14

Le quartet des Smythe-Smith – Tome 1 : un goût de paradis de Julia Quinn    

51wpxpW8gBL._SX307_BO1,204,203,200_.jpgRésumé : En ce printemps 1824, lady Honoria Smythe-Smith se morfond chez elle depuis que son frère Daniel, contraint à l’exil après un scandale retentissant, a laissé la maison vide et leur mère désespérée. Comment échapper à cette ambiance morose ? En se mariant ! Hélas, lors de la précédente saison, tous ses prétendants l’ont abandonnée sans un mot d’explication. Cette année, Honoria entend bien forcer le destin. Elle jette son dévolu sur le jeune Gregory Bridgerton et, lors d’une garden-party à Cambridge, met au point un plan infaillible pour l’attirer dans ses filets. Mais Marcus, son ami d’enfance, va tout faire capoter…

~ Lecture détente ~

Mon avis : Je remercie mon amie Dilshad pour l’envoi de cette saga. J’ai été gâtée lors d’un SWAP. Ainsi, j’ai pu découvrir un autre univers de Julia Quinn. ♥♥♥♥♥

Une romance historique sympathique

J’ai passé un très bon moment de lecture avec ce premier tome. Ce que j’ai apprécié c’est le fait de retrouver un autre univers de l’auteur dans ce roman. En effet, on retrouve des personnages de la saga « les chroniques des Bridgerton » (dont j’ai entamé la lecture, il faut aussi que je termine cette saga !).

On fait la rencontre de Honoria Smythe-Smith, la jeune sœur de Daniel. Daniel est un jeune homme qui sait ce qu’il fait. Fier, rigolo et intelligent, il devient rapidement la coqueluche de son collège. Collège dans lequel il rencontre Marcus qui deviendra rapidement son meilleur ami…

Dans ce roman, on se retrouve donc dans une romance en deux temps. En effet, Julia Quinn pose les bases dès le début de son roman. On entre dans la jeunesse de Marcus et de Daniel le temps de quelques pages. Puis, on se retrouve dix ans plus tard. Les temps ont changés, les mœurs aussi ainsi que les choses : Daniel est exilé suite à un comportement qui peut le mettre en danger s’il remet un pied en Angleterre.

Les personnages : la force du roman

J’avoue que j’ai beaucoup apprécié Honoria. Elle a un sacré caractère. Malgré une époque où la femme n’a pas forcément sa place, elle ne se laisse pas marcher sur les pieds et refuse de se taire. Honoria a un sacré humour, un franc-parler et une franchise terrible.

Marcus est un personnage très charismatique aussi. Jamais un mot plus haut que l’autre, il m’a fait penser à Monsieur Darcy sur quelques points. Il ne faut pas croire qu’il est coincé ou idiot : c’est un homme qui économise ses paroles, qui sait à qui il peut dire les choses. Avec un père absent et une mère décédée, il reste souvent seul, mis à part Daniel, il n’a pas d’amis. Lorsqu’il retrouve Honoria par hasard, Marcus replonge dans ces moments où il était quasiment un membre de la famille des Smythe-Smith.

Autre groupe de personnages assez intéressant : le quartet Smythe-Smith qui est un quartet assez connu. En effet, tous les ans, les jeunes femmes non mariées de la famille Smythe-Smith. Quartet musical, il reste franchement très mauvais. Tout le monde le sait mais personne ne dit rien. Les principales intéressées sont les premières à ne pas vouloir y participer mais le rituel familial doit perdurer. J’ai trouvé cette idée très rafraichissante et drôle. Là où on pouvait les prendre pour des personnes imbues d’elles même dans les romans des chroniques des Bridgerton, on se rend rapidement compte que les filles Smythe-Smith sont drôles et ont un sacré sens de la dérision !

L’intrigue

En soi, j’avoue avoir été un peu déçue. En effet, j’attendais beaucoup de la raison pour laquelle Daniel avait dû s’exiler. Je m’attendais à quelque chose de grave, puis finalement, j’ai été un peu déçue de la révélation. L’intrigue n’est pas hyper originale bien que l’auteure ait mis ses personnages en avant, encore une fois, je n’ai pas été surprise par le déroulement de l’histoire et par le schéma narratif… Dommage !

Cependant, je souligne le fait que pour une fois, ce n’est pas la force héroïque de l’homme qui fait chavirer les choses. Honoria est un personnage fort qui marque vraiment l’histoire par son caractère, bravo !

La plume de Julia Quinn

Encore une fois, je suis rentrée très rapidement dans l’histoire. Cette plume est charmante et sans prétention. On se sent vraiment bien dans son univers. C’est rempli de douceur, cela nous fait passer un joli moment de lecture.

Les – :

  • Pas de surprise dans le déroulement de l’intrigue, dommage !

Les + :

  • Les personnages qui sont la force du roman
  • La plume de Julia Quinn qui est prenante.
  • La présence de la famille Smythe-Smith

3

15

Les chroniques des Bridgerton – Tome 4 : Colin – Julia Quinn

téléchargement (5)Résumé : Depuis l’âge de quinze ans, Pénélope Featherington aime secrètement Colin Bridgerton, sans nourrir la moindre illusion. Néanmoins, un pari va les rapprocher : c’est décidé, ils uniront leurs efforts pour démasquer la mystérieuse lady Whistledown, la plume anonyme qui épingle le beau monde dans ses billets malicieux. Et, dans cette aventure, d’autres surprises pourraient être au rendez-vous.

Mon avis : Je continue mon parcours dans le monde des chroniques des Bridgerton de Julia Quinn. Après s’être intéressé à Daphné, Benedict et Anthony, on s’intéresse ici à Colin. Un jeune homme pétillant, charmant et très intelligent. On fait aussi la rencontre de Pénélope Featherington : une jeune femme amie de la famille depuis de nombreuses années et qui reste un cœur à prendre malgré tout.

J’ai apprécié ce couple. En effet, comme à son habitude, Julia Quinn nous dépeint une vie pleine de noblesse, de jeux d’esprits et de joutes verbales qui m’ont beaucoup plu mais tout cela se déroule toujours dans le plus grand des respects. Julia Quinn parvient à nous propulser dans son univers sans aucun problème.

A chaque fois que je suis un peu triste ou que la panne de lecture persiste, je me pose toujours dans un univers de ce genre. Ainsi, je prends grand plaisir à retrouver les personnages que j’ai déjà découvert dans les trois premiers tomes et découvrir de nouveaux personnages de la famille Bridgerton.

Ce que j’aime beaucoup dans la plume de Julia Quinn c’est le fait que même si on est dans le genre de la romance historique, elle parvient à nous développer une intrigue moderne, avec une pensée plutôt avant-gardiste pour l’époque dans laquelle se déroule l’action. Ainsi, même si on se retrouve avec une trame sensiblement identique dans les tomes : un couple qui se forme entre deux personnages caractériels, l’auteur parvient à faire une intrigue intéressante par les faits, par les personnages. On marque la différence dans les caractères et les péripéties. C’est ce qui, selon moi, fait tenir la saga debout. On a un renouvellement permanent qui nous permet d’apprécier cette saga.

On s’intéresse de plus près à Colin, un des plus jeunes de la famille Bridgerton. Colin est un personnage qui j’ai beaucoup apprécié. Colin voyage énormément, il tient des carnets de voyage forts intéressants. C’est vraiment un personnage que j’ai apprécié découvrir puisqu’il est sensible, intelligent et dynamique. On lui oppose Pénélope Featherington : une jeune femme qui se révèle être une personne belle et forte. Si j’utilise souvent l’adage « l’habit ne fait pas le moine » Pénélope en est un bel exemple. Elle m’a énormément surprise par le fait que je pensais que c’était une péronnelle sans grand intérêt. Lorsque j’ai vu que l’on s’attardait sur ce personnage fade que j’avais à peine remarqué dans les premiers tomes. Je l’ai apprécié pour son franc-parler, son intelligence et son humour.

On suit donc une intrigue sympathique où l’on donne un peu plus d’importance à la fameuse Lady Whistledown qui s’occupe de la gazette des potins mondains et qui touchent très souvent la famille Bridgerton. En effet, j’ai trouvé cette mise en avant très intelligente.

On peut encore une fois souligner la plume de Julia Quinn. C’est vraiment une plume additive, on se sent bien dans l’univers que nous propose l’auteure. On a envie de savoir comment se terminent ces tomes très sympathiques. Les chapitres s’envolent sous nos yeux, ce sont des petits romans qui se lisent rapidement. C’est vivant, dynamique, on en redemande.

Les – :

  • Je suis un peu ennuyée par les fautes de frappe dans le manuscrit. Apparemment, il a été revu depuis que je l’ai acheté. Il n’empêche que s’est présent et ennuyant.

Les + :

  • Les deux personnages mis en avant dans le roman : Colin & Pénélope. Ce sont deux personnalités très étonnantes que j’ai apprécié découvrir.
  • L’intrigue toujours aussi prenante.
  • Le secret levé sur l’identité de Lady Whistledown.
  • La plume et l’univers de Julia Quinn.

155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie

 

12

Les chroniques des Bridgerton – Tome 3 : Benedict – Julia Quinn

téléchargement (4)Résumé : Comme le rapporte la mystérieuse lady Whistledown dans sa chronique mondaine, on a vu, lors du bal masqué organisé par les Bridgerton, Benedict, le cadet de la famille, en compagnie d’une ravissante inconnue. Mais à minuit, la belle s’est enfuie. Depuis, il a beau la chercher dans tout Londres, elle semble s’être évaporée. Qui pourrait se douter que sous le masque de soie noire se cachait Sophie Beckett, fille illégitime du comte de Penwood, haïe par sa marâtre qui la cantonne à l’office ? Quand Benedict croisera de nouveau Sophie, saura-t-il la reconnaître sous ses habits de domestique ?

Mon avis : Je suis d’humeur romantique aujourd’hui, je vous propose donc de découvrir mon avis sur le troisième tome de la saga de Julia Quinn « Les chroniques des Briderton ». Ce troisième opus est consacré au personnage de Benedict.

Je vous avoue que Benedict était mon personnage masculin préféré. En effet, j’apprécie beaucoup le fait de découvrir des bribes de personnages à travers les autres histoires. Ce que j’avais aperçu de Benedict dans les deux premiers tomes m’avait beaucoup plu. Il ne manque pas de piquant, d’humour et d’intelligence. Tout ce que j’apprécie chez un homme.

Le côté historique de cette saga romantique me plait beaucoup et apporte une touche de noblesse que j’apprécie énormément. Tout est dans la subtilité, le tact et de bonnes grosses gaffes !

Benedict évolue à travers cette famille nombreuse que sont les Bridgerton.  J’ai apprécié me retrouver une nouvelle fois dans cette famille qui est terriblement séduisante. Tous les frères et sœurs s’aiment et s’apprécient. C’est bon enfant sans oublier d’être respectueux. J’aime beaucoup la mère Bridgerton qui parvient à gérer d’une main de maître cette maisonnée.

J’ai aimé cette belle réécriture du conte de Cendrillon. Cendrillon est jouée ici par Sophie Beckett. Sophie est une jeune femme qui est une enfant illégitime. A la mort de son père, le comte de Penwood, Sophie se retrouve à la merci de sa belle-mère et de ses demies sœurs. Ce trio infernal va faire de la vie de Sophie un véritable enfer.

Sa rencontre avec Benedict va tout changer. Cependant, sa vie n’est pas facile, elle préfère garder l’anonymat : en effet, quoi de plus honteux que de faire de Benedict un homme amoureux et éconduit par une simple domestique ? Il mérite mieux.

J’ai apprécié avoir une histoire entre deux personnes issues de deux différentes strates sociales. L’un riche, qui a tout ce qu’il souhaite et une famille aimante, l’autre, pauvre, tyrannisée par une famille qui ne l’aime pas et esclave dans sa propre maison.

On nous présente donc un conte revisité à la manière de Julia Quinn. J’ai beaucoup apprécié ma lecture. La plume de cette dernière est toujours aussi plaisante, pleine d’humour et d’émotions. Cela me donne envie de me replonger dans l’univers des Bridgerton rapidement !

Le seul point négatif que j’ai pu souligner c’est le fait qu’il n’y a pas vraiment eu de surprise dans la trame narrative. En effet, on suit le conte de A à Z. Il manquait un petit brin de folie pour que ma lecture soit un véritable coup de cœur.

Les – :

  • Une trame narrative sans surprise. Il manquait un petit quelque chose pour le coup de cœur soit présent.

Les + :

  • La famille Bridgerton au grand complet ! J’adore me retrouver au cœur de cette famille très sympathique.
  • Le côté historique de la romance, en effet, j’apprécie cette pudeur et ce respect.
  • Le personnage de Sophie Beckett qui donne du baume au cœur.
  • Mes retrouvailles avec la plume de Julia Quinn que j’aime toujours autant !

155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie

Vous pouvez retrouver mes avis sur les autres tomes par ici ! 🙂

daphna10 téléchargement (3)

16

La chronique des Bridgerton – Tome 2 : Anthony – Julia Quinn

téléchargement (3)Résumé : Les Bridgerton sont stupéfaits : le vicomte Anthony veut se ranger ! Et il sait ce qu’il veut : une femme dont il ne risque pas de tomber amoureux, car l’amour est subalterne dans le couple. Edwina Sheffield est la reine de la saison, c’est donc elle qu’il épousera, et l’affaire sera réglée. Sauf que la demoiselle a une sœur dont l’influence est primordiale. Or, Kate Sheffield oppose son veto : un débauché comme Anthony n’est pas un parti convenable pour Edwina. Ce dernier est offensé. Lui, le célibataire le plus convoité de Londres, indésirable ? Pour qui donc se prend cette péronnelle, qui ne connaît rien à la vie, pour oser le critiquer ? Il va lui prouver qu’il est irrésistible !

Mon avis : Je poursuis mes lectures personnelles (il faut bien que je lise la quantité incroyable de romans que j’ai acheté !).

J’ai acheté toute la saga des Bridgerton, et lu les 4 premiers, il était temps de les chroniquer je crois ! J’ai décidé d’alterner les Services Presses et les lectures personnelles. C’est un rythme que j’apprécie beaucoup, je prends plus de plaisir ainsi et cela me fait plaisir de découvrir les petites pépites qui attendent patiemment dans mes étagères.

Nous replongeons donc dans l’univers historique de la famille des Bridgerton. Si le premier tome était sur Daphné, on se concentre ici sur Anthony, l’aîné de la fratrie. J’aime toujours autant me plonger dans cette saga, la famille est une famille très attachante. Ils sont nombreux, on a donc un panel de personnages assez incroyable. Il règne une sensation incroyable au sein des membres de la famille : bien sûr, il y a de l’amour mais tout le monde se mêle de toutes les histoires des uns et des autres et donne son avis même si on ne lui demande pas, j’adore ça. Les joutes verbales entre frères et sœurs sont assez sympathiques et cela donne un ton plutôt frais à la saga en général.

Anthony est le plus vieux, après des années de libertinage, décide de se ranger. Terminé les histoires d’un soir, lui le plus séduisant des célibataires de Londres doit se ranger, assurer la descendance avant de mourir. Il est persuadé qu’il ne vivra pas plus longtemps que son père, qui est décédé subitement d’une piqûre de guêpe à 40 ans. Il est donc hors de question de croire en l’amour, de faire souffrir une femme.

Il jette son dévolu sur Edwina Sheffield, une belle demoiselle, reine de la saison mondaine. Impossible d’aimer ce genre de filles, on part donc dans une histoire qui va les mener droit dans le mur mais on y va quand même. Cependant, les plans d’Anthony sont un peu mis à mal par la sœur d’Edwina, Kate, qui s’oppose à cette union.

Kate est une jeune femme formidable. C’est la grande sœur d’Edwina. Elle est intelligente, le nez dans les livres et n’aspire à rien de plus qu’à faire la fierté de sa famille en se mariant. Cependant, Kate est une femme, elle est une « vieille fille » aux yeux de la société.

Kate et Anthony sont donc à couteaux tirés : lui refuse de renoncer à ce qu’il veut, elle veut protéger sa sœur des mœurs trop libertines de ce goujat d’Anthony.

Julia Quinn nous embarque encore une fois dans une histoire assez sympathique, on apprécie suivre les histoires d’Anthony et la volonté de sa mère à lui ouvrir les yeux, bref, j’ai passé un très bon moment de lecture.

Ce n’est pas forcément un coup de cœur parce que le schéma habituel de la romance historique est bien présent : on n’a rien de révolutionnaire. On passe un beau moment de lecture grâce à ce panel de personnages, à cette histoire sympathique et surtout grâce à la plume de Julia Quinn que j’aime toujours autant !

Les – :

  • Rien d’original. On suit toujours le même schéma dans la romance historique.

Les + :

  • La plume de Julia Quinn ♥
  • Le panel de personnages que j’ai apprécié et les relations frères/sœurs.
  • L’univers et les décors de Londres.
  • Les débuts de chapitres avec les potins mondains.

155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie

 

Retrouvez mes chroniques de la saga de Julia Quinn juste ici

daphna10.jpg

19

Daphné et le duc – Chronique des Bridgerton T1 – J. Quinn

daphna10Bonjour,

J’ai eu l’occasion d’entamer une nouvelle saga. Celle de Julia Quinn

Quatrième de couverture : À la naissance de son fils, le duc de Hastings jubilait. Hélas, l’enfant bégaie ! Affront insupportable pour le duc, qui l’a renié sans pitié. Le jeune Simon a grandi, solitaire et assoiffé de revanche. Après de brillantes études, il a bourlingué de par le monde jusqu’à la mort de son père, et c’est désormais porteur d’un titre prestigieux qu’il rentre en Angleterre. Il est aussitôt assailli par une horde de mères prêtes à tout pour marier leurs filles. Mais Simon ne s’intéresse pas aux débutantes. Sauf peut-être à Daphné Bridgerton, qu’il a rencontrée dans des circonstances cocasses. Comme Simon, elle voudrait juste qu’on la laisse en paix. Une idée machiavélique naît alors dans l’esprit du jeune duc…

Mon avis : J’ai beaucoup apprécié! Julia Quinn devient plus qu’une valeur sure pour moi en allant rejoindre Eloisa James et Lisa Kleypas sur le banc des auteurs dont j’achèterai les livres les yeux fermés!

Une petite romance historique qui fait du bien! Pleine de fraîcheur, de romance et d’humour! Un cocktail parfait pour se détendre un peu. C’est une lecture sans prise de tête. Les plus fleurs bleues d’entre vous (je sais que vous êtes nombreuses les filles!) vont adorer aussi!

Daphné est la quatrième d’une fratrie de huit enfants. Les Bridgerton sont une famille atypique. Pleine d’enfant, ils vivent dans la joie et la bonne humeur et il est difficile pour Daphné de garder son sérieux…
Simon lui est un personnage aux antipodes. Il hait ce père qui l’a méprisé et renié. Il ne veut qu’une chose se venger. Pour cela, il deviendra tout le contraire de ce que son père voulait qu’il soit.

C’est un couple auquel on ne s’attend pas mais qui fait forcément des étincelles! J’ai adoré!

On assiste à une résistance incroyable de Simon contre ses sentiments. Il se refuse de pouvoir être heureux, marié, avec des enfants. Mais quand il rencontre Daphné, forcément c’est la débâcle! Anthony, son meilleur ami et le frère de Daphné ne voit pas cette romance d’un bon oeil et devient furieux.

Je vous avoue que j’ai bien ri! Vous savez que ce n’est pas facile de révolutionner le genre de la romance puisque … C’est une romance, on sait comment ça va se terminer. Mais ici, je n’ai pas ressenti de frustration. Et même si le but final est déjà connu, la manière dont on y arrive est renversante!

Le cadre fixé est encore une fois merveilleux, entre les châteaux, les résidences secondaires, entre ville et campagne, j’étais bien! Un cadre luxueux sans trop de prétention. J’ai beaucoup apprécié, on s’y croirait comme chez soi au final.

L’histoire en elle même est originale. Une fausse romance pour se débarrasser d’une mère trop embarrassante et d’une horde de mère et de jeunes filles à marier.

La seule chose qui m’a un peu ennuyée, c’est le manque des convenances de ce siècle… Des fois, j’ai trouvé ça limite! Mais sinon, c’était vraiment un sans faute.

La plume de Julia Quinn nécessite vraiment qu’on souligne encore son talent ? Bon Ok ! C’est merveilleux! Je plonge à chaque fois dans le 19ème siècle avec délectation quand je retrouve sa plume. L’auteure fait preuve d’imagination et d’inventivité ce qui n’est pas pour me déplaire.

Pour un premier tome, je suis ravie. Je lirai le deuxième avec plaisir et assez rapidement. Il faut juste que je le trouve pas trop cher sur Internet puisqu’il est … Introuvable! (Est ce qu’on apprécie quand ça fait ça? Pas trop non…) Mais c’est pas grave, j’ai pas peur d’un si petit obstacle.

En bref: une bonne histoire, des personnages hauts en couleur. Une histoire originale! 

Ma note : 19/20

Lu dans le cadre des challenges XIXème siècle et My secret romance

otm5 MSR3

15

Les Bevelstoke tome 2 – Mademoiselle la curieuse – Julia Quinn

97822910

Bonsoir tout le monde,

Cette lecture a été faite pour mon plus grand plaisir mais aussi dans le cadre du challenge XIXème que vous pouvez rejoindre sur Facebook 

Quatrième de couverture: Ex-soldat, sir Harry Valentine se cantonne désormais à des travaux de traduction pour le ministère de la Défense, jusqu’à ce qu’o lui confie une mission inattendue : le prince Alexei, soupçonné d’être un espion bonapartiste, courtise depuis peu lady Olivia Bevelstoke, la voisine de Harry. Il faut absolument contrecarrer cette idyle. Par pure patriotisme, Harry accepte de jouer les prétendants auprès de cette petite peste qui l’épie derrière les rideaux de sa chambre. Mais lorsqu’il se retrouve dans le rôle du rival face au fringuant Russe, il découvre tout à coup que sa jalousie est bien réelle !

Mon avis:  Deuxième tome de la saga Bevelstoke (le premier tome a été chroniqué, vous pouvez le retrouver ici.) Souvenez vous, j’avais beaucoup apprécié ce premier tome qui donnait beaucoup d’avenir et de promesses à cette saga. Le deuxième a frôlé le coup de coeur!

Nous retrouvons dans ce deuxième opus Olivia et son frère Winston. J’avais, dans le premier tome, détesté Olivia qui s’avérait être une capricieuse de première catégorie. On la retrouve ici dans un univers tout à fait différent où elle tient le premier rôle ce qui lui va comme un gant! Elle est agréable et n’a plus ce rôle de Miss je sais-tout qui ne lui allait pas.

Nous sommes propulsé au XIXème siècle mais les convenances ne sont pas forcément présentes dans ce roman. Peut-être un peu plus par la mère d’Olivia mais dans les jeunes personnages, on les retrouve décontracté et non guindés dans ces convenances qui arrivent quelques fois à étouffer un super bon roman! Nous avons donc ici une romance légère et douce qui se lit très facilement.

Olivia est une fille simple. Elle se comporte comme une fille de son âge et de son siècle. Avec son petit groupe d’amies, elle boit du thé, rigole et bavarde de tous les ragots possibles et inimaginables. C’est lorsque son mystérieux voisin apparaît que sa vie bascule, elle se permet de l’épier de sa fenêtre d’une manière maladroite à souhait. C’était prévisible. La rencontre d’Harry et d’Olivia est quelque peu comique!

Malgré le fait que l’on s’attend à l’histoire qui se trame sous nos yeux, elle est belle, pétillante et on ne s’y ennuie vraiment pas!

Les personnages sont tous variés et très bien décrit : Harry a été à la hauteur d’un personnage principal masculin! Un traducteur qui en plus parle le russe, je ne pouvais qu’adorer! J’ai un peu moins apprécié le prince Alexei même si ce personnage est remonté dans mon estime à la fin du roman. Trop stéréotypé à mon goût.
Un roman comme celui ci ne pouvait pas exister sans une touche de sarcasme qui m’a beaucoup plu! L’ironie y est manié avec brio et l’humour y est grandiose. J’ai trouvé des passages drôles et j’ai franchement ri. Julia Quinn s’est hissée au niveau de mes chères Eloisa James & Lisa Kleypas. (rare sont les auteurs avec qui je ris franchement!) Ce qui est très très appréciable!
J’adore la palette de personnages qu’on nous donne. Et j’espère vraiment pouvoir découvrir mieux le personnage de Winston qui a l’air d’être un bon gars! Donc je prie le bon dieu pour que le troisième tome lui soit dédier.

C’était aussi un réel plaisir d’avoir des nouvelles de Miranda et de son mari. Il est toujours agréable d’avoir une certaine continuité dans les tomes.

En bref : Une presque perfection. Seule chose que je déplore c’est le côté prévisible du roman. Mais sinon, je tire mon chapeau à Julia Quinn!

Ma note: 19/20

Lu dans le cadre du challenge XIXème!

9b4n

12

Les Bevelstoke Tome 1 – Les carnets secrets de Miranda – J. Quinn

lescar10

Bonsoir tout le monde,

Me revoilà avec une nouvelle chronique d’un livre que j’ai pu lire pour le Challenge XIXème siècle.

Quatrième de couverture: Après l’échec de son mariage, le vicomte Turner est bien décidé à faire une croix sur l’amour. Il y a pourtant une femme susceptible d’éveiller son intérêt, une femme qu’il ne cesse de croiser ces derniers temps… Miranda Cheever, l’amie d’enfance de sa petite soeur. Miranda, la gamine insignifiante à qui Turner a autrefois offert un journal intime, en lui promettant qu’un jour elle deviendrait jolie. Miranda, aujourd’hui des plus séduisantes….

Mon Avis: Nous avons à faire ici à une belle romance. On entre dans un très bel univers.

Les personnages sont tous différents malgré les caractères assez anachroniques compte tenu du siècle dans lequel se passe cette histoire. J’ai trouvé le caractère de la mère de famille assez détaché, compréhensif vis à vis de sa fille, Olivia qui traite les gens de rat, de bécasse et j’en passe… J’ai trouvé étrange la manière de se comporter de certains personnages, qui, je trouve, ne reflète pas le XIXème siècle (avis personnel.) Mais excepté ce léger bémol, je n’ai absolument rien à redire sur les personnages.
Tout le monde peut s’y retrouver: ils sont tous très différents : Miranda : la fille bien sous tout rapport, douce, qui ne fait rien d’inconvenant. Olivia, sa meilleure amie et soeur: rebelle qui n’a pas sa langue dans sa poche. Winston le frère qui lui est très aimable, poli. Un homme comme on les aime. Voilà ici quelques personnages et quelques traits. Mais on y trouve de tout et c’est très agréable!

J’ai beaucoup apprécié le personnage de Miranda, notre héroïne dans ce tome. D’une douceur extrême, elle ne se laisse quand même pas marcher sur les pieds. Elle apprécie les belles choses et les livres. Ravissante et agréable, elle est un personnage qui je qualifierai « d’accueillante » dans le sens où elle nous apporte beaucoup et nous installe confortablement dans l’histoire racontée. J’ai eu un peu plus de mal avec Olivia qui est un personnage qui est aux antipodes de Miranda. Elle se mêle de tout, elle est trop curieuse. Enfin bref, je n’ai pas aimé plus que ça son caractère.

Certaines répliques m’ont fait rire. Je me suis beaucoup amusée durant quelques scènes assez drôles. Je pense surtout à l’action qui se déroule dans la librairie pour hommes que Miranda veut visiter.

L’auteure nous a propulsé dans son univers dès les premières lignes. Elle a un superbe style et une écriture très fraîche. En tout cas, elle m’a donné l’envie de continuer la lecture de ses deux autres romans. C’était trop court! J’avais envie d’en savoir plus et je n’ai qu’une hâte: celle de lire la suite.

Malgré le très beau style et la magnifique écriture de Julia Quinn, on ne peut pas s’empêcher de se dire que la trame de l’histoire est un peu rabâchée!! C’est le seul défaut de la romance. On tourne un peu en rond. Mais Julia Quinn a réussi à apporter un petit quelque chose en plus aux bases de la romance. J’ai quand même eu l’impression de lire Lisa Kleypas et Eloisa James.

En bref: Une belle découverte! Malgré des bases de roman visitées plus d’une fois, on se retrouve le nez dans une belle romance avec des personnages agréables et tous très différents.

Ma note : 17/20

Lu dans le cadre du challenge XIXème siècle

6cue