20

Le syndrome du morveux – David Ruiz Martin

51g0Mlx2GTL._SX326_BO1,204,203,200_Résumé : Un forcené enlève quatre personnes. Pas de traces, pas de demande de rançon. A priori, aucun lien entre eux. A priori. Mais quand le kidnappeur, fou à lier et accro à la coke, se mue en bourreau, les langues se délient dans la douleur, froide, assassine. Dans ce huis clos infernal, les horreurs du passé se confondent bientôt avec la folie du présent. Le spectre d’une vengeance se dessine alors, tandis que tous prennent lentement conscience d’une chose : Mort ou vif, personne n’en sortira indemne…

~ Service presse ~

Mon avis : Je remercie David Ruiz Martin pour l’envoi de son roman en service presse. Encore une fois, ma mémoire de poisson rouge doublée de celle d’une linotte a encore frappé. En faisant le tour de ma bibliothèque pour essayer de ranger un peu, je suis tombée sur les romans de David. Avec un brin de nostalgie, j’ai commencé à feuilleter Que les murs nous gardent et là… PAF je tombe sur le syndrome du morveux. Epoque où je n’écrivais pas encore dans un carnet, je comptais sur ma mémoire pour me rappeler les romans que j’avais à lire… GRAVE ERREUR ! C’est donc avec une petite année de retard (purée, j’ai honte) que je vous parle du roman Le syndrome du morveux.

Un univers glauque

Pouah. Quelle tension ! J’avais envie de commencer ce roman bien que le titre évocateur et la couverture montraient clairement qu’un ou plusieurs enfants allaient être dans l’intrigue. Quand on parle de thriller et d’enfant, généralement, ça me fait fuir. J’avais tellement passé un bon moment avec les deux autres romans de David que je suis passée au-delà de mon ressenti. J’ai bien fait. David nous offre ici un univers pesant, lourd où le glauque se mélange à la violence et à la manipulation. Bref, amis fan de Thriller, vous pouvez vous lancer dans la lecture.

Les personnages

J’avoue qu’ils sont le point fort de ma lecture. Je ne suis pas forcément fan des kidnappings ainsi que des huis clos alors les personnages m’ont été d’une grande aide pour savoir apprécier ma lecture comme je le voulais.

C’est indéniable : les personnages sont très bien travaillés et les psychologies finement détaillées. On s’attache plus facilement aux quatre personnes qui sont kidnappées. On rentre plus facilement dans la tête du kidnappeur, bref, c’est assez bien maitrisé !

L’intrigue et la plume

Là où l’auteur est très intelligent, c’est dans la construction de l’intrigue. En effet, j’ai trouvé stupéfiant l’histoire qu’il nous raconte. Il m’est un peu compliqué de dissocier l’intrigue de la plume ici pour la simple et bonne raison que c’est la plume qui rend l’intrigue aussi satisfaisante à découvrir. David Ruiz Martin nous envoie directement dans un univers où la vengeance est la pièce maitresse. Au départ, on peut se demander ce qui se passe, pourquoi ces quatre personnes, qu’ont-elles en commun… Puis l’auteur nous dévoile petit à petit l’histoire, ce qui pousse le forcené à kidnapper, torturer et violenter ses victimes.

La plume est très bonne ! Franchement, j’ai retrouvé ce que j’apprécie dans l’univers de David Ruiz Martin. On se prend limite de sympathie pour le méchant dans cette histoire.

Le petit point négatif

Je suis désolée de devoir le souligner mais il y a beaucoup trop de fautes de frappe et d’orthographe dans ce texte. Autant, je sais que l’auto édition est un peu plus complexe en termes de relecture et d’investissement mais là elles sont beaucoup trop nombreuses.

Les – :

  • Une orthographe trop approximative et des fautes de frappe trop présentes.

Les + :

  • Un thriller captivant qui tient ses promesses.
  • Des personnages saisissant
  • Une plume excellente !

3

Publicités
18

Je suis un des leurs – David Ruiz Martin

60361997_2279046562141856_8699508012403916800_n.jpgRésumé : Lorsque Raúl Pontes, journaliste désabusé et mal dans sa peau, apprend l’existence d’un grand-père passé pour mort depuis trente ans, son sang ne fait qu’un tour. Qui est cet homme et pourquoi a-t-il disparu aussi longtemps ? Persuadé que ce nouveau coup est l’oeuvre de ses soeurs et de son irresponsable mère, un seul choix s’offre alors à lui : celui de pousser la porte de ce passé occulte. Horacio, ce grand-père au comportement amer lui demande alors une faveur étrange : retrouver son amour il y a plus de soixante-dix-ans, lors de la guerre civile espagnole. C’est sceptique que, finalement, Raúl accepte, ignorant que c’est un pan entier de sa propre histoire qu’il s’apprête à déterrer. Ses indices le mèneront jusque dans les rues bondées de la capitale espagnole, en plein coeur du Madrid historique et de sa ferveur perpétuelle… …mais le pousseront, aussi, bien plus loin, aux limites de l’insoutenable, où se mêlent les oeuvres d’amour et de mort d’une guerre civile injuste et fratricide. Lancé sur les traces de cet amour impossible, Raúl ignore que cette plongée fulgurante dans ce pays rongé par le souvenir ébranlera ses convictions et les fondements mêmes de sa propre existence.

~ Edit : ce roman a été publié en maison d’édition. Il sort le 15 mai 2019. Félicitations à David Martin pour cette belle aventure qu’il signe avec les éditions Nouvelle Bibliothèque. Le texte a été revu et corrigé. Bref, il n’y a plus de raison de ne pas foncer! ~ 

Mon avis : Je remercie vivement David pour l’envoi de son dernier roman. J’avais déjà pu tester la plume de David Ruiz Martin à travers son roman « Que les murs nous gardent ». J’avais bien apprécié ma découverte qui fut un presque coup de cœur. C’est donc avec envie et entrain que je me suis lancée dans cette lecture.

Ce roman est sous le signe des rencontres entre générations. On vogue entre passé et présent entre la vie de Raul et celle de son grand-père. C’est une rencontre touchante qui nous fait voyager entre les périodes : entre la Seconde Guerre mondiale et le présent dans lequel vit Raul.

Raul est un personnage que j’ai apprécié malgré sa singularité : c’est un personnage très attachant. En effet, on se retrouve face à un homme perdu, désabusé. Il donne l’impression d’avoir perdu le fil de sa vie. Il erre dans sa vie comme une âme en peine. J’ai tout de suite eu l’envie de le prendre sous mon aile.

On fait la rencontre du grand père de Raul en même temps que lui. En effet, il vient d’apprendre son existence. C’est vraiment une belle idée. En plus d’avoir une quête identitaire dans ce roman, on se retrouve face à une famille qui est sur le bord de l’explosion : secrets de famille en tout genre et animosité sont présents dans ce roman. J’ai beaucoup apprécié ce mélange.

Si j’avais apprécié la plume de David Ruiz Martin dans le premier roman que j’ai u de lui, ici, j’ai fondu pour elle. David a mis la barre très haute : en effet, c’est plein de subtilité, de douceur, de beauté. Quelle belle évolution ! Je suis sous le charme de cette plume très réaliste qui nous plonge dans une Espagne blessée, ravagée, on s’y croirait.

En effet, on plonge dans le passé de l’Espagne. On a plutôt tendance à oublier le passé des pays dans lesquels on ne vit pas. Ici, on se prend une grosse claque : on vit la désolation, les malheurs, la dureté de ces moments difficiles vécus aux différentes périodes de l’histoire.

Franchement, ce roman est un coup de cœur pour moi. Il est différent. C’est un coup de cœur différent : un qui fait mal mais qui fait du bien en même temps. C’est assez surprenant et prenant comme lecture. La plume de David vient sublimer tout cela. C’est un roman qui vous ravage la tête et le cœur.

Les – :

  • Aucun point négatif pour moi : coup de cœur total !

Les + :

  • Le voyage entre le passé et le présent.
  • Le personnage de Raul.
  • Le mélange entre les secrets de famille et la crise identitaire que traverse notre personnage principal.
  • La merveilleuse plume de David Ruiz Martin.

5

20

Que les murs nous gardent – David Ruiz Martin

téléchargement.jpgRésumé : Georges Larsen, Homme d’affaires richissime, acquiert un manoir vieux et y invite des amis ainsi que leurs enfants pour les vacances. Loin d’écouter les ordres du propriétaire, c’est durant une balade nocturne entre ses murs que les trois ados vont mettre la main sur une photo d’un autre âge mais bien familière. Mais leur curiosité va éveiller une chose tapie dans les abysses du manoir… Jusqu’où iriez-vous pour protéger un secret vieux de plusieurs vies ? Quels sacrifices seriez-vous prêts à commettre pour protéger les vôtres ? C’est l’histoire d’un manoir bâti cinq siècles auparavant. C’est l’histoire qu’on à raconter ses murs. Ce sont autant de vies, de naissances et de joies, mais aussi de mensonges, de peines et de drames. Et d’un amour entre deux sœurs… Mais plus que tout, c’est l’histoire d’une famille détruite par la honte.

Mon avis : Je remercie chaudement David Ruis Martin pour l’envoi de ce roman en Service Presse. Je remercie aussi David pour son accessibilité, sa gentillesse sans faille et sa patience.

Voilà un roman que j’ai adoré ! Il a frôlé le coup de cœur mais c’est vraiment pour une petite chose qui ne me correspond pas (dans aucun des romans que j’ai lus, pas spécifique à celui-ci).

On fait la rencontre d’énormément de personnages. Il me serait difficile de tous vous les citer mais je vais essayer de parler des principaux.

On a des amis qui se retrouve une ou deux fois l’année. Ici, on se retrouve dans le nouveau manoir de la famille Larsen qui a invité ses amis pour fêter l’achat de ce colossal bâtiment. On suit principalement les enfants : Emma, Mikaele et Samu dans cette histoire mais par association, on suit aussi les histoires de leurs parents qui s’imbriquent à merveille dans cette intrigue hors norme !

J’ai adoré me balader dans cette maison qui fout la frousse ! Honnêtement, j’ai été happé par cette histoire. Les personnages, l’ambiance, l’intrigue tout m’a plu ! J’ai beaucoup apprécié les tensions entre les personnages souvent entre les parents et les enfants mais aussi entre les parents. C’est vraiment exaltant.

On en apprend plus sur l’histoire de la maison, des anciens occupants. Et mon Dieu, qu’est-ce que j’ai adoré ces moments dans le roman ! J’ai trouvé très habile la manière dont l’auteur parvient à nous faire un merveilleux va-et-vient entre le présent et le passé. J’ai vraiment trouvé ces moments justifiés et l’histoire cohérente.

Je suis vraiment heureuse de pouvoir vous parler de ce roman qui selon moi est à mettre dans toutes les mains des fans de fantastiques, des personnes qui adorent les vieilles maisons qui ont des histoires de fantômes et des cadavres dans les placards. C’est excellent !

Je trouve que la plume de l’auteur est grandiose. Elle nous permet de nous propulser dans un univers fantastique. C’est vraiment très sympathique comme lecture, elle vous happe, vous voulez savoir comment cela se termine.

Je ne peux donc que vous poussez à lire ce roman. Bien entendu, il s’agit d’un roman pour adultes. Enfin, je pense qu’un adolescent peut le lire mais on y parle de cadavres, de fantômes et il y a peut-être des scènes qui peuvent choquer certains d’entre nous.

Le seul petit hic que j’ai pu trouver ce sont les punch lines en fin de chapitre. Je ne suis pas très fan des phrases qui annoncent ce qui va se passer, je trouve que ça casse un peu le charme dans tous les romans. Mais sinon, c’est vraiment un roman génial !

J’ai hâte de me lancer dans l’autre roman du même auteur… Ballon presque-coup-de-cœur 5419cfe8b246b663814ee509ccc31c6a--big-hearts-queen-of-hearts

Ma note : 19/20