15

Cours après moi la poisse ! Zut, elle est devant de Florina l’irlandaise

téléchargementRésumé : Le journal, un peu fou d’une poissarde ou les tribulations de la probable fille du grand blond avec une chaussure noire. On pourrait la décrire comme la petite rousse aux pieds nus. Et le premier qui dit Zora, je le mords ! D’infimes accidents en immenses bévues, je me demande continuellement comment je suis en vie. Je cours vite, enfin pas assez, vu que ma guigne a inlassablement deux trains d’avance sur moi. Ici, l’humour est de mise, la poisse OK, mais toujours en riant.

~ Service presse ~

Je remercie chaleureusement Florina l’Irlandaise pour l’envoi de son roman en papier. C’était sympathique de découvrir l’auteure dans un nouveau genre. En effet, loin de Féerélia et de la fantasy, Cours après moi la poisse ! Zut, elle est devant est plutôt un roman feel-good assez sympathique.

J’apprécie l’intention de l’auteure, franchement, à la lecture, on se dit que ce n’est pas possible d’être un aimant à poisse comme ça. C’est un roman qui fait sourire, même rire parfois. Je pense que de ce côté-là, le pari est gagné pour l’auteure. Tout est pris avec sérénité et humour, l’auteure a un recul incroyable sur sa vie. Savoir relativiser à ce point mérite un titre de sagesse.

Ça m’est personnel, mais il y a des éléments dans ce livre qui font que je suis un peu passée à côté de ma lecture. En effet, en refermant le roman, j’étais un peu mitigée. Plusieurs choses m’ont dérangée. J’ai eu cet effet un peu catalogue en fait. Il y a tellement de péripéties et de poisse que ça donne un effet catalogue. Cependant, je ne remets pas en cause le côté autobiographique du roman et d’ailleurs, quand on se rend compte que tout ça est arrivé à Florina l’Irlandaise, c’est plutôt un miracle qu’elle soit là où elle est aujourd’hui.

Le format « journal intime » est compliqué à gérer pour moi. J’aime avoir une proximité avec la narratrice/autrice mais je ne suis pas forcément une lectrice qui aime avoir le genre de relation « amicale » avec le narrateur de manière général. L’auteure se livre, à cœur ouvert, cela ne fait aucun doute, au lecteur. Il y a une sorte d’intimité qui se crée entre la narratrice et ses lecteurs qui peuvent avoir l’impression de lire les confidences d’une copine et de rire avec elle. Malheureusement, je n’aime pas lire des « mdrr » et trouver des smiley dans mes lectures. Je suis un peu trop rigide dans mes lectures pour apprécier cela. En revanche, cela est très moderne. Cela pourra plaire à un large lectorat, j’en suis certaine.

C’est une lecture sympathique mais malheureusement, cela n’ira pas plus loin pour moi. C’est frais, c’est agréable et dynamique. Il m’a manqué un petit quelque chose pour que l’intrigue prenne de l’ampleur. Ceux qui aiment les feel good vont se régaler je pense. J’en lis de temps en temps mais ce n’est pas forcément ce que j’apprécie le plus dans mes lectures.

Ce roman se lit rapidement, j’ai pris une après-midi. Les chapitres courts permettent au lecteur de respirer entre tous ces moments de poisse et ces péripéties. C’est très intelligent d’avoir construit cela comme ça. De plus, les émotions sont très bien soulignées. On a de la joie, des rires mais aussi de la colère et un sentiment d’injustice qui naît. C’est plutôt chouette. J’ai aussi apprécié le fait qu’il n’y ait pas d’apitoiement. C’est vraiment agréable de ne pas avoir un personnage qui pleure tout le temps sur son sort (même si clairement, il y a de quoi).

Le message de Florina reste quand même très positif ! Elle prend la vie du bon côté, savoure ce qu’elle peut, les moments d’amour et d’amitié qu’elle vit. Quand quelque chose lui tombe sur la tête, elle va de l’avant et fait tout pour trouver des solutions aux problèmes qui surviennent. Comme on dit, il faut savoir rire de tout et Florina excelle en la matière.

En définitive, malgré ce sentiment d’effet catalogue et les smiley, je ne suis pas mécontente d’avoir mis le nez dans cette lecture. Même si ce n’est pas le genre de lecture que j’adore, cours-moi après la poisse ! Zut, elle est devant est un roman frais et sympathique. On nous offre une belle tranche de vie avec un message qui fait du bien. On se rend compte qu’au lieu de voir le verre à moitié vide, il est mieux de le voir à moitié plein. C’est un récit autobiographique que j’ai apprécié dans l’ensemble. Malgré le fait qu’elle soit un aimant à poisse, Florina l’Irlandaise reste une auteure qui possède une plume très intéressante et qui semble être douée pour les exercices de style. Je recommande ce roman à ceux qui veulent rire, qui veulent lire un roman frais et agréable. Si vous avez des problèmes, que vous souhaitez vous évader, c’est l’histoire qu’il vous faut. Bravo à l’auteure pour être sortie de son monde de fantasy.

3 bonnes raisons de lire ce roman :

  • L’aspect autobiographique que j’aime trouver dans mes lectures.
  • Une tranche de vie assez agréable à découvrir
  • Une « morale » qui serait bien de se rappeler à chaque épreuve de la vie.

3

16

Féerélia – Tome 4 : Gwendal VS Gabriel  de Florina L’irlandaise

téléchargementRésumé : Amis ou ennemis ? Séparés et pourtant unis. Les deux hommes auront des décisions à prendre, qui pourront influer sur le cours de nos destinées… Cet opus vous entraîne dans son sillage à la recherche de réponses, tout en vous apportant de nouvelles énigmes. Découvrez le passés de Gwendal et Gabriel et frissonnez pour leurs futurs. Seront-ils capables de reconnaître les mains tendues ? De nouveaux venus pourraient tout faire bousculer. Qui sont-ils et que veulent-ils ? Le moins que l’on puisse dire, c’est que vous ne vous attendiez pas à cela… L’avenir de Féerélia semble bien incertain…

~ Service presse ~

Je remercie chaleureusement Florina l’Irlandaise pour l’envoi du quatrième tome de sa saga. Comme vous le savez, ma lecture a eu du mal à se mettre en place, il m’a fallu attendre la moitié du tome 2 pour être vraiment dans l’histoire et comprendre les mécanismes de l’auteure et de son intrigue.

J’attendais que ce tome 4 soit sur la même longueur d’onde que le tome 3 qui marque vraiment une évolution dans l’intrigue et la plume. Je ne suis pas déçue de ce côté. Bien que ma lecture ne soit pas un coup de cœur, j’avoue que je suis contente d’avoir mis le nez dans l’univers. A savoir si l’auteure va publier un tome 5 ou non… Sachez juste que je suis à jour !

Je suis dans une situation un peu particulière. En effet, je me retrouve avec la sensation de faire une chronique en mode bis repetita de ce que j’ai déjà pu vous dire sur la saga de manière globale.  On va commencer avec les choses qui m’ont chiffonnée tout de suite pour laisser place au bon. Ne vous inquiétez pas, du bon, il y en a !

On va se focaliser sur deux personnages dans ce tome, Gwendal (dit « le pou ») et Gabriel. J’ai, déjà, aimé le lien que l’on peut faire entre Gabriel et l’ange Gabriel. La connotation peut sembler farfelue mais finalement, ça se tient. Croyez-moi, Gabriel n’a rien d’un ange mais il va nous proposer une évolution certaine dans son comportement. C’est un personnage atypique mais que j’ai apprécié dans la globalité. Gwendal est le fils de Moïra et Fergus. Il a clairement un lien avec des créatures mythiques et légendaires. C’est chouette.

J’ai eu beaucoup de mal avec cette sensation de flou qui ne m’a pas laissée tranquille de toute ma lecture. Ça part un peu dans tous les sens et dans tous les genres. Féerélia est un monde riche, complet mais qui va toucher à tout. Ça me donne une sensation d’avoir une mooooontagne à lire alors que, finalement, ça passe plutôt vite. Pour moi, c’est un peu de trop. On nous parle de sorcière, de dragon ou encore de phénix. La toile familiale est toujours présente ainsi que la guerre qui gronde toujours en fond d’intrigue. Jusque-là, ça va encore à peu près pour moi, mais après on va aussi entrer dans l’univers des gangs avec Gabriel. Et ça, pour moi, c’est de trop. Je n’arrive pas à me projeter totalement dans une lecture comme celle-ci. J’ai l’impression d’aller dans tous les sens. Comme si j’étais branchée sur du 220 et courir dans tous les sens en perdant l’essence de l’histoire.

L’intrigue est assez sympathique. « VS » dans le titre implique forcément un combat, une lutte voire une guerre. En tout cas, on a deux personnages qui vont jouer l’un contre l’autre. On ne sait pas comment ni pourquoi mais l’intrigue vous le dira. N’ayez crainte. Certains personnages s’ajoutent à notre looooooongue liste. L’auteure décide de faire de son panel de personnages une véritable et énorme famille. A la sensation de flou dont je vous parlais juste au-dessus, on peut ajouter ça aussi avec les personnages. Il y en a de trop pour que je puisse vous dire « j’ai préféré ce personnage à d’autres ». J’ai bien aimé, dans l’ensemble, cette lecture mais j’ai ce sentiment de « trop plein » qui m’a suivi.

Néanmoins, de manière générale, la saga Féerélia nous propose une plongée dans un monde intéressant, riche et très agréable. On est dans un monde vaste et ultra fouillé. J’aime beaucoup ça. J’adore aussi retrouver des créatures mythiques comme les dragons ou les phoenix. Je trouve ça chouette de travailler avec ce genre de créatures dans mes lectures. La toile de fond est vraiment top aussi. On est dans une ambiance qui ne fait que s’assombrir, ça devient plus dense, le mal est présent et on le sent. Ca va finir par éclater et cette ambiance est très bien retranscrite.

Malgré quelques fautes de syntaxe et l’orthographe, je trouve que la plume de Florina l’Irlandaise gagne beaucoup en maturité.

En définitive, j’ai apprécié ma lecture du tome 4 qui reste dans la lignée de la saga. Malgré cette sensation de « trop plein », je reste agréablement surprise par ma lecture et ma découverte. J’aurais la chance de découvrir l’auteure dans un autre genre, on en reparlera ce mois-ci probablement.

3 bonnes raisons de lire ce tome 4 :

  • La présence de créatures mythiques
  • Le monde de Féerélia
  • La richesse de l’univers

notation 1

14

Féerélia – Tome 3 : Floryanna de Florina l’irlandaise

51vJfVQZmDL._SY346_Résumé : Je suis le commencement, mais peux être aussi votre fin. Pas besoin d’être humain pour être un monstre, bien souvent ceux-ci sont moins cruels. Depuis ma naissance, l’on a cherché à me nuire ou à me tuer. Je me pensais en sécurité, enfin… L’on exige de moi que je vous offre mon mari et mes enfants, pour protéger les mondes. Mais qu’est-ce qu’ils ont fait eux, pour moi? Il y a des destins horribles, mais vous pouvez choisir, vous battre ou abandonner. Personnellement, je n’ai pas eu le choix. Je suis la descendante des dieux. Je m’appelle Floryanna O’Malley. Je suis la fille du roi de Féerélia et de la demi-Déesse Moïra. Qu’est-il arrivé aux princesses, mais aussi à tous les personnages de Féerélia et son entourage? Rien n’est jamais noir ou blanc. Quand une porte se ferme, une autre s’ouvre. Les mondes et les créatures qu’ils abritent ne font pas exception, ils sont eux aussi touchés par cet adage… Ce tome se révèle plus sombre, mais il prône également l’espoir, l’amitié et une constante sur tous les mondes : l’amour. Ne te contente pas d’avoir envie d’aimer, mais fais-le sans remords, sans réserve et sans barrières… De nouveaux personnages font leurs apparitions et je suis sûr que vous allez les adorer (ou les haïr)

~ Service presse ~

Je remercie chaleureusement Florina l’irlandaise pour l’envoi de ce roman. Je continue ma découverte de cette saga grâce au partenariat qui nous lie. Tous les mois, je découvre la suite de Féerélia. Cela fait mon quatrième tome (une nouvelle se lit entre les tomes 1 et 2) que je découvre.

Ma découverte a été en deux temps. J’ai eu un mal de chien à entrer dans l’intrigue, le personnage de Floryanna ne m’avait pas forcément beaucoup plu dans le tome 2. J’avais donc un peu d’appréhension. J’ai eu peur d’abandonner mais je me suis accrochée et j’ai eu raison de le faire. Ce troisième tome reste dans la lignée de ma découverte : je suis charmée par le folklore et la culture qui sont mis en avant mais quelque chose me gêne sur la forme de l’intrigue. La plume est vraiment sympathique mais il persiste quelques défauts dans la syntaxe, l’orthographe et la grammaire.

Je reste globalement satisfaite de ma lecture. L’univers est très sympathique et l’on s’y sent bien. L’univers est riche et coloré, il nous permet de passer un bon moment de lecture. Ce troisième tome nous propose de faire un peu plus connaissance avec Floryanna. Floryanna est la fille de Moïra. Ce troisième tome ne déroge pas à la règle : il y a un nombre incalculable de personnages. On retrouve des personnages des tomes précédents mais certains s’ajoutent. Si le principe me plait, il y a une certaine confusion dans tout cela. Je pense que c’est ce point, précisément, qui a commencé à semer la confusion dans mon esprit. C’est ce qui a fait que j’ai décroché dans une première partie du roman.

L’intrigue prend un peu d’ampleur et nous propose un tome plus sombre que les autres. Floryanna est un personnage fort, profond, qui cache ses blessures et qui enrichit l’intrigue par son passé, véritablement dur et blessant. Si ce personnage m’avait agacée lors du tome précédent, j’arrive bien à la cerner à la fin de ma lecture du ce troisième et avant-dernier tome. En effet, je reste vraiment surprise par mon revirement personnel. Généralement, lorsque je n’aime pas un personnage, je ne l’aime pas. Mais ici, l’auteure m’a surprise et tant mieux pour moi ! Aydan, son époux et elle forme un couple détonnant mais qui fonctionne. J’ai beaucoup apprécié ces deux personnages.

La famille de Floryanna est complètement hétéroclite. On a de tous : des jeunes, des moins jeunes, des rebelles, des personnages plus posés. Ils forment à eux tous une joyeuse troupe qui ne va pas se laisser faire. J’ai aimé cette idée d’une famille atypique qui va se souder dans l’adversité.

On apprend beaucoup sur les passés respectifs des personnages. On nous propose, une fois de plus, de partager cette narration en la divisant en plusieurs points de vue. C’est une idée sympathique mais encore une fois, avec un nombre aussi important de personnages, cela peut créer un sentiment de confusion.

La guerre gronde. Morrigann n’est pas loin. Floryanna est prête à tout pour sauver sa famille de cette guerre. Elle se fout de savoir si les dieux sont avec elle ou pas, s’ils existent ou pas, elle ne veut que la protection de son époux. Cet instinct de protection et de survie va montrer un tout autre pan du personnage que j’aime beaucoup ! Le mal s’installe petit à petit dans l’intrigue et assombrit le ton du roman. On a l’impression de rentrer dans le vif du sujet.

Ce troisième tome, enfin la deuxième partie de ce troisième tome est comme un pivot : clac, on déverrouille un pan de l’intrigue. Clac, les personnages gagnent en profondeur. Clac, l’intrigue prend un tout autre virage qui permet à cette dernière de se propulser un peu et de se revêtir de ce ronflement qui commençait à se faire sentir. Ajoutons à ça une touche de romance et le tour est joué. Bonne nouvelle !

La plume de Florina l’irlandaise est toujours aussi sympathique. Cependant, je ne peux pas m’empêcher de relever certains passages trop longs, certaines tournures de phrases un peu tarabiscotées qui m’ont fait un peu perdre le rythme de lecture.

En définitive, ce troisième tome, bien que destiné à comprendre un peu plus les personnages, nous permet d’avancer dans l’intrigue générale de la saga. Si mon début de lecture a été compliqué pour moi, il faut souligner le fait que lorsque l’intrigue se débloque un peu, on se retrouve avec un tome plus sombre mais plus intéressant. Véritable pivot pour moi, ce tome fait monter la tension et j’espère avoir un quatrième et dernier tome à la hauteur de mes espérances.

3 bonnes raisons de lire ce troisième tome :

  • L’univers folklorique utilisé dans l’univers.
  • Le personnage de Floryanna qui est une très belle découverte finalement
  • L’atmosphère qui gagne en tension

notation 1

Retrouvez mes avis pour cette saga

                                      41pdFZt4fHL._SX331_BO1,204,203,200_ 41fv6FztOmL feerelia-tome-2-ludmilla-1268878-264-432

18

Féerélia – Tome 2 : Ludmilla de Florina l’irlandaise

feerelia-tome-2-ludmilla-1268878-264-432Résumé : Je m’appelle Ludmilla. Je suis vétérinaire indépendante. Mon frère jumeau, Arwen, jouit d’une réputation de mauvais garçon. Sûrement par sa carrure et sa passion pour les motos. Je ne vais pas commencer à vous détailler mon étrange et grande famille, le mieux étant de suivre nos aventures. Je peux vous assurer que l’on ne s’ennuie pas chez nous. Je m’appelle Aëllig. Je suis un protecteur, mon « métier » est de retrouver et assurer la sécurité des « disparus ». Je m’appelle Anasthasia. Et comme dans un film : « Je vois des gens qui sont morts ». Ça vous fait peur ? Et à moins donc ! Magie et mystère, secrets et révélations. Découvrez ce nouvel opus et entrez dans l’univers fantastique de Féerélia.

~ Service presse ~

Je remercie chaleureusement Florina l’irlandaise pour l’envoi de sa saga. En effet, j’ai la chance de découvrir le monde de Féerélia à travers cette saga. Hier, j’ai lu en une journée le tome 2 (Hop, on valide une catégorie du challenge confinement au passage).

Avec ma lecture de ce tome 2, mon impression est confirmée. Cette saga est pleine de bonnes intentions, c’est certain. Il y a de bonnes idées, une bonne volonté à rendre cette saga forte et intense mais… malheureusement, il y a encore quelques petits points qui me font tiquer. Néanmoins, il faut aussi souligner les points positifs de ce roman (il y en a, c’est certain).

Les personnages sont très nombreux dans ce tome. Si j’ai apprécié découvrir les différentes personnalités, je me suis confrontée à un problème dès les premiers chapitres : la narration se partage entre différents points de vue. Je n’ai pas compté mais ils sont nombreux. Cette décision a ses avantages et ses inconvénients. Niveau avantage, on se retrouve avec plusieurs points de vue, plusieurs manières de voir la situation, plusieurs points dans l’histoire. L’auteure parvient à ne pas raconter la même chose sous différents points de vue. Ça c’est vraiment top ! On avance dans l’histoire. On peut aussi ajouter le fait que le lecteur trouve forcément son bonheur parce que tous les personnages sont différents par leurs physiques mais aussi leurs comportements et psychologies. Ainsi, j’ai adoré Ludmilla et Anasthasia. Maintenant, je dois vous avouer que j’ai été perdue dans les premiers chapitres. J’ai eu cette impression que ça partait un peu dans tous les sens sans forcément savoir/pouvoir me raccrocher aux branches et je pense que ce changement de narration à chaque chapitre y est certainement pour quelque chose.

Le livre se lit bien. Une fois passé ce sentiment de perdition, on est embarqué dans une histoire plutôt sympathique. On fait la rencontre de la famille de Ludmilla, sa mère ne veut pas croire en la magie, elle s’y refuse malgré tous les événements qui se passent. Il va falloir attendre un événement tragique pour qu’elle se réveille enfin et essaye de sortir tout le monde de cette situation délicate. Les personnages sont plus ancrés dans le réel puisque la mère de famille veut que sa famille passe inaperçue. Les enfants sont donc priés de faire profil bas et ça fonctionne plus ou moins bien…

La plume de Florina l’irlandaise est toujours aussi agréable. Même s’il y a encore des fautes, elles restent moins nombreuses que dans le premier tome. On mélange toujours des thématiques sympathiques : magie, amour, amitié, trahison… L’auteure va aussi ajouter cette touche de folklore que j’ai apprécié et des légendes sur les dieux et la présence de créatures légendaires comme les métamorphes. Le changement est plutôt agréable. Ce qui est plus que intéressant dans les thématiques, c’est celle de la protection animale qui est ultra présente et qui est croisée à la thématique des métamorphes. J’ai trouvé l’idée intéressante et intelligemment intégrée dans l’intrigue.

En définitive, même si j’ai été noyée dans le nombre un peu trop important pour moi de personnages, je reste sur une bonne note finalement. C’est certain que certaines petites choses ne m’ont pas forcément plu plus que cela mais j’avoue que Ludmilla et Anasthasia ont remonté la note de ce deuxième tome. La présence de ce folklore et de cette toile de fond légendaire m’a permis de me détendre dans cette lecture qui partait un peu dans tous les sens pour moi. J’ai su dompter mon appréhension grandissante et avancer dans ma lecture. J’avoue que ce changement de narration n’est pas forcément fait pour moi mais c’est le choix de l’auteure et je le respecte. Je suis contente de voir que, même si les fautes persistent, il y en a moins que dans le premier tome.

3 bonnes raisons de lire ce deuxième tome :

  • Un folklore présent que j’ai beaucoup apprécié
  • La présence de mythes et de légendes que je ne connaissais pas forcément
  • La thématique animale que j’ai trouvée frappante. Bravo

3

Black Circle with Utensils Restaurant Logo

21

Féerélia – Tome 1.5 : une étrange célébration de Florina L’Irlandaise

41fv6FztOmLRésumé : Sur Féerélia, Moïra doit se soumettre aux habitudes de ce monde. Si elle a l’art de se faire des amis, elle a aussi celui de s’attirer les ennuis. Pourquoi Archibald se montre-t-il si distant?? Qui est Sharina?? Mais surtout pourquoi en veulent-ils autant aux petits peuples??Est-ce que Ciara et Fergus réussiront à la fois à l’aider et à percer ces nouveaux secrets??Quelque chose d’étrange survient dans ce monde. Et si Samhain leur apportait les réponses? Ou alors encore plus de questions. Retrouvez les amis de Moïra dans cette nouvelle aventure. Qui amènera des explications et autant d’autres mystères. Amours et amitiés. Joies et aussi larmes. Vous ne resterez pas insensible devant cet interlude.

~ Service presse ~

Je remercie Florina l’Irlandaise pour l’envoi de sa saga en service presse. J’ai décidé de lire un roman par mois. Ici, je me suis retrouvée avec une nouvelle qui se lit entre le premier tome et le deuxième. Etant quand même assez conséquente, aujourd’hui, mesdames et messieurs, je ne lèverai pas les bras au ciel en hurlant par rapport à la taille du texte.

Petite parenthèse dans l’aventure que nous suivons, cette nouvelle s’intéresse à une fête que l’on fête mais qui n’a pas la même appellation. En effet, l’auteure nous propose de fêter Samhain ! Qu’est-ce que c’est que cette bête-là ? Il est grand temps de faire un point culture avec notre ami Wiki ! « Samhain est la première des quatre grandes fêtes religieuses de l’année celtique protohistorique, fêtée aux environs de notre 1er novembre. C’est aussi le nom d’Halloween et du mois de novembre dans les langues gaéliques. Elle vient après Lugnasad et avant Yule, et marque le début de la période sombre (pour les Gaels, l’année était composée de deux saisons : une saison sombre et une saison claire). C’est une fête de transition — le passage d’une année à l’autre — et d’ouverture vers l’Autre Monde, celui des dieux. »

Florina l’Irlandaise nous replonge sans soucis au cœur de son univers peuplé de créatures diverses et variées. C’est avec plaisir que l’on reprend le cours de l’histoire avec les personnages : Moïra, Ciara, Archibald, Fergus mais aussi Kiel. Il y en a beaucoup d’autres mais je trouve que l’on est vraiment dans le vif du sujet avec ces personnages. Moïra et Ciara sont revenues sur Féerélia mais cela ne se passe pas comme dans un conte de fées. A quel prix vont-elles payer leur retour ?

Moïra montre encore une fois qu’elle veut faire les choses bien, à l’image de ses parents. Ainsi, on va rencontrer avec la princesse un petit peuple que l’on ne connaissait pas encore. Ainsi, on va aussi découvrir cette fête qu’est Samhain.

Il est difficile de vous parler de l’intrigue parce qu’avec une nouvelle, si je vous en parle un peu, je vous dis tout et ce n’est pas forcément ce que je veux, le mieux est encore de découvrir cette saga qui promet encore de belles surprises. A l’image du premier tome, cette nouvelle est riche en informations. On comprend un peu mieux Archibald et ses réactions. En effet, on avait commencé à creuser le problème dans le premier tome mais certaines de nos interrogations n’avaient pas trouvé de réponses. C’est maintenant chose faite avec cette nouvelle.

Les décors sont riches, on a aussi les us et coutumes qui se dessinent et qui apportent une touche folklorique à l’univers de Florina L’Irlandaise.

Je tiens à saluer le travail de l’auteure. En effet, la plume gagne en fluidité. Cela efface les longueurs (vous me direz… Dans une nouvelle, c’est plutôt compliqué d’avoir des longueurs). L’auteure décide d’aller à l’essentiel et cela n’est pas plus mal. Une étrange célébration est une histoire qui aère beaucoup l’univers qui peut être pesant à cause de la menace qu’est Morrigann. En effet, elle n’est jamais bien loin. Elle rôde, tapie dans l’ombre et l’impression qu’elle puisse apparaitre à tout moment ne nous quitte pas. C’est plutôt prenant.

Je ne trouve pas que cette nouvelle fasse avancer l’histoire et franchement, ce n’est pas bien grave. Ici, je trouve que l’auteure met l’accent sur l’humain et c’est très agréable. On en apprend plus sur certains personnages, les liens se font et se défont entre les personnages et j’aime beaucoup cette idée. Cela permet au lecteur de se rapprocher des personnages qui semblaient froids. Je pense par exemple à Archibald. C’est un personnage dont je ne savais pas grand-chose et son comportement me faisait m’interroger. Je ne savais pas si je l’aimais ou non. Ici, j’y vois un peu plus clair et j’attends avec impatience de pouvoir me plonger dans le deuxième tome de Féerélia.

En définitive, cette nouvelle est une jolie parenthèse qui nous permet de comprendre les us et coutumes assez lointaines avec la célébration de Samhain. Florina l’Irlandaise nous propose ici de faire une petite plongée dans son univers de manière intelligente. C’est une histoire sympathique qui se lit rapidement. On est heureux de retrouver nos personnages le temps de cette nouvelle. Côté syntaxe, malgré les petites fautes, je trouve que le texte est bien mieux corrigé que le premier. Bravo !

3 bonnes raisons de lire cette nouvelle :

  • Si vous avez lu le premier tome, vous apprécierez retrouver les personnages et l’univers de Florina l’Irlandaise à coup sûr.
  • Le folklore mis en avant.
  • Le passé de certains personnages expliqué. J’aime beaucoup, c’est éclairant !

notation 1

20

Féerélia – Tome 1 : Moïra de Florina l’irlandaise

41pdFZt4fHL._SX331_BO1,204,203,200_Résumé : Mes parents sont des dieux ? Ma sœur adoptive une sorcière ou une métamorphe ? Mon premier amour : un prince charmant ? Son meilleur ami : un dragon, me suit partout. J’atterris sur ce monde : la Terre. Comment leur expliquer que je ne suis pas de cette époque, pas de ce monde et pas comme eux ? Absolument, personne ne doit connaître mes secrets. Il va falloir la jouer fine. Ou je finirais entourée de bonshommes en blanc et quelque chose me dit que cela ne va pas me plaire.
Je vais connaître la guerre, la peur, l’humiliation ce que les mondes peuvent faire de pire, mais aussi le meilleur. Entre amour et amitiés, trahison et horreur. Le destin extraordinaire d’une famille et de leurs amis. Je m’appelle Moïra, fille du dieu Dagda et de la déesse Macha. Nous sommes au début d’un bouleversement pour l’univers comme vous le connaissez. Je suis née en FÉERÉLIA, un endroit crée par mes parents pour protéger les mondes, que ce soit de la folie des dieux ou de celle pire encore de Morrigann. Et moi, dans tout ça. Quel est mon rôle ? Si vous le connaissez, faites-moi signe.

~ Service presse 📱 ~

Je remercie Florina l’irlandaise pour l’envoi de sa saga. En effet, j’ai eu la bonne surprise de découvrir que Florina acceptait un partenariat entre elle et moi. C’est plutôt chouette comme proposition ! Je suis contente d’avoir pu mettre le nez dans l’univers de Florina. J’étais plutôt curieuse de faire la rencontre de ses personnages. J’avoue que ma lecture n’a pas été un long fleuve tranquille : il y a de bonnes choses mais aussi quelques petits bémols qui m’ont un peu ralentie.

L’imagination de l’auteure est débordante. J’ai trouvé que ce premier tome posait les bases. C’était assez intéressant de voir comment l’auteure posait justement ses bases. On a un énorme focus sur les personnages. J’ai manqué de quelques informations sur les décors pour m’immerger complètement dans le monde qu’est Féerélia. Je trouve que le travail sur le fond est très intéressant, notamment grâce aux personnages mais j’ai eu un peu de mal à me plonger dans le monde de Féerélia. J’ai, en revanche, beaucoup apprécié les passages dans la forêt de Brocéliande et découvrir la vie de Moïra dans notre monde.

Les personnages sont très travaillés. J’ai trouvé qu’il y avait un large panel et qu’il y en avait pour tous les goûts. C’était assez sympathique : on en apprécie beaucoup, on en déteste quelques-uns, on a envie d’en secouer certains. Bref, tout ce petit monde prend vie sous nos yeux et cela fait du bien ! En effet, on avance dans cette histoire en étant accompagné de personnages hauts en couleur. J’ai beaucoup apprécié Moïra, cette enfant née de deux dieux : Macha et Dagda. Deux dieux qui savent se sacrifier pour leur enfant mais aussi pour leur peuple. J’ai beaucoup apprécié cette thématique dans le roman, je la trouve très forte et cela donne beaucoup de poids et de crédibilité aux personnages de Macha & Dagda. Moïra est une enfant qui va grandir normalement avec Ulf et Maëlig, ces deux humains qui vont l’élever comme leur propre enfant. Moïra a ce côté profondément humain même si ses pouvoirs vont se développer. C’est un personnage que l’on voit grandir et évoluer. Elle devient une jeune femme pleine de ressources et d’intelligence qui va apprendre d’où elle vient et à gérer les deux côtés de sa vie.

Si l’histoire est assez prenante, j’avoue qu’au départ, ça a été compliqué : on entre dans le vif du sujet dès les premières lignes : une bataille épique qui fait couler du sang. On a des créatures de tout genre : sorcière, fées, anges… Bref, on se retrouve à bout de souffle très rapidement. Malheureusement, j’ai trouvé des fautes d’orthographe et quelques maladresses (répétitions, coquilles…). Rapidement, j’ai eu un effet de « trop plein », j’ai dû faire une pause au risque de ne plus savoir me retrouver dans cette histoire. On sent que la plume de l’auteure est généreuse, le roman fourmille d’idées, on a plusieurs intrigues qui viennent s’imbriquer et j’ai aimé ce côté-là. En revanche, on a une impression d’aller dans tous les sens dans les premiers chapitres, cette impression se chasse rapidement mais j’avoue que c’est assez déstabilisant.

En définitive, malgré de bonnes idées et des personnages nombreux et très travaillés, j’avoue que ma lecture n’est pas un coup de cœur. Cependant, elle reste très agréable grâce aux idées de l’auteure et à cette plume généreuse qui nous propose de découvrir le monde de Féerélia. Ce premier tome, axé sur le personnage de Moïra est un premier pas assez sympathique dans le monde de Florina l’irlandaise. Je pense qu’une relecture pourrait être bénéfique pour chasser les fautes. Néanmoins, je salue le travail de l’auteure et me plongerai avec plaisir dans la suite des aventures de Moïra et de tous les autres personnages en espérant en savoir un peu plus sur Archibald, ce personnage que j’ai apprécié malgré son attitude. C’est trop mystérieux pour que je ne veuille pas en savoir plus ! 😉

3 bonnes raisons de plonger dans ce premier tome :

  • De nombreux personnages humains et fantastiques. Tout le monde peut y trouver son compte.
  • Un univers généreux qui est encore bien mystérieux : il rend le lecteur curieux.
  • Une intrigue de base très sympathique dont le développement nous emmène dans des situations et lieux inattendus.

3