38

Moi et Becca – P. Harbison

moi-et-becca-3296292-250-400

Bonsoir,

Après quelques jours d’absence me revoilà !

Je devais (normalement) écrire la chronique de si je reste mais ma chronique s’est effacée et j’ai vraiment la fainéantise de recommencer ce soir ..! Donc je débarque avec celle de Moi et Becca de Paige Harbison.

Quatrième de couverture: La nouvelle, l’intruse — voilà tout ce que je suis pour les élèves de Manderley. On ne me pardonne pas d’avoir pris la place libérée par Becca. La belle, la parfaite, l’irremplaçable Becca ! Un véritable fantôme accroché à mes basques, auquel tout le monde me compare sans cesse. Il faut dire que Becca n’a pas vraiment « quitté » Manderley : un soir, elle a mystérieusement disparu. Et je crois bien que, si je veux qu’on m’accepte, il va falloir que je découvre ce qui lui est arrivé…

Mon avis: J’ai découvert ce livre un peu par hasard… Dans une étagère d’Emmaüs ! J’en avais beaucoup entendu parler sur la toile j’ai donc trouvé l’occasion parfaite pour pouvoir à mon tour vous en parler.

Je dois vous avouer que c’est une belle surprise! Malgré des petites choses qui m’ont dérangé. Dans l’ensemble, c’était un livre assez agréable!
On fait donc la rencontre de nos deux personnages principaux ! Avec un chapitrage assez distinct. D’un côté Becca et de l’autre le deuxième personnage sans nom. C’est une idée assez brillante pour renforcer la trame du roman! Notre personnage sans nom essaye de se faire une place ce qui est assez dure puisqu’elle prend la place de Becca, une élève adoré et extrêmement populaire, qui est portée disparue. Vivre dans l’ombre de quelqu’un c’est une épreuve assez compliquée.

Au début, j’ai bien cru avoir raté des pages.. Je ne trouvais pas son nom. Puis je me suis rendue compte qu’elle n’en avait pas. Première fois que ça m’arrive et j’ai trouvé ça très intelligent. On suit donc deux histoires en parallèle. Ca ne m’a pas vraiment gêné puisque c’est un roman où le passé aide à comprendre le présent.

En revanche, ce qui m’a gêné un peu plus c’est le fait de tout assimilé à Pretty Little Liars: le mystère plane sur la mort de Becca. Et franchement, ça m’a un peu dérangé.
Quelques personnages ne sont malheureusement pas assez exploités à mon goût, je pense à Max qui tient une place importante dans ce roman mais qui est resté assez fade et effacé. J’ai détesté Becca, elle m’a rendue folle tout au long des pages mais j’ai bien apprécié le personnage sans nom, l’absence de nom a permis de s’identifier plus rapidement. L’ambiance du pensionnat m’a beaucoup plu aussi. Le courage est de rigueur dans ses situations un peu désastreuses.

Le mystère plane jusqu’à la fin. Et ça nous tient en haleine jusqu’au bout! J’ai adoré!

La plume de l’auteure est très agréable et j’espère pouvoir lire un autre roman très bientôt !

En bref: un bon roman jeunesse qui se lit facilement malgré les petites imperfections qui au final font le charme du livre! La fluidité de la plume de l’auteure rend l’ambiance du roman incroyable!

Ma note : 17/20