6

Is Tarlah de Gaya Tameron

couv2087268Résumé : Rien ne va plus dans la vie de Benjamin. Après avoir rencontré Cathy, une femme exceptionnelle, pendant ses vacances à Lacanau, il est obligé de la quitter pour retrouver une vie qu’il déteste, dans la grisaille de Paris. Cathy a dû renoncer à Benjamin. Leurs univers semblent incompatibles. Et pour cause, il vit sur la terre et elle vit sous l’eau. Mais quand une marée noire déferle sur les côtes de l’Atlantique, Cathy n’a pas le choix : pour sauver son peuple, les Sirénéens, elle a besoin d’une aide extérieure. Et elle se tourne vers Benjamin. Ensemble, ils vont unir la terre et la mer pour mener le plus dur des combats : celui de la survie de leurs espèces et de l’amour. Et si la solution n’était pas là où on l’attendait ? Une histoire haletante entre survie de l’espèce, amour, magie et suspense.

~ Service presse ~

Je remercie chaleureusement les éditions Alter Real pour l’envoi de ce roman. Is Tarlah m’a convaincue avec cette merveilleuse couverture mais aussi par le résumé prometteur. J’adore tout ce qui va toucher aux créatures aquatiques.

Malheureusement, cette lecture ne m’a pas convaincue. Cela arrive de temps en temps et je ne m’attarderais pas forcément très longtemps. Cela ne sert à rien de remuer le couteau dans la plaie. Mais je vous dois quelques explications.

Tout va beaucoup trop vite dans ce roman. Il est déjà court, on se retrouve donc avec peu de pages mais surtout beaucoup trop de choses. On fait la rencontre de Cathy et de Benjamin. L’un vit sur terre, l’autre sur dans la mer. Leur histoire d’amour semble impossible mais on finit toujours par trouver un moyen. Cela n’est pas encore le problème majeur du roman. Une romance impossible peut être chouette. Ici, le souci c’est que tout va beaucoup trop vite. En quelques pages, Cathy et Benjamin sont fous amoureux. Les personnages sont très sympathiques mais cela n’ira pas plus loin pour moi.

J’ai trouvé les personnages un peu trop « gentils ». Je ne sais pas trop comment expliquer le pourquoi du comment mais ce roman pourrait cartonner chez les plus jeunes si on enlevait les scènes érotiques. J’ai vraiment l’impression qu’il manque un petit quelque chose pour que la magie opère.

En revanche, j’ai beaucoup apprécié l’univers et les descriptions de ce roman. L’auteure est très douée. Je ne lui retirerai jamais cela. J’ai déjà rencontré sa plume et j’adore la plume de Gaya Tameron. C’est juste que, pour le coup, je m’attendais à autre chose. Les thématiques sont chouettes : l’écologie, l’amour, les différences. Je trouve ça vraiment très sympathique, c’est seulement une affaire de goûts je pense. J’ai besoin d’avoir un cadre posé clairement dans mes lectures. J’ai trouvé des Sirénéens m’a plu mais je n’ai pas eu assez de détails. Quand on construit un monde comme celui-ci, j’ai besoin d’avoir les traditions, les personnages, une immersion dans un peuple que je ne connais pas. Je n’ai pas eu ça ici et je pense que c’est cela qui m’a perdue.

Comme je le dis, je ne retire vraiment pas à l’auteure le fait qu’elle a une belle plume. J’ai juste eu un souci avec cette construction et cette intrigue. On a l’impression de lire un conte de fées des temps modernes avec une très belle morale écologique en fond d’intrigue.

Je n’ai pas pour habitude de faire une chronique rapide mais ici, je n’ai pas grand-chose à dire. Je pense que le roman pourra plaire aux plus jeunes mais en enlevant les scènes érotiques. J’ai apprécié les descriptions et la volonté de créer un peuple. J’ai aussi apprécié la morale écologique et le traitement de cette question tout au long du roman. Cependant, la romance est trop rapide, elle est trop vite mise en place et les personnages ne m’ont pas plus plu que cela. J’ai manqué de détails sur les Sirénéens. Malgré une plume formidable, je pense que ce roman n’était simplement pas fait pour moi. Ce sont des choses qui arrivent.

3

23

La guerre des génies de Gaya Tameron

41a08u9nkcl._sy346_Résumé : Giberardy et Lorissa, deux génies que tout oppose, se retrouvent une fois de plus face à face : qui du cœur ou de la raison gagnera le droit d’inspirer la vie du petit garçon Lao, qui voudrait écrire des histoires ?

Mon avis : Je remercie les éditions Alter Real qui m’ont encore permis de découvrir une histoire charmante. Je plonge de nouveau dans l’univers de Gaya Tameron que j’avais déjà eu la chance de croiser dans une autre nouvelle très poétique et mignonne. Ici, on est un peu dans le même schéma mais avec une histoire très différente.

Un univers que l’on n’a pas l’habitude de rencontrer.

En effet, lorsque j’ai demandé ce service presse à l’éditrice, j’ai tout de suite été attirée par l’univers proposé : les génies ? Une guerre ? What else ! On fonce tout de suite. J’ai pris plaisir à découvrir Giberardy et Lorissa qui sont deux génies que tout oppose : si l’un insuffle de l’imagination et de la fantaisie dans les rêves des enfants, l’autre veut de la rationalité et une tête bien mise en place sur les épaules des jolies petites têtes blondes. J’ai apprécié ce conflit original.

J’ai lu une nouvelle… Si on parlait du format ?

J’aime bien me lancer des défis. Celui de la lecture et de la découverte d’un format que je n’apprécie pas particulièrement en fait partie. Le format « nouvelle » est un format délicat pour moi mais j’avoue que Gaya Tameron m’a permis de comprendre pourquoi ce format peut être sympathique et surtout de savoir faire le bon choix entre une nouvelle et un roman. Je pense qu’ici, le format utilisé est justifié. Je pense que cela aurait tiré en longueur si la guerre des génies aurait été un roman. Cependant, je suis curieuse de découvrir le talent de Gaya dans un format plus long. Son talent est indéniable.

Une morale assez sympathique à découvrir.

Giberardy et Lorissa sont deux personnages qui dégagent des valeurs très différentes. Je pense que je me suis reconnue entre ces deux valeurs : l’imagination, la folie et la rationalité, l’assiduité et le travail. C’est un combat épique qui nous attend. Mais ce dernier nous permet aussi de nous interroger sur l’équilibre que l’homme doit avoir dans sa vie. Je pense qu’il faut avoir un peu de ces valeurs pour être complet, bien dans sa vie.

La plume de l’auteure.

Je suis ravie, comme je vous l’ai dit ci-dessus, de retrouver la plume de Gaya Tameron que j’avais déjà rencontré en lisant l’apprenti oiseau (petite histoire sur un ours qui veut apprendre à voler, adorable, je vous conseille de jeter un œil à mon avis et d’acheter cette nouvelle). Gaya a de l’or entre les mains, c’est indéniable. J’aime beaucoup le fait qu’il y ait toujours une petite morale à la fin de l’histoire. Ainsi, la nouvelle peut être abordée par un public plus large et être appréhendé de manière différente : il peut y avoir plusieurs niveaux de lecture. C’est vraiment très sympathique. La plume de Gaya est belle, poétique et dynamique. Il n’y a pas de longueur, c’est très agréable.

Les – :

  • Même s’il est justifié, le format « nouvelle » me résiste encore.

Les + :

  • L’univers proposé et l’originalité des personnages.
  • Des valeurs importantes diffusées à un large public.
  • Plusieurs niveaux de lecture possibles.
  • Une plume que j’aime beaucoup.
  • Une histoire moralisatrice.

155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie

Retrouvez mon avis sur l’autre nouvelle de l’auteure

51-Kbvy75qL

22

L’apprenti oiseau – Gaya Tameron

51-Kbvy75qLRésumé : Inspiré par ses lectures, Nook rêve d’aventure et d’ailleurs. Sa petite île, isolée du reste du monde, lui paraît trop étroite et limitée. Prêt à tout pour la quitter, il fera preuve d’inventivité et de ténacité pour y parvenir. Cela sera-t-il suffisant ?

Mon avis : Je remercie les éditions Alter Real pour l’envoi de ce service presse assez surprenant au final. Je remercie l’équipe pour leur présence et leur gentillesse. Il est rare de voir une équipe aussi sympathique !

J’ai donc pu lire l’apprenti oiseau. C’est une nouvelle, un conte contemporain qui nous propose une belle histoire.

On fait la rencontre de Nook, un jeune ours qui rêve d’aventure. Marginal, il est rejeté par la plupart des ours de son clan qui ne veulent pas comprendre le rêve de Nook : partir d’ici pour voir ce que l’on peut trouver, voir et vivre ailleurs. La tribu est bien où elle est et ne veut pas forcément changer. Outre la divergence d’opinion entre Nook et la tribu, on sent qu’une barrière s’érige entre lui et sa tribu. Poussé par quelques membres ours du groupe, il fait tout ce qu’il peut pour vivre ses rêves et entreprendre la grande aventure de sa vie.

Je vous avoue que c’est la première fois que je suis les aventures d’un ours. J’ai trouvé ça assez original. Ça s’est plutôt bien passé dans le sens où on a un bel anthropomorphisme ici (pour faire simple, on parle d’anthropomorphisme lorsque l’on donne des traits humains à des animaux, dieux, objets ou même idées. On en parle souvent au XVIIème siècle avec les fables de la Fontaine). On ne sent pas forcément énormément le côté animal dans ce conte. Bien entendu, on a des rappels, des petits indices, des réflexions qui montrent que c’est un conte animalier mais rien de plus, cela ne m’a pas gêné du tout.

J’ai beaucoup voyagé dans ce conte, déjà, on est dans une civilisation autre que la nôtre,téléchargement on est plus proche de la civilisation indienne qu’européenne. Il y a beaucoup de sagesse, de douceur et de poésie dans les mots choisis par l’auteur. On sent vraiment une notion de sagesse intense tout au long du roman. La morale est belle. Bref, on se sent bien à la fin de la lecture de cette nouvelle.

Je ne connaissais pas la plume de Gaya Tameron mais je suis agréablement surprise. Elle m’a été utile pour compenser le fait que ce soit une nouvelle, j’aurais apprécié un peu plus de détails (mais cela reste un avis personnel, je savais pertinemment qu’il n’était pas long.)

Les rêves de Nook nous donnent envie de sourire. C’est plein d’espoir que je suis ressortie de cette lecture. Je ne pensais pas apprécier autant cette nouvelle. Je m’attendais à quelque chose de différent. Bref, c’est une belle surprise.

Si vous êtes un rêveur, un lecteur qui apprécie les nouvelles différentes de ce que l’on peut trouver, je ne peux que vous conseiller ce beau voyage entre ciel, terre et mer.

Les – :

  • Le format « nouvelle », j’aurais aimé en savoir plus sur la vie de Nook au sein de la tribu.

Les + :

  • La couverture que j’ai beaucoup appréciée.
  • La plume de l’auteure qui est une belle découverte.
  • Le personnage de Nook et son côté rêveur.
  • La fin que j’ai trouvé mignonne à souhait.

Ma note :155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie