10

One last song d’Elisa Houot-Hope

Résumé : Et si une semaine suffisait pour tomber amoureux ? Riley a toujours tout fait selon les règles, ne s’est jamais fait remarquer. Elle préfère le calme de sa chambre aux soirées étudiantes bondées et compte bien finir son séjour en Angleterre sans se faire remarquer. Alexander, chanteur, avance dans le noir depuis qu’il a coupé les ponts avec son frère. En Angleterre pour une semaine avant de continuer sa tournée, il vit au jour le jour. À première vue, tout les sépare. Et si une semaine suffisait pour tomber amoureux ? Et si une semaine suffisait pour que tout votre monde en soit chamboulé, que vos priorités soient remises en question ? Et si ce que vous avez espéré n’était qu’une illusion et que vous deviez retourner à votre vie après la plus belle semaine de votre existence ?

~ Service presse 📱 ~

Je remercie les éditions de l’Opportun pour l’envoi de ces deux saisons que forment l’intégrale de One last song. J’ai trouvé cette couverture assez poétique et m’a rendue curieuse. Vous savez bien : dès que je vois une guitare ou même un roman qui est en rapport avec la musique, j’ai énormément de mal à me refréner. Même si cette lecture n’est pas un coup de cœur, je pense qu’elle a de bonnes chances pour ravir le cœur de beaucoup de lectrices et de lecteurs !

Riley est une jeune femme très attachante. Elle cache une douleur issue de son passé amoureux. Lors de la première partie du roman, on se demande bien ce que cela peut être. On découvre, par petits morceaux, ce que Riley a vécu. C’est vrai que c’est plutôt triste et décevant. En plus de son ego, c’est son cœur qui en prend un coup. Après cet épisode de sa vie, Riley met un point d’honneur à se tenir loin des garçons et à verrouiller son cœur.

Alexander est un jeune homme surprenant. En effet, musicien célèbre et connu, il se retrouve dans une relation particulière avec Riley qui lui tombe littéralement dessus. Alexander est un personnage qui va mettre à mal les stéréotypes liés à la célébrité et au monde de la musique. Alexander est un jeune homme au cœur pur, il ne réfléchit pas tout le temps à ses faits et gestes mais j’aime beaucoup le fait qu’il soit un jeune homme qui fait des erreurs. C’est bien d’avoir les pieds sur terre.

J’ai apprécié cette rencontre express entre Riley et Alexander. Deux solutions s’offrent à eux : soit s’oublier et peut être passer à côté de quelques jours intenses, soit essayer de profiter de la vie pendant les quelques jours qui leur restent en Angleterre. Riley rentrera en France, Alexander poursuivra sa tournée… Une intrigue qui va les pousser dans des retranchements assez intéressants.

Voilà un roman qui va plaire à énormément de lecteurs. Même si le public visé reste jeune (il ne faut pas se leurrer, vu l’âge des personnages, on est plutôt dans la tranche 18/20 ans que dans la tranche 30/35 ans) mais cela fonctionne quand même pour les lecteurs plus âgés qui aiment les romances fraîches.

Elisa Houot-Hope, l’auteure, ne tombe pas dans le piège de faire de Riley et d’Alexander l’intrigue principale. Bien entendu, on parle de leur histoire d’amour mais on s’intéresse aussi au monde de Riley et au monde d’Alexander qui finissent par entrer en collision. On sait les séparer. On vit un peu avec Riley, un peu avec Alexander. C’est plutôt intelligent : on est plus proche d’eux en tant que lecteur mais cela permet aussi de les découvrir autrement. J’ai apprécié ces apartés qui nous proposent autre chose que de l’amour dégoulinant.

Il n’y a qu’une chose que je n’ai pas compris à cette histoire : la fin. Elle arrive tellement vite, quand je suis arrivée à la fameuse phrase « vous êtes arrivé à la dernière page de votre roman », je me suis demandée si c’était une blague. Je l’ai trouvé beaucoup trop abrupte. Il m’a manqué des éléments d’informations. C’était juste impossible pour moi que ça se termine ainsi. Eh bien oui… J’ai ouï dire qu’il y a une suite qui va être publiée. Pour ma santé mentale, je dois la lire. Je ne peux pas laisser cette fin en suspend !

L’intrigue reste peu originale. Ce qui rend ce roman sympathique ce sont les thématiques utilisées : on chante, on danse, on est heureux mais on a aussi le poids du passé qui reste présent sur nos deux personnages. Ce sont des thématiques qui vont plaire aux lecteurs, c’est certain. On voyage aussi dans le monde entier.

Je ne connaissais pas la plume d’Elisa Houot-Hope mais je suis contente d’avoir fait un petit bout de chemin en sa compagnie. Je reste dans l’attente de la suite de nos deux tourtereaux pour voir où cela va les mener. On a une plume fluide, sympathique et dynamique. C’est très agréable.

3 bonnes raisons de lire ce roman :

  • Le monde de la musique, très présent.
  • Les personnages de Riley et d’Alexander
  • Les sphères privées explorées de manière indépendante

notation 1

11

Entre pétales & épines de rose de Lucie Farigoul

51AA+X1VwQL._SX195_Résumé : Maëlle est une jeune fille pétillante de 17 ans qui a tout pour être heureuse : une famille unie, un groupe d’amis formidable, un petit copain attentionné… Mais l’adolescence n’est pas une période facile et tout finit par basculer dans sa vie amicale, amoureuse, familiale… Comment l’adolescente va-t-elle réagir à cela ? Va-t-elle traverser les épreuves avec le sourire, comme elle le faisait auparavant ? Sera-t-elle toujours aussi sûre que la vie est belle ?

~ Service presse 📱 ~

Je remercie les éditions Plumes de Marmotte pour l’envoi de ce service presse. Je vous avoue, j’ai craqué sur le titre poétique et mystérieux ainsi que sur cette jolie demoiselle, pleine de sensualité et qui est aussi mystérieuse que le titre de ce roman. Malheureusement, cette lecture est en deçà de mes espérances. Néanmoins, cette lecture reste intéressante.

On fait la rencontre de Maëlle. Maëlle est une jeune fille pleine de vie, elle est souriante, belle, attachante en plus d’être généreuse, attentive et intelligente. Une famille aimante l’entoure, une bande d’amis que tout le lycée envie. Le « club des cinq » est constitué de Maëlle, Camille, Charlotte ainsi que Florian et Romain. Des amis de toujours qui rendent jaloux tous les lycéens. Maëlle a la vie dont tout le monde rêve : des parents et des frères et sœurs incroyables, des amis géniaux et une relation amoureuse incroyablement belle avec Romain.

Je pense que ce roman est très bien pour un public ciblé : un public qui ressemble aux personnages. On est sur une intrigue qui pourrait vraiment plaire aux jeunes. Dans le genre Young Adult on ne pourrait vraiment pas frapper plus dans le mille. En revanche, ici, le public est vraiment ciblé. J’ai 26 ans. Serait-ce de trop pour cette catégorie ? Je commence à le croire. Je m’attendais à quelque chose d’un peu plus adulte avec une couverture comme celle-ci.

Si le roman est intéressant, je suis un peu restée en surface sur certains points : c’est ce qui fait que je n’ai pas forcément compris ce fameux moment de bascule. Je pense qu’il m’aurait fallu quelques pages de plus pour pouvoir plus comprendre Maëlle et le mal qui la ronge. J’ai eu une impression que tout arrive comme un cheveu sur la soupe. Tout va bien dans le meilleur des mondes puis tout va mal. Il m’a manqué quelques pièces pour que ce pivot soit plus souple, flexible.

Néanmoins, j’ai apprécié les thématiques que l’on met en avant. Maëlle est une jeune femme loyale. Et j’ai tellement apprécié que l’amitié soit mise sur le même plan que l’amour. Pour Maëlle, l’amitié est tout aussi importante que sa relation amoureuse. Un seul mot est d’actualité : l’équilibre. C’est quand ce dernier vole en éclat que tout commence à tomber. J’ai trouvé cela très intéressant. Bravo à Lucie Farigoul pour cette mise en avant. J’apprécie cela.

Les cinq amis sont tous différents mais apportent beaucoup. Seuls, ils ne fonctionnent pas, ils ont tous besoin les uns des autres : Camille est surement un peu trop égoïste par moment, Maëlle un peu trop maman poule, Florian pas assez sérieux, Charlotte trop effacée et Romain trop exclusif. Cependant, quand ils sont ensemble, c’est le bonheur. Franchement, j’ai apprécié ce groupe de personnages qui dynamise beaucoup le texte.

Je pense que j’aurais été ravie d’avoir ce roman entre les mains vers 16/17 ans. Je me serai tellement identifiée à toutes les thématiques que l’on voit dans ce roman. La Pauline d’aujourd’hui est peut-être un peu plus distante, moins euphorique face à ce roman mais elle reconnait ses qualités : simplicité, efficacité et douceur.

En définitive, ce roman est parfait pour les lecteurs les plus jeunes. La plume est profonde et je salue le travail de Lucie Farigoul qui propose un texte de qualité. Les thématiques abordées sont vraiment intéressantes et modernes. On a une plume dynamique qui permet une lecture rapide et sans prise de tête. Même s’il m’a manqué quelques pages, quelques passages pour comprendre totalement le personnage de Maëlle et cette période si difficile qu’elle traverse, je reconnais que c’est vraiment une belle intrigue qui est construite intelligemment. Mention spéciale pour ce groupe de cinq amis.

Je remercie de nouveau les éditions Plumes de Marmotte pour ce roman ! Jeunes lecteurs, foncez !

3 bonnes raisons de lire ce roman :

  • La période du lycée et toutes les émotions que l’on peut ressentir, bravo !
  • Un groupe d’amis que j’ai apprécié découvrir
  • Une construction intelligente

notation 1

12

Le Grand Théâtre sur Broadway – Tome 1 : les talents maudits de MariStef Rouchy

cover-4255Résumé : Lorsque Julius Quidam débarque à New York pour une année sabbatique, tout le champ des possibles s’ouvre à lui ! Mais sa vie en Amérique n’est pas aussi facile qu’il l’avait imaginée. Alors, quand on lui propose un emploi au Grand Théâtre sur Broadway, le jeune homme se lance avec enthousiasme dans l’aventure. Doté d’une empathie singulière envers les animaux, Julius tente de trouver sa place au théâtre et de mettre à profit son talent. Peu importe l’hostilité du directeur musical Alberich Wagner, le mode de vie particulier des artistes attire irrésistiblement le jeune homme. Cependant, à mesure que le temps passe, il comprend que le théâtre est la cible de trafiquants du Quatrième-Mur, une menace imminente pour les artistes… Laissez-vous transporter dans les coulisses du Grand Théâtre sur Broadway, aux côtés d’un héros sensible et attachant !

~ Service presse 📱 ~

Je remercie chaleureusement MariStef Rouchy pour m’avoir proposée son roman via SimPlement. J’étais, en effet, attirée par cette couverture et ce titre. J’ai apprécié ce que j’ai lu, franchement je ne pensais absolument pas trouver ce que j’ai trouvé dans cette lecture. J’ai vécu un mélange de plusieurs univers mais celui qui ressort le plus : l’univers de Tim Burton. C’est coloré, bizarre mais beau, attachant, un univers dans lequel on se plait.

Quelle belle surprise ! J’avoue que je suis quasiment totalement conquise. Il n’y a qu’un seul petit point qui me fait passer d’un coup de cœur à une superbe lecture. Nous en reparlerons plus tard si vous le voulez bien.

En attendant, laissez-moi vous parler de Julius, notre personnage principal. Julius est un personnage qui m’a énormément plu pour les qualités qu’il porte : il est gentil, attentionné, à l’écoute, il a un cœur énorme et plein de bons sentiments. C’est un bon garçon, ça se sent tout de suite. Puis, qu’on se le dise, Julius a un don : il est très doué avec les animaux qui se sentent rassurés par sa présence. Julius est à la croisée des chemins : il a le choix entre poursuivre ses études et devenir vétérinaire et prendre une année pour vivre son rêve et visiter les Etats-Unis… Il fait son choix et part découvrir les paysages américains.

C’est un univers très cinématographique qui se dessine sous nos yeux. Quand je vous parle de l’univers de Tim Burton, c’est une impression qui nous suit jusqu’au bout. On se retrouve avec un Julius qui a les mêmes qualités que Charlie Buckett, des paysages de la chocolaterie de Willy Wonka, de la magie comme dans Miss Peregrine… Bref, on se sent bien, c’est un univers qui parle aux petits comme aux grands.

La pièce maîtresse de ce premier tome reste le Grand Théâtre. Mon dieu, j’ai tellement adoré le théâtre. On a un huis-clos qui nous propose de faire une rencontre avec l’univers des artistes. Le théâtre fonctionne comme un monde à part entière : on a des castes, des quartiers, des pièces partout, des passages secrets. C’est un monde à part qui vit en autarcie totale. On est vraiment dans un univers attrayant. On veut en savoir plus.

A travers les pages et les chapitres, nous faisons la connaissance de personnages sympathiques comme Esteban et Azadée qui vont devenir les amis de Julius mais aussi des moins sympathiques voire carrément antipathiques : la famille Wagner par exemple. On se retrouve avec beaucoup de personnages qui font vivre le monde que représente le Grand Théâtre.

L’intrigue est très bien ficelée. Franchement, je me suis plu dans cet univers qui parait très intéressant et très riche. Il regorge de secrets que j’ai bien envie de découvrir. Je lirai le deuxième tome sans aucun souci. Je l’attends même avec impatience !

La plume de MariStef Rouchy m’a énormément plu. C’est certainement le point le plus positif avec le personnage de Julius. Elle va plaire à beaucoup de monde, elle est fluide et dynamique. Elle apporte beaucoup de pep’s à l’intrigue qui ne souffre en aucun cas de longueurs.

Si vous vous souvenez bien, je vous ai dit, au tout début de cette chronique, que j’étais passée à un poil de chat de la perfection. J’ai trouvé beaucoup trop de similitudes avec l’univers de Harry Potter : Julius est, comme Harry, orphelin qui découvre un monde dont il n’avait aucune idée. Le Grand Théâtre propose un peu les mêmes choses que Poudlard. Esteban est le meilleur ami de Julius et est issu d’une grande famille aimante tout comme Ron Weasley. On retrouve un trio à la tête de l’intrigue (bon cela n’est pas uniquement vu dans Harry Potter mais cela ajoute de l’eau à mon moulin). Deux garçons, une fille forment ce trio tout comme Harry, Ron et Hermione. Le coup de grâce est donné par la famille Wagner qui veut faire partir Julius parce qu’il ne fait pas partie de leur monde. On a donc un père et un fils qui font étrangement penser à Lucius et Drago Malfoy. Même si cela ne m’a pas dérangé dans l’absolu, quand on fait le compte, il y a beaucoup d’éléments qui marquent une inspiration consciente ou non… Dommage !

3 bonnes raisons de lire ce premier tome :

  • Un univers intéressant et original avec le théâtre
  • Un panel de personnages intéressants
  • Une superbe plume

notation

16

La fille à ma place de Catherine Le Goff

519gW4+brRL._SX195_Résumé :  » Me noyer dans la masse, oublier qui je suis, humaine ou animale. Mouvement dans le mouvement, je me fonds dans la transe. Et au milieu du monde, à deux heures du matin, j’oublie que j’ai tué.  » Ainsi commence la cavale de Nin, dont la vie bascule en quelques minutes. L’acte qu’elle commet, faute d’avoir trop aimé, donne à sa vie une trajectoire inattendue. En danger, la voilà propulsée dans une fuite en France, en Italie et en Amérique ; elle y déploie des ressources insoupçonnées, brisant les secrets qui hantaient son passé. Dans sa fuite, elle s’adjoindra des alliés indéfectibles qui lui permettront de renaître à elle-même. Jalousie, peur de l’abandon, dédoublement de la personnalité, manipulation et changements d’identité, tels sont les thèmes de ce roman à suspense et plein d’émotions, qui nous sensibilise à nos possibles passages à l’acte. Identifier nos failles et tomber les masques demande du courage. Mais cela nous rend aussi plus humains et sereins. En montrant par la fiction comment chacun de nous peut un jour commettre un acte de folie, au gré des circonstances de la vie, l’auteure, psychologue et hypnothérapeute, nous apprend à mieux nous comprendre et à aider ceux que trop souvent on se contente de seulement condamner. La violence vient fréquemment de nos blocages affectifs.
Ce roman captive par sa tension et son intrigue. Il soulage également nos cœurs en nous encourageant à identifier les ressorts de notre sensibilité et panser nos blessures.

~ Service presse 📖 ~

Je remercie chaleureusement les éditions Favre ainsi que l’Agence Gilles Paris pour l’envoi de ce roman. Je vous le dis clairement, si j’ai craqué pour ce roman, c’est essentiellement pour la couverture que je trouve très belle. Le titre me plaisait beaucoup et je n’ai pas eu l’envie de résister, je n’ai donc pas résisté. Quand je l’ai reçu, j’ai jeté mon dévolu dessus. Pas très gros, ce roman a été lu rapidement et m’a proposé un moment de lecture agréable.

On fait la rencontre de Nin, une femme qui a tué. Elle a tué cette fille qui était l’amante de Jeff, son mari. Même si la relation entre Nin & Jeff ne tient plus qu’à un fil, Nin voit rouge et met un terme à cette relation adultérine de la pire manière qu’il soit… Elle tue cette femme et devient coupable de meurtre. La cavale est lancée, en même temps que l’intrigue.

Avec Nin, on va passer en revue sa vie, on va découvrir des pans de sa vie qu’elle a caché, des confessions, des souvenirs, des envies mais aussi ses craintes et ses doutes. A travers ses souvenirs et sa vie en cavale, on va faire la rencontre de son père, qu’elle connait sans connaitre après ces longues années d’absence, on fait aussi la rencontre d’autres personnages dont je tairai le nom et la place qu’ils ont dans l’intrigue pour ne pas trop vous en dire… Je pense que le résumé est assez gros et concis pour savoir ce qu’il en est sans que je doive en rajouter.

Le personnage de Nin est un personnage complexe. Je crois que je l’apprécie. Pour moi, elle est sur plusieurs fronts. Elle me plait à certains moments, elle me déplait à d’autres. Mais, globalement, c’est un personnage que j’ai apprécié même si je ne suis pas d’accord avec tout ce qu’elle a pu dire ou faire.

Roman psychologique, il est très bien écrit. La plume est magnifique et nous propose de vrais moments de poésie dans cette histoire. Franchement, j’ai été séduite par les mots. Ici, la seule chose qui m’a freinée dans ma lecture, c’est la rapidité des événements. En effet, le roman n’est pas bien long, il fait moins de 200 pages. Mais il se passe énormément de choses et les ellipses temporelles sont présentes. Je ne suis pas forcément fan de ça. En quelques pages, plus de 5 ans sont balayés rapidement et il m’a manqué de détails pour pouvoir être complètement immergée dans ma lecture.

Je reste quand même agréablement surprise. La lecture est facile et agréable. On est très souvent dans l’émotion avec les personnages de Catherine Le Goff. La fin nous réserve de belles surprises. C’est ça que j’attendais. Je me suis installée dans cette lecture en me disant « oui… On voit bien la fin arriver » puis finalement non ! C’est chouette ! Je trouve que la fin est très belle, poétique et bien faite.

Au cœur de ce roman se retrouvent des thématiques comme l’amour, l’amitié, la jalousie, le courage, la famille. Toutes ces thématiques sont amenées joliment et aident toujours Nin a progressé dans son interrogation tout au long du roman.

En définitive, avec ce roman court, intense où la psychologie est mise en avant, on ne s’ennuie pas. Il m’a manqué quelques détails pour pouvoir être pleinement satisfaite de ma lecture mais j’ai passé un agréable moment de lecture avec l’histoire racontée. La plume de Catherine Le Goff m’a beaucoup plu et touchée à plusieurs moments. Les personnages sont beaux, j’ai apprécié Nin et le voyage qu’elle fait. Le voyage est autant identitaire que géographique. On voyage entre la France, les Etats Unis mais aussi l’Italie. Tous les voyages sont porteurs d’événements marquants qui font avancer Nin dans la vie. Nin est un personnage que l’on comprend bien que ses choix restent discutables.

3 bonnes raisons de lire ce roman :

  • Une quête identitaire et une interrogation profonde sur notre personnage principal
  • La plume de Catherine Le Goff
  • Le voyage proposé

4

19

Rendez-vous avec ma star – Intégrale d’Alexandra Lanoix

51DSyXv901LRésumé : Nina est une jeune vétérinaire londonienne d’une trentaine d’années. Elle et son amie Beth sont de grandes fans depuis des années de la star internationale anglaise Tom Bradley. Celui-ci est au top de sa carrière, beau, charmant et… de nouveau libre. Même si le rêve de Nina est de rencontrer un jour son idole celle-ci s’y refuse, car elle a trop peur de se frotter à la réalité. Beth qui l’a déjà vu à plusieurs reprises la pousse à franchir le pas. Nina est en couple avec Jeremy et a les pieds sur terre, et ne se résout pas à vouloir même ne serait-ce qu’à l’entrevoir. Elle est bien consciente que ce genre d’homme ne fait pas partie de son monde et qu’une barrière existe entre les gens connus et leurs fans.  Cependant, un jour la chose la plus improbable va arriver. Nina, à cause de sa maladresse, croisera Tom Bradley dans des circonstances qui ne pourraient pas laisser envisager une suite entre eux et pourtant

~ Service presse 📱 ~

Je remercie chaleureusement Alexandra Lanoix pour l’envoi de son intégrale. Ayant déjà eu la chance de lire plusieurs romans de l’auteure, j’ai accepté de lire l’intégrale (qui correspond à trois tomes) de Rendez-vous avec ma star.

Je vous avoue que ma lecture n’est pas un coup de cœur. Déjà, le titre qui appelle clairement à trouver des thématiques que je ne côtoie jamais : les groupies, les stars et le monde people. Si la couverture est représentative de ce que l’on trouve dans le roman, j’avoue que j’ai pu passer à côté de certaines choses.

On commence parce qui m’a dérangé, pour finir parce que j’ai le plus apprécié. Il y a des thématiques trop adolescentes pour moi. J’ai passé l’âge des filles fan d’un acteur et qui s’imaginent leurs stars préférées dans des situations du quotidien. Dès le départ, j’étais sceptique. Cependant, l’auteure à su me rassurer rapidement puisque j’ai pu rapidement passer au-delà de mes appréhensions. L’auteure tire bien les ficelles de son intrigue et j’ai apprécié d’être surprise par certains points.

En revanche, le nombre de pages sur ma liseuse est juste énorme : plus de 1600 pages. J’ai eu peur en voyant le nombre s’afficher. C’est vrai qu’il s’agit d’une intégrale de trois tomes mais je me suis demandé ce que l’auteure pourrait bien inventer. Il s’agit quand même de trois tomes de plus de 500 pages si l’on fait une moyenne. Sur une rencontre avec sa star, qu’est ce qu’on peut bien trouver ? On trouve des thématiques comme l’amitié, l’amour, la vie… Plutôt sympathique sur le papier. Ces thématiques générales font que la lecture reste globalement plaisante. Néanmoins, pour moi, il y a des passages qui mériteraient d’être raccourcis. Il y a quelques longueurs et péripéties qui pourraient être enlevés. Si l’auteure a su marquer la surprise à la fin du premier tome, je reste sceptique sur les longueurs dans cette première partie. Je pense qu’un tome sur cette thématique, c’est trop important quantitativement parlant. Cela ne reste que mon avis en revanche.

Je ne peux même pas dire que c’est un roman pour adolescent vu qu’il contient des scènes de sexe. Il y en a pas mal même si Alexandra Lanoix les maitrise parfaitement. Il n’y a rien de vulgaire (sauf quand c’est nécessaire pour les bienfaits de l’histoire en général). C’est du New Adult. Je pense que j’ai juste eu du mal avec les thématiques trop jeunesse pour moi.

J’ai apprécié le personnage de Nina, notre héroïne. Elle a les pieds sur terre et un sacré sens de l’humour. Elle n’est pas une femme vénale, si elle tombe sous le charme de son idole, rapidement elle se rend compte que ce qui la gène le plus dans cette histoire, c’est la célébrité de Tom qui est encombrante et propose des situations assez gênantes pour elle. Lorsque sortir faire des courses ou diner en ville devient une mission sous couverture, cela devient problématique. J’ai trouvé que cet aspect de la célébrité était très bien géré par l’auteure.

En revanche, les réactions de Beth, la meilleure amie de Nina, m’ont rapidement énervée. J’avais juste une envie : la claquer dans le mur. Elle est puérile, bête et parfois même méchante. Lorsque Ian la remet à sa place, franchement, j’ai eu envie de faire une standing ovation. Ravi, l’ami et partenaire professionnel de Nina est aussi sympathique. Je ne dis pas qu’il pourrait devenir mon ami mais il apporte de la fraicheur au roman. Néanmoins, on pourra quand même noter que lorsqu’il s’agit de la gent féminine, Ravi nous propose des réactions plutôt gamines… Dommage ! On fait aussi la rencontre de personnages comme Ian, Maggie et bien évidemment la superstar Tom Bradley. J’ai apprécié ce personnage qui montre deux facettes de sa vie : Tom la célébrité et Tom l’homme simple. Avec Nina, ils vont plonger tête la première dans un monde sans pitié. Malgré sa volonté de la protéger, Tom ne va pas toujours pouvoir être là pour Nina. On a un panel de personnages riche. Ils sont maitrisés et les psychologies sont détaillées. J’apprécie ce point aussi.

La plume d’Alexandra Lanoix est toujours aussi sympathique à découvrir. J’ai commencé cette intégrale vendredi soir, j’ai terminé cette nuit. J’avoue que c’était une sacrée lecture. Il y a eu des hauts mais aussi des bas. Cependant, le style de l’auteure permet une lecture agréable malgré les bémols que j’ai pu y trouver.

En définitive, j’ai apprécié découvrir encore une fois une nouvelle histoire d’Alexandra Lanoix. Je ne suis pas totalement séduite par ma lecture mais je retrouve les points forts que j’aime chez Alexandra Lanoix : une plume séduisante et des personnages dont les psychologies sont fines et détaillées ce qui permet de les aimer… ou pas ! Cependant, les thématiques sont peut-être trop enfantines pour moi : les groupies, les stars et tout ce qui va avec ne me conviennent pas forcément. Cependant, l’histoire d’amour entre Nina et Tom reste belle et semée d’obstacles en tout genre que l’on ne voit pas ailleurs puisqu’elles peuvent être liées à la célébrité de Tom.

3 bonnes raisons de lire cette intégrale :

  • Un univers qui mêle paillettes et célébrité. Pour les fans de ces thématiques, c’est le pied.
  • Une plume agréable qui véhicule beaucoup d’émotions.
  • Un panel de personnages riche.

3

18

D’or et d’émeraude d’Eric Holstein

62098Résumé : Simon, 25 ans, arrive en Colombie sur les traces de ses ancêtres. Quatre cents ans plus tôt, Gonzalo Jiménez de Quesada pose, pour sa part, le pied sur l’Altiplano, la terre ancestrale des Indiens muiscas. Ils ne se connaissent pas et pourtant, leurs destins sont liés… Récit intime dans la Colombie d’aujourd’hui et d’hier, D’or et d’émeraude pose un regard décalé sur le monde, entre uchronie et utopie. Un livre d’une beauté rare, qui a reçu le prix Bob Morane à sa sortie. « Éric Holstein nous livre avec D’or et d’émeraude une belle et dense réflexion sur la façon dont le temps efface les petites histoires des hommes, pour en faire l’Histoire avec sa majuscule. » Culturopoing

~ Service presse 📖 ~

Je remercie chaleureusement les éditions Actu SF pour l’envoi de ce roman dans leur collection Helios. Helios est une collection que j’apprécie beaucoup puisqu’elle permet de rééditer les classiques de la SFFF. Depuis maintenant quelques temps, j’apprivoise ce vaste genre. J’avais envie de continuer mes découvertes avec d’or et d’émeraude d’Eric Holstein.

Entre utopie et uchronie, ce roman se veut percutant. Pour remettre tout le monde dans le bain, je vous rappelle ce qu’est une uchronie : c’est un récit d’évènements fictifs qui se basent sur un point de départ historique. Une utopie est un idéal social ou politique qui ne tient pas compte de la réalité. Ainsi, Eric Holstein nous propose un récit qui vogue entre les deux thématiques qui se rejoignent facilement.

Notre personnage principal, Simon est un jeune homme vivant en France mais qui veut découvrir ses racines. Ainsi, il débarque à Bogota, en Colombie pour marcher sur les traces de ses ancêtres mais aussi pour en savoir plus sur lui-même. Rapidement, quelque chose va le frapper et nous aussi par la même occasion : le choc des cultures. Entre la France et la Colombie, effectivement, il y a quelques écarts de richesses, de liberté mais surtout de cultures. C’est avec intelligence et dextérité que l’auteur nous montre ces différences. On se balade en Colombie, c’est assez intéressant et dépaysant. On sent que l’auteur connait bien son sujet. Avec Simon, on découvre les lieux qui ont bercés son enfance comme l’orphelinat. On est vraiment dans l’aspect personnel de cette histoire. Ce n’est pas le seul aspect mais je l’ai trouvé nécessaire et intéressant. En effet, cela permet au lecteur de ne pas se noyer dans la densité de l’intrigue qui arrive doucement.

Le point historique de ce roman se trouve dans les racines de Simon et dans le peuple dont il est issu : les Muiscas qui sont un peuple indien.  Qu’est ce qui fait tourner la tête des hommes ? L’or bien entend ainsi que les richesses en tout genre. Et pour parvenir à s’enrichir, rien n’est trop horrible. Violence, torture, mort… Ainsi, on fait aussi la rencontre de Gonzalo Jiménez de Quesada.

La narration nous propose de points de vue différents si on suit Simon dans sa quête identitaire, on suit aussi Gonzalo Jiménez de Quesada. C’est un explorateur espagnol qui, au nom de la couronne de Dieu, va tout faire pour récupérer les territoires indiens. La guerre des territoires ne se fait pas dans le calme et la gentillesse, vous devez vous en douter… On est vraiment dans une ambiance particulièrement sombre. Devant les meurtres en masse, les Muiscas n’ont pas d’autres choix que de résister à l’envahisseur… Je trouve que le contexte historique est très bien choisi. On ne le voit pas forcément tout le temps dans les lectures et cette aventure reste exotique et dépaysante.

On garde une vision très humaniste dans ce roman. On comprend bien que les Muiscas ne sont pas forcément contre les explorateurs. Il y a un profond respect et une volonté d’avoir une harmonie certaine au sein du peuple. J’ai apprécié retrouver cette vision du monde. J’ai aussi aimé le fait que l’on retrouve la magie dans cette histoire, c’est un savant mélange qui nous propose quelques rebondissements bienvenus dans cette intrigue.

La construction narrative est très intéressante. En effet, j’ai apprécié la manière dont les deux histoires finissent par se croiser. On est vraiment pris dans un tourbillon d’aventure entre le passé et le présent et franchement, c’est assez sympathique à lire.

Ma lecture n’est pas un coup de cœur, j’ai pris du temps à me plonger dans ce roman. Il y a quelques longueurs au départ. Cependant, une fois passées les cinquante premières pages environ, on se retrouve dans un univers intense et riche. Mis à part Simon que j’ai apprécié, j’avoue que je suis restée à distance des autres personnages (je pense que c’est aussi cela qui m’a ralentie dans ma lecture). Cependant, beaucoup d’idées sont bonnes, j’ai apprécié retrouver les thématiques et ce côté historique. La visée humaniste est assez bien construite aussi.

La plume de l’auteur nous propose un sacré voyage. Que ce soit dans le temps où dans des espaces géographiques différents, Eric Holstein nous envoie dans une autre réalité, un autre monde. J’ai adoré avancer péniblement dans la jungle lourde et humide. Le danger rode partout et c’est vraiment très appréciable. Le voyage est intense bien qu’il ne soit pas toujours facile.

En définitive, ce roman construit en trois parties distinctes nous propose une belle plongée au cœur de la Colombie du XVIème et du XXIème siècle. On notera la présence de l’aventure et de la magie au cœur de cette quête identitaire et de cette plongée au cœur d’un peuple indien. Bravo.

3 bonnes raisons de lire ce roman :

  • Un dépaysement savoureux
  • Une plume au service d’un récit intense
  • Un contexte géographique et historique que l’on ne voit que très peu dans nos lectures

notation 1

10

Scission de Stéphanie Delecroix

41EzE43ALrL._SX195_Résumé : Roxane quitte Paris pour un nouveau départ en Bretagne. Elle fait la connaissance de Léonardo lors d’une promenade sur la plage. Entre eux, l’attirance est réciproque et ils ne peuvent lutter contre l’attraction qui les pousse l’un vers l’autre. Peu à peu, la jeune femme essaie de reprendre confiance en elle grâce à cet amour naissant. Un soir, les deux amoureux s’endorment côte à côte, au réveil, Roxane fait face à un parfait inconnu. Ceci n’est pas un récit fantastique.

~ Service presse 📱 ~

Je remercie Stéphanie Delecroix pour l’envoi de son roman. Je suis toujours ravie de voir qu’un auteur revient vers moi pour une nouvelle proposition de lecture car la chronique d’un autre roman a plu. C’est génial, j’adore faire des découvertes de ce style.

J’ai découvert l’univers de l’auteure grâce à son roman Frost publié chez M.E.C éditions (sous un autre nom) et lorsque Stéphanie m’a proposé de lire son autre roman, j’ai accepté. J’ai bien fait. La lecture n’est pas un coup de cœur, mais, j’ai passé un moment de lecture agréable et étonnant.

Il y a des thématiques, en romance, qui me font très peur. Je ne supporte pas être mise devant la mort d’enfants, la maladie ou les familles en péril à cause d’une mort inévitable. Je recherche dans mes lectures des moments de quiétude et de bonheur. Cela semble impossible avec ces thématiques. Pourtant, Stéphanie Delecroix m’a prouvé le contraire. En effet, j’ai accepté (encore une fois !!!) de lire un roman sans lire le résumé. Quand j’ai fouillé un peu sur les sites de lecture pour voir de quoi on parlait, ça a été la douche froide. Nooon !!! Comment je vais faire ? Allé Pauline ! Lance toi et on verra …. AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH ** bruit de chute **

On fait la rencontre de Roxane qui est notre personnage principal. C’est une jeune femme que l’on a envie de prendre rapidement sous notre aile. On sent tout de suite sa détresse et sa naïveté. Pourtant, sa rencontre avec Léonardo semble simple, rapide. Finalement, on se demande ce qui ne va pas puisque tout semble aller pour le mieux. Puis, le drame arrive… La mémoire qui joue des tours… Qui est l’homme allongé à côté d’elle ? L’histoire commence, accrochez-vous ! J’avoue que le personnage de Léonardo est très fort. Que ça soit physiquement ou émotionnellement, le mec vous retourne en moins de deux secondes…

Vous parler de l’intrigue m’est compliqué pour deux raisons : la première est que le résumé suffit amplement. La deuxième est que je n’ai en aucun cas envie de spoiler. C’est tellement inattendu et peu vu dans les intrigues des romans proposés en ce moment que je ne voudrais pas vous gâcher cette surprise.

Il faut savoir que la lecture est une romance et comme le précise Stéphanie dans l’intrigue, ce n’est pas un récit fantastique. La romance est très présente et l’histoire amoureuse proposée entre Roxane et Léonardo est magnifique : elle est douce, pure, pleine de bons sentiments. Roxane est un personnage qui cache un lourd passé. Son passé rend le lecteur curieux : Comment peut-on tout laisser derrière soi ? Comment est-on capable de quitter une ville, sa famille, ses amis et sa vie pour partir vers l’inconnu, vers le néant, là où tout est à recommencer ? Plus on avance dans la lecture, plus on comprend, plus on est surpris.

L’histoire nous propose une jolie morale. Il faut nettoyer sa vie, son passé pour pouvoir repartir d’un bon pied. Il faut savoir regarder son passé en se disant « oui, j’ai fait des erreurs, oui, il y a des choses qui n’ont pas été correctement faites. Mais il faut que j’aille de l’avance et que je laisse le poids du passé derrière moi ». Ce n’est pas facile, je suis passée par là. Je me sens chanceuse de ne pas avoir autant de soucis que Roxane et surtout des choses moins lourdes à gérer mais dire adieu, se retourner et être sereine, ce n’est pas évident. Alors merci à Stéphanie Delecroix de le rappeler si joliment à travers son roman.

La plume de Stéphanie est très belle, j’adore. C’est vrai que Frost a été une vraie révélation pour moi mais Scission est un roman fort, poignant et terriblement beau. Il est peut être un peu trop fort pour moi mais franchement, il plaira aux lecteurs et lectrices qui aiment les romances fortes et pleines d’émotions. Il faut savoir que tout n’est pas facile à lire mais que tout est nécessaire à la compréhension de l’histoire.

En définitive, accrochez-vous. La lecture n’est pas de tout repos. Cependant, nous trouvons une plume magnifique, des personnages attachants et tous utiles. Les personnages secondaires sont aussi importants que Roxane et Léonardo et cela fait plaisir à lire ! Le roman est équilibré et propose de réelles surprises dans l’intrigue. Cela rend ce roman unique. Il y a tant d’émotions véhiculées dans ce roman que l’on a l’impression d’avoir fait un grand huit dix fois d’affilée. Bravo à l’auteure pour ce beau roman.

 3 bonnes raisons de lire ce roman :

  • Une intrigue pleine de surprise
  • Roxane et Léonardo, deux personnages forts
  • Une plume formidable

4