14

Une saison à la petite boulangerie & un noël à la petite boulangerie de Jenny Colgan

Résumés : Polly Waterford coule des jours heureux sur la paisible île de Mount Polbearne, dans les Cornouailles, entre le grand phare dans lequel elle s’est installée avec Huckle, son boyfriend, et la petite boulangerie où elle prépare chaque jour, avec passion, d’irrésistibles pains dorés. Mais lorsque le nouveau propriétaire de sa boutique fait irruption sur l’île, Polly réalise que son bonheur pourrait bien être réduit en miettes… Avec une pincée de fleur de sel, des kilos de farine et une bonne dose de volonté, réussira-t-elle à surmonter les obstacles qui se dressent sur sa route ?

——————————————

Polly Waterford ne voit pas le temps passer… Sa petite boulangerie l’occupe du matin au soir, au désespoir d’Huckle, son compagnon, qui rêve de profiter d’une simple grasse matinée avec elle. À l’approche des fêtes de fin d’année, Huckle rêve aussi d’un Noël en amoureux, bien au chaud dans leur grand phare, avec leur petit macareux Neil. Mais quand Kerensa débarque à Mount Polbearne pour dévoiler à sa meilleure amie un terrible secret sur son passé, Polly voit soudain son avenir s’assombrir. D’autant que la révélation de Kerensa menace la belle histoire qu’elle a construite avec Huckle. Jusqu’à présent, Polly a toujours réussi à surmonter les épreuves en cuisinant. Pourtant, cette fois-ci, préparer de bons petits pains risque de ne pas suffire à la sortir d’affaire. Polly est-elle prête à affronter son passé ? Réussira-t-elle à remettre sa vie sur de bons rails pour passer un joyeux Noël auprès de ceux qu’elle aime ?

~ Lectures détentes ~

Hello tout le monde, je vous retrouve pour une chronique deux en un. J’ai pris la décision de vous donner mon avis sur les « tomes » 2 et 3 des aventures de Polly. En effet, même si les romans peuvent se lire indépendamment, c’est quand même mieux d’avoir lu La petite boulangerie du bout du monde avant ces deux opus pour avoir tous les détails de l’histoire (j’avoue que l’auteure fait un résumé assez sympathique au début de chaque lecture mais bon, ça reste vraiment très rapide).

Pourquoi ai-je décidé de chroniquer ces deux romans en même temps ? Vous savez que ce n’est pas par fainéantise. C’est juste que, même si les deux romans sont bons, je pense qu’ils ne sont pas nécessaires et que le roman La petite boulangerie du bout du monde est amplement suffisant. Si mes lectures se sont bien passées, j’ai vraiment eu l’impression, à certains moments qu’on tirait, tirait, tiraaaait sur un filon inépuisable qui finalement s’épuise très rapidement. Si le premier roman a été un coup de cœur, ici, je suis restée sur ma faim.

On retrouve Polly et Huckle qui vont devoir faire attention aux perturbations professionnelles et personnelles qui vont les secouer. Dans les deux tomes, il va y avoir plusieurs interrogations : est-ce qu’on est bien dans ce phare ? Est-ce que c’est la vie que l’on veut ? Est-ce que finir ensemble, c’est vraiment la meilleure chose ? Est-ce que Polly va savoir retrouver ses esprits en pâtissant ? Bref, tant de questions qui finalement auraient pu être éviter si on n’avait eu qu’un seul roman dans les mains.

C’est assez déstabilisant pour moi parce que Jenny Colgan m’a toujours séduite : que ce soit une boulangerie ou une cupcakerie, j’ai adoré mes lectures. Je reste frileuse quant aux suites proposées et j’ai encore deux romans à lire, j’espère que mon engouement va vite reprendre.

Côté personnages, j’ai apprécié retrouver les personnages qui ont bercés l’histoire de base. J’ai aussi fait la connaissance de certains. J’ai aussi pris plaisir à mieux connaitre Kerensa qui restait assez en retrait dans le premier roman. C’est assez plaisant. Polly vient donner un second souffle à Mount Polbearne et à ses habitants qui se sont encroutés dans une routine qui ferait pleurer l’homme le plus joyeux sur terre. J’ai aussi apprécié voir Polly et Huckle évoluer en tant que couple, ils sont très sympathiques et on a envie d’en faire nos amis. Si la levure n’a pas monté correctement de mon côté, c’est certainement dû à certains épisodes trop longs. Je pense qu’on aurait pu faire un bon gros roman. Ca aurait, je crois, mieux exploité.

On a des moments tendres, pleins de bons sentiments. On rigole, on doute, on est triste. La plume de Jenny Colgan est toujours aussi fluide et pleine de dynamisme, cela ne fait aucun doute.

En définitive, j’ai apprécié retrouver les personnages et l’ambiance de Mount Polbearne. Cependant, les deux tomes restent de trop. Si la lecture s’est bien passée, je n’ai pas retrouvé l’engouement du départ. Beaucoup trop de longueurs sont apparues et ont terni mon rythme de lecture. Dommage ! A force de vouloir trop tirer sur un filon, parfois, ça casse. Les lecteurs qui aiment la plume de Jenny Colgan pourraient être satisfaits !

3 raisons de lire ces deux romans :

  • Les personnages sont de retour pour de nouvelles aventures
  • L’univers de Jenny Colgan et les bonnes pâtisseries
  • La plume de Jenny Colgan qui nous offre quelques moments sympathiques

3

20

La petite boulangerie du bout du monde – Jenny Colgan  

bm_CVT_La-petite-boulangerie-du-bout-du-monde_9712Résumé : Quand son mariage et sa petite entreprise font naufrage, Polly quitte Plymouth et trouve refuge dans un petit port tranquille d’une île des Cornouailles. Quoi de mieux qu’un village de quelques âmes battu par les vents pour réfléchir et repartir à zéro ? Seule dans une boutique laissée à l’abandon, Polly se consacre à son plaisir favori : préparer du pain. Petit à petit, de rencontres farfelues – avec un bébé macareux blessé, un apiculteur dilettante, des marins gourmands – en petits bonheurs partagés, ce qui n’était qu’un break semble annoncer le début d’une nouvelle vie …

Mon avis : Le mois d’Août m’a permis de vider quelques romans de mes étagères. J’avais adoré « Rendez-vous au cup cake café » de Jenny Colgan, ce fut donc avec délice, gourmandise et envie que je me suis plongée dans un autre univers que l’auteure nous proposait de découvrir.

Ce qui motive aussi ma chronique c’est que j’ai une lecture commune avec Roxou (un blog que je vous conseille de découvrir si ce n’est pas déjà fait) sur la suite de cette histoire. Donc, autant apprécié cette belle lecture avant que je vous présente l’autre !

Voici donc une lecture personnelle qui m’a fait beaucoup de bien. En effet, on fait la rencontre de Polly qui est une jeune femme tout à fait remarquable. Après le naufrage de sa vie professionnelle et personnelle, Polly décide de reprendre sa vie en main d’une drôle de manière. Son entreprise, montée avec son mari, ayant fait faillite, elle se retrouve dans son appartement luxueux, coincée avec ce mari qui rejette toutes les fautes sur son dos. Cette vie n’étant plus possible, l’évocation, par son mari, d’un possible divorce et d’une séparation qui fait effet tout de suite, Polly explose en plein vol et décide d’aller se terrer sur une petite île des Cornouailles.

Derrière elle, elle laisse son ancienne vie et décide de vivre simplement sur cette petite île pittoresque qui fait le bonheur des touristes l’été. Cependant, en plein hiver, Polly va vite déchanter. En effet, son appartement est dans un état catastrophique, elle va devoir se remonter les manches pour en faire quelque chose d’habitable. De plus, ce n’est pas avec une énorme sympathie que les habitants l’accueillent. C’est avec surprise que l’on voit comment sa venue est apprivoisée par les habitants : les pêcheurs, le vétérinaire et même l’apiculteur ! La seule qui voit sa venue d’un mauvais œil, c’est la boulangère et propriétaire de son logement.

A force de sourires et de pains succulents, Polly se fait accepter et découvre une vie douce, calme et paisible.

C’est aussi avec grand plaisir que l’on découvre les secrets des habitants : de cette boulangère qui refuse que des étrangers viennent habiter sur leur île, de ces pêcheurs qui ont des vies difficiles et même de ce mystérieux apiculteur américain qui est arrivé sur l’île pour changer de vie.

J’ai adoré ce petit bébé macareux qui m’a fait sourire. La relation entre lui et Polly est merveilleuse. Je l’ai trouvé tendre, drôle, attentionnée. Bref, c’est une relation qui porte à sourire.

La boulangerie de Polly est rapidement l’endroit de l’île où tout le monde se retrouve pour son plus grand plaisir ! Elle revit, elle a enfin trouvé ce qu’elle voulait faire de sa vie. J’ai trouvé cela très sympathique. La morale est belle : même les rêves les plus fous peuvent être réalisables si on se donne la peine d’y parvenir. J’ai trouvé cela très sympathique.

Les décors apportent quelque chose de doux, calme, apaisant. Moi qui ait vécu en Angleterre, je ne peux qu’adorer.

C’est encore une nouvelle fois un carton plein avec ce roman ! Un joli coup de cœur tendre et gourmand

Les – :

  • Me voici de nouveau comblée avec les gourmandises de Jenny Colgan

Les + :

  • Le personnage de Polly que j’ai aimé : une femme forte, belle et courageuse.
  • La plume de Jenny Colgan qui devient une valeur sûre de mes bibliothèques.
  • Les décors et les personnages que nous offre cette île de Cornouailles.
  • La gourmandise qui émane des pages du roman.

155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie

30

Rendez-vous au Cupcake Café – Jenny Colgan

51kSOR3poTL._SX303_BO1,204,203,200_.jpgRésumé : Izzy est une fée de la pâtisserie. Elle a passé son enfance dans la boulangerie de son grand-père, et a indéniablement hérité de son talent. Chaque semaine, ses collègues du bureau se régalent de ses cupcakes colorés et autres brownies ultrafondants… Lorsqu’elle se fait licencier par son futur ex-petit-ami, Izzy sent grandir en elle une idée folle : et si elle ouvrait son propre cupcake café ? Le projet est un peu risqué, le chemin semé d’embûches, mais lorsqu’elle découvre un magasin à louer dans une ruelle pavée, elle se lance dans l’aventure, et dans une nouvelle vie ! 

Mon avis : J’en avais envie depuis longtemps. Je me suis fait plaisir en début de semaine en achetant  Rendez-vous au cupcake Café  de Jenny Colgan. J’ai ses deux autres romans dans mes étagères (d’ailleurs  la petite boulangerie du bout du monde est dans mon sac à main) mais celui-ci me faisait le plus envie. Je suis une incorrigible gourmande… Les cup cakes… J’adore ça ! Du coup, c’était une évidence même pour moi de découvrir la plume de Jenny Colgan avec ce roman là.

On fait la connaissance d’Izzy. Une jeune femme que j’adore ! Ce n’est pas un personnage principal cliché : taille mannequin, perfection assurée. Non, Izzy fait des erreurs, a des défauts et des formes. J’ai trouvé cela très charmant. Je me suis d’ailleurs identifié très rapidement à elle avec sa cuisine rose (franchement, j’adorerai, dommage, Jonathan ne me laissera pas faire), ses cup cakes qui m’ont donné envie tout au long du roman. Bref, Izzy est une jeune femme remarquable. Il y a des petites choses dans sa vie qui ne vont pas forcément : Graeme, son patron, son « petit ami » qui se moque d’elle et qui l’utilise quand il en a besoin. Grand manipulateur, il la tient fermement comme sa petite marionnette. Complètement sous le charme, Izzy ne voit rien et croit au grand amour. Naïve et manquant de confiance en elle, Izzy est rapidement aveuglée et a besoin de coup de pied aux fesses pour se remettre sur les rails.

Lorsqu’elle perd son emploi, Izzy déprime complètement, Helena, sa meilleure amie, une grande rousse, magnifique (et aussi avec des formes !!! Merveilleux !) est là pour la soutenir. C’est top d’avoir une amie ainsi. Elles m’ont beaucoup fait rire, leur amitié résiste à tout et cela est extrêmement chouette à lire.

Ouvrir un salon de thé… Une idée folle qu’Izzy parvient à monter… Avec l’aide de Pearl, une fille licenciée aussi qui va rapidement devenir son amie et Caroline, elles parviennent à faire de ce petit salon de thé le rendez vous de tous les habitants de Londres ! J’ai beaucoup aimé cette évolution, ce parcours rempli d’obstacles personnels mais aussi professionnels.

Dans les relations qu’Izzy entretient avec ses amis et les personnages secondaires comme Austin, on voit très bien qu’elle est merveilleuse. C’est une personne à l’écoute, qui veut faire le bien partout où elle passe. Cela fait d’elle un personnage que je n’oublierai pas de si tôt. La relation qui m’a le plus touché c’est celle que notre personnage principal entretient avec son Grampa Joe. J’ai tellement apprécié ! J’ai ri, j’ai eu mal, j’ai eu peur pour eux deux. Cette relation fragile nous montre à quel point on n’est rien sans nos grands-parents. On apprend d’eux, on perpétue les savoir faire. [Papis, mamie & tatie, je pense tellement à vous, tout le temps ♥]

Je suis tombée amoureuse du salon de thé d’Izzy. C’est vraiment un endroit que j’aurais tant aimé découvrir. Je m’y voyais ! Déguster des cup cakes en regardant Louis, le petit garçon de Pearl faire des bêtises, de voir tout le monde débarquer, le sourire aux lèvres. J’aurais bien évidemment été accompagnée d’un bon roman !

Vous l’aurez compris, la découverte de la plume et de l’univers de Jenny Colgan est une véritable révélation pour moi. J’ai beaucoup apprécié ce que j’ai lu. Ce roman est un sacré coup de cœur sucré qui a su faire fondre mon petit cœur. On rit, on s’inquiète, on est impatient, on est en colère, bref, on passe par tous les états possibles en moins de 500 pages.

Les – :

  • Aucun – cette fois ci. J’ai passé un excellent moment de lecture en compagnie de la petite troupe. La plume de Jenny Colgan est un régal.

Les + :

  • Le personnage d’Izzy avec qui j’ai passé un excellent moment. J’ai aimé sa gentillesse et sa volonté de faire plaisir à tout le monde.
  • Le salon de thé. Un lieu délicieux propice à de belles choses.
  • Les personnages dans leur ensemble : j’ai adoré Helena, Austin ainsi que Grampa Joe.
  • La plume de Jenny Colgan qui est une révélation pour moi. J’ai hâte de pouvoir me lancer dans un nouveau roman de cette auteure.

Ma note : 155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie