14

Et si on oubliait l’avenir …? de Virginie Sarah Lou

CVT_Et-si-on-oubliait-lavenir-_5610.jpgRésumé : Je m’appelle Fabienne. Mon travail est simple : il est de mentir à tous les individus qui me sollicitent pour faire des choix à leur place. Ils cherchent, à travers moi, des réponses qu’ils n’osent trouver seuls. A bien y réfléchir, je suis presque «psy», sauf que sur ma plaque d’entrée, il est inscrit « Médium ». Et autant dire que mes qualités de médium sont proches de celles pour remplir mes feuilles d’impôts, c’est à dire quasi nulles. D’ailleurs, cela fait bien rire ma meilleure amie, Rose. Rien que pour ça, je dois m’accrocher et lui prouver que je peux y arriver. D’autant plus que mes nombreuses clientes me demandent des choses de plus en plus complexes… Aïe ! Mes mensonges doivent donc tenir la route si je ne veux pas être démasquée. Ça, plus mon père qui refait sa vie, mon célibat assumé, mes espoirs de maternité en solo qui s’éloignent et ma culpabilité légendaire qui refait surface : j’avoue ne plus trop savoir où j’en suis… Heureusement, Monique, Jacqueline et grand-mère Huguette – une sacrée brochette – sont toujours présentes pour m’aider à affronter mes propres contradictions

~ Service presse ~

Mon avis : Je remercie Virginie Sarah Lou pour l’envoi de ce roman. J’avoue que j’ai pris mon temps pour le découvrir. Ayant eu une avalanche de service presse cet été, je me suis un peu noyée et j’ai préféré faire une pause dans mes découvertes de peur de subit une énième panne de lecture.

~ Madame Irma s’appelle Fabienne ~

Virginie nous présente une nouvelle fois un roman feel-good. Un roman qui fait du bien ! C’est clair, net et précis, on sourit, on lit un roman qui fait du bien au moral !

Fabienne est une femme qui pense que sa vie est une escroquerie. Fabienne est médium depuis quelques années. Elle n’a d’un médium que l’appellation : elle ne voit rien, n’entend rien, ne voit pas de fantômes et ne sait pas lire dans les cartes ou dans les feuilles de thé. Oubliez ce que vous pensez des médiums, voyants et autres métiers de ce genre. Ici, on est dans le médium 2.0 : on fait semblant et on improvise au mieux !

Comment improviser ? Rien de plus simple, être à l’écoute de ses clients et savoir les réconforter au mieux. Fabienne la voyante est plutôt une coach de vie qui n’arrive pas à mettre en pratique pour elle-même les conseils si sagement appliqués et appréciés par ses clients.

Fabienne est un personnage très touchant. On sent en elle la fragilité des personnes qui manquent de confiance en elles. C’est beau. Elle est une femme fragile et blessée par la vie. C’est aussi une femme qui ne manque pas de piquant et d’humour mais certains événements de sa vie n’arrivent pas à être oubliés.

« Revenir dans la maison me rendit nostalgique. L’odeur familière emplie mes narines et fit naître des souvenirs dans ma tête : un repas en famille, les départs pour l’école, planter un arbre, courir après maman, tirer la queue de « Miaou le gros », notre premier chat obèse qu’on aimait tant, les siestes au soleil, les nuits des étoiles sans étoile… Tant de jolies choses que nous avions partagées ici et ensemble. Tout cela n’était pas mort. Non. Tout cela était bien vivant, en moi, en nous. Il suffisait de ne rien oublier. »

~ Les personnages ~

Si Fabienne tient une place importante dans l’intrigue, Virginie Sarah Lou nous propose un panel de personnages secondaires haut en couleur ! On fait la rencontre de son père, de Rose sa meilleure amie, de Monique et Jacqueline, ses clientes, il y en a pour tous les goûts ! Entre conflits conjugaux et mauvais tours de la vie, Fabienne en voit vraiment de toutes les couleurs. Ainsi, l’auteure en profite pour nous glisser un petit adage qui marquera son roman « C’est la vie ! ».

Les personnages sont tous assez drôles indépendamment ou non de leurs volontés. J’ai adoré Rose qui m’a bien fait rire avec son mari et ses enfants. C’est une fille qui ne manque pas d’humour et le tandem Rose/Fabienne fonctionne très bien ! Ces filles-là sont les meilleures amies du monde et ça se sent : elles se disent tout, il n’y a pas de pudeur et cela fait du bien à lire ! On a tous besoin d’une personne avec qui on ne prend pas de gants. Rose est la personne de Fabienne et inversement.

Le père de Fabienne est très touchant. Je l’ai trouvé à la fois drôle et plein de sensibilité. La pudeur est une chose qui vient gâcher un peu la relation que Fabienne a avec son père, ils arrivent à s’exposer un peu plus l’un à l’autre et la peur de faire mal s’évanouit peu à peu. C’est une très jolie relation qui éclot sous nos yeux.

~ C’est la vie ! ~

L’auteure nous prouve, avec brio, que la vie n’est pas toujours drôle. Elle prend des tournants inattendus. On rit, on pleure, on vit, on meurt. Toute la palette d’émotions y passe. On a le droit de craquer, de ne pas se sentir bien : l’important c’est d’avoir la volonté de remonter la pente et de trouver une situation pour ne pas se complaire dans une situation qui peut rapidement nous dépasser.

L’importance dans la vie ? L’amour, la vie, l’amitié. Il faut savoir écouter les gens : nous avons tous quelque chose de bon au fond du cœur et il faut l’exploiter (Ok, peut-être pas touuuuut le monde mais une bonne partie des gens sur terre !). Il faut savoir demander de l’aide, savoir baisser la garde et pardonner. Ce n’est pas facile, mais il faut le faire.

Fabienne est la personnification de tous ces doutes et ces incertitudes. Le manque de confiance en soi est quelque chose de tragique : cela handicape une bonne partie de la vie.

Ce roman est une bouffée d’air pur. On se sent bien après avoir terminé cette lecture. On quitte la plume et les personnages à regret.

~ La plume de Virginie Sarah Lou ~

Voilà donc le deuxième roman que je lis de l’auteure et celui-ci vient confirmer ce que je pensais déjà : Virginie est une auteure qu’il faut suivre ! On est transporté et bouleversé par les émotions et les sourires qui se cachent dans toutes les pages et mots de ce roman. C’est vraiment une lecture qu’il faut mettre entre les personnes qui n’ont pas l’envie, qui n’ont plus l’envie. On voit la vie différemment. Finalement… Fabienne serait-elle un vrai médium ? En tout cas, moi, je vous prédis une lecture formidable qui plaira à beaucoup de monde. Bravo à Virginie pour ce roman haut en couleurs !

« Je t’aime maman. Même si tu me manques et que la vie a son lot d’épreuves et d’embuches, tu avais raison, elle est belle… »

3 bonnes raisons de lire ce roman :

  • Un médium qui a besoin d’aide
  • Une plume toujours aussi belle
  • Une bouffée d’air pur qui fait du bien

4

18

Et demain l’éternité… – le café des âmes perdues de Virginie Sarah Lou

CVT_Et-demain-leternite_8558.jpgRésumé : Juliette va avoir 30 ans. C’est le moment de faire un point sur sa vie. Elle nous replonge avec elle 8 ans en arrière, lorsque tout a basculé suite à la découverte d’un simple objet. Elle si cartésienne, se retrouve alors confrontée à des événements surréalistes. Tout s’enchaîne très vite. Elle découvre qu’avant Juliette, elle existait en tant qu’HERI, un archange très prometteur, mais au tempérament peu adéquat pour les Cieux. Quelle faute a-t-elle bien pu commettre pour que sa vie angélique chavire et qu’il soit décidé de la renvoyer sur Terre ? Sa mémoire revient au fur et à mesure grâce aux acolytes qui l’accompagnent dans cette aventure irrationnelle, dont le Créateur, à bout de souffle et proche d’une retraite bien méritée… Elle découvre les voyages astraux et se retrouve ballottée entre 2 vies / 2 mondes : le passé va rattraper le présent et tout bouleverser. Une vie humaine facile, bien rangée, et une vie angélique faite de rébellion et de passion. Sa vie terrestre – l’ultime – est une épreuve de rédemption. Juliette va devoir affronter ses propres démons pour entrevoir qui se cache réellement derrière son âme…

~ Service presse ~

Mon avis : Je remercie Virginie Sarah Lou ainsi que les éditions Nouvelle Bibliothèque pour ce nouveau voyage au cœur de l’inconnu. Je fus ravie lorsque l’auteure m’a demandé si je voulais bien lire son roman, au-delà de l’honneur que cela m’apporte, c’est aussi un énorme plaisir de découvrir des romans si chargés en émotions que celui-ci.

Un feel-good très profond

Je suis scotchée, genre un peu boudé par son aspect surfait et superficiel, Virginie Sarah Lou nous propose ici un feel good qui fait un pied de nez à toutes ces critiques : on a de la profondeur, des questionnements, des choses à dire ! Rien que pour cela, ce roman mérite d’être lu.

L’intrigue

Je vous invite à lire le résumé. Ainsi, rapidement, vous vous rendrez compte que l’on est dans un monde fantastique : Juliette est une jeune femme de trente ans. Elle a une vie banale mais qu’elle adore : entre famille, études et amis, Juliette s’épanouit. Jusqu’au jour où elle apprend l’impensable : Juliette n’est pas une humaine normale. C’est un ancien archange qui a été balancée sur terre sans mémoire pour avoir osé braver le Créateur. Des cieux à la terre, il n’y a qu’une erreur…

On a donc une intrigue en deux temps : celle sur Juliette dans « le monde humain » ainsi que l’intrigue sur HERI dans l’autre monde. Ainsi, on fait le parallèle entre la vie terrestre et la vie céleste de Juliette/Héri.

Je vais peut-être en choquer certains parce que j’ai pour habitude d’adorer les personnages que je fréquente mais rapidement, Juliette m’a ennuyée. J’avoue que l’histoire m’a particulièrement plu, mais l’incarnation du personnage de Juliette, beaucoup moins. En effet, j’ai trouvé Juliette ennuyante avec ses longs monologues et ses pensées… Si les autres personnages m’ont beaucoup plu, j’avoue que Héri m’a beaucoup plus plu que Juliette. Cependant, j’approuve son évolution ! Si au départ, ses réflexions un peu enfantines m’ont fait lever les yeux au ciel (aux cieux ici plutôt ahah), Juliette/Héri est un personnage qui évolue bien et vite. Nous pouvons donc dire que j’ai su me réconcilier avec ce personnage dans les derniers chapitres.

Les thématiques abordées

Ohlala ! Il y a tellement à dire que j’ai peur d’oublier certains détails. J’ai trouvé cette histoire merveilleuse dans les questions que l’on se pose à travers le personnage de Juliette sont excellentes.

Avec une intrigue en deux temps, Juliette et le lecteur se rendent rapidement compte que si Héri a été déchue par le créateur, c’est qu’il y a une raison et une sacrée raison ! Ainsi commence le questionnement phénoménal de Juliette. Comment peut-on faire pour vivre avec ce poids sur la conscience ? Comment Héri a-t-elle pu en arriver là ? Peut-on parler de pardon quand la faute commise et si grande ?

Ici, je parle de créateur et d’anges mais on ne touche pas à la religion dans la manière dont l’auteure traite du sujet. On est plus sur une interrogation sur le monde dans lequel on vit. En effet, peut-on parler de rédemption ? De pardon ? On suit le cheminement de Juliette sur ces questions.

Je vous invite à regarder cette magnifique couverture qui vient illustrer les propos de l’auteure. On peut déjà remarquer le jeu d’ombre et de lumière : de la vie et de l’erreur, du changement et du pardon. Bref, ce jeu d’ombre peut vraiment être interprété de différentes manières. La position du personnage semble marquer le fait qu’elle veuille se relever. Entourée d’un halo, elle semble retrouver la lumière pour dégager l’ombre de sa vie. Ces ailes, hautement tendues, marquent le fait d’un renouveau, d’une volonté certaine à relever la tête qui est encore baissée.

La plume de Virginie Sarah Lou

Au-delà d’une simple histoire d’ange déchu, Virginie Sarah Lou soulève vraiment des questionnements incroyables. Mis à part la vie de Juliette, voici des interrogations qui peuvent être connues de toutes et tous. Qui n’a jamais fait d’erreur ? Qui n’a jamais pleuré de honte de son comportement ? Qui n’a jamais voulu demander pardon ? Se poser la question « mais comment j’en suis arrivée là ? » est une question internationale qui touche tout le monde.

La plume de Virginie Sarah Lou marque un tournant, pour moi, dans le feel good. Si j’en ai déjà lu d’excellents, ici, le niveau grimpe. On est vraiment dans des interrogations surprenantes qui m’ont permis, pendant ma lecture, de faire ma propre introspection sur certains pans de ma vie et d’apprendre à accepter l’erreur, la trahison pour laisser la lumière entrer.

Bravo à Virginie pour ces mots justes et sensés.

Les – :

  • Le personnage de Juliette et ses monologues trop longs pour moi.

Les + :

  • Les interrogations qui nous suivent tout au long de notre lecture.
  • Cette sublime couverture chargée de sens.
  • La plume de Virginie qui nous propose un feel-good hors du commun

4