21

Le sourire des fées de Laure Manel

6129hbDb80LRésumé :  » Rose l’a dit à Lou : il faut croire encore au bonheur. Elle a toujours eu le don pour apporter de la joie à partir de presque rien. Un joli paysage, une belle lumière, le parfum d’une pivoine, le goût du chocolat noir attrapé avec la langue sur le fouet à pâtisserie, un bon repas, un fou rire qui tire les larmes, respirer à pleins poumons, danser, jouer… Ce sont ces petites doses de bonheur à pratiquer au quotidien. C’est à cela qu’il faut s’accrocher.  » Jamais il n’y a eu plus d’urgence à aimer.

~ Service presse ~

Je remercie chaleureusement les éditions Michel Lafon ainsi que Camille pour leur remarquable travail ainsi que leur générosité. J’ai eu la chance de pouvoir poursuivre ma rencontre de Laure Manel que j’avais trouvé excellente dans l’ivresse des libellules.

Ici, ma lecture n’a pas été de tout repos mais j’en sors agréablement surprise. Ce roman a été un roman en deux temps pour moi. Dans un premier temps, je ne comprenais pas trop les volontés de l’auteure. Je ne comprenais pas vraiment où j’étais emmenée, où j’allais arriver. Puis, finalement, j’ai pris ce roman comme l’auteure me le proposait : j’ai savouré les petits moments de vie que Laure Manel a décidé de mettre en avant.

On fait la rencontre de Hermance, Rose, Antoine & Lou. Ce sont des personnages que les fans de l’auteure ont déjà pu rencontrer dans le roman la mélancolie du kangourou. Je vous rassure, ne le sachant pas, j’ai lu ce roman avant de lire l’autre (qui attend sagement dans ma PAL) et j’ai pu comprendre l’histoire sans aucun problème.

Les personnages principaux sont très bons. J’ai énormément aimé les différentes psychologies que l’on rencontre. Lou est une enfant qui grandit au fil des pages. C’est vraiment une petite fille pleine de vie. Hermance est la grand-mère d’Antoine et l’arrière-grand-mère de Lou. Rose est la compagne d’Antoine et la belle-mère de Lou. Ces quatre personnages vivent ensemble et cela fait plaisir à lire. La vie dans « le chalet du bonheur » est pleine de surprise. On a d’autres personnages que l’on rencontre au fil des chapitres. J’ai aimé faire la rencontre des amis d’Antoine et de Rose, de la famille d’Antoine, de ses beaux-parents, de son frère mais aussi de ses parents. On se retrouve dans une histoire familiale qui est belle et pleine de poésie.

Ma petite préférence reste pour le personnage de Rose que j’ai aimé voir évoluer en tant que personne mais aussi dans son couple avec Antoine. C’est une femme extrêmement belle physiquement et intérieurement. Elle reste la bonté et la gentillesse. Tout ce que j’aime chez mes personnages féminins principaux.

La manière dont l’auteure nous apporte les thématiques dans cette intrigue est assez singulière mais très appréciable. En effet, on a des chapitres courts qui se focalisent sur une petite chose simple de la vie. Ainsi, on va pouvoir découvrir la fabuleuse tarte aux pommes d’Hermance, les randonnées d’Antoine, la fougue de Lou, cette petite fille pleine de vie ainsi que Rose et sa sagesse à toute épreuve. Les chapitres courts, s’intéressants aux petites choses qui remplissent notre quotidien m’ont beaucoup fait penser à Philippe Delerm et à la première gorgée de bière et autres plaisirs minuscules. J’ai beaucoup apprécié cette idée d’apprécier et de savourer l’instant présent. J’aime retrouver cette thématique dans mes lectures.

Le seul « problème » que j’ai rencontré durant ma découverte du nouveau roman de Laure Manel, c’est cette explosion d’émotions. Pour moi, c’était un peu de trop. On va crescendo dans des événements qui font mal, qui ne sont pas annonciateurs de bonnes choses et j’ai eu cette impression que ça ne s’arrêterait jamais. J’ai eu les larmes aux yeux, j’ai eu la boule d’émotions coincée dans la gorge. Premier gros événement triste, j’étais en train de lire en me disant « tu peux gérer Pauline, souffle, ça va aller » et j’ai continué et là, on me remet un événement compliqué à gérer, et encore un. J’ai eu cette sensation de tomber dans un puits sans fond. Clairement, on est obligé d’avoir le cœur gros et de lire ce roman avec toutes ces émotions qui nous assaillent. Ça reste vraiment un point de vue personnel : je n’ai pas l’habitude d’avoir des romans qui font pleurer entre les mains. Sauf si vous êtes inhumain, vous verserez forcément votre petite larmichette. Ce n’est pas une mauvaise chose, ça m’ouvre de nouvelles perspectives dans mes lectures mais être chamboulé comme ça, c’est très compliqué pour moi.

Il ne faut pas se leurrer, le roman de Laure Manel est bon, ce n’est pas mon préféré mais sa plume me plait toujours autant. Elle est belle, poétique et nous emmène tellement facilement dans l’univers proposé. C’est déstabilisant mais tellement grisant.

En définitive, même si ce roman m’a bousculée, je reste surprise par ce que j’ai pu lire et découvrir. Malgré ce trop-plein d’événement pour moi, je reste heureuse d’avoir découvrir le sourire des fées et je lirai la mélancolie du kangourou sans aucun doute.

3 bonnes raisons de lire ce roman :

  • La poésie qui se dégage de ces instants présents
  • Le quatuor de personnages principaux que j’ai adoré
  • La plume de Laure Manel, une petite pépite

4

14

L’ivresse des libellules de Laure Manel

413wTaRlYaL._SX308_BO1,204,203,200_Résumé : Quatre couples d’amis dans la quarantaine décident de s’octroyer des vacances sans enfants dans une villa de rêve. Mais l’ambiance qui se voulait insouciante et idyllique ne tarde pas à se charger d’électricité. La faute aux caractères (et petites névroses) de chacun, aux modes de vie différents, à l’usure et la routine qui guettent les amoureux quand s’invite le quotidien, et à des parents qui ont oublié ce qu’était leur vie lorsqu’ils ne l’étaient pas encore… Quand débarque une jeune et jolie célibataire, le groupe est plus que jamais au bord de l’implosion. ON NE BADINE PAS AVEC L’AMOUR

Mon avis : Je remercie les éditions Michel Lafon ainsi que Camille pour l’envoi de ce roman qui m’a énormément plu. Je l’ai lu hier et franchement, c’est une excellente découverte.

Le roman et ses personnages

J’adore ce genre de roman qui propose une parenthèse dans la vie quotidienne. Ces vacances ont, en surface, l’air génial. Cependant, des petits soucis et tracas quotidiens vont venir mettre des petits grains de sable dans l’engrenage !

L’intrigue tient debout grâce aux personnages : on fait la rencontre de quatre couple : Sybil & Alex, Caroline & Sébastien, Emilie & Vincent ainsi que Claire & Jérôme. Huit personnages très différents les uns des autres ! On fait aussi la rencontre de Valentine qui marquera le tournant du roman. J’ai trouvé l’idée géniale.

Ce que l’auteure maîtrise extrêmement bien son sujet c’est qu’elle traite les personnages et non les couples. En effet, dans une relation on a tendance à parler des deux personnes sans forcément les dissocier. Ici, Laure Manel prend le temps de nous expliquer, de nous raconter l’histoire personnelle des personnages. J’ai trouvé ça fin et très beau.

J’avoue, j’ai eu mes petits préférés : Claire et Jérôme. C’est ceux à qui j’ai pu le plus m’identifier. Les personnages de Sybil et d’Emilie m’ont rapidement ennuyée dans le sens où j’ai trouvé leurs comportements vraiment exécrables. Je les ai trouvées égoïstes mais cela n’est qu’une affaire de goût. Je pense que de cette manière, on est propulsé dans ce groupe d’amis où tout n’est pas rose tous les jours. On apprend à composer avec les autres.

Le couple au cœur de la tempête

Ce roman est un questionnement intense sur le couple. L’amour, la place qu’il prend dans la vie mais aussi les moments de flottement, les incompréhensions. Bref, ce roman est une ode à l’amour et à l’amitié qui est présente quand le premier n’est pas au beau fixe. On retrouve aussi la question de l’adultère, des enfants : la volonté d’en avoir ou pas. En plus de cette thématique du couple, on retrouve celle de la crise de la quarantaine. Je pense qu’elle se schématise différemment selon les personnages. Si j’ai trouvé Emilie attachante avec ses complexes, sa crise a fait voler en éclat ce que je pensais d’elle.

L’intrigue en elle-même

J’ai énormément apprécié ce roman pour la diversité des thématiques apportées et la manière dont elles sont traitées. En effet, j’ai trouvé remarquable de nous offrir un cadre aussi magnifique, spectaculaire et chicissime pour nous raconter une histoire d’amis et d’amour qui volent en éclat ou, au contraire, qui sont sublimées. Bref, j’ai aimé cette dualité, rien n’est noir ou blanc, on aperçoit du blanc, du noir mais aussi du gris. Laure Manel nous souligne ici ce qu’est la vie : des moments de bonheur mais aussi des moments plus durs qu’il faut surmonter.

La plume de Laure Manel

La qualité de ce roman se trouve dans l’intelligence de l’intrigue mais aussi dans la beauté de la plume. J’ai conscience que l’auteure n’en est pas à son premier livre mais moi, je la découvre avec ce titre. J’ai trouvé la couverture très belle ainsi que le résumé très séduisant.

J’ai trouvé les psychologies des personnages très détaillées et très différentes les unes des autres. Chaque personnage à ses points faibles et ses points forts qui sont soulignés justement par les mots de l’auteure. Je suis sous le charme de cette plume qui a su me faire voyager en quelques heures. Véritable page turner, ce roman est une véritable découverte pour moi et un très beau coup de cœur. Je ne peux que vous pousser à le lire.

Les – :

  • Absolument rien, je suis comblée par ce roman qui sent bon l’été ! Attention aux orages quand même 😉

Les + :

  • L’amour sous toutes les coutures possibles.
  • La plume de Laure Manel qui est une véritable révélation pour moi, je lirai ses autres romans à coup sûr !
  • L’intrigue que j’ai trouvée intéressante.
  • Le panel de personnages mis à disposition du lecteur.

155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie