18

Les Mackintosh – Tome 1 : Un secret à travers le temps de Julia Dauge

51Z472EFO3L._SY346_.jpgRésumé : Depuis longtemps, Laetitia rêve de découvrir l’Ecosse. Quand elle entreprend enfin le voyage, cette jeune étudiante, orpheline, adepte des sports de combat est loin de se douter qu’il l’emmènera aussi loin ; jusque dans les bras de Darren, ce beau chef guerrier highlander, au XVIe siècle ! Dès qu’il aperçoit cette belle inconnue, Darren, laird du clan MacKintosh, est subjugué. En même temps, il est abasourdi. Comment cette délicieuse créature, aux origines obscures et aux expressions si étranges, peut-elle être si effrontée dans ses manières ? Et que dire de ses tendances à jurer et à se battre aussi bien que ses guerriers ?

~ Service presse ~

Mon avis : Je remercie évidence éditions pour l’envoi de ce roman et plus particulièrement Jennifer qui est toujours charmante, souriante et dynamique.

~ Entre modernité et période historique ~

Voilà deux notions que je vais pouvoir traiter sur plusieurs points. Je vous parle déjà de mon choix de lecture. Pourquoi ce titre ? Je vous avoue que c’est principalement pour le nom de l’auteure. J’ai adoré découvrir Love and hope, une saga contemporaine qui m’a beaucoup plu de la même auteure publiée dans une autre maison d’édition. J’avais donc envie de voir ce que pouvait donner cette plume dans un tout autre style. Bien que le genre de la romance soit commun aux deux œuvres, la période historique, les mœurs et la culture sont eux bien différents.

Deuxièmement, j’ai trouvé que les passages, dans ce premier tome, entre le passé (16ème siècle de mémoire) et les années dans lesquelles nous vivons (2014/2015, là aussi de mémoire) sont assez sympathiques. J’avoue que ce qui me fait perdre beaucoup de temps dans ce genre-là, c’est l’acclimatation à l’époque, aux modes de vie des highlanders ainsi qu’aux mœurs et aux coutumes. C’est une période historique que je ne connais qu’à travers Outlander donc j’avais un peu peur de m’y perdre.

~ Parlons personnages  ~

On fait la rencontre de Laetitia, dit Lilou (j’ai eu du mal à m’y faire tant la ressemblance entre les prénoms ne prête pas à les associer à une même personne, bref !). Laetitia est une jeune femme jolie, intéressante et intelligente. Sans parents, elle vit comme elle le peut en se construisant sa propre famille : ses amis qui sont très présents pour elle. Cette petite bande m’a beaucoup plu. Laetitia a deux passions dans la vie : les romances historiques de type Harlequin (oh hé, baissez les yeux tout de suite, on a tous déjà lu un roman de ce genre) et l’Ecosse. Ne sachant pas forcément pourquoi ni comment, Laetitia rêve d’aller là-bas, de se balader dans les paysages écossais et de parler la langue. Après des années de travail, elle a économisé assez pour se payer son voyage de rêve. Ainsi, nous la suivons dans son périple qui l’emmènera bien plus loin de son domicile que prévu.

J’ai apprécié ce personnage. Laetitia est pleine de ressources et ne se laisse pas marcher dessus et encore moins par les hommes. Férue de sports de combat, elle se débat et met quelques coups bien placés à une bande de mecs en tartan. Non mais ! J’ai aimé ce côté ultra moderne dans une époque encore très misogyne.

Cela nous donne des scènes assez spectaculaires dont celle-ci qui m’a beaucoup plu.

« Il s’approcha donc d’elle, dans le but de la recouvrir. Il essaya de chasser son excitation de son regard, mais étant donné le regard qu’elle lui retourna, il supposa qu’il avait lamentablement échoué. Alors qu’il était quasiment collé à elle, il leva la main avec l’intention de lui caresser la joue pour la rassurer. […] Avant qu’il n’ait pu finir sa phrase, la jeune femme se transforma en une seconde en furie. Elle parvint, par il ne sait quel miracle, à lui décocher un coup de genou entre les jambes qui lui coupa net le souffle. Il n’avait jamais ressenti une telle douleur. Il eut l’impression que ses bijoux de famille remontaient jusque dans sa gorge pour se protéger de cette terrible créature. Une réaction instinctive le fit se pencher en avant. Grave erreur ! La diablesse en profita alors pour lui asséner… un magistral coup de boule en pleine tête. »

Bien entendu, Darren, le beau Darren fait aussi. Franchement, c’est un personnage sympathique, un peu bourru qui finit par, forcément tomber amoureux de la jeune et jolie Laetitia. Il fait partie du clan Mackintosh.

On en apprend beaucoup sur eux. Mais un petit point m’a chiffonnée. En effet, on a vraiment une sorte de dichotomie entre le bien et le mal : d’un côté les Mackintosh, ce clan que l’on connait comme étant bon, bénéfique et qui offre des ressources et une vie tranquille aux membres du clan et d’un autre côté, le clan des Anderson : les méchants. J’ai trouvé cela un peu facile.

~ Intrigue et impression de déjà-vu ~

Malheureusement, vous l’aurez facilement compris, ma lecture n’a pas été de tout repos. Bien que la plume est assez fluide, j’ai eu beaucoup de mal à lire ce premier tome. Durant ma lecture, j’ai eu quelques incertitudes. Je pense qu’il y a (au moins) un anachronisme. Je n’en suis pas certaine mais après quelques recherches, il semble que le passage au calendrier grégorien en écosse se fait au 18ème siècle alors qu’un personnage donne la date à Laetitia en annonçant qu’on est en 1500 et des poussières… En soi, ce n’est pas hyper dérangeant mais j’avoue que j’ai tiqué à ma lecture.

J’ai aussi trouvé que dans cette intrigue, il y avait beaucoup de différences de langage. Effectivement, on peut expliquer ça par le fait que notre héroïne ne vient pas de cette époque mais j’ai pu rencontrer des jolis noms d’oiseau que j’aurais préféré ne pas lire.

L’impression de déjà-vu se marque par le fait que j’ai déjà lu Outlander de Diana Gabaldon et que forcément, il est très compliqué de ne pas faire de rapprochement entre ces deux histoires. On a le même principe : une fille d’une époque certaine tombe dans une époque qui n’est pas la sienne mais celle des Highlander. Si l’intrigue était sympathique, j’ai trouvé que le côté historique est complètement passé à la trappe. Malheureusement, je pense que c’est le plus gros point qui fait que mon retour reste mitigé sur ce premier tome. En effet, on est vraiment dans une romance érotique. Oui, lecteurs et lectrices qui n’apprécient pas les scènes de sexe, passez votre chemin parce qu’il y en a un paquet dans ce roman. Dommage qu’il n’y ait pas plus de descriptions des lieux, pour moi, je suis un peu passée à côté de ma lecture car je n’ai pas su m’imprégner de l’ambiance du roman.

Cependant, j’ai apprécié la légende proposée en début de roman, je l’ai trouvé très jolie et poétique.

Attention ! En aucun cas, je ne parle de plagiat! 

~ La plume de Julie Dauge ~

J’étais très curieuse de voir si l’auteure allait pouvoir renouveler son exploit avec Love and Hope. Je pense que c’est une affaire de goût et d’intrigue. En effet, la plume est toujours aussi acérée et juste. C’est simplement que pour moi, la magie n’a pas opéré.

3 raisons de lire ce roman :

  • Une romance historique parfaite pour les lecteurs fan de ce genre
  • Une légende intéressante et sympathique
  • Un personnage principal féminin fort

3

14

Love and hope – Tome 4 : Scott de Julie Dauge

Julie-Dauge-–-Love-and-Hope-Tome-4-Scott-2019.jpgRésumé : Abandonné par une mère alcoolique et droguée et un père emprisonné, Scott a été placé en famille d’accueil. Troublé par Sheldon, son voisin, Scott tente tant bien que mal de cacher son attirance. Ce qu’il ne sait pas, c’est que Sheldon partage ses sentiments mais ne peut lui avouer. Il a en effet fait un marché avec son beau-père très conservateur : cacher son homosexualité en échange du financement de ses études. Parviendront-ils à s’avouer leur amour ?

~ Service presse ~

Mon avis : Je remercie chaleureusement Nisha et caetera pour l’envoi de ce service presse qui signe la fin de ma découverte de l’univers de Julie Dauge. Love and hope est une sacrée saga malgré la petite frustration quant à ce quatrième et dernier tome.

~ Sheldon et Scott ~

Dans ce dernier tome, on se focalise sur deux garçons. Eh oui, ce tome est un tome sur une romance M/M qui fut une belle surprise. En effet, je ne m’attendais pas du tout à ce que cette découverte soit aussi douce et sensible. C’était très agréable à lire. J’avais très peur pour les scènes de sexe, j’ai toujours peur que ça soit toujours un peu dans la surenchère. Ici, rien de tout cela. Julie Dauge maîtrise ses personnages avec finesse et élégance.

J’ai apprécié en savoir un peu plus sur ces deux personnages. Si Scott fait son apparition dans le tome dédié à Shadna, Sheldon est là depuis le début, c’est le personnage qui était le plus effacé dans la saga. J’ai trouvé intéressant de le dévoiler en dernier, cela apporte de la crédibilité au personnage et à la saga.

Si on trouvait Sheldon effacé, ici, il se dévoile et nous prouve que la réserve n’est pas de la timidité mais de la préservation. Venant d’une famille où son homosexualité reste taboue, on lui a demandé de la cacher pour ne pas faire d’ombre à son beau-père, grand politicien. Sheldon a toujours vécu dans cette crainte d’être jugé et même par ses amis qu’il connait depuis des années.

Scott, lui, est un personnage que j’ai apprécié. Malgré son côté surprotecteur dans le tome trois consacré à Shadna et Berckley, ici, cette sensation d’étouffement s’efface (et c’est d’ailleurs ce qui fait partie de ma frustration mais j’y reviendrai un peu plus loin). On y rencontre un Scott intelligent, charmeur et qui n’a pas peur de défendre les causes qui lui tiennent à cœur. La misère, il connait, les problèmes de famille, il connait. Il n’y a que sa sœur qui lui importe, le reste, il le survole.

Voici donc un duo de personnages assez intéressants. Ils sont différents dans leurs caractères mais finalement semblables sur beaucoup de points. Ils ne sont pas du genre à être sur le devant de la scène et cela fait du bien à lire !

~ L’intrigue ~

J’ai apprécié retrouver la bande pour une dernière fois. Si j’ai apprécié tous les personnages, j’ai eu de sacrés problèmes avec Matt. En effet, c’est le seul, pour moi, que je n’ai pas su intégrer au reste du groupe.

Homosexuel, il est, pour moi, un stéréotype gay. C’est un personnage qui est dans l’extravagance. Même s’il ne joue pas de ses richesses, il a tout fait pour se rendre insupportable à mes yeux. J’avoue que je n’ai pas compris comment il pouvait se considérer comme le meilleur ami de Scott. Forcément, c’est son seul ami ! Mais franchement, je suis complètement passée à côté de leur relation qui m’a semblé un peu trop superficielle.

J’ai apprécié découvrir les doutes et les incertitudes de Sheldon et de Scott. Comme dans chaque romance, j’ai eu envie de mettre des claques mais franchement, ça ne serait pas une romance digne de ce nom si cela n’avait pas été le cas.

J’avais eu une légère frustration à la fin du troisième tome vis-à-vis de Bran et de ce qui se passait dans l’histoire avec ce personnage. Si la révélation m’a beaucoup plus quant à l’intelligence de l’auteure face à cette révélation, je n’ai pas retrouvé ce que je cherchais par rapport à mon attente du troisième tome. J’avais  bien envie d’une confrontation entre les personnages. Qu’ils vident leurs sacs. Je reste un peu sur ma faim de ce côté.

~ La construction narrative et actancielle ~

Tout le monde à son rôle à jouer dans cette histoire et, je pense, que c’est ce qui m’a plus plu ici. En effet, même si ce n’est que par petites touches, l’auteure parvient à faire jouer un rôle à ses nombreux personnages. C’est super sympathique comme histoire. On retrouve les personnages dans les histoires des autres. C’est top.

Ce quatrième tome est construit d’une manière particulière par rapport au troisième tome. On avait les réactions de Shadna dans le troisième tome et ici, on revit beaucoup d’épisodes déjà vécus dans le troisième tome mais à travers les yeux de Scott, j’ai trouvé que l’auteure s’en sortait plutôt bien avec cette construction particulière. Il n’y a pas de fausses notes.

~ La plume de Julie Dauge ~

Je suis vraiment fan de la plume de Julie Dauge. Bon j’avoue, j’ai sauté au plafond avec un « si on m’aurait demandé » en plein milieu du roman. Je vais mettre ça sur le compte de l’inattention. Je suis vraiment heureuse d’avoir découvert cette plume avec ces belles romances contemporaines qu’est la saga Love and Hope. Je reste quand même convaincue de la qualité de cette plume. J’ai hâte de la découvrir dans la saga Les Mackintosh

Vous l’aurez compris : si ce tome était un peu en dessous des autres pour moi, de manière générale, Love and Hope est une saga que je pourrais aisément conseiller aux fans de romances contemporaines mettant en scène de jeunes adultes. C’est une saga qui va longtemps me rester en mémoire.

Les – :

  • Un goût de trop peu avec Bran qui joue, finalement, un rôle assez passif dans cette histoire. Il est évoqué mais pas un personnage actif. Dommage.
  • Le personnage de Matt qui ne s’est pas forcément intégré à la bande d’amis.

Les + :

  • Le plaisir de retrouver cette bande d’amis que j’ai adoré suivre tout au long des quatre tomes.
  • La découverte plus poussée de Sheldon et Scott, deux personnages que j’ai beaucoup appréciés.
  • La plume de Julie Dauge et sa sensibilité.

3

14

Love and hope – Tome 3: Shadna de Julie Dauge

62030207_2211143759004113_342432038793510912_n.jpgRésumé: Enfant, Shadna a eu un coup de foudre pour Berkley, un garçon de trois ans son aîné qui a ignoré son existence jusqu’à ce qu’elle entre au collège et qu’il vienne s’assoir à côté d’elle dans le bus. Une amitié se noue alors entre eux, même si pour Shadna, c’est plus que cela. A la fin de l’année scolaire, Berkley doit quitter l’Etat pour aller dans une autre école et se consacrer à sa passion, le football américain. Dès lors, la vie des deux amis bascule. Parviendront-ils à se retrouver ?

~ Service presse ~

Mon avis : Je remercie les éditions de l’opportun ainsi que Théa pour l’envoi de ce troisième tome de la saga « Love and Hope » de Julie Dauge

Un univers que j’adore

C’est toujours la même chose ! Je mets une plombe à commencer le roman mais une fois que j’ai mis le nez dans le roman, je ne le lâche plus jusqu’à la dernière page. J’ai eu le tour avec le tome sur Megan, sur Ether et maintenant avec le tome s’intéressant à Shadna. On retrouve une bande d’amis : Tirell, Micah, Sheldon et Berkley mais aussi les filles : Ether et Megan. Ce que j’apprécie dans cette histoire c’est l’ajout de personnages à la bande sans oublier les autres. Ainsi, on a pu retrouver les quatre garçons et les deux filles qui ont été les éléments importants des tomes précédents.

Shadna et Scott : les nouveaux de la bande

Shadna est le personnage principal de ce troisième tome. Elle est accompagnée de Scott, son « frère de cœur ». Ils ont été élevés ensemble dans la même famille d’accueil. On s’intéresse aussi de près à Berkley, ce jeune homme sportif et séduisant qui a fait fondre le cœur de Shadna des années auparavant.

Scott est aussi un personnage important dans cette histoire bien que, par moments, ses réactions restent mystérieuses pour moi. Il surprotège Shadna. Il est vraiment quasiment TOUJOURS sur son dos (puis après, sans vraiment comprendre pourquoi, cela s’estompe, enfin bref, cela reste un petit détail). Si Scott est aussi séduisant que Berckley, il n’en reste pas moins très méfiant et n’hésite pas à dire ce qu’il pense de ce type qui a brisé le cœur de sa sœur. J’ai trouvé leur relation intéressante, c’est fusionnel entre eux. Même si Scott peut être étouffant, on sent bien qu’il ferait tout pour Shadna et que l’inverse est réciproque.

Si Shadna m’a beaucoup plu, j’avoue que ce n’est pas mon personnage préféré. Elle est adorable, très gentille, intelligente et courageuse. C’est une très jolie fille et elle n’en joue pas. Le fait qu’elle ne soit pas ma préférée est une affaire de goût. En effet, le personnage est très bien construit.

L’intrigue

On se retrouve une nouvelle fois avec cette bande d’amis qui vient à la rescousse de Scott et Shadna via Berckley. Etant donnés que Shadna et Berckley étaient amis quelques années auparavant, il n’hésite pas une seconde à tendre la main à cette fille qui a beaucoup changé et qui est devenue une bombe atomique. Berckley le sait, il va devoir sortir les rames avec cette fille.

L’intrigue qui tourne autour de Shadna est intense émotionnellement. C’est vraiment une histoire qui nous prend aux tripes. Cependant, c’est ce détail qui fait que ce troisième tome n’est pas un coup de cœur. Le manque d’intensité face à Bran. Je m’attendais à plus d’actions voire même une confrontation qui n’est, malheureusement, pas arrivée. J’aurais aimé que Shadna soit mise face au mur par rapport à lui.

La plume de Julie Dauge

Je suis complètement fan. Sur les trois tomes que j’ai lu, je les ai apprécié, tous, sans exception. Bon ok, ce n’est pas un coup de cœur, mais ce n’est pas pour autant que je n’ai pas passé un excellent moment de lecture ! La plume de Julie Dauge est magique, on plonge dans son univers avec une facilité déconcertante. Elle nous raconte des histoires qui peuvent nous arriver et je pense que cela joue beaucoup. On se projette très facilement, on vit l’histoire avec les personnages. On a vraiment l’impression de faire partie de la bande.

Julie nous permet de passer d’excellents moments de lectures ! Je suis ravie de voir que le quatrième (et dernier…) tome porte sur Scott. Ce personnage m’intrigue beaucoup !

J’ai, du coup, tenté l’autre saga de Julie ! J Je reviens vers vous très vite à ce sujet.

Les – :

  • Le manque d’action face à Bran. Dommage !

Les + :

  • Le retour de la bande d’amis.
  • Le duo Shadna/Scott & Shadna/Berckley
  • La plume de Julie que j’adore ! ♥ [ je pense de plus en plus à acheter la saga en papier !]

4

10

Love and hope – Tome 2: Ether – Julie Dauge

41KMdseh+qL._SY346_Résumé: La famille d’Ether est riche, très riche ; et elle veut l’être encore plus. C’est pour cette raison que, dès son plus jeune âge, Ether est promise à un PDG de quarante ans son aîné. Par cette union, ses parents souhaitent créer une alliance et ainsi faire fructifier l’entreprise familiale. Mais à quel prix ? Sacrifiée pour l’argent, Ether n’est pas une adolescente comme les autres. À 20 ans elle n’a jamais connu l’amour de ses parents, n’a pas le droit de choisir ses vêtements ou d’aller sur Internet, et n’a jamais eu ni amis ni petit copain. Un jour, dans un élan de folie, elle suit sa  » liste désespérée  » qu’elle a écrite quelques années plus tôt. Que ce soit pour aller à une soirée étudiante ou assister à un match, elle n’hésitera pas à user de subterfuges pour faire ces choses qui lui sont interdites qui vont la mener à sa rencontre avec Micah et à développer une relation secrète par textos. Avec lui, elle se sent revivre. Un soir, c’est le choc de trop. Ether décide de changer le destin qu’elle s’est depuis longtemps résignée à subir. Elle demande alors à Micah la plus folle des preuves d’amitié pour se sauver d’un sordide avenir tout tracé. Pour le meilleur, et pour le pire…

Mon avis : Je remercie les éditions de l’Opportun ainsi que Théa pour l’envoi de ce deuxième tome. Souvenez-vous, j’avais adoré le premier tome de la saga Love and Hope de Julie Dauge. J’ai pris le temps de découvrir le tome suivant, centré sur Ether, qui est une très belle lecture.

Un roman fort et puissant

Quelle claque. J’ai apprécié l’originalité de l’intrigue ici. En effet, on retrouve ici une caractéristique que l’on retrouve bien souvent dans la romance historique et non dans la romance contemporaine. Ether est fiancée, depuis qu’elle est née, à un homme de 40 ans de plus qu’elle. Elle est pied et poing liés par ce contrat établit entre son futur époux et ses parents.

Ce deuxième tome est une claque. Franchement, j’ai eu tellement mal au cœur pour Ether qui ne connait ni l’amour d’une mère ni celui de son père. Elle est seule dans sa barque jusqu’à ce qu’elle rencontre Megan, Tirell et sa bande d’amis.

Une construction intéressante

L’intrigue est en constante évolution. Que ce soit entre le début et la fin du tome ou entre tous les tomes. On reprend des événements qui sont évoqués dans le premier tome en changeant de point de vue. On ajoute des détails que l’on n’avait pas forcément dans le premier tome. J’ai trouvé l’idée intelligente et très sympathique. En effet, on en apprend encore un peu plus sur Megan et Tirell alors que le tome n’est pas centré sur ce couple. Par les multiples interventions de Micah et d’Ether qui se partagent la narration, on se retrouve avec un deuxième tome sensationnel qui véhicule tellement d’émotions qu’à la fin j’ai eu un pincement au cœur de quitter la bande…

Ether et Micah : une rencontre attendrissante

Rien ne pouvait laisser présager que ces deux personnages deviennent aussi proches. Tout commence par les textos puis petit à petit, ils apprennent à se connaitre jusqu’au moment où Ether lui demande un énorme service qui fait basculer le roman. J’ai trouvé l’idée intéressante. Ether et Micah sont deux personnages qui s’entraident. En effet, on se retrouve avec un beau duo qui met en avant de jolies valeurs : la confiance, l’amitié, la loyauté et la protection de l’autre.

La plume de Julie Dauge

Quel plaisir de retrouver cette plume qui m’avait fait vibrer avec un premier tome qui m’avait laissé sur les fesses. Ici, je retourne une nouvelle fois sur mon fessier. Julie Dauge est talentueuse, elle est en bonne voie pour être une des valeurs sures de ma bibliothèque. On passe un excellent moment de lecture bercé par des mots poétiques, beaux et chargés d’émotion. Bravo Julie !

Les – :

  • Les conversations texto… Je les ai trouvées un peu trop adolescentes.

Les + :

  • Le panel de personnages que l’on prend plaisir à découvrir et à redécouvrir.
  • La plume de Julie Dauge que j’adore
  • Le personnage d’Ether qui m’a pris aux tripes.
  • L’originalité de l’intrigue ! Au top.

155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie

18

Love and hope – Tome 1 : Megan de Julie Dauge

love-and-hope-tome-1-megan-1145164-264-432Résumé : Depuis ses 15 ans, Megan est une jeune fille discrète, solitaire et méfiante. Surmontant un passé dont elle refuse de parler, elle part faire sa deuxième année universitaire dans une nouvelle ville dans l’espoir de mener une vie tranquille et solitaire. Malheureusement pour elle, dès le premier jour, elle remet à sa place un étudiant particulièrement insolent… sans savoir qu’il s’agit de Tirell McFinay, l’un des footballeurs les plus populaires de l’université. Comme le hasard fait bien les choses, Megan se voit obligée d’écrire une romance érotique avec lui pour un devoir ! Complètement tombé sous son charme, Tirell ne comprend pas pourquoi elle le fuit et ne répond pas à ses avances, ni pourquoi elle semble aussi craintive en sa présence. D’ailleurs comment expliquer les crises d’angoisse qu’il semble provoquer chez elle ? Ce que Tirell ignore, c’est que Megan a un passé plus douloureux qu’il n’y paraît. Il lui faudra faire preuve de patience, pour percer ses défenses et vaincre ses craintes. De son côté, Megan devra faire des efforts, pour laisser derrière elle les terribles souvenirs qui s’accrochent à elle, afin de s’ouvrir à l’amour et à la bienveillance du footballeur. Petit à petit, au même rythme que leur devoir de littérature, leur romance s’écrit… À travers les mots, ils parviendront à se dévoiler pour surmonter tous les obstacles qui se mettent sur le chemin de leur amour.

Mon avis : Je remercie Théa ainsi que les éditions de l’Opportun pour l’envoi de ce roman par service presse. En plus d’avoir découvert la plume de Julie Dauge, j’ai aussi pris une petite claque avec ce premier tome qui se trouve être au-delà de mes attentes et de mes espérances.

Nos personnages.

On fait la rencontre de Megan, une jeune femme de 20 ans. Étudiante, elle fuit le cocon familial pour essayer de reprendre sa vie en main. Depuis 5 ans, elle subit sa vie, se cache derrière une tignasse de cheveux attachés sur le sommet de sa tête, des vêtements amples. Elle se cache, elle subit ses journées en rêvant de son petit appartement calme qui reste son havre de paix. Ce que j’ai apprécié chez Megan c’est son caractère et sa force. Je ne sais pas si j’aurais été capable de remonter la pente si j’avais été à sa place. C’est vraiment un petit bout de femme intelligent et surprenant.

De l’autre côté, on a Tirell, c’est un quaterback super célèbre. Dans la même université que Megan, leur première rencontre est explosive. Elle qui n’est rien, s’attaque à la célébrité locale. Il y a de quoi faire jaser.

La seule chose que je peux reprocher à ce duo, c’est le côté un peu trop stéréotypé. Le quaterback, la fille réservée, dans son coin… Il ne manquait plus qu’il y ait une comédie musicale dans la faculté et ça aurait été le pompon… Mis à part cela, j’ai passé un très bon moment avec ce duo improbable mais charmant.

Et si on parlait des personnages secondaires ? Ce que j’ai aimé, c’est leur utilité. Personne n’est là pour jouer la potiche, que ce soit Ether, Sheldon, et les autres, ils sont tous différents mais très bien pensés. On a envie d’en savoir plus sur Ether et sa relation avec ses parents…

Satine et les scènes érotiques… Le retour !

J’ai apprécié la manière dont l’auteure a amené la romance entre Tirell et Megan. Cette histoire de devoir commun autour de la romance érotique est intelligente et évocatrice. Vous savez que je n’apprécie pas forcément les scènes érotiques. Ici, tout est maîtrisé, amené correctement et franchement, ce n’est absolument pas lourd. Il y en a, c’est certain mais l’auteure arrive à rendre ça lisible pour les personnes qui, comme moi, ne sont pas à l’aise avec l’érotisme.

La plume et l’univers.

Les thèmes abordés sont difficiles à lire. Cependant, Julie Dauge est une petite fée qui vient, avec une facilité déconcertante, vous narrer une histoire crédible avec des personnages hauts en couleur. On se retrouve dans un univers assez cosy malgré tout. Les péripéties sont bien amenées et finalement, les 900 pages sont passées à une vitesse incroyable.

Les émotions sont véhiculées merveilleusement. L’amour naissant entre Tirell & Megan est incroyable. Les sentiments qu’ils éprouvent l’un pour l’autre sont merveilleux. C’est idiot mais cela m’a fait penser à ma propre histoire d’amour. Je souhaite à tout le monde de vivre et de ressentir cela.

Julie Dauge a une nouvelle fan. J’ai hâte d’avoir la suite entre les mains =)

Les – :

  • Les stéréotypes utilisés pour les personnages principaux.

Les + :

  • L’intelligence du montage de l’intrigue.
  • La plume de l’auteure que j’ai adoré découvrir.
  • Le duo Tirell/Megan
  • Les thèmes abordés dans ce premier tome.

155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie