que ce soit entre le début et la fin du tome ou entre tous les tomes. On reprend des événements qui sont évoqués dans le premier tome en changeant de point de vue. On ajoute des détails que l’on n’avait pas forcément dans le premier tome. J’ai trouvé l’idée intelligente et très sympathique. En effet, on en apprend encore un peu plus sur Megan et Tirell alors que le tome n’est pas centré sur ce couple. Par les multiples interventions de Micah et d’Ether qui se partagent la narration, on se retrouve avec un deuxième tome sensationnel qui véhicule tellement d’émotions qu’à la fin j’ai eu un pincement au cœur de quitter la bande…

Ether et Micah : une rencontre attendrissante

Rien ne pouvait laisser présager que ces deux personnages deviennent aussi proches. Tout commence par les textos puis petit à petit, ils apprennent à se connaitre jusqu’au moment où Ether lui demande un énorme service qui fait basculer le roman. J’ai trouvé l’idée intéressante. Ether et Micah sont deux personnages qui s’entraident. En effet, on se retrouve avec un beau duo qui met en avant de jolies valeurs : la confiance, l’amitié, la loyauté et la protection de l’autre.

La plume de Julie Dauge

Quel plaisir de retrouver cette plume qui m’avait fait vibrer avec un premier tome qui m’avait laissé sur les fesses. Ici, je retourne une nouvelle fois sur mon fessier. Julie Dauge est talentueuse, elle est en bonne voie pour être une des valeurs sures de ma bibliothèque. On passe un excellent moment de lecture bercé par des mots poétiques, beaux et chargés d’émotion. Bravo Julie !

Les – :

  • Les conversations texto… Je les ai trouvées un peu trop adolescentes.

Les + :

  • Le panel de personnages que l’on prend plaisir à découvrir et à redécouvrir.
  • La plume de Julie Dauge que j’adore
  • Le personnage d’Ether qui m’a pris aux tripes.
  • L’originalité de l’intrigue ! Au top.

155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie

10

De terre et de racines – Oriane

61jcky1YdhL.jpgRésumé : Où se cache notre identité ? Sur nos terres, dans nos racines… ailleurs ? Au Grand Terrier, Gareth subit le rejet quotidien. Il ne s’imaginait pas sauver Corène, quitter son pays ou encore affronter les meurtriers « respectables » de son père. Pourtant, même loin des siens, il protégera Corène. Parce que sa culture et ses différences le fascinent et le troublent à la fois. L’alchimie se crée et il est bien décidé à comprendre… Pourquoi des gardiens terrons pourchassent-ils une jeune Silverine ? Exil, manipulation, mort ; le pire les menace. Hélas, plus question de reculer : il leur faut éclairer le passé pour enfin se définir. Découvrez une romance pleine de questionnements, d’innocence et de légèreté, quand deux héros venus de pays différents voient leurs repères chamboulés et l’ombre du passé les poursuivre.  A leur âge, on ne devrait pas s’inquiéter de demain. Mais plus encore, ressentir un tel amour. Comment vont-ils y survivre ?

Mon avis : Je remercie le Prix des Auteurs Inconnus pour l’envoi de ce roman. En effet, ce dernier signe ma participation dans la catégorie « young adult » du mois de mars.

J’ai rencontré l’auteure au salon du livre d’Orchies. Enfin…non, j’ai bugué comme une andouille devant son nom et la couverture de son roman. « Je connais ce titre… je l’ai déjà vu quelque part ». C’est Oriane qui m’a sorti de ma rêverie en me parlant du PAI. En plus d’une rencontre qui prête à sourire, j’ai eu la chance de rencontrer une auteure très sympathique, souriante et qui donne envie de lire son roman. Je suis donc partie plutôt confiante dans ma lecture.

Une histoire d’amour dans une intrigue SF

J’avoue, la SF est, pour moi, un genre bien particulier. En effet, on peut trouver tellement d’éléments divers et variés que je ne sais jamais à quoi m’attendre. Ce qui est bien ici, c’est la romance. Etant une fan de romances et de belles histoires d’amour compliquées, je fus ravie d’en trouver une dans cette histoire. J’ai trouvé agréable ce mélange des genres.

La découverte d’un monde imaginé intéressant

On fait la rencontre d’un monde imaginaire très sympathique. On a deux peuples créés41067534_10156785467017376_4907767977048276992_n de toutes pièces. On se retrouve avec, d’un côté, les Terrons, et de l’autre côté, les Silverains. Voilà deux peuples construits dans l’opposition. Les Terrons vivent sous terre, privés de lumière et d’eau. Ils utilisent des techniques ultra modernes pour vivre difficilement.  Les Silverains, eux, vivent à l’air libre, profitant et jouissant de la nature et des ressources de cette dernière. Leur vie est plus simple et radieuse.

Deux civilisations, deux manières de vivre, deux évolutions différentes s’offrent donc à nous. Ils ne se côtoient que très peu. Le strict minimum à vrai dire.

Un passé collectif mystérieux

Tout au long du roman, on se demande ce qui a bien pu arriver pour que les deux peuples vivent de ces manières complètement opposés. Pourquoi les Terrons vivent ainsi, de manière difficile, alors que les Silverains semblent avoir une vie beaucoup plus simple.

L’auteure dévoile intelligemment le passé qui relie les deux peuples. Tout au long du roman, on découvre et on comprend ce qui s’est passé. C’est un des côtés de l’histoire que j’ai beaucoup apprécié. On ne se noie pas dans la SF. C’est excellent.

Les personnages

Voici une romance très Shakespearienne dans sa construction. Les deux protagonistes qui tombent amoureux sont bien évidemment issus des deux peuples. Deux familles que tout oppose, des convictions différentes et une haine ancestrale. Je n’ai pas pu m’empêcher de penser à Roméo et Juliette. N’entendez pas, par cette comparaison, que la fin de l’histoire est funeste. Je fais un parallèle sur la provenance des personnages.

C’est ainsi que l’on fait la connaissance de Corène et Gareth. Deux personnages que tout semble opposer. Cependant, Gareth va protéger Corène. On ne sait pas trop ce qui le pousse à agir ainsi mais il est fasciné par cette personne qui représente tout ce qu’il n’est pas. C’est hyper intéressant à traiter dans ce genre de roman. On suit leur progression avec plaisir. Voilà deux personnages très agréables à suivre.

Les notions abordées

Là où l’auteure frappe fort, c’est dans la multiplicité des thèmes abordés. Ainsi, on parle de racisme, de discrimination, de différence. Il faut aussi souligner la quête identitaire. En effet, elle fait partie entière du roman. Le titre est évocateur « de terre et de racines » : j’ai directement pensé au fameux « tu es poussière et tu retourneras dans la poussière ». Voilà un beau message sur la différence et l’acceptation de cette dernière. Ajoutons à cela les notions universelles qui font mouche : l’amour, la mort, l’amitié et le jour est joué ! On se retrouve avec un roman que l’on apprécie découvrir du début à la fin.

La plume d’Oriane

Quel punch ! On sent le dynamisme de l’auteure à travers sa plume et ses mots. On ne s’ennuie pas un instant. Il y a eu quelques longueurs au début du roman pour moi mais une fois la mise en place faite, on rentre dans l’histoire qui devient rapidement captivante. J’ai trouvé le tout crédible.

Les – :

  • Quelques longueurs au départ mais rien de grave.

Les + :

  • Le monde inventé
  • La plume d’Oriane
  • Le duo Corène / Gareth
  • Les notions abordées
  • Le mélange des genres bien maîtrisé 

155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie

12

Le fauteuil de César – Laure Lapègue

CVT_Le-fauteuil-de-Cesar_3562.jpgRésumé : « César n’est pas mort ! Il te salue et t’invite à fêter dignement la trente-neuvième année d’une vie qui, fort heureusement, n’a pas pris fin prématurément. Seul le cercle de proches est invité, alors ne prévois rien d’autre que ta bonne humeur ! PS : Au cas où tu hésiterais, je te réserve une surprise d’écrivain… » Trois mois après un grave accident de voiture, César invite ses meilleurs amis à le rejoindre dans la maison de campagne où il effectue sa convalescence. Mais bien vite, ces derniers découvrent qu’ils ne sont pas les seuls convives et que leur hôte leur a réservé une surprise aux allures de cadeau empoisonné… L’amitié peut-elle résister à tout ? À l’amour ? À l’argent ? À l’absence ? À la maladie ? Au temps qui passe ..? Isolé pour un long week-end dans une propriété perchée au cœur de la Montagne noire, le petit groupe se verra contraint de remuer le passé et de faire face aux évènements présents pour répondre aux questions posées par leur ami César.

Mon avis : Voici ma lecture du mois de mars dans la catégorie « littérature noire » pour le Prix Des Auteurs Inconnus.

Noir, c’est noir, j’ai perdu tout espoir…

Ce roman faisait partie de ma sélection personnelle. Je pense que c’était le roman dans lequel j’avais placé le plus d’espoir. Je ne peux pas dire que ma lecture ait été mauvaise, non, mais ce n’était pas du tout ce à quoi je m’attendais, malheureusement. Je m’attendais à plus noir, plus piquant, plus cynique.

Je me suis retrouvée devant une bande d’amis qui m’a posé problème. En effet, j’ai trouvé dommage qu’il n’y en ait pas un pour relever la bassesse des soit disant amis de César. Ils sont tous là avec une arrière-pensée. Cupidité ? Culpabilité ? Tout y passe… Quel malheur ! Cependant, j’ai été surprise plus d’une fois par les comportements et attitudes des personnages. J’avoue qu’ils ont épicés la lecture, par moments.

Les personnages

César était hyper prometteur. Un écrivain connu qui frôle la mort. Je me suis dit que les retrouvailles avec ses amis qui ne le sont plus vraiment allaient être un véritable feu d’artifice mais finalement, j’ai été un peu déçue. L’idée de base est bonne. Néanmoins, j’ai trouvé que ce n’était pas assez noir, c’est vraiment dommage. Je pensais à une sacrée revanche, une bonne frousse pour les personnages comme pour les lecteurs et à un moment de lecture intense.

L’intrigue

L’idée du huis clos était vraiment intéressante. On vogue entre passé et présent. On passe d’un personnage à un autre, on y ajoute une auxiliaire de vie qui ressemble à Hagrid, un chien, des voisins. Il n’y a pas de longueurs pour moi, le rythme reste correct.

Tout tient aussi dans le moleskine de l’auteur qui est un objet-personnage pour moi.

Sentiments contradictoires

L’extrait lu pour les présélections était vraiment très, très bon ! Je l’ai noté directement en me disant « celui-là, il faut que je le lise ! ». J’avais hâte de me lancer dans ma lecture et finalement, je n’ai quasiment pas fait de pause dans cette dernière. Il y a quelque chose qui m’a poussé à lire rapidement. Je pense que c’était ma volonté de voir s’il y allait avoir quelque chose de plus sombre. Je ne peux pas dire que c’était une mauvaise lecture mais je ressors déçue par rapport à ce que j’attendais.

La plume de l’auteure

Ma foi, ce n’était pas désagréable comme découverte. J’ai passé un moment de lecture assez sympathique même si pour moi, cela n’est pas suffisant. Les personnages ont des psychologies assez bonnes, bien construites. La plume est agréable.

Les – :

  • Une déception quant au côté noir du genre auquel ce roman s’apparente.
  • La bande d’amis qui ne m’a pas forcément plu.

Les + :

  • Le personnage de César
  • Les décors
  • Le huis clos

155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie