14

Les initiés de Frédéric Livyns et Sébastien Prudhomme-Asnar

CVT_LES-INITIES_4254Résumé : Bienvenue dans le lieu-dit La forêt d’automne… Tous les 25 ans, des enfants y disparaissent dans des circonstances mystérieuses… Tous les 25 ans, des corps d’adolescents atrocement mutilés y sont retrouvés… Tous les 25 ans, un jeune homme se volatilise sans laisser de traces… Dans la lignée des romans de genre, les auteurs ont donné vie à un véritable hommage aux films d’horreur des années 80 ! Oserez-vous les suivre au cœur de ce lieu maudit et aller à la rencontre des Initiés ?

~ Service presse ~

Je remercie l’équipe de Séma Editions pour l’envoi de ce roman. Je sais, je sais. Frédéric Livyns est un auteur que l’on connait bien maintenant chez Satine’s books… Que voulez-vous ! Quand on aime, on ne compte pas … Si je suis toujours autant fan de la plume de l’auteur, j’avoue qu’ici, ce roman n’est pas le meilleur, à mon goût, que j’ai pu lire de l’auteur.

Il est vrai, me direz-vous, qu’il s’agit d’un roman à quatre mains. Ce n’est pas du Frédéric Livyns pur mais j’avoue que je suis quand même moins séduite. Il ne s’agit pas forcément de la plume mais plutôt du contenu. En effet, Frédéric Livyns me plait beaucoup parce qu’il mêle l’horreur (genre avec lequel je tâtonne encore un peu) à une source plus historique, qui donne un vrai cachet au roman. Mon erreur fut, peut-être, d’avoir lu ce roman directement après l’Obscur que j’avais grandement apprécié.

Le résumé m’a beaucoup plu. Cette histoire de disparition, ce délai de 25 ans…Pourquoi pas ! J’adore l’idée. Le principe de base m’a rendu curieuse. Cependant, j’ai ressenti un manque cruel de détails durant ma lecture. Roman court, on va droit au but sans forcément attacher d’importances aux détails, c’est un choix. Néanmoins, avec un résumé comme celui-ci, j’attendais beaucoup du fond « légendaire » de l’intrigue. Pourquoi ? Comment ? Qui est la Mère ? D’où vient-elle ? Des questions qui restent parfois sans réponse…

Oui, on plonge dans un univers digne des films d’horreur des années 1980. J’avoue, j’ai regardé quelques films pour comprendre la comparaison parce que je ne suis pas forcément très fan cinématographiquement parlant de ce genre précis. J’avoue que l’ambiance retranscrite dans le roman est vraiment semblable. C’est efficace et appréciable. Le lecteur est plongé d’office dans le vif du sujet.

On suit deux histoires en parallèle : un groupe d’enfants et un groupe d’adolescents plus vieux. Clairement, j’ai préféré l’histoire des personnages plus vieux. Ce groupe d’adolescents part pour le week-end dans une maison tranquille. Rires, souvenirs et bons moments sont au programme. Cependant, rien ne va se passer comme prévu. Rapidement, on va comprendre que le pire va se produire : l’intrigue nous propose de passer un moment de lecture où l’horreur atteint son paroxysme.

J’ai rarement eu autant de frissons de dégout en lisant un roman. Il faut ce qu’il faut : l’auteur nous prévient rapidement, on ne s’attend pas à voir une jolie petite romance. Non, ça va saigner, ça va couler sur les murs et ça va glacer le sang. J’approuve complètement, c’est efficace, j’ai arrêté de manger mon sandwich en lisant le roman. Sur ce point, les auteurs ont fait un travail gigantesque. Un des points que je n’ai pas trop apprécié, c’est justement cette sensation d’en avoir un peu trop sous les yeux : violence exacerbée, scènes très explicites, on se retrouve vraiment dans l’antre du diable. Pour moi, c’était trop. Cela est vraiment à l’appréciation du lecteur. Ce roman laisse sur moi une trace cuisante.

Autre point qui m’a un peu dérangée, c’est ces similitudes entre les personnages dans les romans que j’ai pu lire de Frédéric Livyns. Oui, ils sont bons. Oui, j’apprécie les décors et les intrigues sont originales. C’est pour cette raison que, plus haut, je vous dis que ma bêtise était probablement de lire les deux romans de manière rapprochée. J’ai trouvé que dans l’utilisation des personnages, on retrouve quelques points de similitudes. Je ne vais pas commencer à faire des parallèles, ça n’en vaut pas la peine. En revanche, j’ai trouvé dans le roman un adulte qui vient aider le groupe d’adolescents en danger, une figure féminine à la tête de l’intrigue qui finit par repousser ses limites tant dans l’ouverture de son esprit que dans sa possibilité à croire en l’irréel par exemple. J’avoue que ce point-là m’a un peu gênée.

En revanche, j’avoue que le roman est court et se lit très rapidement. Le style est sympathique et permet au lecteur de ne pas s’ennuyer. Il n’y a pas de longueur et cela est assez bien. Les plumes sont efficaces.

En définitive, ce roman est assez sympathique grâce aux décors et à l’originalité des idées. Cependant, il m’a manqué des détails dans l’histoire et dans la légende qui s’inscrit dans ce roman. Les plumes sont intéressantes et le rythme est bon. C’est un roman que vous aimerez si vous êtes prêts à voir le sang couler et à avoir des scènes bien gores.

Je remercie encore Séma éditions pour l’envoi de ce roman. Merci aussi à Kathleen pour la lecture commune.

3 bonnes raisons de lire ce roman :

  • Un roman cinématographique efficace
  • Un univers horrifique très intense et intelligent
  • Le personnage de la Mère que j’ai apprécié

3

14

Les nouvelles aventures de Carnacki Saison 1 de Frédéric Livyns

xcover-4144.jpgRésumé : Carnacki, le légendaire détective du surnaturel créé par William Hope Hodgson revient dans de nouvelles aventures. À travers les six épisodes de cette première saison, vous vous mesurerez, avec lui, à de démoniaques entités qui vous feront passer des nuits blanches. Repris par l’auteur belge Frédéric Livyns, lauréat à trois reprises du Prix Masterton, ce Sherlock Holmes du surnaturel vous emmènera aux portes de la peur ; à vous de décider si vous souhaitez les franchir ou non.

~ Service presse ~

Je remercie chaleureusement Evidence éditions pour l’envoi de ce roman. En effet, j’ai vu passer cette première saison sur SimPlement et je n’ai pas pu résister pour trois raisons : la couverture que j’adore, l’auteur qui me surprend toujours et la curiosité de découvrir qui est Carnacki inconnu au bataillon.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
Mais qui est Carnacki ?
°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Si vous êtes dans la même situation que moi, vous ne savez pas qui est Carnacki. Oui, moi, j’étais très curieuse de savoir. Comme vous le savez, j’ai fait appel à mon ami… Qui ? Mon ami Wiki !!! Ahahah (week end oblige, désolée, je craque un peu). Voici quelques informations sur notre personnage principal dans cette intrigue : « Thomas Carnacki est un personnage de fiction, créé par William Hope Hodgson. Carnacki est le protagoniste d’une série de six histoires publiées entre 1910 et 1912 dans The Idler et The New Magazine. Thomas Carnacki est un détective de l’occulte, spécialiste reconnu pour son efficacité dans la lutte contre les revenants et autres entités cosmiques. Il vit dans un appartement à Cheyne Walk, à Londres. Le narrateur des histoires est un ami de Carnacki, Dodgson, qui suit le détective dans ses enquêtes. […] Cinq aventures paraissent entre janvier et juin 1910 dans The Idler. Quatre autres furent refusées pour, semble-t-il, des questions de calibrage. Et la revue cessa de paraître définitivement en mars 1911. Une sixième histoire paraît en janvier 1912 dans The New Magazine. Ces histoires furent publiées en 1913 dans un intégral Carnacki, the Ghost-Finder. »

Bon, clairement, j’ai tout de suite pensé à mon cher Sherlock et à mon petit Watson adoré. Hormis le fait que Carnacki soit une sorte de détective du paranormal, j’ai trouvé qu’il était dessiné comme Sherlock Holmes (dont je vous invite à découvrir les aventures, c’est formidable).

On a donc un personnage masculin principal très intelligent, il m’a séduite dès la première nouvelle que j’ai lu et qui reste, pour moi, la meilleure de cette première saison. J’ai apprécié découvrir ce personnage dont la psychologie fine et détaillée m’a beaucoup plu.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
Un recueil de nouvelles
°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Pour chaque enquête, une nouvelle. Six enquêtes, six nouvelles qui vont nous pousser au-delà des limites de la raison. On se retrouve avec des situations spectrales et paranormales. Frédéric Livyns est un auteur que j’affectionne beaucoup pour la manière dont il sait me transporter dans des univers que je ne pensais pas possible d’apprécier. J’ai toujours été séduite par ce que j’ai pu lire de cet auteur, il était donc impensable pour moi de ne pas me lancer dans cette lecture.

Encore une fois, je me suis lancée dans une lecture les yeux fermés et j’ai découvert que c’était un recueil de nouvelles. En soi, ce n’est pas dérangeant parce que j’ai pu découvrir l’étendue des facultés de Thomas Carnacki mais cela reste frustrant dans le sens où je me sens bien plus à l’aise dans une aventure unique qui me transporte beaucoup plus.

On va dire que pour un premier pas dans l’univers de Thomas Carnacki made in Frédéric Livyns, c’est bon, très bon même.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
Les enquêtes  
°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Clairement, j’ai apprécié les six aventures même si la première reste ma préférée. J’ai fait la rencontre des acolytes de Carnacki mais il reste un des seuls personnages que l’on a tout au long de notre lecture : on se balade dans différentes histoires qui proposent différentes intrigues. On est dans une dynamique intéressante et cela permet au lecteur de ne pas s’ennuyer. J’ai apprécié cela. Ce que j’ai beaucoup aimé aussi, c’est le fait que Carnacki n’est pas un personnage qui se la joue : il reste très humble même si des fois, il doit répéter les choses et les éclaircir. A aucun moment, je n’ai trouvé ce personnage pompeux.

Ce recueil n’est pas à mettre entre les mains de n’importe quel lecteur. Il y a des scènes de violence et qui ne sont pas à laisser lire par des yeux d’enfants. Il vaut mieux le préciser. Si vous êtes de nature très peureuse (franchement, je suis une mauviette et j’ai beaucoup apprécié, pour vous placer sur l’échelle du trouillomètre…) il ne vaut mieux pas le lire mais si vous appréciez vous faire de petites peurs et être dans des univers où les choses peuvent nous échapper, vous pouvez vous lancer avec plaisir dans cette nouvelle lecture que nous propose évidence éditions.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
La plume de Frédéric Livyns
°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Quand j’ai vu que l’auteur sortait encore un roman cette année, j’ai ri. Avec une amie, quelques jours avant on se disait « mais il sort beaucoup de livres quand même par an ». Ehhh oui. J’ai ri en voyant cette première saison mais je savais, au plus profond de moi-même, que je céderai. Quand on n’aime, on ne compte pas, non ? Et bien voilà. Je n’ai pas compté, j’ai foncé et j’ai adoré !

La plume de Frédéric Livyns prouve encore une fois ce que je n’arrête pas de vous dire : c’est une plume exceptionnelle. Elle est dynamique et pleine d’émotions. Si j’ai pris plaisir à découvrir l’auteur dans des lectures plus horrifiques et sanglantes, j’ai aussi apprécié le découvrir dans des aventures plus surnaturelles que gores.

3 bonnes raisons de lire cette saison :

  • Un personnage principal masculin désuet mais très charmant
  • Une plume que j’ai adoré retrouver dans un nouvel exercice
  • Un univers riche et intéressant

4

25

L’obscur de Frédéric Livyns

xcover-3641Résumé : En emménageant dans leur nouvelle demeure, la famille Detreille y voyait le synonyme d’un nouveau départ. Cependant, leur nouveau foyer ne leur offre pas la quiétude tant espérée. Des bruits se font entendre, des ombres se faufilent… C’est alors que la fille aînée, Virginie, décide de mener l’enquête. Elle découvrira l’horrible passé de la maison et quels actes immondes y furent perpétrés. Ces investigations vont, bien malgré elle, la mener au-delà de la terreur !

~ Service presse ~

Mon avis : Je remercie chaleureusement Séma éditions pour l’envoi de ce roman. J’avais déjà fait la rencontre de la plume de l’auteur via un recueil de nouvelles « les contes d’Amy ». J’étais donc très heureuse de pouvoir me replonger dans la richesse de l’écriture de Frédéric Livyns avec ce roman.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
Roman horrifique : le meilleur moment pour le lire, c’est maintenant !
°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Les branches qui craquent, les feuilles qui crissent, le vent qui s’engouffre… Attention, chers lecteurs, cette lecture va vous coller des frissons du début à la fin. C’est une lecture qui ne prend pas énormément de temps et qui nous plonge directement dans un univers où l’on va sursauter à chaque fois que l’on va déambuler dans un couloir… Prenez garde, on vous regarde. Je pense qu’une mise en garde reste de rigueur : ce roman n’est pas à mettre entre toutes les mains. Roman parfait pour la saison, il est qualifié d’horrifique. Il faut donc éviter de le mettre entre les mains des petits cœurs et des jeunes lecteurs.

Ce que j’ai grandement apprécié dans ce roman, c’est l’ambiance. J’avais peur d’avoir un peu trop surestimé mon cœur et sa force mais franchement, j’ai passé un bon moment de lecture. Le roman tient ses promesses et nous fait passer un moment de lecture à la hauteur de mes espérances.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
La maison qui fait peur
°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Oh arrêtez ! Je suis certaine que vous avez tous en tête une maison. Personnellement, j’ai « une maison qui fait peur » au coin de ma rue. Et vous ? 😉 Ici, pas de chance pour Virginie et sa famille, la maison qui fait peur et celle dans laquelle ils ont récemment emménagé. Je trouve qu’elle colle parfaitement aux décors proposés par l’auteur. Quand on lit les pages, on se dit « mon dieu, partez ! Vite ! » mais comme à chaque fois… les personnages n’écoutent pas… et cela nous permet de vivre une lecture rythmée par les battements cardiaques qui s’accélèrent et une folle envie de savoir la suite de l’histoire.

La maison, parlons-en ! Voilà un objet qui devient personnage. Peut-être même le personnage le plus important de l’histoire. Tout part d’elle, tout part d’un homme, tout part du passé. Le roman commence avec un chapitre qui date de 1965 et qui nous permet d’ancrer l’histoire dans l’horreur dès le départ. Un corps, dans cette fameuse maison. On part ensuite en 2008, on fait la rencontre d’une famille qui va vite déchanter en emménageant dans cette maison, puis vient le tour de l’année 2011 où l’on fait la rencontre d’une nouvelle famille, celle de Virginie. Ainsi, avec ces trois années, on se rend rapidement compte qu’il se trame quelque chose de particulièrement étrange dans la maison…

« La maison lui glaçait le sang. Il avait été témoin de tant de choses en vivant à proximité. Certaines nuits, quand la lune était basse, on pouvait y entendre des chants lugubres ou encore des rires. Il avait appelé la police au début, mais les agents finirent par le prendre pour un vieux fou impressionnable, étant donné que tout revenait à la normale avant leur arrivée. Il ne les contactait plus depuis. Mais il savait très bien qu’il n’était pas cinglé. »

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
Personnages et intrigue
°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Bien entendu, la maison n’est pas le seul personnage. On fait la rencontre de Virginie, une jeune fille pleine de courage et d’intelligence. Elle comprend rapidement que quelque chose cloche. Elle va chercher, fouiller et commencer à recouper les informations sur ce lieu si étrange.

On va aussi croiser le chemin d’un voisin qui va essayer de mener sa propre enquête avec l’aide d’un inspecteur de police.

Il y a beaucoup de personnages, des secondaires qui ne font que passer mais la famille de Virginie reste au premier plan de l’intrigue. On a un groupe de personnages. Je pense aussi à son petit frère Joey que j’ai pris en affection dès les premières pages.

L’intrigue est assez décousue en apparence. J’avoue que je me suis un peu perdue en m’interrogeant sur l’identité de certains personnages. Ils apparaissent un peu par magie. On ne sait pas trop où l’auteur veut nous emmener. On défile de foyer en foyer, de situations en situations et on se demande bien ce qui peut se passer, quel est le lien entre ces différentes propositions. Lorsque le lecteur comprend que la lumière illumine notre esprit, c’est l’euphorie. Quelle intelligence ! Bravo  Frédéric Livyns pour cette belle idée.

J’ai beaucoup apprécié d’avoir mis un pied dans le passé avant d’avoir pu m’étendre sur la situation présente. J’ai trouvé cela nécessaire, cela permet aussi de comprendre l’histoire de cette maison et comment on en est arrivé là aujourd’hui.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
La plume de Frédéric Livyns
°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Comme je l’ai dit au tout début de la chronique, j’avais déjà rencontré la plume de l’auteure. Il est vrai que ce roman m’a nettement plus plu. Je pense que c’est une histoire de format, les nouvelles, c’est définitivement trop court pour une lectrice comme moi. Cependant, je ne doutais pas du talent de l’auteur qui vient me le prouver avec ce roman qui m’a tenue en haleine du début à la fin. Ça se lit très vite, c’est très prenant et on s’en rend rapidement compte.

L’auteur trouve les mots justes pour nous faire frissonner, angoisser et mourir de peur. C’est à lire, surtout en cette période. J’ai trouvé le ton du roman très juste. Virginie est un personnage que j’ai apprécié découvrir et je pense que c’est dû à la psychologie détaillée de ce personnage.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
Le mot de la fin
°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Pour terminer ma chronique, je tire mon chapeau à l’auteur qui m’a fait apprécier un genre dont, en général, je ne suis pas forcément très fan. Bravo.

Je remercie aussi ma chère Wolkaiw pour cette lecture commune que j’ai pris plaisir à faire avec elle ♥

3 bonnes raisons de lire ce roman :

  • Une ambiance à vous faire frissonner.
  • La genèse de la maison et ce personnage détonnant.
  • La plume de l’auteur.

4

12

Les contes d’Amy – Frédéric Livyns

51PXuKDGnDL._SX323_BO1,204,203,200_.jpgRésumé : Tout commence par un petit cahier trouvé par hasard dans un asile désaffecté. L’inquiétude surgit au détour d’un rapport psychiatrique qui laisse entendre que la petite Amy, la rédactrice de ces contes peu ordinaires, était perturbée mentalement. L’angoisse se matérialise sous la forme d’une affirmation : l’enfant a le pouvoir de vous faire vivre vos peurs les plus profondes. Que feriez-vous si, du jour au lendemain, tous les gens qui vous entourent apparaissaient défigurés, brûlés ? Quelle serait votre réaction si votre fille se liait d’amitié avec un ami pas si imaginaire que cela ? Auprès de qui chercher de l’aide quand votre famille se fait déchiqueter sous vos yeux par les créatures qui se tapissent dans les ténèbres ?

Mon avis : Grâce à cette chronique, j’ai le plaisir de vous annoncer que je démarre un nouveau partenariat avec Séma Editions. Je suis très heureuse de faire partie de l’équipe. Cela me permet de découvrir de nouveaux horizons livresques. Je débute donc ce nouveau partenariat avec le romans les contes d’Amy de Frédéric Livyns.

Les contes d’Amy sont un recueil de nouvelles. Je vous avoue que je ne pensais pas que cela était un recueil d’histoires. Cependant, j’ai quand même passé un moment de lecture agréable.

Tout commence par la visite d’un couple dans un bâtiment abandonné. On comprend rapidement qu’il s’agit d’un asile psychiatrique tombé sous les mains des allemands durant la guerre. N’ayant aucune pitié pour la différence et les handicapés physiques ou mentaux, les patients ont tous été fusillés comme des chiens.

La visite du bâtiment commence, les hommes à l’étage qui est impraticable pour la dame, elle fouille une pièce dans le fond d’un couloir : l’ancien bâtiment des médecins de l’institut. Se lançant dans la lecture des dossiers, elle trouve celui d’Amy. Amy est une jeune fille qui fait froid dans le dos, elle ne se sépare jamais de son cahier dans lequel elle écrit constamment, toute la journée. Amy est muette, elle n’ouvre jamais la bouche. Elle parle via sa plume. Une fois que le docteur met la main, contre le gré d’Amy, on découvre qu’elle fait vivre les pires cauchemars et peurs des autres via ce carnet.

Cette mise en bouche débouche donc sur des petites histoires sympathiques à lire. Il y en a beaucoup, il y en a pour tout le monde. Forcément, il y en a qui m’ont plus plu que d’autres mais je m’attendais à quelque chose de bien différents, je m’attendais à un roman et non à un recueil de nouvelles. Cependant, cela m’a permis d’appréhender ce genre avec lequel j’ai du mal.

L’auteur a une plume assez particulière, j’ai bien aimé. Ce style est assez décalé, c’est surprenant. Je vous avoue que certaines histoires m’ont fait peur (pourquoi s’enfuir dans les bois… On sait que ça va mal finir !), m’ont laissé de marbre (une étreinte entre un homme et une femme qui finit vraiment étrangement, je n’ai pas su accrocher à celle-ci) ou d’autres m’ont plu (Marie et Pauline, par exemple, ont su me toucher.)

J’aurais aimé en savoir plus sur la visite de l’institut psychiatrique. C’est dommage de simplement faire l’ouverture sur cet endroit et de terminer avec ce dernier, j’aurais aimé me balader dans les pièces, découvrir des choses étranges, qui font peur, des pièces secrètes, des témoignages de patients.

Même si ce que j’avais dans les mains fut différent de ce que à quoi je m’attendais, je reste heureuse d’avoir pu découvrir ce recueil de nouvelles ainsi que la plume de l’auteur que je ne connaissais pas. Je suis ravie d’avoir pu découvrir cette maison d’éditions avec cet ouvrage. J’ai encore beaucoup de romans à découvrir.

Les – :

  • Certaines histoires qui m’ont laissé de marbre.
  • J’aurais apprécié plus de détails sur l’institut.

Les + :

  • Un recueil fourni d’histoires diverses.
  • La plume de l’auteur.
  • Le personnage d’Amy qui m’a fichu la trouille.
  • L’histoire de l’institut, son vécu historique.

155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie