17

Mon ombre assassine – Estelle Tharreau

CVT_Mon-ombre-assassine_1588.jpgRésumé : En attendant son jugement, du fond de sa cellule, Nadège Solignac, une institutrice aimée et estimée, livre sa confession. Celle d’une enfant ignorée, seule avec ses peurs. Celle d’une femme manipulatrice et cynique. Celle d’une tueuse en série froide et méthodique. Un être polymorphe.
Un visage que vous croisez chaque jour sans le voir. Une ombre. Une ombre assassine.

Mon avis : Je remercie une nouvelle fois les éditions Taurnada ainsi que Joël pour l’envoi de ce nouveau roman en service presse. J’avais découvert Estelle Tharreau avec son roman de la terre dans la bouche. J’avais trouvé ce roman fortement intéressant et la plume de l’auteure m’avait marqué. Il était donc naturel pour moi d’accepter ce partenariat.

Un personnage principal dérangeant…

On fait la rencontre de Nadège Solignac. Une jeune femme qui attend son procès. Derrière son joli visage, son attention envers les enfants et son travail d’institutrice se cache une personnalité dérangeante. On a une tueuse en série devant nous, qui nous dévoile tous ses secrets au fil des pages…

Une construction très intelligente.

J’ai trouvé la construction de ce roman très bien faite. En effet, on alterne entre les moments du présent et du passé. On a des flash backs qui nous expliquent comment Nadège a pu en arriver là. Sa famille, son enfance, sa jeunesse, tout y passe. Plus on avance dans la lecture, plus un sentiment de malaise s’empare de nous. C’est assez compliqué à lire tant cela m’a dérangé.

J’ai apprécié les coupures de journaux qui rendent l’affaire plus réelle, on y croit sans aucun problème.

La narration est aussi intelligemment choisie. En effet, on se retrouve avec une narration interne à la première personne du singulier. Avec ce « je » qui prend la parole, on se retrouve dans une position ultra tendue. Cela fait monter la tension d’un cran.  La narratrice nous avoue, sans aucune crainte ni appréhension, ses plus tendres souvenirs de tueuse en série.

Des sentiments mitigées envers Nadège Solignac.

Purée mais c’est dingue ! Je ne sais pas comment cela est possible mais j’ai eu mal au cœur pour elle. Quand on découvre son enfance dans cette Provence qui craint avec son soleil aride, sa poussière et ses températures trop chaudes, on a vraiment l’impression que c’est toute une vie d’angoisse et de rancœur qui fait qu’elle est devenue ainsi.

C’est glaçant de réalisme. On se sent tellement mal à l’aise.

On se retrouve dans un roman captivant par la psychologie mise en avant dans ce roman. C’est vraiment saisissant et criant de vérité.

La plume d’Estelle Tharreau.

C’est encore une fois un roman saisissant que l’auteure signe. C’est ma deuxième expérience de lecture en compagnie de la plume de l’auteure et j’avoue que cela me ravit malgré le contenu de l’intrigue, j’ai apprécié ma découverte tant elle me conforte dans ce que je pensais de la plume d’Estelle Tharreau.

Les – :

  • Un sentiment de malaise qui m’a un peu trop pesé tout au long du roman.

Les + :

  • Une plume magnifique !
  • Un personnage principal très intéressant.
  • Cette capacité que l’auteur a à m’avoir fait éprouver de la compassion pour ce personnage principal.

155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie155801df381f3fd - Copie

20

De la terre dans la bouche – Estelle Tharreau

51nCkZQ8qnL._SX195_.jpgRésumé : Les vieux de Mont-Éloi savent pourquoi ils s’aiment ou se détestent, même si les autres l’ignorent. La seule histoire à laquelle il faut croire est celle qu’ils ont écrite au musée de la Chênaie. Elsa refusera cette vérité lorsque sa grand-mère lui lèguera une maison perdue dans la forêt, à deux pas d’un village martyr. Guerre. Occupation. Épuration. Quarante années ne seront jamais suffisantes pour oublier et chasser les fantômes du passé !

Mon avis : Je suis ravie de retrouver ce roman dans le cadre du Prix des Auteurs Inconnus. Ce roman fait partie de la catégorie « littérature noire ». 

Je remercie Joël ainsi que les éditions Taurnada pour l’envoi de ce nouveau service presse. En effet, grâce à cette maison d’édition, j’ai déjà pu découvrir la plume de Jean Marc Dhainaut. Ici, j’ai découvert le talent incontestable d’Estelle Tharreau qui nous propose le roman De la terre dans la bouche.

On y fait la rencontre d’Elsa, une jeune femme très sympathique qui m’a tout de suite beaucoup plu. Elle est très intelligente. Elle est belle et j’ai vraiment adoré vivre l’histoire avec elle. Elle doit faire face au décès de sa grand-mère avec qui elle avait une relation magnifique. C’est un dur moment pour elle. Après avoir dû trier, ranger et s’occuper des affaires de sa grand-mère, elle apprend qu’elle est propriétaire d’une petite maison.

Elsa est accompagnée de Fred, un personnage assez ronchon et bourru. Malheureusement, je n’ai pas su m’identifier à ce personnage un peu trop direct pour moi. Il est un peu trop grognon mais je trouve que le personnage d’Elsa a su rééquilibrer l’équipe qu’ils forment.

La Braconne est une maison près du village de Mont-Eloi. En arrivant dans la maison dont elle a hérité, Elsa ressasse le passé sans le vouloir. Le village de Mont-Eloi est un village martyr qui a vécu la Seconde Guerre Mondiale, l’occupation et les horreurs de la guerre.

On est propulsé dans une ambiance de dingue du début à la fin de l’histoire. On passe un excellent moment sous tension. On veut absolument savoir la fin de l’histoire très rapidement. J’ai mis le nez dans ma lecture hier matin, je l’ai terminée hier après-midi. J’ai été prise dans le tourbillon de la vie d’Elsa et j’ai vécu l’histoire avec elle, découvert la maison de sa grand-mère mais aussi les secrets du passé.

En remuant le passé, Elsa se met des villageois à dos. De lourds secrets sont déterrés, les tentatives d’intimidation pleuvent sur Elsa mais elle reste courageuse et veut comprendre quoi qu’il arrive.

On a beaucoup de personnages dans ce roman en plus d’Elsa et de Fred, on fait aussi la connaissance de Franck, qui est l’épicier du village. Il ajoute une petite dose d’humour au roman, ce qui est appréciable pour nous couper un peu de cette ambiance tendue! Humour décalé, gras, il apporte quelque chose de sympathique au roman.

L’intelligence de ce roman et de la plume d’Estelle Tharreau réside dans le fait de faire quelque chose de ce secret. En effet, de nombreux romans touchent à des périodes historiques encore récentes et pourtant souvent oubliées. Ici, on parle de la Seconde Guerre Mondiale. En plus d’en parler, de parler des héros de guerre et des horreurs de cette dernière, l’auteure rend la recherche de vérité d’Elsa dynamique, haletante et tellement pertinente.

La plume de l’auteure est exceptionnelle. Le style est bon, l’ambiance est géniale. C’est vraiment un roman que je vous conseille, il se lit rapidement et nous permet d’avoir une lecture qui sort des sentiers battus.

Les + :

  • Un personnage féminin principal fort.
  • Une intrigue qui dépoussière les secrets de guerre intelligemment. Une originalité certaine.
  • Une ambiance tendue qui nous donne une envie incroyable de savoir ce qu’il en est.
  • Une plume et une construction de roman très intelligentes.

Les – :

  • Le personnage de Fred qui m’a moins plu que les autres.

Ma note : 18/20