16

Les Erainn Tome 02 – Le souffle d’infinité de Thalie Perrot

71KlDf-Nq9LRésumé : Sean Erainn est de retour à Saint-Malo. Trois ans après le mariage de son frère Rory avec Cordélia de Montrésor, il vient rencontrer son neveu. C’est dans la demeure de son aîné que Sean fait la connaissance de Madeline Kerradec, une jeune femme très belle, mais auréolée de mystère qui a, de surcroît, un passé trouble. Pourtant, il se sent irrésistiblement attiré par elle. Décidé plus que jamais à découvrir qui se cache derrière la carapace de la jeune femme, il est loin d’imaginer dans quelles aventures il va être entraîné.Leur attirance saura-t-elle survivre aux embûches que le destin s’acharne à mettre sur leur chemin ?

~ Service presse ~

Je remercie chaleureusement M.E.C Editions pour l’envoi de ce roman. Il me tardait de vous parler de ce roman. Si vous vous souvenez bien, j’avais eu un réel coup de cœur pour l’univers de Thalie Perrot à travers son premier tome « Attractif enchantement » qui proposait de découvrir la famille Erainn à travers Rory et la famille de Montrésor à travers le personnage de Cordélia. J’avais beaucoup apprécié ma découverte et la manière dont Thalie Perrot avait, avec brio, mélangé le folklore irlandais à la romance historique.

Le tome 02 de la saga Erainn permet de mettre en lumière Sean, le frère de Rory. Sean est un personnage que j’ai beaucoup apprécié tant il dégage les qualités que j’aime trouver chez mes personnages principaux masculins : l’écoute, la gentillesse, l’abnégation aussi. Sean a tendance à vouloir chercher le meilleur en chacun des êtres qu’il rencontre. Il a tendance à voir le verre à moitié plein plutôt qu’à moitié vide. J’aime cela. Sean n’en est pas pour autant mièvre et naïf. Il sait que le monde n’est pas rose, il sait que la vie n’est pas un long fleuve tranquille mais il préfère être bon qu’être une brute.

Sean va tomber sous le charme de Madeline. La fille Kerradec qui a dû vivre avec une mère absente et un père vivant dans l’ombre du spectre de sa femme qui a été kidnappé. Madeline apparait dans le premier tome ainsi que ses parents. Yves et Gwenaëlle Kerradec sont la parfaite illustration d’un couple amoureux dans lequel l’un ne peut vivre sans l’autre. Madeline est une jeune femme qui a connu les pires atrocités : entraves, violences, horreur, angoisses… Tout cela fait de Madeline une jeune femme à part qui va nous prouver que les apparences sont trompeuses. Elle m’a beaucoup fait penser à Elizabeth Swann : un caractère bien trempé, une envie de savoir les choses et cette absence de crainte lorsqu’il s’agit de braver les convenances de la société pour arriver à ses fins.

Je pourrais aisément comprendre que Sean apparaisse comme le stéréotype de l’homme parfait. Néanmoins, je trouve que Sean est un personnage très bien construit quand on pense à ce que l’auteure a voulu mettre en place. Même si j’ai eu des débuts un peu compliqués avec Madeline, j’ai aussi compris où l’auteure voulait en venir. J’ai accepté cette part d’ombre chez Madeline. Il est assez rare de trouver cette noirceur chez un personnage féminin, cela dénote mais cela fait du bien. Après tout ce qu’elle a vécu, Madeline ne croit plus en rien et encore moins en l’amour. Comment pourrait-il en être autrement ? L’auteure a décidé de nous proposer des personnages atypiques. La situation l’est aussi, pour mon plus grand plaisir !

Madeline et Sean vont fonctionner comme deux personnages aux antipodes : l’un bienveillant et solaire, l’autre plongée dans une noirceur et dans la tristesse. Néanmoins, les opposés s’attirent et vont nous proposer une romance historique d’aventure vraiment palpitante.

L’auteure met vraiment en avant ce jeu d’ombre et de lumière. Si on peut l’apercevoir à travers le duo Sean/Madeline, on va aussi pouvoir le comprendre à travers d’autres relations. Lorsque je vous parlais de « romance historique d’aventure » je voulais souligner le fait que l’auteure va venir mettre un bon coup de pied dans les codes de ce genre qu’est la romance historique. Ici, il n’y a pas de bal, de grands châteaux, de carnets de bals et des premiers émois. Rien de tout ça.

Il y a la thématique du voyage. Ce voyage géographique que l’on va faire, cette balade aussi riche en émotions qu’effrayante sur le bateau des Paoli. C’est aussi un voyage personnel. L’aventure apparaît aussi comme une quête identitaire, un voyage initiatique. Madeline doit en passer par là pour comprendre qui elle est et d’où elle vient.

On va se plonger sans aucune difficulté dans une nouvelle aventure avec notre famille préférée : les Erainn. Ils sont le fil conducteur de cette saga : Thalie Perrot n’en oublie aucun et nous propose de retrouver les personnages du premier tome. Il est vrai qu’elle garde certains codes de ce genre souvent boudé mais ô combien riche. Néanmoins, l’auteure prend le parti de nous proposer quelque chose d’original ! Son œuvre est une œuvre pivot et visionnaire qui va dépoussiérer le genre de la romance historique ! Comment ? Rien de plus simple pour Thalie ! Une bonne dose de piraterie, de caractère bien trempé et de folklore. On retrouve le folklore celtique qui m’avait beaucoup plu dans le premier tome avec la banshee. La famille Erainn est très soudée. Rory et Liam ne vont pas perdre un instant pour porter secours à Sean qui va se retrouver dans une situation assez délicate. Avec Madeline, ils vont apprendre à se comprendre et à se voir sous un jour différent : et si l’ombre et la lumière pouvait cohabiter dans une seule personne ? Et si… Et si… Et si… Tant de questions qui vont trouver des réponses à travers la plume et les mots de Thalie Perrot.

Il y a tant d’émotions et de délicatesse à travers cette plume. La générosité de Thalie se ressent dans le personnage de Sean mais aussi à travers Madeline qui va être là où on ne s’y attend pas. Sur le bateau des frères Paoli, elle va comprendre d’où elle vient, elle va en apprendre plus sur cette mère qui lui manque tant dans sa vie et va apprendre à accepter son passé. Le message que Thalie véhicule est très beau : apprendre à accepter d’où l’on vient pour choisir où l’on va. L’auteure va savoir faire vivre une relation mère/fille entre Gwenaëlle et Madeline alors qu’elle n’a quasiment pas existé. A travers les mots des protagonistes, on va se rendre compte de la générosité de Gwenaëlle et de sa manière de voir les choses : elle est la lumière qui manque à Madeline. Elle est la source de la noirceur de manière indirecte. Son absence marque une noirceur dans son âme. L’ombre et la lumière, cette idée est poétique et mise en place tout au long du roman à travers différentes relations et différents personnages.

Là où l’auteure a choisi de dérouter son lectorat, j’y ai vu du génie. Là où certaines et certains d’entre vous y verront de l’incompréhension, j’y vois un grain de folie et une réelle envie de construire une intrigue sans faille. Là où certaines et certains seront déroutés par l’aventure dans la romance historique, moi j’y vois une bouffée d’air frais dans un genre qui commençait, pour moi, à se répéter. J’ai tellement hâte d’avoir le troisième tome entre les mains.

C’est donc un nouveau coup de cœur pour moi. Avant que quelqu’un ose mettre ça sur le dos de l’amitié qui m’unit à Thalie, je n’ai qu’une chose à vous dire : la complaisance, chez moi, n’existe pas. Il parait que je suis crainte sur la toile, que les auteurs tremblent quand ils savent que je vais les chroniquer : c’est bien comme ça. Je n’ai rien à cacher et encore moins à Thalie. Elle signe un deuxième tome terriblement différent mais ô combien riche. Je la remercie pour sa confiance et son amitié. Thalie, n’ait jamais peur d’écrire, tu as un talent fou.

03 bonnes raisons de lire ce roman :

  • La plume de Thalie Perrot, toujours aussi formidable, belle et douce. Merci pour ce moment parfait ! J’avais besoin d’avoir un être solaire comme Sean pour changer un peu de la morosité du quotidien
  • Le coup de pied fichu aux codes poussiéreux de la romance historique
  • La thématique filée de l’ombre et la lumière à travers tout le roman. Bravo !

5

41

Attractif enchantement de Thalie Perrot

82210425_150278209724391_8539329951583698944_nRésumé : Cordélia de Montrésor est une jeune femme fleur bleue dont on dit le physique ingrat qui désespère de trouver un mari. Pour autant elle n’est pas prête à se marier avec le premier venu ! Sous ses airs timide et revêche se dissimule une femme espiègle et courageuse au passé parsemé d’ombres. Le Capitaine Rory Erainn dont la réputation n’est plus à faire se voit charger d’une mission qui revêt une grande importance à ses yeux : veiller sur les demoiselles Montrésor. Toutefois la tâche du séducteur d’Irlande s’avérera plus ardue qu’il n’y paraît. Derrière la vie paisible de Cordélia se cachent complots et traîtrises. Entre folklore, enchantements et manigances, les deux jeunes gens trouveront l’un dans l’autre passion et force. Mais arriveront-ils à vivre leur histoire jusqu’au bout ?

~ Service presse 📱 ~

Je remercie chaleureusement les éditions M.E.C pour l’envoi de ce roman, signe d’un nouveau partenariat avec la maison d’éditons. Ce qui me ravit. Cela faisait quelques temps que je n’avais pas lu de romance historique (un genre que j’aime beaucoup) et je fus ravie de joindre l’utile à l’agréable en acceptant le partenariat.

On fait la connaissance de Cordélia de Montrésor. C’est un personnage que l’on aime dès le début. Enfin, personnellement, je l’ai beaucoup apprécié pour son calme, son intelligence et son franc parler. Même si la demoiselle reste calme, elle n’a rien à envier aux femmes les plus piquantes : quand il faut dire les choses, elle le fait. Cordélia est la sœur de Juliette et de Lysandre. Lysandre, son frère aux abonnés absents pour des raisons personnelles, confie ses deux sœurs à son meilleur ami Rory Erainn qui accepte cette mission avec plaisir. Rory est un jeune homme mystérieux, intelligent et très séduisant. Il incarne parfaitement l’homme parfait de ce siècle. Il est doux, drôle et très intéressant.

D’un point de vue général, j’ai apprécié tous les personnages même si j’ai un trio en tête : Rory, Cordélia et Sean, le frère de Rory. Il me serait difficile de vous parler de tous les personnages tant l’histoire foisonne de détails et de surprises au sujet des personnages. Je ne peux que vous conseiller de lire cette histoire si vous aimez les romances historiques.

Ce que j’ai beaucoup apprécié dans le roman de Thalie Perrot, c’est le fait qu’elletéléchargement renouvelle le genre, pas dans le schéma narratif mais dans les thématiques abordées et les péripéties de la jeune de Montrésor. Je n’avais jamais vu ces thématiques là dans une romance historique. Thalie Perrot se moque des convenances et nous prouve que l’on peut parler de tout du moment que l’on sait comment le faire ! Bravo à elle pour ces idées innovantes qui font que la lecture surprend le lecteur et permet de ne plus lâcher le texte !

Pour être honnête avec vous, en romance historique, j’ai trois auteures fétiches : Lisa Kleypas, Eloisa James et Julia Quinn. C’est toujours plus compliqué avec les autres auteurs. Je tiens à féliciter Thalie Perrot qui se hisse non loin de mes trois auteures préférées. Il est encore trop tôt pour pouvoir mettre ses romans dans l’étagère des auteurs préférés mais Thalie Perrot est en bonne voie. La plume est riche, brillante et juste. On ne s’ennuie pas du tout dans cette intrigue aux mille surprises. C’est vraiment très bon.

J’ai beaucoup apprécié le fait que l’auteure contourne aisément les stéréotypes liés au genre mais en apportant une touche de féérie. Les bois, les décors, tout donne l’impression d’être enchanté comme dans les contes de fées. La plume apporte un réel plus à cette intrigue drôlement bien pensée. Je trouve que le vocabulaire est juste et approprié à l’époque évoquée dans le roman. On a le charme désuet des grandes demeures avec un personnage irlandais qui apporte, lui aussi, une autre sorte de coutumes (j’ai adoré retrouver certains symboles de la culture irlandaise). Au-delà de la relation Rory/Cordélia qui se tisse, on a aussi un mélange des cultures très intéressant.

En définitive, je salue un texte sans faille qui apporte un réel renouveau à la romance historique. J’ai beaucoup apprécié ces personnages qui m’ont fait passer un excellent moment de lecture. Il reste une petite frustration qui fait partie d’une des thématiques abordées avec laquelle j’aurais aimé avoir plus de détails. Cependant, je chipote. Le roman est excellent et je salue le travail de l’auteure. Thalie Perrot est en bonne voie pour être l’une des rares auteures françaises en romance historique que je vais avoir sur mes étagères. Tout ce que je lui souhaite, c’est de trouver son lectorat. Je suis certaine que cela se fera sans aucun souci.

Je prie la bonne étoile pour que de nouveaux romans, avec les personnages de cette histoire soient publiés.

3 bonnes raisons de lire ce roman :

  • Un panel de personnages riche
  • Une intrigue très sympathique qui apporte un renouveau au genre de la romance historique
  • Une plume précise et très belle

notation