5

Un été anglais de Marc Desaubliaux

cover-7262

203918357_358888342426382_7178756803542822040_n

Résumé : Novembre 2009. Fabrice a cinquante-six ans et vit seul à Paris. Un soir, au retour de son travail, il trouve dans son courrier une lettre venue d’Angleterre. Tout de suite, il reconnaît l’écriture et la signature: Margaret Crown. Elle lui demande de venir toutes affaires cessantes la rejoindre à Langley Manor, dans les environs d’Oxford; un endroit où Fabrice n’est pas retourné depuis plus de quarante ans, depuis ce mois de juillet 1968, cet été anglais. Tout lui revient d’un coup, notamment ce jour où madame Crown a forcé la porte de son enfance pour y pénétrer par effraction; le désir insatiable de cette femme d’âge mur, marié et mère deux enfants. Elle va emmener le jeune Fabrice dans un jeu irresponsable et inavouable où se mélangera l’amour maternel et érotique. Amante dévoreuse de jeunesse, Margaret Crown sera alors pour le jeune garçon une mère de substitution le jour et une prédatrice affamée de viande fraîche la nuit. Un jeu aux conséquences effroyables. Dans la lignée du bijou cinématographique Le lauréat, découvrez l’histoire interdite au dénouement inattendu d’un étudiant introverti victime d’une croqueuse de jeunesse.

 Romance  ◊ 16€00 ◊ 340 pages
Amazon ◊ Babelio

205171203_794956758051315_961739039758654074_n

Je remercie chaleureusement AMH Communication pour l’envoi de ce roman. Je suis contente d’avoir mis le nez dans ce roman qui est très différent de ce à quoi je m’attendais. Néanmoins, la lecture a été très agréable.

206451699_339630797545106_5790021870084230444_n

Nous suivons Fabrice, un homme de 56 ans dont la vie passe tranquillement… Jusqu’au jour où il reçoit une lettre qui le renvoie 40 ans en arrière. Il est jeune, il est en Angleterre et fait la rencontre de Margaret. Cette même Margaret qui lui a envoyé une lettre lui demandant de revenir en Angleterre. Entre passé et présent, nous voyageons avec Fabrice. Nous faisons la rencontre de Margaret Crown, cette femme qui exige sa présence à Langley Manor.

C’est une romance atypique c’est certain. J’avoue que sur certains points, certains passages m’ont déstabilisée voire perturbée. Je ne pensais pas que cette histoire me mènerait sur le chemin qu’elle prend mais soit ! Cela fait aussi du bien de lire des choses qui nous font sortir de notre zone de confort.

La plume est très agréable à lire et à découvrir. J’ai, ici, fait une double découverte : en effet, j’ai découvert la plume de Marc Desaubliaux mais aussi les éditions qui publient cette plume. Le livre objet est très agréable et nous propose une immersion totale dans la vie de Fabrice.

Mis à part quelques petites choses qui m’ont déstabilisée et dont je vous ai parlé au dessus, je n’ai rien à redire à cette intrigue qui a su me piquer au vif et me surprendre. J’ai beaucoup aimé les descriptions et l’angle que l’auteur prend pour nous parler de cette relation amoureuse et érotique interdite. C’est plutôt intéressant.

Je trouve que le personnage de Fabrice est le point fort de cette intrigue. Il porte le poids du roman sur ses épaules avec brio. C’est un homme que j’ai apprécié découvrir au fil des pages entre son passé et son présent. Le personnage de Margaret est aussi très intéressant à découvrir. Si on peut ne pas être d’accord avec elle, rapidement, on peut la comprendre et essayer de comprendre comment elle a pu s’embarquer dans cette relation avec Fabrice.

Il est clair que c’est une romance différente de ce que l’on peut trouver habituellement dans les rayons de nos librairies mais cela fait aussi du bien de voir que l’on peut se renouveler dans ce genre. Bravo à Marc Desaubliaux pour le travail fait !

202606983_496281821650495_3688522538989374927_n

9

Gentille Blandine de Didier Cornaille

Gentille-Blandine

 

203918357_358888342426382_7178756803542822040_n

Résumé : Préserver à tout prix la tranquillité des campagnes ou bien la céder à ces jeunes férus de vélo en quête de plaisirs et de sensations ? Voilà un enjeu qui oppose jeunes citadins et anciens d’un village morvandiau. La solaire Blandine, fleur du pays, saura-t-elle réconcilier les deux camps ? En se lançant dans les chemins pentus et ravinés du Travers, de jeunes citadins amateurs de vélo tout-terrain n’imaginent pas un seul instant qu’une telle liberté puisse leur être reprochée. D’autant qu’ils sont très bien accueillis au hameau des Bouveaux par Octave, un vieux paysan que leur joyeuse équipe distrait de sa solitude. Au village et surtout au bar du café, seul commerce subsistant, les commentaires diffèrent : d’où sortent ces jeunes ? Qui sont-ils ? De quel droit investissent-ils ainsi les chemins de leurs rudes collines ? Or, chaque week-end, l’affluence des amateurs de VTT sportif augmente, attisant la mauvaise humeur ou la colère des gens du pays. Blandine est du pays, elle. Aussi tolère-t-on ses virées sportives sur les chemins du Travers. Jusqu’à ce qu’on découvre qu’elles ne sont que prétexte à retrouver un de ces  » chevelus  » intrusifs. Aussi futée que  » gentille « , la jeune femme va aider au rapprochement entre les jeunes vététistes et Pierre Tricot, le sage, l’homme en qui tous ont confiance. Et qui a toutes les raisons d’aider à la création d’une  » station de VTT « . Le nouveau roman de Didier Cornaille, l’auteur des Trois chats de Chamasson.

Roman de terroir ◊ 20€00 ◊ 320 pages
AmazonBabelio ME

 

205171203_794956758051315_961739039758654074_n

Je remercie chaleureusement les éditions Presses de la cité pour l’envoi de ce roman. J’aime beaucoup découvrir les romans dans la collection « terres de France » qui proposent des voyages très sympathiques. Surtout en ce moment : les jours se rallongent, les témpératures augmentent… Quel plaisir de se poser dans le jardin avec un bon roman ! C’est ce que j’ai fait avec Gentille Blandine de Didier Cornaille.

Ma lecture s’est agréablement passée. Elle ne restera pas dans les annales mais elle a au moins le mérite de m’avoir détendue et relaxée pendant quelques heures.

 

206451699_339630797545106_5790021870084230444_n

J’ai apprécié les personnages et la manière dont l’auteur met les choses en place. Il est vrai que la thématique du vélo n’est pas forcément monnaie courante dans les romans que je lis. J’ai aimé les balades avec nos personnages, j’ai aimé respirer et admirer la nature. Yann, Juliette, Sylvain et Isabelle vont nous accompagner dans la découverte de la région Cévennes. C’était très agréable, j’ai apprécié la promenade. 

Néanmoins, j’ai trouvé quelques longueurs. Je pense que le rythme est un peu trop lent pour moi : longueur plus la lenteur ne font pas bon ménage malheureusement. J’ai lu ce roman il y a quelque temps et, en toute honnêteté, j’ai oublié quelques détails. Le roman met trop de temps à démarrer pour que je puisse adorer ma lecture. 

La plume de l’auteur est très chaleureuse et permet d’avancer dans la lecture malgré tout. J’ai aussi apprécié la thématique des secrets. Le passé ressurgit dans le présent et cela marque un virage dans l’intrigue et dans la lecture. On sent qu’il y a un intérêt plus important vers la moitié du roman. 

L’auteur prend le parti de mettre en place des thématiques qui sont marquantes tant elles sont proches de nous : l’agriculture mais aussi l’exode rural dans les années 1960-1970 mais aussi de la difficulté des agriculteurs à travailler. Les villages sont des lieux agréables mais où la méfiance est de rigueur. C’est donc dans un climat un peu tendu que nos personnages vont essayer de comprendre ce qui se passe dans ce village. 

 

En définitive, j’ai passé un bon moment de lecture mais qui ne restera pas dans ma mémoire très longtemps. Merci pour la balade ! 🙂 

 

204812392_1457221044624931_2100224980344268715_n

 

23

Bilans mensuels avril & mai 2021

Salut tout le monde! On est en juin, il est temps de faire le bilan du mois d’avril… Je crois. Je suis désolée, je n’ai eu le temps de rien ces dernières semaines. Comme je suis aussi à la bourre pour mai, je ferai les deux en un. 
——————————————————————————————-
Bilan Livresque
——————————————————————————————-
Services presse et Comités

Sur les mois d’avril et mai, j’ai donc lu 33 romans dont 2 pour un comité de lecture. J’ai écouté 7 romans audio. Je suis contente, mon grand rythme revient petit à petit =) 

——————————————————————————————-
Les 03 meilleures lectures du mois…
——————————————————————————————-
Avril
Mai
——————————————————————————————-
J’attendais plus de… 
——————————————————————————————-

 

Je vous embrasse ♥ 

14

La dynastie des Sambourg – Tome 01 d’Alexandrine Solane

Résumé : Au centre de l’Europe médiévale du XIIIème siècle, le royaume des Sambourg étale sa puissance et provoque la papauté par ses péchés. Lorsqu’Alizée, sublime et incandescente jeune femme, découvre qu’elle possède le Don, elle est exilée sur l’île des initiés et devient prêtresse du Culte de la Déesse. Mais pour valider son adoubement, Alizée doit subir une épreuve qui changera son destin, ainsi que celui d’une longue lignée de Sambourg. Cette malédiction l’oblige à défier les lois divines pour vivre un amour interdit, cependant, passionnel et sans limite.

~ Service presse ~

Je remercie chaleureusement Emilie de plumes de Mimi éditions pour l’envoi de ce premier roman qui scelle le début de notre partenariat. Ce sont des éditions qui me faisaient de l’œil depuis quelque temps. J’étais donc hyper heureuse de recevoir la proposition d’Emilie.

J’ai découvert le premier tome de la dynastie des Sambourg grâce au groupe de romance historique tenu par mon amie Nathalie (NDLR Perrot). Je suis donc ravie de pouvoir vous donner mon avis sur ce premier tome.

Je pense que l’on va commencer par le petit point qui m’a chiffonnée. En effet, pour ne pas vous gâcher une partie de l’intrigue et de la surprise, je ne vous dirai pas clairement ce qui m’a gênée. On va dire que j’aurais préférée être avertie par une thématique dans cette romance. La thématique en question n’est pas du tout mon style. Je ne suis pas forcément très à l’aise avec cela. L’amour interdit reste très vague et peut vraiment proposer différentes perspectives et hypothèses. Clairement, j’aurais préféré savoir. Maintenant, je respecte totalement la volonté de ne pas en parler pour ne pas gâcher la surprise. Je vous annonce simplement que si vous souhaitez en savoir plus à cause d’une hésitation d’achat, je peux vous éclairer mais cela sera en message privé.

C’est un roman de fantasy puisqu’il s’agit d’un royaume qui est inventé de toute pièce. Je vous avoue que j’ai laissé l’information de côté, je pensais que c’était de l’historique mais non. C’est de la fantasy. J’avoue que dans ce genre de roman, j’aime avoir des détails dans les décors, dans les us et coutumes et j’ai eu un peu de mal à m’immerger complètement dans l’univers parce que j’étais un peu en « manque » de détails de ce côté-là.

Le premier tome est en deux parties. Personnellement, j’ai fait le choix de lire les deux parties l’une après l’autre. Il y a un côté attirant dans cette lecture. Je pense que la saga familiale m’a énormément plu. En effet, ce premier tome tourne autour de Richard et d’Alizée. Deux personnages forts qui vont être séparés par le Don d’Alizée. Un don fantastique qui lui permet d’avoir des visions. Cependant, ce don peut être dangereux s’il n’est pas maîtrisé : c’est pour cette raison qu’Alizée va être séparée de ses parents et de Richard pendant quelques années. Avec sa tante Sylvia, elle va se retrouver sur une île des initiés pour apprendre à utiliser son don et les us et coutumes des prêtresses.   Elle va rencontrer Sarra sa grande amie qui va être pour elle comme la sœur qu’elle n’a jamais eu.

J’ai beaucoup apprécié les personnages que l’on va rencontrer tout au long du premier tome. Ils sont nombreux, ont tous leurs caractères, leurs forces et leurs faiblesses. J’ai apprécié la force de caractère d’Alizée qui va tout faire pour protéger les siens. Dolorès est aussi un personnage que j’ai beaucoup apprécié tant elle a une rage qui la ronge. Elle va être brillante et forte. Les personnages féminins sont tous brossés dans le détail. Les femmes sont toutes différentes mais permettent d’avancer dans l’intrigue. On comprend les actes même si on n’est pas forcément d’accord avec ces derniers. Cela me permet de revenir sur la notion de viol dans ce premier tome : je peux comprendre l’idée d’avoir utilisé ce siècle pour dépeindre ces scènes plus « banales » au 13ème siècle que de nos jours. En revanche, cette idée où le personnage féminin se fait violenter et violer pour au final ressentir des frissons de plaisir, j’ai eu un peu de mal.  Cela ne reste que mon avis personnel.

J’ai apprécié la plume de l’auteure qui est percutante et qui permet d’entrer dans une saga familiale intense et sans longueur. On ne s’ennuie pas, on vit cette folle histoire avec les personnages et à travers plusieurs générations. C’est vraiment très prenant et la fin du premier tome me laisse sur un cliffhanger de folie qui donne envie de lire le deuxième tome.

En définitive, même s’il y a eu quelques petits points qui n’ont pas forcément eu l’effet escompté sur moi, cette romance est très agréable à lire. La plume offre un dynamisme certain et une lecture attrayante. L’auteure me prouve encore une fois que ce n’est pas parce que certaines choses ne sont pas à mon goût que tout le roman ne me plaira pas. Le panel de personnages est très intéressant et étoffé. Cette romance médiévale et appartenant à la fantasy est pleine de surprises. Je vous conseille de vous plonger dans l’univers de la dynastie des Sambourg. Je lirai le deuxième tome avec plaisir.

03 bonnes raisons de lire ce premier tome :

  • La saga familiale proposée
  • La plume de l’auteure
  • Les personnages d’Alizée et de Dolorès

3.5

23

Bilan mars 2021

ship-2202910_1280 (1)

Salut tout le monde ! On se retrouve (tardivement) pour le bilan de mars 2021. J’ai fait de belles découvertes mais je me suis aussi un peu cassé la figure lol.
——————————————————————————————-
Bilan Livresque
——————————————————————————————-
Services presse et Comités

J’ai eu la chance de me plonger dans un roman pour un comité de lecture aussi. Nous somme donc à 15 lectures/écoutes pour le mois de mars. Je suis heureuse d’avoir pu reprendre un rythme convenable.
——————————————————————————————-
Les 03 meilleures lectures du mois…
——————————————————————————————-

——————————————————————————————-
J’attendais plus de… 
——————————————————————————————-

Je vous embrasse bien fort, on se retrouve dans deux semaines pour le bilan d’avril
17

Bilan mensuel février 2021

car-2039180_1920 (1)

Salut tout le monde! On se retrouve aujourd’hui pour faire le bilan du mois de février. Un mois riche en émotions mais un mois qui était sympathique quand même.
——————————————————————————————-
Bilan Livresque
——————————————————————————————-
Services presse et Comités

Ajoutons à cela deux lectures pour un comité et trois lectures audio (Harry Potter, forcément) nous sommes à 16 lectures ce mois ci. Je suis plutôt contente, je commence à récupérer un bon rythme de lecture ♥ 
——————————————————————————————-
Les 03 meilleures lectures du mois…
——————————————————————————————-

——————————————————————————————-
J’attendais plus de… 
——————————————————————————————-

41pTo4xKX0L._SY346_

J’ai pris beaucoup de temps pour réfléchir. J’ai cru que j’allais laisser tomber le blog. J’ai vraiment eu une période de ras le bol mais finalement, elle est passée. Je suis contente d’avoir pris le temps de faire le point et de ne pas avoir pris de décisions trop hâtives. Je ne savais pas si je voulais vraiment continuer à donner mon avis. Puis miracle, quelques personnes sont venues me voir et me demander pourquoi on ne me voyait plus dans le coin. Après quelques discussions et jolies preuves d’amitié, j’ai remis le pied à l’étrier et j’ai réussi à trouver un rythme. Vous savez cet équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle. Je pense que le souci était là… Ma vie professionnelle a pris trop de place ces derniers temps et ma vie personnelle s’est noyée complètement dans les plannings, dans les réunions et dans les rendez-vous. J’ai donc revu tout cela. Le soir est réservé aux chroniques, à la lecture et à ma famille. C’est bien mieux ainsi
Je suis aussi allée à la mer, j’ai respiré un grand coup. Ca m’a fait tellement de bien. J’ai aussi repris un peu ma vie en main : nourriture saine et équilibrée, sport (un peu, faut pas déconner) et des sorties (même si ces dernières sont pour les magasins de bricolages et de meuble). La famille et les amis, il n’y a rien de mieux. J’ai aussi fait mon premier baby sitting entre filleule et marraine, c’était chouette de se retrouver entre nanas.
Nous avons aussi pris la décision de décaler le mariage en septembre. C’est flou, ça fait suer mais on croise les doigts pour que tout aille bien. ♥ 
A bientôt tout le monde
Un merci particulier à Isa, Nathalie et Laura pour leur soutien
14

Poison florilegium d’Annalena McAfee

téléchargement (1)Résumé : Londres, de nos jours. A soixante ans, Eve est une femme accomplie. Peintre renommée spécialisée dans la reproduction florale, elle vit dans une magnifique maison de Londres avec son mari Kristof, un architecte aussi célèbre qu’elle. Malgré cette apparence de succès, elle souffre d’un manque de reconnaissance et ne supporte plus le monde de l’art dont elle ne comprend plus les codes. Bien décidée à prouver qu’elle n’est pas dépassée et que ses œuvres ne sont pas seulement de gentilles natures mortes, elle se lance dans une entreprise ambitieuse et titanesque : peindre des fleurs vénéneuses et carnivores sur de gigantesques panneaux. Cette œuvre, intitulée Poison Florilegium, sera son chef d’œuvre !

Dans son atelier, c’est l’effervescence, tous ses assistants sont sur le pied de guerre et parmi eux, un nouveau venu, Luka, jeune homme mystérieux et sensible, qui ne tarde pas à devenir son amant en dépit des trente ans qui les séparent. De plus en plus obsédée par son travail, folle de passion pour Luka dont le comportement est pourtant bien étrange, Eve ne va pas tarder à perdre pied…

Après Le Doux Parfum du scandale, Annalena McAfee nous livre un roman subtil et haletant sur le monde de l’art, son sexisme et ses excès. Le portrait saisissant d’une femme au bord du gouffre…

~ Service presse ~

Je remercie chaleureusement les éditions Belfond pour l’envoi de ce roman. J’étais vraiment curieuse de lire ce roman qui propose de faire un tour dans le domaine des arts et plus particulièrement dans le domaine de la peinture. On mélange cela à une romance assez atypique et des plantes carnivores et il ne m’en a pas fallu plus pour vouloir plonger mon nez dans cette histoire !

J’ai passé un bon moment de lecture avec ce roman. Il est vraiment atypique. On a un thriller qui s’installe doucement mais surement. Ce qui rend ce roman atypique, c’est le choix des thématiques que l’on ne croise pas dans toutes nos lectures. Le poison des plantes vénéneuses va se distiller dans les lignes, dans les mots et dans les actions de nos personnages.

On fait la rencontre d’Eve, une artiste de 60 ans qui va faire le point sur sa vie. Elle profite d’un voyage en métro pour faire le point sur sa vie. Il n’y a aucun remord ni regret dans son bilan. Il y a simplement de la nostalgie : comment a-t-elle pu passer de cette jeune artiste débarquant à New-York avec une envie incommensurable de décrocher la lune et les étoiles à la femme de Kristof, cet architecte très connu ? Comment a-t-elle pu passer de la lumière à l’ombre ? Comment en est-elle arrivée là ? J’ai beaucoup apprécié le personnage d’Eve : c’est original d’avoir un personnage principal âgé d’une soixantaine d’années. La plupart du temps, je rencontre des personnages plus jeunes. J’ai aimé cette volonté de sortir le meilleur de soi-même. Avec son œuvre poison florilegium, elle va signer la plus grande et belle œuvre de sa carrière !

Luke arrive dans l’équipe d’Eve. Il va chambouler la vie de l’artiste et va tout de suite lui faire voir la vie autrement. Elle n’est plus « la femme de quelqu’un » : elle est une femme désirable, belle et incroyable. Luke va lui faire vivre une relation intense. Cependant, tout n’est jamais rose entre les gens… On va vite se rendre compte que Luke va chambouler la vie d’Eve mais pas seulement dans sa manière de se voir…

J’ai beaucoup apprécié ce que j’ai lu. En effet, j’ai trouvé la thématique des plantes carnivores ultra bien trouvée ! J’ai aimé cette idée du danger. Parce que finalement, c’est lorsque l’on se sent en danger que l’on rebondit, que l’on trouve cette force au creux de notre ventre pour avancer et se sortir d’une situation dangereuse. On mélange ça à une romance qui ne va pas nous mener dans le chemin que l’on connait. L’auteure va changer un peu les codes et cela est assez intéressant. En revanche, la seule chose que je regrette ici, c’est le fait que l’auteure sème un peu trop d’indices à travers son intrigue et l’on découvre un peu trop facilement ce qui va se passer.

La tension est palpable tout au long de l’intrigue. J’ai trouvé l’idée originale et l’intrigue prend véritablement de l’ampleur à partir d’une bonne centaine de pages. Le temps que l’intrigue s’installe et que l’enquête commence à se mettre en place. L’auteure va vraiment proposer quelque d’intéressant et d’original : que ce soit dans le choix des thématiques ou même dans la construction de son roman. La plume est agréable et la lecture se fait sans embûche. Je n’ai pas grand-chose à dire sur le style : il est passe partout mais cela ne l’empêche pas d’être sympathique. En revanche, j’ai apprécié les références artistiques et culturelles tout au long de ce roman. J’ai aussi apprécié la piqûre de rappel sur le monde de l’art et du sexisme ambiant mais aussi ses excès dans ce monde.

En définitive, malgré un style passe-partout ainsi qu’une fin que l’on voit venir bien avant la dernière page, j’ai apprécié ma lecture dans son ensemble : le panel de personnages est très intéressant. J’ai apprécié les thématiques et les risques pris par l’auteure pour sortir des codes.

03 bonnes raisons de lire ce roman :

  • La thématique des plantes vénéneuses que j’ai adorée !
  • Le personnage principal : Eve qui est très surprenante.
  • La présence de l’art de manière générale

3.5

25

Ces petites gourmandises littéraires…

tea-556777_1920 (1)

Bonjour tout le monde, 
J’avais envie de sortir de nouveau des articles sur la lecture mais sans forcément en parlant d’un roman spécifique. Nous sommes des milliards de lecteurs et nous sommes tous différents. 
Personnellement, je fonctionne au coup de coeur pour une couverture par exemple. Selon mes humeurs, j’ai plutôt envie de me lancer dans telle ou telle lecture. J’avais envie de vous parler de mes « gourmandises » littéraires. Ce à quoi je ne pourrais jamais dire non. 
~ La période de Louis XIV ~ 
Impossible pour moi de passer à côté d’une intrigue qui va mettre en scène de près ou de loin Louis XIV et le fabuleux château de Versailles. 

versailles-880359_1920

~ Jane Austen, Lisa Kleypas, Julia Quinn et J.K Rowling ~ 
Quatre noms, quatre périodes différentes, quatre plumes différentes mais elles réunissent toutes quelque chose : une possibilité de me sortir d’une panne de lecture. Je relis un roman, quelques passages, je bouquine et d’un coup, ça se débloque. 

donut-3723751_1920

~ Un cosy mystery anglais, un conte revisité et une romance historique ~ 
Impossible pour moi de résister à une intrigue so british. Le tea time, les paysages, l’ambiance… Bref ! Moi je vote pour en avoir des tonnes à lire! La romance historique est MON genre de prédilection même si j’en apprécie d’autres (heureusement d’ailleurs) mais lorsqu’on y ajoute des bals, des robes somptueuses et de magnifiques manoirs… On me perd le temps de finir ce roman. Je suis une grande fan des contes de fées en tout genre. Alors quand il y a une revisite, une princesse qui se cache dans les pages d’un roman, je fonds ♥

castle-3619698_1920

~ Les pâtisseries ~ 
Ma gourmandise déteint sur mes lectures! Impossible pour moi de passer à côté d’une intrigue qui va parler de cup cake ou de cuisine en tout genre! Je ne dis pas non à un salon de thé ou un bistrot aussi! J’adore Jenny Colgan pour ça par exemple ! 😀 

cupcakes-1850628_1920

Et vous? Quelles sont vos gourmandises? Ce à quoi vous ne pouvez pas dire non? 🙂 

 

25

Bilan mensuel janvier 2021

house-54585_1920 (1)

Salut tout le monde ! On est le 15 et je n’ai toujours pas fait mon bilan. La faute à ma paresse, à mon manque d’envie et à ce tourbillon qu’est ma vie… Rien de bien grave mais je pense que c’est une accumulation de beaucoup de choses : la fatigue liée au COVID et au travail qui me pousse à travailler beaucoup. Mon mariage se fera en deux temps : avril et septembre. C’est encore une fois bouleverser les plans et ne pas pouvoir faire comme on le souhaite… Tout cela pèse et fait que j’ai beaucoup lu mais pas beaucoup chroniqué : j’ai vu mes amis, j’ai partagé du temps avec mon amoureux, ma famille. J’ai aussi mis les choses au clair dans ma vie de manière générale. Je reviens doucement mais surement… Je remercie les ME et les auteurs pour leur patience. Je travaille sur beaucoup de chroniques pour cette fin du mois de février. 
——————————————————————————————-
Bilan Livresque
——————————————————————————————-
Services presse et Comités
Lectures détente 
Un peu en deçà de ce que j’ai l’habitude de lire mais j’ai quand même un joli bilan de 16 livres lus dont 3 lectures personnelles, ça fait plaisir ! 
——————————————————————————————-
Les 03 meilleures lectures du mois…
——————————————————————————————-
——————————————————————————————-
J’attendais plus de… 
——————————————————————————————-
(avant qu’on vienne hurler au scandale, ce classement est personnel. Je croise les doigts pour que ces romans qui ne m’ont pas fait décoller le feront chez d’autres lecteurs)
——————————————————————————————-
On s’est aussi retrouvé pour …
——————————————————————————————-

mailbox-507594_1920-12223 

 

On se retrouve très vite pour le bilan de février

17

Mes réceptions #24

mailbox-507594_1920-1

Salut tout le monde ! Me revoilà =)

En forme, avec l’envie de vous partager mes lectures et de rattraper ce monstre qu’est le retard accumulé ! ^^

Voici mes réceptions de ces 03 dernières semaines

Un petit achat (Marked Men). Je remercie donc tous mes partenaires pour leur compréhension et patience 🙂 ♥ 
Et vous? Quoi de neuf dans vos bibliothèques ? 🙂
22

Mes réceptions #23

mailbox-507594_1920-1

Salut tout le monde ! 🙂
J’espère que ça va bien 😀
Voici mes réceptions de la semaine. Je remercie chaleureusement Jérôme et Gilles Paris pour les envois. Ils sont CA-NON Trois services presse cette semaine 🙂

Et vous? Quoi de nouveau dans vos étagères? ♥ 
18

L’orpheline des sœurs de la charité de Florence Roche

51fWXiOURvL._SX309_BO1,204,203,200_Résumé : Mai 1913. À quelques heures de quitter l’orphelinat où elle a grandi, Mathilde croise le regard d’Armand. C’est le coup de foudre. Mais les parents du jeune homme, industriels prospères, refusent catégoriquement de le voir épouser une simple lingère, d’autant que Mathilde serait la fille de Lise Leclerc, une criminelle accusée d’avoir tué trois hommes de sang-froid. Pour espérer enfin goûter au bonheur, la jeune femme va devoir faire la lumière sur son passé.

~ Service presse ~

Je remercie chaleureusement les éditions presses de la cité pour l’envoi de ce roman. Je suis ravie de continuer mes découvertes avec ce nouveau partenariat. Je ne connaissais pas la plume de Florence Roche et j’avais envie de me lancer dans ce roman.

On va faire la rencontre de Mathilde, une jeune femme qui a été recueillie par les sœurs de la charité. A travers sa vie au sein des sœurs, elle apprend le travail, l’amitié et l’amour. Mathilde est une très belle fille, probablement la plus belle des alentours et cela n’a pas échappé à Armand, fils d’un riche notable de la région. A sa majorité, Mathilde prend son envol et trouve refuge auprès de la gérante d’une laverie qui va lui offrir un toit et un travail. Armand lui promet son amour et une vie merveilleuse à ses côtés. Cependant, rien ne se passe comme prévu : entre les deux classes sociales, l’écart est énorme et les parents d’Armand s’opposent à cette union… En plus d’être une lingère, Mathilde est la fille de Lise Leclerc, une femme qui a commis trois meurtres il y a quelques années. Entre passé et présent, le lecteur est propulsé dans une histoire intrigante et rondement menée…

J’ai beaucoup apprécié le fait que l’on doive, nous aussi, découvrir le passé de Mathilde via l’histoire de Lise pour comprendre son présent. Si quelques petits points étaient assez attendus, j’ai trouvé la fin assez spectaculaire et bien trouvée. Je ne me suis doutée de rien jusqu’au dernier mot. L’histoire est très bien ficelée : en effet, le lecteur est happé très rapidement par l’histoire de Mathilde. Franchement, j’ai passé une nuit sur ce roman. Je n’ai pas su le lâcher avant d’avoir la fin de l’histoire.

Mathilde est un personnage que j’ai grandement apprécié : douce, intelligente et pleine de bonté, Mathilde est un très beau personnage. C’est vraiment très intéressant de comprendre la construction de ce personnage mais aussi les liens que l’on peut tisser entre Lise et Mathilde. C’est vraiment très sympathique. Le personnage de Justine est aussi un personnage que j’ai apprécié pour son courage et sa bonté sans limite. Elle prouve que la vie peut réserver bien des surprises. Lise et Justine est un couple d’amies qui fonctionne très bien et qui permet d’avoir des personnages attachants dans ce récit qui n’est pas toujours évident.

Les figures masculines sont assez négatives dans ce roman : la famille d’accueil de Justine qui comporte trois hommes aussi mauvais les uns que les autres, le père d’Armand qui ne veut rien entendre et va faire vivre un enfer à Armand et par prolongement à Mathilde. Lise est accusée d’avoir tué trois hommes. Mis à part deux voire trois hommes, ils tirent tous ce que l’on peut penser de la gent masculine vers le bas.

La plume de Florence Roche est très agréable. Elle se lit très bien. Dynamique et rafraichissante, c’est une plume que j’appellerai VTT : elle s’adapte à toutes les situations : des plus ordinaires aux plus difficiles. C’est très intéressant. De plus, la construction de ses personnages est aussi très bonne : elle n’en dévoile pas trop pour laisser le lecteur en haleine jusqu’à la dernière page. J’ai plutôt tendance à « fuir » les lectures qui proposent un cadre avec des bonnes sœurs, Florence Roche me réconcilie avec cette thématique !

La construction romanesque est aussi très intéressante : Florence Roche va, à travers son roman, mimer ce qui se dit dans le résumé. En effet, on doit faire les va-et-vient entre le passé et le présent pour appréhender ce dernier. Je trouve ça chouette.

En définitive, c’est vraiment une très belle découverte. J’ai aimé le cadre, les histoires personnelles de nos personnages mais surtout la plume de l’auteure que je relirai avec grand plaisir. J’ai apprécié l’enquête que Mathilde, notre personnage principal, va faire. J’ai beaucoup apprécié découvrir le passé de Lise et de comprendre comment et pourquoi elle a été accusée à tort ou à raison. C’est vraiment exceptionnel. Je ne m’attendais pas du tout à lire ce genre d’histoire qui, au départ, va être marquée par le cadre d’un couvent. C’est vraiment très agréable.

Ce roman n’est pas une simple histoire d’amour. Ce n’est pas que l’histoire Armand et de Mathilde. C’est bien plus que ça, c’est aussi une recherche d’identité. La quête identitaire va pousser Mathilde dans ses retranchements et va nous proposer d’aller de découverte en découverte. Je ne m’attendais pas à ce genre d’intrigue mais c’est agréablement surprise que je vous écris cette chronique !

03 bonnes raisons de lire ce roman :

  • Un panel de personnages que j’ai beaucoup apprécié. Surtout Mathilde et Lise nos deux figurines principales qui vont bercer l’intrigue.
  • Les relations qui se tissent au fil des pages
  • La plume de l’auteure que j’ai trouvée remarquable

4

17

Bilan annuel 2020

bottle-of-sparkling-wine-4734176_1920 (1)
Coucou tout le monde ! Nous sommes début janvier et il est temps de faire le point sur l’année écoulée. 
Elle a rimé avec confinement, stress, changements de plan… Mais pas que! De belles découvertes livresques, de belles rencontres, de l’amour et de l’amitié. J’ai tendance à voir le verre à moitié plein! C’est ainsi. 
En 2020, grâce au blog, j’ai croisé la route de plusieurs personnes formidables et j’ai renforcé mes liens avec d’autres. Je pense à JC Staignier, à Claire Bertin, à Nathalie Perrot (on doit toujours se faire ce restau hein!), mais aussi à ma Steph de sorbet kiwi, à ma Kath qui n’est plus sur la blogo mais qui reste dans mon coeur (et au bout de ma rue aussi), je pense aussi à Marine qui tient le blog la fille en rouge dont les articles sont formidables. Le travail d’Audrey chez Light and smell est aussi remarquable!
Je remercie aussi mes copines de blog de toujours être présentes lorsque le moral est au plus bas. Si je commence les remerciements, je dois aussi remercier les ME qui me font confiance. Vous êtes trop nombreux, j’ai peur d’une indélicatesse. Sachez que vous avez tous une importance certaine pour moi. C’est formidable de pouvoir travailler avec vous. 
D’un point de vue personnel, 2020 a été rude. J’essaye, encore aujourd’hui, je me remettre du vide que forme dans mon coeur la perte de ma mamie. C’est très perturbant et difficile par moments. 2020 c’est aussi la désillusion de mon mariage que l’on a repoussé et dont on ne sait toujours pas s’il pourra être célébré comme il se doit. Ces épreuves dont que l’on prend beaucoup de recul et que l’on devient positifs. J’ai la chance d’avoir un homme formidable qui partage ma vie et mes pizzas. On ne va pas non plus pleurer pour une fête. En 2021, je serai mariée et c’est le plus important pour moi (et porter ma robe aussi tous les jours au petit déj’). J’ai aussi eu la chance d’évoluer dans mon travail et d’avoir pu travailler sans devoir être au chômage technique comme beaucoup d’entre vous et j’en suis navrée. 2020, c’est aussi l’année où j’ai pu compter sur ma famille et mes amis. 2020, c’est l’année des bonnes nouvelles aussi : le mariage de mon frère, la grossesse de ma meilleure amie, je suis marraine, la rémission du cancer de ma tante, les cours de sport avec ma Jess qui me font tellement de bien! 
J’ai fait un point sur mes lectures. Elles sont au nombre de 290 en comptant les manuscrits, les histoires sur watt pad et les comités de lecture. En ce qui concerne mes lectures « pour le blog » c’est-à-dire les romans qui ont eu ou auront une chronique, j’ai noté 256 titres lus. C’est très bien ! Je suis sur la même lignée que l’année dernière et ça me fait bien plaisir ! 🙂 Je continue aussi ma volonté d’arrêter certains partenariats et de prendre plus de temps pour mes lectures personnelles. 
Voici un petit top 10 de mes lectures les plus percutantes de cette année. Elles ne sont pas forcément des coups de coeur mais elles ont été marquantes pour moi. Il y a une dominante de romance mais que voulez-vous, j’ai toujours besoin de belles histoires d’amour. 
Il ne me reste plus qu’à vous souhaiter une formidable année. Qu’elle soit riche en succès, en joie, en amour et en amitié. Cette année aura au moins le mérite de remettre les idées en place. La santé et l’entraide sont les choses les plus importantes de la vie. 
Profitez de votre famille et de vos amis et faites attention à vous ♥ 

 

 

24

Bilan mensuel décembre 2020

christmas-3026688_1920 (1)

Coucou tout le monde ! 
Je vous retrouve pour le bilan du mois de décembre 2020 qui vient terminer une année riche et complètement folle. C’est l’heure du bilan… 
——————————————————————————————-
Bilan Livresque
——————————————————————————————-
Services presse et Comités
Lecture détente 

51XpB++zs7L._SX195_

Voici donc un joli bilan de 18 romans dont 1 audio 
——————————————————————————————-
Top & Flop
——————————————————————————————-
Aucun flop pour ce mois ! 🙂 

 

On s’est aussi retrouvé pour mes réceptions 

mailbox-507594_1920-1

1920 21
Personnellement parlant, le mois a été assez mouvementé. Je me suis rendue compte que la discussion était importante et que les non dits pouvaient faire aussi mal que les mots. Cependant, on en tire toujours quelque chose de positif. Je suis aussi plus qu’heureuse de vous annoncer que je suis marraine pour la première fois de ma vie. C’est d’autant plus un honneur que c’est ma petite Alix, ma cacahuète, la fille de ma meilleure amie qui est ma filleule. Professionnellement, le travail et chronophage et forcément je déborde sur mon temps personnel. J’essaye de faire au mieux, je n’oublierai personne. C’est promis. 
Je suis aussi maintenant sur Instagram les amis ! Suffit de chercher @satinesbooks
Je vous retrouve dans un prochain article pour un bilan annuel… 
En attendant, je vous souhaite une merveilleuse année, qu’elle soit synonyme de succès, de réussite, d’amour et de bonheur.  

12

Le grand art des petites escroqueries de Sophie Endelys

Le-Grand-art-des-petites-escroqueriesRésumé : Juillet 1989. Julia James est victime d’un terrible accident de voiture. La talentueuse journaliste, qui peinait sur son livre Le Grand Art des petites escroqueries, avait loué une dépendance sur la propriété de la Fondation Saint-Just – une école qui propose des stages révolutionnaires de développement personnel – pour l’été afin d’y achever son manuscrit. Avril 2010. Sa fille, Clémence, reçoit un colis contenant 502 dessins réalisés par Julia, qui est morte en 1999 – dix ans après son décès officiel –, au couvent de la Sainte-Charité, non loin de la Fondation. Pourquoi le père de Clémence lui a-t-il fait croire à la mort de sa mère ? Quel rôle ont joué l’avocat Maxence Saint-Just et Marius, l’édi­teur de sa mère ? Son grand-père lunetier, qui l’a élevée, savait-il ? Et, surtout, qu’avait donc découvert Julia à Groumenville ?

~ Service presse ~

Je remercie chaleureusement les éditions Presse de la cité pour l’envoi de ce roman. J’ai été attirée par le titre et la couverture. Le résumé n’a fait que confirmer mon envie de découvrir l’univers et la plume de Sophie Endelys.

J’avoue que cette lecture n’est pas un franc succès cette fois ci. L’idée de base est très originale : un accident, une mort qui survient 10 ans après l’annonce officielle dudit décès. Bref, pour résumé : Julia, une écrivaine, a eu un terrible accident de voiture. Clémence, sa fille a été appelé en 1989. Coup de fil redouté de tous : on lui annonce que sa mère est décédée. Cependant, dix ans plus tard, elle reçoit un colis contenant les dessins de sa mère qui est décédée… en 1999.

Le point de départ est très sympathique. Le monde de Julia s’effondre. Tant de questions viennent polluer son esprit ? Pourquoi ? Comment ? Pourquoi les gens autour d’elle ont décidés de lui cacher le faux décès de sa mère ?

Je n’ai pas su m’attacher aux personnages. J’ai apprécié Julia mais elle ne restera pas dans ma mémoire. Si je l’ai trouvé sympathique, ça n’ira pas plus loin. Je reconnais avec grand plaisir que l’auteure sait écrire : la plume est fine, délicate, pleine de surprise. Les mots sont choisis avec beaucoup de précision et on sent tout le travail derrière. Je pense, sincèrement, que je ressayerai avec un autre titre la plume de l’auteure. Je pense que c’est intrigue qui m’a fait défaut. En effet, je n’ai pas su accrocher à cette intrigue. J’ai lu, posé le roman, repris ma lecture, poser le roman de nouveau. C’était un jeu sans fin jusqu’à la dernière page à cause de la construction. Elle est trop compliquée pour moi.

L’auteure va utiliser la symbolique dans son roman : en effet, les métiers des personnages sont assez significatifs : entre romancière (qui invente des histoires), marionnettiste (qui manipule les petits pantins) et bien d’autres, on retrouve vraiment la manipulation de manière générale dans le roman. J’adore ça. C’est ce que j’aime trouver dans la grande littérature. Et c’est ce qui me fait dire que l’auteure a du talent.

Quand je parle de la construction, je parle du changement des points de vue, des temporalités et des flashes back… Si d’habitude, cela ne me dérange pas, j’ai eu cette impression de suivre un échange lors d’un match de tennis : ma tête allait dans tous les sens sans forcément comprendre pourquoi. C’est déroutant mais je ne comprends pas pourquoi aller si vite. On perd le lecteur. Cela permet de coller à la thématique de la manipulation et de l’escroquerie, c’est certain. On perd le lecteur pour le surprendre. Mais personnellement, cela n’a pas fonctionné pour moi. Je trouve que la couverture est très symbolique. Cet escalier en spirale mime très bien l’intrigue : c’est sans fin.

Certaines thématiques soulevées restent intéressantes : j’ai aimé la manière dont on traite du mensonge de manière générale. La place du mensonge dans la société est assez importante et cela nous permet de nous interroger sur la société. De nombreux évènements vont mettre en lumière la mensonge, la manipulation ainsi que la trahison. Peu glorieux me direz-vous… Cependant, l’auteure parvient à traiter ces thématiques de manière intelligente. Au-delà de cette réflexion intéressante, j’ai trouvé des évènements trop gros pour qu’ils soient crédibles… Cela ne permet pas une bonne appréhension de l’intrigue. A partir du moment où la crédibilité n’est pas présente dans l’intrigue, ce n’est pas possible pour moi d’apprécier un roman à sa juste valeur. J’ai passé plus de temps à chercher les incohérences qu’à m’attacher aux personnages ou à l’enquête. Dommage.

Je ne vais pas m’attarder plus longtemps sur ce roman. Je reste persuadée des qualités de la plume de l’auteure. C’est juste l’intrigue qui ne m’a pas plu. Cela arrive et cela n’enlève rien au talent d’un auteur. Bravo pour avoir soulevé des thématiques importantes et d’avoir dessiné une fresque sociale intéressante.

23

PAL mensuelle décembre 2020

decorating-christmas-tree-2999722_1920 (1)

Hello tout le monde, on se retrouve pour ma PAL de décembre. Je ne m’y prends, encore une fois, pas à l’avance mais vous voyez ainsi mon prévisionnel =) (Bon, il est déjà bien entamé :))
Mois 100% SP pour la simple et bonne raison que je suis en retard dans mes lectures =)

Glitter_08c57aa14f

Il y a du beau monde, non ? 🙂 
J’ai déjà lu quelques romans et rattrape mon retard sur ma PAL de novembre… Malheureusement, il y a eu un léger manque de temps qui risque de se reproduire en décembre même si j’aimerai tout boucler pour le 31 décembre 2020. En terme de lecture, c’est possible mais pas forcément en terme de chroniques. M’enfin, on va se débrouiller =) 

Des bisous et bonnes fêtes!

20

Bilan mensuel novembre 2020

night-3078326_1920 (1)

Salut tout le monde!
On se retrouve aujourd’hui pour le bilan livresque du mois de novembre ! Mois riche, intense, compliqué. Bref ! C’est parti.
——————————————————————————————-
Bilan Livresque
——————————————————————————————-
Services presse et Comités

Nous voici donc avec un joli bilan de 19 romans + 2 romans en comité pour un total de 21 romans! Je suis contente ! (:
——————————————————————————————-
Top & Flop
——————————————————————————————-

TOP

J’ai lu mieux… 

——————————————————————————————-
Les petits rendez-vous chez Satine =)
——————————————————————————————-

mailbox-507594_1920-1

1415161718

Je tenais aussi à m’excuser pour le léger retard accumulé pour mes chroniques. En effet, la fin d’année est rude pour moi. Personnellement déjà, entre le stress de la préparation mariage, le mois de novembre qui signe la perte de ma petite mamie, j’ai perdu une personne qui m’était chère du COVID. Professionnellement parlant, je suis aussi bien prise : je coordonne des équipes d’aides à domicile. Je mange COVID matin, midi, soir et nuit et je suis sur le terrain aussi, donc j’avoue que j’ai un peu craqué. J’ai aussi choppé cette petite bêbête : je suis très fatiguée. Du haut de mes 27 ans, la fatigue persiste. Cela me pousse à vous dire de faire attention à vous et de vous protéger.
Quoi qu’il arrive tout sera mis en place avant le 31 décembre 2020. Je vous remercie pour votre compréhension et vous embrasse!
C’est parti pour le calendrier de l’avent ! 🙂
Je vous embrasse ♥ 
24

Mes réceptions #17

mailbox-507594_1920-1
Hello tout le monde 🙂
J’espère que vous allez bien ! Ici, le temps est tout gris, c’est clair, l’automne est bien là! J’ai reçu quelques petits romans cette semaine, ça vous tente de les voir? 🙂 C’est parti!
Deux romans papiers et un roman numérique sont venus prendre place dans ma PAL.

Un grand merci à Alter Real éditions, City éditions et Eric Poupet, ainsi qu’à Agnès Rabotin pour leur générosité.
Et vous?
16

Ghost Love de Loïc Le Borgne

51V+D8hO+hLRésumé : La vie de Mathis a pris un tournant bien sombre depuis que son frère s’est tué en voiture. Oscillant entre soirées alcoolisées avec sa bande d’amis et job étudiant au journal du coin, son été s’étire dans la chaleur et la culpabilité. Il dérive jusqu’à Éléonore, jeune femme pleine de charme et de mystères. Ses goûts, ses paroles, ses passions s’accordent à merveille à ceux du jeune homme, bien qu’elle refuse tout contact physique… Sans cesse ramené au manoir abandonné du coin, Mathis s’embarque dans une histoire qui le dépasse, mais qui pourrait bien l’aider à panser quelques plaies.

~ Service presse ~

Je remercie chaleureusement Jérôme et les éditions Naos pour l’envoi de ce roman que j’attendais avec tellement d’impatience ! J’ai plongé dans Ghost Love comme si je n’avais rien à perdre. J’ai eu raison ! Quelle belle découverte ! Quelle lecture !

Comme vous le savez, dès qu’il y a une romance, je fonce. Ici, on trouve une romance fantastique et franchement, elle est très bien maitrisée ! L’auteur a trouvé l’équilibre parfait entre réalité et fiction mais aussi entre romance et action.

On fait la rencontre de Mathis, un jeune homme très attachant. Il a perdu son frère dans un accident de voiture : son meilleur ami, sa famille, son repère. La vie sans son frère est différente et compliquée. Sa vie est morne jusqu’à ce qu’il fasse la rencontre d’Eléonore. Elle vient éclairer la vie de Mathis au point qu’il en oublie ses soucis. Elle est belle, hors du commun et tellement différentes des filles fades que Mathis côtoie. Pigiste dans un journal le temps d’un été, Mathis va se battre avec Eléonore pour qu’un promoteur ne détruise pas le manoir de sa ville, là où il a l’habitude de trainer avec ses amis.

J’ai beaucoup apprécié le personnage de Mathis qui est un jeune homme blessé par la vie mais surtout calme et réfléchi. J’aime ce genre de personnage. J’ai beaucoup apprécié Eléonore pour le côté mystérieux qu’elle apporte à l’intrigue. Il m’est difficile de vous parler de l’intrigue sans vous en dévoiler une partie. Je vous conseille donc, si vous êtes un lecteur ou une lectrice adepte de la romance fantastique, de plonger dans cet univers.

On a aussi une dimension historique qui se met en place avec le personnage d’Alice Heine. Deuxième femme du prince Albert 1er de Monaco. Elle finira recluse dans son château reniée. Elle va finir par s’entourer des plus grands esprits français : entre littérature et philosophie, Alice Heine s’entoure de noms qui ne nous sont pas inconnus : Hugo, Proust… Elle a inspiré plus d’un de ces auteurs qui sont devenus ses amis. C’est son château que les jeunes de notre époque vont essayer de sauver d’un parc d’attraction.  J’ai beaucoup apprécié cette thématique du sauvetage du patrimoine. En effet, je trouve que cela n’est pas assez présent dans nos lectures. De plus, c’est très original de retrouver cette thématique dans une romance dite paranormale. J’ai trouvé cela très bien amené et construit. L’impulsion de la dimension fantastique se fait avec Eléonore et Alice Heine. Bien entendu avec le titre, on sait très bien que l’on va parler de fantôme mais je ne vous en dis pas plus…

Si j’ai apprécié la dimension fantastique de ce roman, j’ai trouvé quand même deux petits points qui ne m’ont pas forcément convaincue à 100%. Dans un premier temps, j’ai trouvé la séance de spiritisme assez attendue. En effet, Mathis et ses amis se lancent dans une partie d’ « esprit es-tu là ? » au début de l’intrigue. J’ai trouvé cette idée un peu trop attendue malheureusement. Dans un second temps, pour moi, la romance s’installe de manière trop rapide et abrupte dans cette histoire. Cela arrive trop rapidement pour que ce soit totalement crédible.

La plume de Loïc Le Borgne est très agréable. Je trouve que le roman ne souffre pas de longueur. Il se lit très rapidement et de manière très agréable. J’avoue qu’au départ, je me suis demandée où l’auteur allait nous amener. J’ai fait une petite pause au bout de 50 pages… Une fois la lecture reprise, j’ai mis mon nez dans ce roman sans pouvoir arrêter ma lecture. J’ai complètement adoré la dimension historique.

En définitive, j’ai beaucoup apprécié ma lecture. Les personnages de Mathis, Eléonore et Alice sont très agréables. Je les trouve bien construits et ils apportent de la matière à l’intrigue. De plus, l’intrigue est très équilibrée : entre romance et fantastique, j’ai apprécié le fait que l’on soit ni noyé par l’un ni par l’autre. J’ai apprécié le contexte historique ainsi que les personnages qu’il amène. Malgré quelques facilités, on se trouve dans une ambiance romantique que j’ai beaucoup appréciée. La plume de Loïc Le Borgne vient sublimer l’ensemble. Bravo à l’auteur pour ce roman tout en finesse et délicatesse.

03 bonnes raisons de lire ce roman :

  • Un panel de personnages très sympathique. J’ai adoré Eléonore, Mathis et Alice.
  • Le contexte historique est très agréable. Cela apporte beaucoup au roman.
  • La thématique de la sauvegarde du patrimoine que j’ai trouvé intelligemment amenée et très originale dans ce genre de littérature.

4

12

Mes réceptions #14

mailbox-507594_1920-1

Hello, on se retrouve pour mes réceptions de la semaine dernière =)
~ Services presse ~ 

~ Achat personnel ~

téléchargement

Et voilà pour moi ! Je remercie chaleureusement les éditions Crin de Chimère et Catherine Beaugrand
Et vous qu’avez vous acheté de beau? ♥ 
21

Bilan mensuel d’octobre 2020

Salut tout le monde ! 🙂

pumpkin-spice-latte-3750036_1920 (1)

On se retrouve un peu tardivement, j’en suis navrée, pour le bilan mensuel d’octobre. La fin d’année est rude, éprouvante et je n’ai malheureusement plus autant de temps pour le blog. Mais ne vous en faites pas! Je lis toujours autant (: Il faut juste que je revois mon organisation.
——————————————————————————————-
Bilan Livresque
——————————————————————————————-
Services presse et Comités

Voici donc 17 lectures en service presse ainsi qu’une lecture pour un comité de lecture. Pas de lectures personnelles pour moi ce mois-ci, on fera mieux en novembre 😀

——————————————————————————————-
Top & Flop
——————————————————————————————-

TOP

J’ai lu mieux…

——————————————————————————————-
Les petits rendez-vous chez Satine =)
——————————————————————————————-

coffee-3678109_1920 (1)hirsch-643340_1920 (1)mailbox-507594_1920 (1)

10111213 

A bientôt 🙂
12

Mademoiselle Déjazet d’Anne Sophie Nédélec

xcover-5431Résumé : Pénétrez dans les coulisses du théâtre du XIXè siècle…Treizième enfant d’une famille modeste, Virginie Déjazet débute sur les planches à l’âge de cinq ans, sans se douter du destin exceptionnel qui l’attend. Tout de suite, le théâtre devient sa passion et son mode de vie. De scènes provinciales en salles parisiennes, elle trace peu à peu son chemin au milieu des intrigues de coulisses et des rivalités du Boulevard du Crime. Son physique androgyne, qui la destine à interpréter les rôles de jeunes garçons dans les vaudevilles, ne l’empêche pas de multiplier les conquêtes amoureuses. Femme de tête et femme de cœur, Virginie Déjazet se forge une devise « Bien faire et laisser dire ». Mais comment rester soi-même dans un milieu où la concurrence est rude et se joue dans le lit des directeurs de théâtre ? Côtoyant l’élite intellectuelle de l’époque et parvenue au sommet de sa gloire, Virginie Déjazet achète son propre théâtre, lance Victorien Sardou, encourage Rachel et Sarah Bernhardt… avant d’être balayée par les soubresauts d’un siècle tourmenté.

Le rideau n’attend plus que vous pour se lever sur l’histoire vraie de Virginie Déjazet, la petite comédienne qui tutoya les étoiles…

~ Service presse ~

Je remercie chaleureusement Anne Sophie Nédélec pour l’envoi de son roman. En effet, j’ai carrément craqué pour ce résumé. Cela faisait longtemps que je n’avais pas plongé dans une biographie.

Connaissez-vous Virginie Déjazet ? Personnellement, avant de lire ce roman, je ne la connaissais pas. En sortant de ma lecture, j’ai l’impression qu’elle est une amie proche… Preuve que ce roman fonctionne très bien !

De nature curieuse, je suis allée faire un petit tour sur notre ami wiki… Voilà les quelques mots introductifs que l’on peut trouver sur cette femme : « Pauline Virginie Déjazet née le 30 août 1798 à Paris et morte le 1er décembre 1875 à Belleville, est une actrice française. Elle a donné son nom au théâtre Déjazet, dont elle fut la propriétaire de 1859 à 1870. » Bien entendu, cette introduction va laisser place à des kilomètres d’explications mais qui peuvent paraitre un peu trop scolaires. Je vous propose de plonger avec moi dans l’univers d’Anne-Sophie Nédélec, une auteure qui va mettre en lumière ce personnage formidable d’une manière intelligente et merveilleuse.

On va faire la rencontre de Virginie Déjazet, une femme dont la carrière est toujours présente mais les années les plus glorieuses sont passées. Virginie à 70 ans. Elle est toujours là où elle se sent le mieux : sur les planches. Actrice, cette amoureuse du théâtre va remonter le fil de ses souvenirs et de sa vie en compagnie de son lectorat. Quelle délicieuse manière de nous parler de soi ! Les souvenirs : lointains, plus proches, nets ou flous, on va partir d’un petit point, d’une petite anecdote pour se plonger dans la vie de cette femme qui a eu une vie formidable et trépidante.

« Notre époque… Quelle époque ? J’ai vieilli, mais je veux être encore de mon temps ! Je ne suis pas de ces personnes âgées qui se complaisent dans l’évocation des vieux souvenirs, relisant encore et toujours les plus belles pages de leur vie jusqu’à ce qu’elles soient si bien délavées qu’ils doivent les réécrire en trempant leur plume à l’encre dorée de leur imagination. Le « c’était mieux avant » n’est pas pour moi. »

Rapidement, on comprend que Virginie est une petite fille qui baigne dans l’Art : danse, comédie, théâtre, cette jeune femme va grandir, connaitre les difficultés du métier d’actrice et va s’acharner pour arriver à décrocher des rôles plus prestigieux, de plus grande envergure, avant de devenir une célèbre actrice.  Sa vie n’a pas été simple, on le comprend mais Virginie apparait comme une personne forte et courageuse qui ne baisse jamais les bras. C’est un personnage fort qui va mener à bout de bras l’intrigue de sa vie.

On va aussi comprendre que l’on ne peut pas réduire Virginie à son métier. Elle est aussi animée par la passion. Ainsi, on va la connaitre aussi à travers le spectre des hommes qui ont bercé sa vie. L’âge d’or de Virginie Déjazet va lui permet de susciter l’émoi, la tentation, la séduction. Superbe femme, elle va connaitre la gloire. Les années passant, elle va comprendre que ces rôles qu’elle aimait tant ne lui correspondent plus forcément.

La célébrité ne fait pas tout. Virginie Déjazet va l’apprendre en vieillissant. Elle, toujours bien accompagnée, va se retrouver, au fil des ans, à perdre des amis qu’elle pensait sincères et proches. Cette biographie romancée est une belle leçon de vie. On sent toute l’humilité qui anime Virginie Déjazet. C’est toujours sur le ton de la confidence que le lecteur va apprendre à connaitre cette actrice. On a l’impression d’être autour d’un bon thé fumant et de discuter avec une amie, une vieille connaissance sur qui l’empreinte du temps n’a pas eu  d’incidence. C’est beau, émouvant et sincère.

A travers le personnage de Virginie Déjazet, j’ai aussi fait la rencontre de la plume d’Anne-Sophie Nédélec que je ne connaissais pas. J’ai adoré. Clairement. Cette biographie ne souffre d’aucune fausse note : aucune longueur, aucune faute (que c’est appréciable !) ainsi qu’une plume maitrisée qui va nous propulsé avec une facilité déconcertante dans cette fin du 18ème siècle au cœur de la vie de Virginie Déjazet.

Au-delà d’en apprendre plus sur notre personnage principal, le contexte artistique et historique est mis en avant et cela n’est pas pour me déplaire. Le monde de l’art est rude et semé d’embûches. Le monde du théâtre ne fait pas exception à la règle. C’est dur, cruel mais aussi beau et fort. C’est vraiment un aspect de ce roman que j’ai beaucoup apprécié. N’oublions pas non plus la place de la femme dans ce siècle qui ne la voit que comme une femme au foyer, une mère nourricière ou une prostituée. C’est très intéressant d’avoir un regard sur cet aspect social dans cette histoire.

Bravo à l’auteure pour cette œuvre. C’était une parenthèse intéressante et très belle. En ces temps incertains, c’est plus qu’appréciable !

03 bonnes raisons de lire ce roman :

  • J’ai découvert Virginie Déjazet : j’ai apprécié ma rencontre !
  • La plume de l’auteure que j’ai trouvé belle et poétique
  • Le contexte historique et social apporté par cette histoire

4

24

Ces auteurs que j’aime lire en fin d’année

coffee-3678109_1920 (1)

Salut tout le monde!

Il n’y a pas de doute.. La fin d’année s’est installée.

Le vent qui craque dans les branches, la pluie qui tombe sur les fenêtres, les bonnes odeurs de soupe… mais surtout, surtout, surtout : les livres! Il n’y a pas de doute, certains genres, certains auteurs et certains livres sont plus appréciables en fin d’année. Vous êtes prêts? Bien calés sous les plaids? On est parti!

Clarisse Sabard

J’ai adoré ces trois livres! Il m’en reste quelques uns à découvrir 🙂 Clarisse Sabard a un don pour créer des ambiances qui sont très cosy. J’adore.

Nora Roberts

ob_1d5c5f89d95d7c4b233090dabdc1d2d6_index

La reine des histoires qui font fondre le coeur! 🙂 Je n’ai lu « que » le premier tome de cette saga mais j’en garde un bon souvenir. J’espère pouvoir me replonger dans ces histoires rapidement =)

Jenny Colgan

Je ne le cache pas, Jenny Colgan a carrément sa place dans ce petit article 😀 J’ai eu le cup cake café sous la neige à Noël dernier, il a patiemment attendu jusqu’à cette année 😀

Lucinda Riley

fb8abfeb-d340-4578-ac92-3e0699e190c8.__CR0,0,970,300_PT0_SX970_V1___

Source image : Amazon. Cliquez sur la photo pour en savoir plus 

THE Queen. Elle reste indétronable pour moi. J’ai laissé trainer le premier tome pendant des mois… Un plaid et un chocolat chaud plus tard, me voilà le nez dans le deuxième tome… C’est formidable ! ♥

Et voici les romans que j’aimerai découvrir en cette fin d’année…

27

Le syndrome du spaghetti de Marie Vareille

61ws1nqu2lLRésumé : Quand la vie prend un virage aussi terrible qu’inattendu, comment se réinventer et garder espoir dans l’avenir? Léa a 16 ans, un talent immense et un rêve à réaliser. Entraînée par son père, qui est à la fois son modèle, son meilleur ami et son confident, elle avance avec confiance vers cet avenir tout tracé. À 17 ans, Anthony, obligé de faire face à l’absence de son père et aux gardes à vue de son frère, ne rêve plus depuis longtemps. Ils se sont croisés une fois par hasard ; ils n’auraient jamais dû se revoir. Pourtant, lorsque la vie de Léa s’écroule, Anthony est le seul à pouvoir l’aider à se relever. Leurs destinées s’en trouvent à jamais bouleversées.

~ Service presse ~

Je remercie chaleureusement Marie Vareille qui veille toujours à ce que je reçoive ses nouveaux romans. Merci beaucoup. Je suis toujours très touchée. Marie Vareille à une plume enchanteresse.

Clairement, on ne part pas avec ce que je préfère dans la littérature. A première vue, on part sur du Young Adult avec le basket comme thématique. Une jeune femme blanche, un jeune homme noir… J’ai eu peur de tomber dans le cliché. J’avais juste oublié une chose : c’est Marie Vareille. Et Marie Vareille excelle lorsqu’il s’agit de contourner le cliché pour nous proposer une intrigue riche, intéressante et envoutante.

On fait la rencontre de Léa, une jeune fille de 16 ans qui ne vit que pour une chose : faire partie de la WNBA. La ligue féminine de basketball américaine. Avec son père, elle travaille avec acharnement pour pouvoir réaliser son rêve et rendre fier son père qui n’a jamais lâché sa petite fille. Léa a une vie agréable : deux parents aimants, une sœur avec qui elle ne partage plus grand-chose mais qui reste sympathique.

D’un autre côté, on fait la rencontre d’Anthony, un jeune homme dont le parcours n’est pas aussi facile que celui de Léa. Il vit dans un quartier « qui craint », son frère fait des bêtises. Lorsque le jeune homme, basketteur talentueux fait une erreur, les portes se ferment et le basket n’est qu’un souvenir un peu brumeux.

La même envie sans avoir le même parcours. La même galère de voir son rêve exploser en plein vol. La croisée de ces deux chemins est belle, pleine d’émotions, de doutes et de craintes.

J’avoue que j’ai plus apprécié les moments sur Léa que sur Anthony. J’ai trouvé qu’ils fonctionnaient bien à deux mais l’histoire d’Anthony m’a moins touchée. Cela reste un avis personnel. Les personnages sont tous très bien traités. J’ai trouvé Léa touchante par son naturel et sa volonté de ne rien vouloir lâcher ni abandonner. Anthony est un jeune homme qui n’a pas forcément de chance non plus dans la vie. C’est vrai que sa vie n’est pas facile. Le basket est leur seul exutoire… Mais quand il faut savoir refreiner ses ardeurs et ses passions, c’est très compliqué, surtout pour des jeunes lycéens.

Ce que j’ai apprécié dans cette histoire, c’est que le basket, bien que présent, n’est pas forcément le nœud central de l’histoire. Il y a des crises familiales, amicales, existentielles. Il y a aussi de l’amour, des rires, de la joie mais aussi de la peine, de la rancœur, de la colère. C’est un savant mélange d’émotions qui fonctionne très bien. La remise en question d’un avenir tout tracé est compliquée. C’est un long chemin d’acceptation à parcourir. Léa et Anthony vont nous faire vivre un périple intense et incroyable au cœur de deux êtres blessés par la vie.

Il y a d’autres personnages : comme la sœur de Léa qui est dans une situation semblable à la sienne. Elle a mal au cœur pour plusieurs raisons que je vous laisserai découvrir. Il y a aussi les « problèmes normaux » d’une jeune fille de 16 ans : les tensions amoureuses, les jalousies, les problèmes amicaux… Tout ça vient bercer l’intrigue et c’est très intéressant. C’est ce qui rend ce roman adapté aux plus jeunes comme aux grands. C’est vraiment très intéressant. Il peut y avoir plusieurs degrés de lecture. Je suis persuadée que ce roman pourra parler de manière bien différente aux lecteurs et surtout qu’il pourra en aider plus d’un !

La plume de Marie Vareille est toujours aussi belle et accessible. On commence le roman sans vouloir le lâcher avant de connaitre la fin de l’histoire. Encore une fois, je suis surprise. Pour un roman que je n’aurais pas lu de moi-même, j’en ressors convaincue ! =)

03 bonnes raisons de lire ce roman :

  • Le personnage de Léa que j’ai trouvé humain et très beau.
  • La plume de Marie Vareille
  • Le courage des personnages. Voir ses rêves exploser en plein vol n’est pas chose aisée.

4

25

Mes réceptions #11

mailbox-507594_1920 (1)
Bonjour tout le monde, cette semaine a été riche… Outch !
~ Services presse ~ 

Je remercie tous mes partenaires: Eric Poupet, Alter Real, Taurnada, Evidence Editions, Belfond, M.E.C ainsi que les auteurs. Je remercie aussi la masse critique Babelio. 
~ Achats personnels ~ 

Et quelques petits achats personnels 😀
Et vous?
25

Ma vie de lectrice…

hirsch-643340_1920 (1)

Salut tout le monde 🙂 
Plusieurs personnes m’ont déjà demandée quel genre de lectrice je suis… Je vous propose de découvrir cela 😀 
Je suis une lectrice qui aime discuter avec les libraires, les auteurs ou encore les éditeurs. J’adore passer aux heures creuses pour discuter avec eux pendant quelques minutes sans déranger les autres clients… 😀 Je suis connue comme le loup blanc… Certains m’appelle même par mon surnom et me tutoie.  
Je ne suis pas une lectrice du matin… Franchement, j’adore lire mais le matin, j’ai du mal à me mettre dans mes lectures. J’ai plutôt tendance à lire l’après midi ou à veiller tard… 

giphy

Je déteste les fins tristes. Je n’aime pas lire des romans qui font pleurer dans les chaumières. J’ai plutôt tendance à apprécier les happy end… Le drama très peu pour moi. 

giphy (1)

Je tiens à mes livres et reste en extase devant mes bibliothèques. J’adore les voir remplies de beaucoup de livres. Je suis admirative des personnes qui lisent et revendent. J’en suis incapable et clairement… Je n’en ai pas envie. J’achète beaucoup, je lis beaucoup. En revanche, je suis capable de revendre des romans qui ne m’ont pas plu. 

giphy (3)

Le meilleur endroit pour lire? Là où mon chéri se trouve. J’adore lire en ayant mon chéri à côté de moi. Il joue, je lis bien souvent. J’adore quand il est avec moi Alors souvent, Jonathan se retrouve avec ma tête sur les jambes, mes pieds sur ses jambes… M’enfin, le pauvre, il faut toujours qu’il y ait un contact. 

giphy (5)

J’ai toujours quelque chose à grignoter à côté de moi lorsque je lis. Souvent quelque chose de sucré comme une plaquette de chocolat… :p Une boisson chaude est aussi appréciable ! 😀 

giphy (7)

Je suis tellement énervée quand un résumé spoile un roman! Même si j’avoue ne pas savoir lire certains romans sans connaître la fin (ouais, je n’ai pas su lire Harry Potter et les reliques de la mort sans savoir la fin)… je m’auto spoile sans soucis mais merci de ne pas le faire à ma place! 

giphy (6)

J’adore recevoir de nouveaux partenaires. Je suis aussi contente que Mr Mouche lorsque je trouve des romans dans ma boite aux lettres 😀 
Et voilà, vous en savez un peu plus sur moi…
PS : Moi aimer Disney? JAMAIS
A bientôt 

15

Ecarlate de Philippe Auribeau

ob_832a51_carlateRésumé : Providence, 1931. Une troupe de théâtre est sauvagement assassinée alors qu’elle travaillait à l’adaptation du roman La Lettre écarlate. Si la piste d’un ancien anarchiste italien semble évidente pour la police locale, l’équipe fédérale de Thomas Jefferson flaire des raisons bien plus obscures. Une ombre plane sur ce meurtre… et sur ceux qui mènent l’enquête. Après L’Héritage de Richelieu, roman de fantasy qui fait suite aux Lames de Cardinal de Pierre Pevel, Philippe Auribeau nous plonge dans un polar noir et fantastique dans l’univers du mythe de Cthulhu.

~ Service presse ~

Je remercie chaleureusement Actu SF pour l’envoi de ce roman. J’ai jeté mon dévolu sur ce roman le soir où je l’ai reçu… La couverture est juste magnifique. En plus, le point de départ est une œuvre littéraire (La lettre écarlate). J’étais curieuse de lire le rendu d’un mélange assez particulier : la Lettre écarlate et le mythe de Cthulhu.

Le mythe du Cthulhu, qu’est-ce que c’est ? Je sais que pour les lecteurs qui ne lisent pas forcément de la SFFF, cela peut paraitre un terme un peu farfelu. Voici donc un petit point info Wikipédia (qui a un article assez complet pour vulgariser la thématique). « Le mythe de Cthulhu est un univers de fiction collectif, développé par de multiples auteurs à partir de l’œuvre de l’écrivain américain Howard Phillips Lovecraft. Le monde du mythe de Cthulhu est un reflet du monde réel, mais où des entités extraterrestres — aussi puissantes qu’anciennes — cherchent à rétablir leur ancienne domination sur le globe terrestre. L’une d’entre elles est Cthulhu, qui apparaît dans la nouvelle L’Appel de Cthulhu (1928) et dont August Derleth a repris le nom pour désigner l’ensemble du « mythe ».

Ce roman est très bon ! Je ne connaissais pas du tout Philippe Auribeau mais j’ai adoré ce que j’ai découvert : la plume, l’univers, l’enquête… Bref, on ne s’ennuie pas une seule seconde.

On fait la rencontre de Thomas Jefferson (oui, comme le président) qui est membre du BOI (Bureau Of Investigation) qui est l’ancêtre du FBI (Federal Bureau of Investigation). Jefferson est envoyé sur une scène de crime particulièrement horrible : une troupe de théâtre a été littéralement massacrée sur scène lors d’une répétition de leur pièce de théâtre : La lettre écarlate. Une seule personne survit mais reste dans un état inquiétant.

Thomas Jefferson et son équipe (composée de son chauffeur et d’une détective privée) : Caleb Beauford et Diane Crane vont enquêter et essayer de comprendre qui et comment on a pu commettre un tel massacre. Honnêtement, l’auteur maitrise très bien les scènes sanglantes. Moi qui suis une petite nature, je n’ai jamais eu la sensation que l’auteur en faisait de trop : c’est équilibré et il y a des tripes là où il faut. Je pense que je suis un bon curseur pour celles et ceux qui seraient frileux pour cette lecture à cause de cela.

L’ambiance est très bonne. Nous sommes dans les années 1930 en Amérique. Nous avons donc encore ce regard particulier sur les hommes & femmes noirs. Nous sommes aussi en plein dans la prohibition. On a cette atmosphère particulière qui se dessine : le brouillard, ne pas vraiment savoir où l’on va, à qui on peut faire confiance… Bref, on est vraiment dans une enquête des années 30.

Les personnages sont très intéressants. Le trio principal est vraiment bien dessiné et se complète parfaitement. Il n’y a pas de différence entre Thomas, Caleb et Diane. Diane est acceptée sans aucun souci même si, dans ces années, la place de la femme peut être un sujet un peu tendu… Ajoutons à cela le fait que Caleb est noir et que Thomas fait partie d’une grande lignée et nous avons un trio atypique mais équilibré. Cependant, il ne faut pas oublier que l’on est dans les années 1930 : si le trio se traite avec respect et à égalité, il reste quand même des thématiques comme la xénophobie, le racisme, le machisme… Sinon, ce n’est pas drôle !

Nous avons aussi un panel de personnages secondaires qui se dessinent : principalement des suspects. Les personnages sont bien travaillés mais peut-être un peu attendus : le gardien italien, le directeur du théâtre… Je m’attendais à ce genre de caractères.

La narration va nous proposer de suivre le parcours de ces trois personnages dans cette enquête. J’ai adoré suivre Diane dans son enquête sur le passé d’un des personnages. Purée, j’ai adoré et détesté l’auteur en même temps sur cette période de lecture. De plus, l’ajout du mythe de l’homme noir vient ajouter une dimension fantastique très intéressante. En revanche, la fin m’a laissée perplexe. Je n’ai pas trop compris les dernières pages. Cela n’a pas gâché mon entrain pour ma lecture vu que c’est la fin mais j’avoue que je reste un peu sur ma faim pour le coup.

L’auteur fait le choix de chapitres courts qui vont dynamiser le roman. En effet, je trouve que le roman ne souffre d’aucune longueur. On va au principal sans oublier de mettre quelques détails pour épaissir un peu l’ambiance. C’est rondement mené par une plume fluide, dynamique et précise. Le style est bon et je relirai un roman de l’auteur sans aucun problème.

En définitive, malgré quelques personnages un peu attendus et une fin qui me laisse sur ma faim, je reste agréablement surprise par ma lecture. En effet, mélanger l’œuvre de Lovecraft avec La lettre écarlate est une idée formidable. Le côté fantastique s’ajoute par petites touches à l’intrigue de base. C’est très intelligent. L’atmosphère est fine et bien détaillée. On est vraiment dans une enquête des années 1930 qui est cassée par le trio atypique que l’auteur nous propose de découvrir. J’aime beaucoup l’idée de venir casser les stéréotypes des enquêteurs qui fument le cigare sous un lampadaire sous la pluie calfeutrés dans leurs impairs. C’est chouette ! L’enquête est très bien menée, il y a beaucoup d’actions, cela permet au lecteur de ne pas s’ennuyer. Bref, je recommande fortement !

Encore merci à ActuSF et à Jérôme pour l’envoi 🙂

03 bonnes raisons de lire ce roman :

  • Le mélange du mythe de Lovecraft avec une œuvre américaine classique
  • Le trio de personnages que j’ai beaucoup apprécié
  • L’enquête à proprement parler. Surtout la période de recherches avec Diane !

4

16

Mes réceptions #10

mailbox-507594_1920 (1)

Salut tout le monde! Une nouvelle semaine (triste et froide ici) débute..! Voici mes réceptions de la semaine passée 🙂
~ Services presse ~ 

Que des services presse cette semaine pour moi 🙂
Merci à Marie Vareille et PKJ pour l’envoi, à Librinova, aux presses de la cité ainsi qu’aux éditions de l’opportun. ♥ 
18

PAL Mensuelle Octobre 2020

coollogo_com-7698299

Coucou tout le monde, nous voilà reparti pour un nouveau mois. Cela ne fait plus aucun doute, l’automne est là. A moi les lectures sous le plaid, les gros pulls, les boissons chaudes et les Disney le dimanche matin. C’est ma saison préférée! Sauter dans les flaques d’eau, m’émerveiller des couleurs de la Nature, regarder la pluie tomber alors que je suis au chaud, quel bonheur ! On y va pour ma PAL du mois 🙂 

Pumpkin-Vector-Illustration-Free-JPG-Graphic-Cave-1080x565

Glitter_08c57aa14f

Glitter_48a13b9888

Glitter_91aed804e3

Et vous? Quoi de prévu ? 😀 
S’ajoute, comme d’habitude, à tout cela, quelques romans pour des comités de lecture pour des ME. 

Pumpkin-Vector-Illustration-Free-JPG-Graphic-Cave-1080x565

18

Bilan mensuel septembre 2020

dolomites-2897602_1920 (1)
Salut tout le monde! 🙂
On se retrouve avec mon bilan du mois de septembre. Il ne fut, ma foi, pas trop mal! 🙂
——————————————————————————————-
Bilan Livresque
——————————————————————————————-
Services presse, Prix et Comités

Lecture personnelle

61Csme4bhfL

Nous avons donc 15 services presse, 2 livres en comité, 2 livres pour Librinova et les 2 derniers romans pour le prix des auteurs inconnus ainsi qu’une lecture détente. Pour un total de 22 romans =)
——————————————————————————————-
Top & Flop
——————————————————————————————-

TOP

J’ai eu plus de mal avec… 

Je me suis rendue compte que j’avais eu plus de mal à écrire mes chroniques ce mois-ci. J’ai réussi à boucler mon planning de lecture mensuel mais je ne suis pas parvenue à tout chroniquer. Cependant, je vais essayer de me faire une petite banque de chronique pour pouvoir en publier un peu plus… 🙂
——————————————————————————————-
Les petits rendez-vous chez Satine =)
——————————————————————————————-

mailbox-507594_1920 (1)

6789 

road-1072823_1920 (1)
autumn-4579561_1920 (1)

A bientôt
12

Une agate rouge sang de Frédérick Maurès

61pwu-9P2xLRésumé : Dans un petit village, quelque part en France, Marie-Louise, une vieille dame presque centenaire, disparaît en léguant à celui qui s’occupe de son jardin, Mathieu Lambert, un appartement qu’elle possédait à Paris et qui est demeuré inoccupé depuis 1943. Mathieu ne sait pas pourquoi il a hérité ce bien et va découvrir petit à petit les composantes du passé de sa bienfaitrice et, par voie de conséquence, de son propre passé. Construit à partir d’une succession d’allers-retours dans le temps, à différentes dates clés du passé, Une agate rouge sang tient le lecteur en haleine du début à la fin en lui permettant de démêler progressivement le fil de l’intrigue, chaque chapitre apportant une pièce supplémentaire à la reconstitution du puzzle.

~ Lecture prix des auteurs inconnus 2019 ~

Je remercie chaleureusement le prix des auteurs inconnus pour l’envoi de ce roman. Ce roman vient clore ma participation dans la catégorie « littérature blanche » et ma participation de manière générale pour le prix. On dit toujours qu’on garde le meilleur pour la fin… Cette fois-ci, c’est bien vrai !

On fait la rencontre de Mathieu Lambert, le jardinier de Madame Marie-Louise, qui vient rendre un dernier hommage à cette dame qui a marqué sa vie. Mathieu est un personnage que j’ai grandement apprécié de manière générale : calme, posé, réfléchi, j’aime ce genre de personnages.  Mathieu va hériter d’un bien immobilier de Marie-Louise ce qui va lui permettre d’éclairer sa vie ainsi que son passé. De plus, le fait d’avoir un personnage principal âgé m’a beaucoup plu. On est dans une intrigue richement pensée mettant en scène un Mathieu âgé qui va enfin mettre le doigt sur ce qu’il ne comprenait pas dans son passé.

Mathieu et Marie-Louise ne sont pas les seuls personnages que l’on rencontre dans cette83635699_10216845068819798_5287050577543430144_n histoire, mais, ils sont pour moi, les plus remarquables. En effet, j’ai grandement apprécié découvrir la vie de Marie-Louise à travers cette narration qui va faire des aller-retours entre le passé et le présent. Lorsque l’on dit qu’il faut connaître son passé pour comprendre le présent, c’est bien vrai. Frédérick Maurès nous propose une histoire où les secrets de famille sont présents, où la Seconde Guerre Mondiale est en toile de fond

A la lecture du résumé, quand j’ai lu que Mathieu héritait d’un appartement inoccupé depuis 1943, rapidement, je me suis dit que j’allais lire un roman sur la seconde guerre mondiale. En ce moment, cette thématique historique vient bercer mes lectures, je ne sais pas pourquoi. Cependant, ce n’est pas gênant ici tant l’auteur semble maîtriser ce qu’il dit. Les scènes sont très crédibles et on est propulsé au cœur de l’horreur de cette période historique. Bien entendu, les thématiques soulevées sont lourdes, je n’ai pas besoin de m’attarder là-dessus. Vous savez très bien ce que l’on peut trouver de lourd lors de cette période historique si particulière.

J’ai été déstabilisée lors des premiers chapitres. En effet, les aller-retours entre passé et présent sont sympathiques mais ils mettent du temps à se mettre en place dans le sens où il faut tisser les liens entre les personnages, comprendre qui est qui et comment il fait avancer l’histoire. Une fois passé ces passages assez délicats, la lecture se fait rapidement. J’ai eu du mal à m’immerger dans l’histoire avec cette alternance au niveau des époques mais une fois dedans, on se sent bien.

On vogue entre le passé et le présent mais pas forcément dans un ordre chronologique. En effet, on se retrouve avec des sortes de réminiscences. Le lecteur va atterrir à un moment clé du passé marqué par un souvenir de Marie-Louise. Ainsi on a une impression de surgissement, le souvenir remonte à la mémoire et dans l’intrigue. C’est très intéressant de ne pas avoir un ordre chronologie. Cela marque une difficulté pour le lecteur mais on comprend où l’auteur veut en venir.

Avec cette fresque familiale et sociale, l’auteur va permettre au lecteur de se plonger dans une histoire trépidante, hurlante de crédibilité qui va permettre de se sentir bien dans cette lecture. Ce qu’on lit n’est pas évident mais permet quand même d’avoir un bon roman dans les mains qui est équilibré. Je regrette peut être un manque d’approfondissement de certains personnages. Si j’ai apprécié Mathieu et Marie-Louise, j’ai trouvé que Sarah, Benoit ou encore David manquaient de profondeur. Je ne me suis pas attachée à eux comme je l’ai fait avec les deux premiers. Ainsi, le roman est au service de ces personnes qui ont œuvré pour la Résistance, pour une France libre, pour la vie simplement. Cette difficulté dans les thématiques va être équilibrée par la présence de l’amitié, de l’amour et du courage de prendre des décisions qui vont changer la vie.

En définitive, je pense que c’est un très bon roman que nous propose Frédérick Maurès. Il a de bonnes bases et nous propose une intrigue sans faille ni longueur. C’est le plus important. La plume de l’auteur est très sympathique, fluide et dynamique. On sent tout le travail derrière ce premier roman et la réflexion qu’il apporte. Cela ne doit pas être évident d’écrire sur cette période sans faire de bourdes historiques. Je salue donc l’auteur pour son travail qui permet au lecteur de s’immerger dans une intrigue riche et détaillée. Les personnages de Mathieu et Maire-Louise sont très agréables et nous proposent une plongée dans une fresque familiale et historique prenante.

03 bonnes raisons de lire ce roman :

  • Une intrigue crédible et très bien ficelée.
  • Une narration intéressante qui va alterner les chapitres entre passé et présent.
  • Un duo de personnages principaux très agréables.

4.5

Retrouvez le PDAI ici 

 

18

Qu’une parenthèse de Gaëlle Ausserré

xcover-4335Résumé : Paris, printemps 1960. Hélène, quinze ans, découvre des lettres adressées à sa mère, Solange, pendant la guerre. Toutes les certitudes qu’elle a sur sa famille sont remises en question. Solange fait alors à sa fille le récit émouvant d’un épisode de sa vie qu’elle souhaitait oublier. En 1938, Solange est une jeune étudiante en médecine indépendante et solitaire lorsqu’elle fait la connaissance d’une famille qui va transformer son existence. Quand la guerre éclate, elle découvre l’Occupation, la peur, les arrestations, et, malgré tout, des amitiés inattendues. Au cœur de cette période troublée, elle est également contrainte de faire la paix avec son passé. Au travers des yeux de Solange, les secrets entourant sa vie se dévoilent peu à peu. Ce roman retrace l’histoire bouleversante d’une jeune femme poussée par la guerre dans ses retranchements, amenée à faire des choses dont elle se pensait incapable afin de protéger ceux qu’elle aime.

~ Service presse ~

Je remercie chaleureusement l’auteure pour l’envoi de ce roman via la plateforme SimPlement. Un craquage purement esthétique. J’ai beaucoup apprécié la douceur qui se dégage des couleurs de cette couverture. J’aime beaucoup les romans où la thématique des lettres est présente. C’était donc une bonne idée de lecture pour moi.

Nous faisons le grand plongeon dans la Seconde Guerre Mondiale. Ainsi, nous allons pouvons assister à l’invasion des allemands mais aussi à la rafle du Vel d’Hiv par exemple. Nous allons être au cœur de cette période historique très dure et compliquée.

On va faire la rencontre d’une jeune fille : Hélène. Hélène est la fille de Solange qui va faire une incroyable et déroutante découverte sur sa famille. Ainsi, Solange va raconter sa vie durant la guerre ainsi que celle de Samuel, de Léna, de Léon et d’autres personnages qui vont venir bercer le roman.

J’ai beaucoup apprécié ma découverte. Je trouve que l’auteure a su retranscrire avec beaucoup d’émotions cette période historique si particulière. On n’est vraiment pas dans le jugement. On ressent ce que plusieurs peuples ont pu ressentir face à l’horreur de la guerre et surtout face aux atrocités d’Hitler.

On va suivre Solange dans son aventure, dans sa vie, dans les choix qu’elle a du faire. On s’attache très facilement à elle. On en fait une amie, une confidente, une sœur d’arme. On va vivre toute cette histoire avec elle, l’espoir au fond du cœur, croisant les doigts pour que tout redevienne comme avant… Même si on sait que c’est impossible après qu’un fléau pareil s’abatte sur la vie d’un peuple mais aussi sur les vies personnelles des personnages. Ainsi, nous allons pouvoir croiser plusieurs destins : des soldats au front, des juifs qui sont envoyés dans les camps, des gens qui attendent le retour de leurs familles. On va aussi devoir faire face au deuil et à l’horreur vécus par tous ces hommes et femmes.

Cette histoire nous permet de ne pas oublier ce que nos aïeuls ont vécu et c’est un texte chargé d’émotions. Je n’ai pas pu m’empêcher de penser à ma grand-mère et à mes arrière-grands-parents membres de la Résistance. Je ne peux qu’être fière d’eux. Quelle fierté ! Cela me rappelle tout ce qu’ils ont fait pour que l’on en soit là, aujourd’hui, à pouvoir être juif sans craindre la mort, à être arabe sans avoir peur des camps… Bref, c’est vraiment un beau message.

La plume de l’auteure est très sympathique. J’ai passé un moment de lecture sympathique. Les personnages sont intéressants. La seule chose qui ne m’a pas forcément touchée, c’est la rapidité des choses. Même si la guerre accélère forcément les choses, j’ai eu du mal à m’attacher à certains personnages parce qu’ils ne sont pas forcément détaillés comme je les aime. Ceci reste une affaire de goût cela dit.

En définitive, si j’ai aimé Solange et son histoire, je n’ai pas su m’attacher aux autres personnages qui ne font que « passer » dans l’histoire. La rapidité du texte fait qu’il m’a manqué un petit quelque chose pour que cette lecture soit un coup de cœur. Cependant, la romance est très jolie et pleine d’espoir. Cette romance historique est teintée d’amour, d’amitié et d’espoir. Nous ne sommes pas en reste historiquement parlant. La Seconde Guerre Mondiale est très présente et sert beaucoup à l’histoire. L’auteure, grâce à sa plume, nous propose de ne pas oublier l’Histoire de la France et de la Résistance.

03 bonnes raisons de lire ce roman :

  • La romance aussi jolie que poétique
  • Le personnage de Solange
  • La fresque historique présente

3.5

32

Ma vie de chroniqueuse livresque

road-1072823_1920 (1)

Salut tout le monde, 
En ce moment, je fais le point sur ma vie personnelle mais aussi sur mon activité livresque. J’avais envie de vous en parler un peu. J’ai parlé des auto-édités, de la blogosphère, des auteurs et des ME, mais jamais de mon rôle, de moi, de la manière dont je perçois les choses et des choix que j’ai fait au fil du temps. 
Savoir dire « non » et « stop ». Il faut savoir que lorsque l’on commence sur la blogosphère, on est tout de suite tenté par les sacro-saints services presse. On demande, on tente, on n’a pas beaucoup de vues ni de likes donc pas beaucoup d’espoir. Et puis, on vous donne votre chance, on est heureux, les livres arrivent de tous les côtés et s’accumulent et on est devant une évidence : on s’est laissé bouffer par les services presse. Perte d’envie, pas le temps de lire des romans hors service presse et l’overdose de lecture arrive. J’ai appris, avec le temps à savoir dire non à certains auteurs/M.E et à dire stop à certains partenariats. J’ai toujours eu un grand coeur, je n’ai jamais voulu faire de mal à quelqu’un mais j’ai dû faire un choix et j’ai arrêté certains partenariats qui ne me convenaient plus. 
Savoir lâcher la pression. C’est clair, être chroniqueuse est un boulot chronophage. Je remercie d’ailleurs tous les partenaires qui me font confiance. Cependant, il faut savoir gérer une page, un blog, sans compter possiblement un tweeter, un Instagram et/ou une page Youtube en pensant à respecter le calendrier pour ne pas faire attendre tous les partenaires… Plus on grandit en terme de vues et de like, plus la pression se pose sur les épaules et ça fait, parfois, beaucoup à gérer. Des fois, je pause tout ce que j’ai en SP et je me lance dans une lecture qui me fait envie. Je fais une pause et ça me fait un bien fouuuuu ! Même si je prends quelques jours de retard, il n’y a pas mort d’homme
Faire sa vie de son côté. Même si j’adore la blogosphère et les amies que j’ai pu y rencontrer (coucou Dilshad, coucou Steph, coucou Julia et ma Kath [mais tu comptes pas, je te connais d’avant ahahah ]), j’aime bien pouvoir gérer mon bateau seule : proposer les articles qui me plaisent, faire mes chroniques comme je l’entends, changer les choses que je veux. Bref, mon blog, c’est mon petit coffre à chroniques et je travaille comme une folle pour vous parler de toutes mes lectures. J’ai aussi besoin de ce temps seul même si je demande souvent conseil aux copines  
Cancan land and co. Ahhh ! Comme partout, il y a des cancans partout. Et j’adore tellement ça ! Je sors le pop corn et je lis les conversations qui n’ont ni queue ni tête. Ca me fait tellement rire de voir tout le monde s’écharper parce qu’il y a des romans papiers chez Bidule et du numérique chez machin… Parce que tructruc a eu 300 visites et machin chouette en a eu que 200.  Ahhh quel bonheur de savoir que tout cela ne m’atteint pas… Merci de me faire rire autant! 
Apprécier chaque lecture, chaque moment de détente et sourire à la vie. Je terminerai par ce point. C’est tellement important : avoir un roman dans son sac, s’arrêter sur un banc, lire, prendre le soleil… Tout cela est tellement relaxant et je pense que c’est ce que je recherche dans mes lectures maintenant. Lire ce que j’aime, découvrir des plumes et des univers mais surtout savourer les mots et les lectures. J’ai appris, avec le temps, que la lecture n’est pas une course mais une gourmandise faite pour se régaler. Qu’on lise 1 livre ou 20 par mois, l’important reste cette sensation de bonheur
Au final, cela fait quasiment une année que j’ai levé le pied au niveau des services presse, que j’ai appris à dire non et ne plus avoir peur de décevoir mes partenaires parce que je refuse un roman. Je prends plus le temps d’apprécier mes lectures et les plumes que je découvre. Je lève toujours autant les yeux au ciel lorsque je vois des chroniqueuses s’écharper mais je suis toujours aussi contente de rencontrer de nouvelles personnes qui partagent ma passion. 
Vivez, riez, lisez.   
PS : Vous préférez quoi? Blogueuse ou chroniqueuse? J’avoue que je ne sais jamais 🙂 

 

17

La race des orphelins d’Oscar Lalo

9782714493484ORIRésumé : Je m’appelle Hildegard Müller. Ceci est mon journal. Le Troisième Reich m’a enfantée. Je suis une oubliée de l’histoire. La seule race que les SS aient créée, c’est la race des orphelins. Qui est Hildegard Müller ? Le jour où il la rencontre, l’homme engagé pour écrire son histoire apprend qu’elle a 76 ans, qu’elle sait à peine lire, à peine écrire. Qu’elle ne connaît rien de ses parents, ne se souvient plus guère de son enfance. Il comprend que sa vie est irracontable mais vraie. Pourtant, Hildegard Müller est loin d’être amnésique. Elle est simplement coupable d’être née en 1943, de géniteurs inconnus mais bons aryens, dans un Lebensborn, ces pouponnières imaginées par le Troisième Reich pour multiplier la «race supérieure». Hildegard Müller devait être la gloire de l’humanité elle en est devenue la lie, et toutes les preuves de sa conception sont parties en fumée avant la Libération, sur ordre d’Himmler. J’ai besoin, avant de mourir, de dire à mes enfants d’où ils viennent, même s’ils viennent de nulle part. Oscar Lalo poursuit son hommage à la mémoire gênante, ignorée, insultée parfois, toujours inaccessible. Et nous plonge dans la solitude et la clandestinité d’un des secrets les mieux gardés de la Seconde Guerre mondiale.

~ Service presse ~

Je remercie chaleureusement les éditions Belfond pour l’envoi de ce roman. Quelle claque ! Ce roman est une claque humaine, sociale et historique. Ce roman est à lire de toute urgence.

Ce roman nous retrace la vie d’Hildegard Müller, fille du troisième Reich, fille des SS, fille d’Hitler. Née dans un Lebensborn, elle devait être la gloire et la fierté d’un pays, des décennies plus tard elle est encore la honte et l’infamie d’un pays déchu par une guerre mondiale.

« Je suis non seulement fille de l’Allemagne, mais je suis fille de Berlin. Comme Berlin, je suis une ville de débris. Une ville dont on a bombardé la mémoire. Une ville dont on a rasé l’histoire. Je suis née ruine. Je respire la poussière. C’est difficile de se construire sur des gravats. »

Le roman se construit de courts chapitres. On sent l’empressement, la peur d’oublier, la peur de ne pas savoir dire. Les souvenirs s’enchaînent, la lecture se fait d’une traite. C’est puissant. Ces chapitres qui peuvent faire trois lignes comme vingt sont la traduction d’une mémoire fuyante mais aussi d’une honte qu’on ne parvient pas à oublier. Etre une fille d’Hitler, d’Himler, de tous ces sauvages qui tuent au nom de je-ne-sais-quoi… Hildegard est un produit de son état, sans parent, sans éducation, elle se retrouve privée de tout, même de l’humanité des autres. L’économie de mots dans certains cas va aussi marquer l’indicible. Il n’y a pas de mots pour décrire ce que l’on peut ressentir.

Vraisemblablement teinté d’une tranche de l’Histoire, Hildegard va nous raconter comment elle a pu vivre ce fait de faire partie d’une patrie « déchue » durant l’Histoire. Comment elle se compare à Anne Franck et au peuple juif par extension. Les idées sont bonnes, les idées fusent, on voit ces enfants d’un autre œil après la lecture de ce roman.

« Les Juifs obligés de se cacher, et les enfants de SS qu’on cache, ça a commencé à peu près à la même époque. »

Hildegard va faire appel à un scribe qui va détailler sa vie. Elle parle, raconte et se souvient, lui essaye d’écrire et d’être le plus juste possible pour que les émotions de notre personnage prennent vie et vivent à travers ces pages. C’est tellement bien écrit, les émotions nous assaillent du début à la fin de ce roman. Ce roman se présente comme être le journal d’Hildegard. Cela donne beaucoup de force au roman. En effet, on est vraiment dans la confession, dans l’interrogation et dans la quête identitaire. C’est très prenant et riche en émotions.